Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

III. Le déploiement universitaire

L’expansion universitaire dans la région depuis la seconde guerre mondiale

Guy Debeyre

Texte intégral

1Sans remonter à 1562, et à la création de l’Université de Douai, par lettres patentes de Philippe II d’Espagne et par une bulle de Pie IV, pour enrayer les progrès de l’hérésie aux Pays Bas, je m’arrêterai à la loi du 14 juin 1854 qui a créé, sur le territoire national seize Académies, circonscriptions dont la dénomination est volontairement originale.

2Chaque Académie, comprenant un certain nombre de départements, est dirigée par un « Recteur d’Académie » assisté d’inspecteurs d’Académie, chacun en résidence au chef-lieu d’un département.

3Par exemple, les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l’Aisne et des Ardennes formaient une Académie, dont le siège fut longtemps Douai avant d’être Lille en 1888, cette ville étant devenue un pôle d’attraction par suite de son développement industriel et commercial.

4Dans chacune de ces Académies existent des facultés installées en principe au chef-lieu et dont le statut général sera fixé par la IIIe République en 1885 (Décret du 28 décembre).

5Ces facultés, souvenirs du Moyen Âge étaient composées de l’ensemble des professeurs qui étaient chargés de l’enseignement supérieur dans une discipline déterminée comme les arts, la médecine, le droit canon, la théologie, etc.

6L’Académie de Douai-Lille va se caractériser par la dispersion de ses facultés entre ces deux localités.

  • À Lille, dès 1854, l’École de Médecine et la Faculté des Sciences, dont le premier Doyen fut Louis Pasteur.
  • À Douai, dès 1854, une Faculté des Lettres ; quant à la Faculté de Droit, elle ne fut établie que tardivement, en 1865, et encore grâce à l’intervention énergique du Maire de Douai : Asselin, auprès de Victor Duruy, Ministre de l’Instruction publique.

7Cette répartition des facultés, contraire au principe général, allait faire naître un très grave conflit entre les deux villes.

8Douai, qui avait déjà perdu, au bénéfice de Lille, la préfecture, le lycée impérial, deux facultés et allait perdre le chef-lieu de l’Académie se défendit âprement : distribution d’un tract : « il faut en finir », lancement d’une pétition, manifestation sur la voie publique, notamment sur la place d’Armes, démarches de la Municipalité auprès du Gouvernement.

9Le 22 octobre 1887, la réunion à Lille des quatre facultés l’emporta et le Ministre de l’Instruction Publique, ayant courageusement décidé de venir lui-même inaugurer, à Lille, le 6 novembre 1887, cette réunion, dut être protégé tout le long du parcours et surtout en gare de Douai, par la police et par la troupe.

10Cette expérience « Douai — Lille » devait aider à mettre en valeur le défaut de ces facultés indépendantes et autonomes. Très vite il apparut indispensable de réunir les facultés d’une même Académie dans un même lieu mais aussi de les réunir dans un même organisme commun capable :

  • de rendre des arbitrages,
  • de faire des synthèses,
  • de répartir des crédits, des subventions,
  • de représenter à l’extérieur l’enseignement supérieur.

11La loi de finances du 28 avril 1893 va faire œuvre de coordination, en créant « le corps des facultés », réunion des facultés d’une même Académie, dotée de la personnalité civile, et représentée par « le Conseil Général des Facultés » qui a un budget propre et des pouvoirs financiers.

12Enfin, trois ans plus tard, dernière étape de cette évolution, la loi du 10 juillet 1896, devait donner à la France des « Universités ». Il n’y a plus qu’à changer les étiquettes. Le « corps des facultés » s’appelle désormais « Université ».

13Une Université par Académie au siège de celle-ci et pour Lille, concentrée dans un quartier « universitaire » à la suite d’une délibération du Conseil municipal et d’une convention avec l’État du 18 mars 1887.

14Depuis ces premières dates, nous pouvons distinguer plusieurs étapes dans la voie de l’expansion.

PREMIÈRE ÉTAPE DE L’EXPANSION DE L’UNIVERSITÉ

15Elle va concerner l’ensemble des facultés.

16L’équipement hospitalier de Lille, après la première guerre mondiale, était vraiment désuet et indigne d’une région industrielle particulièrement active.

17L’hôpital Saint-Sauveur, dont une partie était classée monument historique, étouffait dans une enceinte trop étroite. Cet hôpital était composé de bâtiments vétustes où les lits étaient entassés dans les salles trop exiguës. En l’absence d’ascenseurs, le transport des malades devait encore se faire par brancardage dans des escaliers incommodes. Une telle installation était nettement indigne d’une grande ville, à plus forte raison d’un Centre hospitalier, destiné à desservir une population de trois millions d’habitants.

18D’autre part, la Faculté de Médecine, créée par décret du 12 novembre 1875, qui succédait à une école de plein exercice, avait été construite en 1884 sur les plans de l’architecte Batteur place Philippe Lebon et rue Jean Bart. Elle était devenue insuffisante et surtout inadaptée aux besoins de l’enseignement. Il était donc urgent de la rénover.

19C’est cet état de choses peu réjouissant qui suggéra au professeur Oscar Lambret, alors Vice-Président de la Commission administrative et à l’architecte Jean Walter, l’idée géniale, pour l’époque, de rassembler en un même lieu tout l’équipement hospitalier de la ville, groupé dans un grand hôpital et d’y adjoindre une nouvelle faculté agrandie modernisée. Walter, a-t-on écrit, « sut concevoir le grandiose dans l’harmonie et l’utile dans l’art ».

20La concentration, dans une même enceinte, de la clinique hospitalière et de l’enseignement médical, devait donner aux malades un lieu de séjour décent et salubre et les faire bénéficier des techniques modernes ainsi que des progrès incessants de la recherche scientifique. Elle devait procurer aux étudiants un lieu de travail unique, qui leur permit de trouver dans une même enceinte, l’hôpital où leur serait donné l’enseignement clinique et la faculté où leur serait dispensé l’enseignement des sciences fondamentales.

21Mais la construction de cet ensemble devait être retardée pendant 10 ans, du fait de la deuxième guerre mondiale. À la Libération, en ce qui concerne l’hôpital, beaucoup restait à faire.

22Quant à la Faculté, il fallut l’énergie du Recteur Souriau et du Doyen Combemale pour permettre son ouverture, dès 1954.

23L’utilisation de cet ensemble allait alors poser de délicats problèmes. Il fallut rapidement ajouter la construction de deux amphithéâtres, un Institut de Stomatologie, unique en Europe, un Institut de Médecine légale et de Médecine du Travail, ainsi que la mise en chantier des laboratoires pharmaceutiques et des salles de cours.

24Cette Cité hospitalière a été inaugurée le 3 octobre 1953 sous la présidence du Président André Marie, Ministre de l’Éducation Nationale et de Coste Floret, Ministre de la Santé Publique et de la Population. Durant les années qui ont suivi, la Cité hospitalière de Lille a été un lieu de pèlerinage de nombreuses têtes couronnées.

25La Faculté de Droit. qui occupait depuis 1895 les locaux de la rue Auguste Angellier, allait les abandonner au profit de la Faculté des Lettres et bénéficier d’une nouvelle construction due à l’architecte Delannoy et au Doyen Paul Duez, accusé par les services parisiens de gigantisme, preuve d’une très mauvaise appréciation du problème du nombre des étudiants. Cette nouvelle faculté, en projet depuis 1937, avec la Faculté de Médecine, obtient les premiers crédits d’après guerre et fut inaugurée officiellement le 23 décembre 1948 en présence du Directeur de l’enseignement Supérieur.

26Elle fut construite dans le quartier Saint-Sauveur, au carrefour des rues Paul Duez et Charles Debierre, aux environs de l’Hôtel de Ville de Lille, de l’ancienne Foire Commerciale et du nouveau quartier « européen ».

27Ce monument est une réussite, à la fois sur le plan architectural et fonctionnel. Il comprend le traditionnel péristyle entourant une pelouse, des amphithéâtres, face aux bureaux du Doyen et de l’administration, une vaste salle des professeurs, avec bureaux particuliers, une bibliothèque et une splendide salle des actes. Au premier étage, des salles de cours pour le doctorat, la licence économique et la capacité droit.

28D’importants agrandissements ont été réalisés en 1956 et en 1964 avec la construction d’un nouvel amphithéâtre de 569 places et l’aménagement des sous-sols : salle d’imprimerie et de photocopie, salles de secrétariat, et salles d’examen. En 10 ans, le nombre des étudiants avait plus que doublé.

29La Faculté des Lettres occupe, rue Auguste Angellier, les locaux abandonnés par la Faculté de Droit.

30Malgré cela, la Faculté des Lettres, avec ses 1 600 étudiants, manque encore d’espace : il est nécessaire de toute urgence de construire une « tour » pour abriter les collections d’histoire de l’art, et d’aménager les locaux existants. L’architecte va réussir ce tout de force, entre quatre rues qui n’admettaient aucun enjambement, de tripler la capacité des locaux par des coupures horizontales, des adjonctions en hauteur et des remaniements profonds de l’ensemble.

31Le 3 octobre 1953, cette faculté rénovée est solennellement inaugurée par le Ministre de l’Éducation Nationale André Marie. Elle comprend quarante salles et trois amphithéâtres ; mais le nombre d’étudiants ayant triplé en dix ans, il fallait rapidement trouver de nouveau d’autres solutions.

32La Faculté des Sciences. Malgré des constructions nouvelles, des agrandissements, des extensions et la surélévation des bâtiments, ainsi que l’occupation des caves, la Faculté des Sciences s’est trouvée rapidement, pour des raisons matérielles, dans la plus grande difficulté pour assumer pleinement sa double mission d’enseignement et de recherche ; de là les réclamations tumultueuses et justifiées des professeurs et des étudiants, et les campagnes de presse.

33Une solution, au moins à l’échelle européenne, dont bénéficiaient déjà certaines facultés des Sciences de province s’imposait d’urgence.

DEUXIÈME ÉTAPE DE L’EXPANSION DE L’UNIVERSITÉ

La Cité scientifique

34Sur une superficie de 116 hectares qui fit l’objet d’une longue recherche de terrain notamment à Lesquin ou Bondues trop proche d’un terrain d’aviation, pour aboutir dans le périmètre du « Grand-Lille » à l’étude, en évitant la gare Saint-Sauveur qui recueillait la majorité des suffrages, mais ne paraissait pas devoir être libérée rapidement ; heureusement que les « n’y a qu’a », nombreux à cette époque, ne furent pas écoutés.

Le domaine universitaire littéraire et juridique

35Les nouveaux bâtiments qui se dressent sur le domaine universitaire, littéraire et juridique (56 hectares), quartier du Pont de Bois, à Villeneuve d’Ascq, était prêts à accueillir les universités françaises nées de la loi du 12 novembre 1968.

36Suite à cette réforme, dite d’Edgar Faure, chaque Université, divisée en Unités d’Enseignement et de Recherche (UER) est gérée par un Conseil élu par les enseignants, les chercheurs, les étudiants, les membres du personnel, et qui choisit son Président.

37À Lille, trois Universités ont ainsi vu le jour :

  • Université des Sciences et Technologie (Lille I) avec en plus les UER de géographie, de sciences économiques, de sociologie auxquels s’ajoutent deux écoles : l’école nationale de chimie, l’école universitaire d’ingénieurs.
  • Université du Droit et de la Santé (Lille II) aux finalités professionnelles (4 000 étudiants, dont 2 500 en science médicale) comprenant les sciences juridiques, politiques, sociales, la médecine, la pharmacie, l’odontologie, l’éducation physique et sportive.
  • Université des Sciences Humaines (Lille III). Des lettres et des Arts, appelée « Charles de Gaulle », elle ne prépare pas seulement aux carrières de l’enseignement, mais a ouvert des filières nouvelles telles que Arts Plastiques, Musique, Langues Vivantes Appliquées, animation sociale et culturelle, transports et logistique, télé-enseignement, relations internationales, Université d’été, etc..

TROISIÈME ÉTAPE DE L’EXPANSION : LA CRÉATION D’UNIVERSITÉS NOUVELLES

38Phase très importante par l’intérêt manifesté pour le développement de l’enseignement supérieur.

39Pourquoi cette véritable explosion ?

  • Quelques communes avaient déjà, bousculant les étapes, ouvert des cours de premier cycle avec des professeurs de faculté venant de Lille. Il s’agissait d’éléments précurseurs, comme Calais.
  • Peut-être cet engouement est-il dû à la création d’une nouvelle forme d’enseignement les IUT (Instituts Universitaires de Technologie), organismes, qui ne fonctionnent qu’avec le concours de représentants des professions.

40Les IUT bien acceptés par tous ont permis aux professions de mieux se connaître, de mieux se comprendre et surtout de mieux collaborer.

41Le développement des antennes universitaires de premier cycle a préfiguré la mise en place des Universités nouvelles.

42Les premières implantations universitaires apparaissent dès la rentrée universitaire 1962-1963 dans l’Académie. L’accroissement des antennes universitaires_s’est accentué avec la rentrée universitaire 1987-1988.

43Cependant, dès les années 1970, sollicitées par les municipalités et les chambres de commerce, des Universités ont passé des conventions pour organiser des enseignements en dehors de leur siège :

  • Dunkerque : Administration Économique et Sociale (septembre 1987) ; Langues Étrangères Appliquées.
  • Calais : Sciences et Structure de la Matière (1963) ; Sciences de la Nature et de la Vie (1962) ; Technicien de la Mer et du Littoral (1984).
  • Boulogne : Droit (1991) [Lille II] ; Langues Étrangères Appliquées (1987) [Lille III] ; Anglais (1990) [Lille III]
  • Arras : Géographie (1981) [Lille I] ; Lettres modernes (1988) [Lille III] ; Histoire (1989) [Lille III]
  • Lens : Sciences (1990) [Lille I]
  • Béthune : Sciences économiques [Lille I]

44La création d’un établissement nouveau d’enseignement qui, à partir du mois de novembre 1965, va prendre le nom officiel d’institut Universitaire de Technologie (IUT). Dans l’esprit des fondateurs, il doit aider au rapprochement des milieux économiques et des milieux universitaires.

45Cette création devait être la pièce maîtresse de la réforme des enseignements supérieurs et l’objectif ambitieux était d’être susceptible d’accueillir prochainement 12 % d’une classe d’âge soit 75 000 étudiants (cet objectif national n’est atteint qu’en 1993).

46J’ai eu la chance de faire partie successivement de la commission nationale dite « des 18 », en 1963, puis de la commission des futurs IUT en 1965. Ainsi, l’Académie de Lille ne fut pas oubliée.

47C’est le 9 janvier 1966 qu’est publié le décret de création des IUT sur proposition de Christian Fouchet, alors Ministre de l’Éducation Nationale.

48Pour procéder à la mise en place du premier schéma régional de développement des IUT, je pris l’initiative de réunir le 8 juin 1966, une commission de travail comprenant les représentants des présidents du CISE, de la CRCI, de CEILRT, de l’URGI, du Directeur général des Houillères et des représentants des syndicats patronaux et de salariés. J’ai conservé de ces réunions le meilleur souvenir par suite de l’état d’esprit qui les animait, le désir de coopérer, la volonté d’aboutir ; c’est à ce moment que la collaboration Économie-Université a été la plus vive, la plus cordiale, la plus sincère, la plus efficace. Dans la réunion officielle du 28 juin 1966 le programme fut arrêté.

49Les propositions ont été les suivantes :

  • Huit départements industriels : énergétique, électronique, chimie, textile, construction, mécanique, génie civil, méthodologie de laboratoire, biologie appliquée. Les implantations étaient envisagées à Douai, Noeux-les-Mines, Roubaix, Lille, Valenciennes, Littoral, Hénin-Liétard, Armentières, sur le littoral.
  • Douze départements tertiaires, trois sur la Métropole, les autres à Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Saint-Omer, Béthune, Lens, Arras, Maubeuge, Valenciennes, Cambrai.

50Telles furent les conséquences de cette très sérieuse étude locale faite par des personnalités régionales compétentes.

51Les premiers départements furent créés rapidement, en 1967 à Valenciennes, le département mécanique ; à Béthune, le département Génie Civil ; à Calais, le département Génie électrique ; à Dunkerque, celui de Techniques de Commercialisation, etc..

52En 1976, dix ans après la création des IUT, il y avait dans l’Académie : 19 départements d’IUT ; en 1986, il y en avait 22 ; à la rentrée de septembre 1995 les IUT de la région préparent 19 spécialités différentes dans leurs 36 départements pédagogiques.

53Parallèlement au développement des départements de l’IUT, la formation continue, une autre activité prenait son essor ; dès le 10 octobre 1968, un emploi de maître de conférence était créé au titre de l’Éducation Permanente.

54Avec cette troisième expansion, est abandonné totalement le principe général, déjà largement entamé, de la concentration des facultés dans une même ville : le chef-lieu de l’Académie.

55Le caractère commun des nouvelles implantations est celui de la dispersion : dispersion des bâtiments, dispersion des enseignements.

56Par cette dispersion, maintenant géographique, on veut lutter contre l’engorgement des lieux d’enseignement et de recherches.

57La conséquence de cette politique de dispersion fut la création de trois universités nouvelles.

58● L’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, ouverte en 1966, installée sur le Mont Houy : 1816 étudiants.

59À la base, dès 1964, un collège scientifique universitaire ouvre un enseignement juridique et économique, un enseignement « Lettres, Sciences humaines et Arts », un enseignement de Sciences exactes et naturelles.

60Cette décentralisation sera encore accentuée par deux antennes : - l’une à Cambrai pour les sciences, l’histoire, les langues ; - l’autre à Maubeuge poulies sciences et techniques et enrichie de plusieurs instituts universitaires professionnalisés et de technologie.

61Laissons honnêtement aux Valenciennois l’honneur d’avoir obtenu la permission de construire cette Université. Ils l’ont voulue de toutes forces et ils l’ont eue. Lors de la première demande de création, le Ministre de l’Éducation Nationale n’était pas d’accord et l’avait fait savoir par le refus. Au lieu de se plaindre, les Valenciennes passèrent à l’action.

62Une délégation, composée du Maire de Valenciennes, du président de la Chambre de Commerce et du Directeur général d’Usinor, décide d’aller voir le Ministre et, mission accomplie, eut la gentillesse de repasser par mon bureau à Lille pour m’apprendre, en souriant, que j’avais, paraît-il, oublié de souligner l’importance économique de Valenciennes. Pauvre Nord ! Grâce aux concours de tous, tout s’est déroulé normalement, même pour le terrain « Le Mont Houy ». Un syndicat de communes fut créé, bel exemple de solidarité, d’esprit communautaire et d’intelligence.

63En bref, l’Université de Valenciennes comprend un Institut des sciences et techniques, un Institut des lettres, langues et arts, une faculté de droit, d’économie et de gestion. Le nombre de ses étudiants est rapidement passé de 7 500 en 1991 à 13 000 en 1996.

64Cette Université a pour caractéristique, due aux conditions de sa création, de préparer aussi les étudiants à la vie professionnelle : un Vice-Président est spécialement chargé des relations avec le monde du travail. Elle facilite les contacts en Europe et les stages à l’étranger.

65● Le « Plan Universités 2 000 » qui a prévu, en 1990, la création dans l’Académie, de deux Universités nouvelles, celle du Littoral et celle de l’Artois.

66L’Université d’Artois, dont le Président est le professeur Alain Lottin a son siège à Arras et comprend 4 pôles : Arras. Béthune, Douai et Lens.

67Elle a vu le jour en 1990, c’est la fin du provisoire. Elle se rapproche du modèle classique des universités tout en s’efforçant de répondre aux besoins professionnels de la région ; ce qui est une excellente intention.

68L’université d’Artois possède à Arras. un enseignement de Lettres, de Langues, d’Histoire et de Géographie ainsi que d’Administration Économique et Sociale (AES), à Béthune une faculté des sciences appliquées, à Lens une faculté des sciences et des sports et à Douai une faculté de droit « Alexis de Tocqueville », sur un terrain de 15 372 m2 et possède trois amphithéâtres, dix salles de cours, une bibliothèque, deux salles « informatique », trois laboratoires de langues, des salles d’examens.

69À ces enseignements, il faut ajouter, ce qui donne une certaine originalité à cette université, de nombreuses actions de formation continue à l’intention des adultes engagés déjà dans la vie professionnelle. Un institut patrimoine et tourisme à Arras et à Béthune. Une école universitaire de sciences économiques de gestion ainsi que 5 IUP, 2 IUT. En 1993, il y avait 3 554 étudiants à cette université. Ils sont, en 1995-1996, 9 450 généralement de conditions modestes d’où le grand nombre de boursiers 40 % au lieu de 17 % (moyenne nationale).

70L’Université d’Artois doit sur le plan financier beaucoup aux collectivités locales. Les auteurs ont eu pour ambition de jeter les bases d’une Université inscrite de plein pied dans le XXIe siècle, capable de contribuer aux révolutions politique, économique, technologique, sociologique, culturelle en cours.

71Si l’on considère les antennes et les Instituts Universitaires de technologie, on peut estimer que l’Académie de Lille se caractérise bar un véritable réseau régional universitaire.

72Une telle configuration en tant qu’elle constitue une offre de formation supérieure de proximité, présente de multiples avantages. Elle a contribué à amplifier l’égalité des chances pour une population de jeunes défavorisés dont le niveau des revenus rend difficile un éloignement du domicile familial. Des effets bénéfiques sont enregistrés au plan de l’aménagement du territoire, notamment en raison de l’implication des collectivités locales dans le partenariat avec l’État, mais aussi parce que ces Universités constituent autant de pôles d’excellence dans les secteurs fortement affectés par les mutations industrielles.

73Une quatrième expansion est déjà commencée par les projets d’agrandissement concernant certaines facultés, comme la Faculté de Médecine et la Faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales.

74En terminant, je voudrais souligner que l’extension de nos Universités ne s’est pas limitée au territoire régional ou national, mais, ce qu’on ignore souvent, a gagné les territoires étrangers : comme par exemple l’Afrique, à Lomé (Togo), Abidjan (Côte d’ivoire), Brazzaville (Congo), Oran (Algérie), mais aussi le Japon, la Grèce, le Portugal, l’Égypte sans oublier l’animation du Conseil Africain et Malgache (15 états de langue française) et le Pôle Universitaire Européen.

Auteur

Recteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter