Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Les multiples dimensions de l'étrangeté

L'image des Italiens dans le Nord-Pas-de-Calais (seconde moitié du xixe et xxe siècle)

« Du macaroni au rital puis à l'Italien »

Rudy Damiani

Texte intégral

1Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, trois images de l’Italien se succèdent dans le Nord-Pas-de-Calais. Loin d’être le seul résultat d’une observation directe d’Italiens présents dans la région par la population française locale, elles ont été forgées par le mélange de trois éléments :

  • 1. L’image de l’État italien et de l’Italie, véhiculée par les médias et qui rejaillit positivement ou négativement sur les ressortissants ;

  • 2. L’image collective et abstraite de l’Italien vivant en France, de l’Immigré perçu d’une façon globale et sans référence à un individu bien précis, avec des éléments tantôt positifs, tantôt (le plus souvent ?) négatifs.

  • 3. L’image des Italiens immigrés présents dans la région à partir de 1919, dont la population française vivant à leur contact retient certains traits, par exemple leur ardeur au travail, pour les interpréter ensuite positivement (ce sont des gens « courageux ») ou négativement (ce sont des « jaunes dévoués au patron ») sans que l’on cherche pour autant à comprendre les motivations profondes des immigrés.

2Ces trois images successives se résument en trois mots : « le macaroni », « le rital », « l’Italien », qui donnent sou titre à cette communication.

1. Le « Macaroni » de 1860 aux années 1960

3Cette image a de loin la durée la plus longue. Au moment où elle se forge (les premières années de l'Italie unifiée) et jusqu'en 1919, il n'y a pratiquement pas d'Italiens immigrés dans la région. On ne rencontre que 300 à 400 individus, souvent des représentants de commerce, de compagnies maritimes ou d'assurance, des épouses de techniciens français ayant travaillé en Italie, des religieux et quelques rares immigrés économiques. L'Italien est alors d'abord perçu à travers son pays d'origine. Le jeune État (1860 est l'année de l'unification italienne) est vu comme la patrie des beaux-arts (image positive) et, dans le même temps, à cause de la question romaine, comme un ingrat qui ne reconnaît pas l'aide apportée par la France lors de l'unité italienne. Les relations diplomatiques demeurent d'ailleurs tendues entre la République française et le Royaume d'Italie qui adhère à la Triplice. Enfin le retard économique de l'Italie qui ne connaît pas de Révolution industrielle avant la fin du XIXe siècle, ajoute une autre composante négative : l’Italie est un pays attardé par rapport à la France et qui connaît la misère. Elle n'est que la plus petite des grandes puissances.

4Fuyant la misère, plusieurs centaines de milliers d'Italiens se sont installés en France, plus particulièrement dans le sud-est, en Lorraine et dans la région parisienne. Confinés dans les tâches les plus ingrates, ils font figure de concurrents sur le marché du travail pour la main-d'œuvre locale. Se contentant de peu, acceptant les travaux les plus durs et les longues journées de travail, ils sont parfois recherchés par le patronat français et rejetés, pour les mêmes raisons, par le monde ouvrier français. Ce rejet culmine dans de véritables chasses à l'homme comme la tuerie d'Aigues Mortes en août 1893.

5S'il n'y a pas d'Italiens dans la région, la grande presse qui se répand dans la deuxième moitié du XIXe siècle, diffuse cette image négative de l'Italien dans toute la France, y compris dans le Nord-Pas-de-Calais. La presse se fait aussi l'écho des attentats commis par des Italiens : Orsini était Italien de même que Caserio, l'assassin du Président de la République Sadi Carnot. L'impératrice Élisabeth Ière d'Autriche, le roi Humbert Ier d'Italie tombent sous les balles d'anarchistes italiens. L’Italien apparaît ainsi comme brutal, violent, n'hésitant pas à commettre des crimes de sang.

6La fin du XIXe siècle voit enfin se forger un stéréotype physique, issu d'observations sélectives et partiales, généralisées dans un second temps, sans tenir compte des situations économiques : l'Italien est brun de poil, basané de peau et toujours vêtu d'habits noirs, sales et dépenaillés ; son regard est aussi charbonneux qu'enflammé, son épiderme aussi gras de crasse que de transpiration. Cette image inquiétante l'apparente au Levantin dont il semble proche par sa région d'origine. Autrement dit, l'Italie paraît plus voisine de l’Empire ottoman que de la France. Ces traits négatifs, véhiculés par une presse nationale, se diffusent et s'ancrent dans la mentalité collective locale pour former une image globale très dévalorisée de l'Italien, qui ne correspond à aucune réalité observée localement.

7L'arrivée de la première vague migratoire italienne dans la région entre 1919 et 1926 ne modifie pas cette perception généralement négative, d'autant plus qu'elle s'accompagne de la prise du pouvoir par les fascistes en Italie même. Le fascisme n'hésite pas à utiliser la violence physique contre ses adversaires politiques puis, parvenu au pouvoir, il revendique des territoires appartenant à la France (Nice, Corse, Savoie, Tunisie, Djibouti) et mène une politique extérieure agressive. Ces deux traits rejaillissent négativement sur les immigrés. Les violences des fascistes viennent confirmer le stéréotype de l'Italien violent et bagarreur antérieur à 1914 et les revendications territoriales irritent une population locale au nationalisme affirmé. Les Italiens présents sont globalement pris pour cible et deviennent l'objet de la dérision de la population locale après chaque grand discours du Duce dont, là encore, la presse et les nouveaux médias se font l'écho. Inversement, les progrès et les réalisations du fascisme, développés en France par certains journaux ou par des feuilles de propagande d'origine italienne mais rédigées en français, ne modifient pas l'image locale de l'immigré. Pour quelles raisons ?

8Les Italiens présents dans le Nord-Pas-de-Calais y sont venus avant tout pour des raisons économiques : l'image de la pauvreté perdure. En second lieu, il s'agit le plus souvent de jeunes gens célibataires vivant en groupes, par exemple dans des chantiers mobiles, hantant les bals, en groupes également et que l'on remarque à cause de leur exubérance. Les Italiens inquiètent par leur différence (de langue, de comportement, de loisir, par exemple le jeu de la morra) et par leur regroupement. Bien que peu nombreux, ils sont en effet concentrés dans certains secteurs bien précis où ils constituent des communautés de quelques centaines d'individus, chiffre important au niveau d'une petite ville.

9Sur le marché du travail, l'Italien est perçu comme un concurrent (ceci est un lieu commun) mais un concurrent sérieux durant la dépression des années trente. Ayant un besoin crucial d'argent, frappés par un chômage endémique en Italie, les immigrés considèrent la France comme un eldorado (« La France, c'est le pays qui m'a donné à manger ») et ils ne comprennent pas les limitations apportées à la durée du travail. Ils acceptent et recherchent même les heures supplémentaires, réalisant parfois un double poste dont la durée n'excède pas en fait celle des longues journées des salariés agricoles en Italie qu'ils pratiquaient souvent avant de venir en France. Par amour du travail bien fait, ils n'hésitent pas à rester un peu plus longtemps pour terminer une tâche ou à sacrifier leur dimanche tel ce maçon revenant humidifier le mortier coulé le samedi et qui risque de se fendiller en séchant trop vite. Ces agissements font que les Italiens gagnent une réputation de travailleurs sérieux auprès des dirigeants d'entreprise mais, corollaire, une réputation de « suppôts du patron », voire de « jaunes » auprès des travailleurs français.

10Enfin les agissements des fascistes et des antifascistes présents dans la région concourent à renforcer l'image négative : la presse locale (L'Enchaîné, Le Grand Écho) relatent les défilés, les manifestations et parfois les bagarres qui éclatent entre ces deux groupes. L'image globalement négative est encore renforcée par les options prises par le gouvernement italien durant le second conflit mondial avec en particulier, l'entrée en guerre aux côtés de l'Allemagne puis le retournement de 1943. L'amalgame entre les Italiens immigrés et le gouvernement de Rome conduit à les considérer comme des collaborateurs d'abord, des traîtres ensuite, des vaincus enfin que l'on traite avec dérision, voire même avec mépris.

11À cette image collective dévalorisée du « macaroni » s'opposent de petites images individuelles et positives. Chacun a son « bon Italien » : pour les communistes, ce sont les camarades antifascistes puis résistants ; pour la préfecture et les cercles dirigeants, ce sont plutôt les milieux du Consulat et des différents faisceaux que l'on reçoit, que l’on informe, que l'on décore (le consul Vecchietti reçoit la Légion d’honneur) ; pour les travailleurs, c'est tel collègue bien précis qui a donné un coup de main à un moment difficile ; pour les voisins, c'est telle famille avec laquelle on échange des propos et des services ; pour les jeunes, c'est tel copain de classe, de sortie ou partenaire de flirt ; les exemples peuvent ainsi être multipliés à l'infini mais l'ambivalence entre un stéréotype négatif et des images individuelles positives n'en demeure pas moins vraie.

2. Les années soixante : du « Macaroni » au « Rital »

12La deuxième vague migratoire qui arrive de 1945 à 1962 ne modifie en rien l'ancienne image négative car elle tire encore une fois son origine d'une émigration économique, composée de jeunes gens célibataires et vivant souvent en groupes. Il suffit ici de consulter la rubrique des faits divers du journal La Voix du Nord pour y relever les patronymes italiens dans les rixes ou les affaires de menus larcins. La transformation de la perception globale de l'Italien provient en premier lieu, de la transformation perceptible, visible et observée de l’Italie.

13Après 1945, Rome se lance dans la construction européenne et abandonne toute politique extérieure agressive, mettant ainsi fin à l'un des griefs qui étaient faits aux immigrés. Au cours des mêmes années, l'Italie connaît un remarquable développement économique, ce sont les années du « miracle italien », qui la rapproche de la France. Cette mutation est remarquée par des millions de Français qui se rendent chaque été dans la péninsule en profitant de l'explosion du tourisme de masse (que l'on pense ici à la chanson de Gilbert Bécaud « Les vacances »). Les touristes apprécient le pays pour son modernisme (les autoroutes), son climat, ses équipements hôteliers, sa cuisine juste assez exotique pour ne pas être choquante pour un palais transalpin. Ces points positifs rejaillissent sur les immigrés : ils ne viennent plus d'un État profondément sous-développé mais d'un pays que l'on apprécie.

14L’Italien devient également un étranger proche, comme le Belge dans une période antérieure, proche car de nombreux Français ont visité son pays et parce que des vagues migratoires d'origine plus lointaine, plus exotiques ou simplement nouvelles arrivent dans le Nord-Pas-de-Calais : il n'est plus le dernier arrivé. Par son comportement (par exemple les modifications du régime alimentaire accompagnées de la découverte par les Français d'une certaine cuisine qualifiée d'« italienne »), par ses modifications vestimentaires, par son ascension professionnelle personnelle ou celle de ses enfants, par sa meilleure maîtrise de la langue, parfois par son mariage mixte, il s'enracine de plus en plus dans la société française locale. L'image du Rital est ambivalente : il est bon travailleur (quels bons maçons ne font-ils pas !) mais en même temps il est léger, toujours prêt à faire la sieste et à gratter sa mandoline. Selon les circonstances, c'est la première ou la seconde image qui l'emporte. A-t-il terminé un chantier difficile ? On admire son courage et sa dextérité. Est-il absent ? C'est quelqu'un en qui on ne peut avoir confiance car manquant de sérieux. Cette double image peut être déclinée à l'infini : attaché à sa famille mais coureur de jupons, sobre mais aimant faire la fête, ne se faisant pas remarquer dans son quartier ou son entreprise mais violent et exubérant etc... Il s'adapte, dit-on de lui, mais on ne se souvient que de ceux qui se sont adaptés et installés, en oubliant les autres qui pour des raisons diverses n'ont pas pu ou su rester dans la région.

3. Avec les années soixante-dix émerge l'image de l'Italien.

15Cette image de l'Italien s'affirme durant les années quatre-vingt sans que disparaisse totalement l'image précédente du Rital. Quelles en sont les composantes ? En premier lieu, il y a dissociation (et cela est fondamentalement nouveau) entre l'Italie et les immigrés des première, deuxième ou troisième générations. L'Italie est devenue un pays difficilement compréhensible, un pays de contrastes, que la plupart des Français ne réussissent pas à analyser : le pays des grèves, des scandales politico-financiers, de la maffia, de la corruption, des trains en retard, des lettres qui n'arrivent pas, des vols sous toutes les formes et de l'amateurisme dans tous les domaines. Mais c'est aussi le pays des réussites économiques et le deuxième partenaire commercial de la France ; ses managers prennent parfois le contrôle de sociétés françaises prestigieuses ; ses sportifs remportent des médailles d'or lors des Jeux Olympiques. Ce qui n'est pas perçu, c'est la cassure entre un État aux structures forgées durant le XIXe siècle et une société dont l'évolution extrêmement rapide permet de répondre aux carences de l’État. Le retard mis à enregistrer les mutations du pays est considérable. Ainsi l'image de l'Italienne vue de France est celle de la « mamma », vêtue de noir, tournant ses pâtes, une nichée de jeunes enfants perdus dans ses jupes et un dernier nourrisson pendu à son sein ; or l'Italienne est aujourd'hui la femme faisant le moins d'enfants dans le monde entier.

16Cette perception déformée d'une réalité italienne souvent négative ne rejaillit plus sur les immigrés car on se trouve désormais en face d'une immigration vieillissante : c'est là le second phénomène nouveau. Les liens de la deuxième et de la troisième générations avec le pays d'origine se distendent (autres lieux de vacances, perte de la langue maternelle) tandis que se renforcent les liens avec la France marqués par l'accès à la nationalité française, le choix d'un conjoint, la maîtrise de la langue et l'adhésion aux valeurs françaises avec, par exemple, l'engagement dans la vie politique locale. La mort de la première génération de femmes atténue les particularismes locaux et familiaux (disparition des cuisines régionales, des comptines italiennes, des fêtes comme l’Épiphanie) au profit de leurs équivalents français. Enfin l'absence de tout contentieux entre les deux États (les échos des importations de fruits et légumes sont ici atténués) concourt également à réduire le fossé et à fondre les immigrés et leurs descendants dans ce que Pierre Milza appelle l'Ital-francité.

17Alors, les descendants des immigrés sont-ils devenus des Français comme les autres ? Oui, sans doute, aux yeux de la population locale pour laquelle leur italianité n’a guère plus d'importance que l'origine bretonne, méridionale ou alsacienne de telle famille implantée dans le Nord. La Saint-Sylvestre fêtée chaque année au cours d'un repas italien dans la salle des fêtes de Pérenchies comble plusieurs semaines à l'avance de centaines de personnes attirées par des liens plus ou moins proches de sympathie, d'amitié ou de parenté avec l'Italie, témoigne de la valorisation de l'image des Italiens aujourd'hui qui apparaissent comme bien intégrés dans la société du Nord de la France.

18Ce qui subsiste de leur italianité ne s'affiche plus extérieurement mais souvent leur coeur ne peut s'empêcher de battre un peu plus vite devant le titre d'un film, une carrosserie automobile, une victoire sportive ou une odeur culinaire venus d'au-delà des Alpes.

Auteur

IUFM Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter