Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Conclusion

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 Evangile selon saint Jean. 10.30.

« Un homme descendait de Jérusalem à Jericho... »1
ou de quelques relectures historiques d'un enjeu éthique fondamental.

1Il me revient la redoutable mission de rassembler les éléments d'une synthèse provisoire après deux jours et demi de colloque. Les importantes contributions qui ont été faites, le nombre et la qualité des chercheurs venus d'horizons divers ont démontré la pertinence et du thème choisi et du cadre chronologique très large qui a été retenu. La plupart des intervenants ont fait porter leurs réflexions sur le domaine géographique défini par les organisateurs du colloque. Il est heureux toutefois que quelques belles communications aient élargi l'horizon.

2Ce colloque trouve certainement son point de départ dans les interrogations de ses promoteurs concernant les problèmes relatifs à l'intégration et à l'exclusion de l'Autre dans la société où ils vivent. En ce sens une fois de plus nous rejoignons la réflexion de Lucien Febvre pour qui « l'histoire est fille de son temps ».

3Certes les historiens doivent toujours tendre à adopter une attitude d'extériorité par rapport à leur objet. Mais il est clair que la montée des intolérances dans cette fin de millénaire, l'affaiblissement du lien social dans des secteurs entiers de la civilisation occidentale, incite les historiens à donner une épaisseur chronologique aux réflexions sociologiques d'aujourd'hui sur l’accueil de l'Autre et la force des procédures d'exclusion.

  • 2 Bernard COTTRET, Terre d'exil. L'Angleterre et ses réfugiés XVIe-XVIIe siècles. Paris, 1985.
  • 3 Yves LEQUIN, La mosaïque France : histoire des étrangers et de leur immigration. Paris, 1988, 479  (...)

4En 1985, en prélude à sa thèse sur l'Angleterre et ses réfugiés, Bernard Cottret observait tout uniment que l'historiographie a rarement tenté de répondre à cette question simple : « Qu'est-ce qu'un étranger ? »2 Près de dix ans plus tard, on peut dire que les souhaits de notre collègue ont été comblés par tout un courant historiographique qu'illustraient aussi bien ce colloque lillois qu'une série de travaux historiques et/ou sociologiques récents portant sur l'intégration dans la « mosaïque France » (Y. Lequin) ou le « creuset français » (G. Noiriel)3. Avant de récapituler ce qui tisse les fils d'Ariane reliant les différentes communications, il est de saine méthode de citer quelques-uns des terrains négligés ou peu abordés par les communications.

1. Les angles morts d'un foisonnant colloque

5La prise en compte des éventuelles spécificités de l'Europe du NordOuest et des divers secteurs géographiques composant ce riche pôle de la civilisation occidentale n'a pas été occultée mais aurait certainement gagné à être approfondie. Par exemple la culture politique néerlandaise se définit souvent comme une combinaison d'humanisme, de calvinisme et de mentalité commerciale. Le respect de l'Autre paraît bien ancré dans cette culture qui est celle d'une société exceptionnellement tolérante.

  • 4 Georges MAUCO, Les étrangers en France. Étude géographique sur leur rôle dans l'activité économiqu (...)
  • 5 Jacques DUPÂQUIER et Denis KESSLER dir., La société française au XIXe siècle, tradition, transitio (...)

6La France du Nord profondément labourée par la Contre-Réforme catholique n'est certes pas taillée dans la même étoffe culturelle et politique. Mais elle a constitué elle aussi une terre d'accueil largement ouverte aux étrangers au cours des deux derniers siècles. Qui ignore qu'en 1851, le Nord est le département français comptant le nombre le plus élevé de résidents originaires de contrées extérieures à la République ? En 1891, le Nord, le Pas-de-Calais et les Ardennes comptaient à eux seuls plus des trois quarts de la population belge installée en France4. Pourtant, si l'on se réfère à l'enquête TRA analysée par J. Dupâquier et D. Kessler, on observe que le Nord est une région où au siècle dernier l'on bouge peu, où par exemple 68 % des mariés convolent en justes noces dans leur commune d'origine5. Comment ces divers paramètres se combinent-ils ? Il est certain qu'une analyse plus approfondie du modèle démographique de la France septentrionale aurait en tout cas permis de rappeler les effets sur la population de l'accueil de vagues successives d'immigrants jusqu'à ces dernières années.

7Une autre dimension possible du thème proposé a été laissée dans l'ombre. L'Autre, c'est en effet aussi la personne handicapée. Le mouvement antiségrégationniste qui vise à l'insertion sociale des handicapés (quelle que soit la nature du handicap) s'est beaucoup développé depuis une vingtaine d'années. On peut naturellement regretter qu’aucune communication n'ait abordé cette question. Il est vrai que l'éventail des exposés fournit déjà ample matière à réflexion.

2. Des définitions polysémiques de l'Autre en proie à des stéréotypes de longue durée.

8Le concept d'altérité est à l'évidence d'une grande plasticité. L'Autre est celui qui ne partage pas le même horizon, qui n'est pas né dans le même pays, qui ne partage pas les mêmes croyances, la même foi, les mêmes valeurs, celui qui ne dispose pas des mêmes facultés physiques ou mentales que l'individu dit normal.

9Sous l'Ancien Régime, la définition de l'étranger que J.-F. Dubost a qualifié d'emblée d'« archaïque » renvoie à un horizon culturel relevant du « localo-centrisme » (J.-P. Jessenne) ; cet éternel paysan de méfiance à l'égard de l'inconnu ne décrit pas seulement des attitudes propres au monde rural. La définition que les élites municipales des anciens Pays-Bas donnent de l'étranger demeure singulièrement étroite. Le monde des « bonnes villes » est un monde exclusiviste. S'il cultive chaleureusement ses solidarités à l'égard de ses natifs, il témoigne d'une générosité géographiquement sélective. Il suffit de compulser les registres des ordonnances municipales de Lille pour relever en septembre 1714 la définition suivante : « Déclarons que sous le nom d'étrangers, nous ne comprenons pas les habitants de la châtellenie ni ses enclaves, mais bien les sujets des villes et pays de la domination du roi ». Un Français de Paris est donc un étranger à Lille.

10La notion d'étranger aux Temps modernes recouvre aussi les âpres clivages confessionnels de l'époque, ces dissentiments religieux sont à l'évidence moins sensibles dans les définitions actuelles de l'altérité ; on peut même penser qu'au sein des diverses confessions chrétiennes ils sont en voie de disparition.

11Il va de soi aussi que l'étrangeté peut recevoir des contenus politiques variés, peut s'inscrire dans le champ de la sexualité (R. Le Jan l'a rappelé à propos de l'inceste). Elle peut être sous-tendue par l'appartenance à des aires linguistiques différentes. Elle est perceptible de façon socialement différenciée et s'exprime aux diverses échelles de la réalité locale, provinciale et nationale.

12Un des fils conducteurs des interventions a conduit à s'interroger sur les types de communautés et les processus communautaires. La communauté renvoie à un foyer central, le sentiment de communion des individus autour d'un ensemble de représentations auquel ils adhèrent. Les communautés qui se structurent, se déforment et se recomposent en permanence permettent par leur fonctionnement d'intégrer des sous-groupes (des groupes de jeunes par exemple). Elles sont aussi indissociables de procédures d'exclusion aboutissant aussi bien au rejet de l'errant inconnu qu'au refus de l'ingérence d'autorités externes à la communauté.

  • 6 Cyrano de Bergerac, La Sybille moderne ou l'oracle du temps, 1649 (Cité par Hélène DUCCINI, « L'en (...)

13Ce colloque a montré aussi l'extraordinaire pérennité des stéréotypes nationaux et les constantes lexicales qui les accompagnent. Ces stéréotypes qui reflètent des modes de pensée prélogiques peuvent être valorisants pour les groupes qui en sont affublés. Ils paraissent toutefois le plus souvent dépréciateurs. On permettra à un moderniste de rappeler que même un esprit fort du premier XVIIe siècle comme Cyrano de Bergerac ne craignait pas d'écrire : « Pour achever leurs desseins, les Français n'ont besoin ni de l'opiniâtreté furieuse des Anglais, ni de la vaillance brutale des Allemands, ni de la patience orgueilleuse des Espagnols, ni de l'adresse criminelle de ceux d'Italie, ni de la malice envieillie de ceux de Sicile »6. Ces fantasmes qui expriment tout un imaginaire social perdurent à travers les décennies. Il importe à l'évidence de scruter avec une attention redoublée, comme l'a fait B. Cottret, les mythes fondateurs des identités. Il est tout aussi expédient de cerner les temps forts qui contribuent à réactiver les stéréotypes (on pense par exemple aux récits d'atrocités dont J. Home nous a entretenu).

14Cette pérennité des clichés stéréotypés véhiculés à l'encontre de l'étranger renvoie à la perception que les sociétés ont d'elles-mêmes. Une société a-t-elle besoin pour renforcer sa cohésion de la présence d'un autre dont la fonction est notamment de contribuer à mieux dessiner les contours de la société réceptrice ? On serait tenté de dire en écoutant les uns et les autres que plus une société doute d'elle-même, de ses valeurs, de la légitimité de ses instances régulatrices, plus elle éprouve le besoin de mettre à distance diverses catégories humaines extérieures dont la seule existence est perçue comme une menace.

15Ce thème de l'existence coriace des stéréotypes qui ne s'embarrassent au demeurant ni de cohérence ni de logique rationnelle (D. Delmaire, Y. Quairiaux) se double de celui de l'ambivalence des discours et de l'ambiguïté des attitudes. Cette dialectique de l'ouverture et de la fermeture apparaît dans les exposés de J.-F. Dubost, J.-F, Chanet, G. Férreol, J. Horne observe pour sa part qu'entre l’ennemi et l'ami se trouve l'ambigu, l'étranger équivoque qui pour la France de 1914 se résume essentiellement à l'Alsacien-Lorrain. B. Cottret souligne également les gradations subtiles qu’il y a entre l’acceptation et le refus, la similitude et la différence, l'universel et le singulier.

3. Des bilans solides et argumentés dans plusieurs domaines

16Les actes de ce colloque offrent au lecteur une série de conclusions solides même si les dossiers qu'elles concernent restent assurément ouverts. On ne peut tout reprendre dans une synthèse finale. Il n'est cependant pas hors de propos de suivre quelques uns des fils rouges qui donnent son unité au projet scientifique de ce colloque.

17Il nous semble tout d'abord que les principales césures chronologiques marquant l'évolution des sociétés face à l'altérité apparaissent nettement. A l'extrémité du champ chronologique, la perception de l'altérité dans l'Antiquité et au haut Moyen Âge se dégage clairement. Un observateur pressé pourrait avoir l'impression que les sociétés de la romanité avec la notion d’alienus qui disparaît derrière la notion de barbare sont celles de l'exclusion absolue. En fait entre le discours continûment méprisant et la réalité, l'écart est important. Nous savons tous que la notion de frontière n'a pas alors la définition linéaire que l'on a en Europe depuis plus de deux siècles. Le limes brasse les ethnies et les cultures, l'interpretatio romana intègre les dieux des peuples étrangers dans le panthéon local. Ni sur le plan ethnique, ni sur le plan religieux, le discours de rejet et d'exclusion n'a de répercussions durables sur la réalité.

18Il en est de même au Moyen Âge, ce sont des siècles de l'homme rare, où la société est constamment affectée par une forte mobilité de catégories diverses de gens qui pérégrinent. Les étrangers en dépit de décharges périodiques d'agressivité (R. Le Jan) contre des groupes jugés dangereux ne sont pas victimes de pratiques xénophobes du moins en permanence. Il demeure que ces sociétés mobiles du haut Moyen Âge sont des sociétés dures où pour être à l'abri de la violence, il faut être protégé par la famille, le groupe ou le seigneur du lieu. L'hospitalité qui demeure « ciblée » est une valeur savamment entretenue au moins par le clergé régulier et les élites aristocratiques. Il est vrai, et J.-F. Dubost est fondé à attirer notre attention sur ce point, qu'il faut toujours distinguer entre l'attitude à l'égard des étrangers de passage et celle relative aux étrangers qui s'implantent. On me permettra d'ajouter que l'attitude à l'égard des étrangers qui s'implantent est d'autant plus tentée par le radicalisme d'un rejet que ces étrangers apparaissent comme plus déshérités.

  • 7 Jean-Pierre GUTTON, La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 1974, 208 p.

19Au delà du Moyen Âge, deux grandes ruptures sont décelables dans le regard porté par la société sur l'Autre. L'époque de la Renaissance correspond à une première rupture, depuis les travaux décisifs de J.-P. Gutton, nul n'ignore que les élites sociales de la première modernité se révèlent inhabiles à penser la différence. Les comportements à l'égard des pauvres évoluent ; l'image du pauvre, image privilégiée du Christ tend à s'estomper7. Une deuxième rupture échelonnée dans le temps à partir du XVIIIe siècle conduit aux grandes pulsations des transformations industrielles. Nous entendons bien que le XVIIIe siècle bercé par la mode du cosmopolitisme paraît plus ouvert à l'altérité. La question (qui n'est pas neuve dans l’historiographie) demeure de savoir si les valeurs des Lumières ont profondément affecté et modifié les visions du monde du plus grand nombre.

20La Révolution française, faut-il le rappeler, sans être fondatrice d'une nouveauté radicale est dans ce domaine également un tournant majeur. Le concept d'État-Nation est porteur d'une nouvelle définition de l'étranger, même si le projet politique de la démocratie vise par définition à dépasser le cadre des frontières (J.-P. Jessenne).

  • 8 Colette GUILLAUMIN, L'idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, 1972, p. 16.
  • 9 Nous maintenons, dans cette conclusion, la référence à la communication que Jean-Marie Delmaire n’ (...)

21Il est aujourd'hui établi qu'avant le XIXe siècle, le racisme, donc la perception de l'Autre comme essentiellement différent existe peu ou en tout cas apparaît comme une « pratique non théorisée »8. Le racisme comme idéologie se référant à de fallacieuses bases biologiques ne se structure qu'au siècle dernier (J.A. Gobineau, H.S. Chamberlain). L'antisémitisme est une composante dominante du racisme. J.-M. Delmaire9 a décrit les mécanismes de régulation des flux d'émigrants juifs venus de l'Empire tsariste mis en place à Paris par l'Alliance Israélite Universelle. Il fait état des préjugés tenaces ayant cours parmi les israélites français à l'égard des juifs d'Europe orientale (les Russes sont bruyants et hâbleurs, les Roumains sont des pique-assiettes...). Son exposé a également le mérite de montrer à quel point ces stéréotypes se nourrissent de fantasmes. Le contact direct eut pour effet de modifier le regard des Français de confession judaïque notamment envers les étudiants chassés de l'Est européen.

22Au demeurant le contexte politique influe décisivement sur l'intensité de la xénophobie. Cette vérité d'évidence est illustrée par plusieurs exposés. Les systèmes identitaires en vigueur sont réactivés, radicalisés et modifiés sous l'effet d'une crise majeure entre les États (la guerre est l'expérience-limite de ce type de crise) ou d'une crise économique qui fait refluer les autochtones vers des emplois déqualifiés jusqu'alors occupés par des immigrés. Inversement une phase d'apaisement politique et de rapprochement entre les peuples d'Europe occidentale comme celle que l'on vit depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale transforme les visions réciproques des peuples. Comme l'a montré R. Damiani, l'image que les Français ont de l'Italien immigré a évolué de façon positive parallèlement aux transformations du paysage politique italien depuis un demi-siècle.

23Ce colloque, même si ce ne fut pas sa préoccupation dominante, a permis également une clarification du débat concernant la langue comme critère d'identification de l'étranger, C. Beaune a bien montré que la langue anglaise n'était pas portée au débit des soldats anglais par le bourgeois de Paris du premier XVe siècle. Même dans l'aire géographique des anciens Pays-Bas traversée par une ligne de contact entre les parlers romans et les parlers germaniques, l'altérité linguistique ne fut pas pendant longtemps un attribut de l’étrangeté ou de l'altérité. Le critère linguistique par exemple n'entre pour rien dans la scission entérinée au XVIIe siècle entre les Provinces-Unies de sensibilité calviniste (même si demeure une forte minorité papiste) et des Pays-Bas méridionaux ultra-catholiques. Il est certain que la monarchie des lys a encouragé l'usage du français dans les contrées néerlandophones de Flandre rattachées à sa domination. Il n'y eut cependant pas de politique linguistique systématiquement conduite.

24Y. Quairiaux comme D. Delmaire ont certes fait avec a propos un florilège des sobriquets dont on accable à la première génération les travailleurs saisonniers ou les immigrés flamands installés en Wallonie ou dans la France du Nord. Mais on observera que c'est un phénomène propre au second XIXe siècle. Inversement faut-il rappeler que le mouvement flamand naît et se développe à partir des années 1830 en réaction contre la francisation de l'État qui accompagne la formation de la Belgique ; c'est en 1838 qu’Henri Conscience publie à Anvers le Leeuw van Vlaanderen qui exalte la bataille des Éperons d'Or remportée par les Flamands sur les Français de Philippe IV le Bel. Quant au vocable de Wallonie il n'est forgé que dans les années 1830.

25Il n'est pas douteux qu'un des temps forts de ce colloque a été nourri par l'ensemble des communications consacrées aux recompositions successives du thème de l'étranger en temps de guerre. Il est clair que les guerres sous l'Ancien Régime n'opposent pas des nationaux à des étrangers. La Révolution pose le fait militaire et la participation à la guerre dans des termes différents. Pour L. Petit, la Révolution a inventé le concept d'étranger, « véritable moule en négatif du citoyen français ». Au XIXe siècle et dans le premier XXe siècle, la région a connu plusieurs invasions. B. Ménager, A. Becker, J. Horne, J. M. Guislin ont analysé le fonctionnement mental des populations dont le territoire est occupé. Les relations entre occupants et occupés se développent en se laissant aspirer dans une sorte de spirale de la dégradation. A. Becker a par exemple décrit l'incubation puis l'éclosion de la haine dans les limites de la « petite patrie » lors de la guerre de 1870-1871. C'est à une progressive cristallisation des archétypes que l'on assiste (les étrangers sont des incendiaires, des preneurs d'otages, de véritables ogres). Tout au long de la Grande Guerre qui met en mouvement des masses humaines sans commune mesure avec celles mobilisées lors de la guerre de 1870-1871, perdure la redéfinition de l'étranger qui se manifeste en 1914 en fonction de la distinction brutale entre le « soi collectif de l'identité nationale » et le semblable allié d'un côté, l'Autre absolu qui est l'ennemi envahisseur de l'Autre (John Horne). Force est alors de constater que l'universalisme républicain joue alors pleinement son rôle fédérateur en faisant de l'identité nationale un creuset d'unité et non une force d'exclusion.

26Toutes ces interrogations sont à l'évidence pleinement d'actualité. La précellence du principe d'universalité n’exclut pas la reconnaissance des différences. « Chaque homme, disait Montaigne, porte la forme entière de l'humaine condition ». Il n'y a certainement pas de fondement qui vaille à l'accueil de l’Autre hors de l'affirmation de l'universalité de la nature humaine. Un universalisme abstrait refusant radicalement tout particularisme recèle assurément bien des pièges.

  • 10 Extrait d'un rapport remis au premier ministre en 1991 et intitulé « Pour un modèle français d'int (...)

27Faut-il assimiler ou simplement intégrer l'Autre dans la Nation France ? Les dépositaires du destin des peuples comme tous les hommes de bonne volonté ont beaucoup débattu de ces notions au cours des dernières années. Les personnalités politiques et universitaires siégeant dans le Haut Conseil à l'Intégration ont proposé en 1991 la définition suivante dans un rapport officiel : « Il faut concevoir l'intégration comme un processus spécifique ; par ce processus il s'agit de susciter la participation active à la société nationale d'éléments variés et différents, tout en acceptant la permanence, la conservation de spécificités culturelles, sociales et morales et en tenant pour vrai que l'ensemble s'enrichit de cette variété, de cette complexité »10. L'intégration de l'Autre suppose-t-elle au contraire une assimilation, bref une intégration allant jusqu'à faire partager à l'Autre les valeurs fondatrices de la communauté d'accueil ?

28Ce sont là des problèmes singulièrement ardus et chacun répondra en toute conscience. L'accueil de l'Autre, on aurait dit dans une société à valeurs chrétiennes, du prochain... qu'il soit proche ou lointain, l'image que l'on en a font partie de ces questions fondamentales qui traversent les siècles. L'essentiel à l'évidence est d'œuvrer pour « une société sans mépris » ; celle-ci n'est sans doute pas pour demain. Mais un grand Européen du Nord-Ouest ne disait-il pas : « Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre et de réussir pour persévérer ». J'avais reçu mission d'entreprendre une « synthèse des débats », je m'y suis attaché pendant ces deux jours en auditeur attentif et persévérant, j'ignore si j'y ai réussi. Je vous remercie en tout cas de la qualité de votre attention.

Notes

1 Evangile selon saint Jean. 10.30.

2 Bernard COTTRET, Terre d'exil. L'Angleterre et ses réfugiés XVIe-XVIIe siècles. Paris, 1985.

3 Yves LEQUIN, La mosaïque France : histoire des étrangers et de leur immigration. Paris, 1988, 479 p. ; Gérard NOIRIEL, Le creuset français : histoire de l'immigration XIXe-XXe siècles. Paris, 1988, 437 p.

4 Georges MAUCO, Les étrangers en France. Étude géographique sur leur rôle dans l'activité économique. Paris, 1932, p. 44.

5 Jacques DUPÂQUIER et Denis KESSLER dir., La société française au XIXe siècle, tradition, transition, transformations. Paris, 1992, p. 365.

6 Cyrano de Bergerac, La Sybille moderne ou l'oracle du temps, 1649 (Cité par Hélène DUCCINI, « L'entourage des Concini : les étrangers et leur image entre 1610 et 1617 » in Bulletin de l'Association des historiens modernistes des universités, no 15, 1991, p. 42.)

7 Jean-Pierre GUTTON, La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 1974, 208 p.

8 Colette GUILLAUMIN, L'idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, 1972, p. 16.

9 Nous maintenons, dans cette conclusion, la référence à la communication que Jean-Marie Delmaire n’a pas eu la possibilité de parachever (Accueil et rejet des réfugiés juifs de Russie en Europe occidentale après les pogroms - 1882-1914)

10 Extrait d'un rapport remis au premier ministre en 1991 et intitulé « Pour un modèle français d'intégration », cité par Jacques BARON : « Les paradoxes de l'intégration » in Ethnologie française, avril-juin 1991, p. 173.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter