Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

I. La création de l'université de Lille

Alfred Mongy et la construction des Facultés lilloises (1892-1896)*

Anne Langlet

Texte intégral

  • * Ce travail a été effectué à partir des sources manuscrites et imprimées conservées aux Archives Dé (...)

1Géry Legrand, maire de Lille de 1881 à 1896 a de grandes ambitions pour sa ville. Il doit faire débuter une ère nouvelle sans commune mesure avec les municipalités antérieures jugées trop timorées pour atteindre un grand dessein.

2Outre l’ouverture de vastes chantiers qui vont changer le visage de Lille, la capitale des Flandres doit être un modèle qui sera suivi par les villes environnantes. Lille, au même titre que Paris et d’autres grandes villes françaises ou européennes doit progresser et devenir un théâtre d’innovation et de modernité. Pour atteindre ce but, elle recherche les meilleurs équipements, des structures universitaires de premier ordre ouvrant de nouveaux horizons et en mesure d’attirer les étudiants.

3La culture, la conservation et la diffusion de la connaissance, dont les formes et le champ se diversifient si profondément durant la seconde moitié du XIXe siècle, participent au dynamisme et au prestige des métropoles modernes et requièrent des types architecturaux spécifiques.

  • 1 Délibérations du Conseil municipal concernant la question du transfert des facultés de Droit et de (...)
  • 2 Délibérations du Conseil Municipal en vue de la création d’une Université à Lille, 20 juin 1876.

4C’est dans l’euphorie que la transformation est décidée par la convention du 17 mars 18871 qui fait de Lille la capitale universitaire du Nord. Ainsi sur des terrains laissés vacants par les Hospices, la République va pouvoir installer facultés et instituts entre les rues Gauthier-de-Châtillon (actuelle rue Angellier) et Barthélémy Delespaul (actuelle rue Gosselet)2 L’Université de Lille va créer dans la région du Nord, un centre intellectuel de premier ordre où les cours sont largement ouverts au grand public, les collections et les laboratoires où les étudiants trouvent instruments et livres nécessaires. Mais l’Université crée aussi des enseignements régionaux, des instituts de science appliquée indispensables aux industriels de la région du Nord. La difficulté pour une Université de province en général, et tout particulièrement pour celle de Lille, est la lutte pour la reconnaissance par tous de son niveau et de ses mérites. Il y a d’abord l’attraction qu’exerce Paris, surtout sur les étudiants des départements voisins de la Somme et de l’Aisne. Vient ensuite le voisinage, à Lille même, du groupe de Facultés catholiques le plus important et le plus complet de France. Enfin, il faut compter avec la concurrence d’établissements plus spécialisés et florissants, tels que l’Institut industriel du Nord, l’École Supérieure de Commerce, susceptibles à l’époque d’attirer de nombreux jeunes qui auraient pu étudier à l’Université. Un sens très vif de tous les besoins régionaux et généraux auxquels l’Université de Lille peut être appelée à pourvoir est nécessaire, si l’on veut lui permettre de rester bien vivante au sein d’une telle concurrence.

INGÉNIEUR OU ARCHITECTE

5Alfred-Louis Mongy (21 mai 1840-20 juin 1914) en raison d’un parcours exemplaire et de son dévouement aux intérêts de la ville est sollicité pour concevoir et diriger ces vastes chantiers.

  • 3 A. Laleine, Plein Nord, octobre 1982.
  • 4 Nos travaux encore inédits, A. Langlet, Alfred-Louis Mongy et la construction de la facilité de Dr (...)
  • 5 « Nécrologie d’A. Mongy », Le Progrès du Nord, des 21-23 juin 1914.

6Issu d’un milieu modeste, il peut suivre une scolarité honorable, jusqu’au brevet. Il poursuit ses études à l’École Impériale d’Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne de 1855 à 18583 Mongy y fait figure de bon élève. Il est studieux, persévérant, montre une grande application à l’étude et une excellente conduite. Peu intéressé par la grammaire et la langue française, matières dans lesquelles il obtient ses notes les plus médiocres, il apparaît plus brillant dans les cours scientifiques. Cela ne l’empêche pas de terminer quatrième de la promotion de 18584 Le premier février 1859, il entre au service des travaux municipaux de Lille en qualité de dessinateur. Il gravit les échelons et en devient le directeur en 1879. Outre sa collaboration à l’agrandissement de la ville de Lille et ses diverses études urbaines, il crée jardins, parcs, squares, halles et marchés sur le modèle de ce qui se passe à Paris et dans quelques grandes villes françaises. Il termine sa carrière comme concepteur d’un premier réseau de tramways qui portera son nom : le Mongy. Grâce au développement de l’enseignement primaire et secondaire à Lille, la construction de bâtiments pédagogiques constitue un volet essentiel de sa carrière bien remplie. Il suit les grands travaux de la municipalité de Géry Legrand jusqu’en 1896, date à laquelle une nouvelle équipe municipale provoque son départ dans l’administration préfectorale5

Portrait d’Alfred Mongy (A. Neyens, encre et crayon)

Portrait d’Alfred Mongy (A. Neyens, encre et crayon)
  • 6 L. Hautecoeur, Histoire de l’architecture classique en France, VII, Paris, 1957, p. 22.
  • 7 Discours d’A. Mongy sur l’agrandissement de Lille 1667-1900, lors de la séance solennelle de la So (...)
  • 8 Dictionnaire biographique illustré du Nord. Paris, Flammarion, 1909, p. 82 1.
  • 9 op. cité, p. 822.
  • 10 L’architecture et la construction dans le Nord, février 1897, p. 13-14.

7Mongy fait partie de ces nombreux ingénieurs civils qui, une fois leur diplôme obtenu, se trouvent livrés à leur seule initiative faute d’une fortune suffisante. Ils sont sollicités, dans la plupart des cas, pour faire l’apprentissage de la vie professionnelle comme salariés ou associés d une petite ou moyenne entreprise où un ancien les accueille volontiers pour les former. Mongy, apôtre de méthodes rationnelles, au sein d’une équipe dirigée par Auguste Masquelez, ingénieur et directeur des Travaux Municipaux va ainsi acquérir les connaissances pratiques nécessaires à la poursuite de son activité d’ingénieur et d’architecte de la ville. On lui demande d’étudier des projets d’édifices, de voiries, de terrassement, de conduites d’eau, de machines et de nombreuses améliorations souhaitées par le maire, donner des plans et des devis, ordonner, conduire et surveiller leur exécution. Il s’en acquitte avec succès et mène les chantiers à leur terme. Les pratiques autoritaires du Baron Haussmann à Paris n’ont pas cours à Lille6. Dans la capitale septentrionale, chacun dispose d’une marge de manœuvre suffisante, y compris au sein d’une équipe. Les longues années d’apprentissage au sein du service des travaux municipaux ont permis au jeune Mongy d’acquérir la maturité nécessaire pour comprendre l’architecture de son époque, les habitudes locales de construction, et le contexte politique d’une ville en pleine mutation Une notoriété discrète mais réelle acquise progressivement au sein de la ville lui permet d’imposer en toute circonstance un point de vue ferme et compétent7. Au moment où l’École des Beaux-Arts impose sa suprématie, Mongy allie les capacités d’un « fonctionnaire » et d’un « créateur ». D’autres collègues ingénieurs n’ont pas eu cette chance. Émile Naudé (né en 1863), issu de l’École Polytechnique, ingénieur des Ponts-et-Chaussées attaché au département de l’Aisne et qui dirige l’Institut industriel du Nord, en 1909, ne s’occupe que de service ordinaire, hydraulique et vicinal, du contrôle de chemin de fer et de tramways8. D’autres, comme Émile Neulliès (né en 1846), issu de la même école que Mongy, participe aux travaux de transformation de la ville de Maubeuge puis se détourne de l’architecture pour s’investir dans la politique9. Mongy ne cherche pas les honneurs, sa vie s’identifie au destin lillois dans la seconde moitié du XIXe siècle. Néanmoins des voix s’élèvent pour dénoncer la mainmise d’un ingénieur sur les travaux de la ville de Lille. Alphonse Dubuisson (Président de la Société Régionale des Architectes du Nord de la France) évoque la réorganisation des travaux municipaux en 1897, après le départ de Mongy. Pour lui : « les agents des Ponts-et-Chaussées sont peu initiés aux détails si compliqués de la construction des bâtiments... les projets des édifices ne sont même pas soumis à l’examen de la commission des bâtiments civils, contrairement à ce qui a lieu pour toutes les autres villes du département où les plus petits travaux projetés par les communes sont contrôlés par cette commission, tandis que de nombreuses constructions de la ville de Lille passaient outre. Les commissions spéciales mises en place pour les bâtiments des facultés n’ont pas donné leur avis sur le mode de construction et encore moins sur le bonne utilisation des matériaux de la région... Cette organisation défectueuse ne pouvait donner que de mauvais résultats »10

8Ce plaidoyer en faveur des architectes ne doit pas faire oublier que vingt années sont nécessaires à Mongy pour devenir directeur des travaux municipaux. Son souci du respect des règles de construction, sa recherche architecturale en accord avec le contexte urbain lillois font de ses bâtiments des exemples originaux dignes d’œuvres d’architectes. D’ailleurs, la France connaît depuis 1830 et dans les décennies suivantes, un grand courant de renouveau social, moral et intellectuel. L’enthousiasme que Mongy démontre dans ses propos, dans la rapidité de son action participe de plain pied à cet élan de changement et de marche vers le progrès qui caractérise le XIXe siècle.

LES CONSTRUCTIONS

  • 11 Y. Gaulupeau, La France à l’école, Évreux, 1992, p. 104.

9Après la création des bourses de licence (1877), puis d’agrégation (1880) apparaît l’étudiant moderne, astreint à un cursus précis. En effet, à côté des cours publics se développent des cours réservés aux étudiants, et des conférences de licence et d’agrégation, pour lesquelles sont crées des « maîtres de conférences ». Les diplômes, longtemps indistincts, se spécialisent. Du baccalauréat à l’agrégation, en passant par la licence et le Diplôme d’études supérieures, un cursus cohérent s’est instauré. L’essor du nombre des étudiants accompagne cette évolution. L’accroissement des effectifs s’accompagne d’une refonte du statut juridique des facultés, à laquelle est attachée le nom de Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur de 1884 à 1902 puis vice-recteur de Paris. Il entend favoriser la constitution, en province, de grands pôles universitaires, susceptibles de contrebalancer l’influence de la capitale.11

  • 12 J. Caron-Humez, La gestion municipale lilloise de 1870 à 1914, Lille 3, DES Histoire, 1967.

10La constitution d’un pôle universitaire demande des choix financiers très importants aux lillois. L’accumulation de travaux de grande ampleur indispensables au rayonnement d’une cité moderne pèse lourdement sur les finances lilloises. La solution adoptée est d’émettre un emprunt, solution qui permet de donner satisfaction aux revendications de la population en ce qui concerne les travaux de voirie et l’amélioration de la ville en eau, éclairage12

11La dépense totale s’élève à 3 500 000 francs. L’État en acquitte la moitié et la ville l’autre moitié. Le Conseil général du département du Nord, celui du département du Pas-de-Calais, la Chambre des Houillères et l’Association Française pour l’avancement des Sciences ainsi que de nombreux particuliers vont, par des allocations et des dons, contribuer aussi à l’installation de l’Université de Lille. En dépit de ces soutiens, les dépenses excèdent les estimations et la municipalité doit constamment revoir ses comptes et en subir les conséquences draconiennes jusqu’en 1903 où la situation redevient enfin stable.

12Toutefois, en dépit de ces problèmes, la politique de prestige menée par Géry Legrand permet l’installation rapide de tous ces édifices universitaires entre 1891 et 1895.

  • 13 Les sources manuscrites conservées aux archives départementales du Nord d’A. Mongy, Institut de Ch (...)

13L’Institut de Chimie, rue Barthélémy Delespaul est commencé en 189113. En réalité, c’est une idée ancienne, émise dans les années 1870 ; mais aucun projet proposé pendant dix-sept ans n’aboutit. Il faut attendre les années 1890 pour qu’Alfred Mongy commence enfin l’aménagement de l’édifice. Les travaux sont si rapidement conduits qu’en novembre 1894, les professeurs disposent d’un nouvel espace où ils peuvent aménager leurs nouveaux organismes. Le terrain prévu est d’une superficie de 8 000 mètres. Il se développe autour d’une cour ceinte de galeries et de préaux couverts desservant les salles de cours et les services. L’édifice est construit en briques, ne comporte qu’un étage qu’enserrent deux pavillons peu saillants. L’aménagement interne s’organise à l’ouest pour la Chimie générale et à l’est pour la Chimie appliquée capable de fournir des hommes de science autant que des pratiques aux industries chimiques de la région. Deux amphithéâtres sont prévus pour une centaine d’auditeurs au rez-de-chaussée et au premier étage.

Plan de l’Institut de Chimie (27 juin 1890) (dans M. Vandalle, Les Facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895)

Plan de l’Institut de Chimie (27 juin 1890) (dans M. Vandalle, Les Facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895)
  • 14 L’Université de Lille en 1900, Lille, Bigot Frères, 1900.

14En 1892, c’est l’Institut des Sciences Naturelles qui est entrepris14. Il réunit au rez-de-chaussée la botanique le long de la rue Malus, la zoologie au centre donnant sur la rue de Bruxelles et la Géologie le long de la rue Brûle Maison (actuelle rue Gosselet). En outre, il renferme des musées d’histoire naturelle, de zoologie et un musée houiller en liaison directe avec les salles de cour ; le musée houiller profite des excellentes dispositions des Compagnies Minières du Nord et du Pas-de-Calais. Les salles de travaux pratiques sont regroupées au premier étage avec le musée de géologie. Pour allier la théorie à la pratique, les collections d’objets, de modèles et d’échantillons de fossiles sont exposés en permanence dans les vitrines métalliques des salles de cours. Ainsi 1 474 mètres carrés sont consacrés au monde biologique permettant aux étudiants d’acquérir les bases et les théories d’un enseignement d’avant-garde et la pratique d’outils pédagogiques. Un aquarium, un vivier et un chenil sont à la disposition des étudiants et des professeurs. Un enseignement de paléontologie végétale est également mis en place.

Plan de l’Institut des Sciences Naturelles (A. Mongy, 1891) dans Lille et la région du Nord en 1909, p. 132.

Plan de l’Institut des Sciences Naturelles (A. Mongy, 1891) dans Lille et la région du Nord en 1909, p. 132.

Institut des Sciences Naturelles. Élévation vers 1900

Institut des Sciences Naturelles. Élévation vers 1900

Institut des Sciences Naturelles. Élévation actuelle, rue Gosselet

Institut des Sciences Naturelles. Élévation actuelle, rue Gosselet

Institut des Sciences Naturelles. Élévation actuelle, rue Barthélémy-Delespaul

Institut des Sciences Naturelles. Élévation actuelle, rue Barthélémy-Delespaul
  • 15 R. Joly, Petite histoire de la Synagogue de Lille, Lille 3, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’ar (...)

15Mais dans cet ensemble, ce sont les facultés de Droit et des Lettres qui monopolisent l’argent et les efforts dans le secteur de la rue Gauthier de Châtillon (actuelle rue Angellier) et de la rue Jean Bart, à proximité de la Synagogue, construite par Théophile Albert Hannotin, en 189115. L’édifice est construit sur un terrain de 4 600 mètres carrés. Il se divise en deux parties distinctes. À gauche du vestibule d’entrée, la faculté de Droit avec les logements du secrétaire de l’Université et du concierge. À droite de ce même vestibule, la faculté des Lettres, l’histoire de l’art et l’archéologie. Ces dernières occupent exclusivement le bâtiment à l’étage qui se développe à l’extrémité de la parcelle, et en retour, sur la rue Jean Bart.

  • 16 F. Benoit, L’enseignement de l’histoire de l’art et l’institut d’histoire de l’art de l’Université (...)

16Ce dernier bâtiment, plus que tout autre est la vitrine du nouvel enseignement de la République : un enseignement rationnel visant à l’élaboration critique du savoir, à sa transmission et à sa remise en question permanente. L’éducation ne consiste plus seulement en connaissances héritées et apprises par cœur, son but n’est plus de transmettre seulement un système de valeurs mais de participer au progrès, donc de créer en observant et comparant. D’où la diversité des enseignements prodigués au sein de la faculté de Droit, Lettres et Histoire de l’art dont l’institut comporte quatre sections distinctes : un laboratoire, une salle d’exposition, un musée de moulages et une salle du nord consacrée à l’art septentrional. Le laboratoire, organe essentiel, renferme la bibliothèque, les collections photographiques. Il sert aux professeurs pour les conférences et les cours publics ordinaires, les étudiants y ont libre accès pour le travail personnel. Au sein de ce laboratoire, ce sont statues, bustes, bas-reliefs, moulages de sculpture décorative, originaux ou moulages de céramique, orfèvrerie, serrurerie, ivoires, tableaux, gravures, en tout près de deux cents spécimens qui sont réunis au sein de la faculté. Lille dispose déjà à cette époque d’une place remarquée puisqu’elle est la seule en province à pouvoir s’enorgueillir d’une telle collection. Des exemples palpables sont ainsi mis en place pour la progression des étudiants. La faculté de droit dispose aussi d’un musée pénal ou salle de travail de droit criminel où tous les documents statistiques, photographiques et objets permettant de rendre vivant l’enseignement abstrait du droit pénal donné en cours sont rassemblés. Un institut de langues vivantes est en préparation, des cours pour former les maîtres qui se destinent à l’enseignement primaire supérieur sont organisés. L’armée est associée à cet enseignement de haut niveau, des conférences concernant des sujets militaires sont dispensés en faveur des étudiants de l’Université, des grands élèves des établissements secondaires et primaires supérieurs. L’ouverture à la faculté des lettres de conférences d’histoire, de géographie et d’allemand, destinées aux officiers qui se préparent à l’École supérieure de guerre sont intégrées à l’action extérieure de l’Université16.

  • 17 M.J. Lussien-Maisonneuve, « Fascination médiévale et architecture de la Catho », dans Ensemble, XX (...)

17La façade de la faculté est d’inspiration néo-classique et montre donc un visage différent de celui des facultés catholiques érigées à partir de 1879 par Louis Dutouquet en style néo-gothique17. Deux styles, deux pensées. Le retour à l’architecture gothique est vu comme l’instrument d’une restauration de la religion catholique ; la référence au modèle du temple antique apparaît comme l’expression d’un idéal moderniste et éclairé.

Les facultés de Droit et Lettres en 1895. Façade rue Angellier dans M. Vandalle, Les facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895

Les facultés de Droit et Lettres en 1895. Façade rue Angellier dans M. Vandalle, Les facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895
  • 18 Les sources manuscrites conservées aux archives départementales du Nord d’A. Mongy, Les facultés d (...)

18La façade, rue Angellier, peu saillante, au décor sobre, présente une élévation à deux niveaux, surmontée d’un étage de combles pour le corps principal et d’un niveau unique pour les ailes latérales. Le traitement de cet ensemble est identique entre l’avant-projet d’avril 189018 et la composition définitive, excepté pour l’avant-corps central qui a été l’objet de soin particulier.

19Le rez-de-chaussée actuel de la façade du corps principal dispose de part et d’autre de l’avant-corps de huit ouvertures rectangulaires qu’entoure un encadrement constitué de pilastres à chapiteau en console à volutes très marquées dont la base se termine par un bouton tandis que les chapiteaux du premier niveau associent eux, volutes, crochets et feuilles d’acanthe.

  • 19 Pierre de Savonnières.

20Un traitement particulier a été apporté à l’avant-corps qui présente au niveau du rez-de-chaussée à bossages continus adoucis, trois arcades en plein cintre servant d’entrée solennelle. Sur ce soubassement, quatre colonnes composites en pierre assez dure19 se développent derrière une balustrade et soutiennent un fronton historié qui est seulement terminé en 1913. Ce fronton reprend une composition et un style directement puisé dans la statuaire au thème grecque : au centre Athéna, hiératique, dominatrice ; deux professeurs, un couple et un enfant, symbolisent l’accès des plus démunis au savoir et deux muses à chaque angle du tympan achèvent la composition. Tout ceci dans une atmosphère calme où chaque personnage donne force et gravité à la scène. L’effet d’ascension produit par les colonnes était renforcé par huit pot-à-feu sur la corniche, qui ont disparu pendant la première guerre mondiale mais qu’atténue la composition du fronton.

21Ce schéma hérité du temple païen fait écho au vestibule d’entrée qui rappelle « le pronaos du temple » par ses mosaïques, ses colonnes et ses pilastres, la polychromie des voûtes où la fleur de lys et le décor floral forment un écrin. Ce vestibule permet l’accès aux galeries des deux cours disposés de part et d’autre de l’amphithéâtre central. Une nouvelle fois, un modèle antique s’impose : celui de l’atrium, ceint de portiques propices à la méditation et à la réflexion, modèle déjà en place clans certains édifices lillois. Mongy respecte ainsi le contexte environnant et les caractéristiques architecturales lilloises, dans ce désir de composition imposante et grave. Le travail des étudiants et des professeurs s’effectue alors dans une atmosphère sereine.

22Convenance et économie ont été les maîtres mots de cette construction. La convenance impose à l’édifice d’être solide, salubre et pratique ; l’économie impose la forme la plus simple possible, régulière et symétrique. Même si ici, les sources de la Grèce Antique sont ouvertement utilisées, l’édifice est le symbole d’une recherche formelle qui correspond à un état d’esprit prônant avant tout les besoins des occupants, plutôt qu’une formule architecturale établie.

23La faculté de Droit et des Lettres présente des caractéristiques communes avec l’Université de Liège dans son histoire et sa construction.

  • 20 E. Hélin, P. Frankignoulle, J. Gauthier, D. Donnay, N. Dechenne-Lion, Visages urbains de Liège dep (...)

24On y retrouve le même modèle antiquisant avec une entrée monumentale, trois arcades, les quatre colonnes de l’avant-corps, les bossages adoucis, les balustrades donnant à l’ensemble de la façade une facture néo-classique20. Il semble que cette construction a influencé les choix lillois.

  • 21 « L’inauguration des facultés », Le Progrès du Nord, du 3 juin 1895.
  • 22 M. Vandalle, Les facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895, Lille, Taffin Lefort, s.d., p. 128.

25Les fêtes grandioses organisées à l’occasion de l’inauguration du nouveau quartier les 1er et 2 juin 1895 sont à l’image des travaux entrepris par la Ville, et destinées à marquer les esprits et à dévoiler au plus grand nombre l’œuvre républicaine. Dès le 31 mai, Lille vit au rythme de l’inauguration. De nombreuses personnalités, ministres, délégués des Corps savants et Universités françaises et étrangères visitent les locaux guidés par les professeurs21. Tous sont unanimes quant à la chance des Lillois d’appartenir à une cité qui comprend si bien la mission et la nécessité des Sciences, la création d’un grand foyer de science française qui rayonnera sur l’Europe du Nord marque une étape nouvelle et on peut penser aux « découvertes merveilleuses, aux recherches fécondes qui dans cette région, si laborieuse, ne peuvent manquer de sortir des beaux laboratoires que nous avons vu »22.

26La réception définitive des travaux s’effectue le 11 février 1897, elle est approuvée par le Préfet du Nord en août 1899.

  • 23 Dictionnaire biographique illustré du Nord, Paris, Flammarion, 1909, p. 717.

27Ainsi le rayonnement scientifique de la capitale des Flandres sur l’Europe du Nord devient possible grâce à la création de ce grand foyer universitaire réunissant déjà 1 335 étudiants en 189523.

Plan du rez-de-chaussée, avant-projet d’A. Mongy du 23 avril 1890 (Photo J.-Y. Populu, coll. ADN Lille)

Plan du rez-de-chaussée, avant-projet d’A. Mongy du 23 avril 1890 (Photo J.-Y. Populu, coll. ADN Lille)

Les Facultés de Droit et Lettres avant le 7 février 1913 Façade

Les Facultés de Droit et Lettres avant le 7 février 1913 Façade

Façade actuelle (Photo G. Naessens)

Façade actuelle (Photo G. Naessens)

Notes

1 Délibérations du Conseil municipal concernant la question du transfert des facultés de Droit et des Lettres, Lille, 17 mars 1887.

2 Délibérations du Conseil Municipal en vue de la création d’une Université à Lille, 20 juin 1876.

3 A. Laleine, Plein Nord, octobre 1982.

4 Nos travaux encore inédits, A. Langlet, Alfred-Louis Mongy et la construction de la facilité de Droit et des Lettres, Lille 3, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, sous la direction de M.A. Stalter et M.J. Lussien-Maisonneuve, 1996, p. 25.

5 « Nécrologie d’A. Mongy », Le Progrès du Nord, des 21-23 juin 1914.

6 L. Hautecoeur, Histoire de l’architecture classique en France, VII, Paris, 1957, p. 22.

7 Discours d’A. Mongy sur l’agrandissement de Lille 1667-1900, lors de la séance solennelle de la Société des Sciences et des Arts de Lille, le 15 décembre 1901, 1901.

8 Dictionnaire biographique illustré du Nord. Paris, Flammarion, 1909, p. 82 1.

9 op. cité, p. 822.

10 L’architecture et la construction dans le Nord, février 1897, p. 13-14.

11 Y. Gaulupeau, La France à l’école, Évreux, 1992, p. 104.

12 J. Caron-Humez, La gestion municipale lilloise de 1870 à 1914, Lille 3, DES Histoire, 1967.

13 Les sources manuscrites conservées aux archives départementales du Nord d’A. Mongy, Institut de Chimie : titres, construction, réparation, 1891.

14 L’Université de Lille en 1900, Lille, Bigot Frères, 1900.

15 R. Joly, Petite histoire de la Synagogue de Lille, Lille 3, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, 1990 ; D. Delmaire, La Synagogue de Lille 18911991, Lille, 1991, p. 33.

16 F. Benoit, L’enseignement de l’histoire de l’art et l’institut d’histoire de l’art de l’Université de Lille, Paris, 1901, p. 15,16,18.

17 M.J. Lussien-Maisonneuve, « Fascination médiévale et architecture de la Catho », dans Ensemble, XXXIV, 1977, p. 277-289 et catalogue d’exposition : Paris-Bruxelles-Paris, 1848-1914, Grand Palais, 1997, p. 85.

18 Les sources manuscrites conservées aux archives départementales du Nord d’A. Mongy, Les facultés de Droit et des Lettres : titres, devis et cahier des charges, 1891-1892.

19 Pierre de Savonnières.

20 E. Hélin, P. Frankignoulle, J. Gauthier, D. Donnay, N. Dechenne-Lion, Visages urbains de Liège depuis 1830, Liège, 1985, p. 40.

21 « L’inauguration des facultés », Le Progrès du Nord, du 3 juin 1895.

22 M. Vandalle, Les facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895, Lille, Taffin Lefort, s.d., p. 128.

23 Dictionnaire biographique illustré du Nord, Paris, Flammarion, 1909, p. 717.

Notes de fin

* Ce travail a été effectué à partir des sources manuscrites et imprimées conservées aux Archives Départementales du Nord, aux Archives Municipales de Lille, à la Bibliothèque Municipale de Lille et à la Bibliothèque Georges Lefebvre de l’UFR d'histoire de l'Université de Lille 3.

Table des illustrations

Titre Portrait d’Alfred Mongy (A. Neyens, encre et crayon)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Plan de l’Institut de Chimie (27 juin 1890) (dans M. Vandalle, Les Facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Plan de l’Institut des Sciences Naturelles (A. Mongy, 1891) dans Lille et la région du Nord en 1909, p. 132.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Institut des Sciences Naturelles. Élévation vers 1900
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Institut des Sciences Naturelles. Élévation actuelle, rue Gosselet
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Institut des Sciences Naturelles. Élévation actuelle, rue Barthélémy-Delespaul
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Les facultés de Droit et Lettres en 1895. Façade rue Angellier dans M. Vandalle, Les facultés de Lille, 2 et 8 juin 1895
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Plan du rez-de-chaussée, avant-projet d’A. Mongy du 23 avril 1890 (Photo J.-Y. Populu, coll. ADN Lille)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Les Facultés de Droit et Lettres avant le 7 février 1913 Façade
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Façade actuelle (Photo G. Naessens)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1585/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

Lille 3 – CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter