Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Aux origines du château : quelques exemples de fortifications de terre en Picardie occidentale

The origins of castle : some examples of land fortification in Occidental Picardy

Richard Jonvel

Résumé

Depuis une dizaine d’années, plusieurs fouilles archéologiques ont offert l’opportunité d’étudier les occupations sous-jacentes aux fortifications de terre en Picardie. Les techniques de construction mises en œuvre sont éclairées d’un jour nouveau par les investigations totales des sites, qui révèlent tout d’abord un grand réalisme face aux situations topographiques fort variées, et une mémorisation importante des occupations antérieures afin d’assurer pour plusieurs générations la longévité des habitats privilégiés, édifiés sur la plateforme sommitale. Les phases chronologiques établies par les fouilles des fortifications et la culture matérielle de ces sites, mieux cernées depuis quelques années dans l’Amiénois en particulier, révèlent des constantes, mais surtout une importante évolution au xiie siècle. Au-delà de la trame historique qui y voit l’essor définitif de la seigneurie féodale et l’éparpillement des milites castri dans leur résidence rurale fortifiée, évolution mieux appréciée dans le même temps, l’archéologie permet d’aborder sur la longue durée les transformations progressives des lieux de pouvoirs laïcs, apparus à l’époque carolingienne. Elles se caractérisent par une nouvelle appropriation des espaces, de nouvelles formes d’habitats, des divisions plus strictes dans les fonctions des espaces et une diversification des formes des outils et ustensiles de la vie quotidienne. Les reliefs des sites actuels relèvent d’une évolution complexe, à la stratigraphie puissante, dégageant une nouvelle lecture de la chronologie des centres de pouvoirs laïcs. Notre exposé abordera ces points à travers plusieurs sites remarquables en Picardie occidentale.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Pour l’histoire de l’Amiénois, le lecteur voudra bien se reporter aux travaux d’O. Leblanc issus de (...)
  • 2 Fossier, 1968 : p. 486-487.
  • 3 Ce mouvement depuis les castra majeurs, mis en évidence par J. Richard pour la Bourgogne (Richard, (...)
  • 4 Cette périodisation a été développée dans Leblanc, Jonvel, 2015.

1La géographie castrale de l’Amiénois trouve ses origines à la charnière des ixe-xe siècles. Elle est la conséquence d’une amplification des raids des « hommes du Nord » tout au long de la seconde moitié du ixe siècle, de la crise des légitimités princières avant 950 (comtes de Flandre, de Vermandois, de Rouen et le roi carolingien) et de l’emprise de l’Église et de ses difficultés (l’évêque à Amiens et les établissements monastiques de Corbie et de Saint-Riquier). L’opposition du duc des Francs aux comtes de Vermandois, puis de Flandre, ouvre, tout au long de la seconde moitié du xe siècle, une seconde phase de fortifications1. Le phénomène castral, visiblement précoce, prend racine sur un territoire en décomposition politique. Amiens, centre épiscopal et principal nœud routier de la région2, ne constitua pas un lieu de pouvoir fort en Picardie. L’autorité comtale fut dissoute sous l’effet conjugué de la politique carolingienne, renforçant le siège épiscopal et la formation de domaines religieux puissants (Corbie). À travers la documentation ténue de la première moitié du xie siècle, le pouvoir épiscopal amiénois, ainsi que les détenteurs de l’autorité comtale, qui ne s’affirment pour leur part qu’à la toute fin du xe siècle, apparaissent comme les principaux protagonistes dans l’organisation et l’occupation des sites fortifiés. La vacance comtale amiénoise, entre 1077 et 1105, ouvre une période de troubles favorisant une troisième phase de fortifications, achevant d’établir la prééminence des châteaux majeurs, occupant en bonne place les chartes de confirmation des établissements monastiques alors naissants, entre les années 1085/1090 et 1120/1135. Selon une dynamique que les textes éclairent timidement, des mutations économiques et lignagères conduisent le groupe émergent des milites castri à être affecté sur les fiefs de leur suzerain-châtelain3 associés, par endroits, à la formation de pairies autour du châtelain et à des services de garde des principales fortifications. Les châtellenies se dotent, dès lors, de nombreux centres seigneuriaux que le paysage a conservé sous la forme de tertres, anciens chefs-lieux de l’habitat privilégié aristocratique. Ce vaste mouvement – juridique, patrimonial, social – se déroule en parallèle de la progression du domaine royal, actée par le traité de Boves de 1185 et la pacification de la région picarde qui s’ensuit4. Les résidences aristocratiques fortifiées s’attachent définitivement à la seigneurie rurale ou au centre administratif du bourg qu’elles commandent.

  • 5 Il s’agit des sites d’Airaines (Ph. Dessaint, de 1972 à 1977), Bonneuil (D. Quenehen, en 2010-2011) (...)

2En la matière, le phénomène castral en Amiénois se perçoit sous une pluralité de formes et de chronologies, difficilement conciliables, en fonction des données exploitées. D’une part, la série des premières mentions fournit toujours une trame généralement convaincante, puisqu’elle s’aligne à peu de choses près à notre connaissance des centres de peuplement tels qu’ils apparaissent définitivement au xiiie siècle (fig. 1). De l’autre, le mouvement de fortifications au sein des territoires féodaux s’impose par sa densité et paraît constituer un réseau contrôlant les vallées qui, elles-mêmes, forment des axes de circulation privilégiés et des passages aisés d’un bassin hydrographique à un autre (fig. 2). Sur ce plan, le déficit des recherches de terrain conduit nécessairement à pratiquer des monographies contenant de nombreuses lacunes, à commencer par la typologie des formes à laquelle il ne faut pas être totalement réfractaire, dans la mesure où l’on sait que seule une fouille serait décisive. La circonscription du diocèse d’Amiens et les zones limitrophes constituent les cadres retenus pour étudier ces complexes castraux. On y recense une soixantaine de sites présentant encore des vestiges, mais dont seulement une petite dizaine a fait l’objet d’interventions sur le terrain5. Afin de traiter de l’état de cette question, on s’intéressera dans un premier temps aux formes que prennent les différents lieux fortifiés au cours du xe siècle et qui constituent, objet de notre deuxième partie, le cadre du développement des centres seigneuriaux dotés d’un château à motte au cours du xie siècle et tout au long du xiie siècle.

Fig. 1. Cartographie des mentions écrites de fortifications avant 1200 dans le diocèse d’Amiens

Fig. 1. Cartographie des mentions écrites de fortifications avant 1200 dans le diocèse d’Amiens

DAO : R. Jonvel – Mise à jour 2015

Fig. 2. Cartographie des sites fortifiés répertoriés en prospection archéologique dans le diocèse d’Amiens

Fig. 2. Cartographie des sites fortifiés répertoriés en prospection archéologique dans le diocèse d’Amiens

DAO : R. Jonvel – Mise à jour 2017

2. Les places fortes entre le ixe et le xie siècle

2. 1. Chronologie et formes

  • 6 Demeulemeester, 1996.
  • 7 Castrum quod dicitur Mostorio vel Inguer obsederunt dans : Simson, 1909 : p. 80. Au xe siècle, on r (...)
  • 8 Levillain, 1898 : p. 295-299, pièce n° 37.
  • 9 L’historiographie du sujet a été notamment repris par O. Leblanc (Leblanc 2005 : p. 145-146).
  • 10 Lauer, 1905 : p. 91 [944] et 127 [950].
  • 11 Lecoanet, 1957 : acte 5 (1066).
  • 12 Roux, Soyer, 1905 : charte n° 5 (1069), p. 9-10.
  • 13 L’épisode de la Commune d’Amiens (1115-1117) mentionne momentanément la fortification du châtelain (...)
  • 14 Abbé Hariulf, Chronicon Centulense, Livre III, chapitre XXVII (Lot, 1894 : p. 161-162).
  • 15 Beauvillé, 1857 : p. 10-11.

3Si les incursions des Dani ou Normanni conduisent à des mesures de fortifications des territoires côtiers6, comme l’illustre notamment la forteresse de Montreuil citée dès 8987, la crise des légitimités princières initie plus certainement le processus de fortification de l’Amiénois comme le cas est avéré dès 900 à l’abbaye de Corbie8 (fig. 3), où un castrum est érigé. Il est à noter que le vocabulaire employé – castrum, castellum, oppidum, turris – est largement tributaire du contexte, de la nature du document et des sources du rédacteur9. Sur toute la période considérée, on ne retire donc de ces mentions aucun réel détail architectural probant. Autour du castrum d’Amiens10, qui comporte, à partir de 950, deux réduits fortifiés liés à la concurrence entre l’évêque et le détenteur de l’autorité comtale, l’Église, seule puissance à disposer d’une assise territoriale solide, semble agir en matière de fortification dans un contexte de guerres larvées. Il en va ainsi de l’origine des châteaux de Boves, de Conty ou de Picquigny, si on admet par une démarche régressive que les droits féodo-vassaliques, réaffirmés par l’Église au cours du xie siècle, sont des actes d’autorités rappelant ce lien initial entre le castrum et l’évêque. Ainsi, en 1044, l’advocatus de Boves teste dans la suite de l’évêque, en 1066, à Picquigny, le vicedominus fonde une collégiale avec l’aide de l’évêque11 et, en 1069, à Conty, le vicecomes teste un acte épiscopal pour un bien du chapitre au sein du castrum12. À Amiens même, le castellum, dont on ignore s’il est l’évolution de la turris de l’évêque ou de celle du comte, relève du castellanus dont l’autorité semble dépendre au début du xiie siècle à la fois de l’évêque et du comes13. L’évêque et le détenteur de l’autorité comtale apparaissent ainsi comme les promoteurs de la mise en défense du territoire amiénois. Mais l’émiettement avancé de l’Amiénois favorise d’autres interventions extérieures ne recouvrant pas les intérêts de l’évêché picard. Après 950, le duc des Francs, comme nouveau protecteur des abbayes picardes, implante à Abbeville et à Domart un castrum pour couvrir le Ponthieu face à la Flandre et aux comtes de Montreuil, de même qu’à Encre (Albert) contre une offensive possible du comte de Flandre depuis l’Artois et le Pernois14. Cette seconde moitié du xe siècle marque une forte implication des protagonistes au nord du fleuve Somme. Le château comtal de Montdidier, cité en 945, fait figure d’exception15. À terme, si on cumule les sources écrites, les données archéologiques et les présomptions d’antériorité, toutes les vallées principales et secondaires du bassin versant de la Somme, de l’Authie et de la Bresle sont contrôlées par une fortification, les places-fortes principales occupant pour l’essentiel des axes majeurs existant dès l’Antiquité, devenues pour certaines « Chaussée Brunehaut ». Enfin, sans pouvoir le détailler outre mesure, tout converge dans le sens d’une corrélation entre anciens fiscs publics et implantation de sites fortifiés.

Fig. 3. Géographie castrale aux alentours de 1100 dans le diocèse d’Amiens

Fig. 3. Géographie castrale aux alentours de 1100 dans le diocèse d’Amiens

DAO : R. Jonvel – Mise à jour 2016

  • 16 Prou, 1908 : p. 202, charte LXXIX (1075-1076), Benredjeb, 1999 : p. 187-188 et carte archéologique (...)
  • 17 Archives départementales de la Somme, 3 P 1929/10 section G (cadastre napoléonien). La plateforme e (...)
  • 18 Le flanc oriental de la première enceinte amputé d’une dizaine de mètres lors du recul de la falais (...)
  • 19 Le cas est avéré pour les éléments d’un mortier (US 4417, OI 4402 ; US 14352, OI 1930) daté de la p (...)
  • 20 Peigne à double endenture proche typologiquement de celui retrouvé à Château-Thierry (US 4398, OI 4 (...)

4Leur situation topographique, à défaut de connaître leur architecture, se répartit en deux groupes : les sites de fonds de vallées et les promontoires. Dans une charte de fondation de 1077, le roi Philippe Ier confirme la fondation du prieuré clunisien Saint-Pierre d’Abbeville sur le site du vetus castellaris qui forme une butte contournée par le Scardon, affluent de la rivière Somme16. Le château d’Encre est, quant à lui, disposé sur une butte en fond de vallée, dont les douves sont alimentées par l’Ancre17. Toutefois, les promontoires barrés apparaissent privilégiés, en tout cas mieux renseignés par l’archéologie. La constitution d’un tertre imposant et entièrement anthropique apparaît être l’apanage de ces derniers dans la région, en admettant que le cas de Boves ou de Domart [en-Ponthieu], documenté, puisse être un exemplum. À l’évidence, cette technique vient pallier le déficit orographique de la géographie locale, mais illustre aussi un savoir-faire affirmé dans la construction d’ouvrages conséquents en terre. À la suite de la destruction du flanc sud de la motte de Domart, la coupe produite involontairement révèle un mode d’accumulation des remblais crayeux par couches damées, auxquels s’ajoutent des poteaux raidisseurs dont les négatifs sont encore visibles. La simplicité de cet agencement ne doit toutefois pas conduire à conclure à une chronologie rapide d’édification de ces points forts, ainsi que de leur stabilisation. Par leur nature même, et en prenant en compte l’ignorance dans laquelle nous sommes du contexte humain à l’origine des travaux de fortification, ces tertres nécessitent une fouille assidue pour en comprendre réellement la dynamique. Il en est ainsi de la motte de Boves (fig. 4), implantée le long d’un grand fossé indépendant barrant l’éperon et en vis-à-vis du point culminant du plateau méridional. La plateforme sommitale initiale, à 1,80 m environ sous les niveaux du xve siècle, a livré une première occupation datée du début du xe siècle (fig. 5). Il s’agit de toute évidence d’un grand édifice sur poteaux plantés, comprenant des divisions internes sur sablière basse et couvrant une superficie estimée à 200 m². Cet ensemble, fort bien agencé, se trouve topographiquement au sein d’une cuvette dont la crête correspond à une levée de terre annulaire qui ceint la plateforme. La motte n’est pas séparée, dans un premier temps, de la première enceinte (5,8 ha), puisqu’une première série de structures est recoupée par le fossé défensif établi postérieurement (fig. 6). On a donc, durant la première phase de l’occupation, un établissement privilégié établi sur une motte : celle-ci est entourée d’une enceinte de terre sommitale et en relation directe avec la première enceinte de la basse-cour qui s’étend sur plus de 3 ha18. Les activités agricoles (silo) et artisanales (fond de cabane, bâtiment sur cellier) s’étendent aux deux espaces qui comportent un mobilier archéologique tout aussi abondant et couvrant des domaines variés. Il ne faut certes pas minimiser le risque, au regard de la localisation de l’actuelle zone de fouille, d’un possible transfert de mobiliers entre les deux zones dès cette époque, comme le suggèrent quelques recollements19 et la présence d’objets rares20. Pourtant, des spécificités apparaissent, comme semblent l’attester la cinquantaine de broches de tisserand contenues dans les huit fonds de cabane (ou cellier) fouillés dans la basse-cour.

Fig. 4. Plan topographique de la première enceinte du site fortifié de Boves

Fig. 4. Plan topographique de la première enceinte du site fortifié de Boves

Relevés : Ph. Boutte, 1997 et R. Jonvel, 2015

Fig. 5. Plan archéologique des occupations anciennes repérées sur la plateforme et dans la première enceinte du site de Boves

Fig. 5. Plan archéologique des occupations anciennes repérées sur la plateforme et dans la première enceinte du site de Boves

Relevés : Ph. Racinet, 2013 et R. Jonvel, 2017

Fig. 6. Photographie du cellier 4500 vu du sud, le long du rebord oriental du fossé défensif (4162) de la motte de Boves. Cette structure, en cours de datation C14, a sa paroi occidentale recoupée par le fossé défensif de la motte (4162), qui se met en place au cours de la seconde moitié du xe siècle (Fouille programmée de Boves 2016)

Fig. 6. Photographie du cellier 4500 vu du sud, le long du rebord oriental du fossé défensif (4162) de la motte de Boves. Cette structure, en cours de datation C14, a sa paroi occidentale recoupée par le fossé défensif de la motte (4162), qui se met en place au cours de la seconde moitié du xe siècle (Fouille programmée de Boves 2016)

Cliché : R. Jonvel, 2016

5La disposition des enclos fossoyés des sites majeurs comporte de nombreuses variantes, même s’il faut être extrêmement prudent sur l’approche uniquement topographique et parcellaire, non renseignée par les textes, ce qui est le cas pour tous les sites de l’Amiénois. À Domart [-en-Ponthieu], la première enceinte oblongue comportant la motte et l’établissement prioral Saint-Médard (5 500 m²) est jumelle, à l’est, d’une plateforme rectangulaire de 7800 m², haute de 2 à 3 m et ceinte d’une escarpe indépendante à la première enceinte. Le cas de Picquigny se rapproche de la situation de Boves (fig. 7). La motte, sous l’actuelle haute-cour, était associée à l’est à une levée de terre de forme triangulaire défendant un espace d’un hectare, protégée aussi par une importante levée à l’ouest et par la falaise au nord et à l’est. Ces espaces peuvent se réduire à peu de chose, comme à Conty (fig 8). L’éperon barré, renforcé dans sa défense par une motte sans fossé, couvre un espace de 4 000 m².

Fig. 7. Plan topographique du site fortifié de Picquigny sur fond cadastral actuel ; Données archéologiques complémentaires d’après le plan terrier du xviiie siècle

Fig. 7. Plan topographique du site fortifié de Picquigny sur fond cadastral actuel ; Données archéologiques complémentaires d’après le plan terrier du xviiie siècle

Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, complété des relevés de P. Augé, L. Degroisilles et R. Jonvel (2010-2011, 2015) ; Source du plan terrier : Archives départementales de la Somme, RL 61, pièce disjointe de la côte 1 E 133

Fig. 8. Plan topographique du site de Conty sur fond cadastral actuel

Fig. 8. Plan topographique du site de Conty sur fond cadastral actuel

Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, complété des relevés de P. et R. Jonvel, 2011

  • 21 Le château de Thérouanne offre la même configuration topographique. On est donc confronté plutôt à (...)

6Lorsque l’étude de la microtopographie de ces sites est possible, le relief est visiblement employé au mieux de ses possibilités. Dans le diocèse de Cambrai, le castrum de Lucheux (fig. 9), qui échappe à l’Amiénois à la fin du xie siècle au profit des Candavènes, l’exprime parfaitement. La forteresse est un éperon barré dominant la vallée de la Grouche et dont le point fort occupe l’extrémité méridionale du plateau, détachée de ce dernier par un puissant fossé de 25 m de large déterminant un enclos de 1,4 ha21. La motte a été positionnée sur l’extrémité naturelle du plateau, accentuée peut-être dès cette époque par l’abaissement du terrain, d’environ 2 à 3 m, le long de la contrescarpe nord.

Fig. 9. Plan topographique du site de Lucheux sur fond cadastral napoléonien complété des relevés 2014-2015 (association Cahmer) et des données archéologiques complémentaires

Fig. 9. Plan topographique du site de Lucheux sur fond cadastral napoléonien complété des relevés 2014-2015 (association Cahmer) et des données archéologiques complémentaires

Source du plan cadastral et des données archéologiques complémentaires : Archives départementales de la Somme 3 P 1217, section B, d’après les travaux de Ch. Pinsard (Bibliothèque de la Société des Antiquaires de Picardie, D 304. Registre de la bibliothèque de Charles Pinsard. Arrondissement de Doullens. Lucheux, plans et photographie), R. Dubois, 1936 et Fr. Vasselle, 1996

7L’ampleur des travaux de terrassement et de nivellement est réellement constitutive de ces sites dès les premières décennies de leur existence. Ainsi, à Boves, plusieurs excavations de gabarits hors norme (fig. 10 et 11) sont désormais localisées, en lien avec les structures anciennes. Les comblements sont systématiquement lités et antérieurs au milieu du xiie siècle. En cela, on constate donc une morphogenèse complexe à l’origine de la formation de ces espaces. À Boves, on a ainsi une série de terrasses où s’implantent les édifices et les structures de stockage que viennent recouvrir des nivellements récurrents, employant des méthodes à la similitude frappante d’un site à un autre.

Fig. 10. Photographie du rebord méridional de l’excavation 4707 (Fouille programmée de Boves 2015)

Fig. 10. Photographie du rebord méridional de l’excavation 4707 (Fouille programmée de Boves 2015)

Cliché : R. Jonvel 2015

Fig. 11. Photographie du comblement central d’une importante dépression (non numérotée) observée lors d’un sondage, perpendiculaire à la petite motte située dans l’enceinte du prieuré (Fouille programmée de Boves 2014)

Fig. 11. Photographie du comblement central d’une importante dépression (non numérotée) observée lors d’un sondage, perpendiculaire à la petite motte située dans l’enceinte du prieuré (Fouille programmée de Boves 2014)

Cliché : R. Jonvel 2014

  • 22 L’oppidum de l’Étoile comporte quelques traces d’occupation datée du haut Moyen Âge, avant qu’une f (...)
  • 23 Hénocque, 1880 : p. 253 et 261.

8L’aspect hétéroclite des données recueillies sur le premier réseau castral, au plus près des réalités de terrain, résulte non seulement de la carence des sources littéraires et archivistiques, mais aussi de la difficulté à mener une étude de terrain sur une part représentative de ces sites. Dans ces conditions, on comprendra le caractère incertain d’une cartographie des implantations castrales et des imprécisions entourant la réalité matérielle du phénomène et de son antériorité. Il en va ainsi de la question de la réutilisation des enceintes protohistoriques22 ou des lieux de refuges érigés durant les attaques normandes. Les chroniques mentionnent, pour le haut Moyen Âge, plusieurs refuges fortifiés. Ainsi, les moines de Saint-Vaast d’Arras se réfugient durant un temps à Vaux [-sur-Somme] et ceux de Saint-Riquier à proximité de Bray [sur-Somme]. Cette bourgade au peuplement ancien figure au nombre des plus riches domaines de l’abbaye de Saint-Riquier lors de sa dotation territoriale vers 630. Charles le Chauve confirme aux religieux, en 868, leur pleine possession de Bray et d’Arleux pour leur servir de refuge en temps de guerre23. Les preuves archéologiques manquent pour conforter ces propos. Notre connaissance sur l’aspect matériel de ces autres types de fortification relève plus des découvertes fortuites. L’exemple des sites de Démuin et de Méaulte révèle ainsi des formes de fortifications qui démontrent que nous sommes toujours au début de l’enquête en ce domaine.

2. 2. Le cas de Méaulte et de Démuin

  • 24 Blondiau, 2011.
  • 25 Une enquête historique est toujours en cours en collaboration avec O. Leblanc.

9À Méaulte, à l’emplacement d’un lieu-dit faisant référence à une mesure agraire, « Les Quarante-Cinq », une occupation dense, mais courte (xe-xie siècles), a été mise au jour lors d’une fouille archéologique réalisée en 2005, sur une superficie de 2,7 ha24. Un premier enclos sub-rectangulaire au nord, mesurant 65 m sur 60 m, protège un édifice sur poteaux plantés (47) de grande dimension (315 à 342 m²). On y accède par une porte imposante (5 m de côté) qui donne sur une enceinte oblongue, interrompue par quatre entrées, et défendue par un fossé mesurant 3,80 m de large sur 2,50 m de profondeur. À l’intérieur, on dénombre une vingtaine d’habitations, structurées par un réseau de chemins, de palissades et de cours. Ce centre d’exploitation domanial, fondé dans le courant du xe siècle en bordure d’un chemin et à la lisière de la forêt de l’Arrouaise, est un retranchement établi en plaine. À cette spécificité relativement rare, on observe aussi qu’il est implanté sur la limite de démarcation de deux réseaux hydrographiques (Somme/Ancre) et à l’extrémité des finages actuels de Méaulte, Fricourt et Bray-sur-Somme, qui se répartissent désormais les terres qui devaient dépendre de ce lieu fortifié. Lors de l’enquête de délimitation du comté d’Amiens en 1186, où les sites fortifiés périphériques sont mentionnés, il n’est pas fait mention de ce lieu, alors même que les habitats de Bray et Fricourt le sont. La seule certitude est que cet « entre-deux » est partagé entre les possessions des abbayes de Corbie (Encre) et de Saint-Riquier (Bray), les deux agglomérations à égale distance du site de Méaulte25. Sur un plan morphologique, ce cas se rapproche du site fortifié de Wargnies (fig. 12) qui comporte deux enclos jointifs, s’étendant sur 2,5 ha et défendus par une levée de terre de 4 à 5 m de haut conservée sur 550 m. Dans l’état actuel de la recherche, cette enceinte apparaît déconnectée de l’habitat mentionné à partir du xiiie siècle.

Fig. 12. Plan topographique du site fortifié de Wargnies sur fond cadastral napoléonien

Fig. 12. Plan topographique du site fortifié de Wargnies sur fond cadastral napoléonien

Source du plan topographique : Archives départementales de la Somme 3 P1505/3, complété des relevés de P. et R. Jonvel, 2010

  • 26 Vacandard, 1902, corrigé par une notice de Riché, 1986 : p. 223-230.
  • 27 Guérard, 1844 : appendix, p. 306-335.
  • 28 Étude historique d’O. Leblanc (Leblanc, 2014).
  • 29 Beauvillé, 1881 : p. 3-5.
  • 30 Le premier document manuscrit mentionnant l’existence du château de Démuin est une décision du cons (...)
  • 31 Sommairement évoquée dans un aveu et dénombrement (Beauvillé, 1867 : n° CLXIX, p. 181-185 : Dénombr (...)

10Démuin occupe un coteau en pente douce sur la rive gauche de la Luce. Au cœur de cet habitat, l’église est dédiée à Saint-Ouen. Ce lien avec l’évêque de Rouen26 fut important puisqu’il a aussi donné son nom au terroir de Démuin, Domnus Audoëni, attesté dès 822 à travers les Statuta antiqua abbatiae sancti Petri Corbeiensis de l’abbé de Corbie Adalhard (781-826)27. Ce document est contemporain des premières installations repérées sur l’aire de fouille. La villae Domnus Audoenus y est désignée comme un centre domanial ayant un rôle dans la perception des dîmes d’un des plus importants complexes religieux du royaume franc que les textes ne documentent plus durant 309 ans28. C’est progressivement au cours du xiie siècle que la documentation relative à Démuin offre un éclairage sur ce terroir. Un acte de 1131 atteste pour la première fois d’un miles dit de Démuin. Officier de premier plan auprès de la mesnie de Boves, le sire de Démuin dirige vraisemblablement la maison seigneuriale. Un dénombrement établi en 1168 par Robert Ier de Boves indique que la seigneurie de Démuin relève de l’avouerie de Corbie29. Les Boves ont hérité de cette avouerie durant le xie siècle sur laquelle ils exercent en tant que vicecomes. La première mention d’un château à Démuin est, quant à elle, très tardive : 141830. La documentation recueillie permet de restituer l’organisation spatiale du complexe castral pour le xvie siècle (fig. 13). La forteresse est constituée d’une motte et d’une basse-cour31 dont les terres sont maintenues par un mur de terrasse, associées à un large système fossoyé séparant le site castral de l’habitat villageois orthonormé au sud. Cette hiérarchie des espaces était en partie conservée par la trame parcellaire qui ne montrait en l’occurrence aucun autre état antérieur. Grâce à la fouille archéologique réalisée à l’emplacement de l’ancienne basse-cour (5 000 m²), on a pu reconnaître les états antérieurs jusqu’à l’époque carolingienne. Sous les épais remblais de la basse-cour (entre 1,30 et 5 m), on a dégagé une occupation s’étendant du ixe au xiie siècle, comportant une phase de fortification sous la forme d’un fossé sub-rectangulaire (fig. 14) large de 8 à 12 m pour une profondeur avoisinant les 4 m (fig. 15). Celui-ci, apparu au cours du xe siècle, est établi pour maintenir la sécurité des équipements agricoles et artisanaux se concentrant dans ce secteur. Un réduit fortifié semble même être présent en son sein, si on s’en tient à la petite portion de fossé remparé, identifiée dans le quart nord-ouest de la zone de fouille.

Fig. 13. Plan d’interprétation de l’organisation spatiale du château de Démuin au xvie siècle

Fig. 13. Plan d’interprétation de l’organisation spatiale du château de Démuin au xvie siècle

D’après Jonvel, 2014 et nouvelle cartographie archéologique, 2017

Fig. 14. Plan archéologique de l’occupation alto-médiévale (phase IIIB) du site de Démuin

Fig. 14. Plan archéologique de l’occupation alto-médiévale (phase IIIB) du site de Démuin

D’après Jonvel, 2014 et nouvelles recherches effectuées en 2017

Fig. 15. Photographie du fossé défensif 1158 du site fortifié de Démuin en phase IIIB (seconde moitié du xe siècle)

Fig. 15. Photographie du fossé défensif 1158 du site fortifié de Démuin en phase IIIB (seconde moitié du xe siècle)

D’après Jonvel 2014

11À la suite de l’abbaye de Corbie qui se fortifie elle-même aux alentours de 900, la mise en défense du site de Démuin démontre la capacité de Corbie à protéger ses domaines, en réalisant des défenses de grande envergure, nécessaires au maintien de son économie domaniale et marchande. On note une certaine homogénéité dans la culture matérielle et dans la nature des édifices rencontrés qui se perpétue au moins avec certitude jusqu’à la fin du xie siècle. Le document de 1168, évoqué ci-dessus, atteste finalement d’une certaine pérennité du statut juridique de la terre et de la valeur stratégique de cette position géographique. L’apparition d’un château à Démuin n’est donc pas l’expression d’un délitement des structures politiques carolingiennes, mais bien une forme renouvelée de l’habitat de l’élite dirigeante avec un espace subsidiaire maintenant sa spécificité, de l’aire spécialisée carolingienne à celle d’une basse-cour de château.

12Ainsi, si Démuin est une implantation domaniale carolingienne qui débouche sur l’éclosion d’une seigneurie au xiie siècle, le site de Méaulte illustre a contrario l’instabilité du phénomène. Les abandons ou les transformations radicales des sites, que les conclusions archéologiques tendent à resserrer entre la fin du xie siècle et le début du xiie siècle, sont concomitantes d’une certaine rareté documentaire. Une réponse viendra peut-être par un travail sur la qualité des critères discriminants qui conduit à distinguer, au sein d’une culture matérielle issue des fouilles, les statuts des habitants et de l’activité.

3. L’affirmation des châteaux à motte au sein des seigneuries

  • 32 Il s’agit de l’unité stratigraphique 4591 qui scelle les structures antérieures. Elle est en cours (...)
  • 33 Dans le cadre d’une fouille préventive, il n’a pas été possible de la fouiller. Il s’agit des unité (...)
  • 34 Perçue dans le sondage profond n° 6 et les grands négatifs 1431 et 1425.
  • 35 Racinet, 2013 : p. 37.
  • 36 Gislbert de Mons, Chronicon Hanoniense, chap. 49 et 103 (Vanderkindere, 1904 : p. 148 [1182]).
  • 37 Fossier, 1968 : tome 2, p. 513, n. 200.
  • 38 La proportion plus importante de sources écrites doit nous alerter sur un possible effet de source.

13De manière frappante, les études de cas concordent nettement vers une évolution conjointe des transformations sociales (seigneurie, châtellenie) et matérielles (organisations spatiales des sites). Cette rupture peut se traduire en stratigraphie par l’apparition de couches de remblais épais, souvent de couleur grise, contenant une quantité importante d’artefacts et d’écofacts que l’on a pu repérer à Boves32, à Démuin33 ou à Toutencourt34. Sur les plateformes, il s’agit de véritables restructurations des résidences aristocratiques et de leur défense avec une accentuation de l’emploi de la pierre, qui devient le matériau de construction majoritaire. On voit ainsi croître l’activité de fortification durant la période de domination du comte de Flandre sur l’espace amiénois. À Boves, une nouvelle forteresse dotée d’une tour maîtresse, mesurant 10 m sur 8,50 m dans l’œuvre, est érigée vers 1140-116035. Durant la même période, on note aussi l’apparition des châteaux de Beauquesne36 (1170-1180) et de Moreuil (1127)37. 80 % des fortifications recensées par l’archéologie le long des cours d’eau de la Nièvre, de l’Authie et de l’Ancre sont citées dans l’enquête de 1186 pour la délimitation de la frontière nord du comté d’Amiens (fig. 16). Cette concordance suggère, de manière inédite, une certaine importance du paysage castral en Amiénois. Mais, en toute honnêteté, on doit reconnaître notre ignorance sur la chronologie de l’essentiel des sites qui paraissent surgir au xiie siècle. Ce phénomène émerge-t-il réellement avec l’affirmation des seigneuries38 ou s’appuie-t-il aussi sur un substrat antérieur ? Dans la continuité de notre démarche, on prendra trois exemples renseignés par l’archéologie et concernant l’Amiénois : Airaines, Clairy et Toutencourt. On souligne qu’il ne s’agit pas de mettre en exergue un quelconque réseau secondaire de châteaux, ce qui nécessiterait la prise en compte de l’organisation féodale, mais d’illustrer, par la documentation archéologique, la diversité sous-jacente que recouvre l’expression « motte castrale », largement associée à ces structures datées généralement des xie-xiie siècles.

Fig. 16. La géographie castrale de l’Amiénois vers 1200

Fig. 16. La géographie castrale de l’Amiénois vers 1200

DAO : R. Jonvel et mise à jour 2016

3. 1. Airaines

  • 39 Depoin, 1912 : n° 157, p. 245-250 (Bulle de Calixte II confirmant toutes les possessions de Saint-M (...)
  • 40 Furgeot, 1960 : n° 6586, p. 133.

14Aux confins de l’Amiénois, à une vingtaine de kilomètres d’Amiens, Airaines est un bourg fortifié dominant la confluence du ru de Dreuil et de la rivière Airaines. Une agglomération secondaire s’y est implantée à l’époque gallo-romaine, au carrefour de deux voies majeures. Porte d’entrée du comté de Ponthieu, le castrum d’Airaines participe à sa défense dont la frontière orientale comporte les castra d’Aumale, d’Arguel et de Domart. Étienne d’Aumale et sa femme Hawise de Mortemer fondent, en 1119, le prieuré Notre-Dame d’Airaines, dans l’enceinte du château comtal qui coiffe les terrasses habitées de la ville39 (fig. 17). En 1344, un chroniqueur fait allusion au château éponyme du lignage d’Airaines, en deçà du château comtal40. La motte castrale des sires d’Airaines dispose d’une plateforme sommitale mesurant 40 m (est-ouest) sur 30 m (sud-nord). Un fossé de 6 à 8 m de profondeur ceint aux trois quarts l’escarpe sud s’ouvrant directement en direction des habitations.

Fig. 17. Plan topographique des deux sites fortifiés d’Airaines sur fond cadastral napoléonien

Fig. 17. Plan topographique des deux sites fortifiés d’Airaines sur fond cadastral napoléonien

Source du plan cadastral : Archives départementales de la Somme, 3 P 1516, section H, complété des relevés de A. Drouvin, F. et R. Jonvel, 2009

  • 41 Dessaint, 1972-1977.
  • 42 Cette datation repose sur un mobilier céramique étudié d’après la typo-chronologie des années 1970, (...)
  • 43 Collection Gaignières. Gravure intitulée « Seigneurie d’Airaines représentant une scène de chasse s (...)

15Une fouille menée entre 1972 et 1977 par Philippe Dessaint a révélé l’existence d’un bâtiment maçonné emmotté41 (fig. 18). Celui-ci mesure 15 m sur 10 m hors œuvre. Il est doté de deux tourelles hémisphériques aux angles du mur gouttereau sud qui encadrent un porche couvert au sol reconnu. Le pignon occidental comporte deux baies voûtées avec un ébrasement bien marqué. Les stratigraphies relevées démontrent que les remblais sont accolés aux maçonneries. D’après l’appareillage des moellons et les artefacts retrouvés, l’archéologue conclut que le bâtiment originel daterait du IIe siècle. Il constate que les niveaux de remblais venant s’adosser contre le mur ne contiennent que du mobilier gallo-romain ou alto-médiéval (ve-vie siècles). Les assises supérieures sont, quant à elles, associées à un mobilier du haut Moyen Âge, plus tardif. Ce bâtiment aurait persisté durant tout le haut Moyen Âge, sa destruction, intervenant entre la fin du xe et le tout début du xie siècle, date de l’emmottement du bâtiment42. La tour maîtresse médiévale qui lui succède est visible sur des estampes de 1560 et 168043. La motte des sires d’Airaines est donc un ouvrage entièrement artificiel s’appuyant sur une structure maçonnée antérieure.

Fig. 18. Restitution du plan archéologique de l’édifice enseveli sous le château à motte des « sires d’Airaines », replacé sur le plan de masse des vestiges actuels

Fig. 18. Restitution du plan archéologique de l’édifice enseveli sous le château à motte des « sires d’Airaines », replacé sur le plan de masse des vestiges actuels

D’après Dessaint, 1977 complété des relevés 2009

3. 2. Clairy

  • 44 On peut également citer, au sud de notre zone d’étude, les interventions archéologiques sur les sit (...)
  • 45 Parcelle 129, section AB. On dispose aussi d’une photographie aérienne de Fr. Vasselle prise au mom (...)
  • 46 La dernière étude est de J.-Fr. Nieus (Nieus, 2011).
  • 47 Ces obligations féodales sont renseignées dans le cartulaire laïc de Picquigny (Archives nationales (...)
  • 48 Archives nationales, R/1/35 f° 61 v° charte n° CCI (1223, octobre).
  • 49 Parcelle n° 117, section AB.
  • 50 Toutefois en contexte de remblais.
  • 51 Photographies aériennes avant et après destruction du site prises par R. Agache.

16Le château à motte de Clairy [-Saulchoix] relève de ces petites mottes de plaine peu élevées occupant le centre des villages. Leur caractéristique première est de souffrir régulièrement de la pression foncière qui conduit à leur destruction complète ou, plus généralement, à une érosion progressive relativement silencieuse44. C’est de cette dernière situation que la motte de Clairy a souffert. L’opération archéologique menée en 2008 a montré que l’essentiel du site fut détruit en juillet 1990, événement renseigné de manière exceptionnelle par le propriétaire de la parcelle45 (fig. 19). Les données recueillies permettent d’apprécier l’emprise exacte de la motte désormais disparue (fig. 20). La fortification de Clairy appartient au dispositif militaire qui assure le contrôle de la châtellenie de Picquigny dont l’organisation militaire est exceptionnellement renseignée par les sources46. D’après les services de garde, le château de Clairy est incorporé à la ceinture défensive du territoire du castrum de Picquigny qui comprend également Ailly, Hangest, Molliens et Lœuilly47. Le castrum de Clairy est cité pour la première fois en 122348. L’intervention de sauvetage in extremis a concerné le flanc nord de la motte, jusqu’alors préservé, mais dont la destruction reprit en 200549. Cette petite motte, d’une trentaine de mètres de diamètre, comporte au pied de son escarpe et au-devant du fossé défensif une maçonnerie soignée et solide en moellons de craie et mortier de chaux orange, contemporaine de la mise en place des remblais constitutifs de la motte (fig. 21). Ces remblais forment des couches successives de craie et de terre limoneuse hétérogènes. L’ensemble repose sur une fine couche noire organique recouvrant directement le sol géologique (fig. 22). Un seul négatif paraît être antérieur à la motte. Les semelles de fondation, perçues en surface de la plateforme (arasées sur au moins 1,50 m), n’offrent aucune possibilité de restitution des maçonneries en élévation qui sont associées à de la céramique datée des xie-xiie siècles50. L’unique certitude est l’existence d’une maçonnerie périphérique bien fondée contenant les terres constitutives de la motte. Ce cas est avéré aussi pour les sites d’Ablaincourt51 ou de Lassigny (fig. 23), sur les marges occidentales du comté de Vermandois.

Fig. 19. Photographie de la destruction en cours de la motte castrale de Clairy, vue de l’ouest, parcelle AB, n° 129

Fig. 19. Photographie de la destruction en cours de la motte castrale de Clairy, vue de l’ouest, parcelle AB, n° 129

Cliché : Ph. Gaudière, juillet 1990

Fig. 20. Restitution de l’emprise de la motte castrale de Clairy [-Saulchoix] sur le fond cadastral actuel

Fig. 20. Restitution de l’emprise de la motte castrale de Clairy [-Saulchoix] sur le fond cadastral actuel

Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, d’après Jonvel, 2009 : p. 40, fig. 10 et mise à jour 2017

Fig. 21. Relevé de la coupe stratigraphique n° 5 montrant l’organisation des remblais et des vestiges maçonnés le long du rebord septentrional de la motte

Fig. 21. Relevé de la coupe stratigraphique n° 5 montrant l’organisation des remblais et des vestiges maçonnés le long du rebord septentrional de la motte

Relevé : M. Jouannetaud, I. de Carvalho, 2008 – Extrait de Jonvel, 2009 : p. 40, fig. 10

Fig. 22. Photographie de la stratigraphie (profil n° 3) révélant les remblais présents au cœur de la motte de Clair (sondage archéologique de Clairy, Laboratoire d’archéologie de l’Université de Picardie – association Cahmer)

Fig. 22. Photographie de la stratigraphie (profil n° 3) révélant les remblais présents au cœur de la motte de Clair (sondage archéologique de Clairy, Laboratoire d’archéologie de l’Université de Picardie – association Cahmer)

Cliché : R. Jonvel

Fig. 23. Plan topographique du site fortifié de Lassigny comportant le plan de masse des vestiges construits repérés lors du sondage. Photographie de la stratigraphie venant s’appuyer contre la semelle de fondation de la probable tour-maîtresse qui se dressait sur la motte

Fig. 23. Plan topographique du site fortifié de Lassigny comportant le plan de masse des vestiges construits repérés lors du sondage. Photographie de la stratigraphie venant s’appuyer contre la semelle de fondation de la probable tour-maîtresse qui se dressait sur la motte

D’après Jonvel, 2011

3. 3. Toutencourt

  • 52 Le document original n’est pas connu. Copie réalisée par le généalogiste Charles d’Hozier (1640-173 (...)
  • 53 Danicourt, 1885 : pièces justificatives articles n° 1 et 2, p. 351 (copie partielle datée de 1364). (...)
  • 54 Le Ver, Prarond, 1899 : p. 17-32. L’étude de référence concernant l’histoire de Saint-Riquier demeu (...)
  • 55 Dubois, 1937 : p. 191-194 (charte n° 13). Source : Archives départementales de la Côte-d’Or, 7 H 21 (...)
  • 56 Jonvel, 2010 : p. 27-33.

17Les types de châteaux les plus caractéristiques et représentatifs du phénomène en Amiénois, à la pérennité confirmée, sont les mottes castrales établies sur les coteaux des rivières secondaires. Le site fortifié médiéval de Toutencourt est implanté sur le versant occidental de la vallée de l’Halluette, dominant l’habitat groupé occupant uniquement, à l’origine, la rive droite du cours d’eau (fig. 24). La résidence seigneuriale, mentionnée pour la première fois en 148152, s’élève sur un tertre semi-artificiel comportant une plateforme mesurant 50 m (nord-sud) sur 45 m (est-ouest). La motte est entourée d’un fossé d’une largeur maximale de 20 m pour une profondeur de 6 à 8 m, doté, d’après la fouille, d’un fond plat de 2 m de large creusé dans le loess et la craie du Santonien. L’église paroissiale Saint-Léger se situe directement au sud, dans une parcelle où les vestiges d’une enceinte de terre précédée d’un fossé sont encore perceptibles et s’étendent sur une distance de 150 m. Au-delà, elle marque d’ailleurs toujours l’organisation parcellaire méridionale de l’habitat rural. La seigneurie de Toutencourt est associée dans les aveux et dénombrements à la châtellenie d’Authie53 (fig. 25), relevant de l’avouerie laïque de La Ferté-lès-Saint-Riquier, dont les possessions sont avérées, dans ce secteur, dès le ixe siècle54. Le vaste castrum d’Authie, d’une superficie de 4 ha, commande un territoire s’étendant du nord vers le sud, englobant les castra de Toutencourt et Daours. Cette châtellenie de faible importance est confrontée, d’une part aux territoires du comté de Saint-Pol, défendu par les postes avancés d’Acheux et de Mailly, et d’autre part à ceux du comté de Ponthieu, défendus sur ses marges nord-est par les castra de Doullens et de Beauval. Il s’agit donc d’un corridor dont l’épine dorsale est le bassin versant de l’Hallue. La première mention du lieu de Toutencourt est de 114555. Le lignage de Toutencourt, que l’on suit entre 1202 et 1347, apparaît être le détenteur exclusif du territoire de cette seigneurie domaniale56.

Fig. 24. Plan topographique du site fortifié de Toutencourt sur le fond cadastral actuel

Fig. 24. Plan topographique du site fortifié de Toutencourt sur le fond cadastral actuel

Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, complété des relevés de A. Drouvin, M. Fauvergue, F. et R. Jonvel, 2008-2012 et mise à jour 2017

Fig. 25. Carte de la châtellenie d’Authie

Fig. 25. Carte de la châtellenie d’Authie

D’après Jonvel, 2010 : p. 45 et mise à jour 2017

  • 57 La fouille archéologique a couvert 40 % de la plateforme (800 m²).

18Trois phases chronologiques ont pu être mises en évidence par les fouilles menées entre 2009 et 201157. La phase la plus ancienne, encore mal définie, a subi les remaniements ultérieurs. Au cours de cette période qui s’étend du xiie au xiiie siècle (d’après l’étude de la céramique), les vestiges retrouvés se limitent à la sole foyère d’un four à pain et à quelques alignements de blocs de grès équarris sans liant, formant des solins. L’ensemble est associé à des radiers de craie grossiers parfaitement damés, recouverts par des niveaux microstratifiés de terre noire. La couronne périphérique de la motte forme un bombement bien marqué, stabilisé par un radier de craie scalpé partiellement lors de l’installation du rempart de pierre de la phase suivante. On ne connaît donc pas les structures défensives de ce premier château et, à l’évidence, les principaux édifices ne sont pas présents dans le secteur sud. En revanche, c’est une période qui a livré, malgré la faiblesse des superficies sondées, la plus grande quantité de mobilier céramique compris dans des remblais de terre grise riche en faune. Des investigations très limitées au nord ont fait également apparaître d’importantes maçonneries, correspondant vraisemblablement à une tour maîtresse, tournée vers le village.

19Au cours du xive siècle, la résidence seigneuriale est reconfigurée (phase II) (fig. 26), à un moment où la seigneurie tombe entre les mains (1339) de familles du nord de la France (Boulonnais, Hainaut). Le centre de la plateforme est libéré de ses édifices lors d’un remblaiement massif. Les nouvelles constructions sont désormais disposées en périphérie. La muraille défensive forme un polygone comportant des côtés de 8 à 9 m de long, épais d’1,10 m. Le fourrage, fait de moellons de craie et de grès, est contenu par un appareillage très soigné en grès. Contre sa paroi extérieure, un édifice de forme rectangulaire (5,80 m × 3,50 m dans œuvre), aux murs épais (1,10 m), et contreforté à ses deux angles, fait saillie sur le fossé. Il est précédé par une structure maçonnée indépendante implantée au centre du fossé. Cette disposition permet d’envisager l’existence d’une tour-porche faisant le lien avec la basse-cour au sud. Cette tour est associée à l’ouest à un bâtiment de moindre ampleur qui mesure 12 m sur 5 m dans œuvre. Le pignon oriental comporte une cheminée. Son organisation spatiale et le niveau de circulation ont été identifiés avec difficulté, en raison des deux caves de l’édifice postérieur. Un mur de refend devait séparer le rez-de-chaussée. Sa fonction demeure indéterminée.

Fig. 26. Plan d’interprétation des vestiges archéologiques retrouvés en fouille sur la plateforme de la motte de Toutencourt (Fouille programmée de Toutencourt, association Cahmer)

Fig. 26. Plan d’interprétation des vestiges archéologiques retrouvés en fouille sur la plateforme de la motte de Toutencourt (Fouille programmée de Toutencourt, association Cahmer)

Relevés : L. Jeanneret, 2009-2011

  • 58 Il faut signaler le récent programme archéologique engagé à l’emplacement de la maison forte d’Eauc (...)

20Les péripéties de la guerre de Cent Ans, durant laquelle la seigneurie de Toutencourt est un douaire que s’échangent des familles pro-bourguignonnes, conduisent à une intensification des fortifications des maisons seigneuriales au sein des « marches picardes », mouvement qui affecte à l’évidence le château de Toutencourt58. En l’absence de tout texte, on ne peut que constater qu’à la fin du xve siècle, la plateforme du château a largement été remaniée, avec une reconstruction assez étendue des édifices précédents, tout en préservant le sol de circulation extérieur pavé, dès lors, en grès. La tour saillante est agrandie vers l’intérieur de la plateforme à la suite de la destruction de la section de rempart concerné, favorisant la création d’un vaste bâtiment (8,60 m × 5,80 m) comportant au rez-de-chaussée un cellier (silo, crochets métalliques le long des murs) voûté en grès, auquel on accède par un passage étroit au nord, et un premier étage accessible depuis un escalier extérieur, au soubassement maçonné au nord, et le long du mur gouttereau occidental. À l’ouest, à l’emplacement du précédent édifice, avec un léger changement d’orientation, un nouveau logis (13,40 m × 5,80 m), mieux fondé, est élevé. Un passage couvert au nord donne accès au rez-de-chaussée, surmonté d’un escalier desservant l’étage. L’édifice comporte deux caves, chacune accessible par un escalier en grès, débouchant à l’extérieur du bâtiment. Au rez-de-chaussée, la pièce est séparée par un mur de refend reprenant la partition inférieure. Des conduits dans l’œuvre drainent les écoulements en direction d’une cuve placée entre le rempart et le logis, le conduit d’évacuation passant sous la courtine pour déboucher directement dans le fossé. Les matériaux employés majoritairement furent le grès pour les façades et les pierres de taille en calcaire pour les voûtes et les ouvertures. Ces dernières portent de nombreuses marques de calibrage que l’on retrouve dans plusieurs caves anciennes des environs. L’entretien du bâtiment fut régulier. Une brique de couleur rouge-orangée remplaça progressivement la pierre de taille lors des réfections successives. Les monnaies, abondantes pour cette période, montrent une occupation régulière jusqu’au règne de Louis XIII.

21Le château de Toutencourt offre donc un panorama varié d’un chef-lieu aristocratique commandant une seigneurie rurale aux ressources assez importantes, disposant notamment d’une réserve forestière d’une centaine d’hectares et de carrières de grès. Sur un plan archéologique, la préservation remarquable des vestiges révèle une continuité d’occupation depuis le xiie siècle et s’achève sous la forme d’une maison forte, exploitant la position d’une motte plus ancienne. Ce cas est assez proche de la configuration observée à Mareuil-Caubert (fig. 27) dont l’évolution est similaire, avec le remplacement des anciennes structures par une maison forte à la mode du xve siècle.

Fig. 27. Plan topographique du site fortifié de Mareuil [-Caubert] sur le fond cadastral actuel

Fig. 27. Plan topographique du site fortifié de Mareuil [-Caubert] sur le fond cadastral actuel

Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr,complété des relevés de S. Claire, N. Bilot, R. Jonvel, 2011 et mise à jour 2017

4. Conclusion

22Le fait castral en terre picarde a bénéficié ces dernières années de travaux archéologiques novateurs qui induisent d’abord un certain état d’esprit. On se ferme des portes de compréhension si l’on s’en tient à des définitions ou des problématiques trop empruntées à l’historiographie. Notre connaissance sur ces constructions et la nature du peuplement à l’origine du dynamisme de ces fondations tient d’un apprentissage pratique à la suite d’une longue et patiente collecte d’informations (écrits, terrain). Le temps est une donnée fondamentale, car, lorsqu’on a l’opportunité de trouver un site préservé, la stratigraphie renseignera un point et non le lieu dans son ensemble. La liberté d’entreprendre sur le long terme est un élément impérieux pour décrire la morphogénèse de ces sites fortifiés et peut-être la comprendre. Dans ce contexte, trois thèmes peuvent alors être abordés.

23La chronologie du phénomène est d’une élaboration fastidieuse. Les sources écrites évoquent un état de fait et non, à quelques rares exceptions, la constitution du site. L’étude des lignages peut laisser entendre la prise de contrôle d’un lieu stratégique ou la résidence au sein d’une forteresse pour le compte d’un suzerain. Dans une autre démarche, l’archéologie illustre la déconnexion du phénomène social privilégié de celui de la fortification, dont on ne voudrait y voir trop souvent que le côté aristocratique et donc familial. Pourtant, jusqu’à quels degrés le besoin de retranchement de la communauté a-t-il œuvré sur l’organisation de ces sites ? Combien d’études d’enceintes peuvent répondre à cette question ?

24L’organisation spatiale de ces lieux apparaît de prime abord plus accessible. L’archéologie extensive offre de nombreux outils au service de la lecture des paysages ruraux et urbains. Ils organisent les informations contenues dans chaque document en prenant en compte sa nature, puis restituent les évolutions majeures appréhendées à travers elle. L’archéologie de terrain, elle, met en exergue un fait matériel incontournable : l’ampleur des travaux engagés, conduisant aux formes usuelles reconnues qui aboutissent à ce que nous inventorions pour établir des typologies. L’enseignement que nous en tirons est double. Il faut pouvoir connaître la forme originelle du site pour comprendre l’évolution de l’occupation du lieu. Et c’est d’après ce point de départ que l’on peut, dès lors, interroger l’interaction entre forme et nature de l’occupation.

25Au sein de ces enceintes, l’étude de la vie quotidienne à travers les objets manufacturés et les restes organiques renvoie aux questions des statuts socio-économiques des personnes. À Boves, on recense ainsi 955 kg de céramiques, 5,8 t d’ossements animaux et 44 kg d’objets métalliques qui sont exploités pour élaborer une cartographie sociale des lieux. Actuellement, les données traitées révèlent une certaine mixité entre plateforme et basse-cour. Mais savons-nous vraiment départager les déchets les uns des autres ? On trouve ainsi dans les silos de la basse-cour des verres à boire (ixe-xe siècles) reconnus comme des éléments caractéristiques du haut niveau social des habitants de la motte. N’est-ce pas être téméraire que de s’attacher à définir une culture matérielle du fait castral uniquement à travers ses poubelles ? C’est en empruntant plusieurs pistes de recherche que l’on pourra, un jour, donner une définition matérielle et sociale à ces fortifications de terre.

Bibliographie

Beauvillé, 1857 : BEAUVILLÉ (V. de), Histoire de la ville de Montdidier, Volume 1, Didot, Paris, 1857.

Beauvillé, 1867 : BEAUVILLÉ (V. de), Recueils de documents inédits concernant la Picardie (d’après les titres originaux conservés dans son cabinet), Volume 2, Imprimerie impériale, Paris, 1867.

Beauvillé, 1881 : BEAUVILLÉ (V. de), Recueils de documents inédits concernant la Picardie (d’après les titres originaux conservés dans son cabinet), Volume 4, Imprimerie impériale, Paris, 1881.

Benredjeb, 1999 : BENREDJEB (T.), « Abbeville », dans : Desachy (Br.), Guilhot (J.-O.) [dir.], Archéologie des villes. Démarches et exemples en Picardie, Revue Archéologique de Picardie, n° spécial, 16 (1999), p. 187-197.

Béthouart, 2008 : BÉTHOUART (Br.) [dir.], Histoire de Montreuil-sur-Mer, Les Écrits du Nord, Éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, 2008.

Blondiau, 2011 : BLONDIAU (L.), Méaulte, Bray s/Somme et Fricourt, Somme (Picardie). Plate-forme aéro-industrielle. Habitat médiéval fortifié aux Quarantes-cinq (site 5), Rapport final d’opération, INRAP, Amiens, 2011.

Chandevau, 2016 : CHANDEVAU (Fr.), « Les éléments de tabletterie de la campagne 2015 », dans : Jonvel, Racinet, 2016, p. 69-87.

Danicourt, 1885 : DANICOURT (E.), Histoire d’Authie, de son prieuré conventuel et de son château féodal, suivie d’une Notice sur Saint-Léger-les-Authie, Léon Carpentier, Ham, 1885.

Daussy, 1895 : DAUSSY (H.), Histoire de la ville d’Albert (autrefois Encre) jusqu’à la Révolution de 1789, Oger-Pascal, Albert, 1895.

Demeulemeester, 1996 : DEMEULEMEESTER (J.), « Châteaux et frontières : quelques réflexions sur les principautés territoriales des anciens Pays-Bas méridionaux », Château-Gaillard, 17 (1996), p. 53-59.

Depoin, 1912 : DEPOIN (J.), Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, monastère parisien, Tome 1, Jouve et Cie, Paris, 1912.

Dessaint, 1972-1977 : DESSAINT (Ph.), Le château fort de la Tour de Luynes, Rapports de fouille, 7 volumes et plans, Service régional de l’Archéologie Picardie, Amiens, 1972-1977.

Dubois, 1936 : DUBOIS (R.), « Lucheux. Château », Annales du congrès archéologique de France : ICe session tenue à Amiens en 1936, Société française d’Archéologie, Picard, Paris, 1937, p. 214-267.

Dubois, 1937 : DUBOIS (R.), « Prieuré de Lucheux et Prévôté de Gros-Tison : cartulaire factice », Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, 47 (1937), p. 111-520.

Fossier, 1968 : FOSSIER (R.), La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle¸ 2 volumes, Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris, Série Recherches : 48-49, Nauwelaerts, Paris-Louvain, 1968.

Furgeot, 1960 : FURGEOT (H.), Actes du Parlement de Paris, Tome 2 : 1343-1350, Imprimerie nationale, Paris, 1960.

Guérard, 1844 : GUÉRARD (B.), Polyptyque de l’abbé Irminon ou dénombrement des manses, des serfs et des revenus de l’abbaye de Saint-Germain-des-Près sous le règne de Charlemagne, Tome 2 : Polyptique, Imprimerie royale, Paris, 1844.

Hénocque, 1880 : Hénocque (J.), Histoire de la ville et de l’abbaye de Saint-Riquier, Tome 1, A. Douillet et Cie, Amiens, 1880.

Hénocque, 1883 : HÉNOCQUE (J.), Histoire de l’abbaye et de la ville de Saint-Riquier, Tome 2, A. Douillet et Cie, Amiens, 1883.

Hénocque, 1888 : HÉNOCQUE (J.), Histoire de l’abbaye et de la ville de Saint-Riquier, Tome 3, A. Douillet et Cie, Amiens, 1888.

Jonvel, 2009 : JONVEL (R.), Clairy-Saulchoix (Somme). Lieu-dit Le Vieux Château, Rapport de fouille, Service régional de l’Archéologie Picardie, Amiens, 2009.

Jonvel, 2010 : JONVEL (R.) [coord.], Fouille programmée du site castral de Toutencourt. Étude historique et archéologique (Somme), Cahmer, Service régional de l’Archéologie Picardie, Amiens, 2010.

Jonvel, 2011 : JONVEL (R.), La motte castrale de Lassigny (Oise), sondage archéologique, Rapport de sondage archéologique, Service régional de l’Archéologie Picardie et Université de Picardie, Amiens, 2011.

Jonvel, 2014 : JONVEL (R.) [coord.], Démuin, Le Village. Autour du château médiéval ixe-xvie siècle, Rapport de fouille préventive, Service régional de l’Archéologie Picardie et Université de Picardie, Amiens, 2014.

Jonvel, Racinet, 2016 : JONVEL (R.), RACINET (Ph.) [coord.], Recherches pluridisciplinaires sur un terroir picard de l’époque antique à la Révolution française : Boves. Campagne 2015, Service régional de l’Archéologie Picardie et Laboratoire d’Archéologie et d’Histoire de l’Université de Picardie, Amiens, 2016.

Lauer, 1905 : LAUER (Ph.) [éd.], Les annales de Flodoard, Picard, Paris, 1905.

Leblanc, 2003 : LEBLANC (O.), Les seigneurs de Boves. Origines et exercice du pouvoir en Picardie (ixe-xiiie siècle), Thèse de doctorat, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, 3 volumes, 2003.

Leblanc, 2005 : LEBLANC (O.), « Aux origines de la seigneurie de Coucy. La lignée des Boves-Coucy », Revue Archéologique de Picardie, 2005-1, p. 145-154.

Leblanc, 2014 : LEBLANC (O.), « Démuin à l’époque médiévale », dans : Jonvel, 2014, volume 1, p. 254-297.

Leblanc, Jonvel, 2015 : LEBLANC (O.), JONVEL (R.), « Les accords de Boves et la pacification de l’Amiénois (juin 1185 – juin 1186) », Histoire Médiévale et Archéologie, 29 (2015), p. 85-110.

Lecoanet, 1957 : LECOANET (S.), Les actes des évêques d’Amiens jusqu’au début du xiiie siècle, Thèse de l’École nationale des Chartes, Paris, 1957.

Le Ver, Prarond, 1899 : LE VER (L. A.), PRAROND (E.), Chronicon centulense ou Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier, Traduction d’Hariulfe, Imprimerie Fourdrinier, Abbeville, 1899.

Levillain, 1898 : LEVILLAIN (L.), Examen critique des chartes mérovingiennes et carolingiennes de l’abbaye de Corbie, Picard, Paris, 1898.

Lot, 1894 : LOT (F.), Hariulf. Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier (ve siècle – 1104), Picard, Paris, 1894.

Massiet de Biest, 1954 : MASSIET DE BIEST (J.), La carte et le Plan comme instruments de recherche historique. Fiefs, censives et tenures urbaines à Amiens du xie au xviie siècle (avec atlas de dix cartes), Tours, 1954.

Nieus, 2011 : NIEUS (J.-Fr.), « Le château au cœur du réseau vassalique. À propos des services de garde aux xiie-xiiie siècles », dans : Cauchies (J. M.), Guisset (J.) [éd.], Lieu de pouvoir, lieu de gestion : Le château aux xiiie-xvie siècles : maîtres, terres et sujets, Actes du colloque international organisé au château fort d’Écaussinnes-Lalaing (14, 15 et 16 mai 2009), Brepols, Turnhout, 2011, p. 93-108.

Prou, 1908 : PROU (M.), Recueil des actes de Philippe Ier, Roi de France (1059-1108), Imprimerie nationale, Paris, 1908.

Racinet, 2008 : RACINET (Ph.), « À propos de deux mottes castrales de la région de Crèvecoeur-le-Grand : Francastel et Lihus (Oise) », dans : Lalou (É.), Lepeuple (B.), Roch (J.-L.) [publ.], Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale. Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard Héricher, Presses universitaires de Rouen et du Havre, Rouen, 2008, p. 203-222.

Racinet, 2013 : RACINET (Ph.) [coord.], Recherches pluridisciplinaires sur un terroir picard de l’époque antique à la Révolution française : Boves. Campagne 2013, Service régional de l’Archéologie Picardie et Laboratoire d’Archéologie et d’Histoire de l’Université de Picardie, Amiens, 2013.

Rémy, 2014 : RÉMY (Ch.), « Morphologies castrales et groupements de chevaliers : le castrum populatum en Limousin », dans : Bourgeois (L.), Rémy (Ch.) [dir.], Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées, Actes du colloque de Chauvigny (14-16 juin 2012), Association des Publications Chauvinoises (APC Mémoire, LXVII), Chauvigny, 2014, p. 179-204.

Richard, 1960 : RICHARD (J.), « Châteaux, châtelains et vassaux en Bourgogne aux xie et xiie siècles », Cahiers de Civilisation Médiévale, 3-4 (1960) n° 12, p. 433-447.

Riché, 1986 : RICHÉ (P.) [dir.], Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, Tome 4 : Les voies nouvelles de la Sainteté, Hachette, Paris, 1986.

Rodière, 1935 : RODIÈRE (R.), « L’album du voyage de Louis XIV en Picardie (1680) », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 1935, p. 35-54.

Roux, Soyer, 1905 : ROUX (J.), SOYER (Ed.), Cartulaire du Chapitre de la cathédrale d’Amiens, Tome 1, Mémoire de la société des Antiquaires de Picardie. Documents inédits concernant la Province : XIV, Yvert et Tellier, Amiens, 1905.

Roux, Soyer, 1912 : ROUX (J.), SOYER (Ed.), Cartulaire du Chapitre de la cathédrale d’Amiens, Tome 2, Mémoire de la société des Antiquaires de Picardie. Documents inédits concernant la Province : XVIII, Yvert et Tellier, Amiens, 1912.

Simson, 1909 : SIMSON (B. de), Annales Xantenses et Annales Vedastini, Impensis Bibliopolii Hahniani, Hanovre et Leipzig, 1909.

Thierry, 1853 : THIERRY (A.), Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers État, suivi de deux fragments du Recueil des monuments inédits de cette histoire, Furne et Cie libraires-éditeurs, Paris, 1853.

Vacandard, 1902 : VACANDARD (E.), Vie de saint Ouen, évêque de Rouen (641 – 684). Étude d’histoire mérovingienne, Victor Lecoffre, Paris, 1902.

Vanderkindere, 1904 : VANDERKINDERE (L.), La chronique de Gislebert de Mons, Kiessling et Cie, Bruxelles, 1904.

Vasselle, 1996 : VASSELLE (Fr.), « Du château au bourg : évolution du tissu urbain à Lucheux (Somme) », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 160 (1996), n° 640, p. 279-286.

Notes

1 Pour l’histoire de l’Amiénois, le lecteur voudra bien se reporter aux travaux d’O. Leblanc issus de sa thèse en cours de publication (Leblanc, 2003).

2 Fossier, 1968 : p. 486-487.

3 Ce mouvement depuis les castra majeurs, mis en évidence par J. Richard pour la Bourgogne (Richard, 1960) a été abordé en Picardie par R. Fossier (Fossier, 1968 : p. 658-659). La réflexion sur ce sujet a récemment été évoquée, en guise d’introduction, par Ch. Rémy (Rémy, 2014 : p. 179-180). La recherche scientifique conduite au sein de la basse-cour de Boves depuis 2014 vise notamment à renseigner archéologiquement ce phénomène.

4 Cette périodisation a été développée dans Leblanc, Jonvel, 2015.

5 Il s’agit des sites d’Airaines (Ph. Dessaint, de 1972 à 1977), Bonneuil (D. Quenehen, en 2010-2011), Boves (Ph. Racinet, de 1996 à aujourd’hui), Cayeux-sur-Mer (G. Flucher, en 2003), Clairy-Saulchoix (R. Jonvel, en 2008), Élincourt (G. Flucher, en 2004), Lassigny (R. Jonvel, en 2011, puis G. Flucher, en 2014), Lœuilly (G. Flucher, en 2005), Machy (Marchand, de 1973 à 1975), Toutencourt (R. Jonvel, de 2009 à 2012). À l’exception d’Airaines, Boves et Toutencourt, il s’agit de sondages ou de diagnostics de portée très limitée quant aux conclusions. Comme dans d’autres régions, la littérature plus ancienne comporte quelques mentions de sondages dont les emplacements sont retrouvés lors des relevés topographiques. Toutefois, aucun n’a donné lieu à de véritables relations de fouille (Authie, Candas, Maisnières, Vergies). Ces recherches, peu probantes, furent effectuées essentiellement durant la période d’émulation initiée par la politique scientifique de Napoléon III et les travaux de la Commission de Topographie des Gaules (1858-1879).

6 Demeulemeester, 1996.

7 Castrum quod dicitur Mostorio vel Inguer obsederunt dans : Simson, 1909 : p. 80. Au xe siècle, on relève les mentions Monasteriolum castellum Herluini ou Castellum Erluini maritimum quod vocatur Monasteriolum chez Flodoard (Lauer, 1905 : p. 44 [929], 72 [939], 105 [947] et 131 [951]). Le système défensif aux ixe et xe siècles est évoqué dans Béthouart, 2008 : p. 43-49.

8 Levillain, 1898 : p. 295-299, pièce n° 37.

9 L’historiographie du sujet a été notamment repris par O. Leblanc (Leblanc 2005 : p. 145-146).

10 Lauer, 1905 : p. 91 [944] et 127 [950].

11 Lecoanet, 1957 : acte 5 (1066).

12 Roux, Soyer, 1905 : charte n° 5 (1069), p. 9-10.

13 L’épisode de la Commune d’Amiens (1115-1117) mentionne momentanément la fortification du châtelain d’Amiens (dit le Castillon) traditionnellement rattachée aux vestiges de l’amphithéâtre romain de la cité, fortifié au ive siècle (voir Thierry, 1853 : p. 160, note 1). Est-ce la turris mentionnée en 950 par Flodoard ? La partition féodale de la ville d’Amiens et les lieux d’ancrage de ces différents pôles de commandement ont été cartographiés (Massiet de Biest, 1954).

14 Abbé Hariulf, Chronicon Centulense, Livre III, chapitre XXVII (Lot, 1894 : p. 161-162).

15 Beauvillé, 1857 : p. 10-11.

16 Prou, 1908 : p. 202, charte LXXIX (1075-1076), Benredjeb, 1999 : p. 187-188 et carte archéologique d’Abbeville, pl. XXVII en fin de volume.

17 Archives départementales de la Somme, 3 P 1929/10 section G (cadastre napoléonien). La plateforme est encore parfaitement visible. La topographie des fortifications a fait l’objet de relevés documentés à la fin du xixe siècle par H. Daussy, initiative heureuse puisque la ville fut entière détruite durant la Première Guerre mondiale (Daussy, 1895 : p. 3 et suiv.).

18 Le flanc oriental de la première enceinte amputé d’une dizaine de mètres lors du recul de la falaise de Boves consécutif à la construction de la nouvelle église paroissiale Notre-Dame.

19 Le cas est avéré pour les éléments d’un mortier (US 4417, OI 4402 ; US 14352, OI 1930) daté de la première moitié du xe siècle.

20 Peigne à double endenture proche typologiquement de celui retrouvé à Château-Thierry (US 4398, OI 4056, 4058, 4059, 4060, 4061, 4062, 4063, 4064, 4057 A à D), d’après l’étude de Fr. Chandevau, 2016. On compte également des éléments de verre à fil décoratif de couleur jaune ou noire, attestant de gobelet à boire usité par des personnes d’un haut niveau social.

21 Le château de Thérouanne offre la même configuration topographique. On est donc confronté plutôt à des tertres semi-artificiels.

22 L’oppidum de l’Étoile comporte quelques traces d’occupation datée du haut Moyen Âge, avant qu’une fortification à motte ne s’y installe à son extrémité méridionale, au cours du xie siècle.

23 Hénocque, 1880 : p. 253 et 261.

24 Blondiau, 2011.

25 Une enquête historique est toujours en cours en collaboration avec O. Leblanc.

26 Vacandard, 1902, corrigé par une notice de Riché, 1986 : p. 223-230.

27 Guérard, 1844 : appendix, p. 306-335.

28 Étude historique d’O. Leblanc (Leblanc, 2014).

29 Beauvillé, 1881 : p. 3-5.

30 Le premier document manuscrit mentionnant l’existence du château de Démuin est une décision du conseil de l’échevinage d’Amiens, le 12 février 1418 (Archives municipales d’Amiens, BB 2 f° 156 v°).

31 Sommairement évoquée dans un aveu et dénombrement (Beauvillé, 1867 : n° CLXIX, p. 181-185 : Dénombrement de la terre de Démuin, appartenant à Thibaut de Flavy, chevalier, chambellan du roi, 14 mai 1482).

32 Il s’agit de l’unité stratigraphique 4591 qui scelle les structures antérieures. Elle est en cours de fouille.

33 Dans le cadre d’une fouille préventive, il n’a pas été possible de la fouiller. Il s’agit des unités stratigraphiques 1581, 1309, 1354, 1442, 1112 qui se mettent en place durant la phase d’abandon de la phase IIIB.

34 Perçue dans le sondage profond n° 6 et les grands négatifs 1431 et 1425.

35 Racinet, 2013 : p. 37.

36 Gislbert de Mons, Chronicon Hanoniense, chap. 49 et 103 (Vanderkindere, 1904 : p. 148 [1182]).

37 Fossier, 1968 : tome 2, p. 513, n. 200.

38 La proportion plus importante de sources écrites doit nous alerter sur un possible effet de source.

39 Depoin, 1912 : n° 157, p. 245-250 (Bulle de Calixte II confirmant toutes les possessions de Saint-Martin-des-Champs, y compris celles acquises depuis les confirmations générales d’Urbain II et de Pascal II, 27 novembre 1119).

40 Furgeot, 1960 : n° 6586, p. 133.

41 Dessaint, 1972-1977.

42 Cette datation repose sur un mobilier céramique étudié d’après la typo-chronologie des années 1970, soit le référentiel établi pour les productions du Beauvaisis.

43 Collection Gaignières. Gravure intitulée « Seigneurie d’Airaines représentant une scène de chasse sur fond du bourg et du château (1560-1585) » citée par Ph. Dessaint. Rodière, 1935 : p. 40 et pl. III.

44 On peut également citer, au sud de notre zone d’étude, les interventions archéologiques sur les sites des mottes de Francastel (Oise) et Lihus (Oise). Comme pour Clairy, c’est le projet de construction d’une maison qui en est la cause (voir Racinet, 2008).

45 Parcelle 129, section AB. On dispose aussi d’une photographie aérienne de Fr. Vasselle prise au moment de ces travaux de destruction (6 juillet 1990).

46 La dernière étude est de J.-Fr. Nieus (Nieus, 2011).

47 Ces obligations féodales sont renseignées dans le cartulaire laïc de Picquigny (Archives nationales, R/1/35, xiiie siècle).

48 Archives nationales, R/1/35 f° 61 v° charte n° CCI (1223, octobre).

49 Parcelle n° 117, section AB.

50 Toutefois en contexte de remblais.

51 Photographies aériennes avant et après destruction du site prises par R. Agache.

52 Le document original n’est pas connu. Copie réalisée par le généalogiste Charles d’Hozier (1640-1732) (BnF, Cabinet d’Hozier 60 (Bournonville) f° 5v°-6r°).

53 Danicourt, 1885 : pièces justificatives articles n° 1 et 2, p. 351 (copie partielle datée de 1364). Le document original est perdu.

54 Le Ver, Prarond, 1899 : p. 17-32. L’étude de référence concernant l’histoire de Saint-Riquier demeure le vaste travail de l’abbé Hénocque (Hénocque, 1880, 1883 et 1888). Il faut consulter le tome 3 pour connaître l’ensemble du patrimoine de cette abbaye qui est de 52 localités en 850.

55 Dubois, 1937 : p. 191-194 (charte n° 13). Source : Archives départementales de la Côte-d’Or, 7 H 219 (Lucheux).

56 Jonvel, 2010 : p. 27-33.

57 La fouille archéologique a couvert 40 % de la plateforme (800 m²).

58 Il faut signaler le récent programme archéologique engagé à l’emplacement de la maison forte d’Eaucourt, site de fond de vallée, à 6 km à l’est d’Abbeville, sous la direction de Sandrine Mouny (voir la contribution dans ces mêmes actes). Résidence seigneuriale apparue vraisemblablement au xiiie siècle, les vestiges fortifiés conservés traduisent différents efforts de militarisation de la résidence seigneuriale aux xive et xve siècles. Plus généralement, les études en ce domaine font fortement défaut, de même que les vestiges. On citera ceux de Bernâtre, Dompierre-sur-Authie, Flesselles, Monsures, Outrebois et Poutrincourt ou, plus novateurs, les châteaux de Moreuil et Rambures (en briques) qui illustrent, soit les nécessaires adaptations sur des éléments préexistants, soit les évolutions technologiques en matière de fortification durant la guerre de Cent Ans dans la région. La liste n’est pas exhaustive faute de prospections dans ce domaine.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Cartographie des mentions écrites de fortifications avant 1200 dans le diocèse d’Amiens
Crédits DAO : R. Jonvel – Mise à jour 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2. Cartographie des sites fortifiés répertoriés en prospection archéologique dans le diocèse d’Amiens
Crédits DAO : R. Jonvel – Mise à jour 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 3. Géographie castrale aux alentours de 1100 dans le diocèse d’Amiens
Crédits DAO : R. Jonvel – Mise à jour 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4. Plan topographique de la première enceinte du site fortifié de Boves
Crédits Relevés : Ph. Boutte, 1997 et R. Jonvel, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 5. Plan archéologique des occupations anciennes repérées sur la plateforme et dans la première enceinte du site de Boves
Crédits Relevés : Ph. Racinet, 2013 et R. Jonvel, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-5.png
Fichier image/png, 128k
Titre Fig. 6. Photographie du cellier 4500 vu du sud, le long du rebord oriental du fossé défensif (4162) de la motte de Boves. Cette structure, en cours de datation C14, a sa paroi occidentale recoupée par le fossé défensif de la motte (4162), qui se met en place au cours de la seconde moitié du xe siècle (Fouille programmée de Boves 2016)
Crédits Cliché : R. Jonvel, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 7. Plan topographique du site fortifié de Picquigny sur fond cadastral actuel ; Données archéologiques complémentaires d’après le plan terrier du xviiie siècle
Crédits Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, complété des relevés de P. Augé, L. Degroisilles et R. Jonvel (2010-2011, 2015) ; Source du plan terrier : Archives départementales de la Somme, RL 61, pièce disjointe de la côte 1 E 133
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 8. Plan topographique du site de Conty sur fond cadastral actuel
Crédits Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, complété des relevés de P. et R. Jonvel, 2011
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 9. Plan topographique du site de Lucheux sur fond cadastral napoléonien complété des relevés 2014-2015 (association Cahmer) et des données archéologiques complémentaires
Crédits Source du plan cadastral et des données archéologiques complémentaires : Archives départementales de la Somme 3 P 1217, section B, d’après les travaux de Ch. Pinsard (Bibliothèque de la Société des Antiquaires de Picardie, D 304. Registre de la bibliothèque de Charles Pinsard. Arrondissement de Doullens. Lucheux, plans et photographie), R. Dubois, 1936 et Fr. Vasselle, 1996
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 10. Photographie du rebord méridional de l’excavation 4707 (Fouille programmée de Boves 2015)
Crédits Cliché : R. Jonvel 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-10.png
Fichier image/png, 438k
Titre Fig. 11. Photographie du comblement central d’une importante dépression (non numérotée) observée lors d’un sondage, perpendiculaire à la petite motte située dans l’enceinte du prieuré (Fouille programmée de Boves 2014)
Crédits Cliché : R. Jonvel 2014
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-11.png
Fichier image/png, 462k
Titre Fig. 12. Plan topographique du site fortifié de Wargnies sur fond cadastral napoléonien
Crédits Source du plan topographique : Archives départementales de la Somme 3 P1505/3, complété des relevés de P. et R. Jonvel, 2010
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 13. Plan d’interprétation de l’organisation spatiale du château de Démuin au xvie siècle
Crédits D’après Jonvel, 2014 et nouvelle cartographie archéologique, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 14. Plan archéologique de l’occupation alto-médiévale (phase IIIB) du site de Démuin
Crédits D’après Jonvel, 2014 et nouvelles recherches effectuées en 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 15. Photographie du fossé défensif 1158 du site fortifié de Démuin en phase IIIB (seconde moitié du xe siècle)
Crédits D’après Jonvel 2014
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-15.png
Fichier image/png, 360k
Titre Fig. 16. La géographie castrale de l’Amiénois vers 1200
Crédits DAO : R. Jonvel et mise à jour 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 17. Plan topographique des deux sites fortifiés d’Airaines sur fond cadastral napoléonien
Crédits Source du plan cadastral : Archives départementales de la Somme, 3 P 1516, section H, complété des relevés de A. Drouvin, F. et R. Jonvel, 2009
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 18. Restitution du plan archéologique de l’édifice enseveli sous le château à motte des « sires d’Airaines », replacé sur le plan de masse des vestiges actuels
Crédits D’après Dessaint, 1977 complété des relevés 2009
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 19. Photographie de la destruction en cours de la motte castrale de Clairy, vue de l’ouest, parcelle AB, n° 129
Crédits Cliché : Ph. Gaudière, juillet 1990
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 20. Restitution de l’emprise de la motte castrale de Clairy [-Saulchoix] sur le fond cadastral actuel
Crédits Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, d’après Jonvel, 2009 : p. 40, fig. 10 et mise à jour 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 21. Relevé de la coupe stratigraphique n° 5 montrant l’organisation des remblais et des vestiges maçonnés le long du rebord septentrional de la motte
Crédits Relevé : M. Jouannetaud, I. de Carvalho, 2008 – Extrait de Jonvel, 2009 : p. 40, fig. 10
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 22. Photographie de la stratigraphie (profil n° 3) révélant les remblais présents au cœur de la motte de Clair (sondage archéologique de Clairy, Laboratoire d’archéologie de l’Université de Picardie – association Cahmer)
Crédits Cliché : R. Jonvel
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 23. Plan topographique du site fortifié de Lassigny comportant le plan de masse des vestiges construits repérés lors du sondage. Photographie de la stratigraphie venant s’appuyer contre la semelle de fondation de la probable tour-maîtresse qui se dressait sur la motte
Crédits D’après Jonvel, 2011
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 24. Plan topographique du site fortifié de Toutencourt sur le fond cadastral actuel
Crédits Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr, complété des relevés de A. Drouvin, M. Fauvergue, F. et R. Jonvel, 2008-2012 et mise à jour 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 25. Carte de la châtellenie d’Authie
Crédits D’après Jonvel, 2010 : p. 45 et mise à jour 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 26. Plan d’interprétation des vestiges archéologiques retrouvés en fouille sur la plateforme de la motte de Toutencourt (Fouille programmée de Toutencourt, association Cahmer)
Crédits Relevés : L. Jeanneret, 2009-2011
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 27. Plan topographique du site fortifié de Mareuil [-Caubert] sur le fond cadastral actuel
Crédits Source du plan cadastral : www.cadastre.gouv.fr,complété des relevés de S. Claire, N. Bilot, R. Jonvel, 2011 et mise à jour 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1563/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search