Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

L'étranger dans le Nord au temps des guerres

Réceptivité et réserve à l’égard du thème du « complot de l’étranger » à l’époque révolutionnaire

Laurent Petit

Texte intégral

1Dés les prémices de la révolution, l’étranger est présent sur le devant comme dans les coulisses de la scène politique. Après être devenu le bras du complot aristocratique qui induit la Grande Peur, c'est sous la forme du « féroce soldat » qu’il revient dévaster les campagnes françaises. Il n’en continue pas moins son œuvre de sape, ourdissant des complots et fomentant des troubles. Comme pour brouiller le tableau, les réfugiés politiques et ceux qu’Albert Mathiez a appelés les « Pèlerins de la Liberté » invitent à envisager leur place dans la Grande Nation.

  • 1 Laurent PETIT, Les étrangers dans une communauté provinciale, Boulonnais et Calaisis, 1780-1820, L (...)
  • 2 Nous emploierons ce terme en lieu et place de communauté qui sous-entend l’existence de structures (...)

2Si l’étranger conceptualisé est au cœur du discours et de la dynamique révolutionnaire, l’« étranger réel » est bel est bien présent au sein des frontières françaises et dans celles plus restreintes du Nord-Pas-de-Calais1. Des groupements étrangers2 numériquement importants sont présents, aussi bien sur le littoral (Boulogne-sur-Mer, Calais, Dunkerque) que dans l’intérieur des terres (Lille, Douai, Valenciennes). Leurs membres vont connaître, avec des séquences différentes, l’enthousiasme de la citoyenneté universelle, glisser de la méfiance à la défiance quand, avec la guerre, vont se cristalliser les passions.

3L’une des facettes de cette cristallisation fut le polymorphe « complot de l’étranger » dont les résonances traversent toute la période révolutionnaire. Tenter d'appréhender ses origines, ses moyens et ses buts, c’est confronter sa rhétorique et la réalité du terrain, c'est mesurer le décalage entre l’impulsion parisienne et la réceptivité provinciale, c’est enfin déterminer sa dynamique et ses enjeux propres.

1. Les communautés étrangères en France du Nord au temps de la citoyenneté universelle

  • 3 Archives Départementales du Pas-de-Calais (AD PdC 1L238) « Adresse du Conseil général de la commun (...)

4 « Dés l'instant où vous habitez parmi nous, vous devenez nos frères, vous devenez nos amis, vous devenez en quelque sorte des Français. Comme tel(sic), la Loi vous doit protection ; elle vous doit la paix, elle doit maintenir votre liberté, et comme Magistrats, nous devons veiller à son exécution » 3 : ces paroles des membres du conseil général de la commune de Calais résonnent encore, en Janvier 1793, des élans lyriques entonnés au temps de la citoyenneté universelle.

5La Révolution naissante entendait alors faire partager aux étrangers résidant sur le territoire français, les bienfaits promis aux anciens sujets du roi devenus citoyens de la nation. Le 30 avril 1790, l’Assemblée constituante décide ainsi de naturaliser tous ceux d’entre eux « demeurant en France depuis 5 ans et y disposant de quelque avoir ». Le 10 avril 1791, elle décrète que « le pouvoir législatif pourra, pour des raisons importantes, donner à un étranger un acte de naturalisation, sans autres conditions que de fixer son domicile en France et d’y prêter le serment civique ».

6À cette date, il existe deux types de présence étrangère en France du Nord. La première forme est celle des groupements du littoral de Boulogne-sur-Mer, Dunkerque et Calais. Leurs membres sont essentiellement britanniques et leurs activités permettent de distinguer deux groupes :

  • des rentiers, ayant accompli le métier des armes au « service de France » pendant plusieurs dizaines d’années. Ce sont surtout des Irlandais et des Écossais, souvent d’origine noble, qui sont partie intégrante de la haute société provinciale. On trouve également des Anglais, numériquement les plus importants, qui viennent couler des jours paisibles dans l'humidité du climat boulonnais.
  • une masse aux contours plus flous de gens de mer, contrebandiers pour la plupart ou de pêcheurs.

7Ces hommes et femmes sont implantés dans des ports, régions de transit par excellence, où la population est habituée, non pas au cosmopolitisme mais au moins à un brassage humain relativement conséquent. Leur ancrage de longue date et leur forte imbrication dans la vie économique locale font de ces groupements des composantes naturelles du paysage urbain.

8Les communautés plus continentales de Douai, Lille, Valenciennes et Saint-Omer sont d’un autre type : les premières reçoivent des réfugiés des révolutions brabançonnes et liégeoises tandis que les Bataves se fixent dans l’Audomarois. Les motivations de leurs membres sont quasiment un négatif de ce que l’on a décrit précédemment. Dans des villes moins ouvertes sur l’extérieur, s’établissent des groupements récents, instables de par leur volonté même de repartir le plus vite possible, mais néanmoins des groupes homogènes fédérés autour d’un porte-parole et qui restent par là même, en marge de la société.

9Ces types de groupements renvoyent des images totalement différentes de leurs membres respectifs. Ces constructions sont complexes et chacune des nationalités va se voir apposer des charges affectives par la juxtaposition de réalités vécues, de stéréotypes et d’apports extérieurs (expériences personnelles, problèmes régionaux, etc.).

10Les Brabançons et les Bataves sont favorablement identifiés seulement après 1787 où ils apparaissent comme des victimes, alors qu’auparavant ils ont été des concurrents dans le commerce et la pêche ainsi que des protestants (pour les Hollandais) alliés naturels de l’Angleterre et par le biais des relations internationales, nos ennemis. Cependant, même après leur révolution avortée, le comportement à leur égard évolue bien vite : concurrents sur le marché du travail, d’un naturel ombrageux, « faiseurs d’histoires », parlants le flamand et surtout pensionnés de l’état, leur cote d’estime baisse dans la population.

11Les Irlandais et les Écossais sont portés aux nues par la population. On salue leur fidélité jacobite, leur attachement à la personne du roi et à la religion catholique romaine : on plaint de même la catholique Irlande persécutée par l’hérétique Angleterre. Ces hommes, en majorité militaires, sont souvent ceux qui s'illustrent lors des victoires contre les Anglais : une « aura glorieuse » semble toujours les entourer dans leurs relations avec les régnicoles. La fin du siècle coïncide avec la fin de l'anglophobie particulière aux réfugiés britanniques ; ils sont intégrés à la société française.

12Les Suisses présents dans la région, l’ont été quasiment totalement sous l’habit militaire. Soldats d’élite, ils exerçaient de plus en plus des missions de police notamment sur les marchés lors des émeutes frumentaires : leur image en pâtissait, d’autant qu’un seul des régiments stationnés dans la région était constitué de catholiques et de francophones. Ces régiments où foisonnent Allemands et Brabançons néerlandophones sont considérés comme des mercenaires sans foi ni loi et passent pour de honteux privilégiés en raison des nombreuses exemptions dont ils bénéficient. La vision quotidienne du suisse réformé devenu portier des églises ou bedeau atténuera quelque peu cette noire vision des résidants helvétiques.

  • 4 Voir à ce sujet, Brigitte LANTREIBECQ, Aspect de l’anglophobie en France au XVIIIe siècle, Lille I (...)
  • 5 C'est BEAUMARCHAIS qui rebaptise ainsi l’Angleterre dans Influence du despotisme de l'Angleterre s (...)

13Le sentiment qui domine dans la population à l’encontre des sujets du roi d’Angleterre est celui d’une anglophobie latente4. La population ne connaît pas l'Angleterre de visu, malgré sa proximité, mais, en revanche, elle en connaît le caractère belliqueux. Les seules rencontres massives avec les Anglais se sont faites sur les champs de batailles ou plus précisément dans les provinces côtières, à bord des bateaux de la « nouvelle Carthage »5, Reine des Mers. Ses méthodes coloniales et commerciales soulèvent l’indignation ; on dénonce également sa politique malhonnête dans l’échange des prisonniers de guerre qu’on laisse trop souvent dépérir sur les « pontons » de sinistre réputation. Ce sont précisément les marins qui ont le plus à s’en plaindre, d’où la vénération dont sont l’objet les corsaires, ces justiciers solitaires qui rendent coup pour coup à la « Perfide Albion » en se montrant plus rusés que le Renard.

  • 6 François de La ROCHEFOUCAULT-LIANCOURT, La vie en Angleterre au XVIIIe siècle ou mélanges sur l'An (...)
  • 7 Brigitte LANTREIBECQ, op. cit., p. 7.

14Il y a un sentiment de défense de la religion nationale contre des hérétiques épars dans une multitude de sectes où, selon l’avis largement partagé de La Rochefoucault « le corps de tous ces croyants particuliers ne croit à rien du tout »6. L’Angleterre est, en outre, l’ennemi éternel des rois d’Écosse, alliés traditionnels de la France. Elle est d’autant plus haïe qu'elle prend des libertés incroyables avec les Stuarts car « personne en France ne conçoit qu’un peuple puisse avoir droit de vie ou de mort sur ses rois »7. D’ailleurs, la révolution de Cromwell, après plus d’un siècle, est toujours un sujet d’effroi, tout comme le deviendra bientôt en Angleterre la Révolution française. L'un des témoignages les plus marquants de l’anglophobie populaire, c’est l’attachement sans faille que l’on continue de porter au « prétendant » Charles-Édouard. Cette vision simplifiée de l’Angleterre reste vivante, car véhiculée par une littérature populaire où abondent pamphlets, chansons à boire et chansons de marins toutes les deux très prisées sur le littoral. Ainsi, les groupements anglais sont intimement associés à la Perfide Albion, car les allusions et les condamnations qu'on réservait jadis au roi ou au gouvernement s’appliquent désormais aux Anglais en tant que peuple.

  • 8 Les commandants des gardes nationales de Boulogne-sur-Mer et de Dunkerque sont deux Irlandais !
  • 9 La municipalité boulonnaise tente de refuser le paiement de l’impôt par les citoyens britanniques (...)

15On trouve donc d’un côté des groupes flous, marqués par l’hétérogénéité et la forte imbrication dans la société d'accueil, de l'autre, des groupements bien délimités œuvrant pour un retour rapide dans leur pays d’origine. Deux situations qui vont déboucher sur deux formes de politisation différentes. Pour les Britanniques, c’est, dès 1790, la participation à la vie politique par le biais de la garde nationale8 et par la volonté, pour ceux qui le peuvent de se faire reconnaître comme citoyen actif - même si certaines municipalités tentaient de les en dissuader9. Ils achèteront également des Biens nationaux quand leur fortune le leur permettra, parachevant ainsi leur ancrage civique.

16Les Belges et les Bataves, aux choix politiques déjà avancés et militants, vont se tourner vers les Clubs puis les Sociétés populaires de Lille, Aire et Ardres. C’est dans ces réseaux, en pointe du combat révolutionnaire, qu’ils vont s’exprimer, se trouvant le plus souvent en butte à l’hostilité de municipalités beaucoup plus modérées. L’adhésion à cette forme de sociabilité politique va leur permettre de tisser très tôt des liens avec les Montagnards parisiens les plus avancés (Marat puis Hébert).

17C’est donc en ordre dispersé que ces étrangers aux attitudes sociales et politiques différentes, seulement réunis par une unicité de temps et de lieu, vont affronter la bourrasque de la guerre révolutionnaire.

2. Les étrangers et la guerre : la cristallisation des passions

18En 1791, la guerre n’est pas encore déclarée que l’on observe déjà un raidissement des autorités envers les allochtones. À Boulogne-sur-Mer, la municipalité bloque l’accès des Anglais à la citoyenneté en leur refusant le paiement de l’impôt malgré les nombreuses pressions du District. La seule voie de politisation reste la garde nationale, plus ou moins fermée à de vieux rentiers - un grand nombre d'entre eux est touché par la goutte ! Ce raidissement répond à la forte diffusion dans les communautés littorales de l’ouvrage de Burke, Réflexions sur la Révolution française. L’adhésion partielle des Britanniques aux thèses développées, fait jouer un vieux réflexe de prise de distance. À Douai, c’est le Département qui, à la demande de la municipalité fait disperser le regroupement des « Belges Unis » qui s’assemblaient sous la houlette du comte de Béthune-Charost, un jeune noble exalté qui rêvait d’accéder au trône d’une Belgique unifiée. Le 18 décembre 1791, l'Assemblée législative crée, sous l’impulsion de Brissot, une Légion belge qui semble répondre aux attentes des plus ardents patriotes. Cependant, le corollaire de cette loi est la concentration de ces hommes loin des « villes de guerre » dont font partie la majorité des cités de la région. C’est l’application de la seconde partie de la loi que les autorités locales mettront le plus de zèle à exécuter.

19Donc, dès avant 1792, on observe une prise de distance plus ou moins marquée avec les groupes allogènes, de la part des autorités constituées tout au moins. Ceci montre bien que la situation et le séjour des étrangers en France sont d’une grande sensibilité à la conjoncture.

20Le 20 avril 1792, l’Assemblée législative déclare la guerre au roi de Bohême et de Hongrie. Avec le développement des tensions belliqueuses, ceux qui étaient « des amis et des frères » vont bien souvent et bien vite devenir des ennemis voire des traîtres. Pourtant dès l’ouverture des hostilités, l’Assemblée déclare « adopter tous ceux qui se rangent sous ses drapeaux ». Le 20 juillet, elle complète cette mesure en affirmant que « quelle que soit leur pays, [les défenseurs de la Liberté] ne seront jamais des étrangers pour elle ». Pour donner forme à ces déclarations, sont créées en août les Légions franches étrangères au sein desquelles les réfugiés belges et bataves formeront les plus gros bataillons.

  • 10 Sous-entendu, ils parlent différents dialectes !
  • 11 Archives départementales du Nord (ADN 1L450) transcriptions des représentants en mission près les (...)

21En janvier 1793, la guerre s’étend à l’Angleterre : tous les groupes allochtones sont donc maintenant concernés par la cristallisation des passions. On observe alors une mutation dans les images renvoyées par les groupes allogènes et dans la perception qu’en ont les autochtones. Les Belges dont on vient de parler vont profiter de leur engagement militaire aux côtés des Français. D’abord auréolés de gloire dans le sillage de Dumouriez, ils vont devoir subir la suspicion des autorités après la trahison du général. Voilà ce qu’écrit à leur propos Ernest Duquesnoy, député du Pas-de-Calais et représentant en mission à Amiens où il est chargé de la réorganisation des troupes belges : « c’est un ramassis d’hommes de toutes nations10, d’intriguants de toutes couleurs, bons qu’à épuiser en pure perte les trésors de la !'République [...] ; tu (le représentant en mission Laurent) sais comme nous, que ce n’est pas l'instant de laisser sans rien faire ces soldats qui consomment inutilement des subsistances »11. L’étranger qui vient ôter le pain de la bouche des Français est déjà tout entier dans cette déclaration.

22Les Bataves, plus en pointe politiquement et mieux soutenus par les clubs, seront moins menacés malgré la mise en cause et l’exécution de plusieurs de leurs généraux qui d’ailleurs sont souvent britanniques (Kilmaine, O’Mahan...).

  • 12 Ce qui pour la population revient à les assimiler à des membres de la noblesse. Certains officiers (...)
  • 13 Archives municipales de Boulogne-sur-Mer, série révolution, carton 2.

23Les Jacobites, irlandais ou écossais et les Suisses, nobles ou anciens officiers dans les régiments étrangers du roi12, on l’a dit, très impliqués dans la société locale, subissent le contrecoup de la chute de la Monarchie et des anciens pouvoirs établis. Le discrédit de l’Ancien Régime est aussi le leur et la population les fait descendre du piédestal sur lequel elle les avait placés et ce d’autant plus facilement que ces Britanniques ou Helvétiques tiennent à honorer jusqu’au bout leur fidélité à la Couronne. Ainsi, Perrier de Cottere, ancien capitaine au régiment de Salis-Samade écrit au représentant du Peuple Dumont : « Honor et Fidelitas. Que bon m’advienne, jamais Suisse ne fut parjure »13. On mesure là l’ampleur du refus du modèle républicain. Ces hommes qui furent des modèles deviennent des repoussoirs.

  • 14 Voir Jean-Pierre JESSENNE et François WARTELLE, « France-Angleterre : conflits d'images et influen (...)
  • 15 Contrebandiers d'alcool entre la France et l’Angleterre.

24Les Anglais vont suivre le même chemin vers la défiance. On observe de 1790 à 1793, un glissement des types d’images les concernant. On passe d’une vision essentiellement économique à une vision purement politique14. L’image de l’Anglais, concurrent économique existe toujours : en mars 1793, les smugglers15 sont chassés à coups de pierre du port de Boulogne-sur-Mer. Cependant, l’image dominante fait désormais référence au politique. En 1790, l’Anglais, éclaireur de la France dans la voie parlementaire était fêté sur le territoire français. Le poète britannique Woodworth déclare : « nous portions un nom Honoré en France, celui d’Anglais ». C’est l'Anglais des Communes que l’on veut voir, celui avec qui l’on s’est, enfin, trouvé un point commun.

  • 16 Voir Laurent PETIT, « Robespierre et le discours sur l’étranger : buts et limites d’une modélisati (...)

25On a déjà parlé plus haut du frein qu'avait opéré en 1791, la diffusion de l’ouvrage de Burke. Dès 1792, on observe un rapatriement des avoirs des Britanniques vers la mère patrie, accréditant ainsi la faim d’espèces monétaires. Suivent dans la foulée les jeunes étudiants et les enfants qui partent sous couvert de séjours linguistiques puis ce sera le tour de familles entières. Cette attitude conforte les habitants du littoral dans leur vision négative des sujets du roi d’Angleterre. L’Anglais devient le traître par excellence, celui qui trahit les espoirs que l'on avait mis en lui et dans le système qu'il incarnait. C’était lui l’ennemi devenu l’ami - le frère même, dont on imitait le système politique. Maintenant, il redevient l’ennemi : la boucle est bouclée. Il redevient ce qu’il n’a jamais cessé d'être, un ennemi. Tout au plus a-t-il réussi à cacher sa vraie nature pendant quelques temps sous des oripeaux de concorde : il engendre toujours la même perfidie !16

  • 17 La ville de Toulon a été livrée aux Anglais et deux représentants en mission furent livrés à l’occ (...)

26Dans une France assiégée, l’idée de menées intérieures des agents de l’étranger se développe : c’est la psychose de l’espionnite qu'on retrouvera dans de nombreux autres épisodes guerriers de la France contemporaine. Le 21 mars 1793, les comités de surveillance sont créés pour enregistrer et surveiller les étrangers ; ce n’est que plus tard qu’ils serviront à la chasse aux suspects. Dès le 20 avril, le Directoire du département du Pas-de-Calais est en avance dans le domaine de la surveillance des allochtones. Il demande en effet à toutes les communes d’établir un état des étrangers, de faire des perquisitions à leur domicile, d’y saisir des documents suspects et d’arrêter ceux qui pourraient être prévenus de complot. Enfin, il demande d’organiser le déplacement des étrangers résidant dans les communes de la côte ! Grâce à des appuis politiques (pression des communes littorales dont l'économie a besoin des rentes anglaises, soutien de députés et du représentant en mission Lazare Carnot), les Britanniques font surseoir à l’exécution de cette demande. Le 1er Août, c’est l’arrestation des Anglais et autres étrangers entrés en France après le 14 juillet 1789 qui est décidée par la Convention. Le 7 septembre, la loi des suspects inclut les étrangers, assimilés aux ennemis de la Révolution. Le 9 septembre, en réponse à « l’affaire de Toulon »17, les Britanniques sont considérés comme otages jusqu'à la paix.

  • 18 Le Représentant Dumont arrive à Boulogne-sur-Mer le 22 septembre, fait sonner le tocsin et c'est à (...)

27Plusieurs problèmes se posent alors aux autochtones. Tout d'abord, vont-ils jeter en prison des hommes dont l’argent participe à l’économie locale ? Boulogne répond par la négative et oublie bien vite la loi dans un tiroir. À Dunkerque, l’application n’est que parcellaire. Ensuite, quand apparaît l’obligation de procéder aux arrestations18, se pose une question à la fois simple et complexe : qui faut-il arrêter ? Les étrangers, certes, mais qu’est-ce qu’un étranger ? Les autorités locales ou nationales (par le biais des députés en mission) vont tenter, parfois maladroitement, de faire coïncider réalités locales de perception (langue, mœurs, style de vie...) et un bien nébuleux statut légal. Ainsi, une Vénitienne sera-t-elle arrêtée comme anglaise ; on se rendra compte plus tard que si elle parle si bien anglais, c’est parce qu’elle est traductrice ! Un autre est emprisonné, car son père est né en Irlande. On voit ainsi que l’étranger est une sorte de fourre-tout où cohabitent définitions légales, représentations mentales et imaginaire collectif.

  • 19 Journal d’Abot de Bazinghen, messidor an II, folios 219-220. Il faut noter que les Anglais bénéfic (...)

28Les conditions de détention vont, elles, énormément varier en fonction des villes dans lesquelles les allochtones seront emprisonnés ainsi que de la condition de ces derniers. Il faut rappeler que l’univers carcéral révolutionnaire n’est pas égalitaire : les plus riches peuvent se procurer vêtements et nourriture, livres ou espace supplémentaire. Dans les prisons de Boulogne-sur-Mer, les riches rentiers anglais vont pouvoir amoindrir les difficultés liées à leur sort tandis qu’à Lille, les ouvriers allemands ne pourront faire fléchir une municipalité moins timorée. À ce propos, il faut noter que l’antagonisme entre étrangers fortunés - donc bien logés - et leurs anciens amis régnicoles moins chanceux va aller croissant. Abot de Bazinghem, noble éclairé qui s’enorgueillissait d’accueillir à sa table des résidents cosmopolites déclare dans son journal : « le comète de l'horreur encore, c'était qu’on nous avait entassés avec les Anglais, nos plus cruels ennemis, mais plus favorisés que nous par ces messieurs et sans doute moins suspects à leurs yeux, on ne les fit entrer que 3 mois après nous et ils avaient la liberté d’être avec leurs femmes, leurs enfants et nos femmes et nos filles de la présence et de la conversation desquelles il nous était défendu et pas libre de jouir. Il pouvait naître de là mille inconvénients, mille rixes »19. Après l’arrestation viendra la saisie des biens. Parfois, les inventaires seront tardifs, parfois rapides et pourront être ou non suivis d’une vente.

29Tout ceci aura plusieurs conséquences. Tout d’abord, l’arrestation va couper les allochtones de la société dans laquelle ils évoluaient. « Loin des yeux, loin du cœur » dit l’adage populaire ; toutes les images négatives les concernant pourront alors avoir prise sur la population. A contrario, les épreuves vont rapprocher les compatriotes qui n’avaient, jusqu’alors que peu de relations entre eux. Ensuite, la longue détention, payante, va faire croître les dettes des incarcérés chez les marchands locaux d'autant que les fonds d'Angleterre ne viennent plus depuis bien longtemps. Enfin, la vente des biens mis sous séquestre va accréditer le mythe d’une population riche vivant aux dépens de sa société d’accueil. L’image de l’accapareur se dessine. Du « complot de famine » au « complot de l'étranger », il n’y a qu’un pas.

3. Le complot de l'Étranger

  • 20 Voir Albert MATHIEZ, La conspiration de l'étranger, Paris, 1918, p 2-3 et « La chute des Factions  (...)

30Le complot de l’étranger à des origines lointaines, bien plus lointaines que la dénonciation d’une « conspiration de l'étranger » en octobre 179320 au Comité de Salut Public, ne le laisse supposer. Il est en fait la résultante d’un ensemble de peurs sociales et politiques de l’Ancien Régime. À ce titre, il se situe dans la lignée du Pacte de famine et de la Grande Peur.

  • 21 Voir Laurent PETIT, « Robespierre et le discours sur l'étranger... », op. cit., p. 330 et suivante (...)
  • 22 Voir Archives Parlementaires, t. 86, p. 126 et suivantes.
  • 23 Voir Archives Parlementaires, t. 85, p. 513 et suivantes ; t. 86, p. 234 et suivantes, p. 613 et s (...)

31Il faut signaler d’emblée que le complot de l’étranger est une création parisienne dont les différents avatars ne s’étendront que très rarement au-delà de la capitale. Son élaboration, s’inscrit dans les grands débats de l’hiver 1793 et du printemps 1794. C’est Robespierre qui crée les conditions favorables à l'éclosion du leitmotiv et fait de l’étranger la toile de fond de tous les dangers de la Patrie sans jamais désigner de façon précise les véritables fauteurs de troubles21. Ce sont Saint-Just et Barère qui donneront le plus de consistance à ce complot (affaire du portefeuille de Lille du 4 aout 1793, rapport et décret sur les manœuvres des ennemis du bien public du 16 ventôse pour Barère22 et rapports des 8, 23 ventôse et 26 germinal pour Saint-Just23).

32La mise en place et la diffusion de l'idée de complot de l’étranger vise un triple but. C’est avant tout une arme puissante et efficace dans la lutte des factions, qui permet un amalgame facile (les procès) et une mise en accusation non moins aisée, dénonçant chaque parti comme étant « de l’étranger », peignant les leaders sous les traits de « fédéralistes » qui veulent profiter du pouvoir occulte des allochtones à des fins personnelles.

33Le second objectif est d’avoir valeur opératoire dans la mobilisation des masses. En effet, le gouvernement se charge de mettre hors d’état de nuire les ennemis de l’intérieur mais il faut nécessairement abattre ceux du dehors. De plus, l’appel à des hantises collectives permet de galvaniser les énergies en les ancrant dans une attitude résolument combattante à l’égard des étrangers.

34Enfin, l’étranger devient le repoussoir du bon citoyen. Car, s’il est toujours difficile de créer un modèle parfait dont il faut se rapprocher, il est beaucoup plus facile de décrire ce qu’il ne faut pas faire, ce qu'il ne faut pas être. L’étranger devient le moule en négatif du citoyen français. On n’impose ainsi, aucune limite à l’amélioration puisqu’on s’éloigne indéfiniment de l’image maudite de l’étranger. De ce fait, le civisme devient norme d’exclusion puisque, pour inverser les termes d’une phrase de J. R. Suratteau, la notion de (bon) citoyen français évolue dés que se précise a contrario celle de (mauvais) étranger.

35Le moteur du complot, c’est l’argent et plus précisément l’or de Pitt qui permet de juger les députés affairistes mêlés aux « dantonistes ». Cet argent tant décrié, celui-là même qui transitait par les ports dès avril 1792, doit servir à corrompre les représentants du peuple. Il permet de financer diverses opérations de subversion : acheter les généraux (on pense à Dumouriez) ou marchander les ports (Toulon). Il sert également à financer les journalistes, ces « écrivains mercenaires » dénoncés par l’incorruptible.

36On voit donc que le complot est avant tout une construction rhétorique justificative de tous les maux dont souffre la République. L’étranger est le bouc émissaire qu’il suffit de dénoncer pour abattre. Si ce discours fait merveille au sein des assemblées, il a beaucoup plus de mal à prendre forme dans la réalité. L’impulsion parisienne trouvera peu de répondant au niveau local, même si les clubs et les sociétés populaires l’invoquent à grands cris dans leur correspondance avec la Convention. Ils mettent en pratique l’adage de Dumont : « Ils me demandent des têtes, je leur envoie de l'encre », An niveau régional, seuls trois documents se faisant l’écho du complot ont pu être retrouvés ce qui montre bien les limites de ce dialogue - on serait tenté de dire monologue - entre Paris et la Province, tout au moins septentrionale.

37Le complot de l'étranger n’a pas été relayé au niveau local, mais pourquoi une telle apathie dans une région frontière où les envoyés de la Convention sont actifs. Il y a d’abord la réaction à l’égard des excès de langage de représentants, tel Darthé. Les discours trop schématiques et trop vagues ont été écoutés avec politesse. Pour le reste... le comportement de Lebon apparaît comme par trop paranoïaque : dans un service de couteaux de table, il voit des poignards pour les sicaires de l’intérieur. Le concept même a été trop vague et trop rapidement théorisé pour faire jouer les références de mobilisation habituelles. Il apparaît comme trop artificiel, en décalage avec une réalité plus prosaïque. La base populaire a besoin de personnifier son ennemi, comme son régime : on peut mobiliser autour d'images, pas autour de théorèmes.

38Le dernier fait à prendre en considération est la loi du 2 5 germinal an II (14 avril 1794) qui prescrit l’éloignement des étrangers des places fortes. Si dans certains cas, elle fut le catalyseur des luttes contre l'allochtone (on purgeait la ville des conspirateurs), elle eut bien souvent l’effet inverse dans les villes de forte présence exogène car les colonies y étaient constituées de vieillards, de résidents de longue date, d’Anglais mariés à des régnicoles, d’ouvriers et de marchands, tous gens épargnés par la loi. L'offensive arrive donc dans un moment de démobilisation et de relâchement dans la sévérité envers les étrangers : impulsion nationale et réalités locales n’étaient plus en phase.

  • 24 AD PdC 2L4/110.

39Le complot de l’étranger ne semble pas avoir eu plus de succès en France septentrionale que la conspiration de l’étranger n’en a eu hors du bouillonnant milieu politique parisien. Cependant, son impact est considérable, car il permet aux Français de réinvestir différents niveaux des perceptions. Si la réalité vécue a peu changé, l’aubain est devenu un étranger et l’on a échafaudé autour de ce concept tout un imaginaire chargé de références négatives. Dans cette acception, le mot complot devient inutile puisqu’étranger mobilise à lui seul. Soulignons enfin, la persistance des images mises en place alors : entre le général anglais déguisé, agent du complot, parcourant le Pas-de-Calais en 179424 et la « Cinquième colonne », la filiation est directe.

40La Révolution française allait « guérir » bien vite d’un siècle cosmopolite dés lors qu’elle fut confrontée à l’expérience guerrière. Alors, ennemis de l’extérieur et ennemis de l’intérieur furent à nouveau connectés et la lutte s’établit sur un double front. Incarnation de tout ce que la Révolution rejetait, l’allochtone devint un repoussoir salvateur car antithèse créatrice du citoyen modèle. Entré dans l'imaginaire révolutionnaire, encore chargé des hantises collectives passées, l’étranger va devenir un concept fabriqué à partir des réalités vécues (où se mêlent le Britannique prodigue et le soudard italien) et d’images diffusées (l'Anglais corrupteur, le féroce guerrier germanique). Les caractères spécifiques des nationalités tombent devant la force d’une définition de masse. Dorénavant, le concept véhiculé par le pouvoir primera sur le vécu, considéré comme exemple singulier. C’est à ce titre que l’on peut dire que la Révolution française entame le processus d’invention de l’étranger.

Notes

1 Laurent PETIT, Les étrangers dans une communauté provinciale, Boulonnais et Calaisis, 1780-1820, Lille III, Maîtrise, 1991, sous la direction de D. Rosselle, J.P. Jessenne.

2 Nous emploierons ce terme en lieu et place de communauté qui sous-entend l’existence de structures ou de liens forts entre les membres.

3 Archives Départementales du Pas-de-Calais (AD PdC 1L238) « Adresse du Conseil général de la commune de Calais aux citoyens anglais y résidans », 18 janvier 1793.

4 Voir à ce sujet, Brigitte LANTREIBECQ, Aspect de l’anglophobie en France au XVIIIe siècle, Lille III, Maîtrise, 1984, sous la direction de M. Nordmann, 232 p et Claude NORDMANN, « Anglomanie et anglophobie en France au XVIIIe siècle » in Revue du Nord, Tome LXVI, 1984, p. 787-804.

5 C'est BEAUMARCHAIS qui rebaptise ainsi l’Angleterre dans Influence du despotisme de l'Angleterre sur les Deux Mondes, Boston, 45 p.

6 François de La ROCHEFOUCAULT-LIANCOURT, La vie en Angleterre au XVIIIe siècle ou mélanges sur l'Angleterre, Paris, G. Le Prat, 1945, p. 118.

7 Brigitte LANTREIBECQ, op. cit., p. 7.

8 Les commandants des gardes nationales de Boulogne-sur-Mer et de Dunkerque sont deux Irlandais !

9 La municipalité boulonnaise tente de refuser le paiement de l’impôt par les citoyens britanniques pour les empêcher de jouir de leurs pleins droits électifs aux vues de la Loi.

10 Sous-entendu, ils parlent différents dialectes !

11 Archives départementales du Nord (ADN 1L450) transcriptions des représentants en mission près les armées du Nord. Lettres de Duquesnoy à Laurent, 21 juin et 21 décembre 1793.

12 Ce qui pour la population revient à les assimiler à des membres de la noblesse. Certains officiers irlandais réformés feront d’ailleurs partie des listes de désarmement de la noblesse malgré leur origine roturière.

13 Archives municipales de Boulogne-sur-Mer, série révolution, carton 2.

14 Voir Jean-Pierre JESSENNE et François WARTELLE, « France-Angleterre : conflits d'images et influences sur l'engagement révolutionnaire en France septentrionale » in L'image de la Révolution Française. Congrès mondial de la Sorbonne, 6-12 juillet 1989, Exeter, 1989, p. 607-620.

15 Contrebandiers d'alcool entre la France et l’Angleterre.

16 Voir Laurent PETIT, « Robespierre et le discours sur l’étranger : buts et limites d’une modélisation des nationalités » in Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations. actes du colloque d'Arras, Lille, CHRN, 1993, p. 315-336 ; Sophie WAHNICH, « L’étranger dans la lutte des factions. Usage d'un mot dans une crise politique (5 nivôse an II-9 thermidor an II) » in Mots. no 16, 1988, p. 111-130.

17 La ville de Toulon a été livrée aux Anglais et deux représentants en mission furent livrés à l’occupant.

18 Le Représentant Dumont arrive à Boulogne-sur-Mer le 22 septembre, fait sonner le tocsin et c'est à la lueur des torches que l’on procède aux arrestations.

19 Journal d’Abot de Bazinghen, messidor an II, folios 219-220. Il faut noter que les Anglais bénéficient en moyenne de 50 % de place en plus que leurs homologues français. Cf. Alain LOTTIN, avec la coll. de Louisette CAUX-GERME et Michel de SAINTE-MARÉVILLE, Boutonnais, noble et révolutionnaire. Le journal de Gabriel Abot de Bazinghen (1779-1798), Arras, APU, 1995, 331 p.

20 Voir Albert MATHIEZ, La conspiration de l'étranger, Paris, 1918, p 2-3 et « La chute des Factions » in AHRF, 1927, p. 135-148.

21 Voir Laurent PETIT, « Robespierre et le discours sur l'étranger... », op. cit., p. 330 et suivantes.

22 Voir Archives Parlementaires, t. 86, p. 126 et suivantes.

23 Voir Archives Parlementaires, t. 85, p. 513 et suivantes ; t. 86, p. 234 et suivantes, p. 613 et suivantes.

24 AD PdC 2L4/110.

Auteur

CHRN- Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter