Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

L'étranger dans le Nord au temps des guerres

L’étranger, la guerre et l’image de « l’autre » (1914-1918)

John Horne

Texte intégral

1Le moindre des paradoxes de la Grande Guerre vient du fait que celle-ci renforce les identités nationales et les cadres de l’État-Nation de façon redoutable tout en produisant un brassage des peuples européens et mondiaux sans précédent. Les fronts de combat, vus sous un certain angle, forment un champ de rencontre international unique. Les arrières et intérieurs des pays combattants prennent l’allure de sociétés multinationales éphémères. Émigrés, réfugiés, prisonniers, soldats alliés ou coloniaux et ouvriers immigrés constituent un afflux d'étrangers sous des formes souvent insolites. En même temps, les zones du continent envahies et occupées connaissent des rapports avec l’étranger autrement difficiles et inattendus qui auront leur influence non seulement sur les régions, mais aussi sur les nations, concernées. Nul pays ne connaît l’ensemble de ces rapports recomposés avec l’étranger pendant la guerre mieux, ou de façon plus complexe, que la France.

2Cependant, le cœur du paradoxe ne réside pas dans une simple antinomie entre une identité nationale rehaussée et l'irruption de l’étranger sous formes nouvelles et en lieux inattendus. Il se trouve ailleurs, dans les changements survenus dans les sens d’identité et les univers de reconnaissance des sociétés en guerre. Ici, l’utilisation du concept élaboré par l’anthropologie de « l'altérité », du rapport entre le « soi » ou le « semblable » et « l’Autre », pourrait nous être utile.

  • 1 M. SEGALEN ed., L'Autre et le semblable. Regards sur l'ethnologie des sociétés contemporaines, Par (...)
  • 2 M. AUGÉ, op. cit., p. 159-60.

3S’il est vrai, comme nous suggèrent des ethnologues, que le jeu réciproque du « soi » et de « l'Autre » sous-tend les catégories identitaires et expérientielles, on peut proposer à titre d’hypothèse que la mobilisation en temps de guerre modifie la nature et le rôle de « l’Autre » dans les systèmes identitaires en vigueur1. L’étranger, dans le sens largement accepté en 1914 de celle ou celui qui vient de l’extérieur de la nation, qui est d'une autre nationalité, n’est pas, bien sûr, la même chose que « l’Autre ». Celui-ci est « consubstantiel » aux identités sociales internes aussi bien qu’aux identités nationales. À ce titre, « l’Autre » peut très bien prendre la ligure symbolique d’un élément intérieur à la société, et n’assume pas forcément la forme d’un étranger extra-national2. « L’étranger » et « l’Autre » ont, donc, des rapports plutôt indirects, allusifs et ambigus. Mais c’est en tenant compte de ceux-ci qu'on peut espérer éclaircir les significations données à l’étranger pendant la guerre.

4Il est évident qu’une région comme celle du Nord de la France, partagée entre zone occupée, zone de combats et zone de l'arrière, connaît de façon privilégiée les diverses catégories d’étrangers dont il s’agit. Mais parce que la catégorie de l'Autre qui détermine pour beaucoup les perceptions de l’étranger s'exprime à la fois à travers le national et en fonction du social, mon analyse se référera à toute la société nationale. Une typologie des rapports entre l'étranger et l’Autre, même sommaire, risquerait de nous mener loin, et je vais procéder de façon réductionniste en me limitant à trois dimensions de la guerre - celle de la mobilisation politique d’identités nationales ; celle des divisions sociales à l’intérieur de la nation liées à la mobilisation économique ; et celle, enfin, du poids cumulatif d’une guerre d’attrition sur les capacités de rassemblement de la nation.

1. De l’ennemi à l’ami. L’étranger et la mobilisation nationale

  • 3 E. HOBSBAWM, Nations and Nationalism since 1780. Programme, Myth, Reality, Cambridge, 1990; M. JEI (...)

5La mobilisation politique en temps de guerre a pour premier et principal but, c’est convenu, la désignation de l’ennemi ; c’est-à-dire la construction d'une image de l’Autre capable de rassembler un soi identitaire autour de la nation qui supprime, ou suspend momentanément, d'autres identités conflictuelles à l’intérieur du pays. C’est sous le signe de l'invasion que se construit en 1914 cette image primordiale de l'étranger comme l'ennemi dont l’intrusion menacerait l’existence de la communauté nationale. Antithèse de tout ce qui rend cette même communauté reconnaissable, voire humaine, cet étranger est une figure caricaturale et même diabolique. Expression inverse (et en tant que telle, partie composante) du sens d’appartenance à une communauté nationale qui s’est si fortement développé en Europe pendant le demi-siècle précédant la guerre, cette image de l’étranger comme envahisseur se répand sous des formes remarquablement similaires chez les différents peuples qui sont précipités dans la guerre3.

6Ainsi, la conviction que le pays est miné de l'intérieur par l’action occulte d'étrangers bien reconnaissables et apparemment inoffensifs (hommes d'affaires, commerçants) s’exprime dès la déclaration de guerre à Paris, Londres, Berlin et Bruxelles - provoquant le saccage des magasins Maggi à Paris, d’entreprises allemandes à Bruxelles, de boulangeries à nom allemands à Londres. Dans une vague quasiment universelle d’« espionnite », l’étranger - qu’il ou qu’elle soit marchand ambulant, visiteur d'été, ou paisible résident de longue date - se voit arrêter comme espion et parfois agresser. En même temps poussent partout des fantasmes de vulnérabilité devant un ennemi quasiment incorporel. Dans chacune des capitales précitées coure le même faux bruit sur l’empoisonnement par l'ennemi des réservoirs d'eau. Les autorités réagissent vite pour contenir ces manifestations. Mais celles-ci restent les signes éloquents d'un imaginaire populaire qui s’inscrit dans la guerre à travers sa propre image de l’ennemi comme un étranger fourbe ou féroce, qui menace l’individu comme la nation. Cette vision trouve son apogée dans la hantise d’atrocités qui devient un phénomène véritablement international en 1914.

  • 4 F. VAN LANGENHOVE, La Guerre des francs-tireurs. Comment naît un cycle de légendes, Paris, 1916 ; (...)

7Dès le premier jour de l’invasion de la Belgique, des récits d’atrocités commises par des civils belges contre les troupes allemandes foisonnent dans les armées traversant la frontière et se transmettent rapidement (secondé par la presse) à l’intérieur allemand. Caractérisés par des éléments narratifs qui enlèvent toute humanité aux coupables (mutilation, empoisonnement - notamment par des femmes qui en sont particulièrement dénaturées par rapport à leur image normale), ces récits prennent vite la forme d’un cycle de légendes sur une guerre de « francs-tireurs » civils, menée contre les armées allemandes - mythe qui se répand également chez les troupes allemandes en Alsace-Lorraine allemande et en Lorraine française4.

  • 5 J. HORNE, « Les Mains coupées ; opinion française et atrocités allemandes en 1914 », Guerres mondi (...)

8Une mythologie analogue à caractère également hystérique se développe du côté franco-belge qui attribue des formes de violence identiques ou similaires (mutilation, viol) aux soldats ennemis, soulignant le caractère profondément « barbare » de ceux-ci, qui se trouvent ainsi privés de leur appartenance à une « civilisation », et donc d'une identité commune. Il y a cette différence fondamentale, pourtant, que les armées allemandes déclenchent une répression collective brutale contre la population civile en Belgique, Alsace et Lorraine pour sa participation dans cette insurrection supposée - qui en fait n'existe que dans l'imaginaire allemand. Cette répression prête un fond d’actualité à la dénonciation franco-belge des « atrocités » allemandes. Ce mélange de haine et de terreur à l’égard de l’envahisseur provoque une véritable « peur » collective en Belgique et dans le nord-est de la France, qui est pour beaucoup dans l’exode de 1914 et dont les éléments narratifs et mythiques se communiquent à la masse de l’opinion publique eu France et en Grande-Bretagne par voie de la presse, des réfugiés et des soldats blessés. Il s’agit notamment de récits d'exécutions collectives et d’incendies accompagnés d’éléments mythiques, tels que la légende d’enfants aux mains coupées par des soldats allemands, qui expriment, de manière symbolique, la peur de l’envahisseur inhumain5.

  • 6 C. DIGEON, La Crise allemande de la pensée française, Paris, 1959 ; M. JEISMANN, op.cit. ; La cont (...)

9On peut considérer, donc, que par le jeu de facteurs analogues en 1914, les différents pays se créent une image de l’étranger en tant qu’ennemi qui, comme contrepartie manichéenne de l’image du soi, conforte la légitimité de chaque effort national. Beaucoup des éléments définisseurs de cette imagerie sont déjà apparus lors des moments d'antagonisme international avant la guerre (la deuxième crise marocaine, la guerre balkanique de 1912) et remontent jusqu’à la guerre de 1870. C'est notamment le cas pour la thèse allemande, vite devenue officielle, d’une guerre de « francs-tireurs » comme pour la distinction française entre l’envahisseur « barbare » et la défense de la patrie, identifiée à la « civilisation »6. Pourtant, cet héritage narratif et symbolique ne saurait à lui seul expliquer la fonction des visions de l'ennemi qui surgissent avec la guerre.

10Celles-ci prennent leurs sens surtout dans la tendance des nations en guerre à se définir comme des champs clos. Totale dans ce qu’elle représente, la communauté nationale ne peut qu’être menacée totalement. L’Allemand, en tant qu'étranger, comme le Français ou l’Anglais dans le cas réciproque, est perçu comme menaçant jusque dans sa nature essentielle. D'où l’importance du thème de l’invasion, car en dehors de la réalité de celle-ci, chaque peuple (dans la mesure où il est enrôlé dans la guerre) considère qu’il mène une guerre pour défendre le « soi » collectif de la nation - ce qui le pousse à imaginer l’ennemi en guise d'envahisseur, actuel ou potentiel. L’emploi des termes « barbares » et « huns » pour désigner les Allemands, dans cette optique, n’a rien d’accidentel. Non moins logiquement, les invasions réelles sont vécues par les envahisseurs comme « préventives », ce qui aide à expliquer pourquoi les soldats allemands sont eux-mêmes hantés par la crainte d’être traîtreusement « envahis » par les civils français ou belges. Cette définition de l’ennemi comme l'envahisseur (c'est-à-dire, l’étranger dans sa forme la plus menaçante) est d’autant plus puissante qu’elle n'est pas seulement œuvre de propagande mais jaillit des sentiments et des mentalités populaires.

  • 7 M. C. POINSOT, Les Volontaires étrangers de 1914, Paris, 1915, p. 58-66.

11Cependant, l’étranger en 1914 n’est pas conçu uniquement en termes d’ennemi. La redéfinition du champ extérieur à la nation en fonction du» soi » et de « l’autre » permet d’assimiler l’étranger à une prolongation du « soi » en forme d'allié. Déjà, Poincaré, dans son discours d’Union sacrée, évoque le soutien « amical » et « loyal » de l'Angleterre et de la Russie et imagine la France comme le centre du « monde civilisé » et le garant de « la liberté, la justice et la raison ». Cette image d'une France qui incarne et défend autre chose qu’elle-même s’actualise très vite militairement sous la forme des volontaires étrangers de l’armée française. Nuls n’ont une valeur symbolique plus forte que ces Italiens que tentent d’organiser dans une colonne spéciale les trois petits-fds de Garibaldi, faisant écho ainsi à 18707. Mais de façon plus générale, l’idée d'une alliance par laquelle l’étranger vient en aide à la France au nom des valeurs partagées devient un lieu-commun du vécu français, avec la présence en France d'armées étrangères (celle de la Grande-Bretagne et des dominions, bien sûr, mais aussi des divisions russes et portugaises). Elle joue également au niveau symbolique, avec une mise en valeur systématique de l’Entente (journées nationales, cartes postales des drapeaux alliés, participation de détachements alliés au 14 Juillet).

12Entre l’ennemi et l'ami, se trouve l’ambigu - l’étranger équivoque qui trouble par son inadaptation le partage binaire du monde de 1914. Cet étranger pour la France se résout essentiellement à l’Alsacien-Lorrain. En effet, inscrite dans la logique nationale, la définition spatiale de la communauté française trouve son point sensible dans ces régions et populations frontalières, ces marges liminaires, qui closent et définissent le centre tout en s'ouvrant sur l’extérieur, sur « l'autre ». En tant que symbole, l’Alsace-Lorraine retrouve toute sa valeur pour la France en guerre. À l’imagerie de la droite nationaliste s’ajoute un riche héritage de symbolisme républicain et révolutionnaire, qui va du rôle de l'Alsace-Lorraine dans la Fête de la Fédération en 1790 ou dans l’affiliation de la cité de Metz à la France en 1798, jusqu'au refus retentissant d’accepter « l’annexion » prussienne, rédigé par Gambetta et lu par les députés des deux provinces à l’Assemblée nationale de Bordeaux, le 2 mars 1871. Ces titres de citoyenneté font de l'Alsace-Lorraine un élément fondateur du républicanisme français (sans pour autant en faire une cause de guerre), et les deux provinces, comme aire symbolique et « lieu de mémoire », deviennent une référence capitale pour le discours politique en France pendant la guerre.

  • 8 Les Alsaciens-Lorrains en France pendant la guerre, Paris & Nancy, 1915 ; J. HORNE, « Lost Sisters (...)

13Cependant, l’Alsacien-Lorrain ordinaire ne s’accorde guère à ces impératifs symboliques8. Une minorité, il est vrai, fait le geste nécessaire. Les émigrés politiques de 1914 apportent la preuve tangible de leur qualité de Français, étant dépourvus de leur nationalité allemande et frappés de diverses sanctions pendant leur absence. Les quelques milliers d’Alsaciens-Lorrains qui s’engagent dans l’armée française gagnent automatiquement la nationalité française. Mais que dire du nombre beaucoup plus important (250 000) qui sont mobilisés normalement dans l’armée allemande en 1914, dont une partie se trouve par la suite prisonniers de guerre en France ? Ou des réfugiés des combats de 1914 (dont une partie est obligatoirement évacuée par l’armée française) qui se trouvent en France sans statut national bien défini ?

14L’absence chez ces derniers éléments des signes d'appartenance nationale les plus acceptés en font un élément souvent inquiétant pour l’opinion française. Le fait de ne pas parler français (ou pire, de parler un dialecte de la langue honnie comme celle de « l’Autre » ennemi), d'avoir été formé par l’école allemande, d’éviter souvent tout service dans l'armée française, crée une doute sensible sur l’appartenance des Alsaciens-Lorrains au « soi » collectif de la nation. Ainsi, les Alsaciens-Lorrains se trouvent parmi les principales victimes des manifestations xénophobes du début de la guerre et se voient obligés de fournir des preuves de leur « qualité de Français » à des commissions départementales (faute desquelles ils sont internés). Dans la Loire, le préfet suspend le recrutement d’Alsaciens-Lorrains dans les industries de guerre en 1915 pour cause d’hostilité populaire. « Les ouvriers et ouvrières que j'ai pu voir », lui conte le Commissaire de Firminy, « disent, à tort ou à raison, que ces Alsaciens étant âgés de 20 à 30 ans, sont nés après 1870, ont reçu l'éducation allemande et par conséquent, ne peuvent être de bons Français ». Le faux signe donné par le langage reste un problème fondamental, comme en témoigne la tentative d’un député émigré en 1917 de faire voter une loi qui aurait autorisé les Alsaciens à franciser leurs noms de famille allemands. Il cite les « soupçons injustes » auxquels s’exposaient des Alsaciens-Lorrains de toute condition. L’Alsacien-Lorrain comme réalité vivante, dont on ne sait pas s’il est étranger ou non, trouble la symbolique de l’unité nationale. Dans cette perspective, il est tout à fait logique d’envisager une politique d’après-guerre qui élimine l’écart entre symbole et réalité par la refonte des Alsaciens-Lorrains en bons Français.

  • 9 J.-J. BECKER, Les Français dans la grande guerre, Paris, 1981.

15Il faudrait se demander, pourtant, si cette recomposition des images de l’étranger en fonction de la mobilisation de guerre n’est pas surtout un phénomène du début du conflit, avant que l’expérience radicalement nouvelle d’une guerre d'usure ne vienne modifier à son tour le sens des appartenances et des oppositions par rapport à l’identité nationale. La « culture de guerre » qui formalise et érige en système explicatif les réactions populaires et changements identitaires provoqués par le début des hostilités prend toute son ampleur (en France du moins) en 1914-15. Par la suite, la» banalisation de la guerre », côté civil, comme la stagnation meurtrière des tranchées, côté combattant, risquent de substituer un autre partage identitaire du monde en guerre avec une évolution correspondante du sens de l’étranger. Certaines formes de solidarité qui se nouent entre soldats des deux côtés du front (accord tacite de s’abstenir du combat dans le « bon secteur », trêves comme celle, célèbre, de Noël 1914, ou le simple respect pour le soldat d’en face qui partage les mêmes conditions de vie et de mort) sont autant de façons de déconstruire l’image de l'ennemi comme « l’Autre » absolu. De même chez les civils, une lassitude provoquée par la durée de la guerre peut remettre en question les catégories identitaires, et donc les définitions de l'étranger, du début du conflit. Au moment des fléchissements du moral en 1917, des courants minoritaires d’opinion civile réprouvent l’arrivée des soldats américains (devenus l'allié par excellence) par peur qu'ils prolongent les hostilités9.

  • 10 R. HARRIS, « The Child of the Barbarian. Rape, Race and Nationalism in World War I », Past and Pre (...)
  • 11 C. GROMAIRE, L'Occupation allemande en France (1914-1918), Paris, 1925, p. 277-93.
  • 12 J. HORNE, « Soldiers, Civilians and the Warfare of Attrition: Representations of Combat in France, (...)

16Tout aussi significative, pourtant, est la relative durabilité (même sous une forme amoindrie) des définitions initiales de l'étranger par rapport à l’identité nationale. L’image de l'envahisseur brutal et barbare se prolonge en celui de l’occupant. Déjà, en 1914, les réfugiés belges et français qui se dispersent dans toute la France sont parmi les premiers objets de l'explosion charitable qui est une expression capitale du ralliement autour de la nation. L’angoisse ressentie pour ceux qui sont restés hors de secours dans la zone occupée (sans la « protection » des hommes partis pour l'armée) est éprouvée à titre individuel mais également à titre collectif, comme symbole de la vulnérabilité d'une communauté nationale qui reste métaphoriquement, et même littéralement, violée. D’où le débat singulier sur le droit à l’avortement des femmes enceintes par suite de viol de la part de soldats allemands, qui agite l’opinion en 191510. La sévérité du régime d’occupation, et des événements comme les déportations de Lille en 1916, ravivent des sentiments d’outrage11. La récupération en février 1917 du territoire détruit par les Allemands lors de leur retraite derrière la ligne « Hindenburg » renouvelle la terminologie du « barbare » ennemi non seulement au niveau du gouvernement mais à celui des simples poilus qui, devant l’évidence d’une destruction physique voulue et des récits de viols ou de profanations d'églises, expriment des sentiments de haine et de revanche12. En 1918, un nouvel afflux de réfugiés lors de l’offensive allemande s'accompagne d’une peur renouvelée d’invasion.

  • 13 Voir notamment l'Union des Grandes Associations contre la Propagande Ennemie, fondée en mars 1917 (...)

17En même temps, les faiblesses évidentes de l’effort français soulignées par l’année trouble de 1917 s’accompagnent d'une remise en valeur de l’image de l'allié. La notion que dorénavant la France fait partie intégrante d’une alliance démocratique (dans laquelle la défection russe est plus que compensée par l’entrée américaine) joue non seulement comme leitmotiv d’une remobilisation de la nation derrière la guerre entreprise par l'État en 1917-18, mais trouve son écho dans l'opinion, fortement impressionnée par la présence américaine13. Ainsi, la redéfinition de l'étranger en 1914 en fonction du partage entre le soi collectif de l’identité nationale et cet « Autre » qui est l’envahisseur se trouve modifiée sans être fondamentalement dissoute par l’évolution de la guerre elle-même.

2. L'étranger, « L'Autre » et la cohésion sociale

  • 14 J. HORNE, « Immigrant Workers in France during World War I », French Historical Studies, 14/1, 198 (...)

18Si l’identité nationale constitue un premier axe de définition du sens de l’étranger, la diversification de fonctions et la spécialisation de tâches que nécessite la mobilisation économique en forme un deuxième. La France, plus que tout autre belligérant au cours de la guerre, a recours aux immigrés pour parer à une crise de main-d'œuvre dramatique. Si le taux d’immigrés dans la population active n’est pas forcément supérieur à celui de l’avant-guerre, sa composition et sa distribution sont profondément modifiées. Les Espagnols deviennent de loin l’élément le plus important et pour la première fois, de nombreux Nord-Africains viennent travailler en France (20 pour cent du total de 660 000), ainsi que des contingents de Chinois et d'Indochinois. Immigrés européens et « indigènes » sont dirigés par l’État sur Paris et d’autres centres des industries de guerre et ils remplacent la main-d'œuvre française également sur les grandes exploitations agricoles du Nord et Nord-Est du pays, ainsi que dans le midi viticole14. D’autres ouvriers immigrés (y compris des Russes et des Chinois) sont recrutés directement par les armées françaises et britanniques pour les lourds travaux de construction dans la zone de l'arrière du front.

  • 15 G. NOIRIEL, Le Creuset français. Histoire de l'immigration XIXe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1988

19Les impératifs économiques et militaires, dont ces courants d’immigration ne sont qu’une expression, sont producteurs en tant que tels de tensions sociales et conflits d’identité pour lesquels le travailleur étranger (selon une tradition bien établie) fournit un symbole négatif15. Il ne s'agit pas, bien sûr, d’évaluer l’ensemble des rapports quotidiens entre civils français et immigrés pendant la guerre (ce que l’état de la recherche en tout cas ne permet pas) mais plutôt de noter comment certaines images de l’immigré ont servi de fil conducteur d’antagonismes sociaux internes dus à la guerre.

  • 16 P. FRIDENSON, « The Impact of the First World War on French Workers », in R. WALL & J. WINTER, The (...)
  • 17 Archives Nationales AN F7 133361, 30 juillet 1916; J. HORNE, Labour at War. France and Britain. 191 (...)

20La déstabilisation du monde du travail industriel, et notamment du statut de l’ouvrier professionnel, par la production forcenée de munitions crée un champ de tension des plus agités. Les causes de cette déstabilisation (qui dépassent la guerre elle-même) sont relativement bien comprises par les ouvriers concernés (surtout des métallos)16. Ce fait n'empêche pas des sentiments de refus de se projeter par l’image menaçante de l’immigré. Comme par celle de la femme, d'ailleurs, mais si tous s’accordent sur le caractère temporaire du travail féminin dans la métallurgie, il n’en est pas de même pour l’immigré qui par son infinitude comme par son essentielle étrangeté résume une peur ouvrière de marginalisation économique et sociale. En faisant de ce thème une préoccupation majeure, la CGT ne fait qu'exprimer un courant d'anxiété largement répandu. Merrheim (le dirigeant métallurgiste), pour ne citer qu’un exemple, évoque devant un auditoire dans le Tarn, en 1916, le spectre de l'inondation du marché du travail après la guerre par un million d’Espagnols, Italiens et Russes17.

  • 18 L’Union des métaux, janvier 1918 ; Bulletin des usines de guerre, février 1918, p. 343.

21À cette peur de déstabilisation sociale s’en ajoute une autre directement liée au prix grandissant de la guerre d’usure. Les ouvriers mobilisés travaillant pour la guerre bénéficient de la spécialisation des tâches inhérente à la guerre industrielle dans la mesure où ils sont abrités du risque de la mort au combat. La récupération de beaucoup de ces mêmes ouvriers pour le front en 1917-1918, sous l’impératif des pertes militaires, pose directement la question du rapport triangulaire entre l'ouvrier, la nation et l’étranger. C'est son remplacement par le travailleur immigré qui semble rendre possible le départ de l'ouvrier français. Suite à des faux-bruits à propos de l’arrivée de dizaines de milliers d’ouvriers italiens ou américains, le Ministère de l’Armement se voit obligé de promettre de remplacer les ouvriers rappelés au front uniquement par d’autres ouvriers français18. Mais, pire encore, l'ouvrier français partant défendre la France symbolique peut avoir l’impression de laisser la France bien réelle du quartier, ou plus intime du foyer, aux mains de l’immigré. Ce qui donne le sombre paradoxe de la France sauvegardée contre l’étranger ennemi au profit de l’étranger immigré par les Français qui sont, eux, saignés à blanc.

  • 19 AN F7 13619, rapport du 21 mai 1917.
  • 20 AN 94 AP 121 (Fonds Thomas), note du contrôleur de la main-d'œuvre de Saint-Chamond, 8 septembre 1 (...)
  • 21 J. HORNE, Labour at War, op. cit., p. 184-5.

22Ainsi, dès mai 1917, (selon un rapport de police) les ouvriers de guerre du Havre exhibaient une hostilité ouverte aux ouvriers immigrés et aux soldats alliés, pour le compte desquels les Français se faisaient tuer en laissant leurs femmes et leurs filles aux Chinois, Arabes et Espagnols19. Pour l’auteur anonyme de l'affiche dans le W-C public de Rive-de-Gier (Loire), la même année, « le carnage et la Boucherie de la guerre » furent d'autant plus inacceptables que des étrangers bénéficiaient des salaires des Français tués dans les tranchées20. Et ce lien entre l’emploi d’immigrés et la récupération d’ouvriers français pour le front constitua une cause brûlante des grèves de mai 191821.

  • 22 AN 94 AP (Fonds Thomas) 129, 135-40 (rapports du contrôle de la main-d'œuvre) ; Service Historique (...)
  • 23 J. HORNE, « Immigrant Workers during World War I » ; J. THOBIE et al, Histoire de la France coloni (...)

23Au cœur de cette image de l'immigré comme « l’Autre » qui incarne plusieurs des tensions sociales nées de la guerre se trouve la spécificité de la main-d’œuvre « exotique » (coloniale ou chinoise). Les rapports administratifs notent souvent des tensions particulières entre la population ouvrière française et les immigrés nord-africains ou asiatiques22. L’idéal de ces mêmes administrateurs étant « l’encadrement » de cette main-d’œuvre (c'est-à-dire, l’entrave à de tout contact en dehors du travail avec des Français, pour des raisons sanitaires et culturelles), il y a sûrement une part d’exagération dans cette évaluation. Toujours est-il que, manifestement, une partie du prolétariat s’appuyant sur des stéréotypes forts (porteur de maladie, obsédé sexuel) a rejeté l’ouvrier colonial. Et plusieurs conflits violents entre Français et immigrés coloniaux éclatent en 1917-18, allant jusqu’à de véritables émeutes raciales dans certains centres (Tarbes, Toulouse, Saint-Médard, Le Havre et Brest). Cinq travailleurs nord-africains sont tués au cours de la répression de ce dernier incident. Tout laisse supposer que « l’altérité » de l’immigré, le caractère négatif projeté sur lui par des Français, se trouvent investis dans l'ouvrier « exotique » avec qui le contact sur le sol français est si nouveau et reste, en fin de compte, si réduit23.

  • 24 C. ANDREW et A. S. KANYA-FORSTNER, France Overseas. The Great War and the Climax of French Imperia (...)
  • 25 G. GROSS, Immigrant Workers in Industrial France. The Making of a New Laboring Class, Philadelphia (...)

24Il ne faudrait pas, cependant, surestimer l'importance de l'hostilité envers l’immigré. D'abord, en ce qui concerne le colonial, une image négative de l'immigré civil (même s’il est recruté par l’État) est compensée par celle, positive, donnée par les presque six cent mille soldats coloniaux qui se battent pour la patrie impériale, dont certains (« turcos » algériens, tirailleurs sénégalais) sont librement affichés par la propagande de guerre24. Ensuite, l’État et les élites économiques sont tout à fait persuadés de l’apport crucial des immigrés à la mobilisation économique. Ils essaient non pas de soutenir ou de manipuler les sentiments de rejet populaire mais, au contraire, de les prévenir et de les désarmer25. Enfin, le jeu de « l'altérité » en fonction des antagonismes sociaux nés de la guerre est infiniment plus large et plus complexe. Paysans ou petits bourgeois contre ouvriers « embusqués » dans les usines ; ouvriers et salariés contre paysans et commerçants tenus responsables de l’inflation ; soldats au front contre tout civil sauf les leurs - toutes ces oppositions spécifiques à la guerre comportent leur propre imagerie et leur langage de « l'Autre ». L’immigré, en tant qu’un « autre » parmi d'autres, n'est ni un facteur de convergence ni un élément prédominant.

3. Étranger et « ennemi intérieur » : le rassemblement national menacé

  • 26 C. SLATER, Defeatists and their Enemies. Political Invective in France 1914-1918, Oxford, 1981, p. (...)

25Il nous reste à évoquer, brièvement, une troisième dimension de la guerre où l’étranger est présent, du moins dans l’imaginaire, « l’ennemi intérieur ». Partie intégrante du malaise créé en 1917 par l’enlisement de la France dans une guerre d’usure qui mine les capacités de rassemblement de la nation, « l’ennemi intérieur » est cet « Autre » qui explique toutes les trahisons et défaillances (des mutineries et des grèves jusqu'aux scandales politiques). Défini à l’état pur par l’extrême droite, mais déployé plus largement en version réduite (y compris par des républicains, dont Clemenceau, et par le haut commandement), « l’ennemi intérieur » s’avère étranger sous trois formes26.

  • 27 L. DAUDET, La Guerre totale, Paris, 1918, p. 210.

26La première se présente comme une ramification de l’étranger principal ; elle reprend le thème de « l’espionnite » sous la forme plus sérieuse du complot : « l’ennemi intérieur » agit comme une arme supplémentaire de l’ennemi extérieur en lui envoyant des secrets, en soutenant le « défaitisme ». Deuxièmement, dans cette optique, celui qui agit même inconsciemment contre la nation devient, en quelque sorte, existentiellement étranger. Chère au nationalisme intégral, cette façon de voir s'accorde avec l’impulsion totalisante de la mobilisation nationale dès que celle-ci se trouve contrariée, et elle s’applique en 1917-18 aux pacifistes bien français, comme Caillaux, accusés de vouloir la défaite du pays. Enfin, « l’ennemi intérieur » est identifié (surtout par l’extrême droite) à des éléments non-nationaux (ou considérés tels) qui se trouvent en France. Il s’agit des milieux (surtout parisiens) où immigrés et exilés politiques (juifs russes et polonais, russes, espagnols, suisses, sud-américains) s’entrecroisent (« cette tourbe de métèques » selon Léon Daudet), et qui sont censés avoir soutenu le pacifisme de journaux comme Le Bonnet rouge, subventionnés par les Allemands, et autres affaires louches27.

  • 28 L. DAUDET, op. cit., p. 212 ; voir aussi id., L'Avant-Guerre : études et documents sur l'espionnag (...)
  • 29 P. HYMAN, From Dreyfus to Vichy. The Remaking of French Jewry, 1906-1939, New York, 1979, p. 34, 5 (...)

27Derrière cette image de « l’ennemi intérieur » se cache la question de l’antisémitisme durant la guerre. Pour l'extrême droite, l’image du Juif comme « l’ennemi intérieur » et l’agent de l’ennemi extérieur (image qui remonte, bien sûr, à l'Affaire Dreyfus) trouve sa confirmation dans les difficultés de 1917-18. « L’Israélite germano-slave » (Daudet) devient l’incarnation de l’espion allemand comme de l'agent défaitiste, reliant le « boche » au « bolchévique » dans une seule conspiration, expliquant les protestations sociales ainsi que les revers militaires28. Cependant, la mobilisation inclusive autour des valeurs républicaines (que reconnaissent aussi bien le gouvernement Clemenceau que ses prédécesseurs) déjoue ce mécanisme d’exclusion, du moins dans sa forme ouvertement xénophobe, à l'opposé de ce qui se produit dans d'autres cas nationaux. Tandis que la communauté juive allemande est inquiétée par la vague d'antisémitisme qui accompagne le durcissement de la guerre et qui se trouve officialisée par le Judenzählung (recensement des Juifs) dans l’armée allemande en novembre 1916, les Juifs français vivent la guerre comme un moment fort d’intégration dans la communauté nationale29.

28Quelles conclusions faudrait-il tirer de cet exposé rapide des formes multiples prises par l’étranger pendant la grande guerre ? D’abord, la définition prédominante de l’étranger comme l’ennemi démarque la guerre de la paix et dénote sa spécificité. Ce partage absolu entre le « soi » national et le « semblable » allié, d’un côté, et l’ennemi envahisseur, de l’autre, se prépare avant la guerre mais ne peut s’exprimer pleinement qu’à travers la mobilisation politique et culturelle déclenchées par la guerre. Une telle division identitaire, une formulation aussi crue de « l'Autre » national, survivent difficilement aux conditions ambiguës de la paix et se désagrègent par la suite (sauf dans les régions particulièrement éprouvées par les combats ou l'occupation, qui gardent une mémoire dissidente par rapport à celle, nationale, qui cherche de nouveaux rapports avec l'ancien ennemi).

29Deuxièmement, la présence en France, pendant le conflit, de divers étrangers immigrés ou exilés, perçus comme l’Autre intérieur, exacerbe les antagonismes sociaux et les frustrations politiques engendrés par la guerre. Cependant, l’hostilité au travailleur immigré reste minoritaire (touchant surtout les ouvriers, isolés par d’autres polarités identitaires, des groupements sociaux plus exposés au combat), et en fin de compte, elle est trop peu politisée, pour déboucher sur une chasse à l'étranger. Le plus gros risque de celle-ci apparaît, indéniablement, dans la campagne anti-défaitiste de 1917-18, qui désigne comme « étranger » à la nation tout élément qui est censé jouer le rôle de « l’ennemi intérieur ». Ici, la redéfinition d’une identité nationale rétrécie autour d’une politique contestée pourrait, en effet, se vêtir d’accents xénophobes et racistes en cherchant à exclure du cercle national les éléments dissidents.

30Ceci devient l’expérience de la France après 1940. Mais dans la Grande Guerre, les valeurs idéologiques et culturelles, au nom desquelles la mobilisation politique s’opère, et l'universalisme républicain, qui permet à tant d’éléments de se reconnaître dans l’effort commun, créent une identité nationale qui, même en 1917, rassemble plus qu’elle ne divise et inclut plus qu’elle n'exclut.

Notes

1 M. SEGALEN ed., L'Autre et le semblable. Regards sur l'ethnologie des sociétés contemporaines, Paris, 1989 ; M. AUGÉ, Le Sens des autres. Actualité de l'anthropologie, Paris, 1994.

2 M. AUGÉ, op. cit., p. 159-60.

3 E. HOBSBAWM, Nations and Nationalism since 1780. Programme, Myth, Reality, Cambridge, 1990; M. JEISMANN, Das Vaterland der Feinder. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, 1992.

4 F. VAN LANGENHOVE, La Guerre des francs-tireurs. Comment naît un cycle de légendes, Paris, 1916 ; A. KRAMER, « Grueueltaten ». Zum Problem der deutschen Kriegsverbrechen in Belgien und Frankreich 1914, in G. Hirschfeld & G. Krumeich, « Keiner fühlt sich hier mehr als Mensch... » : Erlebnis und Wirkung des Ersten Weltkriegs, Essen, 1993, p. 83-112 ; J. HORNE & A. KRAMER, « German "atrocities" and Franco-German Opinion, 1914 : The Evidence of German Soldiers Diaries », Journal of Modern History, 66/1, 1994, p. 1-33.

5 J. HORNE, « Les Mains coupées ; opinion française et atrocités allemandes en 1914 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 171, 1993, p. 29-43 ; J. HORNE et A. KRAMER, "German Atrocities" in 1914 : Meanings and Memory of War, Cambridge, à paraître.

6 C. DIGEON, La Crise allemande de la pensée française, Paris, 1959 ; M. JEISMANN, op.cit. ; La contribution d'Annette Becker à ce volume.

7 M. C. POINSOT, Les Volontaires étrangers de 1914, Paris, 1915, p. 58-66.

8 Les Alsaciens-Lorrains en France pendant la guerre, Paris & Nancy, 1915 ; J. HORNE, « Lost Sisters or Enemy Within ? Alsace-Lorraine and Alsatian-Lorrainers during the Great War », communication non-publiée, Department of Modem History, Dublin, Trinity College, 1992.

9 J.-J. BECKER, Les Français dans la grande guerre, Paris, 1981.

10 R. HARRIS, « The Child of the Barbarian. Rape, Race and Nationalism in World War I », Past and Present, 141, 1993, p. 170-206.

11 C. GROMAIRE, L'Occupation allemande en France (1914-1918), Paris, 1925, p. 277-93.

12 J. HORNE, « Soldiers, Civilians and the Warfare of Attrition: Representations of Combat in France, 1914-1918 », in F. COETZEE & M. SHEVIN-COETZEE eds, Authority, Identity and the Social History of the Great War, Providence/Oxford, 1995, p. 223-249.

13 Voir notamment l'Union des Grandes Associations contre la Propagande Ennemie, fondée en mars 1917 (L’Effort de la France et ses alliées, bulletin hebdomadaire, contient les procès-verbaux de l'UGACPE). Pour l'effort américain et l'opinion française, voir A. KASPI, « Les soldats américains et la société française », in J.-J. BECKER & S. AUDOIN-ROUZEAU eds., Les Sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, Paris : Centre d'Histoire de la France contemporaine/ Université de Paris X-Nanterre, 1990, p. 323-31 ; id., Le Temps des Américains, le concours américain à la France, Paris, 1976.

14 J. HORNE, « Immigrant Workers in France during World War I », French Historical Studies, 14/1, 1985, p. 57-88.

15 G. NOIRIEL, Le Creuset français. Histoire de l'immigration XIXe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1988.

16 P. FRIDENSON, « The Impact of the First World War on French Workers », in R. WALL & J. WINTER, The Upheaval of War. Family, Work and Welfare in Europe, 1914-1918, Cambridge, 1989, p. 235-48.

17 Archives Nationales AN F7 133361, 30 juillet 1916; J. HORNE, Labour at War. France and Britain. 1914-1918, Oxford, 1991, p. 106-12.

18 L’Union des métaux, janvier 1918 ; Bulletin des usines de guerre, février 1918, p. 343.

19 AN F7 13619, rapport du 21 mai 1917.

20 AN 94 AP 121 (Fonds Thomas), note du contrôleur de la main-d'œuvre de Saint-Chamond, 8 septembre 1917.

21 J. HORNE, Labour at War, op. cit., p. 184-5.

22 AN 94 AP (Fonds Thomas) 129, 135-40 (rapports du contrôle de la main-d'œuvre) ; Service Historique de l'Armée de Terre. Vincennes 7N 993-5, 1001 (rapports du contrôle postal sur les ouvriers coloniaux et chinois).

23 J. HORNE, « Immigrant Workers during World War I » ; J. THOBIE et al, Histoire de la France coloniale, t. 2., 1914-1990, Paris, Colin, 1990, p. 107-119.

24 C. ANDREW et A. S. KANYA-FORSTNER, France Overseas. The Great War and the Climax of French Imperial Expansion, Londres, 1981, p. 140-1; M. MICHEL, L'Appel à l’Afrique. Contributions et réactions à l'effort de guerre en AOF, 1914-1919, Paris, 1982 ; J. THOBIE et al, op. cit., p. 105-6.

25 G. GROSS, Immigrant Workers in Industrial France. The Making of a New Laboring Class, Philadelphia, 1983.

26 C. SLATER, Defeatists and their Enemies. Political Invective in France 1914-1918, Oxford, 1981, p. 42-113 ; H. MAUNOURY, Police de guerre, 1914-1919, Paris, 1937, p. 31-35.

27 L. DAUDET, La Guerre totale, Paris, 1918, p. 210.

28 L. DAUDET, op. cit., p. 212 ; voir aussi id., L'Avant-Guerre : études et documents sur l'espionnage juif-allemand en France depuis l'affaire Dreyfus, Paris, 1913 ; nouvelle éd., 1915.

29 P. HYMAN, From Dreyfus to Vichy. The Remaking of French Jewry, 1906-1939, New York, 1979, p. 34, 54-7 ; P. LANDAU, Les Juifs de France et la Grande Guerre, 1914-1941, thèse de doctorat, Université de Paris VII, 1992.

Auteur

Trinity College, Dublin

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter