Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Les multiples dimensions de l'étrangeté

Les Vlaminques ou le dénigrement des immigrés Belges (xixe siècle)

Danielle Delmaire

Texte intégral

  • 1 De est l'article défini qui précède souvent des couleurs pour donner un nom de famille tel : Deroo (...)

1L'immigré, cet autre par excellence, le nord de la France le connaît bien. Voici presque deux siècles que dans la région se sont installés des Belges, des Européens de l'Est - et parmi eux principalement des Polonais, - des Méditerranéens (Italiens, Espagnols et Portugais), des Maghrébins. De nos jours, l'apport démographique du premier flux migratoire se mesure encore au gonflement des listes de nos élèves aux lettres De, Van ou Ver1.

2Ces immigrés ont fait souche et leurs descendants se sont enracinés dans le nord du pays voire dans toute la France dont ils ont définitivement adopté le passé et la culture. Et pourtant, leur installation ne se fit point sans heurt ni douleur et les Belges qui, au XIXe siècle, participèrent largement à l'essor industriel et au peuplement des sites urbains du Nord, furent bien souvent la risée de leurs voisins de courée ou de leurs compagnons de travail quand ils ne durent pas courber l'échine sous une hostilité xénophobe. Ce que vécurent également les vagues suivantes.

  • 2 Origine étymologique de dénigrer.

3Le dénigrement semble donc devoir accompagner chaque vague d'immigrés. Des comportements ou des termes dédaigneux s'efforcent de noircir2 l'image de cet autre pour mieux le mépriser et même pour mieux le faire mépriser. Les sentiments hostiles s'expriment dans l'attitude quotidienne ou dans la définition que l'on donne du Belge ou encore dans les attributs dont on l’affuble.

4En exergue à cette étude, rappelons ce que fut l'immigration des Belges dans le Nord, durant le XIXe siècle.

1. L'immigration belge dans le Nord au XIXe siècle3

  • 3 Cette partie doit beaucoup aux travaux de mon ancien professeur, F. LENTACKER et particulièrement à (...)

5Ce flux se distingue de ceux qui le suivirent par sa durée et ses natures diverses. En effet, entre tous les courants migratoires qui déversèrent de la main-d'œuvre dans le Nord et le Pas-de-Calais, celui concernant les Belges s'étend longuement pendant tout le XIXe siècle et revêt la forme de mouvements définitifs mais aussi saisonniers voire pendulaires.

  • 4 Archives Départementales du Nord (désormais ADN) : M 174/3. Ce patron se plaint auprès du préfet d' (...)

6Durant le Premier Empire, lorsque la frontière franco-belge n'existait pas, des tisserands belges venaient chercher de l'embauche dans les villes des départements voisins du leur. La chute de l'Empire et la réapparition de la frontière ne les incitèrent pas à regagner leurs villages d'origine et nombre d'entre eux se fixèrent définitivement en France. Par la suite, avec l'industrialisation des villes du Nord, le développement de l'exploitation des bassins miniers et la construction des voies ferrées, l'appel de main-d'œuvre se fit pressant car la population française ne suffisait plus. « Le bassin houiller du Pas-de-Calais ne réussira à développer ses exploitations qu'avec l'aide des mineurs belges » s'alarmait le président du conseil d'administration de la société des mines de Lens, en 18594. Et même, des ouvriers agricoles belges venaient dans les campagnes combler les vides occasionnés par l'exode rural. Bref, durant tout le XIXe siècle, le manque de dynamisme démographique des Français conjugué à l'essor économique et à l'urbanisation fut responsable de l'arrivée de tisserands et autres ouvriers du textile, de mineurs, de terrassiers, de maçons, de servantes, de garçons et de filles de ferme. Le flux ne fut certes pas régulier : certaines années difficiles amenèrent davantage de Belges comme en 1846-1847 ; en d'autres temps ce fut l'expansion économique du Nord qui aspira les travailleurs belges comme sous le Second Empire et la première décennie de la Troisième République mais la période de crise de la fin du XIXe siècle vit ralentir le courant.

  • 5 C'est le cas notamment des petites ville de Comines et de Wervicq à cheval sur la frontière ou de v (...)

7L'immigration belge prit plusieurs formes et c'est ce qui la distingue des immigrations ultérieures. Elle eut ses saisonniers et ses frontaliers en plus des immigrants qui choisissaient de s'établir définitivement dans le nord du pays, à la différence des courants polonais, italiens, maghrébins qui déversaient une population bien plus lointaine. Dans les villes comme dans les campagnes, des Belges venaient travailler pour gagner leur semaine qu'ils rapportaient au foyer dès qu'elle était touchée. Ils ne partaient pas loin en vérité ; seulement quelques dizaines de kilomètres qu'ils parcouraient à pied, les séparaient de leur famille. La proximité de certains villages sis quasiment sur la frontière, ou de villes que cette même frontière traverse, facilitait ces déplacements et empêchait une installation durable en France5. Avec la pénétration des chemins de fer dans les campagnes puis l'utilisation de plus en plus abordable de la bicyclette, les mouvements saisonniers devinrent pendulaires et quotidiens. Chaque matin, des trains, des tramways amenaient les travailleurs à leurs usines. Le Belge n'était donc pas toujours cet immigré qui s'installe près de l'autochtone mais il était aussi le travailleur qui refusait de quitter ses habitudes et son lieu de vie afin de partager avec ses nouveaux compagnons de travail une nouvelle manière de vivre. Il restait délibérément l'étranger, cet autre que la misère et l'indigence poussaient loin de son village mais qui ne se déterminait pas à rompre avec son pays.

8Le bilan chiffré dénonce le caractère massif de cette immigration, davantage dans le Nord que dans le Pas-de-Calais qui n'a pas de frontière commune avec la Belgique.

  • 6 ADN : M 473/18. Ce tableau et les suivants sont élaborés à partir de données contenues dans les dos (...)

TABLEAU I6 : Dénombrement des étrangers dans le Nord par arrondissement (1851)

  • 7 Dans tous les tableaux la population totale comprend les Français, les naturalisés, les étrangers e (...)
  • 8 Une erreur semble s'être glissée dans ce tableau car le total indiqué pour l'ensemble de la populat (...)

Arrondissements

Population totale7

Nombre, d'étrangers

% Étrangers /pop. totale

Belges /parmi ces étrangers

% Belges /étrangers

% Belges /pop. totale

Avesnes

145040

7536

5.19

7322

97.16

5.05

Cambrai

174245

1127

0.65

902

80.03

0.52

Douai

101109

1049

1.04

783

74.64

0.77

Dunkerque

105441

4270

4.05

3764

88.15

3.57

Hazebrouck

104515

4039

3.86

3976

98.44

3.80

Lille8

331156

15105

4.56

13540

89.64

4.09

Valenciennes

156779

7750

4.94

7387

95.32

4.71

NORD

1118285

40876

3.66

37674

92.17

3.37

  • 9 La part des étrangers naturalisés dans l'ensemble de la population est très réduite, moins d'une ce (...)

9L'on constate que mis à part les arrondissements de Douai et de Cambrai où la présence des étrangers était infime (à peine 1 % de la population totale), les immigrés formaient environ 4 à 5 % de l'ensemble de la population9 et parmi eux le groupe belge était nettement prépondérant : grossièrement neuf étrangers sur dix étaient des Belges, plus nombreux d'ailleurs dans le Valenciennois et l'Avesnois, c'est-à-dire le long de la frontière wallonne de la Belgique et là où se massaient les industries. Dans l'arrondissement d'Hazebrouck, le groupe belge constituait la quasi-totalité des étrangers ; l'arrondissement étant peu industrialisé, ces Belges étaient probablement des ouvriers agricoles.

  • 10 ADN : M 473/23. Comme les autres tableaux celui-ci est établi à partir des données chiffrées présen (...)

TABLEAU 210 : Dénombrement des étrangers dans le Mord par arrondissement (1866)

Arrondissements

Population totale

Nombre d'étrangers

% Étrangers /Pop. totale

Belges parmi ces étrangers

% Belges /étrangers

% Belges /Pop. totale

Avesnes

161362

16315

10.11

16118

98.79

9.99

Cambrai

193855

1902

0.98

1616

84.96

0.83

Douai

112751

2927

2.60

2514

85.89

2.23

Dunkerque

111763

8006

7.16

6015

75.13

5.38

Hazebrouck

109026

5566

5.11

5435

97.65

4.39

Lille

519255

135906

26.17

132794

97.71

25.57

Valenciennes

174220

13930

8.00

13475

96.73

7.73

NORD

1382232

184552

13.35

177967

96.43

12.88

10Entre le recensement de 1851 et celui de 1866, c'est-à-dire sous le Second Empire, l'apport de la main d'œuvre belge s'est considérablement accru et principalement dans l'arrondissement de Lille où se trouvent les cités de l'industrialisation textile (voir aussi le tableau 3). Dans cette région frontalière et très industrielle, un habitant sur quatre était un Belge. Les autres étrangers étaient très peu nombreux et devaient passer inaperçus. Curieusement dans l'arrondissement de Dunkerque, les Belges ne constituaient que les trois quarts de la population étrangère mais un groupe important de 1236 hommes et 185 femmes fut recensé de nationalité inconnue alors que partout ailleurs les individus de nationalité inconnue n'étaient que quelques-uns seulement. Ces hommes étrangers étaient-ils des marins, population fluctuante et difficile à cerner ? Partout ailleurs la part des étrangers et donc des Belges a bien augmenté, parfois elle a presque doublé (Avesnois, à cause des industries de Fourmies ?).

11Entre 1851 et 1866, la population du Nord augmenta de 263 947 individus, or en 1866, 177 967 Belges s'étaient installés dans le département. C'est donc l'immigration de ces Belges qui est en grande partie responsable de la croissance démographique du département.

  • 11 ADN : M 473/23.

TABLEAU 311 ; Dénombrement des Belges dans quelques villes du Nord en 1866

Villes

Population totale

Nombre de Belges

% Belges / pop. totale

Armentières

15579

3894

25.00

Comines

6246

1970

31.54

Halluin

13673

9575

70.03

La Madeleine

5410

2128

39.33

Leers

3192

1892

59.28

Lille

154749

31496

20.35

Neuville-en-Ferrain

3702

1910

51.59

Roncq

5479

2712

49.50

Roubaix

64706

30465

47.08

Tourcoing

38262

13029

34.05

Wattrelos

13113

8118

61.91

Wervicq-Sud

2989

1482

49.58

Wazemmes

17809

10505

58.99

Moulins

9143

5828

63.74

12Dans les villes frontalières, sauf à Comines, les Belges constituaient au moins la moitié de la population (Halluin, Leers, Neuville-en-Ferrain, Wervicq-Sud, Wattrelos) ; dans les grands centres industriels textiles comme à Roubaix et la ceinture sud de Lille (Wazemmes et Moulins) la population était à moitié, voire aux deux tiers, belge ; tandis que Lille même et sa banlieue nord (La Madeleine), Armentières ou Tourcoing un peu moins industrialisées possédaient une part plus faible de population belge, entre un cinquième et un tiers. Les Belges étaient donc surtout attirés par les petites villes textiles proches de leur pays, l'éloignement avec la région d'origine étant très réduit, ou alors par les grands centres textiles qui réclamaient beaucoup de main-d'œuvre. L'installation dans les grandes villes où l'industrie était moins concentrée, les intéressait moins mais ils y occupaient toutefois une part non négligeable. Le nombre des naturalisés était très peu important.

  • 12 ADN : M 473/53.

TABLEAU 412 : Dénombrement des étrangers dans le Nord par arrondissement (1896)

Arrondissements

Population totale

Nombre d'étrangers

% Étrangers /pop. totale

Belges parmi ces étrangers

% Belges /étrangers

% Belges /pop. totale

Avesnes

209283

31287

14.95

30853

98.61

14.74

Cambrai

198259

2052

1.04

1732

84.40

0.87

Douai

138034

3750

2.72

3353

89.41

743

Dunkerque

144025

10171

7.06

9513

93.53

6.60

Hazebrouck

113006

6043

5.35

5977

98.91

5.29

Lille

783856

188713

24.07

185130

98.10

2762

Valenciennes

223530

17900

8.00

17486

97.69

7.82

NORD

1809993

259916

14.36

254044

97.74

14.04

13La part des Belges dans la population totale a peu changé depuis la fin du Second Empire. Ce fut encore l'arrondissement de Lille qui abrita le plus grand nombre de Belges, près du quart de la population comme en 1866. Seul l'arrondissement d'Avesnes vit sa part de population belge augmenter encore comme dans la période du Second Empire, l'industrialisation de la région de Fourmies y fut sans doute pour quelque chose. Globalement le flux migratoire se stabilisa sans se tarir durant le dernier tiers du siècle de la grande industrie.

2. Dénigrement du Belge dans le comportement quotidien13

  • 13 L'analyse porte principalement sur des sources datant de la fin du XIXe siècle.

14Bien que proche de la population autochtone par leur origine géographique, la plupart des Belges constituaient un groupe à part.

  • 14 R. BLANCHARD, La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, (...)

15- Ils se distinguaient d'abord par leur langage. En effet, si les Belges qui franchissaient la frontière dans la partie orientale du département du Nord étaient des Wallons dont le parler ne se différenciait guère du français, hormis l'accent, il n'en était pas de même dans toute la partie occidentale depuis la mer jusque la région d'Orchies grossièrement où là c'étaient majoritairement des Flamands qui venaient chercher meilleure fortune en France. Or à la fin du XIXe siècle, les habitants des grandes villes du Nord ne comprenaient plus le flamand et si dans les campagnes de la Flandre française on parlait encore cette langue, elle subissait un net recul et la frontière linguistique commençait à être repoussée vers la frontière politique : « Depuis un siècle, en particulier depuis 50 ans, le français a donc gagné sur tout le pourtour de la lisière (de la Flandre française) ; il gagne encore. L'enseignement obligatoire, l'instruction religieuse faite en français, le service militaire font beaucoup pour le répandre... déjà les Flamands de France... ne comprennent plus les ouvrages belges, écrits en néerlandais. Pris comme une pince entre Lille et Dunkerque devenu un foyer de rayonnement du français, le flamand (la langue) de France paraît condamné à mourir ; et l'on ne peut plus guère discuter que sur la date à laquelle finira cette agonie ». remarquait le géographe Raoul Blanchard dans sa célèbre thèse sur la plaine flamande, soutenue à la faculté des lettres de l'Université de Lille, au début de ce siècle14.

16- Les travailleurs belges se distinguaient aussi par leur situation familiale. Certes, ceux qui s'installaient définitivement en France venaient souvent accompagnés de leur famille mais auparavant ils avaient pu vivre quelques temps seuls, en attendant de pouvoir loger plus ou moins correctement femme et enfants. Surtout, les saisonniers étaient des célibataires qui travaillaient momentanément sur les chantiers ou dans les champs. Ils côtoyaient la population sans s'y intégrer et, recrutés en groupe, ils restaient entre eux. Quant aux ouvriers qui quotidiennement se rendaient à l'usine le matin et rentraient chez eux le soir, ils n'avaient aucune raison de se mêler aux Français. Flux aussi venaient en groupe et se confondaient peu avec la main-d'œuvre française. Nombreux, ces Belges ne se sentaient guère isolés et formaient des colonies bien particulières qui indisposaient leurs voisins, l'absence de communication attirait la méfiance bien exprimée par l'auteur d'une chanson de carnaval :

  • 15 On les voit arriver ici par bande / Des hommes, des femmes, des filles et des garçons / Quand ils p (...)

« On les vot arriver ichi par binde,
Des Hommes, des femmes, des filles et des garchons
Quand i’parlent, on n'peut jamais les comprinde,
On n'sait si i'ditent du méchant ou du bon 
»15.

  • 16 D. DELMAIRE, Les inventaires dans le département du Nord, étude non publiée, réalisée à partir des (...)

17- Les Flamands belges se singularisaient encore pour leur attachement à la religion catholique même si tous n'étaient pas des dévots. Et il ne faut pas s'étonner donc si, lors des inventaires consécutifs à la loi de séparation des Églises et de l'État, les incidents les plus graves éclatèrent en région flamande ou près de la frontière, à Halluin, à Bousbecque, à Comines, à Wervicq-Sud, à Neuville-en-Ferrain, et partout la police déplorait la participation des Belges à ces débordements. À Boeschèpe, près de Bailleul, où il y eut mort d'homme, la situation s'était compliquée avec l'arrivée de Belges16.

  • 17 M. HASTINGS, « Les courées de la région lilloise (1890-1914), réflexions sur un espace d'identité » (...)
  • 18 J. PROUVOST, « La vie quotidienne dans les courées », dans Autour de l'habitat textile..., op. cit.(...)

18- Enfin, peu enclins eux-mêmes à se fondre dans la population, ils cohabitaient difficilement avec les Français. Des corons ou des courées étaient parfois peuplés exclusivement de Belges, cet habitat leur était d'ailleurs plus coutumier qu'aux Français. Grâce à une enquête de 1911 sur les habitants des courées d'Halluin, M. Hastings a pu « esquisser leur profil sociologique » et constater que « dans près d'un cas sur deux (il s'agit) d'un étranger. La proportion des Belges dans les courées est supérieure de 50 % à la moyenne de la commune »17. Déjà, une semi ségrégation dans l'habitat séparait les immigrés des Français. À l'intérieur même de la courée, l'amalgame n'était pas toujours possible. Souvent toute la population d’une cour vivait sous l'autorité d'un leader qui pouvait faire bon ou mauvais accueil au nouvel arrivant, quand ce dernier était un Flamand qui parlait mal le français le voisinage manquait de sérénité : « Quand un Flamand voulait résider dans une courée sans l'accord du leader donc de tous, il était mis en quarantaine, donc exclu du groupe. Il polarisait l'agressivité du groupe : "Tous contre l'étranger" »18.

  • 19 Pour plus de détail sur toutes ces agitations, consulter F. LENTACKER, La frontière franco-belge... (...)
  • 20 Pétition du syndicat des ouvriers métallurgistes de Maubeuge et des environs, envoyée au ministre d (...)

19La juxtaposition des deux communautés sans fusion véritable et spontanée engendrait incompréhension voire hostilité et heurts. Dans sa thèse, F. Lentacker énumère quelques affrontements qui ponctuaient les moments de crise économique du XIXe siècle : 1819, les tisserands gantois s'agitaient à Roubaix ; épisodiquement sous la Monarchie de Juillet, des bagarres éclataient sur les chantiers de constructions ferroviaires (1834-1843-1846, à Valenciennes, à Dunkerque), en 1848 des cris « A bas les Belges » furent lancés et, sous le Second Empire, des rixes étaient fréquentes entre ouvriers flamands et ouvriers français des chantiers. Tard encore dans le siècle, des échauffourées opposèrent des Belges à des Français comme à Lens en 189219, presqu'en même temps que les violences de Marseille et d'Aigues-Mortes dans lesquelles des Italiens furent poursuivis par des Français, jusqu'à ce que mort s'ensuive. La concurrence sur le marché du travail était le principal grief qu'on leur faisait. Ce fut bien encore ce motif qui incita les ouvriers métallurgistes de Maubeuge à exiger une loi pour que des avantages sur les chemins de fer fussent réservés aux seuls Français afin de réduire le nombre de Belges dans les usines : « Une loi sauvegardant nos intérêts contre la main-d'œuvre étrangère dont la concurrence sur la frontière est désastreuse pour les Français, nous demandons également que les compagnies de chemin de fer ne puissent délivrer à la frontière des coupons de semaine aux ouvriers ne résidant pas en France... »20.

  • 21 ADN : M 176/11 B, contient les résultats du recensement de 1884 et l'on peut constater que dans les (...)
  • 22 F. LENTACKER, La frontière franco-belge... op. cit., p. 237.
  • 23 ADN : M 222/1761. Voir également M 222/838, 846, 848, 856, 504...

20Toutefois la marginalisation n'était pas complète. Des mariages mixtes accélérèrent le processus d'intégration dans la société française21 et à la fin du XIXe siècle les naturalisations devinrent plus fréquentes22. Autre signe de cohabitation heureuse entre Français et Belges : l'adhésion de ces derniers à des associations sportives ou ludiques ; par exemple, en 1901, l'association lilloise L'Espérance qui réunissait des cyclistes, comptait 7 Belges parmi ses 18 membres et L'Hirondelle de Wazemmes rassemblait 13 cyclistes dont 11 Belges23.

3. Dénigrement du Belge dans l'imaginaire collectif.

21Les Français ont élaboré une image souvent négative du Belge même si de temps à autre ils lui reconnaissaient quelques qualités comme la robustesse, la résistance au dur labeur, la propreté, le souci d'économie. En fait ces qualités étaient plutôt mises en avant pour en dénoncer l'excès un peu méprisable. À la fin du siècle dernier, collectivement les immigrants belges étaient plutôt représentés péjorativement.

  • 24 F. LENTACKER, La frontière franco-belge... op. cit., p. 234.
  • 25 F. LENTACKER, « Les ouvriers cotonniers gantois et leurs rapports avec la fabrique de Roubaix de 18 (...)
  • 26 M. PERROT, « Les rapports entre ouvriers français et ouvriers étrangers (1871-1893) », Bulletin de (...)

22Le Belge était d'abord un jaune : c'était cet ouvrier qui comme dans le roman de Zola, Germinal, venait briser les grèves des ouvriers, des mineurs français. Son ardeur au travail se transformait, en cette occasion, en un défaut dès lors qu'elle était utilisée par les patrons contre les Français. Après les incidents de 1892, Basly lui-même reporta la responsabilité des graves incidents sur les patrons qui préféraient embaucher des Belges car, accusa-t-il, ils n'étaient pas syndiqués24. Pour une période antérieure, F. Lentacker cite des paroles de patrons du Nord de l’époque du Second Empire qui n'hésitaient pas à faire appel à des Belges pour concurrencer les « ouvriers actuels aux exigences intolérables »25. L'accusation avait donc une part de vérité mais elle était largement gonflée dans l'imaginaire collectif. Or s'il est probable que quelques ouvriers belges furent utilisés par des patrons pour maîtriser une main-d'œuvre française jugée trop revendicatrice, M. Perrot a bien montré que l'image du jaune collée à chaque étranger était fausse, il en fut de même pour les Belges26.

  • 27 D. DELMAIRE, Antisémitisme et catholiques dans te Nord pendant l'affaire Dreyfus, Lille, Presses Un (...)
  • 28 M. PERROT, « Les rapports »... op. cit., p. 8.
  • 29 M. HASTINGS, « Les courées de la région lilloise », op. cit., p. 43.
  • 30 ADN : M 626/9.

23Et paradoxalement, si le dénigrement populaire présentait le Belge comme un jaune, ce même dénigrement en faisait aussi un danger social, fauteur de troubles et propagateur des idées subversives socialistes. Mais le rejet nationaliste de l'Autre, de l'étranger, ne s'encombre jamais de logique et s'accommode fort bien de contradictions, j'ai déjà eu l'occasion de le remarquer pour ce qui concerne les juifs, accusés tout à la fois d'être les suppôts du socialisme (Marx est juif) et d'être les fondateurs du capitalisme (Rothschild est juif), révolutionnaires et conservateurs à la fois27. Or certes, les Belges ont pu être « des éveilleurs d'idées dans le prolétariat du Nord »28 mais les gens du Nord et du Pas-de-Calais se suffisaient à eux seuls pour répandre le guesdisme dans ce prolétariat. Combattant pour une cause commune, les socialistes belges et français se rencontraient parfois comme, par exemple, les militants gantois Anseele et Van Beveren qui se rendaient dans les courées de Roubaix et d'Halluin dès le Second Empire29 et ils mettaient en pratique l'internationalisme dénoncé par les policiers français du début de la Troisième République qui, dans leurs rapports, soulignaient la participation de Flamands à des rassemblements socialistes30. Mais les principaux ténors du socialisme nordiste étaient des gens du cru : mis à part Guesde et Lafargue, c'étaient en effet Delory, Carrette, Bracke-Desrousseaux, Culine, Ghesquière, Lebas et d'autres encore qui répandaient l'idéal collectiviste chez les ouvriers. Et le marxisme se fortifia en France grâce aux luttes des ouvriers nordistes. Néanmoins, le Belge, tout jaune qu'il put être représentait aussi le type même du bonimenteur socialiste comme le chantent « Les entêtés d'Houplines » :

  • 31 Ce sont surtout les étrangers/ Pour mieux dire les Flamands/ Qui font du tintamarre/ Et qui nous do (...)

Ch'est surtout l's étrangers
Pour mieux dire les flaminds
Qui fait'nt du tintamarre
Et qui nous donn'nt des tourmints ;
I fait des conférences
Dins tous les cabarets,
Des discours in flamind
Sans comprinte l'français
31.

  • 32 Rapport se trouvant dans le dossier M 154/60 des ADN et cité par Lentacker F, La frontière franco-b (...)

24Pire qu'un danger social, les Belges étaient encore considérés comme des êtres asociaux qui frôlaient la délinquance. Il était entendu, par exemple, que ces étrangers se saoulaient régulièrement. Les policiers chargés de contrôler leur passage à la frontière se montraient méprisants à leur égard tel ce commissaire de Jeumont qui, en 1882, écrivait : « ces individus ne sont pas précisément la crème des gens vertueux, Beaucoup ont d'excellentes raisons pour ne pas retourner en Belgique... Ce sont pour la plupart des brutes, inaccessibles aux théories d'économie politique ou sociale et plus sensibles à un verre de genièvre qu'aux incitations collectivistes »32.

  • 33 Les Gueules Noires, ensemble de nouvelles d'Émile Morel qui décrit le monde minier sur un ton misér (...)

25Cette image d'ivrogne collait tellement au personnage du Belge que les deux termes devenaient naturellement synonymes sous la plume d'un romancier populaire : « Mais par contre, voici que la-bas, du côté où sournoisement les cabarets sont venus se placer, le coron a pris la funeste manie de grouper les Borains et les Flamands, tous gens brutaux et ivrognes »... (et l'ivrogne bien sûr bataillait et braillait) « Les soirs de paie, on s'y bat, on s'y assomme... »33.

26La chanson populaire partage cet avis :

  • 34 Et une fois qu'ils sont en famille/ On les entend crier comme des oies/ Vivent nous/ Et les beaux B (...)

« Et, eun'fos qui sont in famille,
On les intend crier comme des oies :
Vivent nous autre (bis)
Et les beaux Bruxellois (bis) »
34.

  • 35 Enquête en avril 1890, ADN : M 222/848.

27Bref leur fréquentation et surtout leur attroupement étaient à éviter c'est pourquoi, en 1890, le maire de Lille conseillait au préfet de ne pas autoriser la mise en place d'une société sise à Moulins, au seul motif que « Ces membres de la société en formation [étaient] tous belges »35.

  • 36 « Qu'ils ne font pas de dépenses dans Ce pays », Les Démocrates chrétiens et les Pots-au-Burre, cha (...)

28Leur souci d'économie était quelquefois tourné en dérision. S'ils ne prêtaient guère attention à dépenser pour un verre de genièvre, ils n'en étaient pas moins pingres, toujours les mêmes contradictions dès lors qu'il s'agit de dénigrer. La chanson populaire remarque : « Qui n'font pos d'dépinses dins l'pays »36.

  • 37 V. DERODE, Histoire de Lille, Paris et Lille, 1848, notamment le tome 1, 410 p. R. BLANCHARD, La Fl (...)

29Les écrits des érudits sont-ils à classer dans l'imaginaire collectif ? Hommes de leur époque, l'historien et le géographe n'échappaient pas complètement aux sentiments de la masse même s'ils essayaient de s'en dégager. En revanche, leur avis pouvait exercer une grande influence sur le public. C'est pourquoi je me suis plongée dans la lecture d'ouvrages signés par des savants du siècle dernier pour découvrir l'image qu'ils se faisaient du Belge ou particulièrement du Flamand. Deux auteurs ont principalement retenu mon attention † : V. Derode avec son Histoire de Lille parue l'année même du Printemps des Peuples et R. Blanchard avec sa fameuse thèse sur la plaine flamande37.

30L'étymologie du mot « Flamand » fournit par V. Derode est pour le moins curieuse : « Suivant quelques auteurs (et il les cite), Flamand, signifie fuyard, émigrant ». Certes il ne la prenait pas pour sienne et s'en étonnait mais il ne l'écartait pas non plus et la livrait même à ses lecteurs qui eux l'acceptaient peut-être sans trop sourciller. Derode commentait cette définition : « À moins qu'on admette qu'une partie des habitants d'un pays ait qualifié, de la sorte, les émigrants, ceux qui quittaient le sol de la patrie ». Puis excellent érudit, il fournissait encore d'autres étymologies possibles venues de l'allemand (p. 41-42). Peu importe la suite car nous pouvons déjà retenir qu'un historien admet très sérieusement d'associer l'image négative de l'émigrant fuyard au personnage du Flamand, et ceci en plein milieu du XIXe siècle, au moment où les revendications nationales se bâtissaient sur l'histoire collective des peuples justement.

31Un demi-siècle plus tard, le géographe R. Blanchard entreprit donc son étude anthropologique de la Flandre et reprit à son compte tous les clichés qui tramaient dans la littérature populaire. Ses jugements, quelque peu péremptoires, se lisaient déjà dans les chansons de carême ; l'immigration massive qu'il décrivait très bien d'ailleurs finissait par devenir invasion : « Chose plus grave, le territoire français est envahi » (p. 485) par la langue flamande, notamment certaines petites villes frontalières où la présence belge était très importante. Qu'il constate l'invasion est relativement anodin, qu'il la considère comme grave l'est moins en ces temps d'exacerbation des sentiments nationalistes. Le terme d'« invasion » revient plusieurs fois sous sa plume : « À combien s'élève le nombre des Flamands qui participent à cette invasion pacifique ? » (p. 515) et plus loin encore : « C'est une nouvelle invasion des Barbares, semblable à celle accomplie pacifiquement tout au long des quatre siècles de l'empire romain » (p. 519) et il se montrait satisfait de l'assimilation des Flamands au peuple français grâce à la naturalisation. Le mot ne lui semblait donc pas trop fort et finalement assez peu péjoratif. Cependant pour décrire le travailleur flamand, il choisissait des termes plus durs, ainsi lorsqu'il tentait de trouver les causes de la mortalité élevée chez les Flamands, il s'interrogeait : « la race germanique, plus prolifique, serait-elle moins résistante à la maladie que la française ?... Ou plutôt les causes de cette forte mortalité ne seraient-elles pas la misère, due à l'entassement de la population dans un pays médiocrement doué, et l’ignorance du paysan flamand ? » (p. 492).

32Bref le paysan flamand était un rustre dont l'état misérable est sans cesse souligné pour dénoncer « ces tares physiologiques » qui l'affligeaient et qui augmentaient ainsi : « la proportion de mort-nés, d'infirmes, d'aliénés, d'hommes impropres au service militaire, cette ignorance dont l'Ost-Flandre donne encore l'exemple, et à leur suite ce taux élevé de la criminalité qui fait que leurs voisins du Sud et de l'Est considèrent parfois encore les Flamands comme des demi-barbares » (p. 507).

33Le tableau est des plus sombres, les voisins du Sud, les Français avaient alors de bonnes raisons de s'inquiéter de l'invasion flamande : « on clot soigneusement le poulailler » (p. 512) quand les saisonniers passent bruyamment « cheminant en bandes, chantant le long de la route, au son d'un accordéon » (p. 512). Ce saisonnier flamand se montrait, en outre, volontiers querelleur et Blanchard relatait des batailles rangées entre moissonneurs français et flamands (p. 513). Toutefois, le travailleur belge, soumis et docile, ne rechignait devant aucune tâche si pénible fût-elle et se révoltait moins promptement que l'ouvrier ou le paysan français, attitude qui provoquait la jalousie, les sarcasmes et les violences. Blanchard brossait donc un portrait peu avantageux du Flamand, bien différent du Français alors que celui-ci vivait à quelques distances de celui-là.

4. Dénigrement du Belge par le langage38

  • 38 Ce sont principalement les chansons de carême qui ont servi pour cette étude lexicographique.

34L'analyse des épithètes ou des attributs utilisés pour désigner les Belges permet de cerner les phobies des Français et de mettre en évidence leur ignorance à l'égard de l'immigré, de l'étranger, de cet Autre mal aimé car méconnu.

35Les épithètes dénoncent l'origine flamande du Belge quelle que soit sa provenance, même le Borain, le Wallon, peut être désigné par le terme de Flamand et toutes ses formes patoisantes comme Flamins, Flémins, Vlaminques. L'ignorance délibérément affichée devient un signe de dérision. « Flamand » possède aussi un dérivé : Flahute.

36Le Belge, citoyen d'un pays monarchique est raillé pour le caractère obsolète de ce régime : « Vatin vir tin Ro, in Belgique » lance-t-on à un Belge qui raconte :

  • 39 Va-t-en voir ton Roi, en Belgique/ On m'a fait taire quand je parlais/ Au cabaret de la politique. (...)

« In ma fait taire tchan que j'parlo
Au cabaret d'la politique 
»39

37Ses adversaires lui rabattent le caquet convaincus que la République est un système politique moins ridicule.

38La nourriture est source aussi de dénigrement. Les travailleurs qui passaient la frontière quotidiennement apportaient avec eux leur pot de beurre (pot-au-burre) qui contenait leur repas pour la journée. Les appeler très fréquemment les « pot-au-burre », c'était une manière peu délicate, pour les Français, de leur reprocher de ne point développer le commerce local en préférant amener et déguster leur propre nourriture.

39Enfin, les Belges étaient, pensaient-ils, inassimilables. S'ils parlaient français, malgré leurs efforts pour se faire comprendre, on se moquait de leur accent, de leurs erreurs de syntaxe et on leur prêtait des mots flamands, notamment les articles, qui témoignaient de leur incapacité à pratiquer la langue française. Nombreuses sont les chansons qui du premier mot jusqu'au dernier se moquent des Flamands en utilisant leur jargon supposé. L'Histoire d'un Belge fait parler un Flamand qui tout en s'exprimant en patois de Roubaix émaille son propos de tournures flamingantes et zozote !

  • 40 Premier couplet : Je viens directement de Belgique/ Je suis content d'être à Roubaix/ Je vis sous l (...)

Premier couplet
Ze viens directemint d'Belzique
Ze sus contint d'êtes à Roubaix
Ze vive sous de République
Bin non, ze vorrai pus sanzé
Ze foute pas mal de van Belzique
Ze crié vive tous de Français
Min femme et mi tout' min famille
Ze resté d'in bel quartier.
Refrain
Ah oui ze resté tout de même
Potferblom dans de rue d'Tourcoing
Ça c'est in cour qui faire po triste
Qui tinte toudis des bêtises
Ah potferblom c'est un séco
De rester din de cour Flipo
Ah potferblom c'est un séco
De rester din de cour Flipo
40.

40Ce Flamand-là se laisse aller en utilisant encore les articles flamands « de » (« de République » pour la République et « dans de rue d'Tourcoing » pour dans la rue de Tourcoing) et « van » (« Ze foute pas mal de van Belzique » le « de » français est d'ailleurs redondant et accentue l'incorrection puisqu'il est inclus dans « van » qui signifie « de la » Belgique) ; il accorde mal les articles (« bel quartier ») et il n'a pas oublié ses jurons flamands.

41C'est une constante dans le dénigrement des étrangers ou des immigrés de les affubler, pour mieux les singulariser, d'épithètes péjoratives.

42En guise de conclusion :

43Quelle que soit la nationalité de l'immigré, l'imagination des Français n'a pas fait défaut pour le dénigrer et le tableau suivant élabore succinctement une typologie des griefs lançés en France, pays d'accueil !

  • 41 Ce terme désigne un Belge dans une chanson intitulée : « La France aux Français » de 1896, BM de Li (...)
  • 42 Couscous, Merguez et Méchouis ne servent pas à désigner des Maghrébins ; de fait ces plats furent a (...)

Nationalité de l'étranger

Dénigrement par leur nationalité (vraie ou fausse)

Dénigrement par leur nourriture

Dénigrements divers

Belge

On les appelle tous « Flamands » (même les Wallons), transformé péjorativement en Flamins, Flahutes ou Vlaminques

Pot-au-burre

Popol41, du roi Léo pold ?

Polonais

Pollacks

Italiens

Macaronis

Ritals

Arabes ou Maghrébins

Algériens quelle que soit l'origine géographique du Maghrébin42

Bougnoules

Anglais

Engliches

Rumsteacks, Rosbeefs

Américains

Amerloques

Allemands

Alboches et Boches

Fritz, Frisés.

Carte 1 illustrant le tableau 1 : Recensement de 1851. Présence des Belges dans le Nord

Notes

1 De est l'article défini qui précède souvent des couleurs pour donner un nom de famille tel : Deroo (Lerouge), Degryse (Legris), Deswarte (Lenoir) ou qui précède aussi un nom de métier tel : Desmet (le serrurier), Debacker (le boulanger) ou qui précède encore tout autre qualificatif tel : Dejonghe (le jeune)... Van est la particule qui indique l'origine comme von en allemand, ex : Vandenberghe (de la montagne ou Dumont) et ver est la contraction de van et de der. autre article défini, ex : Vertstraete (de la rue ou Delrue). Toutefois tous les porteurs de ces noms ne sont pas toujours originaires de l'immigration car ces anthroponymes sont fréquents aussi en Flandre française.

2 Origine étymologique de dénigrer.

3 Cette partie doit beaucoup aux travaux de mon ancien professeur, F. LENTACKER et particulièrement à la quatrième partie de sa thèse, La frontière franco-belge, étude géographique des effets d'une frontière internationale sur la vie des relations, Lille, 1974, 4e partie : « L'influence de la frontière sur les migrations humaines », p. 191 à 295. On peut encore lire avec profit : A. CHATELAIN, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914, Villeneuve d'Ascq, 1976 ; A. DANTOING, « Une manifestation de défense ouvrière contre le travail étranger dans les mines du Pas-de-Calais en 1892 », Revue belge d'histoire contemporaine, t. V, 1974, p. 427 à 445 ; J.-P. DELHAYE, « Contribution à l'histoire des ouvriers saisonniers du Hainaut occidental au XIXe siècle (1830-1914) », Recueil d'études d'histoire hainuyère offertes à M.A. Arnould, t 1, Mons, 1984, p. 783 à 794 ; F. LENTACKER, « Les frontaliers belges travaillant en France. Caractères et fluctuations d'un courant de main d'œuvre », Revue du Nord, t. XXXII, 1950, p. 130 à 144 ; Id. « Les ouvriers belges dans le département du Nord au milieu du XIXe siècle », Revue du Nord, t. XXXVIII, 1956, p. 5 à 14 ; M. POULAIN et M. FOULON, « L'immigration flamande en Wallonie : évaluation à l’aide d’un indicateur anthroponymique », Revue belge d'histoire contemporaine, t. XII, 1981, p. 205 à 244 ; Y. QUAIRIAUX et J. PIROTTE, « L'image du Flamand dans la tradition populaire depuis un siècle », Res publica, t. XX, 1978, p. 391 à 406 ; L. SCHEPENS, « Émigration saisonnière et émigration définitive en Flandre occidentale au XIXe siècle », Revue du Nord, t. LXXVI, 1974, p. 427 à 431 : M. VERHOYEN, Les frontaliers dans l'industrie textile du Nord de la France, Mouscron, 1949.

4 Archives Départementales du Nord (désormais ADN) : M 174/3. Ce patron se plaint auprès du préfet d'un renforcement du contrôle des passages à la frontière et de la plus grande fréquence du refoulement des travailleurs irréguliers, après l'attentat d’Orsini.

5 C'est le cas notamment des petites ville de Comines et de Wervicq à cheval sur la frontière ou de villes jumelles comme Halluin en France et Menin en Belgique, Wattrelos en France et Herseaux en Belgique ou encore Tourcoing en France et Mouscron en Belgique.

6 ADN : M 473/18. Ce tableau et les suivants sont élaborés à partir de données contenues dans les dossiers d'archives.

7 Dans tous les tableaux la population totale comprend les Français, les naturalisés, les étrangers et parmi eux les Belges.

8 Une erreur semble s'être glissée dans ce tableau car le total indiqué pour l'ensemble de la population de l'arrondissement de Lille est : 371156, or en additionnant le nombre des étrangers et le nombre des Français mentionnés sur le tableau du document d'archives, nous obtenons 331156. Soit l'auteur du tableau s'est trompé dans ses calculs, soit il a effectué un mauvais report dans une colonne. Nous avons préféré croire, un peu arbitrairement il est vrai, que l'erreur réside dans le calcul et non dans le report. Nous avons donc corrigé ce total dans le tableau reproduit ci-dessus et effectué les calculs des pourcentages ensuite. Si le total est effectivement 371156 et si un report est erroné alors comment savoir dans quelle colonne il se trouve et comment calculer les pourcentages ?

9 La part des étrangers naturalisés dans l'ensemble de la population est très réduite, moins d'une centaine de naturalisés dans chaque arrondissement sauf 275 naturalisés recensés dans l'arrondissement de Lille.

10 ADN : M 473/23. Comme les autres tableaux celui-ci est établi à partir des données chiffrées présentées dans ce document. Le relevé est parfois confus et des erreurs apparaissent, j'ai tenté de les corriger en supposant qu'elles provenaient du calcul et non du report comme pour l'élaboration du premier tableau.

11 ADN : M 473/23.

12 ADN : M 473/53.

13 L'analyse porte principalement sur des sources datant de la fin du XIXe siècle.

14 R. BLANCHARD, La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, thèse présentée à la Faculté des Lettres de l'Université de Lille, Lille, Impr. L. Danel, 1906, p. 483-484.

15 On les voit arriver ici par bande / Des hommes, des femmes, des filles et des garçons / Quand ils parlent, on ne peut pas les comprendre / On ne sait s'ils disent du méchant ou du bon. L'cri du jour, chanson pour carnaval, sans date, Bibliothèque Municipale de Lille (désormais BM Lille) : 44 187 / 234 / 3.

16 D. DELMAIRE, Les inventaires dans le département du Nord, étude non publiée, réalisée à partir des dossiers 4 V 22 à 31 des ADN.

17 M. HASTINGS, « Les courées de la région lilloise (1890-1914), réflexions sur un espace d'identité », dans Autour de l'habitat textile (XIVe-XXe siècles), actes de la troisième rencontre internationale d'histoire textile (Tourcoing 8-10 novembre 1986), publiés sous la direction de P. DELSALLE, Tourcoing, 1987, p. 37. Un tableau concernant toujours Halluin, p. 39, précise que 45,2 % des habitants des courées étaient de nationalité belge alors qu'ailleurs dans la ville, 30,7 % seulement de la population avaient la nationalité belge.

18 J. PROUVOST, « La vie quotidienne dans les courées », dans Autour de l'habitat textile..., op. cit., p. 15.

19 Pour plus de détail sur toutes ces agitations, consulter F. LENTACKER, La frontière franco-belge... op. cit., p. 199 à 233. Le dossier M/620 des ADN contient les rapports de police sur ces affaires.

20 Pétition du syndicat des ouvriers métallurgistes de Maubeuge et des environs, envoyée au ministre de l'Intérieur et président du Conseil des ministres, à l'occasion du 1er mai 1900, ADN : M 89/80.

21 ADN : M 176/11 B, contient les résultats du recensement de 1884 et l'on peut constater que dans les arrondissements d'Hazebrouck, de Lille et d'Avesnes, les mariages mixtes étaient fréquents surtout avec un habitant d'un village belge très proche de la frontière.

22 F. LENTACKER, La frontière franco-belge... op. cit., p. 237.

23 ADN : M 222/1761. Voir également M 222/838, 846, 848, 856, 504...

24 F. LENTACKER, La frontière franco-belge... op. cit., p. 234.

25 F. LENTACKER, « Les ouvriers cotonniers gantois et leurs rapports avec la fabrique de Roubaix de 1857 à 1864 », dans Autour de l'habitat textile... op. cit., p. 161.

26 M. PERROT, « Les rapports entre ouvriers français et ouvriers étrangers (1871-1893) », Bulletin de la Société d'Histoire Moderne. no 12, 1960, p. 4 à 9. « En somme, la réputation de briseurs de grèves faite aux étrangers, en général, et aux Italiens, en particulier ne se justifie pas » p. 5.

27 D. DELMAIRE, Antisémitisme et catholiques dans te Nord pendant l'affaire Dreyfus, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1991, 277 p.

28 M. PERROT, « Les rapports »... op. cit., p. 8.

29 M. HASTINGS, « Les courées de la région lilloise », op. cit., p. 43.

30 ADN : M 626/9.

31 Ce sont surtout les étrangers/ Pour mieux dire les Flamands/ Qui font du tintamarre/ Et qui nous donnent des tourments/ Ils font des conférences/ Dans tous les cabarets/ Des discours en flamand/ Sans comprendre le français. Chanson de carême de 1881. BM Lille : Danchin VI-Armentières 1.

32 Rapport se trouvant dans le dossier M 154/60 des ADN et cité par Lentacker F, La frontière franco-belge... op. cité, p. 232.

33 Les Gueules Noires, ensemble de nouvelles d'Émile Morel qui décrit le monde minier sur un ton misérabiliste et moralisateur à la fois, l'édition de 1907 est préfacé par Paul Adam et illustrée par Steinlen. Le texte cité se trouve à la p. 110. Je remercie ma collègue J. Ponty de m'avoir conseillé la lecture de ce livre.

34 Et une fois qu'ils sont en famille/ On les entend crier comme des oies/ Vivent nous/ Et les beaux Bruxellois. L'cri du jour, chanson de carême sans date, BM Lille : 44 187/234/3.

35 Enquête en avril 1890, ADN : M 222/848.

36 « Qu'ils ne font pas de dépenses dans Ce pays », Les Démocrates chrétiens et les Pots-au-Burre, chantée en 1899 par les révolutionnaires du Pile sur l'air de Dors min p'tit quinquin, BM Lille : 44 186/ 1899/ 20. Il s'agit, en fait, d'une chanson plutôt favorable aux Belges dont on plaint le sort misérable d'exploité comme le sont aussi les ouvriers de Roubaix.

37 V. DERODE, Histoire de Lille, Paris et Lille, 1848, notamment le tome 1, 410 p. R. BLANCHARD, La Flandre, étude géographique... op. cit., note 14.

38 Ce sont principalement les chansons de carême qui ont servi pour cette étude lexicographique.

39 Va-t-en voir ton Roi, en Belgique/ On m'a fait taire quand je parlais/ Au cabaret de la politique. Les tribulations de la Belgique, chant de carême de 1901, BM de Lille : 44 186-1901-52.

40 Premier couplet : Je viens directement de Belgique/ Je suis content d'être à Roubaix/ Je vis sous la République/ Eh bien non, je ne voudrais plus changer/ Je me fous pas mal de la Belgique/ Je crie vive tous les Français/ Ma femme et moi, toute ma famille/ J'habite dans un beau quartier. Refrain : Ah oui, je réside tout de même/ Potferblom, dans la rue de Tourcoing/ C'est une courée qui n'est pas triste/ Qui résonne toujours de bêtises/ Ah ! Potferblom, c'est quelque chose de résider dans la cour Flipo. L'Histoire d'un Belge, chantée par les Sans Façon, 1904, BM de Lille : 44 186-1904-16.

41 Ce terme désigne un Belge dans une chanson intitulée : « La France aux Français » de 1896, BM de Lille : 44 187-130-1.

42 Couscous, Merguez et Méchouis ne servent pas à désigner des Maghrébins ; de fait ces plats furent apportés par les Pieds-Noirs plutôt que par l'immigration maghrébine.

Table des illustrations

Légende Carte 1 illustrant le tableau 1 : Recensement de 1851. Présence des Belges dans le Nord
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter