Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Les multiples dimensions de l'étrangeté

Synthèse des débats

Texte intégral

1En l'absence d'enregistrement de la première partie des débats, les questions suscitées par la seconde série de communications donnent lieu à trois types de mise au point.

L'influence des interactions politiques

  • 1 Jean PUISSANT, « Relations socialistes sans frontière. Belgique et Nord de la France » dans Bernar (...)

2Bernard Ménager appelle à accorder une place à ce facteur politique dans la construction de l'image de l'Autre : par exemple, pour les Italiens évoqués par Rudi Damiani, il apparaît que ceux-ci ont une réputation d'ingrats après la décisive intervention française en faveur de l'unité en 1859, une intervention critiquée par les hommes politiques du Nord qui rappellent la reprise de la Savoie par les Piémontais en 1815 et qui craignent une réaction prussienne sur le Rhin. Par ailleurs, Bernard Ménager prolonge la mise en garde contre les stéréotypes qui affectent aussi les interprétations historiques : par exemple l'ampleur de l'immigration belge a longtemps inféré l’idée que le socialisme septentrional a puisé son originalité dans le modèle belge ; or, rappelle Bernard Ménager, l'historien Jean Puissant a montré que l'inverse vaut davantage dans la mesure où les Belges se sont inspirés du socialisme municipal nordiste1.

Les étrangers et le monde ouvrier

3Marcel Gillet fait part de son expérience qui l'a confronté à l'existence d'une hiérarchie entre les étrangers : « Il existait en Lorraine pendant mon enfance toute une hiérarchie parmi les travailleurs de l'industrie. Au sommet, les Français "de l'intérieur", c'est à dire les ingénieurs et les fonctionnaires, puis les ouvriers lorrains ex-agriculteurs. Ensuite venaient les Belges, suivis des italiens, les "macaronis", et, en bas de l'échelle, les Polonais, les "polaks". L'étanchéité de ces communautés rendaient difficiles les mariages mixtes, malgré l'absence de racisme parmi les enfants d'ouvriers. L'intégration s'est faite par les syndicats et le parti communiste a joué un grand rôle, en particulier en ce qui concerne les Italiens. Après mon arrivée dans le Nord, en 1947, j'ai été frappé par la moindre importance de cette hiérarchie. La proximité de l'Allemagne a sans doute contribué à cette distanciation en Lorraine. Mais, après la guerre, les liens se sont resserrés et c'est avec l'arrivée des travailleurs d'Afrique du Nord que le phénomène a ressurgi »

4Yves Quairiaux relève la similitude des relations entre les Flamands et les Wallons d'une part et ceux-là et les Français d'autre part. Il note aussi en Belgique la réputation faite aux Flamands d'être des briseurs de grèves bien qu'entre 1880 et 1926, seules trois grèves aient donné lieu à une intervention flamande de cette nature. Il constate encore les mêmes jugements contradictoires : flamands accusés à la fois de faire baisser les salaires et de developper les idées subversives et les revendications.

5Jean-Pierre Hirsch nuance toutefois le thème usuel de l'hostilité des ouvriers autochtones aux travailleurs étrangers et concurrents sur le marché du travail. Il montre que les relations varient selon les contextes économiques et sociaux : sous le Second Empire, les ouvriers français dénoncent les importations de produits étrangers - comme le font à la même époque les patrons-mais ils n'évoquent pas comme problème, l'arrivée de travailleurs étrangers ; d'ailleurs, les ouvriers que l'on flatte sont comparés à des Anglais ou à des Belges ; en revanche, dans les années 1930, les patrons s'amusent de l'hostilité que manifeste parfois la CGT non à l'entrée de produits étrangers, mais à celle d'ouvriers étrangers. Par ailleurs, Firmin Lentacker et Jean-Pierre Hirsch sont d'accord pour souligner que l'exceptionnelle expansion industrielle du Nord au XIXe siècle a créé des conditions particulières pour permettre l'assimilation de mains-d'oeuvre très diverses.

6Bernard Ménager précise cependant que l'entente protectionniste patrons-ouvriers, réelle à la fin de l'Empire n'a pas toujours existé ; lors de la signature du traité de commerce franco-anglais notamment, l'administration impériale a joué la carte du bonapartisme populaire en dressant les ouvriers contre les patrons accusés d'avoir profité du protectionnisme pour empêcher de gros bénéfices.

Du rôle de la religion dans les comportements à l'égard des étrangers

7En prolongement des citations faites par Danielle Delmaire, Firmin Lentacker éclaire les jugements de Raoul Blanchard sur les pratiques flamandes en souligant que la thèse a été soutenue en 1906, c'est à dire en pleine querelle de l'Eglise et de l'Etat, au coeur de la crise des inventaires des biens d'églises. Face à la « catho », Blanchard, membre de l’Université d'Etat, républicain, laïc et radical, stigmatise le zèle religieux des Flamands.

8Par-delà cette fracture particulière, Philippe Guignet émet l'hypothèse que l'intégration des Belges, des Italiens ou des Polonais a été facilitée par la communauté de foi catholique avec les Français de souche. Rudi Damiani dit sa perplexité sur cette influence du catholicisme : n'étant pas évoquée au moment de l'intégration, ne serait-elle pas une explication forgée a posteriori pour trouver une raison à la non-intégration d'autres communautés ? Annie Crépin développe ce diagnostic en souligant que la même foi peut s'exprimer dans des cultures radicalement différentes. Ainsi, par exemple, les Polonais, qui assistaient à la messe avec des Français dans les années 1920, choquaient ces derniers en s'agenouillant devant le curé à la fin de la messe et en lui baisant la main : cette pratique, courante en Pologne, faisait, en France, référence à un passé féodal. Dans le même ordre d'idée, Annie Crépin cite Pierre Milza qui signale que les dockers marseillais, plutôt anticléricaux, entrenaient des relations difficiles avec leurs homologues d'origine sicilienne à la fois parce qu'ils acceptaient des bas salaires et parce qu'ils faisaient le signe de croix en se passant les ballots.

9Daniel Delmaire ajoute qu'au temps fort de l'immigration polonaise, les immigrés polonais juifs ne bénéficiaient pas d'une assimilation particulière au sein de la communauté de leurs coreligionnaires.

Notes

1 Jean PUISSANT, « Relations socialistes sans frontière. Belgique et Nord de la France » dans Bernard MÉNAGER, Jean-François SIRINELLI, Jean VAVASSEUR-DESPERRIERS, Cent ans de socialisme septentrional, Lille, CHRN, 1995, p. 79-88.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter