Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

I. La création de l'université de Lille

De Douai à Lille

Les enjeux du transfert contesté de 1887

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 L’Écho de la Scarpe ; mardi 26 octobre 1887.
  • 2 Idem.
  • 3 L’Écho de Douai ; 31 octobre 1887.
  • 4 Idem.
  • 5 L’Indépendant de Douai ; 25 octobre 1887.

1Le 22 octobre 1887, Ernest Spuller, ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux Arts, signait les deux décrets qui rendaient officiel le transfert des facultés douaisiennes de droit et des lettres vers la métropole lilloise. Avec cette décision parisienne s’achevait, en fait, plus de trente années d’une lutte fratricide entre les deux cités nordistes. La cité industrielle prenait enfin sa revanche sur les revers universitaires subis depuis le début du XIXe siècle. À Douai, « c’est le glas funèbre »1 qui résonne devant « ce rapt »2, « ce coup de tonnerre »3, « cette iniquité »4. La colère gronde contre le simple « trait de plume »5 qui efface des années d’efforts et une longue tradition universitaire remontant au XVIe siècle.

  • 6 Idem. Pour une approche de l’évolution du monde universitaire dans les années 1880-1914, voir surto (...)

2Si Douai « est décapitée »6, Lille ne cache pas sa joie d’être enfin couronnée et de voir concentrées en un point les quatre facultés devant former l’Université du Nord.

3Comment l’État républicain et les élites lilloises réussissent-elles à justifier ce transfert, longtemps retardé et toujours combattu ? Pourquoi, ce déménagement de 1887 qui retire à Douai ce qui semblait, autrefois, aller de soi ? Quelles sont les raisons invoquées pour justifier cette décision ?

4En fait, l’histoire du transfert douloureux de 1887 ne peut se comprendre sans une étude précise des conditions qui influent sur la naissance lilloise des facultés de droit et des lettres. Les enjeux de cette décision de déménagement sont multiples et mettent en lumière toute l’ambition universitaire et l’idéologie politique des grands réformateurs républicains de la fin du XIXe siècle. L’exemple nordiste est alors un remarquable point de cristallisation et d’observation des enjeux de pouvoir et des ambitions républicaines au niveau universitaire.

LES RAISONS DU TRANSFERT : ANALYSE DES DISCOURS LOCAUX

5Les décrets du 22 octobre 1887 ne sont en réalité que l’aboutissement d’un très long duel qui oppose, depuis le milieu du XIXe siècle, les villes de Douai et de Lille. Année après année, chaque camp justifie ses positions par toute une série d’arguments qui deviennent autant d’armes dans le combat universitaire. Au gré des batailles, se constitue, en fait, un corps de doctrine cohérent qui justifie les positions de chacun. Les décrets de 1887 ne marquent donc pour l’élite universitaire et politique nordiste que la fin d’une longue mobilisation idéologique au service d’une université idéale.

6C’est par l’analyse de la construction du paysage universitaire nordiste du XIXe siècle qu’il faut commencer cette étude pour mieux comprendre les enjeux et les étapes de cette lutte.

1. Les grandes batailles : une nouvelle « guerre de Trente ans »

7En fait, le paysage universitaire nordiste, tel qu’il apparaît en 1887, est le fruit d’une sédimentation progressive de couches géologiques plus ou moins anciennes où les discordances et les failles sont nombreuses. La lutte entre les deux cités se nourrit des hésitations et des incohérences des politiques universitaires nationales entre 1800 et 1880.

  • 7 Voir G. Dehon, L’université de Douai : 16671765, Lille, Thèse de troisième cycle, 1967, 336 p. et a (...)

8C’est au XVIe siècle qu’est créée l’université de Douai. Elle a pour but principal de lutter contre l’hérésie protestante, d’être une citadelle de la contre réforme. Le pape Paul IV promulgue le 31 juillet 1559, les lettres de fondation de l’université de Douai et Philippe II d’Espagne confirme, par lettres patentes du 19 janvier 1562, la création nordiste. L’Université est alors composée de cinq facultés : la théologie, le droit canon, le droit civil, la médecine et les arts7.

9L’épisode révolutionnaire vient ensuite détruire une institution qui a perdu de son dynamisme. Le décret de la Convention, du 15 septembre 1793, détruit les universités, jugées trop entachées d’aristocratisme et considérées comme des corps intermédiaires trop pesants.

10C’est Napoléon Ier qui restaure l’Université par la loi du 10 mai 1806. L’Université est alors le regroupement de tous les niveaux d’enseignement, du primaire au supérieur. On rétablit certaines facultés mais il n’y a pas de liens particuliers entre elles. Dans le Nord, le décret impérial du premier mars 1808 rétablit la faculté des lettres à Douai, en même temps qu’il désigne la ville comme chef-lieu d’académie.

11La Restauration démembre le dispositif napoléonien en supprimant la plupart des facultés. Elle ne conserve que six facultés des lettres sur tout le territoire. Douai perd donc de nouveau, en 1815, sa faculté des lettres même si la ville garde le lycée.

  • 8 Par exemple : AN ; F 17/13 700 ; Lettres diverses (lettre au roi des douaisiens du mois de septembr (...)

12Dès lors, et pendant tout le XIXe siècle, les élites douaisiennes se battent pour obtenir le retour des facultés. Toutes les armes diplomatiques sont utilisées : pétitions, contacts personnels avec les notables politiques, délégations et audiences8.

13Dans le même temps, la cité lilloise affirme elle aussi ses prétentions et multiplie les démarches. La guerre des deux cités est enclenchée qui va donner lieu à une série de batailles acharnées.

  • 9 ADN ; 1 T 6 février ; Lettre du 29 avril 1850.
  • 10 Voir : Séance du Conseil Municipal de Douai du 7 mai 1850 ; Séance du Conseil Municipal de Lille du (...)

14En 1850, la loi Falloux, en même temps qu’elle autorise la création d’écoles confessionnelles, prévoit un redécoupage des académies. Un nouveau système qui tienne plus compte des originalités départementales est étudié. Dès lors, la querelle entre Douai et Lille se réveille. La tension est d’autant plus vive qu’une lettre ministérielle adressée au préfet du Nord, montre que le gouvernement hésite entre les deux villes9. Les conseils municipaux des deux cités multiplient les démarches10 mais c’est finalement Douai qui conserve le siège académique et le lycée par la décision du 27 mai 1850.

15Le 22 août 1854, Napoléon III signe le décret qui autorise le retour à Douai de la faculté des lettres. Dans le même temps, il décide la création d’une faculté des sciences à Lille (loi du 14 juin 1854), dans une grande cité industrielle qui a besoin de la recherche scientifique. Lille reçoit ainsi le premier élément de son futur « complexe universitaire ». Napoléon III, en donnant une faculté à chaque cité, ménage les deux villes.

  • 11 AN ; F 17/13 700 ; Lettres et rapports divers.
  • 12 ADN ; 2 T 20 ; Mémoire du professeur Courdaveaux.

16C’est ensuite le retour éventuel d’une faculté de droit qui mobilise les énergies. Le combat est très long et les entreprises des deux adversaires sont multiples pour essayer d’emporter la décision. Les pétitions, les contacts politiques se multiplient11. Napoléon III est contacté personnellement en 1858 par la municipalité douaisienne. Le 23 mars 1864, l’adjoint au maire de Douai envoie à l’Empereur et au ministre de l’Instruction Publique, un long mémoire en faveur de l’installation à Douai d’une faculté de droit12. En avril 1864, le préfet du Nord transmet au ministre une pétition du conseil municipal de Douai qui a, de plus, obtenu le soutien des villes voisines et de Carvin, Dunkerque et Saint-Amand. Le 5 juillet 1864, une nouvelle pétition, avec un mémoire explicatif et les délibérations de nombreux conseils municipaux du Nord prennent le chemin de Paris pour soutenir les thèses douaisiennes. Il y a quinze pages de signatures très serrées (entre soixante et quatre-vingt signatures par page). Le combat finit par payer. Le 8 janvier 1865, une délégation douaisienne est reçue par Napoléon III.

17À Lille, les élites municipales utilisent les mêmes armes mais, semble-t-il, avec moins de succès. Le couperet tombe le 28 avril 1865. Une faculté de droit doit être implantée à Douai, près de la cour d’appel, venant ainsi rejoindre celle des lettres. Lille a une nouvelle fois perdu.

18Douai semble se contenter de ses deux facultés et se mobilise peu dans ce combat. Lille, quant à elle, ne néglige aucun argument en faveur de l’installation d’une faculté de médecine sur son sol. Depuis 1854 existait dans la métropole nordiste, une école préparatoire de médecine. Déclarée école de plein exercice, elle se transforme en faculté à part entière par le décret du 12 novembre 1875.

19Ainsi, au terme de plus de quatre-vingt années de disputes et de conflits d’ambitions, un système universitaire complet s’est reconstitué peu à peu dans le Nord. La grande caractéristique de cette reconstitution progressive est sa bipolarité. Les facultés, au terme de leur lutte, sont réparties deux par deux. Le droit et les lettres sont à Douai, dans une petite ville calme et assez bourgeoise qui se contente de son rôle de défenseur des « Humanités et du Droit ». La médecine et les sciences sont dans la ville industrielle, au contact des expériences multiples des entreprises.

  • 13 Voir le Bulletin des facultés catholiques de Lille.

20Ce monde bipolaire devient d’ailleurs très vite, tripolaire avec l’apparition de l’Université catholique de Lille. Après la loi du 27 juillet 1875 qui autorise la création d’universités libres et la composition de jurys mixtes, un pôle d’enseignement supérieur catholique se développe très vite dans le Nord13. Dans une région encore fortement pratiquante, les catholiques ont même devancé la loi car, dès 1874, des cours sont organisés dans diverses salles de la ville. Grâce aux multiples dons, aux campagnes de souscription, au soutien des grands patrons du Nord, une université libre se développe. Elle est officiellement inaugurée le 18 janvier 1877. La première pierre des bâtiments du boulevard Vauban est posée en novembre 1879. Dès le départ, d’ailleurs, les facultés catholiques se concentrent en un seul point pour plus de force et de cohésion.

21En 1887, avant que le transfert ne soit décidé, le monde universitaire nordiste, dispose d’effectifs à peu près équivalents. Il est cependant difficile de connaître avec précision les chiffres des effectifs étudiants, chaque camp gonflant souvent ses inscriptions (par le décompte d’étudiants plus ou moins fictifs comme les correspondants...) afin d’apparaître plus dynamique.

22La division semble nuire gravement aux facultés de l’État qui dispersent leurs étudiants en deux pôles concurrentiels. Les facultés d’État de Douai, selon ces chiffres regroupent 570 inscriptions ; les facultés d’État lilloises ont 1 007 inscriptions contre 994 aux facultés libres. Le regroupement de tous les étudiants d’État à Lille peut, dès lors, apparaître comme le moyen de contrer la « citadelle cléricale » en affirmant une présence massive des étudiants des « facultés républicaines ». Regroupées à Lille, les quatre facultés d’État auraient 1 577 inscriptions contre 994 aux facultés catholiques.

Les inscriptions dans les facultés nordistes

Les inscriptions dans les facultés nordistes

23Dès 1865, avec le retour à Douai d’une faculté de droit, commence la dernière lutte entre les deux cités. Si Douai semble satisfaite de son sort, Lille n’admet pas l’éclatement en deux pôles universitaires et considère cette situation comme temporaire. Désormais, c’est l’affaire du transfert des facultés douaisiennes qui devient l’enjeu des multiples démarches nordistes. Lille ne néglige aucun détail pour emporter la décision alors que Douai semble se complaire dans la répartition existante des facultés, ne demandant qu’un simple maintien des acquis.

  • 14 ADN ; 2 T 626 ; Les six mémoires du professeur Viollette.

24Le 20 juin 1876, le maire de Lille, Catel-Béghin, émet le vœu que la métropole du Nord devienne un centre universitaire complet. Le 21 mars 1877, le conseil municipal de Lille étudie un important mémoire du conseiller Viollette, doyen de la faculté des sciences en faveur du transfert. Le doyen Viollette devait d’ailleurs en rédiger six au total14. Il y vante les mérites de Lille, grande par sa population et sa richesse, seule capable d’entretenir et de soutenir durablement une université véritable. En 1877 toujours, une délégation lilloise est reçue par le Ministre de l’Instruction Publique, Waddington, alors que ce dernier travaille à un projet de regroupement des facultés françaises. On y retrouve le sénateur Testelin, les députés Legrand et Masure, élus républicains.

  • 15 ADN ; 1 T 16/3 ; Lettre du 26 juin 1886.

25Les choses semblent ensuite se « tasser » quelque peu mais il n’est pas une année sans que le projet de transfert ne soit évoqué et défendu par les Lillois. En juin 1886, des étudiants de la faculté des lettres de Douai adressent une pétition au Ministre de l’Instruction Publique pour réclamer le transfert et la création d’une vraie université lilloise. Le conseil municipal de Lille soutient l’entreprise. Le conseil académique est saisi de l’affaire mais vote pour le maintien par 8 voix contre 4 abstentions. À Douai, on crie au scandale et à la manipulation de la jeunesse. Les autorités municipales lilloises auraient fortement encouragé l’entreprise de ces quelques étudiants mécontents. Le 26 juin 1886, Géry Legrand, maire de Lille, envoie une nouvelle lettre au préfet du Nord, Jules Cambon, pour réclamer le transfert15.

26Douai réagit et le 9 juillet 1886, une délégation est reçue par le Ministre de l’Instruction, Goblet pour essayer de « torpiller » les initiatives lilloises. Selon les envoyés douaisiens, le ministre se serait engagé à n’examiner l’affaire qu’ultérieurement, avec un débat devant le parlement.

  • 16 AMD ; R 1/152 ; Rapport de J. Cambon.
  • 17 ADN ; 1 T 16/3 ; Lettre du 19 juillet 1886.

27Jules Cambon, le préfet du Nord, entre personnellement dans le conflit et adresse au Ministre un long courrier pour le mettre en garde contre une décision trop rapide. Douai mérite ses facultés et il n’y a pas d’urgence à trancher le problème. Ce transfert éventuel serait considéré comme une sanction envers le maire républicain de Douai qui serait obligé de démissionner, à la grande joie du parti réactionnaire16. Le 19 juillet 1886, le préfet écrit une lettre au Ministre avec le code « confidentiel »17. Il y évoque les graves considérations politiques qui, à son sens, doivent faire retarder d’au moins 18 mois la décision : « ... Je considère que sa réalisation nous enlève tout espoir de triomphe aux prochaines élections sénatoriales... »

28Au début de l’année 1887, le sénateur-maire de Douai, Merlin, envoie une « note pour les ministres » où il montre les conséquences néfastes de tout projet de transfert pour les intérêts de la République dans le Douaisis.

  • 18 AML ; 1 R 4/34 ; Convention du 17 mars 1887 manuscrite.

29Le 12 mars 1887 cependant, un grand pas est franchi dans cette « guerre » des deux cités. Une convention est signée à Lille entre Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur et Géry Legrand, maire de la ville. La municipalité s’engage à construire de nouveaux bâtiments universitaires dont une faculté des lettres et de droit, une bibliothèque universitaire et divers instituts18. La convention est ensuite approuvée par le conseil supérieur de l’Instruction Publique, le 23 mars 1887.

30À Douai, c’est la colère. Le maire est obligé d’en appeler au calme. Une pétition d’opposition à la décision réunit 10 320 signatures. Une délégation part à Paris avec l’espoir de faire annuler la convention.

  • 19 ADN ; 2 T 626 ; Mémoire du professeur Courdaveaux et lettres diverses.

31Mais le vent tourne et les choses s’accélèrent. Le ministre Goblet est remplacé par Berthelot à la tête de l’Instruction Publique. Le projet de décret décidant du transfert est déposé sur le bureau de la Chambre des députés, le 26 mars 1887. Le maire de Douai et le conseil municipal donnent leur démission. Le 10 mai 1887, le sénateur-maire Merlin rédige une note « pour les sénateurs » dans laquelle il insiste sur l’injustice de la décision. Il joint à son texte un mémoire rédigé par le professeur Courdaveaux, enseignant à la faculté des lettres19.

32Le 22 octobre 1887, le débat est définitivement tranché. Deux décrets décident le transfert des facultés de droit et des lettres vers Lille qui concentre ainsi les quatre facultés nordistes. La métropole du Nord tient enfin sa revanche sur les caprices passés de l’histoire universitaire.

2. Le discours douaisien de conservation

33Tout au long de ce conflit entre les deux villes, chaque camp se construit un corps de doctrine, une théorie globale, qui met en avant les avantages d’une implantation locale des facultés. À travers les courriers, les mémoires, les tracts et les articles de presse, six éléments essentiels en faveur du maintien des facultés à Douai sont avancés.

34Les efforts accomplis par la municipalité depuis 1854 pour doter les facultés de locaux importants, pour loger les étudiants et les enseignants, ont été nombreux et continus. La ville a rénové les bâtiments, multiplié les subventions. S’en aller serait un acte profond d’ingratitude et d’impolitesse, d’autant que le passé parle pour Douai. C’est là, en effet, qu’est née l’université au XVIe siècle. Lille est trop novice en la matière pour prétendre donner des leçons universitaires.

  • 20 Le Libéral du Nord du 26 octobre 1887.
  • 21 L’Indépendant de Douai du 25 octobre 1887.

35En outre, dans de nombreuses rencontres au sommet, en particulier lors de l’entrevue avec le ministre Goblet, le 9 juillet 1886, les Douaisiens avaient obtenu la certitude, selon eux, que la question ne serait pas tranchée rapidement et que le problème serait réglé par le parlement après un long débat. Les deux décrets apparaissent, dès lors, comme une infamie qui interdit tout débat réel : « ... l’exécution de Douai comptera parmi les malhonnêtetés gouvernementales les plus célèbres... »20
« ... Contrairement aux engagements formellement pris, contrairement à la parole donnée, il n’y a pas eu de discussion... c’est par un simple trait de plume... qu’on procède à la décapitation de la ville... »21

  • 22 ADN ; 2 T 626 ; Mémoire de 18 pages.

36De plus, Douai a beaucoup lutté pour la République et le transfert risque de retourner l’opinion contre le régime. Le mémoire du professeur Courdaveaux, en 1887, insiste sur ce point : « ... Dépouiller Douai... c’est atteindre dans leurs intérêts, les 3/4 au moins des communes rurales de l’arrondissement... C’est désaffectionner de la République, une population qui lui a été fidèle depuis 1871... Le parti républicain sera débordé... »22

37Nous avons vu que le préfet Jules Cambon insistait lui aussi sur cet aspect politique des choses, à quelques mois des élections sénatoriales, pour demander au moins le report de la décision.

  • 23 Rapport du ministre Spuller au président de la République ; JO du 23/10/1887.

38Le professeur Courdaveaux, les doyens (surtout le doyen de Folleville en droit) et beaucoup de notables douaisiens insistent également sur la nécessité du maintien de la faculté de droit à Douai, ville où siège la Cour d’appel. Par ce moyen, les étudiants en droit, futurs magistrats, peuvent entendre les réquisitoires et les plaidoyers des professionnels. Beau coup d’étudiants viennent d’ailleurs de très loin car : « ... ils trouvent auprès de la Cour d’appel, des enseignements pratiques, des conseils, des exemples et des emplois... »23

39Aller à Lille, c’est se priver d’un vivier extraordinaire de travaux pratiques quotidiens et gratuits. La faculté des lettres ne peut, elle aussi, que tirer profit de la présence de la Cour d’appel. La magistrature n’est-elle pas le moyen d’offrir de fréquentes occasions d’allier l’élégance de la forme à la solidité du raisonnement ? Lille n’est pas une ville bourgeoise, respectueuse des traditions et de l’art oratoire ; elle passe pour une ville industrielle et peu cultivée. Il en va donc de l’intérêt pédagogique des universitaires et du respect des Humanités classiques.

40Par ailleurs, Douai reste une petite ville calme, bourgeoise et respectueuse des traditions, à l’écart du tapage des sociétés contemporaines. On y pratique les bonnes manières. Les étudiants sont connus, encadrés, surveillés par la population. Ils sont obligés de compter avec l’opinion publique qui veille aux bonnes mœurs de la jeunesse. Ils sont en « liberté surveillée » et ceci ne peut être que favorable à leur bonne éducation. Lille est, avec Roubaix et Tourcoing, une immense métropole de près de 600 000 âmes. C’est une cité industrielle, la ville du textile, des affaires mais aussi celle des courées et de la misère ouvrière. Que vont aller faire, dans cet espace particulier, des étudiants en lettres et en droit ? Ils sont condamnés à y apparaître comme un kyste surimposé de l’extérieur, par une décision hâtive d’un ministre incompétent. Partir de Douai, c’est couper les facultés de leurs racines nourricières. Certes, les facultés des sciences et de médecine sont déjà à Lille, bien implantées et aidées par le milieu local. Mais il faut comparer ce qui est comparable. Les lettres et le droit sont beaucoup moins liés à la recherche industrielle ; les deux facultés douaisiennes sont trop avides d’Humanités Classiques pour risquer un tel voyage. À Lille, perdus dans la masse anonyme de la grande ville, les étudiants vont se dissoudre et céder aux vices faciles d’une « nouvelle Babylone », au milieu des assommoirs multiples et des filles de petite vertu. Douai reprend ici l’image négative de la ville qui s’est forgée peu à peu au XIXe siècle, avec le développement de la révolution industrielle et l’explosion urbaine. Les âmes étudiantes et même professorales risquent fortement de s’y corrompre, au contact des classes laborieuses souvent jugées dangereuses et des milieux d’affaires à la morale parfois douteuse.

41Le dernier argument est d’ordre géographique. En allant à l’extrémité nord du département, on s’expose à perdre les étudiants qui résident dans le sud et l’est de l’académie. Il faut rappeler que l’académie de Douai comprend à l’époque les départements du Nord, du Pas-de-Calais mais aussi ceux de la Somme, de l’Aisne et des Ardennes. Douai occupe une position centrale. Le transfert risque de faire perdre des étudiants qui, devant se déplacer, préféreront partir directement pour Paris. Les familles douaisiennes et des environs, obligées de songer, elles aussi, au déplacement de leurs fils et filles, préféreront certainement les inscrire à l’université catholique, réputée plus stricte. Aller à Lille, c’est perdre des étudiants au profit de Paris et des facultés catholiques.

42Douai n’est donc pas sans arguments dans sa lutte qui l’oppose à Lille. Notons cependant, que la plupart des idées retenues sont essentiellement des arguments conservateurs, visant au maintien des acquis, à savoir la bipolarité du monde universitaire nordiste. Il n’y a pas, à Douai, de projet cohérent de regroupement des quatre facultés. On désire seulement conserver l’existant.

3. Le discours lillois de revendication

43Connaissant le corpus idéologique douaisien, les élites lilloises multiplient les contre-offensives et travaillent à saper les arguments conservateurs de la cité rivale. Peu à peu, la métropole du Nord se construit, elle aussi, son corps de doctrine. Mémoires, lettres, délibérations du conseil municipal et discours divers mettent en avant une série d’arguments que l’on peut schématiquement regrouper en cinq grands points.

  • 24 ADN ; 1 T 18 mai ; Lettre de G. Legrand au préfet Cambon ; 26 juin 1886.

44On souligne d’abord que les facultés vivent depuis trop longtemps dans l’isolement le plus total. Chaque laboratoire travaille isolément, sans se soucier des autres, ce qui entraîne des dépenses inutiles et tue l’émulation. Les étudiants en sciences ont besoin de certains cours de médecine ; les futurs médecins ne peuvent ignorer certaines notions de droit ; les avocats et magistrats ont intérêt à briller dans l’art oratoire littéraire. La division en facultés cloisonnées qui s’ignorent et même se détestent, est une catastrophe pour le développement de la Science et pour l’enseignement supérieur. Géry Legrand, le maire de Lille, dans ses multiples courriers, met toujours en avant cette donnée du débat : « ... l’enseignement supérieur a besoin... d’être concentré sur un même point... L’intelligence pour se développer normalement a besoin de suivre le progrès de chaque jour dans toutes les branches des connaissances humaines... »24

  • 25 Rapport du ministre Spuller ; Journal Officiel du 23/10/1887.

45Comme les facultés des sciences et de médecine sont remarquablement implantées à Lille, au cœur d’une ville dynamique et prospère, il faut que les facultés de Douai (lettres et droit) soient transférées au même endroit : « Il ne viendrait à la pensée de personne de transférer à Douai, les facultés des sciences et de médecine de Lille. Il faut donc que les facultés des lettres et de droit de Douai aillent à Lille... »25

46Cet argument logique s’est avéré porteur. Il reprend, en effet, l’une des idées les plus chères à Louis Liard, à savoir la création d’universités véritables, groupant en un même point les facultés d’État. Le transfert apparaît, dès lors, comme le préalable nécessaire à toute création postérieure d’universités.

  • 26 ADN ; 1 T 18 mai ; Lettre de G. Legrand au préfet ; 26 juin 1886.

47De plus, la concentration des quatre facultés de l’État à Lille est d’autant plus nécessaire affirment les partisans du transfert, qu’il faut absolument lutter contre l’université catholique. « ... Si d’ailleurs, il est un point sur lequel l’université doit réunir ses plus sérieux efforts, c’est bien celui qu’ont choisi les facultés libres dont il importe, dans l’intérêt de la République, de combattre la funeste influence... »26

48Il est de l’intérêt de la République de contrer le développement du pôle catholique. Cette lutte n’est possible que si les forces sont égales. Les facultés libres ont, dès le départ, été groupées en un seul point pour plus de cohésion. Il faut que l’État fasse de même avec ses facultés sous peine de perdre en crédibilité. Il y va du contrôle et de la formation des esprits, bases d’une future victoire républicaine. C’est la formation idéologique de la jeunesse de France qui est en jeu. Cet argument lillois est très écouté à Paris, les Lillois sachant se servir de « la Catho » comme d’un épouvantail efficace.

49En outre, l’enseignement supérieur de la fin du XIXe siècle réclame de plus en plus de moyens en matériels, en locaux et en hommes. Il demande des investissements de plus en plus lourds, des subventions et des aides. L’État ne peut tout prendre à sa charge et financer tous les projets. Les municipalités, les départements doivent donc participer à l’effort général en aidant certains enseignements, en construisant des bâtiments modernes et en subventionnant l’enseignement supérieur. Le renouveau de l’université française ne peut donc se faire dans de petites villes aux ressources limitées. Il faut alors concentrer l’ensemble des facultés dans de grandes cités prospères, seules capables de supporter les efforts nécessaires au bon fonctionnement des institutions universitaires. Douai est trop petite ; la cité présume de ses forces.

  • 27 ADN ; 2 T 626 ; Rapport du professeur Viollette ; 21 mars/1877.

50Le conseiller municipal Viollette, dans son premier rapport (1877) insiste sur ce point : « ... D’un côté se trouve une ville de plus de 200 000 âmes... qui, avec les agglomérations presque contiguës forme un groupe de population de 600 000 habitants. De l’autre, une cité de 25 000 à 30 000 habitants... La ville de Douai est-elle en état de supporter les dépenses considérables, nécessaires à la création d’un grand centre universitaire... ? »27

51Le maire de Lille, Géry Legrand reprend constamment cet élément du débat en insistant sur les multiples dépenses de la municipalité en faveur de l’enseignement républicain, depuis le primaire jusqu’aux facultés. Lille a beaucoup construit et compte encore le faire.

  • 28 E. Lavisse, « La question des universités françaises : le transfert des facultés de droit et des le (...)

52Ernest Lavisse, l’éminent historien, lorsqu’il entre dans le débat, n’oublie pas cette idée : « ... Il faut aller à Lille, non seulement parce que l’université catholique y est établie mais parce que Lille est capable de porter une université... »28

53Aux trois thèmes constructeurs qui viennent d’être explicité, Lille ajoute deux arguments destructeurs qui ont pour but de saper le travail douaisien. Tout est en effet mis en œuvre pour montrer des facultés lilloises dynamiques et pleines d’avenir, alors que les facultés douaisiennes seraient sur le déclin, trop tournées vers le passé.

54Le 4 juin 1886, le conseil municipal de Lille examine une pétition reçue par Géry Legrand. Ce sont des étudiants qui se plaignent de leur condition de vie à Douai et réclament le transfert à Lille. Ils notent une importante insuffisance des moyens de travail et le peu de sympathie de la population de la ville pour la jeunesse. Douai est une ville trop calme qui sommeille. Les Douaisiens crient immédiatement au scandale, au mensonge et au coup monté.

  • 29 E. Lavisse, « La question des universités françaises », dans Revue internationale de l’enseignement (...)

55Ce qui est important ici de relever, c’est que les notables parisiens réutilisent cet argument dans leur discours justificatif. Ernest Lavisse déclare : « ... L’état des bâtiments universitaires de Douai est déplorable... ils étaient déjà vieux en 1854 lorsqu’ils servaient de mont de piété... les locaux d’enseignement y sont très insuffisants... On a logé la bibliothèque universitaire dans l’ancien appartement du doyen de la faculté de droit... les livres sont entassés... »29

56Le sous-entendu est clair : le dynamisme douaisien est faible. S’il faut reconstruire du neuf, c’est à Lille qu’il faut le faire, dans une ville prospère et jeune.

57Enfin, Douai avait mis en avant sa position centrale au cœur de l’académie alors que Lille lui apparaît trop excentrée, trop au nord. Les élites lilloises s’engagent en lançant une bataille de chiffres.

58Manipulant à merveille les années universitaires, comparant les facultés les plus opposées, elles réussissent à montrer que les facultés douaisiennes sont tournées vers le passé. Leurs effectifs sont à la baisse, tandis que les facultés lilloises connaissent un développement accéléré.

  • 30 Journal Officiel du 23 octobre 1887.

59Ernest Spuller, dans son rapport au président de la République30, précise quelque peu les données chiffrées que l’on peut résumer dans le tableau suivant :

Les inscriptions dans les facultés d’État

Douai

Droit

1871-1872

983 inscriptions

Douai

Droit

1886-1887

430 inscriptions

Douai

Lettres

1886-1887

90 inscriptions

Lille

Médecine

1877-1878

323 inscriptions

Lille

Médecine

1886-1887

1 054 inscriptions

Lille

Sciences

1886-1887

77 inscriptions

60On ne compare réellement que les deux facultés les plus opposées, celle de droit de Douai qui décline et celle de médecine de Lille qui connaît un important développement. Les partisans du transfert se sont d’ailleurs empressés de trouver une année repère très lointaine pour le droit (1871-1872) afin d’accentuer l’effet de chute. On ne donne pas d’effectifs antérieurs à 1886 pour les lettres bien que les inscriptions douaisiennes connaissaient une légère progression depuis quelques années.

61De toute façon, concluent les Lillois, il est vain de dire qu’en venant à Lille, l’université va perdre des étudiants originaires de la Somme ou des départements lointains. Les facultés douaisiennes les ont déjà perdus depuis longtemps.

62Le corpus revendicatif lillois est donc bien au point, centré sur trois arguments que reprennent les pouvoirs publics :

  • La concentration des facultés en un point, base de futures universités

  • La lutte contre le cléricalisme pour le contrôle de la jeunesse

  • L’installation dans des villes capables de soutenir la rénovation universitaire.

63Pour le reste, il s’agit surtout de détruire les arguments douaisiens. Une longue « guerre de trente ans » s’achève donc en 1887 qui s’est nourrie des hésitations de la politique gouvernementale en matière d’université. Chaque camp a pris le temps de se construire de véritables réseaux de soutien et de justifier idéologiquement ses positions. Il revient cependant à l’État républicain, aux élites parisiennes, de trancher en dernier ressort ; ce qu’ils font en justifiant, eux aussi leur décision.

LE DISCOURS D’ETAT ET SES PRESUPPOSES : LES ENJEUX D’UNE REFORME DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS

  • 31 A. de Beauchamps, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur français, Paris, A. D (...)

64Les dirigeants républicains ont beaucoup écouté les Lillois et les Douaisiens avant de décider le transfert des facultés. Ils ont également eu, constamment, le souci de justifier leur décision par la rédaction de notes, de rapports ou de livres. En fait, la décision de transfert nordiste est un remarquable révélateur des intentions et des projets des réformateurs républicains en ce qui concerne l’université. L’événement est contemporain d’un vaste effort gouvernemental en vue de moderniser l’enseignement supérieur français. Il faut sept tomes à A. de Beauchamps pour recenser chronologiquement toute l’œuvre législative des régimes politiques entre 1789 et 191431, soit près de 6 600 pages. Cinq volumes sont plus spécialement consacrés à la IIIe République entre 1875 et 1914. Les examens et les concours, l’organisation administrative et professorale, les rouages institutionnels et budgétaires, rien n’échappe au réformateur républicain dans son effort de clarification et de modernisation. À ce niveau, tout du moins, les années 1880-1914 apparaissent comme un moment fort dans l’histoire de l’université française.

65L’étude du positionnement gouvernemental face au projet de transfert peut ainsi servir de révélateur d’intention, le miroir lillois grossissant les enjeux nationaux du débat.

  • 32 F. Buisson, La foi laïque, Paris, Hachette, 1912, p. 178.

66Pour la Troisième République, proclamée le 4 septembre 1870, l’avenir a été longtemps incertain. L’Assemblée élue le 8 février 1871, est composée d’une majorité de monarchistes qui refusent la « gueuse ». Après les lois constitutionnelles de 1875, la République se sait fragile et contestée. Pour qu’elle se maintienne, il faut qu’elle réussisse à contrebalancer l’influence conservatrice de l’Église qui, contrôle encore l’enseignement et l’éducation de la jeunesse. C’est par le ralliement des enfants et de la jeunesse aux principes républicains que le régime pourra se maintenir et préparer l’avenir. L’école devient alors un enjeu essentiel pour les hommes au pouvoir. « ... C’est que le premier devoir d’une République est de faire des républicains... »32

67Il ne faut pas oublier que la décision de transfert de Douai à Lille est contemporaine de la terrible lutte que se livrent l’État et l’Église pour le contrôle de l’école, pour la laïcisation et l’obligation scolaire. La succession des textes de loi est ici significative :

  • 1880 : Loi sur l’enseignement secondaire des jeunes filles (Camille Sée)

  • 1881 : Loi qui rend l’école primaire gratuite

  • 1882 : Loi qui rend l’école obligatoire de 6 à 13 ans

    • 33 Voir M. Ozouf, L’école, l’enseignement et la République, 18711914, Paris, Le Seuil, 1992, 26l p.

    1886 : Loi Goblet de laïcisation des personnels enseignants33.

68Le transfert est donc décidé au terme d’un lent processus législatif. Il « baigne » dans ce contexte de guerre scolaire et de combat pour le contrôle des esprits de la jeunesse. D’autant plus que le Nord de la France apparaît très vite comme une zone de forte tension. Plus que l’obligation scolaire, c’est la laïcisation qui déclenche la tempête des partisans de l’Église. Les catholiques s’organisent et résistent devant les attaques de « l’école sans Dieu ».

  • 34 B. Menager, La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord entre 1879 et 1889 ; T (...)

69« ... Le Nord apparaît comme une citadelle du cléricalisme, pour le nombre de ses écoles congréganistes, par la richesse des congrégations ; Les forces conservatrices disposent de ressources plus importantes que dans d’autres régions..., Les catholiques du Nord ont un sens de l’organisation remarquable qui leur a permis de créer des institutions scolaires parallèles à tous les niveaux de l’enseignement...34

70Deux camps s’organisent pour durer. À Lille par exemple, une association apparaît, le Sou ou le Denier des écoles laïques qui organise des fêtes, des souscriptions publiques afin d’aider et de développer l’école républicaine. De l’autre côté, apparaît très vite un Denier des écoles catholiques qui défend l’école de Dieu et renouvelle les quêtes.

  • 35 BML ; Danchin Ier septembre ; Tract « pères de famille, garde à Vous !... ».
  • 36 BML ; Fonds Humbert 37/221 à 229 (pièces diverses).
  • 37 BML ; Fonds Quarre-Reybourdon ; QR/31.

71Les tracts se multiplient qui mettent en garde les parents contre l’école de Satan et l’œuvre « de démoralisation que poursuit l’enseignement public »35. Même les chansons sont mises au service de la cause. Chaque camp compose ses couplets. Nicolas Dusart écrit un texte intitulé « nos écoles laïques » que met en musique Desrousseaux36. Louis Grimonprez avait fait la même chose, en 1881, pour le carnaval des écoles laïques37. Ces textes vantent les mérites de l’école républicaine, moyen de promotion sociale et d’égalité entre les français.

  • 38 BML ; Fonds Quarre-Reybourdon ; QR/31.

72Les forces catholiques ne sont pas en retrait et poussent également la chansonnette. Le texte, chanté le dimanche 22 février 1880 en l’église Saint-Maurice de Lille, en appelle à la lutte contre « le despotisme infâme » et les deux derniers vers sont ambigus à souhait, affirmant : « ... Il y fera rentrer le Christ en maître Il y fera régner le Christ en roi... »38

73Les combats essentiels ont lieu pour le contrôle de l’enseignement primaire qui, depuis l’obligation scolaire, accueille tous les enfants du peuple. Lorsque l’on passe à l’enseignement secondaire et supérieur, la lutte continue même si elle semble perdre son intensité dramatique. Cette fois, il s’agit de la formation des élites bourgeoises de la Nation.

  • 39 F. Mayeur, De la révolution à l’école républicaine : 17891930, t. 3 de l’Histoire générale de l’ens (...)

74La loi du 27 juillet 1875, a accordé la liberté à l’enseignement supérieur, avec la possibilité de créer des facultés libres ; les jurys d’examen seraient alors mixtes. Très vite, se développe à Lille, une grande université catholique. « ... C’est à Lille que la réussite est la plus incontestable. Grâce à l’ardeur du clergé, à l’inépuisable générosité des industriels catholiques, se bâtit un palais universitaire... »39

75Lorsque Jules Ferry vient, le 24 avril 1880, poser la première pierre de la future faculté de médecine, place Philippe le Bon, il est chahuté en gare de Lille par des étudiants catholiques venus l’apostropher. C’est à cette occasion qu’il parle des deux citadelles qui s’opposent dans la métropole du Nord. Le pôle universitaire catholique apparaît dynamique. Les quêtes des églises, les souscriptions publiques, les subventions patronales se multiplient qui permettent la construction progressive de magnifiques bâtiments universitaires près du boulevard Vauban.

  • 40 BML ; Fonds Mahieu B/33 ; Appel aux catholiques des diocèses de Cambrai et d’Arras ; 1880.

76« ... La nécessité des facultés catholiques n’est plus une question... Ces institutions sont un refuge indispensable aux jeunes générations contre un enseignement étranger aux principes éternels... »40

  • 41 La semaine religieuse du 16 juin/1877.

77Pendant de nombreuses années, les souscriptions se multiplient dans le Nord. Les dix premières listes de souscription, d’après la Semaine religieuse41 auraient rapporté près de 5 783 000 francs ; l’argent semble venir de partout, d’Algérie, de la Réunion, de Belgique, d’Allemagne et bien sûr surtout du Nord-Pas-de-Calais.

  • 42 Annexe du rapport de M. Bréal au conseil supérieur de l’Instruction Publique.

78Les effectifs étudiants, après un début délicat augmentent rapidement42

Faculté de droit libre

1875-1876

146 inscriptions

Faculté de droit libre

1885-1886

414 inscriptions

Faculté de médecine libre

1877-1878

355 inscriptions

Faculté de médecine libre

1885-1886

530 inscriptions

79Il est vrai que dans le même temps, la faculté libre des lettres n’a que 23 inscriptions et celle des sciences 27, en 1886-1887. Le rapporteur républicain préfère cependant taire ces deux chiffres pour mieux grandir le péril clérical à Lille.

  • 43 Journal officiel du 23 octobre 1887 ; rapport d’E. Spuller.

80Les facultés de l’État peuvent-elles rester ainsi divisées et concurrentes alors qu’elles ont en face d’elles un pôle complet d’enseignement catholique ? « ... devant cette concurrence, le gouvernement ne peut hésiter... il doit concentrer lui aussi... toutes les forces du haut enseignement de l’État dans la région du Nord... »43

  • 44 BML ; Fonds Humbert 37/221 à 229 (chants divers).

81Les étudiants catholiques affirment de plus en plus leur présence dans la cité, par leurs bruyants monômes et leurs chants. « Liberté », le chant des étudiants catholiques de Lille, célèbre la spécificité des institutions cléricales et justifie la lutte contre l’école sans Dieu. Un autre texte intitulé « Ronde des étudiants des facultés catholiques de Lille » en appelle à la lutte, même si « la foudre gronde et la tempête a déchaîné ses tourbillons ». Les étudiants chantent haut et fort : « ... de Dieu nous soutiendrons les droits... Nous voulons que Dieu reste en France, le Dieu des lettres et des arts... »44

  • 45 E. Lavisse, « La question des universités », Revue Internationale de l’Enseignement 15/12/1886.

82Dès lors, la cause est entendue. La République et son gouvernement ne peuvent hésiter et doivent décider le transfert le plus rapidement possible. Ernest Lavisse insiste sur ce point dans son plaidoyer pour le transfert, en 1886 : « ... des partisans sont en guerre contre l’État et l’État fait la guerre à ces partis... Élevons école contre école. Personne ne comprendrait que l’État bâtit à grands frais des lycées face aux collèges ecclésiastiques et qu’il n’eût pas son université en face de l’université catholique de Lille... Cette université est puissante et redoutable. Ne faut-il pas nous défendre ?... Pouvons nous lutter si nous demeurons dispersés...45

83On ne peut donc comprendre la décision de transfert de 1887 sans la réinsérer dans cette longue lutte entre les deux écoles pour le contrôle de l’esprit et des cœurs de la jeunesse française. S’il faut aller à Lille, c’est pour lutter contre la citadelle cléricale du boulevard Vauban.

  • 46 Journal Officiel du 23 octobre 1887 ; rapport d’E. Spuller.

84Les élites républicaines nordistes ou parisiennes, dans la justification du transfert, mettent toujours en avant un second argument. Il s’agit, en effet, de mettre fin à la léthargie des universités françaises, en créant des foyers dynamiques et interdépendants de recherche et d’enseignement. Un véritable lobby réformateur dirige alors l’enseignement français avec Louis Liard à sa tête. Il faut mettre fin à l’isolement en facultés dispersées et concurrentes, au nom des intérêts de la science française. « ... Autrefois, nos facultés vivaient isolées l’une de l’autre, chacune chez soi. Aujourd’hui, elles sont devenues des parties d’un grand et même corps... Dans l’académie de Lille, une des plus importantes de la République, les facultés sont dispersées... la réunion des quatre facultés dans une même ville... s’impose comme une mesure d’utilité publique... »46

85Il importe de relever le défi de la science moderne. La recherche, les progrès scientifiques ont besoin de contacts multiples entre les disciplines, d’émulation et d’une mise en commun des matériels et des découvertes. L’isolement est nocif et coûteux.

  • 47 L. Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 140-150.

86Louis Liard, lorsqu’il écrit son ouvrage sur l’enseignement supérieur en France, vaste plaidoyer en faveur de son œuvre à la tête de l’enseignement supérieur47 rédige tout un chapitre sur le thème « pourquoi il faut des universités ? Raisons scientifiques ».

  • 48 La référence allemande est très présente chez les universitaires français entre 1880 et 1914. L’uni (...)

87Si la France veut durablement concurrencer l’Allemagne et ses universités dynamiques48 elle doit, elle aussi, créer de véritables pôles universitaires, dotés de moyens importants. Il faut également ajouter un souci d’efficacité et de décentralisation. La création de quelques grands centres universitaires en province devrait permettre de décongestionner le monstre parisien. Imagine-t-on, de plus, une chaire d’épigraphie latine ou d’égyptologie dans une petite faculté isolée, pour quelques dizaines d’étudiants ?

  • 49 L. Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 20.

88La science nécessite une mise en commun des recherches, des idées et des expériences : « ... dans une même ville, nul rapport entre les facultés des différents ordres ; nulle communauté d’intérêts ; nul échange de vue, nulle collaboration... aucune émulation... »49

89La division de l’enseignement supérieur nordiste en deux pôles apparaît néfaste aux progrès de la science, dans tous les domaines.

90Cette situation bipolaire risque enfin d’empêcher la création future d’une réelle université du Nord, regroupant les quatre facultés de l’État. Le transfert devient un préalable obligé à toute création d’une université cohérente.

91Depuis quelques années déjà, le lobby universitaire est au travail et projette la création d’universités réelles. Mais les réformateurs parisiens font preuve, à ce niveau, de beaucoup de méfiance. Ils préfèrent finalement une « politique des petits pas » à une décision radicale qui aurait décidé, du jour au lendemain, d’une nouvelle réalité universitaire.

92À grands traits simplificateurs, les évolutions essentielles dans cette longue marche vers la création d’universités peuvent être caractérisées de la manière suivante :

  • 50 Voir : J. F. Condette, La faculté des lettres de Lille de 1887 à 1974. Thèse de doctorat, chapitre (...)

* Les décrets du 25 juillet 1885 accordent la personnalité civile aux facultés qui peuvent désormais recevoir dons et legs. Un conseil général des facultés est créé qui doit permettre un premier travail de concertation entre les facultés du même ressort académique. Ce conseil général des facultés doit être, en quelque sorte, un laboratoire où puissent se prendre des habitudes de discussion et de concertation. Les attributions de ce conseil restent cependant assez floues et limitées, les facultés demeurant les réalités essentielles du monde universitaire50.

  • 51 A. de Beauchamps, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, t. 4, p. 203 et suiv (...)

93Le rapport de René Goblet qui accompagne le décret relatif à l’organisation des facultés revient sur le sujet et déclare : « ... Presque toutes les facultés, frappées des inconvénients qui résultent pour elles et pour l’enseignement, de l’isolement où elles ont vécu jusqu’ici, ont demandé à être groupées en universités... Je n’ai pas cru que le moment fut venu de réaliser une telle réforme... »51

  • 52 Idem.

94La mesure lui semble prématurée. L’État va devoir se dépouiller de certaines attributions de façon définitive. Il faut, tout d’abord, que les facultés prouvent leurs capacités à vivre ensemble, au sein du conseil général des facultés, exercice pratique de gestion en commun. Le rapport de l’ancien recteur nordiste Couat qui accompagne le projet de décret du 28 décembre 1885 est encore plus clair52 Il ne faut pas signer un chèque en blanc aux facultés, souvent incapables de travailler en commun et modérer les ardeurs particularistes de l’esprit local. Un contrôle et une surveillance du recteur sont toujours nécessaires ; on ne peut donner une totale liberté aux universités pour l’instant.

95* La loi du 25 juillet 1895 donne ensuite la personnalité civile au corps des facultés.

96* Tandis que la loi du 10 juillet 1896 crée les universités.

97On le voit donc, la décision de transfert et de regroupement des quatre facultés d état à Lille répondait à un triple souci : contrer le développement des institutions catholiques, mieux associer les facultés dans l’intérêt de la recherche et de la Science, préparer la création postérieure d’universités regroupant en un même lieu les facultés de l’État. Tout un contexte idéologique et toute une volonté réformatrice sous-tendent et justifient le transfert lillois.

98Un dernier élément, beaucoup plus politique, est venu renforcer les thèses des partisans du transfert. Il est d’ailleurs souvent sous-entendu dans les autres justifications nationales.

  • 53 M. Ferro, Comment on raconte l’histoire aux enfants du monde entier, Paris, Payot, 1986, 316 p.

99La France des années 1880 est toujours une France divisée. La querelle scolaire a ravivé des clivages anciens, nés avec la Révolution française. Certaines plaies sont douloureuses et cicatrisent mal ; le régime républicain est encore jeune et fragile. Il est toujours combattu par une partie des français Dès lors, l’une des missions essentielles de l’école est d’œuvrer à l’unification de la société en diffusant un message commun, accessible à tous. L’école doit donc être à la fois « militante et thérapeutique » selon la classification de Marc Ferro53 Il faut rendre indolores les anciennes blessures et affirmer une idéologie républicaine. De l’école primaire aux universités doit donc être diffusé un message valorisant la Nation républicaine et ses réalisations.

  • 54 L. Liard, Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, p. 151-160.
  • 55 Idem, p. 152.

100Louis Liard, dans son ouvrage déjà cité54 consacre un chapitre entier à la question : « pourquoi il faut des universités : raisons nationales ». Il y affirme clairement le rôle des universités dans l’élaboration et la diffusion d’un sentiment national pro-républicain. « ... les universités ne sont pas seulement des foyers de Science. Elles sont aussi des écoles d’esprit public...55

  • 56 L. Liard, Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, p. 152.

101Les Anglais vers la fin de la guerre de cent ans ont construit des universités à Bordeaux et Caen pour combattre l’esprit français. L’Allemagne après 1870, a élevé une grande université à Strasbourg pour détruire l’influence française. Il faut que la France, humiliée en 1870, fasse de même et que l’université réussisse à diffuser un message commun clans la jeunesse « lui inspirer collectivement des façons de penser et de sentir56

  • 57 Voir sur le rôle des unions étudiantes : J.-F. Condette, La faculté des lettres de Lille de 1887 à (...)
  • 58 Voir : C. Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1995, première par (...)
  • 59 E. Lavisse, « La question des universités », dans Revue Internationale de l’Enseignement ; 15/12/18 (...)

102Des étudiants éparpillés aux quatre coins de la France, dans de petites facultés en sommeil et sans lien entre elles, ne peuvent prendre conscience qu’ils forment un groupe et qu’ils sont l’avenir de la Nation. Il faut donc qu’ils se regroupent dans quelques grandes villes universitaires et qu’ils s’inscrivent dans les diverses unions étudiantes qui forgeront leur âme57 La référence allemande est ici partout présente dans l’esprit des réformateurs républicains. Beaucoup font d’ailleurs le voyage d’Allemagne comme d’autres avaient fait, aux XVIe-XVIIe siècles le voyage d’Italie. Le modèle allemand de développement des universités fascine et fait peur en même temps58 « ... Lorsque les régénérateurs de la Prusse ont voulu recueillir les forces morales des vaincus d’Iéna... et préparer un avenir meilleur... en groupant dans une université les maîtres et les jeunes gens... Je ne crains pas de dire que notre système de défense contre l’Allemagne ne sera complet que le jour où nous aurons bâti de grandes forteresses universitaires... »59

103Pourquoi le Nord resterait-il sans défense alors que Lyon garde avec Toulouse le sud-est et Nancy l’Est. L’Allemagne vaincue par Napoléon a trouvé dans ses universités des alliées considérables, grandes organisatrices de la revanche de 1870. La France, terrassée après la défaite de Sedan, doit faire de même. L’enseignement supérieur français doit donc devenir un temple laïc, une Église républicaine qui façonne une doctrine favorable au régime et permette ensuite la conversion de la jeunesse française à ses grands principes.

LES REACTIONS LOCALES ET LA DECISION DE TRANSFERT

104Par les décrets du 22 octobre 1887, la victoire lilloise est totale ; Douai n’a plus qu’à pleurer ses facultés. L’étude des réactions à cette décision de transfert devient très vite un remarquable révélateur des tensions qui animent les élites nordistes en cette fin de l’année 1887.

105À Douai, l’annonce de la décision fait l’effet d’une bombe. On pensait, en effet, que le transfert ne serait pas immédiat et que le projet passerait devant les Chambres où l’on espérait pouvoir contrer les initiatives lilloises. Dès la parution des décrets, les professeurs de Folleville (droit) et Courdaveaux démissionnent.

  • 60 Voir : L’Écho de Douai du 31 octobre 1887.

106Le 24 octobre, le comité de défense de Douai adresse à tous les membres de la Chambre des députés « une protestation » leur demandant de saisir toute occasion pour revenir sur la décision arbitraire60.

  • 61 BML ; Danchin II/103 ; notes et papiers divers.

107Le 26 octobre, Léon Maurice, député de Douai essaie de parler du problème à la Chambre des députés mais il ne rencontre apparemment que l’indifférence générale. On sent très vite les élites douaisiennes résignées. La population, par contre, passe tout d’abord par une période de forte colère. Beaucoup en appellent à l’action contre ce « rapt ». On essaie d’organiser une mobilisation des Douaisiens. Un tract, intitulé « il faut en finir », invite la population à passer à l’action, pour soutenir les efforts de révision des décrets. « ... Il faut que par une agitation légale ininterrompue, la population douaisienne appuie les démarches que l’on va tenter... »61

  • 62 Idem.

108De nombreux petits billets, des tracts circulent dans la ville qui encouragent une mobilisation des Douaisiens pour la défense des positions acquises. Une note manuscrite tente également d’organiser une contremanifestation le même soir sur la Grand place et conseille de venir « bien armés »62 Mais il n’y a pas d’incidents notoires.

  • 63 L’Indépendant de Douai, 25 octobre 1887.

109Les journaux de l’arrondissement de Douai multiplient, pendant quelques jours, les articles accusant le gouvernement infâme qui a trahi sa parole. L’Indépendant de Douai décrit la décapitation de Douai et annonce « ... Nous protesterons, le bulletin de vote à la main, chaque fois que les urnes seront ouvertes... »63

  • 64 M. Rouche, Histoire de Douai, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1985, 230 p.

110Il semble, en fait, que la sanction électorale fût assez modérée même si elle reste très difficile à mesurer, plusieurs facteurs intervenant au moment du choix électoral. Aux législatives partielles de novembre 1887, l’avance républicaine se rétrécie quelque peu ; en avril 1888, le général Boulanger triomphe avec 67 % des suffrages. « ... Ce succès, dont les causes sont beaucoup plus générales, a été amplifié par le ressentiment des douaisiens...64

  • 65 Douai devait obtenir, peu à peu : — une école nationale d’agriculture ; — un collège de jeunes fill (...)

111Mais les Douaisiens se résignent vite à la perte des deux facultés. La lutte pour l’obtention de compensation prend le relais65

112L’ambiance est, bien sûr, toute différente dans la métropole du Nord.

113Dans la ville de l’industrie textile et des courées, la grande majorité des habitants ignorent la question et ont des préoccupations quotidiennes beaucoup plus matérielles, conditions de leur survie. Les élites universitaires et municipales, quant à elles, se réjouissent de la décision. Lille tient enfin sa revanche sur la série d’humiliations subies au cours du XIXe siècle.

114Très vite, c’est la question des fêtes à organiser pour la rentrée solennelle des facultés en novembre 1887 qui domine les esprits. L’équipe municipale prévoit une manifestation grandiose qui puisse marquer les esprits, montrer le triomphe lillois et célébrer les valeurs de la République.

115Le 28 octobre, le conseil municipal étudie l’organisation des festivités universitaires. Le Ministre de l’Instruction Publique, Ernest Spuller, a promis de participer à la cérémonie de rentrée des facultés.

  • 66 AML ou ADN ; O-Lille 5 201 ; délibérations du Conseil municipal, 28 octobre 1887.

116« ... Vous voudrez bien lui donner, messieurs, tout l’éclat que compte cet événement. Nous projetons d’offrir au Ministre, aux représentants de l’enseignement supérieur, au personnel des facultés, un banquet auquel nous associerons les autorités locales, les maires des chefs lieux d’arrondissement et des principales villes de la région... un gala sera donné au théâtre... Le soir, l’hôtel de Ville, le théâtre, la préfecture seront illuminés... Le lendemain, une fête populaire sera donnée au palais Rameau. Les salles de réunions devront être décorées... La voie publique pavoisée de mâts depuis la gare jusqu’à la préfecture... »66

  • 67 ADN ; 2 T 617 ; Lettre du 29 octobre 1887.

117Les jours qui suivent, l’équipe municipale précise les divers aspects de la fête que l’on veut marquante. La liste des personnes invitées s’allonge peu à peu pour devenir énorme. L’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais doit écrire au recteur : « ... de tous les points du département m’arrivent des demandes d’invitation auxquelles je suis embarrassé pour répondre, n’ayant reçu aucune consigne à ce sujet... »67

118La venue du Ministre Ernest Spuller à Lille devient très vite une affaire régionale qui révèle les sentiments des uns et des autres. La presse locale suit, bien évidemment, les faits et gestes, les paroles des notables nationaux et régionaux, à Douai comme à Lille.

119Le même événement donne, dès lors, naissance à deux récits antithétiques, où chaque camp, pour la dernière fois, affirme ses droits et ses rancœurs face à l’adversaire.

120L’Écho de la Scarpe, comme de nombreux journaux douaisiens, s’empare du sujet et décrit dans les plus petits détails la cérémonie lilloise. L’impression immédiate est celle d’une fête ratée, malgré la venue à Lille du « traître Spuller » et de sa clique universitaire (L. Liard, E. Lavisse...).

  • 68 L’Écho de la Scarpe des 7 et 8 novembre 1887.

121Le problème essentiel est très vite mis sur le devant de la scène. Les autorités parisiennes viennent à Lille par le train, or la ligne Paris-Lille passe par la gare de Douai. La préfecture craint des troubles. Certains Douaisiens espèrent, en effet, bloquer le train ministériel assez longtemps pour pouvoir « chahuter » le Ministre responsable de la « décapitation de la ville ». Le jour dit, en effet, une forte délégation douaisienne attend, de pied ferme, le train du Ministre. « ... Il a été hué... une bordée de sifflets... on a sifflé ce poltron qui n’a pas osé passer sur la voie ordinaire et qui a fait masquer son train par des wagons placés à dessein devant... Le poltron craignait pour sa peau... une poussée irrésistible se produit... la porte du milieu de salle est enfoncée ; les carreaux sont brisés... les gardiens sont débordés... soudain, un monsieur se jette en avant et grimpant sur le marchepied du wagon, apostrophe avec véhémence le ministre... »68

  • 69 L’Écho de la Scarpe du 9 novembre 1887.

122Le lendemain, le journal douaisien continue son récit de la chevauchée d’un ministre républicain en déroute. Selon les journalistes, le ministre a été mal reçu à Lille : « ... un ouvrier lève sa casquette et crie vive Boulanger ! Un autre ouvrier l’imite... Partout, sur la Grand’place, rue Nationale, boulevard de la Liberté, on n’entend que ces mots : ils vont trop vite ;... on dirait qu’ils ont peur... C’est ainsi que deux boulangistes ont mis en fuite un ministre de la république... »69

  • 70 L’Écho de la Scarpe du 9 novembre 1887.

123Même le verbe ou l’aspect vestimentaire du haut personnage de l’État ne trouvent pas grâce auprès des Douaisiens : « ... enveloppé sans grâce ni prestige dans un pardessus... la boursouflure pédantesque de sa rhétorique... »70

124Le dimanche soir, après deux journées passées à Lille, le Ministre doit repasser par la gare de Douai vers 18 heures. Les sept brigades de gendarmes de l’arrondissement de Douai ont été réunies ; la voie ferrée est gardée, sur plus de cinq kilomètres, de part et d’autre de la ville.

  • 71 L’Écho de la Scarpe des 7 et 8 novembre 1887.

125Cette analyse d’un voyage raté est reprise, presque intégralement, par un journal lillois, très lié aux milieux catholiques et anti-républicains, Le Lillois qui s’en prend à la « Gueuse » et à ses agents corrompus. Voici comment il décrit l’arrivée du Ministre : « ... Immense échauffourée... Lève toi gros badois et sors de ta voiture... »71

126Un long poème suit la description de son arrivée qui se moque de l’embonpoint du ministre et des dépenses inutiles de la municipalité lilloise. Deux caricatures paraissent d’ailleurs qui ont pour thème la fête universitaire. Dans la première, le ministre apparaît devant la gare de Lille, en uniforme, l’air sévère. Il porte l’épée au côté. La population lilloise et Géry Legrand en tête (le barbu) s’inclinent longuement devant le « tyran » aux allures de soldat prussien qui a tout décidé sans une discussion devant le parlement.

  • 72 Le Lillois du 13 novembre 1887.

127La seconde caricature parait dans Le Lillois le 13 novembre 188772 Le cortège ministériel parcourt les rues de Lille à grande vitesse. Un carrosse porte difficilement un homme énorme et renfrogné, accompagné du préfet et de Géry Legrand qui salue une foule rare et indifférente. Autoritarisme et corruption n’ont finalement rencontré que l’indifférence ou l’hostilité des Lillois, peu intéressés par l’événement.

  • 73 L’Écho du Nord du 6 novembre 1887.

128La peinture de la fête universitaire est radicalement différente lorsque l’on prend pour référent, la presse lilloise. Les 6 et 7 novembre sont alors des journées de fête et de liesse. « ... Une animation extraordinaire règne depuis ce matin dans la ville... dans les rues circule une foule endimanchée... Vive Lille ! Vive le transfert !... »73

  • 74 Idem.

129Alors que l’on minimise le léger incident survenu en gare de Douai, on décrit largement l’accueil triomphal que reçoit le ministre en gare de Lille. « ... une formidable acclamation : Vive la république ! Vive Spuller ! retentit... Les étudiants ont lancé des hurrahs frénétiques... »74

  • 75 L’Écho de la Scarpe des 7 et 8 novembre 1887.

130Après la traversée des rues de Lille magnifiquement décorées et la réception en préfecture, les notables se sont retrouvés à l’Hippodrome, pour la séance solennelle de rentrée des facultés. « ... La vaste nef, magnifiquement décorée de plantes et d’arbustes, d’écussons et de faisceaux de drapeaux... était absolument comble... »75

  • 76 L’Écho du Nord du 7 novembre 1887.

131Après une vibrante Marseillaise et le discours de Géry Legrand célébrant la République triomphante, le Ministre prend la parole. Il déclare vouloir se placer au dessus des querelles de clochers entre Douai et Lille, pour le bien de l’enseignement supérieur français. « ... Lille, ville républicaines a voulu travailler pour la République ; Lille, ville patriote, a voulu travailler pour la France... Ah l’école ! Voilà désormais le temple de la foi des temps nouveaux... »76

132La « grande messe républicaine » semble donc avoir rassemblé nombre de fidèles pour célébrer le culte de Marianne.

133Ainsi que 123 étudiants en Droit et 131 étudiants en Lettres deviennent subitement lillois, accompagnés de leurs enseignants et de multiples caisses de matériel pédagogique. En attendant la construction de leur nouveau temple du savoir, les « transférés » sont répartis dans diverses salles de la faculté de Médecine. Une autre histoire peut alors commencer...

Conclusion

134Les décrets du 22 octobre 1887 marquent la fin de tensions de trente ans entre les villes de Douai et de Lille pour la construction d’un pôle universitaire nordiste cohérent. Longtemps retardé, parfois redouté, fortement désiré, le transfert des facultés de droit et des lettres s’intègre, en fait, dans un mouvement beaucoup plus général de réorganisation de l’enseignement supérieur français par un régime qui a besoin des écoles et des facultés pour affirmer son idéologie nationale, laïque et républicaine et faire progresser les connaissances.

135À Douai comme à Lille, chaque camp s’est organisé pour mobiliser ses élites universitaires et politiques en élaborant un véritable corps de doctrine. Toute l’intelligence lilloise est de savoir trouver les mots justes et dans l’air du temps, de reprendre à son compte un certain nombre d’idées très en vogue dans les milieux parisiens. C’est en effet au nom de l’intérêt de la Nation et de l’université française que Lille semble « combattre » pour obtenir la concentration sur son territoire des quatre facultés de l’État.

136À Paris, les dirigeants républicains eux-mêmes prennent la peine de justifier leur choix. Pour eux, l’installation des deux facultés douaisiennes à Lille vise un triple but :

  • Contrer le développement des facultés catholiques de Lille et lutter contre l’influence cléricale dans la région du Nord.

  • Créer un pôle scientifique dynamique qui unisse les quatre facultés et préparer ainsi l’apparition future d’une université du Nord, tout en multipliant les travaux communs de recherche dans l’intérêt de la Science et des connaissances humaines.

  • Affirmer et diffuser les valeurs de la République laïque et de la Nation française dans une région frontière, ballottée par les tempêtes de l’histoire.

137Face à ce triple impératif de « la Raison d’État », les volontés douaisiennes de conservation des acquis sont vite inopérantes.

138En novembre 1887, prend fin la lutte liée au transfert. Pour Lille, commence alors un autre combat : celui de la construction rapide d’un vrai « quartier latin lillois » qui puisse accueillir dignement les facultés républicaines. Le transfert lillois apparaît donc comme un révélateur d’intentions et d’attitudes. L’affaire mobilise les élites régionales mais aussi nombre de notabilités nationales.

  • 77 J.-F. Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974 : les métamorphoses d’une institutio (...)

139Il ne s’agissait là, cependant, que de belles phrases et de beaux projets. La concrétisation de ces belles idées dans « l’Ici et Maintenant » s’avérerait-elle du domaine du possible ? Ne seraient-elles finalement que des promesses vite oubliées, une fois la décision prise ? Le transfert allait-il satisfaire les autorités nordistes et nationales ? Qu’allait devenir le triple objectif fixé aux facultés, une fois le transfert opéré ? L’étude de la faculté des lettres de Lille entre 1887 et 197477 tend à montrer que tous les objectifs recherchés par Louis Liard et les réformateurs républicains ne furent pas atteints, ou tout du moins, pas dans leur globalité et dans l’esprit fidèle de leurs créateurs.

  • Les quatre facultés de l’État, réunies à Lille connaissent un développement important de leurs structures et de leurs effectifs d’enseignants et d’étudiants après 1887. On peut donc penser qu’ils réussirent à contrer l’influence de l’université catholique même s’ils n’empêchèrent pas son développement parallèle. Dans de multiples affaires, on voit d’ailleurs les deux jeunesses estudiantines s’opposer dans les rues de Lille, l’affaire Dreyfus étant le point culminant de cette opposition. On peut néanmoins estimer le premier objectif atteint, tout du moins en partie.

  • Les facultés républicaines, regroupées à Lille, ont réussi à créer un pôle scientifique dynamique. Que l’on songe à la multiplicité des travaux des divers enseignants des facultés. Une université nordiste est bien apparue. Le conseil de l’université n’est pas resté un rouage artificiel et la concertation a fait des progrès importants. Il n’en demeure pas moins, cependant que la réalité intrinsèque de l’enseignement supérieur français reste jusqu’en 1968 les facultés. La loi de juillet 1896 n’est pas une révolution ; elle clôt plutôt une évolution lente et prudente vers plus de contacts entre les institutions facultaires. On peut donc considérer le second objectif comme partiellement atteint.

  • Pour ce qui est du positionnement du monde universitaire au niveau politique, les choses sont plus nuancées. La faculté des lettres de Lille, pour le moins, est une « Fille de la République », au service des valeurs humanistes d’Égalité, de Liberté et de Fraternité. Les valeurs humanistes chères à la République sont vénérées par les universitaires, dans leur grande majorité. Est-ce à dire que les facultés soient réellement devenues des écoles « d’esprit public » selon l’expression de L. Liard ? Le soutien aux valeurs républicaines, la célébration des mythes fondateurs de la République sont une constante de l’institution littéraire, au delà de ses affirmations officielles de neutralité. Mais l’adhésion n’est pas mystique. On ne suit pas une voie tracée d’avance, sans réfléchir, adhérant constamment et immédiatement aux paroles des élites gouvernementales. Plus qu’une école d’esprit public, la faculté des lettres de Lille (et certainement les autres facultés) apparaît comme un foyer d’esprit critique, au service de la Raison et des valeurs universelles de Justice et de Paix.

  • 78 J.-F. Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974, Lille III, janvier 1997, Thèse de d (...)

140Plus que des écoles d’esprit public, les facultés étaient devenues des écoles d’esprit libre au service de la recherche, osant par là même, critiquer, parfois, les décisions ou les attitudes officielles78

141Marianne était certes au pouvoir mais sa beauté n’avait pas annihilé pour autant toute trace de raison et tout réflexe critique, dans la tête et le cœur des universitaires lillois.

Document 1 : Tract « Il faut en finir »

Document 1 : Tract « Il faut en finir »

Document 2 : Lettre de G. Legrand au préfet Cambon : 26 juin 1886

Document 2 : Lettre de G. Legrand au préfet Cambon : 26 juin 1886

Document 3 : Convention du 12 mars 1887 entre Géry Legrand et Louis Liard (Archives Municipales de Lille)

Document 3 : Convention du 12 mars 1887 entre Géry Legrand et Louis Liard (Archives Municipales de Lille)

Notes

1 L’Écho de la Scarpe ; mardi 26 octobre 1887.

2 Idem.

3 L’Écho de Douai ; 31 octobre 1887.

4 Idem.

5 L’Indépendant de Douai ; 25 octobre 1887.

6 Idem. Pour une approche de l’évolution du monde universitaire dans les années 1880-1914, voir surtout : J. Verger dir., Histoire des universités françaises, Toulouse, Privat, 1986, 432 p. ; A. Prost, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1968, Paris, A. Colin, 1968, 525 p. ; G. Weisz, The Emergence of modem Universities in France (18631914), Princeton, University Press, 1983, 397 p. ; F. Mayeur, sous la direction de, Histoire de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1988, t. 3 : De la Révolution à l’école républicaine : 17891930, 683 p.

7 Voir G. Dehon, L’université de Douai : 16671765, Lille, Thèse de troisième cycle, 1967, 336 p. et annexes.

8 Par exemple : AN ; F 17/13 700 ; Lettres diverses (lettre au roi des douaisiens du mois de septembre 1825...).

9 ADN ; 1 T 6 février ; Lettre du 29 avril 1850.

10 Voir : Séance du Conseil Municipal de Douai du 7 mai 1850 ; Séance du Conseil Municipal de Lille du 10 mai 1850.

11 AN ; F 17/13 700 ; Lettres et rapports divers.

12 ADN ; 2 T 20 ; Mémoire du professeur Courdaveaux.

13 Voir le Bulletin des facultés catholiques de Lille.

14 ADN ; 2 T 626 ; Les six mémoires du professeur Viollette.

15 ADN ; 1 T 16/3 ; Lettre du 26 juin 1886.

16 AMD ; R 1/152 ; Rapport de J. Cambon.

17 ADN ; 1 T 16/3 ; Lettre du 19 juillet 1886.

18 AML ; 1 R 4/34 ; Convention du 17 mars 1887 manuscrite.

19 ADN ; 2 T 626 ; Mémoire du professeur Courdaveaux et lettres diverses.

20 Le Libéral du Nord du 26 octobre 1887.

21 L’Indépendant de Douai du 25 octobre 1887.

22 ADN ; 2 T 626 ; Mémoire de 18 pages.

23 Rapport du ministre Spuller au président de la République ; JO du 23/10/1887.

24 ADN ; 1 T 18 mai ; Lettre de G. Legrand au préfet Cambon ; 26 juin 1886.

25 Rapport du ministre Spuller ; Journal Officiel du 23/10/1887.

26 ADN ; 1 T 18 mai ; Lettre de G. Legrand au préfet ; 26 juin 1886.

27 ADN ; 2 T 626 ; Rapport du professeur Viollette ; 21 mars/1877.

28 E. Lavisse, « La question des universités françaises : le transfert des facultés de droit et des lettres à Lille » dans Revue internationale de l’enseignement, 15/12/1886.

29 E. Lavisse, « La question des universités françaises », dans Revue internationale de l’enseignement, 15/12/1886.

30 Journal Officiel du 23 octobre 1887.

31 A. de Beauchamps, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur français, Paris, A. Delalain, 7 t. ; 6 600 p. environ.

32 F. Buisson, La foi laïque, Paris, Hachette, 1912, p. 178.

33 Voir M. Ozouf, L’école, l’enseignement et la République, 18711914, Paris, Le Seuil, 1992, 26l p.

34 B. Menager, La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord entre 1879 et 1889 ; Thèse de doctorat, 1979, 313 p. (ici p. 289).

35 BML ; Danchin Ier septembre ; Tract « pères de famille, garde à Vous !... ».

36 BML ; Fonds Humbert 37/221 à 229 (pièces diverses).

37 BML ; Fonds Quarre-Reybourdon ; QR/31.

38 BML ; Fonds Quarre-Reybourdon ; QR/31.

39 F. Mayeur, De la révolution à l’école républicaine : 17891930, t. 3 de l’Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Nouvelle librairie de France, 1988, p. 450.

40 BML ; Fonds Mahieu B/33 ; Appel aux catholiques des diocèses de Cambrai et d’Arras ; 1880.

41 La semaine religieuse du 16 juin/1877.

42 Annexe du rapport de M. Bréal au conseil supérieur de l’Instruction Publique.

43 Journal officiel du 23 octobre 1887 ; rapport d’E. Spuller.

44 BML ; Fonds Humbert 37/221 à 229 (chants divers).

45 E. Lavisse, « La question des universités », Revue Internationale de l’Enseignement 15/12/1886.

46 Journal Officiel du 23 octobre 1887 ; rapport d’E. Spuller.

47 L. Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 140-150.

48 La référence allemande est très présente chez les universitaires français entre 1880 et 1914. L’université allemande est souvent prise en modèle pour l’importance de ses activités scientifiques et pour le développement des sciences « auxiliaires » qui initient aux diverses disciplines. L’École Française de géographie dirigée par Paul Vidal de la Blache doit beaucoup aux géographes allemands (A. de Humboldt, C. Ritter et F. Ratzel). Les historiens français reconnaissent également très souvent leur admiration pour les maîtres allemands qui développent l’égyptologie, l’épigraphie, la diplomatique et la philologie. (Th. Mommsen, H. Schlieman, W. Waegner, G. Weber...) ; Voir surtout : V. Berdoulay, La formation de l’École Française de géographie, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, 253 p. (chapitre I : « le défi allemand », p. 17-43) ; N. Broc, « La géographie française face à la science allemande », Annales de géographie, 1977, p. 71-94 ; A. Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959, 568 p. ; C. Charle, La République des universitaires, Paris, Le Seuil, 1994, première partie : « l’impossible modèle allemand » ; C. Charle dir., Les universités germaniques : XIX-XXe siècles ; N° spécial de la Revue d’Histoire de l’Éducation, Paris, INRP, 1994, 167 p. ; C.O. Carbonell, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français : 1865-1885 : Toulouse, Privat, 1976, 605 p. sixième partie : « le défi allemand », p. 495 et suivantes ; l’étude des traductions tirées de l’allemand montre qu’il faut relativiser quelque peu l’impact réel de l’Outre-Rhin.

49 L. Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 20.

50 Voir : J. F. Condette, La faculté des lettres de Lille de 1887 à 1974. Thèse de doctorat, chapitre sur l’intégration de la Faculté des Lettres dans l’université de Lille (leurre ou réalité ?), p. 130-141.

51 A. de Beauchamps, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, t. 4, p. 203 et suivantes.

52 Idem.

53 M. Ferro, Comment on raconte l’histoire aux enfants du monde entier, Paris, Payot, 1986, 316 p.

54 L. Liard, Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, p. 151-160.

55 Idem, p. 152.

56 L. Liard, Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, p. 152.

57 Voir sur le rôle des unions étudiantes : J.-F. Condette, La faculté des lettres de Lille de 1887 à 1974, thèse de doctorat ; première partie, troisième chapitre (vie politique et vie étudiante), p. 371-457.

58 Voir : C. Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1995, première partie.

59 E. Lavisse, « La question des universités », dans Revue Internationale de l’Enseignement ; 15/12/1886, p. 1-23.

60 Voir : L’Écho de Douai du 31 octobre 1887.

61 BML ; Danchin II/103 ; notes et papiers divers.

62 Idem.

63 L’Indépendant de Douai, 25 octobre 1887.

64 M. Rouche, Histoire de Douai, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1985, 230 p.

65 Douai devait obtenir, peu à peu : — une école nationale d’agriculture ; — un collège de jeunes filles ; — le démantèlement des fortifications, commencé en 1895.

66 AML ou ADN ; O-Lille 5 201 ; délibérations du Conseil municipal, 28 octobre 1887.

67 ADN ; 2 T 617 ; Lettre du 29 octobre 1887.

68 L’Écho de la Scarpe des 7 et 8 novembre 1887.

69 L’Écho de la Scarpe du 9 novembre 1887.

70 L’Écho de la Scarpe du 9 novembre 1887.

71 L’Écho de la Scarpe des 7 et 8 novembre 1887.

72 Le Lillois du 13 novembre 1887.

73 L’Écho du Nord du 6 novembre 1887.

74 Idem.

75 L’Écho de la Scarpe des 7 et 8 novembre 1887.

76 L’Écho du Nord du 7 novembre 1887.

77 J.-F. Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974 : les métamorphoses d’une institution universitaire, Lille III, Thèse de doctorat soutenue en janvier 1997, 1276 p. + tome bibliographique.

78 J.-F. Condette, La faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974, Lille III, janvier 1997, Thèse de doctorat. Voir, par exemple l’attitude de la faculté des Lettres dans certaines affaires : — Son positionnement dans l’affaire Dreyfus où une majorité des enseignants ose critiquer l’Armée et la Justice au nom du révisionnisme (10 enseignants sur 17 prennent position pour Dreyfus ainsi que de nombreux étudiants) ; — L’agitation qui se développe contre la loi de trois ans en 1913. La faculté n’est pas le foyer revanchard célébré par l’enquête d’Agathon. On veut la paix.

Table des illustrations

Titre Les inscriptions dans les facultés nordistes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Document 1 : Tract « Il faut en finir »
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Document 2 : Lettre de G. Legrand au préfet Cambon : 26 juin 1886
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Document 3 : Convention du 12 mars 1887 entre Géry Legrand et Louis Liard (Archives Municipales de Lille)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1584/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

Auteur

Lille 3 CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter