Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Entre peuples et nations dans l'Europe du Nord-Ouest : regards croisés

Synthèse des débats

Texte intégral

L’Angleterre et la France

1Pour ouvrir la discussion, Robert Muchembled déclare sa « surprise » devant « l'image très modérée » qu'un bourgeois de Paris au XVe siècle se fait des Anglais et qu’un certain nombre d’Anglais se font des Français au XVIIe siècle : l’Anglais avec une queue ou le Français mangeur de grenouilles n’apparaissent pas. Cette attitude semble principalement le fait du monde aristocratique du XVIIe siècle, - « très harmonisé » - avec une noblesse internationale moins esclave des stéréotypes dont un seul ressort de ci de là, celui de l’odeur de l’Autre (qui est d’ailleurs présent dans le racisme). Il termine ses propos en rappelant que la différence principale entre les deux pays tient au système politique.

2Selon Colette Beaune, cette opposition quant à la forme du gouvernement est clairement perçue à partir de 1470, par exemple, chez un John Fortescue (1385-1476) qui constate qu’en France les impôts ne sont pas votés ou chez le bourguignon Thomas Daffin.

3Corroborant l’idée selon laquelle la notion de l'Autre passe par la perception des odeurs, Annette Becker souligne que, pendant la Première Guerre Mondiale, les cadavres des soldats ennemis et leurs odeurs - impossibles à supporter - sont évoqués dans les deux camps. Régine Le Jan, quant à elles remarque que dès le Ve siècle, le poète chrétien Sidoine Apollinaire se plaignait des Burgondes, aux cheveux enduits de beurre rance, et de l’odeur d’ail que dégageait leur cuisine. Marie-Josèphe Lussien-Maisonneuve ajoute qu’en 1666, Le Bernin a aussi été incommodé par l’odeur de l’ail à la Cour de France...

4Bernard Ménager constate que - comme le bourgeois de Paris de Colette Beaune-, les habitants du Nord occupé après Waterloo perçoivent les Anglais comme des « excentriques » faisant venir leur femme, des chiens, des singes... et il se demande s’il s’agit de la persistance d’un stéréotype national vieux de quatre siècles ou si ces témoignages correspondent à des réalités sociologiques, car après tout la présence de femmes britanniques a fait l’objet d’une correspondance diplomatique entre 1815 et 1818. Colette Beaune précise que c’est surtout le fait que les femmes anglaises jouent un rôle public qui choque au XVe siècle en France. John Miller confirme que, dans les familles aristocratiques les femmes peuvent effectivement jouer un rôle important (comme dans les romans d’Ellis Peters censés se passer au XIIe siècle) et sont mieux traitées qu'en France, même si au regard de la loi elles sont plus faibles que les hommes.

5Marie-Josèphe Lussien-Maisonneuve suggère de relativiser l’influence de l’architecture française au XVIIe siècle en Angleterre et d’insister plutôt sur le rôle d’intermédiaire que joue la France par où les influences italiennes - notamment celle de Palladio - parviennent en Angleterre. Elle signale, à cet égard, que Christophe Wren s’est rendu à Paris en 1666 pour rencontrer Le Bernin... Effectivement, il ressort de la discussion qu’à l’exception des châteaux de Winchester et d’Hutle qui imitent Versailles, l’Angleterre apparaît comme une « zone de résistance » - contrairement au centre et à l'est de l’Europe - « en conflit culturel » avec la France. Bien plus, sous le règne de Louis XVI, on assiste à un retour de classicisme venu d’Angleterre...

6Jean-Pierre Jessenne estime que dans la question de l’image de l’Autre, on oscille toujours entre « des références anthropologiques » et des fixations conjoncturelles » où les relations entre États jouent un rôle important. Il note également que selon ses sources et son questionnement, l’historien constitue des images de l’Autre très variées. Il y a donc toute une série de regards qui peuvent être très complexes et croisés. Ainsi le bourgeois de Colette Beaune appartient au camp des Bourguignons, alliés des Anglais et donc plutôt favorable à ces derniers tandis qu’au même moment le sentiment national et xénophobe se développe à l’intérieur du parti Armagnac qui en outre, propage une image très positive des Écossais (image maintenue dans la France du XVIIe siècle selon John Miller).

7Jean-Pierre Jessenne prolonge le problème dans le temps en évoquant le retournement de la représentation de la France pendant la Révolution où un Burke ne critique plus l’absolutisme mais dénonce la voie française de sa remise en cause. John Miller poursuit en disant qu’au portrait toujours négatif du paysan, s’ajoute celui du révolutionnaire français fanatique, alors que l’Église catholique est traitée avec plus de sympathie.

8Rebondissant sur la question religieuse, John Horne demande si l’on accepte au XIVe siècle l'idée d'une chrétienté commune englobant les Anglais qui sont souvent dépeints comme des déviants, des marginaux. Colette Beaune répond que certes les Anglais sont reconnus comme membres de la communauté chrétienne mais qu’ils sont considérés comme « des impies, des hérétiques, avec moins de reliques, d’évêchés, d’archevêchés » ce qui les situe, au niveau de la religion, bien en dessous de la France.

9Selon John Horne, un « système de définition de l’étrangeté » se dessine progressivement à partir de la religion, de l’État et de l’État-Nation. Il établit la grande coupure entre Anglais et Français à la fin de la Royauté des Stuarts avec la construction d’un État anglais sur des bases totalement différentes. Elle se confirme ensuite avec la concurrence de deux empires coloniaux, de deux systèmes à prétention universelle, et avec l’apparition de nationalismes nourris par la guerre.

10La cuisine est un élément de ce conflit dès le moyen âge l’opposition bouilli (anglais)/rôt (français) existe (Collette Beaune) ; au XVIIe siècle, la France intègre sa cuisine dans « un système de conquête culturelle des élites » dont l’adoption par l’aristocratie anglaise permet d’établir une frontière de classe avec le peuple ordinaire (John Miller, reprenant la thèse de Jean-Louis Flandrin).

11Le commerce contribue également à cette compétition : Jean-Marc Guislin est frappé par la permanence de la perception des Anglais comme dangereux rivaux commerciaux du XIVe au XIXe siècle, aussi bien dans un contexte protectionniste que libre-échangiste. Les Anglais semblent partager cette opinion puisqu’ils parlent d’« agression économique » à propos du colbertisme oubliant les Actes de Navigation (John Miller).

L'Allemagne et l'Angleterre

12Jean-Marie Delmaire pose à Pierre Vaydat la question du regard allemand sur l'Angleterre en relation avec l'évolution du partage colonial du monde. Pierre Vaydat souligne que pour la majorité de la droite allemande, l'Angleterre incarne « l'enjuivement » rendu notamment responsable de la Guerre des Boërs qu'on estime fomentée par les Juifs pour le contrôle du commerce des diamants. Dans le même temps, la politique mondiale de Guillaume II visait à obtenir la parité dans la maîtrise des mers et à accroître le domaine colonial allemand en Afrique. Hitler rompt avec ces visions et concentre son argumentation sur la similitude raciale : le peuple anglais et le peuple allemand ont, à ses yeux, des missions identiques mais géographiquement opposées : à l'Angleterre, la maîtrise des peuples de couleur, à l'Allemagne, la maîtrise des sous-races européennes.

13Cherchant à expliquer la différenciation entre les thèses hitlériennes et celles de la droite nationale allemande, Bernard Ménager interroge Pierre Vaydat sur l’influence des théoriciens de la géopolitique mondiale notamment Ratzel, qui prône la maîtrise du cœur eurasiatique du monde, et l'amiral Mahan qui préconise, quant à lui, la puissance maritime. Pierre Vaydat souligne qu'en effet le parti national allemand reprend les idées de Tirpitz, lui-même grand lecteur de l'amiral Mahan.

Regards croisés

14John Horne résume l’évolution à grands traits : on passe de la complexité des régions réciproques dans les sociétés médiévales et modernes à une « simplification réductrice » aux XIXe-XXe siècles en raison du développement des identités nationales. Ces dernières sont dues, en bonne partie, aux transformations économiques et sociales (division du travail, commercialisation, urbanisation, émigration) mais aussi politiques (affirmation de l’État, démocratisation, mobilisation politique des masses) qui sont porteuses de « possibilités nouvelles d’identité du soi », non seulement d’exclusion mais aussi d’assimilation. En effet, dans la définition de l’identité de soi, il faut tenir compte autant des phénomènes d’acceptation, d’incorporation de l’Autre que de ceux de rejet, qui sont en tension quasi permanente. John Horne insiste également sur « les exigences d’homogénéisation » de la communauté d’accueil qui s’exercent avec « une pesanteur à la limite du supportable » sur les populations immigrés.

15A Firmin Lentacker qui estime que c’est moins la question linguistique que la question religieuse qui a conduit au déchirement du royaume des Pays-Bas à la fin des années 1820, Yves Quairiaux rétorque qu’il y a, bien entendu, de nombreux mobiles à cette crise, notamment économiques et religieux, mais que le grief linguistique a aussi son importance. C’est ainsi que le projet de Guillaume Ier - certes abandonné en 1827 - d’établir une seule langue officielle - le néerlandais - dans tout le royaume a pu inquiéter les francophones, surtout les unilingues du sud du pays. Inversement, la tâche essentielle du mouvement flamand a été, au départ, de ranimer une langue dont on avait conservé le souvenir mais qui n’était plus pratiquée ; cette entreprise sera couronnée de succès sans que disparaissent les dialectes (couramment parlés) et les patois.

16Philippe Guignet s'interroge ensuite sur les stéréotypes du Wallon développés en Flandre au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Ceux-ci n’ont guère été étudiés d’après Yves Quairiaux qui souligne en revanche que les représentations actuelles (paresseux, grévistes) correspondent à celles du Flamand en Wallonie au XIXe siècle. L’explication de ce transfert se trouve principalement dans l’évolution économique récente de la Belgique où la partie francophone apparaît comme une région en régression. En outre, les Wallons sont généralement considérés comme des libres-penseurs.

  • 1 Jean-Marie Delmaire s’est trouvé dans l'impossibilité de rendre son texte écrit. En maintenant cet (...)

17Marcel Gillet réagit à la communication sur les réfugiés juifs de Russie entre 1882 et 1914 en insistant sur le fait qu’« un émigrant est toujours mal vu par les immigrés antérieurs », ainsi les Juifs alsaciens après 1871 par leurs frères du Nord, ainsi les Juifs allemands fuyant le nazisme par leurs frères alsaciens.1 Jean-Marie Delmaire tient à nuancer cette affirmation pour les années 1880-1900 pendant lesquelles il arrive que les immigrants plus anciens viennent en aide aux nouveaux arrivants, phénomène que l'on a pu vérifier par exemple, chez les étudiants juifs de Berlin. Mais cet accueil sert parfois à alimenter des réseaux de prostitution laquelle constitue « une force d’assimilation » (cf. les travaux de Lloyd Gardner).

18Jean-Pierre Hirsch se demande si les modes d’accueil des Juifs en France et aux États-Unis sont très différents, sachant qu’à cette époque, qui correspond à l’affaire Dreyfus, l’image des Juifs est très fragilisée en France. Une étude comparative des milieux récepteurs permettrait-elle de mieux saisir quelle conscience de soi peut avoir un Juif français ou un Juif américain ?

19En réponse, Jean-Marie Delmaire évoque les différences qu’il a constaté entre la France et l’Angleterre. « On pourrait dire que les Juifs anglais connaissent mieux les Juifs immigrants (rôle de la presse israélite qui rend compte des activités des associations d’entraide d’immigrés) que les Israélites français. En sens inverse, les immigrants juifs en France connaissent mieux la société française et la société juive française (l’aspect éducatif de l'accueil est privilégié) que les immigrants juifs d’Angleterre ne connaissent la société juive d’Angleterre et la société anglaise en général ».

20Rapprochant sa communication de celle de Jean-Marc Guislin, Annette Becker a retrouvé la même bestialité, le même caractère démoniaque attribués aux Allemands et aux Communards qui doivent pareillement disparaître dans les flammes de l'Enfer. En revanche le fort antisémitisme qu’elle a perçu, notamment à l’encontre des Juifs allemands qui auraient été dans les fourgons de l’armée et auraient ramassé les bénéfices de la guerre, ne se retrouve pas dans le discours des élus du Pas-de-Calais. Ce qui a frappé Marcel Gillet dans leurs propos, c’est le sentiment d’infériorité à l’égard de Paris qui serait beaucoup plus marqué que chez les Nordistes. Cette observation est contestée par Bernard Ménager qui a remarqué dès le Second Empire « une animosité très forte vis-à-vis de la capitale, une opposition tant idéologique qu’économique ». En outre, Jean-Marc Guislin ajoute que les députés provinciaux, au moins au début de la législature, sont globalement stigmatisés par les Républicains (Émile Zola, Gaston Rénieux) qui préfèrent Paris, symbole de progrès et de liberté.

21Pour conclure ce débat, Robert Muchembled met en garde les historiens contre les globalisations hâtives car il y a des façons de définir l'Autre par rapport à de nombreux critères. « L’Autre n’existe que par rapport à soi, or, soi, c’est extrêmement divers. L’Autre est en réalité une sorte d’emboîtement par rapport à nous-mêmes, et un emboîtement évolutif ».

22Les commentaires et les questions suscités par l'intervention du philosophe Charles Coutel donnent un ultime écho à cette remarque qui constitue l'un des fils conducteurs du colloque.

L'Autre et soi

23Bernard Cottret remarque à quel point les problèmes soulevés par Charles Coutel à propos de Diderot rejoignent les questions soulevées par un maghrébin du Ve siècle, Saint Augustin. Bernard Cottret souligne que celui-ci a en effet mis en exergue l'idée que la connaissance de soi procède nécessairement de la connaissance de l'Autre, y compris de l'Autre qui est en soi ; il ajoute : « Pour reconnaître l'Autre il faut aussi voir ce qu'il y a de commun avec l'Autre ». Ces réflexions conduisent Bernard Cottret à observer que l'image de l'Autre peut conduire à deux formes de racisme : celui de l'altérité, de la « sale gueule », des stéréotypes dévalorisants, etc. et celui de la similitude qui consiste à gommer l'altérité de l'Autre et donc à le vouer à l'inexistence. Charles Coutel dit son accord avec cette analyse et souligne que l’originalité de l'Europe, tient à ce qu'elle est, notamment au temps de Diderot, terre d'accueil de l'altérité ; altérité qui prend la forme aussi bien de la confrontation des livres, que de la défense des protestants. Toutefois, Charles Coutel relève une limite dans la validité de la référence augustinienne : « Chez Augustin d'Hippone, le plus intime de moi-même ce n'est pas moi, mais dieu ; alors qu'au XVIIIe siècle, les philosophes remplacent le plus intime divin par l'autre homme ». On « laïcise » l'altérité, démarche qui se traduit notamment par le goût du voyage.

24Jean-Pierre Jessenne déclare son intérêt le plus vif pour ces interrogations fondamentales, il souligne cependant que deux jours de colloque ont bien montré que l'altérité comporte aussi une dimension circonstancielle, politique ou sociale qu'il revient à l'historien de recomposer et de comprendre : comment le philosophe concilie-t-il les dimensions éthiques et historiques de l'altérité ? Charles Coutel répond en soulignant que, face à une question d'une telle portée que l'image de l'Autre, il est impératif d'associer en permanence les archéologies de soi et des autres - au sens que Diderot donne à l'archéologie des ruines -, ce qui rend nécessaire l'association de la philosophie et de l'histoire dans la mesure où elles « s'inquiètent l'une l'autre ».

Notes

1 Jean-Marie Delmaire s’est trouvé dans l'impossibilité de rendre son texte écrit. En maintenant cette partie du débat concernant sa fort stimulante intervention, nous tenons à le remercier de sa participation (Jean-Pierre Jessenne)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter