Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Entre peuples et nations dans l'Europe du Nord-Ouest : regards croisés

Le bourgeois de Paris et les Anglais

Colette Beaune

Texte intégral

  • 1 Colette BEAUNE, Journal d'un Bourgeois de Paris, Lettres Gothiques, 1990, p. 252 (1429).

1Le Journal d'un Bourgeois de Paris fut écrit entre 1405 et 1449 par un clerc parisien, probablement universitaire et proche du chapitre de Notre-Dame. La guerre et l'ennemi anglais sont pour lui des soucis constants, du débarquement d'Henry V en Normandie en 1415 à la reconquête du duché à laquelle il consacre ses dernières pages. Les Anglais ne sont pas pour lui un problème simple. C'est un bourguignon fervent et les ducs sont les alliés des Anglais durant toute la période comprise entre le traité de Troyes et le traité d'Arras (1420-1435). Pendant les quinze années qui forment l'essentiel de sa chronique, les Anglais sont donc pour lui chose familière. Ils gouvernent la capitale, on en rencontre dans les rues de Paris, où l'on connaît la réputation des chefs de guerre anglais. Les Anglais ne sont plus des stéréotypes globaux mais des personnes précises bonnes ou mauvaises. De plus, la cléricature n'incite pas au nationalisme. L'Église est très réticente vis-à-vis de l'essor des sentiments nationaux. Organisme international, elle soutient qu'aux yeux de Dieu, Anglais et Français se valent ; tous sont chrétiens et devraient être frères. « C'est grande pitié qu'il faille que chrétienté se tue ainsi l'un l'autre sans savoir pourquoi ; car l'un sera de cent lieues loin de l'autre qui se viendront entre-tuer pour gagner un peu d'argent ou le gibet au corps et l'enfer à la pauvre âme »1. La papauté soutient toutes les tentatives de règlement négocié et fait de la paix nécessaire un des thèmes de prédication les plus populaires. Notre bourgeois est bourguignon, il est clerc et la seule patrie qui lui soit familière, c'est la ville de Paris en proie à la guerre. Son monde est manichéen : Qui assure à Paris paix et prospérité représente le bien, qui attaque Paris est voué à l'enfer. Cette vision lui donne deux possibilités pour le rôle délicat de l'Autre ; les Armagnacs et les Anglais.

  • 2 Colette BEAUNE, La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris, La circulation des nouvelles au M (...)

2Si les Anglais sont vus avec tant de nuances dans le Journal du Bourgeois, ce n'est pas du tout que ce dernier soit un homme mesuré ou rétif aux stéréotypes. Les Armagnacs jouent dans son œuvre, dès les premières lignes et bien après la reprise de Paris, le rôle de l'Autre diabolique dont sa conception du monde a besoin2. Ces Armagnacs sont-ils pour lui des Français ? Il se refuse à les qualifier ainsi jusqu'à la victoire de Charles VII et celle-ci n'arrête pas les critiques à leur égard. Pour les décrire, il ne se refuse pas à l'exagération et au cliché. Il utilise tous les stéréotypes de la grande criminalité, c'est-à-dire la liste des quatre crimes irrémissibles ; tuer, violer, incendier, voler ou rançonner. Être armagnac pour lui, c'est tuer les femmes et les enfants, violer les femmes de religion et les bonnes pucelles, mettre le feu aux églises, rançonner les clercs ou les pauvres laboureurs, franchir en un mot les bornes de l'inadmissible et du sacrilège, ne pas respecter les valeurs du groupe, ni celles de la religion. Ils font pis que Sarrazins, dit-il à plusieurs reprises. Ces Armagnacs fantasmés ne lui sont d'ailleurs pas connus directement. Seule, la rumeur les voit sans cesse menacer Paris. Après 1436, la connaissance directe apparaît ; il les voit plus réalistement couards ou accablant le peuple d'impôts. Mais ils sont alors redevenus français. Le Bourgeois disposait donc, à l'intérieur même de la communauté nationale, de cet autre haï et pareil à soi. Il n'en avait pas une claire conscience mais les hésitations qu'il manifeste dans l'emploi du mot Français sont révélatrices. Les Bourguignons sont-ils français ? Jamais il ne le dit, comme s'il lui était impossible d'englober sous un même mot le bien et le mal, l'Autre et soi. Il n'avait donc pas besoin de faire appel à l'Étranger dans le rôle classique du bouc émissaire.

  • 3 Ch. V. LANGLOIS, « Les Anglais du Moyen Âge d'après les sources françaises », Revue historique, 18 (...)
  • 4 Journal, p. 154, p. 158, p. 142.
  • 5 Ibid., p. 158. « pris des Anglais, tout par orgueil ».
  • 6 Journal, p. 153.
  • 7 Ibid., p. 280.
  • 8 Ibid., p. 313 (1432).
  • 9 Ibid., p. 137 (1419).
  • 10 Ibid., p. 154 (trêves de 1419) et p. 158 (Traité de Troyes).
  • 11 Ibid., p. 142 (1419).
  • 12 Ibid., p. 158 (1420).
  • 13 B. GUENÉE et F. LEHOUX, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968.
  • 14 Journal, p. 188 (1422).
  • 15 Ibid., p. 193 (1422).
  • 16 Ibid., p. 196 (1422).
  • 17 Ibid., p. 217 (1424).
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., p. 200 (1423), p. 209 (1424), p. 324 (1433 « notre régent »).
  • 20 Ibid.,
  • 21 Ibid., p. 342 puis p. 344 (fin 1435 ou début 1436).
  • 22 Ibid., p. 353 (« le bon roi Charles »).
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 371 (1437).

3Les Anglais3 sont vus prioritairement à travers le prisme d'une guerre omniprésente. Pas une année sans opération militaire entre 1415 et 1449. Ils sont la figure emblématique de l'ennemi. Il les qualifie d’« anciens ennemis du roi » ou du « royaume » ou encore « ennemis mortels » ou « anciens ennemis mortels »4. Les guerres qui les opposent aux Français durent donc depuis longtemps, elles mettent en jeu le sort du royaume tout entier, menacé dans sa survie. Cette interminable guerre a été voulue par Dieu pour punir les Français de leurs péchés et de leurs divisions5. Particulièrement coupables sont les grands seigneurs fastueux et indifférents à la misère du peuple. Dieu à Azincourt les punit de leur orgueil et de leur impiété. « Le roi d'Angleterre n'eut pas été si hardi de mettre le pied en France par guerre si ce n'eut été la dissension (à cause des Armagnacs) et serait encore Normandie française et le noble sang ne serait ni répandu ni exilé »6. Dissensions et guerres civiles attirent la guerre étrangère. Puis comme nul ne demande pardon à Dieu, la guerre s'éternise7. Dieu a voulu punir les Français, a-t-il voulu les perdre ? Si la guerre est jugement de Dieu, les Anglais n'en sont que l'involontaire instrument. Pourtant, il sait bien que les Anglais ont des objectifs propres dans cette guerre. Les Anglais ne prétendent plus au trône par succession de lignée depuis l'avènement des Lancastre, ils arguent de la conquête d'Henry V. Ainsi, le jeune Henry VI se dit « roi d'Angleterre par succession de lignée et de France par la conquête de feu son père »8. Les Anglais veulent conquérir toute France « en gagner le remenant »9 et le traité de Troyes fut imposé ; « Convint prendre trêves aux Anglais par force qui étaient anciens ennemis du roi... »10. Leur présence et le traité subvertissent l'ordre divin qui veut la priorité du royaume très chrétien. « Fut dure chose au roi de France qui devait être le souverain roi des chrétiens ; convint qu'il obéit à son ancien ennemi mortel »11. De 1420 à 1435, il aurait évidemment préféré une régence de Philippe de Bourgogne encore que celui-ci l'ait finalement déçu. Les réserves vis-à-vis de la présence anglaise à Paris n'apparaissent plus alors que par des biais touchant à la symbolique du pouvoir. En 1420 à Saint-Denis, Henry V fit « porter devant lui un heaume couronné d'or pour connaissance »12. Le port du casque d'or couronné est usuel dans les entrées de Charles VI mais il est bien évidemment réservé au roi de France dont il affirme la souveraineté13. Le 25 Mai 1422, Catherine de France épouse d'Henry V entre à Paris « et portait-on devant sa litière deux manteaux d'hermines ; dont le peuple ne savait que penser sur ce, sinon que c'était signe qu'elle était reine de France et d'Angleterre »14. Or la reine de France était toujours en principe Isabeau. En Novembre, Bedford au retour des obsèques de Charles VI où il avait mené le deuil « tout seul ; ne quelque homme du sang de France il n'y avait »15 « fit porter l'épée du roi de France devant lui comme régent ; dont le peuple murmurait fort mais souffrir cette fois lui convint »16. En Septembre 1424, il fait à Paris une entrée triomphale ; « ainsi vint dedans Paris bien aconvoyé de processions et de ceux de la ville et partout où il passait, on criait hautement Noël ; A Notre Dame il fut reçu comme si ce fut Dieu par les processions et les chanoines... Bref on ne vit oncques plus d'honneur faire que les Romains à leur triomphe qu'on fit à cette journée »17. En 1434 à son retour de Normandie, c'est la même chose. « Le peuple abusé criait « Noël ». Bref on lui faisait tel honneur comme on doit faire à Dieu »18. Crier Noël est un souvenir des laudes royales et ne peut donc s'adresser qu'à Dieu ou au roi légitime. Il n'est pas très étonnant que ces problèmes de protocole et de légitimité se concentrent sur les années 1422 et 1434 années de changement des détenteurs réels du pouvoir et normal qu'ils se focalisent sur le cérémonial de l'entrée, lieu essentiel à la fin du Moyen Âge du spectacle royal. Qui a le droit de se donner à voir comme roi en 1422 ou en 1434 ? Ni les Anglais ni le soi disant dauphin à ses yeux ne le peuvent. Il ne lui reste plus que le duc de Bourgogne. Le duc Jean « a voulu être roi en France »19, le duc Philippe a voulu être régent. Mais quand il y réussit fin 1429, il se montra incapable d'assurer la sécurité de la ville à laquelle il s'intéressait peu. Aussi le Bourgeois ne voit-il aucun inconvénient à appeler Bedford « régent » ou « régent de France » ou encore, une seule fois, « notre régent »20. Un régent n’est qu'une solution temporaire qui ne remet pas en jeu l'ordre du monde. De ce dernier, Dieu est seul juge et il saura donner la victoire à qui a le droit pour lui21. Le Bourgeois attend d'ailleurs la prise de la ville de Paris par les troupes de Richemont pour parler du « roi Charles »22. Par la suite, il parlera du temps « où les Anglais gouvernaient le royaume »23 sous-entendant un état de fait sans légitimité particulière. Ceux-ci deviennent des étrangers en 1437 et encore le Bourgeois cite-t-il là une décision du gouvernement royal qui oppose les Français reniés et traîtres aux Anglais « étrangers conquérant terres qui ne sont pas venus en France de leur autorité »24. Le Bourgeois n'a pas sur la différence entre le natif et l’étranger des catégories aussi nettes.

  • 25 Ibid., p. 86 (1415).
  • 26 Journal, p. 149 (1415).
  • 27 Journal, p. 363 (1436).
  • 28 Ibid., p. 368 (1437).
  • 29 Ibid., p. 168 (1419, massacres du Mans) ; Ibid., p. 360 (1436, dévastations autour de Paris).
  • 30 Ibid., p. 147 (1419).
  • 31 Ibid., p. 234 (1427).
  • 32 Ibid., p. 208, 212 (1424).

4De toute façon, les raisons pour lesquelles on fait les guerres l'intéressent peu. Il n'appartient pas aux élites informées et concernées. Il est peu sensible aux prouesses chevaleresques et à vrai dire il doute de leur existence. Les guerres sont pour lui des successions de batailles ou de sièges qu'il rapporte factuellement. Mais les guerres sont aussi destructions, dévastations et massacres. Pour les décrire, il recourt certes aux stéréotypes utilisés classiquement pour dire la violence au XVe. Mais les Anglais ne font pas pire que ceux d'en face. Dès 1415, il dit : « faisaient autant de mal les gens d'armes de France aux pauvres gens comme faisaient les Anglais »25 ou en 1419 ; « Si étaient les Anglais tous les jours aux portes de Paris et les Armagnacs de l'autre côté qui étaient aussi mauvais. Les Armagnacs détruisaient tout, prenaient femmes et enfants à rançon et les Anglais d'autre côté »26. Le peuple les avait en mortelle haine et les uns et les autres. « Pareil était choir aux mains des Anglais ou des Français »27. « On ne savait trop desquels on avait meilleur marché des Français ou des Anglais »28. Même nature donc de violence de pillage et même intensité. Peut-on aller plus loin ? Les Anglais sont parfois accusés, et eux seulement, de violences inexcusables en 1419-1420 puis en 1435-36 aux pires moments de la guerre29. En outre, ils ramènent en Angleterre tout leur butin « et minaient le royaume de devance et de gens, envoyaient tout en Angleterre »30 ou encore, « le régent toujours enrichissait son pays d'aucune chose de ce royaume et n'en rapportait qu'une taille quand il revenait »31. Enfin, il arrive même à l'inverse qu'il trouve que les Anglais n'en fassent pas assez, en libérant par exemple les garnisons armagnaques par composition32. Les Anglais sont donc des soldats haïssables comme tous les soldats, ni plus ni moins.

  • 33 Ibid., p. 128 (Sept. 1418) et 327.
  • 34 Ibid., p. 277.
  • 35 Ibid., p. 169 (1421).
  • 36 Ibid., p. 230 (1427).
  • 37 Ibid., p. 310(1431).
  • 38 Ibid., p. 327.
  • 39 Ibid., p. 217 (1424) ou p. 248.
  • 40 Journal, p. 309 (Déc. 1431).

5Sorti du prisme déformant de la guerre, comment voit-il les Anglais ? Il convient de distinguer ce qu'il dit des Anglais en général et la façon dont il présente certains Anglais connus de lui, personnellement ou non. Commençons par les Anglais au pluriel. Le Journal prouve une connaissance concrète de l'Angleterre. Elle a ses emblèmes comme la croix rouge33, son protecteur Saint Georges34, sa monnaie d'or le noble35, son régent le cardinal de Winchester36. Cris de guerre ou armoiries lui sont familière. L'administration de Bedford est plutôt bien, vue fiscalité mise à part. Pourtant les Anglais parlent leur langue et « on ne les entend point et ils ne nous entendent point »37. Mais les Écossais alliés de Charles VII parlent aussi le langage d'Angleterre38. Cette différence de langage n'est d'ailleurs pas portée à leur débit. Et jamais il ne se moque de l'accent des Anglais essayant de parler français, un thème pourtant classique de raillerie dès le XIIIe siècle. Leurs pratiques sont singulières en deux domaines ; le statut des femmes à la cour et les rituels d'obsèques. Les Anglais se font dès qu'ils le peuvent accompagner partout de leur femme. Ainsi Anne de Bedford ne quitte guère son époux. « Sa femme allait toujours après lui quelque part qu'il allât »39. La cour d'Angleterre est moins fastueuse et moins protocolaire que celle de France ce qui nous vaut une amusante description du banquet de sacre de Décembre 1431 où la cuisine anglaise et bouillie a été jugée immangeable même par les pauvres de l'Hôtel Dieu et où les marmitons furent assis à côté des universitaires40.

  • 41 Ibid., p. 258 (1429).
  • 42 Ibid., p. 340 (1435).
  • 43 Ibid., p. 322 (1432).
  • 44 E. R. BROWN, Death and the human body; the legislation of Boniface VIII on the division of the cor (...)

6Enfin les Anglais ont d'autres pratiques funéraires que les Français, ce qui est du en grande partie au désir d'enterrer en Angleterre les soldats morts en France. En 1422, il rapporte sans commentaire particulier l'usage d'un mannequin funéraire pour les obsèques de Charles VI ce qui est une pratique anglaise courante depuis Édouard II mais rare en France. Plus intéressant, s’avère le cas de William Glasdale mort en 1429 ; il fut « dépecé par quartiers, bouilli, embaumé, apporté à Saint Merry ; il fut 8 à 10 jours dans la chapelle puis emporté dans son pays pour l'enterrer »41. En 1435, le neveu de Falstaff « fut dépecé par pièces et cuit dans une chaudière au cimetière de Saint Nicolas tant et si bien que les os laissèrent la peau puis furent très bien nettoyés. Ils furent mis en un coffre pour porter en Angleterre, les tripes, la chair et l'eau enfouis en une grande fosse au dit cimetière »42. Il note aussi que lors des cortèges funéraires « les Anglais chantent en la guise de leur pays moult piteusement »43. On ne constate donc guère de réticence envers une pratique dont l'église se défiait tout autant que des tombeaux multiples (cœur, entrailles, corps). En principe, il fallait un accord du pape pour diviser les corps44. Il est donc tout à fait remarquable que le Bourgeois n'en ait pas conclu à l'impiété des Anglais.

  • 45 Journal, p. 268 (1429).
  • 46 Ibid., p. 278 (1430).
  • 47 Ibid., p. 406 (1441).

7Les Anglais ont leurs bons comme leurs mauvais côtés. La plupart sont de bons soldats. « Il y avait 40 à 50 Anglais qui bien firent leur devoir »45 ou encore « Vraiment 300 Anglais faisaient plus en armes que 500 Picards »46. Un soldat anglais vaut bien trois Français47, Azincourt ou Verneuil le prouvent. Les Anglais sont courageux, hardis, experts en armes, subtils en leurs faits. Bons administrateurs, ils font voter les tailles qu'ils lèvent, ce dont Charles VII ne se soucie pas toujours. Comme la plupart des clercs, le Bourgeois est favorable aux assemblées pour voter l'impôt ou assurer les fidélités. Dans cette optique, les Anglais lui conviennent.

  • 48 Ibid., p. 158 (1420).
  • 49 Ibid., p. 231 (1427).
  • 50 Journal, p. 287 (1431).
  • 51 Ibid., p. 303 (1431).
  • 52 Ibid., p. 318 (1432).
  • 53 Ibid., p. 211 (1424).
  • 54 Ibid., p. 238 (1427).
  • 55 Ibid., p. 200 (1428).
  • 56 Ibid. p. 278 (1430).

8Les Anglais ont pourtant des défauts mais fort curieusement la liste qu’il donne ne correspond nullement aux stéréotypes du temps. Buveurs les Anglais ? « Au pont de Charenton furent présentées au roi Henry V quatre charretées de moult bon vin dont il ne tint pas grand compte par semblance »48. Blasphémateurs les Godons ? Il n'y fait jamais allusion mais note une fois une procession mal respectée pour cause de pluie49 et des opérations qui échouent pour cause de Semaine sainte50. Perfides les Anglais ? Dieu nous garde dit le proverbe de générosité d'Écossais et de loyauté d'Anglais. Il ne signale qu'une fois, en 1431, que les soldats anglais ne remplissent pas l'engagement qu'ils avaient pris de ne pas piller la ville de Louviers « ce qui ne fut pas à leur honneur »51. Inversement, il leur attribue en telle ou telle occasion des défauts qui ne font nullement partie de l'image classique des Anglais ; sensibles à la chaleur52 et perdant la bataille pour cette raison, crédules53 - à Verneuil, ils sont démoralisés par des Écossais jouant les Anglais et leur annonçant une fictive défaite-, présomptueux54 - A Montargis, se fiant trop à leur force, ils sont surpris désarmés -, fastueux55 - « Lors de l'entrée d'Henry V à Paris, les seigneurs anglais menaient plus grand état de bijoux et de vêture qu'on eût vu d'âge d'homme », - prétentieux ou excentriques comme lord Roos qui, se faisant accompagner partout de quatre ménestrels munis de trompes et clairons56, se fait ainsi repérer et tuer.

  • 57 Ibid. p. 230 (1427).
  • 58 Ibid. p. 159 (1420).
  • 59 Ibid. p. 321 (1432).
  • 60 Ibid., p. 228 (1427).
  • 61 Ibid. p. 402 (1441).

9Quand il en vient à parler d'Henry V, de Bedford ou encore de Talbot, le ton n'est plus le même. Certes, les Anglais d'Angleterre sont en général mal vus comme Winchester « qui avait plus grand tinel que le régent de France »57. C'est à ces Anglais d'Angleterre qu'il attribue aussi les dévastations les plus choquantes. Mais les Anglais qui sont depuis longtemps en France sont souvent appréciés. En 1420-1422, il a cru à la propagande d'Henry V et aux espoirs de victoire et de paix. Le roi qu'il présente est très proche des Vitae Henrici Quinti. Qui dit « Il n'est plus belle prouesse au monde que de faire justice des mauvais afin que le pauvre peuple puisse vivre »58 ne peut être condamné. Par la suite, il a apprécié l'efficacité de Bedford et la charité de la duchesse. « En 1432, la mortalité assaillit Anne de Bedford la plus plaisante de toutes les dames qui adoncq furent en France car elle était bonne et de bel âge car elle n'avait que vingt huit ans quand elle trépassa. Et elle était bien aimée du peuple de Paris... Ils perdirent lors moult de leur espérance »59. Salisbury ou Talbot font l'objet de louanges. « Là était le comte de Salisbury qui était moult chevalereux bon homme d'armes et subtil en tous ses faits »60. « Talbot faisait visage et pied contre le roi et sa puissance et pour vrai il semblait qu’ils le redoutassent et toujours s'éloignaient de lui et il chevauchait parmi France plus hardiment qu'eux »61 écrit-il encore en 1441.

  • 62 P. S. LEWIS, The English kill their Kings, Essays in medieval french history, Londres, 1985, p. 19 (...)
  • 63 Journal, p. 279 (1431).
  • 64 Ibid., p. 355-256 (1436).

10Croit-il comme beaucoup que les Anglais ont une nature cruelle et monstrueuse ? On le dit souvent ; Les Anglais ne pensent qu'à détruire et verser le sang62. La France sera leur cimetière car Dieu finira par punir leur cruauté. Ils boivent le sang humain, ils tuent leurs rois. Le Bourgeois n'en dit rien. Deux fois seulement, il se laisse aller à y croire un peu. En 1430, il rapporte les bruits hostiles au comte de Salisbury véhiculés par la rumeur armagnac. Les défaites anglaises après 1429 sont dues « au fait que le comte de Salisbury pilla Notre-Dame de Cléry ; et il mourut peu après d'une pièce de canon qui se rompit »63. Plus intéressante parce que plus générale est cette notation de 1436, contemporaine de l'effondrement du pouvoir anglais ; « En France, oncques nul Anglais ne fit semer blé ni avoine ni faire une cheminée en quelque hôtel qui y fût si ce n'est le régent... et était sa nature toute contraire aux Anglais car il ne voulait avoir guerre à personne et les Anglais de leur droite nature veulent toujours guerroyer leurs voisins sans cause ; parquoi ils meurent tous mauvaisement car alors en étaient morts en France plus de 76 000 »64. Le stéréotype existe mais il bute sur la connaissance.

  • 65 P. RICKARD, French Studies. t. VII. 1953. p. 48-55.
  • 66 Journal, p. 355 (1436).

11Quant à la queue qui affublerait les Anglais en souvenir de leur impiété passée envers saint Augustin de Cantorbury65, il n'y croit guère. Lorsque la garnison anglaise battue quitta Paris en 1436, le bon peuple ne se priva pas de crier « A la Queue ! » Le bourgeois se borne à noter sans commentaire qu'ils furent copieusement hués66.

  • 67 Ibid., p. 42 (1411).
  • 68 Ibid., p. 341 (1435).

12Notre Bourgeois qui dispose déjà des Armagnacs dans le rôle du diable, peut donc faire un portrait en blanc et noir des Anglais, d'autant que son statut clérical et son appartenance au parti bourguignon l'y incitent. Eut-il pour autant la même attitude vis-à-vis d'eux durant toute la période ? Il ne le semble pas. Les Anglais sont quasiment absents des dix premières années du Journal. En 1411, il note sans commentaire l'arrivée à Paris de mercenaires anglais amenés par le duc de Bourgogne67. Puis la guerre éclate. Les opérations des années 1415-1420 voient le duc de Bourgogne et le roi de France dans le même camp essayer d'enrayer l'avance anglaise. Les Anglais deviennent des ennemis redoutés. Entre 1420 et 1429, l'alliance anglo-bourguignonne fonctionne bien et Bedford sait y faire. Le Bourgeois soutient son gouvernement d'autant que Dieu semble avoir abandonné les Armagnacs. Puis l'alliance vacille avec l'expédition d’Humphrey de Gloucester en Flandres et la mort d'Anne de Bedford. Les opinions du Bourgeois suivent les hauts et les bas de l’alliance et reflètent ses sources d'information variables (rumeur ou expérience personnelle). La réconciliation du traité d’Arras en 1435 entre Charles VII et Philippe de Bourgogne, implicitement annoncée, marque son changement de camp68. Mais après 1436 comme le nouveau gouvernement ne répond pas à ses attentes, le visage de l'Anglais redevient multiforme avant que les années 1445-1449 voient une quasi disparition des références à l'Angleterre avec les trêves de Tours. Dans une large mesure, le Bourgeois de Paris juge donc les Anglais en fonction du filtre de l'esprit de parti bien plus qu'en fonction de stéréotypes xénophobes ou d'un sentiment national qu'il ignore presque. Les Anglais sont autres ; il y a une guise d'Angleterre différente de la guise de France (langue, cuisine, statut des femmes, pratiques funéraires). Mais cet Autre n'est pas haï ; il ne devrait pas être là, c'est tout. Si les Anglais sont en Angleterre et les Français en France, la chrétienté connaîtra à nouveau paix et prospérité.

Notes

1 Colette BEAUNE, Journal d'un Bourgeois de Paris, Lettres Gothiques, 1990, p. 252 (1429).

2 Colette BEAUNE, La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris, La circulation des nouvelles au Moyen Age, Congres de la Société des médiévistes (Avignon, 1993) p. 191-205.

3 Ch. V. LANGLOIS, « Les Anglais du Moyen Âge d'après les sources françaises », Revue historique, 1893, t. 52, p. 298-315 ; G. ASCOLI, La Grande-Bretagne devant l'opinion française, Paris, 1927 ; P. RICKARD, Britain in medieval french literature (1100-1500), Cambridge UP, 1956.

4 Journal, p. 154, p. 158, p. 142.

5 Ibid., p. 158. « pris des Anglais, tout par orgueil ».

6 Journal, p. 153.

7 Ibid., p. 280.

8 Ibid., p. 313 (1432).

9 Ibid., p. 137 (1419).

10 Ibid., p. 154 (trêves de 1419) et p. 158 (Traité de Troyes).

11 Ibid., p. 142 (1419).

12 Ibid., p. 158 (1420).

13 B. GUENÉE et F. LEHOUX, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968.

14 Journal, p. 188 (1422).

15 Ibid., p. 193 (1422).

16 Ibid., p. 196 (1422).

17 Ibid., p. 217 (1424).

18 Ibid.

19 Ibid., p. 200 (1423), p. 209 (1424), p. 324 (1433 « notre régent »).

20 Ibid.,

21 Ibid., p. 342 puis p. 344 (fin 1435 ou début 1436).

22 Ibid., p. 353 (« le bon roi Charles »).

23 Ibid.

24 Ibid., p. 371 (1437).

25 Ibid., p. 86 (1415).

26 Journal, p. 149 (1415).

27 Journal, p. 363 (1436).

28 Ibid., p. 368 (1437).

29 Ibid., p. 168 (1419, massacres du Mans) ; Ibid., p. 360 (1436, dévastations autour de Paris).

30 Ibid., p. 147 (1419).

31 Ibid., p. 234 (1427).

32 Ibid., p. 208, 212 (1424).

33 Ibid., p. 128 (Sept. 1418) et 327.

34 Ibid., p. 277.

35 Ibid., p. 169 (1421).

36 Ibid., p. 230 (1427).

37 Ibid., p. 310(1431).

38 Ibid., p. 327.

39 Ibid., p. 217 (1424) ou p. 248.

40 Journal, p. 309 (Déc. 1431).

41 Ibid., p. 258 (1429).

42 Ibid., p. 340 (1435).

43 Ibid., p. 322 (1432).

44 E. R. BROWN, Death and the human body; the legislation of Boniface VIII on the division of the corpse, Viator, 1919, t. 12, p. 221-270.

45 Journal, p. 268 (1429).

46 Ibid., p. 278 (1430).

47 Ibid., p. 406 (1441).

48 Ibid., p. 158 (1420).

49 Ibid., p. 231 (1427).

50 Journal, p. 287 (1431).

51 Ibid., p. 303 (1431).

52 Ibid., p. 318 (1432).

53 Ibid., p. 211 (1424).

54 Ibid., p. 238 (1427).

55 Ibid., p. 200 (1428).

56 Ibid. p. 278 (1430).

57 Ibid. p. 230 (1427).

58 Ibid. p. 159 (1420).

59 Ibid. p. 321 (1432).

60 Ibid., p. 228 (1427).

61 Ibid. p. 402 (1441).

62 P. S. LEWIS, The English kill their Kings, Essays in medieval french history, Londres, 1985, p. 191-192.

63 Journal, p. 279 (1431).

64 Ibid., p. 355-256 (1436).

65 P. RICKARD, French Studies. t. VII. 1953. p. 48-55.

66 Journal, p. 355 (1436).

67 Ibid., p. 42 (1411).

68 Ibid., p. 341 (1435).

Auteur

Université de Paris X

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter