Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

L'étranger dans le Nord au temps des guerres

L'étranger au temps de la guerre de 1870-1871

Annette Becker

Texte intégral

  • 1 Voir Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, 1870, La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, 420 p.
  • 2 Ernest LAVISSE, L'Invasion dans le département de l'Aisne, Laon, 1872, 96 p., p. 10
  • 3 Archives départementales du Nord, 8R81.
  • 4 Op. cit., p. 11.

1Dans la réflexion sur le sentiment national en France, on s’accorde désormais à penser que les huit mois de la guerre de 1870-1871 ont eu une importance capitale1. Une part du sentiment national s’est évidemment façonnée dans une perception négative de l’ennemi, en l’occurrence le Prussien, l’Allemand, ou plutôt les Allemands. L’invasion, l’occupation, la défaite, traumatismes extrêmes, dus à un ennemi que l’on connaît très mal, même si certains témoins rappellent l’expérience de 1815-1818, vont faire naître une exécration qu’Ernest Lavisse décrit bien : « La haine des Allemands est une vertu que les Allemands eux-mêmes ont faite facile, et l'excès de nos malheurs a rendu l'oubli impossible »2. Le 29 décembre 1870, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais propose à ses lecteurs de méditer une lettre : « Le Général Chanzy a donc à venger non seulement sa grande patrie, celle pour laquelle il ne ménagera pas son courage, mais il éprouve le désir ardent de chasser au plus vite l'étranger et de délivrer la France et ses chères Ardennes »3. Les Ardennes sont citées en exemple malheureux aux habitants du Nord et du Pas-de-Calais : une grande partie des deux départements subit aussi l’invasion dans le mouvement qui amène les troupes allemandes victorieuses à l’Est en direction de Paris. Un an plus tard, quand Lavisse rédige son réquisitoire, il choisit significativement le cadre du département : « Il est pour nous une petite patrie dans la grande, et nous avons eu dans ta ruine et dans le deuil de la grande patrie nos ruines particulières et nos deuils privés »4.

2Dans cette communication, je tenterai de mettre en évidence la naissance de la « haine » dans les limites de la « petite patrie » du Nord de la France et de ses zones limitrophes. Les bornes seront donc géographiques et chronologiques : les sources dateront avant tout des années 1870-1872, pour que l'œuvre pédagogique de revanche anti-allemande construite sous la Troisième République ne vienne pas interférer avec les témoignages transcrits pendant ou immédiatement après la guerre.

  • 5 M. MANS, Poème déclamé à Achicourt par des soldats lillois, le 25 décembre 1870. Cité par Albert D (...)

3Dans un premier temps nous verrons que de l’opinion du Nord, sensible aux rumeurs, au climat d'espionnite, émane une angoisse collective. Tous ceux qui peuvent paraître autres, différents, sont victimes de suspicions, parfois exprimées violemment. L’ennemi encore lointain mais rapidement vainqueur tient une part de plus en plus importante dans les récits. Dans un deuxième temps, l’ennemi est présent, et ce sont les dures lois de la guerre et de l’occupation, leur lot « d’exactions », qui concrétisent la haine contre les Allemands : des populations qui se disent avides de liberté et catholiques rejettent ces « agents du despotisme »5 luthériens.

1. L’étranger avant l'invasion, précédents et rumeurs

  • 6 ADN, 8R115.

4Le 2 août 1870, le préfet du Nord reçoit une lettre d’une de ses administrées, au patriotisme impérial et anti-prussien bien trempé, et au français hésitant : « ...J’ai à présent 66 ans... bien entière et nécessiteuse, je désirerais faire partie de l'Expédition de Prusse pour entrer dans l'ambulance et venir en aide à nos braves soldats qui vont défendre la patrie pour une cause juste. Nous habitions à Versailles en 1815 je me rappelle l’affaire des 1500 Prussiens leur orgueil et cruauté. Défunt ma mère à donner son dernier pain pour le cheval de notre Ier Empereur habiller en hussard faisant partie de 400 hommes lui et les siens ont battu les 1500 monstres avec vigueur. De cette époque une haine est toujours resté chez moi je serai heureuse avant de mourir de pouvoir de ma main en tuer un tout en cherchant à donner les consolations et venir en aide à nos pauvres enfants qu'ils vont de combattre pour un motif que Dieu les gardera sous sa protection »6.

  • 7 Alain CORBIN, Le Village des cannibales. Paris, Aubier, 1990, 204 p. Le « Prussien » est un França (...)

5Le hasard a fait que cette lettre parvienne à la Préfecture du Nord le 2 août, jour de l’éphémère victoire de Sarrebruck, qui sera vite suivie d’une série de défaites françaises. Ce témoignage féminin exprime une haine intense, nourrie par l’expérience passée, pour des ennemis qui ne peuvent être que des monstres. Cette exécration brutale est revendiquée comme indissociable des actes indignes des « monstres ». Cette vieille dame prétend ne rêver que de tuer les ennemis étrangers tout en tempérant son propos d’un discours charitable et chrétien à l’égard des soldats français, ses compatriotes. Dans ce document, la brutalité se cantonne au discours. Passant à l’acte 14 jours plus tard, les villageois « cannibales » de Hautefaye, en Dordogne, ont assassiné et « rôti un Prussien »7. Nulle part dans le Nord, - ni ailleurs en France -, un crime comme celui de Hautefaye n’a été commis, et l'horreur de toutes les élites sociales, la condamnation exemplaire des meurtriers, prouve bien que la sauvagerie de Hautefaye n’avait rien à voir avec la société française de 1870, où le recul de la violence est un fait. Si nulle part on ne passa ainsi aux actes, la brutalité et la cruauté des sentiments, révélés par le vocabulaire employé par nos témoins du Nord, sont cependant bien présentes dès les premiers jours de la guerre, renforcées par l'ignorance de ce qui se passe sur les champs de bataille, et par les spéculations nées de cette ignorance.

  • 8 Marc BLOCH, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », dans Revue de Sy (...)

6Parlant de la Grande Guerre, en pionnier historique qu’il fut toujours, Marc Bloch analysait très bien le phénomène : « Une fausse nouvelle naît toujours des représentations collectives qui préexistent à sa naissance ; elle n’est fortuite qu’en apparence... On ne dira jamais assez à quel point l'émotion et la fatigue détruisent le sens critique »8.

7Émotion, et fatigue, les Français devaient en avoir leur lot en quelques mois.

  • 9 ADN 8R114, Maire de Tourcoing, 18 juillet 1870.

8Dès le mois de juillet, le maire de Tourcoing s’inquiète de la présence de Prussiens sur le territoire de sa commune : certains employés des maisons de commerce textile ont osé « chanter leur chant national dans la rue »9. Le maire est persuadé que des « représailles » auront lieu, d'autant plus que les Français ont été expulsés de Prusse.

  • 10 Tous ces exemples proviennent de la maîtrise de Claude DEULIN, La région du Nord devant la guerre (...)

9Dans les jours qui suivent la déclaration de guerre, les inconnus - vite assimilés à des espions étrangers - sont victimes de l’angoisse collective ambiante. Toute personne surprise avec un crayon, un carnet en mains, ne pouvait que travailler pour l’ennemi et risquait au moins de passer des moments difficiles. À Valenciennes, le 12 août, une femme faillit être jetée à l’eau aux cris de « A l'eau, à l’eau, l’espion prussien ». Le 13 août un marchand lillois est pris pour un espion à Hazebrouck. Le 16 c'est à Roubaix que l’on veut jeter à l’eau un professeur de musique en train de pêcher ; il est roué de coups avant d’être sauvé par un pompier10.

  • 11 Cité par Adolphe de CARDEVACQUE, Histoire de l'invasion allemande dans le Pas-de-Calais. Arras, 18 (...)

10Faux espions, vrais espions ? Toute conduite jugée bizarre suscite évidemment peur et rejet, a fortiori en temps de guerre, et bien plus dans une région frontière comme celle du Nord. On y circule beaucoup, quelques Anglais et Belges vont en faire les frais. À Calais, le vice-consul anglais est malmené le 7 août. Les marchands, très nombreux dans une région à l’économie très dynamique, aux échanges nombreux, sont forcément suspects par nature : ils se déplacent, on ne les connaît pas. Au mois de décembre 1870, au moment où l’on attend à Arras l'invasion prussienne, la Commission municipale publie un arrêté aux clauses extrêmement rigoureuses pour les étrangers, définis comme ceux qui ne sont pas originaires d’Arras : « Tous étrangers, tous voyageurs... venus en cette ville... sont tenus de faire une déclaration dans les deux heures suivront leur arrivée... Sont soumis à cette obligation tous ouvriers, domestiques, hommes, femmes et filles... Aucun étranger ou voyageur ne pourra traverser la ville ou y séjourner s'il n’est porteur d’un laissez-passer ou d'un permis de séjour... L'entrée de la ville est rigoureusement interdite aux marchands-ambulants, aux colporteurs, aux mendiants, bateleurs, chanteurs de rues, vagabonds et gens sans aveu... »11. Les autorités d’Arras se barricadent derrière un arrêté anti-étrangers qui devrait être capable d’arrêter les espions du temps de guerre. Très nettement, au-delà du conflit lui-même, la méfiance sociale renforce la xénophobie et réciproquement. Alain Corbin prouve fort bien les liens du crime de Hautefaye et du champ de foire.

  • 12 Manifestation à Douai le 20 septembre 1870, compte-rendu par Le Progrès du Nord, 29 septembre-
  • 13 Bernard MÉNAGER, La vie politique dans le département du Nord de 1851 à 1877, thèse pour le doctor (...)

11On peut distinguer deux temps dans la chronologie du rapport à l’étranger dans l’été et l’automne 1870, avant et après Sedan et la chute de l’Empire. Après le 4 septembre, les populations du Nord montrent un nouvel enthousiasme pour la guerre, qui ressemble à celui de juillet, mais dont le patriotisme a pris un tour plus systématiquement haineux, au moment où la guerre dynastique est devenue la guerre de la Nation. Les foules qui manifestent dans les rues de Lille, du Cateau, de Calais, de Douai, offrent de belles envolées aux journalistes : « Puisse la France de 70, digne fille de la France de 92, joncher son sol sacré des cadavres de ces milliers de barbares insolents qui la souillent ! »12. Les termes de barbares, d'insolence, d’audace, sont ceux qui reviennent le plus souvent : les habitants du Nord se sentent prêts à la guerre à outrance, « dans un patriotisme de frontière qui poussait les hommes de toutes tendances à s’unir devant l’invasion »13.

  • 14 ADN, 8R647, s.d. Lettre d’un certain Capitaine de Breda, qui parvient au préfet de Lille via la lég (...)

12Au même moment, commencent à circuler des récits « d’exactions » commises par les Prussiens victorieux. La défaite en elle-même est ressentie comme une atrocité qui trouve son origine dans la barbarie allemande. Les défaites ne peuvent résulter de combats loyaux menés par un adversaire supérieur. S’il l’a emporté, c’est par les armes de la traîtrise, intrinsèque à l’état de barbarie. Les « exactions », dues à la défaite et à l’occupation, à l’Est, arrivent souvent déformées, enflées, mais terribles, dans le Nord et le Pas-de-Calais : déjà les habitants sont avertis de ce qui les attend : « Les faits les plus odieux et les plus lamentables se sont passés dans la ville de Reims et il est du devoir de tout honnête homme de les signaler à l'exécration publique afin que la honte en retombe de tout son poids sur ceux qui les ont tolérés ou inspirés »14.

  • 15 A. de CARDEVACQUE, op. cit., p. 123.
  • 16 Abbé VASSART, Les Prussiens dans le Cambrésis, 1870-71, Cambrai, 1878, 175 p., p. 2

13L’avant-garde ennemie est presque toujours composée de uhlans, cavaliers qui effrayent particulièrement à cause de leurs longues lances : « Ces bandes percent avec une audace inouïe et à des distances fabuleuses »15. Comme il faut bien tenter de justifier la rapidité de l’avance ennemie, donc l’incapacité des Français de l’arrêter, l’espionnage reprend toute sa force : « Les éclaireurs étaient guidés par un de ceux d’entre eux qui, avant la guerre, avaient habité le pays où, sous le couvert d’un négoce ou d’une industrie, ces espions avaient pu recueillir nombre de renseignements utiles... L’un de ces soldats parcourait quelques semaines auparavant ces mêmes villages, comme marchand de bois résidant à Cambrai... Un autre uhlan appelant une femme d’Avesnes-les-Aubert par son nom, lui rappelait qu’il était le colporteur à qui elle devait une certaine somme pour du drap qu'il lui avait vendu... »16.

14Ainsi, dès avant l'invasion, les Allemands sont précédés d’une image négative qui les définit globalement et qui ne permet pas de les différencier, de les identifier. Depuis Sadowa, les populations du Nord se sentaient menacées par une entité, l’Allemagne. On ne sait pas s’il s'agit de Bavarois, de Hessois ou de Prussiens ; on est sûr qu’il s'agit de barbares.

2. Les Allemands dans le Nord-Pas-de-Calais

15Après Sedan, la panique s'empare de certains habitants de l’est de la région, en particulier des paysans. Ils sont aussi massivement bonapartistes et s’inquiètent du changement de régime, mais ce n’est que la toile de fond de ce qui nous intéresse ici. En 1870, certaines populations du Nord fuient devant l'avance - réelle ou supposée - de l'ennemi. Cet exode limité géographiquement et socialement - surtout les paysans de l'Avesnois -, est cependant significatif. On le retrouvera dans les différentes phases de la guerre, en octobre, en décembre, en janvier 1871. Le modèle panique qui s’instaure alors, avec l’idée qu'il vaut mieux tout quitter que supporter l’invasion ennemie, quitte à n’emporter que le minimum entassé sur des charrettes, se reproduira à plus grande échelle en 1914 et en 1940.

16Aux mois de novembre et décembre, les Allemands tant annoncés et tant craints occupent l’est et le sud de la région, au fur et à mesure des échecs de l’armée du Nord. Les archétypes de haine se cristallisent alors, dans la réalité d’une occupation extrêmement dure. La guerre continue, c'est l’hiver, les Allemands se logent et se ravitaillent chez ceux qu’ils occupent ; et la terreur est mutuelle, puisque les francs-tireurs français mènent une guerre que les Allemands ne reconnaissent pas comme telle.

  • 17 ADN, 8R664. Récit en vue d'une indemnisation pour dommages de guerre, Canton du Cateau, 1871.
  • 18 Commune de Cagnicourt, Pas-de-Calais. A. de CARDEVACQUE, op. cit., p. 186.

17Le premier archétype découle des réquisitions. « Le 21 janvier 1871, 6 000 hommes envahissaient Le Cateau... imposant au pays, aux demeures et aux habitants consternés le fléau de leur présence odieuse, de leurs réquisitions incessantes et de leur avidité rapace »17. Pour les vaincus, si les vainqueurs se servent aussi largement sur le pays envahi, ce n’est pas pour les besoins normaux des hommes et chevaux : leur appétit est insatiable, leur soif inextinguible. Les témoignages les transforment en véritables « ogres » : « Un brave paysan qui ne pouvait se résoudre à livrer son unique jambon, qu’il réservait pour sa ducasse, n'a pu attendrir ces ogres »18.

  • 19 Il faudra attendre 1914 pour voir apparaître les mains coupées des enfants. Voir les différents tr (...)
  • 20 Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais, jeudi 29 décembre 1870.
  • 21 ADN, 8R648. Lettre du sous-préfet de Cambrai au Préfet du Nord, 27 janvier 1871.

18Après avoir marché très vite (les ogres ne sont-ils pas chaussés de bottes de sept lieues ?), les Allemands investissent caves et cuisines, avec une préférence marquée pour le vin de Champagne. Des ogres qui n’hésitent d’ailleurs pas à dévorer les enfants, de façon symbolique : plusieurs témoins insistent sur le fait que les jouets d’enfants les intéressent particulièrement19. Ils s’emparent aussi en priorité des chaussures, des vêtements, y compris ceux des blessés20. « Ces misérables soldats prussiens ont forcé les gens à se déchausser dans la rue, à retirer leurs pantalons pour les leur livrer... On me cite des maisons pillées où il ne reste absolument plus rien. Partout des otages ont été pris »21. Les Français humiliés et battus militairement peuvent se raccrocher à leur supériorité de civilisation : l’ennemi apprécie ce qu'il trouve car il n’a pas l’équivalent dans son pays arriéré.

  • 22 « Le Cateau-Cambrésis pendant la guerre de 1870-71 », dans Revue du Nord. 1931, t. XVII, p. 5-12.

19Les soldats allemands sont décrits comme proches de la sauvagerie, de l'animalité, certains auraient même utilisé une auge à chevaux pour verser leur soupe. Comme l'invasion se déroule pendant l’hiver, les envahisseurs ont froid et se font livrer de grandes quantités de bois pour se chauffer. Les récits les diabolisent, dans un enfer enflammé et surchauffé, pendant que leurs victimes meurent de froid et de peur. En revanche, je n’ai pas trouvé d’horloges et de pendules dans les sources contemporaines des pillages. Est-ce typiquement un fantasme d'après-guerre ? Pendant le conflit on note seulement l'exactitude des Allemands, quand il s'agit de se faire payer les contributions, montre en mains22.

20Les réquisitions en nature qui frappent directement les familles dont les maisons sont investies se doublent des contributions de guerre réclamées collectivement aux communes. Les maires se trouvent alors particulièrement exposés : en cas de non-paiement ou de retard, ils sont pris en otages. Cette fragilité des notables face à l’occupant se retrouvera aussi en 1914.

  • 23 A. de CARDEVACQUE, op. cit., p. 123.

21Le deuxième archétype provient des combats proprement dits : les Allemands sont aussi de dangereux adversaires dans la guerre qui continue. Mais il n’est pas facile de reconnaître l’efficacité militaire de l'ennemi. Les ogres sont alors décrits en cruels incendiaires et preneurs d’otages, les êtres les plus fragiles et les plus démunis étant toujours particulièrement exposés à leur cruauté « naturelle » : « Leur première arrivée dans les villages, est toujours (sic) pour dire que si on y tire un seul coup de fusil sur eux les maisons seront brûlées ; puis ensuite, couverts par cette menace, ils vont partout comme en pays soumis ; ils rançonnent, commandent les perquisitions, les dîners, arrêtent les voyageurs, font dételer et emmènent les chevaux qui leur conviennent... Ces bandes et même les troupes se conduisaient en vrais sauvages dans beaucoup d'endroits ; ils ont incendié des fermes, tué des enfants ou des vieillards, sous prétexte qu’on avait reçu des francs-tireurs français »23.

  • 24 Thomas ROHKRAEMER, Der Militarismus des « kleinem Leute ». Die Kriegervereine im Deutschen Kaiserr (...)
  • 25 ADN, 8R648, 26 janvier 1871, maire de Beaurain à Monsieur le sous-préfet de Cambrai.

22Les francs-tireurs sont l’exemple même de l'impossibilité pour les deux ennemis en présence d’échapper à la haine. Les Allemands sont terrorisés par les francs-tireurs dont les agissements peuvent justifier leur dureté24. Les Français, au contraire, les perçoivent comme héros positifs d’un patriotisme unanime, même si certains, effrayés par les conséquences d’une résistance si dangereuse, n'hésitent pas à prôner un minimum de coopération avec l'ennemi, voire de collaboration. Le maire de Beaurain s'en plaint amèrement : « Nous subissons la honte et les horreurs de l'invasion... L'ennemi ne parte que la menace à la bouche et le pistolet à la main... Toutes les communes s’exécuteront probablement car il est trop tard pour faire de la résistance. On trouvera quand même des centaines de milliers de francs, des chevaux et des troupeaux de bestiaux pour obéir à l'ennemi, quand il y a quelques jours on ne pouvait plus rien trouver dans nos campagnes pour aider la Défense nationale »25.

  • 26 Op. cit., p. 84-85.

23 Les souvenirs d'un mobilisé lillois se révèlent particulièrement intéressants car Albert Devienne est un pacifiste et un républicain militant. Ses carnets marquent de la haine contre les envahisseurs, en tant que soldats de la Prusse militarisée. Le mobilisé lillois regrette la guerre et la mort inutile : « Pauvre humanité... si tous les hommes étendus là... au lieu de s'entre-tuer stupidement et sans cause, s’étaient unis contre les tyrans, grands et petits, qui exploitent leur sueur et leur sang, la guerre, disparaissant de nos mœurs, aurait fait place au progrès dont la marche est pour longtemps arrêtée »26. Si, individuellement, il peut respecter les hommes qui sont ses ennemis, en tant que Prussiens, il les hait pour ce qu'ils représentent collectivement. La guerre de l’Empereur n'était pas la sienne, mais il fait celle de la République, peu étonné que les soldats d’un despote se comportent aussi mal en pays conquis.

  • 27 Ibid., Poème cité, p. 41.

« ...Nous sommes attristés d'avoir à vous combattre ;
Nous qui voudrions voir tous les peuplés unis ;
Nous n’avions rien senti de haineux en nous battre,
Avant que nos foyers ne fussent envahis.
Vous êtes sans pitié, nous serons implacables,
On lasse des soldats, mais non des citoyens ;
De tout le sang versé vous serez responsables,
Nous vous résisterons, qu'importe les moyens.
Nous puiserons l'ardeur dans le patriotisme,
L'honneur nous apprendra le mépris des dangers :
Nous êtes à cette heure, agents du despotisme,
Nous, défenseurs du droit... Les rôles sont changés.
Marchez, luttez, tombez pour le rêve d’un homme,
Allemands, votre sang par lui n'est pas compté ;
En routant sur le sol, criez : vive Guillaume !
En tombant nous crions : Vive la liberté »27.

  • 28 Camille LEVI, La défense nationale dans le Nord en 1870-71, Paris, 1921, t. 2, p. 40.
  • 29 Maurice JACOB, « Cosaques, Prussiens, Boches : les mots et les mentalités » dans Le texte et l’idé (...)

24L’argumentaire de la guerre de civilisation, dont on usera et abusera tant entre 1914 et 1918, trouve ici une forme déjà très élaborée. La France messianique issue de la Révolution française fait encore et encore la guerre du droit. Quant au messianisme de la France catholique, des populations aussi ferventes que celles du Nord ne pouvaient que s’y raccrocher, en liant patriotisme et foi religieuse. Dans leur appréhension de l’ennemi, les aspects religieux sont souvent mis au premier plan et l'on peut tracer la dimension religieuse de la naissance de la haine. Devant les actes de cruauté dont on est témoin - ou que plus souvent on entend rapporter - on en vient à douter de l'origine des ennemis : « la population a des idées extraordinaires au sujet des ulhans ; d'après elle ce ne doit pas être des Prussiens : ils doivent venir des steppes de l'Asie où ils vivent de rapines, et ont dû être enrôlés par les Prussiens avec la permission de la Russie qui est enchantée d'en être débarrassée. Un paysan de Glisy demandait s’ils étaient chrétiens »28. La diabolisation de l’ennemi passe par le souvenir des Cosaques de 1815. Tous les envahisseurs sont assimilés à un même danger venu de l’Est, à des hordes barbares informes nationalement et particulièrement redoutables pour cela29.

  • 30 Chanoine CERF, L'invasion allemande en Champagne, Desclée, 1899, 237 p., introduction.

25Les superstitions, les prophéties fleurissent comme en toute période d’inquiétude. Mais surtout, les plus cultivés insistent sur le luthéranisme des Allemands, et sur la protection de la Vierge qui fait toute la différence entre les vrais chrétiens, les catholiques, et les autres. « Suivez la marche des envahisseurs... Par où commencent-ils leurs déprédations et leurs crimes ? Par l'église, par la maison du curé. Les sectaires protestants attaquent tout d’abord les serviteurs de Dieu, c’est dans l'ordre des choses »30.

  • 31 17 janvier 1871. Voir Annette BECKER, La guerre et la foi, de la mort à la mémoire, 1914-1930, Par (...)
  • 32 Ex-voto, cathédrale de Saint-Omer.

26Seule la Vierge, pense-t-on, sera capable de résister à l’ennemi. La guerre se déroule dans le contexte des nombreuses apparitions de la Vierge en France au XIXe siècle. Et si la région du Nord n'a rien connu de comparable aux apparitions de Pontmain,31 le clergé a cependant pris en main une série importante de manifestations, dont le Triduum de supplication et d’hommage organisé à Cambrai en l’honneur de Notre-Dame de Grâce en novembre 1870. Des exvoto encore visibles aujourd'hui ont été également apposés par des fidèles sur les murs de Notre-Dame des Dunes à Dunkerque ou à Saint-Omer : « Action de grâces sans fin à NOTRE-DAME DES MIRACLES ! Par sa ville de Saint-Omer préservée de la cruelle invasion des incendiaires et pillards de 1871 »32.

  • 33 Raoul GIRARDET, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, 211 p.
  • 34 Légende tenace qui survivra dans la Grande Guerre. Voir Claude DEULIN, op. cit., p. 98.
  • 35 ADN, 8R648. Maire de Saint-Quentin au préfet du Nord, 11 mars 1871.

27La logique née de la certitude du complot démoniaque33 mène certains à décrire les Allemands en amis des Juifs : des accords entre les Prussiens et la famille Rothshild, bonne « prêteuse » de Guillaume, expliqueraient que certaines zones où elle aurait des intérêts (le Nord en particulier), seraient probablement épargnées34. On trouve aussi la conviction, loin d’être propre au Nord, que des marchands juifs, parfois tsiganes, suivent les troupes allemandes et négocient les objets réquisitionnés. « Si l'on ne paie pas, le pillage ; on prend de la marchandise, l'estimation est faite par des juifs qui suivent et qui l'emmènent, c’est à devenir fou... Les Prussiens veulent tout ruiner avant de partir »35. Cette justification de la haine antiallemande par le double complot, celui des démons allemands renforcés des éternels comploteurs juifs devenus leurs alliés - tous ne sont-ils pas originaires d'un même Est dont nous avons vu la perception vague et incohérente ? - est particulièrement intéressante à relever : l'invasion de 1870-1871 nous permet de mettre à jour des terreurs et des fantasmes qui, la guerre terminée, pourront être exploités non plus contre l'ennemi extérieur mais contre ses séides restés à l’intérieur. De la France face à l'Autre naîtrait ainsi la France face à elle-même, vers les drames des deux France des deux dernières décennies du XIXe siècle.

28« Nous, Alsaciens et Lorrains habitant le Nord, nous associons à nos frères du Havre pour protester énergiquement contre la cession territoriale que la Prusse entend nous imposer... Notre patriotisme se révolte à l'idée que nous pourrions par la violence être condamnés à appartenir à un pays exécré.

  • 36 ADN, 8R126, 15 février 1871, A Messieurs les représentants à l'Assemblée nationale.

29 Avec nos compatriotes nous répétons : nés Français nous voulons vivre et mourir Français. Malheur à la nation orgueilleuse qui par la plus odieuse, la plus inique violation du droit des gens, voudrait nous arracher à notre patrie. De génération en génération s'accroîtrait notre haine pour l'oppresseur jusqu’à ce que sonne l'heure de la vengeance où nous puissions briser ce joug détesté pour retourner à notre France bien-aimée »36.

  • 37 Voir Annette BECKER, « Monuments aux morts après la guerre de Sécession et la guerre 1870-1871 : u (...)
  • 38 ADN, 8 R 647, doc. cité, témoignage émanant de Reims destiné aux Lillois.

30Dès avant la signature du traité de Francfort, la haine et la détermination de la revanche sont ici bien clairement exprimées. Nous les avons vu naître et se développer, dans la région du Nord, dans l’appréhension puis la réalité de l’invasion et de la défaite. Comme l’essentiel des Français, les habitants du Nord avaient fait ou cru faire la guerre du droit, pour le droit des gens. C'est sur un terreau très fertile que les contemporains de la Troisième République, par les commémorations des morts de la guerre37, par l’école républicaine et/ou les arguments nationalistes, poursuivront la lutte perdue en 1871. La réalité insupportable de la brutalité de l'invasion, mêlée à des fantasmes divers, a créé un étranger-ennemi qui doit être durablement « au nom de l'humanité et de la civilisation, mis au ban des nations civilisées »38.

Notes

1 Voir Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, 1870, La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, 420 p.

2 Ernest LAVISSE, L'Invasion dans le département de l'Aisne, Laon, 1872, 96 p., p. 10

3 Archives départementales du Nord, 8R81.

4 Op. cit., p. 11.

5 M. MANS, Poème déclamé à Achicourt par des soldats lillois, le 25 décembre 1870. Cité par Albert DEVIENNE, Les souvenirs d'un mobilisé lillois. Lille, 1872, 191 p.

6 ADN, 8R115.

7 Alain CORBIN, Le Village des cannibales. Paris, Aubier, 1990, 204 p. Le « Prussien » est un Français hostile au régime bonapartiste.

8 Marc BLOCH, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », dans Revue de Synthèse historique, t. XXXIII, p. 13-35.

9 ADN 8R114, Maire de Tourcoing, 18 juillet 1870.

10 Tous ces exemples proviennent de la maîtrise de Claude DEULIN, La région du Nord devant la guerre de 1870-1871 et la Commune, Lille III, 1972, sous la direction d'Yves-Marie Hilaire, 168 p. Cette propension à jeter à l’eau les indésirables espions de la région Nord aurait pu intéresser Bachelard. Nous aurons aussi l'occasion de retrouver plus loin les Prussiens incendiaires. Gaston BACHELARD, La psychanalyse du feu, 1938 ; L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, 1942.

11 Cité par Adolphe de CARDEVACQUE, Histoire de l'invasion allemande dans le Pas-de-Calais. Arras, 1872, 297 p., p. 76-77.

12 Manifestation à Douai le 20 septembre 1870, compte-rendu par Le Progrès du Nord, 29 septembre-

13 Bernard MÉNAGER, La vie politique dans le département du Nord de 1851 à 1877, thèse pour le doctorat d’État, 4 volumes dactylographiés, t. 3, p. 910.

14 ADN, 8R647, s.d. Lettre d’un certain Capitaine de Breda, qui parvient au préfet de Lille via la légation de France en Belgique avec cette entête : « copie d’un récit que je crois très authentique des véritables atrocités que commettent les Prussiens... Publier de façon à montrer aux raves Lillois ce qui les attend s'ils ne défendent pas leur ville ».

15 A. de CARDEVACQUE, op. cit., p. 123.

16 Abbé VASSART, Les Prussiens dans le Cambrésis, 1870-71, Cambrai, 1878, 175 p., p. 2

17 ADN, 8R664. Récit en vue d'une indemnisation pour dommages de guerre, Canton du Cateau, 1871.

18 Commune de Cagnicourt, Pas-de-Calais. A. de CARDEVACQUE, op. cit., p. 186.

19 Il faudra attendre 1914 pour voir apparaître les mains coupées des enfants. Voir les différents travaux de John Horne et sa communication dans ce colloque.

20 Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais, jeudi 29 décembre 1870.

21 ADN, 8R648. Lettre du sous-préfet de Cambrai au Préfet du Nord, 27 janvier 1871.

22 « Le Cateau-Cambrésis pendant la guerre de 1870-71 », dans Revue du Nord. 1931, t. XVII, p. 5-12.

23 A. de CARDEVACQUE, op. cit., p. 123.

24 Thomas ROHKRAEMER, Der Militarismus des « kleinem Leute ». Die Kriegervereine im Deutschen Kaiserreich 1871-1914, Muenchen, 1990.

25 ADN, 8R648, 26 janvier 1871, maire de Beaurain à Monsieur le sous-préfet de Cambrai.

26 Op. cit., p. 84-85.

27 Ibid., Poème cité, p. 41.

28 Camille LEVI, La défense nationale dans le Nord en 1870-71, Paris, 1921, t. 2, p. 40.

29 Maurice JACOB, « Cosaques, Prussiens, Boches : les mots et les mentalités » dans Le texte et l’idée, Centre de recherches germaniques de Nancy II, 1989, 4, p. 129-146.

30 Chanoine CERF, L'invasion allemande en Champagne, Desclée, 1899, 237 p., introduction.

31 17 janvier 1871. Voir Annette BECKER, La guerre et la foi, de la mort à la mémoire, 1914-1930, Paris, Armand Colin, 1994, « Imiter Marie » p. 59-69.

32 Ex-voto, cathédrale de Saint-Omer.

33 Raoul GIRARDET, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, 211 p.

34 Légende tenace qui survivra dans la Grande Guerre. Voir Claude DEULIN, op. cit., p. 98.

35 ADN, 8R648. Maire de Saint-Quentin au préfet du Nord, 11 mars 1871.

36 ADN, 8R126, 15 février 1871, A Messieurs les représentants à l'Assemblée nationale.

37 Voir Annette BECKER, « Monuments aux morts après la guerre de Sécession et la guerre 1870-1871 : un legs de la guerre nationale ? », dans Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, no 167, 1992, p. 23-40.

38 ADN, 8 R 647, doc. cité, témoignage émanant de Reims destiné aux Lillois.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III
Centre de recherche de l'Historial de la Grande Guerre.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter