Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

L'étranger dans le Nord au temps des guerres

L’étranger au temps de l’occupation de 1815 à 1818

Bernard Ménager

Texte intégral

1L'expérience de l'occupation étrangère dans le Nord entre 1815 et 1818 est originale à plus d'un titre. Elle s'opère en temps de paix après ratification du traité du 20 novembre 1815 et les premiers mois d'occupation qui suivent Waterloo. Les relations entre populations et alliés s'inscrivent donc dans le cadre d'une vie quotidienne faite de maints détails posant des problèmes de coexistence plus ou moins pacifique, régie par des accords contractuels. C'est le seul moment où l’on observe dans la région une telle situation car elle a échappé à une occupation de ce type après la guerre de 1870. Par ailleurs le gouvernement français est rentré « dans les fourgons de l'étranger » et a été rétabli grâce à la victoire des armées d'occupation. Les coalisés avaient proclamé qu'ils ne faisaient pas la guerre à la France mais qu'ils venaient la délivrer du joug de Bonaparte. Il y a de ce fait connivence entre l'administration royale et les forces alliées quand bien même se heurte-t-elle aux exigences et aux appétits des vainqueurs. Cette collaboration idéologique influe sur la perception de l'étranger qui peut apparaître comme un ami ou au contraire comme un adversaire imposant à la France le régime de son choix selon que les populations partagent ou non les sentiments de leurs gouvernants. Enfin, autre différence avec les guerres ultérieures, l'envahisseur n'est pas un ennemi particulier mais une coalition hétérogène qui se partage le territoire occupé. Les expériences subies sont donc diverses d'un terroir à l'autre ainsi que le regard sur l'occupant.

2Le département du Nord constitue un important champ d'observation. Il concentre à lui seul le tiers des effectifs des armées d'occupation en France soit 50 000 hommes, la moitié des places fortes occupées ; le quartier général des alliés est placé à Cambrai sous le commandement de Wellington. Il a connu deux fois l'invasion à la fin de l'Empire. En 1814 l'armée saxonne, appuyée par des éléments cosaques et par une chouannerie locale se rendit maître du plat pays flamand tandis que les armées russes et prussiennes traversaient rapidement l'Avesnois pour marcher sur Paris. En 1815 l'Avesnois fut livré aux Prussiens de Blücher, le Cambrésis aux Anglais, les Hollandais envahirent le Hainaut. Dans un cas comme dans l'autre les places fortes résistèrent. La répartition des zones d'occupation diffère quelque peu. Les Russes ont pris le relais des Prussiens dans l'Avesnois après la signature du traité de paix et ils occupent aussi le Cambrésis oriental. L'infanterie anglaise s'est vue attribuer le reste du Cambrésis, une partie du Hainaut avec Valenciennes tandis que la cavalerie est présente en Flandre. Les Danois sont dans le Douaisis, les Saxons dans la plaine de Lille et les Hanovriens dans l'autre partie du Hainaut. Les Autrichiens ne stationnèrent pas dans le département.

3Ce dernier s'était détaché de l'Empire en raison des guerres continuelles préjudiciables aux intérêts du commerce dans une région déjà industrialisée et le retour de Louis XVIII en 1814 s'était accompagné d'un mouvement royaliste assez prononcé. Il convient de s'interroger dans ces conditions sur la perception de l'étranger. La collaboration idéologique a-t-elle pris le pas sur un patriotisme blessé ?

4Nous analyserons l'évolution des rapports entre occupants et occupés pour tenter de percevoir, au-delà des réactions conjoncturelles, la vision que les habitants du Nord ont conservée des diverses nationalités.

  • 1 AD, M 135 - 12, Lettre du 18 mai 1816.
  • 2 Feuille de Douai, 22 août 1816.
  • 3 AD, M 135 - 12.

5Les rapports administratifs soulignent dans l'ensemble le bon état des rapports entre les troupes alliées et les habitants du Nord. Le Ministre de la Police exprime sa satisfaction quant à « l'harmonie régnant entre les alliés et les habitants du Nord »1. Un journal hollandais se fit l'écho de ce climat serein2 que le préfet du Nord confirme encore dans un rapport daté du premier février 18173.

  • 4 AD, M 135 - 37.
  • 5 Idem
  • 6 Max BRUCHET, « Invasion et occupation du Nord par les alliés 1814-1818 », Revue du Nord, 1920, t.  (...)
  • 7 Feuille de Douai, 29 août 1816.
  • 8 Journal du département du Nord, 22 août 1817.

6Cette entente se manifeste lors de diverses célébrations et de commémorations officielles traduisant une connivence idéologique. Les chefs de corps participent aux festivités données en juin et juillet 1816 en l'honneur du mariage du duc de Berry. Des toasts réciproques sont échangés en l'honneur des souverains à Douai, Avesnes, Landrecies et Maubeuge avec la participation dans cette dernière ville du général Woronsoff, commandant en chef de l'armée russe d'occupation. Dans cette dernière ville, à l’occasion du bal offert par la municipalité, Russes et Français auraient fraternisé « comme dans une fête de famille »4. Les alliés assistent également partout à la fête officielle de la Saint-Louis. L'abstention anglaise à Hazebrouck est mise sur le compte d'un départ immédiat des troupes pour de grandes manœuvres5. De même, les Hanovriens à Condé-sur-Escaut, les Danois à Marchiennes assistent aux cérémonies commémoratives de la mort de Louis XVI6. Inversement les notables locaux participent aux fêtes organisées par les occupants comme celle donnée en l'honneur du prince régent de Grande Bretagne à Helesmes dans le Valenciennois7. Les déplacements officiels, bien que se prêtant moins à une participation populaire, sont l'occasion de vérifier la cordialité des rapports. Wellington est reçu chaleureusement à Lille en mai 1816, puis à Douai tout comme le Grand Duc Nicolas en mai 1817. Certaines manifestations mondaines sont aussi propices aux contacts amicaux. Officiers anglais et hussards français participent à une course de chevaux à Saint-Omer en août 18178.

  • 9 J. MOSSAY, « L'occupation russe de 1815 à 1818 dans l'arrondissement d'Avesnes. Quelques renseigne (...)

7La discipline imposée à la troupe est un facteur de ce climat d’entente car elle freinait les abus inévitables nés de l'occupation. Celle de l'armée russe était réputée. Crimes et délits à l'encontre de Français étaient sévèrement châtiés. Conformément au code militaire russe, un soldat reconnu coupable de viol reçut six coups de fouet de chacun des cinq cent soldats du Corps ; un autre, pour une agression analogue aggravée de vol, fut condamné à recevoir douze coups par mille hommes9.

  • 10 Feuille de Douai, 7 septembre 1816.
  • 11 Journal du département du Nord, 15 août 1817.

8Le commandement russe tenait à faire savoir qu'il sanctionnait toutes les fautes. Le maire de la commune de Hon-Hergies ayant été maltraité par un soldat, le commandement répondit après la plainte du procureur du roi que le coupable serait sévèrement puni et son capitaine réprimandé10 La discipline anglaise, plus humaine, était néanmoins rigoureuse. Le Journal du département du Nord relate un fait divers significatif à Valenciennes. La foule demanda la grâce de cinq soldats condamnés à la pendaison lors de leur marche au supplice et s’en prit au bourreau français qui avait été rétribué par les autorités anglaises11.

  • 12 Feuille de Douai, 7 novembre 1816.

9La justice française réprimait de son côté les agressions commises contre les troupes d'occupation. Le 5 septembre 1816, la Cour d'Assises de Douai condamna deux préposés aux douanes de la commune de Larouilles à cinq ans de prison ferme et à une heure de carcan sur la place de Maubeuge pour coups et blessures sur un militaire russe ayant entraîné une incapacité de vingt jours12.

  • 13 AD, 8 R 12.
  • 14 Cf. infra.
  • 15 AD, 8 R 12.
  • 16 J. MOSSAY, op cit., p. 60.

10Les autorités françaises et alliées préféraient prévenir plutôt que réprimer et une solution à l'amiable des incidents mineurs était jugée plus souhaitable que des suites judiciaires. L'administration française ne prenait pas fait et cause automatiquement pour les habitants du Nord lors de ces incidents. A l'occasion d'un heurt survenu à Valenciennes en juillet 1817 entre un portefaix et des soldats anglais qui avait provoqué une émotion dans la ville, le sous-préfet désavoua le maire qui avait fait un rapport très hostile à l'égard de ces derniers13. Il est vrai que dans cette place, les rixes étaient fréquentes et l'administration souhaitait dédramatiser les événements14. Il en est de même à Bouchain. Un différent avait opposé un éclusier aux troupes alliées qui s'opposaient à ses manœuvres. L'officier fut sanctionné en la circonstance mais il fut admis que l'éclusier avait tenu « des propos déplacés »15. En cas d'accusations téméraires les fonctionnaires étaient blâmés par leurs supérieurs tel le maire de Rainsars dans l'Avesnois qui s'était fait l'écho de dénonciations jugées légères contre des Russes soupçonnés de vols16.

  • 17 AD, 8 R 12, circulaire du 2 juin 1817.
  • 18 Feuille de Douai. 16 mars 1816.

11Afin de prévenir les incidents, l'administration française multiplie les précautions. Le marquis de Jumilhac, commandant la seizième division militaire, incite les militaires autorisés à se rendre momentanément dans leurs foyers dans les villes occupées, à avoir une conduite circonspecte17. Il invite les commandants des places non remises aux alliés à une concertation pour permettre aux officiers étrangers de s'y rendre afin d'opérer les achats dont ils ont besoin18. Pour éviter de laisser l'habitant aux prises avec les troupes d'occupation et leurs exigences, l'administration met en place la solution du casernement. Au lieu d'être logés chez des particuliers, les militaires sont regroupés dans des maisons spécialement aménagées. Mais cette solution acceptée par les Russes et les Danois le fut plus difficilement ailleurs.

  • 19 Cf. infra.
  • 20 Herbert GERY, « Le Cambrésis sous l'occupation russe, 1815-1819 », Jadis en Cambrésis, no 10, p. 1 (...)
  • 21 AD, 8 R 10, lettre du premier avril 1818.

12Le climat d'entente entre occupants et occupés a pu être aussi favorisé par les profits retirés de la situation. Certes, les charges étaient lourdes19. Mais le commerce local bénéficiait de la présence des armées d'occupation et le fait est demeuré dans la mémoire collective. Dans une brochure anonyme parue en 1818, on peut lire : « 18 novembre 1818, belle date, les Anglais sont partis. Du point de vue du commerce, ils ont dépensé des sommes prodigieuses et apporté de l'aisance au commerce »20. Le Ministre de l'Intérieur en faisant état d'une dégradation ultérieure des rapports entre les habitants du Nord et les alliés, s'étonnait de cette évolution « alors que les dépenses faites par les alliés dans le pays et les liens noués devaient rendre l'occupation moins pesante »21. Ce constat incite à penser que ce facteur n'a pas été suffisant pour déterminer de bons rapports durables. Mais il a joué un rôle positif au début surtout chez les commerçants. L'intérêt rejoint la collaboration idéologique.

13En rester là serait présenter une vision quelque peu idyllique des rapports entre les forces d'occupation et la population. Elle doit être nuancée tant sur le plan géographique que chronologique.

  • 22 AD, M 135 11, rapport de la gendarmerie pour l'arrondissement d'Avesnes.
  • 23 AD, M 135 12, rapport du sous-préfet de Cambrai, novembre 1816.
  • 24 Cf. supra.
  • 25 Ils sont dirigés contre les administrations municipales dans plusieurs cantons de l'Avesnois et mo (...)
  • 26 AD, M 135 12.
  • 27 Le colonel du régiment Alexiopolsky donna mille francs aux malheureux et provoqua une souscription (...)
  • 28 AD, M 135 12, rapport du 6 décembre 1817.

14Les relations varient tout d'abord en fonction de la nationalité des occupants. L'armée russe bénéficie d'un préjugé favorable. On signale pendant l'été 1816 que « les militaires agissent avec l’habitant avec les procédés les plus honnêtes »22. Les officiers n'hésitent pas à se lier avec l'habitant23, sont présents lors des fêtes24. La troupe prête son concours à l'extinction d'incendies d'origine criminelle25, aux patrouilles de nuit instaurées pendant l'hiver 1816-1817 pour réprimer le vagabondage consécutif à la crise des subsistances, fait preuve à l'occasion d'actes de générosité26 et de bravoure comme le sauvetage d'un enfant de la noyade dans un étang de l'Avesnois27. Cette cordialité de rapports se traduisit par plusieurs mariages contractés pendant et après l'occupation28. Elle s'explique par le contraste ressenti avec la dureté de l'occupation prussienne, par la politique délibérée des autorités russes soucieuses de maintenir une coexistence pacifique et de conforter le gouvernement de Louis XVIII, par les moindres exigences des soldats en matière de confort.

  • 29 Lors de la fête donnée en l'honneur du duc de Berry, AD, M 135 67, rapport du sous-préfet (Juillet (...)
  • 30 Il y eut aussi 25 mariages contractés, DUVIVIER, « La chute de l'Empire dans la région de Bouchain (...)

15Les troupes danoises ne semblent pas avoir laissé de mauvais souvenirs en dépit d'incidents mineurs. Elles n'avaient d'ailleurs pas combattu la France. On retrouve les mêmes marques de coopération. Le maire de Douai félicite le prince de Hesse, commandant en chef, pour la conduite exemplaire de ses troupes29 à l'occasion des fêtes en l'honneur du duc de Berry. Lors des revues des troupes alliées, les contingents danois étaient acclamés à la différence des autres et leur départ en 1818 fut marqué par diverses manifestations de sympathie30.

  • 31 AD, M 135 11, rapports datés de mars et novembre 1816.
  • 32 AD, M 135 11, rapport du maire (novembre 1816). Il y eut quelques incidents après un jour de l’an (...)

16Moins cordiales, mais cependant correctes furent les relations avec les contingents allemands, hanovriens ou saxons qui n'imitèrent pas le comportement prussien. Les maires de Templeuve et de La Bassée font état d'une bonne harmonie entre leurs concitoyens et les troupes hanovriennes dans le premier cas, saxonnes dans le second31. Les incidents relevés ne sortent pas de la routine. On se plaint à Seclin de « désirs immodérés en matière de subsistances »32. Les soldats allemands étaient réputés pour leurs beuveries qui pouvaient engendrer des incidents. Elles laissèrent leur empreinte sur le folklore local en donnant naissance au « vivat flamand ».

  • 33 AD, M 135 11, rapport de gendarmerie, (août 1816).
  • 34 Notamment à Hazebrouck et en Armentières (AD, M 135 11).
  • 35 AD, M 135 12, rapport du sous-préfet (décembre 1816).
  • 36 Idem, (janvier 1817).
  • 37 Les autorités françaises intervinrent à plusieurs reprises auprès du Quartier Général de Cassel po (...)
  • 38 AD, M 135 11. Rapport du sous-préfet de Cambrai (novembre 1816). Cité dans BRUCHET, op. cit., p. 4 (...)
  • 39 DUVIVIER, « L’occupation étrangère dans la région du Nord de 1816 à 1818. Journal du lieutenant Mu (...)
  • 40 Wellington donna l'ordre de les refouler (AD, 8 R 10. Lettre du Ministre de la Police).
  • 41 AD, 8 R 10. Lettre du 8 janvier 1818.
  • 42 Journal du département du Nord, 20-22 novembre 1818.
  • 43 23 septembre : agression d'un officier anglais par quatre bourgeois ; 24 septembre : un général es (...)
  • 44 AD, M 135 12. Rapport du Préfet du Nord (Janvier 1817).
  • 45 Cf. supra.
  • 46 AD, M 135 12. Rapport du sous-préfet d'Hazebrouck, (janvier 1817).
  • 47 AD, 8 R 12. Rapport du sous-préfet, (novembre 1817).
  • 48 A D, M 135 11. Rapport du sous-préfet, (13 novembre 1816).

17Les rapports avec les Anglais ont été nettement plus conflictuels. On signale que dans le Cambrésis les troupes « se conduisent horriblement. Le moindre particulier a raison de se plaindre. Dans les campagnes surtout, Messieurs les Anglais font ce qu'ils désirent et exigent ce qui leur fait plaisir »33. Ces derniers sont en effet très exigeants en matière de confort. C'est pourquoi ils refusent la solution du casernement34. Ils sont ainsi difficiles en matière de nourriture. À Dunkerque, des officiers jettent au feu devant la maison du maire les rations de viande allouées en guise de protestation35. A Hazebrouck, ils exigent choux, navets et carottes pour compléter leur potage ; ils s'emparent aussi de fourrages pour compléter les rations prévues pour leurs chevaux36. Leur cavalerie utilisée pour la chasse à courre endommage les récoltes en Flandre37. On se plaint aussi de la raideur des officiers qui, à la différence des Russes, refusent de se lier avec l'habitant Le sous-préfet de Cambrai exprimait ainsi ses regrets : « Messieurs les officiers anglais, entourés de toute leur famille et y trouvant des ressources suffisantes, s'y bornent d'autant volontiers que par caractère et par opinion, ils sont très peu portés à fréquenter les Français »38. L'isolationnisme britannique est incontestable. On trouve dans le journal d'un lieutenant danois des remarques sur l'armée anglaise qui se fait accompagner « d'énormes bagages, d'une quantité de femmes et d'enfants, d'une foule de chiens, de hiboux pies, singes... »39. Ce regroupement familial n'est pas sans poser des problèmes administratifs. À peine débarquées à Calais, les épouses d'officiers anglais se font fournir nourriture et logement ; certaines spéculent sur les bons qui leur sont remis et se font payer un séjour en France sans rejoindre leur époux !40 Mais les célibataires sont aussi la source d'autres doléances. On leur reproche de séduire de nombreuses villageoises en leur promettant le mariage, puis de différer celui-ci sous prétexte qu'il n'était valide qu'en Angleterre en raison de la différence de religion. Une fois passée la Manche, ils abandonnaient leurs compagnes, plongées dans des situations très difficiles. Le duc de Richelieu s'entretint du problème avec Wellington pour renforcer le contrôle à la frontière et le gouvernement français invita les préfets à sensibiliser les maires afin qu'ils exercent dans leurs communes une action préventive41. Le Journal du département du Nord signale qu'au moment de l'évacuation du territoire, cinq mille Françaises auraient suivi l'armée britannique ; mais au moment de l'embarquement, on aurait renvoyé le plus grand nombre d’entre elles qui n'était pas marié42. Ces liaisons ont vraisemblablement accru l'anglophobie régionale qui se manifeste par de nombreux incidents. À Valenciennes, ils se multiplient pendant l'automne 181643. Le calme semble revenir au début de l'année 181744, mais il est précaire et de nouveaux accrochages ont lieu pendant l'été 181745. L'agressivité n'était pas toujours imputable aux nordistes. A Bailleul, les soldats anglais se livrent, lors du nouvel an 1817, à des violences dans les rues et les cabarets sans raison apparente si ce n'est l'ivresse46. A Hazebrouck, le 14 novembre 1817, les officiers du onzième régiment de dragons refusent d'acquitter les droits d'octroi sur les vins et la viande venus de l'extérieur et menacent l'employé des contributions47. A Raismes, les Anglais brisent la vaisselle des particuliers ; lors d'un incident entre un charretier et un sapeur, un badaud est tué d'un coup de sabre48. Vingt ans de guerres ininterrompues ont laissé des traces sur les comportements réciproques.

  • 49 A D, 8 R 12. Lettre du 30 septembre 1817.
  • 50 A D, Idem, lettre du 6 octobre 1817.
  • 51 Sans doute à cause des manifestations hostiles lors du dernier carnaval. L'état de la correspondan (...)
  • 52 AD, 8 R 10.Cité dans BRUCHET, op. cit., p. 51-52.
  • 53 AD, 8 R 12. Lettres du sous-préfet de Cambrai (20 juillet) et du commissaire de police de Cambrai (...)

18Aux nuances géographiques liées à la nationalité de l'occupant, il convient d'ajouter la dimension chronologique dans l'étude des rapports entre les occupants et la population. Après avoir été relativement satisfaisantes pendant l'année 1816, celles-ci se dégradent incontestablement pendant l'année 1817 et le début de 1818. Wellington reçut un accueil hostile à Lille en août 1817 et le Ministre de la police invita le préfet et le maire à agir sur la population par l'intermédiaire des notables afin d'éviter l'inopportunité d'une telle attitude pouvant conduire à « des imprudences irréparables »49. Il revint sur la question peu après en évoquant « l'aigreur dont les troupes d'occupation sont l'objet de la part des populations du Nord », situation disait-il prévue par le gouvernement. Et le Ministre donnait ses consignes au préfet : « Isoler en cas d'incidents les individus et les hommes... Surveiller, prévenir et réprimer avec sévérité les auteurs d'agression. Centraliser entre les mains du préfet les plaintes à l'égard des alliés »50. Wellington fit pression sur les autorités focales pour qu'elles interdisent les bals masqués et les déguisements dans les rues pendant le carnaval en 181851. Le premier avril de cette même année, le Ministre de l'Intérieur déplorait à son tour la dégradation de la situation, craignant qu'elle ne compromette les négociations relatives à la libération du territoire et au-delà, l'image de la France chez les alliés. Il critiquait à cette occasion la passivité des maires et demanda au préfet d'agir discrètement auprès d'eux52. En juillet 1818, Wellington fut insulté par un voiturier qui refusait de se ranger devant sa voiture. Furieux de cet affront, le Commandant en chef des forces d'occupation prit sur lui d'exiger que tous les véhicules fussent munis d'une plaque d'identification pour avoir le droit d'entrer dans Cambrai. Le commissaire de police de la ville, inquiet pour le ravitaillement de la place suspendit l'ordre car seuls les rouliers circulant sur les grandes routes étaient astreints à cette obligation et non les cultivateurs transportant des charges sur des petites distances par des chemins communaux. Le commissaire, soutenu par le préfet, signala tout le mauvais effet produit par cette mesure qui était de toute façon de la compétence du gouvernement53.

  • 54 BRUCHET, op. cit., p. 59. Le sous-préfet d'Avesnes fut mis en prison pour avoir refusé d’obtempére (...)
  • 55 Le Nord a touché un crédit de 2 879 000 francs pour les frais afférents à l'année 1815, puis une s (...)
  • 56 Le sous-préfet de Douai signale que, dans plusieurs communes de l'arrondissement, les militaires o (...)
  • 57 L'Ingénieur en chef du département estimait à trois francs par jour et par homme et à deux francs (...)
  • 58 AD, 8 R 12. Lettre du Ministre de la Guerre du 29 novembre 1815.

19Comment en était-on arrivé là ? La lassitude des populations a certainement joué. Les charges financières de l'occupation étaient lourdes. Lors du second semestre 1815, le département avait été rançonné et la charge totale avait été estimée par le préfet du Nord à plus de seize millions54. Le Nord a ensuite concentré le tiers des effectifs des forces d'occupation, ce qui représentait une dépense d'environ 40 millions de francs. Or l'État n'a pris à sa charge qu'une faible partie (un sixième)55. Mais en réalité le coup réel a été plus élevé. D'abord en raison d'abus. Arguant de la qualité jugée médiocre de la nourriture, les occupants opéraient des réquisitions chez l'habitant malgré la présence de magasins militaires destinés à leur ravitaillement56. Les soldats alliés se livraient à des trafics, vendaient leurs rations pour se faire de l'argent de poche et réclamaient à leurs hôtes des suppléments57. Les communes sur lesquelles reposait la charge principale étaient victimes de spéculateurs qui rachetaient à bas prix des denrées destinées aux magasins militaires58.

  • 59 BRUCHET, op. cit., p. 31.
  • 60 A Watten (15 mai), Halluin (24 juin), Cassel (28 juin).

20Le coût financier se trouva considérablement alourdi par la grave crise des subsistances consécutive à la mauvaise récolte de 1816. On peut estimer l'augmentation du coût annuel de l'entretien des troupes alliées à 43 millions de francs59. La ponction opérée, déjà difficilement supportée en période normale, devenait intolérable en temps de disette. Des troubles de subsistance éclatèrent sur plusieurs marchés à la fin du printemps 1817 au moment de la soudure60. La population ne pouvait laisser l'occupant hors de son champ de récrimination car la ponction opérée pour la nourriture des alliés contribuait au renchérissement des denrées.

21Le retour à la normale après la récolte de 1817 n'a pas détendu la situation. Des problèmes de coexistence se posaient dans la vie quotidienne que la lassitude tendait à aggraver. Plusieurs exemples peuvent être cités à l'appui de cette affirmation.

  • 61 AD, 8 R 10. Lettres du sous-préfet de Douai (22 juillet 1817 et 13 août 1817). Cette dernière lett (...)
  • 62 Journal du département du Nord, 18 août 1817.

22Le problème de la chasse à courre en Flandre a déjà été évoqué. Mais la tension pouvait naître aussi à propos de la date d'ouverture. Les habitants du Nord soupçonnaient les occupants de la devancer. Le sous-préfet de Douai demanda aux autorités militaires alliées de rappeler à leurs troupes la réglementation en vigueur, ce à quoi elles s'opposèrent en arguant de ce que les Nordistes ne la respectaient pas non plus61. Finalement une circulaire générale interdisant la chasse avant la date d'ouverture fut diffusée62.

  • 63 AD, 8 R 10. Lettre du Ministre de la Guerre invitant le Préfet à prendre des dérogations (décembre (...)

23Les contraintes des barrières de dégel gênaient les transports des alliés. Ils demandèrent un assouplissement. Or les autorités locales n'y étaient pas favorables compte tenu du mauvais état des routes63.

  • 64 AD, 8 R 12. Lettre du sous-préfet d'Avesnes au Commandant en chef de l'armée russe (1er juillet 18 (...)

24La cordialité de certains rapports pouvait même être cause d'un contentieux. Plusieurs militaires russes avaient contracté des emprunts auprès de leurs hôtes et tardaient à rembourser leurs dettes une fois revenus au pays. L'autorité militaire prélevait sur leur solde un tiers du montant mais la lenteur du remboursement irritait les créanciers64.

  • 65 Ils furent mutés dans un département non occupé (MOSSAY, op. cit., p. 63).

25Enfin la proximité de la frontière incitait occupants et occupés à la fraude, d'où d'autres incidents. Des douaniers, ayant surpris deux dragons russes qui faisaient de la contrebande sur le tabac, abattirent le cheval de l'un d’eux. L'administration française les désavoua bien qu'ils aient agi selon les consignes reçues et les suspendit65.

  • 66 B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier 1988, p. 27 et 52.
  • 67 MOSSAY, op. cit., p. 61 et 62.

26L'affaiblissement de la ferveur royaliste et l'exploitation des difficultés par les bonapartistes contribuent enfin à la détérioration des rapports entre les populations et les Alliés. De nombreux cris et chansons séditieux sont entendus dans les cabarets66 et la propagande s'exerce facilement depuis la Belgique notamment dans l'Avesnois réputé pour son patriotisme. En témoignent les nombreux incidents de l'année 1817. Les soldats russes jusque là appréciés, y furent l'objet d'injures, parfois de coups. Le 10 avril, la Garde Nationale d'Avesnes se rendit coupable d'une agression. Le 5 août, une provocation bonapartiste visant un soldat russe suscita l'émoi du Parquet. Le 28 juillet, le Garde des Sceaux incitait les magistrats à plus de sévérité67. L'évacuation du territoire survint à temps pour empêcher de plus grands désordres.

27Peut-on au-delà d'une évolution conjoncturelle envisager les conséquences à long terme de l'occupation sur la perception de l’étranger et sur les comportements ultérieurs lors des crises nationales ?

28L'état des sources ne permet pas de vérifier les divers stéréotypes. Nous connaissons, grâce à certains historiens locaux la perception des soldats russes : gros mangeurs de cochons et de champignons, amateurs de genièvre, grossiers, malpropres mais aussi sportifs, n'hésitant pas à se baigner en plein hiver, très religieux et observant les pratiques de leur religion, charitables également et donnant sans compter aux indigents. La brutalité des Prussiens a laissé une image d'hommes rapaces, ivres de revanche. Celle du Britannique est plus floue. Il est perçu comme correct et discipliné mais aussi distant, maniaque, capricieux et non dénué de fourberie. Le mythe de la perfide Albion parait ancré. Ces images ont pu déterminer des comportements ultérieurs. Les Danois inspirèrent de la sympathie lors de leurs malheurs en 1864. L'anglophobie demeura vivace tout au long du XIXe siècle malgré le retournement d'alliance de 1854. Enfin lors de la guerre allemande de 1866, les sympathies nordiques allèrent à l’Autriche et l’hostilité à la Prusse, attitude confirmée lors de l'entrée en guerre de juillet 1870.

Notes

1 AD, M 135 - 12, Lettre du 18 mai 1816.

2 Feuille de Douai, 22 août 1816.

3 AD, M 135 - 12.

4 AD, M 135 - 37.

5 Idem

6 Max BRUCHET, « Invasion et occupation du Nord par les alliés 1814-1818 », Revue du Nord, 1920, t. 6, p. 261-300 ; t. 7, p. 30-61, 99-110.

7 Feuille de Douai, 29 août 1816.

8 Journal du département du Nord, 22 août 1817.

9 J. MOSSAY, « L'occupation russe de 1815 à 1818 dans l'arrondissement d'Avesnes. Quelques renseignements inédits », Mémoires de la société historique et archéologique de l'arrondissement d'Avesnes, 1936, t. 16, p. 56-63.

10 Feuille de Douai, 7 septembre 1816.

11 Journal du département du Nord, 15 août 1817.

12 Feuille de Douai, 7 novembre 1816.

13 AD, 8 R 12.

14 Cf. infra.

15 AD, 8 R 12.

16 J. MOSSAY, op cit., p. 60.

17 AD, 8 R 12, circulaire du 2 juin 1817.

18 Feuille de Douai. 16 mars 1816.

19 Cf. infra.

20 Herbert GERY, « Le Cambrésis sous l'occupation russe, 1815-1819 », Jadis en Cambrésis, no 10, p. 1-10.

21 AD, 8 R 10, lettre du premier avril 1818.

22 AD, M 135 11, rapport de la gendarmerie pour l'arrondissement d'Avesnes.

23 AD, M 135 12, rapport du sous-préfet de Cambrai, novembre 1816.

24 Cf. supra.

25 Ils sont dirigés contre les administrations municipales dans plusieurs cantons de l'Avesnois et motivés par des rancœurs fiscales (AD, M 135 16).

26 AD, M 135 12.

27 Le colonel du régiment Alexiopolsky donna mille francs aux malheureux et provoqua une souscription de 3 000 francs au début de l'année 1817 (BRUCHET, op cit., p. 43).

28 AD, M 135 12, rapport du 6 décembre 1817.

29 Lors de la fête donnée en l'honneur du duc de Berry, AD, M 135 67, rapport du sous-préfet (Juillet 1816).

30 Il y eut aussi 25 mariages contractés, DUVIVIER, « La chute de l'Empire dans la région de Bouchain et l'occupation du pays par l'armée danoise », Bulletin de la Commission historique du Nord. 1933, t. 34, p. 191-192.

31 AD, M 135 11, rapports datés de mars et novembre 1816.

32 AD, M 135 11, rapport du maire (novembre 1816). Il y eut quelques incidents après un jour de l’an trop arrosé en 1817 ! Son collègue de La Bassée estimait cependant insuffisantes les rations allouées (Idem, lettre datée de janvier 1817).

33 AD, M 135 11, rapport de gendarmerie, (août 1816).

34 Notamment à Hazebrouck et en Armentières (AD, M 135 11).

35 AD, M 135 12, rapport du sous-préfet (décembre 1816).

36 Idem, (janvier 1817).

37 Les autorités françaises intervinrent à plusieurs reprises auprès du Quartier Général de Cassel pour faire cesser cette pratique (AD, M 135 11), rapport du sous-préfet de Dunkerque (novembre 1816).

38 AD, M 135 11. Rapport du sous-préfet de Cambrai (novembre 1816). Cité dans BRUCHET, op. cit., p. 41).

39 DUVIVIER, « L’occupation étrangère dans la région du Nord de 1816 à 1818. Journal du lieutenant Muller », Bulletin de la Commission Historique du Nord, 1948, p. 47-49.

40 Wellington donna l'ordre de les refouler (AD, 8 R 10. Lettre du Ministre de la Police).

41 AD, 8 R 10. Lettre du 8 janvier 1818.

42 Journal du département du Nord, 20-22 novembre 1818.

43 23 septembre : agression d'un officier anglais par quatre bourgeois ; 24 septembre : un général est insulté par un garçon meunier ; 30 septembre : insultes proférées à l'égard d'un officier par un cabaretier ; 6 octobre : rixe entre agents de police et soldats faisant plusieurs blessés ; BRUCHET, op.cit., p. 39-40.

44 AD, M 135 12. Rapport du Préfet du Nord (Janvier 1817).

45 Cf. supra.

46 AD, M 135 12. Rapport du sous-préfet d'Hazebrouck, (janvier 1817).

47 AD, 8 R 12. Rapport du sous-préfet, (novembre 1817).

48 A D, M 135 11. Rapport du sous-préfet, (13 novembre 1816).

49 A D, 8 R 12. Lettre du 30 septembre 1817.

50 A D, Idem, lettre du 6 octobre 1817.

51 Sans doute à cause des manifestations hostiles lors du dernier carnaval. L'état de la correspondance conservée aux archives départementales ne permet pas de savoir si les autorités françaises se sont inclinées. Dans une lettre datée du 21 janvier 1818, le Ministre de la Police déclare approuver l'attitude prise par les autorités locales, attitude jugée « raisonnable et tenant comte de l'expérience du passé ». AD, 8 R 12.

52 AD, 8 R 10.Cité dans BRUCHET, op. cit., p. 51-52.

53 AD, 8 R 12. Lettres du sous-préfet de Cambrai (20 juillet) et du commissaire de police de Cambrai (27 juillet 1818).

54 BRUCHET, op. cit., p. 59. Le sous-préfet d'Avesnes fut mis en prison pour avoir refusé d’obtempérer aux ordres de l'autorité prussienne.

55 Le Nord a touché un crédit de 2 879 000 francs pour les frais afférents à l'année 1815, puis une somme de 4 792 000 pour le logement des troupes cantonnées pendant les années 1816, 1817 et 1818, enfin un solde de 1 400 000, soit au total une contribution dépassant 9 millions de francs (BRUCHET, op. cit., p. 60 et 61)

56 Le sous-préfet de Douai signale que, dans plusieurs communes de l'arrondissement, les militaires ont exigé des habitants la livraison de pain, de viande, mais aussi de café, de beurre. Or les Danois étaient généralement acceptés par la population (AD, M 135 11). Lettre du 13 novembre 1816.

57 L'Ingénieur en chef du département estimait à trois francs par jour et par homme et à deux francs par cheval les frais imposés (AD, 8 R 12, rapport du 6 janvier 1816).

58 AD, 8 R 12. Lettre du Ministre de la Guerre du 29 novembre 1815.

59 BRUCHET, op. cit., p. 31.

60 A Watten (15 mai), Halluin (24 juin), Cassel (28 juin).

61 AD, 8 R 10. Lettres du sous-préfet de Douai (22 juillet 1817 et 13 août 1817). Cette dernière lettre fait état des observations du prince de Hesse et du général anglais commandant la place de Valenciennes.

62 Journal du département du Nord, 18 août 1817.

63 AD, 8 R 10. Lettre du Ministre de la Guerre invitant le Préfet à prendre des dérogations (décembre 1816) et avis de l'Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées.

64 AD, 8 R 12. Lettre du sous-préfet d'Avesnes au Commandant en chef de l'armée russe (1er juillet 1817).

65 Ils furent mutés dans un département non occupé (MOSSAY, op. cit., p. 63).

66 B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier 1988, p. 27 et 52.

67 MOSSAY, op. cit., p. 61 et 62.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter