Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

L'étranger dans le Nord au temps des guerres

Une nouvelle frontière

Ruptures sociales, fractures juridiques et cassures économiques au Nord du royaume de France (xviie-xviiie siècle)

Lucien Bély

Texte intégral

  • 1 Lucien BÉLY, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, 1990.
  • 2 En étudiant quelques réalités des provinces septentrionales du royaume de France, c'est pour moi l' (...)

1En étudiant les relations internationales et le travail des négociateurs, j'ai affronté en permanence la réalité de l'étranger, mais souvent cette altérité était gommée car la diplomatie naissante se proposait de trouver un langage commun qui, fait de conventions, permettrait de résoudre les conflits entre les princes, c'est-à-dire entre les États et les sociétés que ces souverains représentaient. A de nombreuses reprises néanmoins, j'ai été amené à examiner de plus près ce qu'étaient les conséquences concrètes d'un traité de paix, en particulier le dessin d'une nouvelle frontière, ou les voyages d'étrangers à travers la question des passeports1. Cette synthèse propose de réunir quelques exemples2 qui permettraient peut-être d'approcher cette création de l'Autre à travers les ruptures sociales suscitées par le passage d'une souveraineté à une autre, les fractures juridiques que les « conférences aux limites » étaient chargées de réduire, les cassures économiques que la frontière impliquait, enfin à travers le jeu complexe de la vie quotidienne.

Un homme entre deux souverainetés : les ruptures sociales

  • 3 Nathalie BILLARD, Michel-Ange de Vuoerden. témoin du Grand Siècle (1629-1699), Lille III, maîtrise, (...)
  • 4 Bibliothèque municipale de Cambrai, Ms B 760, M.A. DE VUOERDEN, Memoires contenans ce qui m'est arr (...)
  • 5 Ibidem, fol. 30, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 16.

2Le passage à la souveraineté française, et les ruptures sociales qu'il entraîna, peut être étudiée à travers le cas d'un seigneur du Hainaut, homme de lettres et diplomate, dont la vie et la carrière ont été étudiées avec une belle rigueur par Nathalie Billard3. Michel-Ange de Vuoerden, né en 1629, avait fait partie de la clientèle des Croÿ et bénéficiait de la protection du duc d'Havré. Il traversa la France au moment de la Fronde et, arrivé en Espagne, se proposa comme informateur de Luis de Haro, premier ministre de Philippe IV : « Je me mis en teste d’establir des correspondances à Paris et à Bourdeaux lieux où se passoient les evenemens / les / plus considérables de la guerre civile pour ensuitte donner les avis les plus fideles et les plus particuliers qui se pourroit à ce premier ministre »4. Bref, selon l'habitude du temps, c'était un rassembleur d'informations, sinon un honnête espion. Il ajoutait : « J'eus occasion d'avoir de fort grandes et de fréquentes relations que je traduisois diligemment en espagnol et que je portois moy mesme à Don Luis de Haro... Il est mesme arrivé quelques fois que les nouvelles que je luy donnois toutes traduites luy paroissoient si considérables qu'il se faisoit porter en chaise sur le champ pour en aller donner part au Roy Philippe IV »5.

  • 6 Bib. mun. de Cambrai, Ms B 777 « Lettres, mémoires, affaires et galanteries », 1658 à 1661, fol. 77 (...)

3Vuoerden entra donc au service du roi d'Espagne, d'abord dans les armées comme capitaine d'infanterie, puis dans l'entourage du comte de Fuensaldagne qu'il suivit en Italie, puis en France. Cet homme du Nord découvrait et décrivait le monde, ainsi Toulouse : « C'est la capitale de tout le Languedoc où il y a un Parlement très célèbre... On parle en cette ville le baragouin du Languedoc qui est un langage allié avec le gascon et le provençal. J'ay remarqué que le Languedoc est generalement fertil et peuplé à merveille... les habitants y sont rustiques et demy-barbares enfin, ce pays n'a mon approbation que pour ce qui ne parle pas »6. Puis après le traité des Pyrénées, il séjourna en France, toujours à la suite de Fuensaldagne, et en 1663, il eut une nouvelle mission à Paris.

  • 7 Bib. mun. de Cambrai, Ms C 771, fol. 177 v°-178, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 62.
  • 8 Ibidem, Ms B 779, fol. 86 v°, 19 juin 1668, cité p. 63.

4Il est aussi possible de suivre les souvenirs du baron de Vuoerden au moment où la Flandre passa sous la domination française. Il prononça une harangue au nom des États de Tournai : « ...lorsque j'eus l'honneur de haranguer le Roy... je remarquay un peu de froid en Sa Majesté ; en effet, apres avoir parlé pour le public, je pris la liberté de luy dire qu'apres avoir servi dans deux ambassades d'Espagne, je m'estimois heureux d'estre devenu sujet de Sa Majesté par sa conqueste. Que je le suppliois tres humblement d’estre persuadé que je serois son tres humble, tres obeissant et tres fidelle sujet. Sa Majesté repondit en termes graves et d'un ton mefiant : « si vous estes bon sujet, je vous seray bon Roy ». Cette reponse me fit croire que l'on avait donné quelque impression contre moy »7. Le baron dut même quitter Tournai, mais Louvois l'avait averti le 9 décembre 1667 qu'il pouvait rentrer dans sa ville et bientôt une charge de chevalier d'honneur au conseil souverain de Tournai fut attribué à Vuoerden. Il écrivit à Louvois : « ...comme j'attribue à bon titre cette dignité à la bonté que vous avez eue, Monseigneur, de faire cognoistre au Roy la volonté et le zele que j'ay de bien servir, je rends graces tres humble et justes à Vostre Excellence de sa protecsion et je la suplye de me recevoir au nombre de ses creatures »8. C'est en appartenant à la clientèle du ministre que Vuoerden retrouvait des fonctions de premier plan.

  • 9 Bib. mun. de Cambrai, Ms C 761, « Lettres, mémoires, affaires 1669-novembre 1671 », fol. 15, cité p (...)
  • 10 Ibidem, fol. 17, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 67.

5Il fut député à la Cour en 1668 pour défendre les intérêts de la province et pour cela, Vuoerden flatta les visions impériales de Louis XIV : « ...on ne peut se figurer, Sire, que Vostre Majesté qui establit si glorieusement et si avantageusement pour le Bien de la France des colonies et le commerce aux extrémités de la terre habitable et pour ainsy dire, dans un autre monde, souffre que celuy de ses nouveaux sujets deperisse par des impositions »9. Le député déplorait les entraves au commerce mises par la France après la paix d'Aix-la-Chapelle : « les Flammands, naturellement francs... redoubleront de zele vers Vostre Majesté lorsqu'infailliblement ils trouveront en sa personne sacrée un pere du peuple pendant la paix, un garand et un vengeur de leur tranquillité pendant la guerre »10. Il s'agissait de célébrer auprès du roi les caractères de ses compatriotes pour mieux défendre leurs intérêts.

  • 11 Cité par l'abbé HUGUET, op. cit.

6En 1668, lors de son séjour à la Cour, Louvois lui avait appris que le roi le désignait comme l'un des quatre baillis des États de Lille. Il s'était empressé alors de critiquer ce qu'avait été l'administration espagnole : « le puissant et le recommandé, sans parler des corrupteurs, avaient été payés exactement, tandis que l'indigent, la veuve et l'orphelin se trouvaient n’avoir rien reçu depuis six, dix et même quatorze ans... Il y eut Beaucoup de benedictions pour le roi de la part des miserables »11

  • 12 Bib. mun. de Cambrai, Ms C 762, « Lettres, mémoires, affaires et galanteries », fin de l'an 1671-16 (...)

7De nouveau député à la Cour en 1671 à propos de la circulation monétaire, Vuoerden réussit à faire triompher les intérêts de la Flandre. Puis il eut à négocier à propos de la seigneurie de Warneton qui dépendait de deux châtellenies différentes. Il avouait néanmoins : « J'ai taché de donner les couleurs les plus plausibles pour soutenir la chose. Je vous dirai qu'ayant vu les titres et pesé les raisons d'Espagne, j'ai reconnu que le fonds en question est de vrai à eux mais j'ai traité la chose de maniere que s'il plait à Sa Majesté de maintenir ta possession pretendue, on peut sauver les apparences »12. Ce jeu était aussi destiné à montrer qu'il défendait les intérêts de la France quoiqu'il les reconnût comme infondés. Il était devenu un parfait Français.

  • 13 Bib. mun. de Lille, Ms Godefroy 132, « Journal du Baron de Vuoerden », fol. 34 r°, cité par Christo (...)

8Pourtant lors d'une conférences aux limites, après le traité de Nimègue, Michel-Ange de Vuoerden et Jean Libert Vaes, représentant l'Espagne, entretinrent de bons rapports car ils s'étaient connus lors de la conférence franco-espagnole de Deinze (1676-1678). Ils avaient un goût commun pour les lettres anciennes et ils avaient de longues discussions ensemble. Un jour comparant leur situation, puisque Vuoerden était un ancien sujet du roi d'Espagne désormais au service du roi de France, ils en conclurent en souriant qu'entre un Flamand bon Français et un Flamand bon Espagnol, chacun était « flamand l'un dans l'autre »13.

9Ainsi ce qu'a bien montré Nathalie Billard c'est que Vuoerden avait commencé sa carrière dans la cadre d'un empire espagnol qui était dispersé et dont seules les autorités suprêmes - vice-rois ou gouverneurs - restaient espagnoles. En raison de son origine et par la situation de ses biens, il passa néanmoins sous la souveraineté française, mais il avait déjà développé ses relations au cours de ses missions et il sut vite plaire à son nouveau roi, en devenant une « créature » de Louvois. Il sut aussi faire valoir auprès des intendants et autres agents français sa culture classique, ses talents littéraires et sa volonté d'écrire pour la plus grande gloire de Louis XIV. Il était aussi un membre de cette République européenne des Lettres et il se mettait volontiers, par la plume, au service de Louis XIV. Son Journal historique contenant les événemens les plus mémorables de l'histoire sacrée et profane, et les faits principaux qui peuvent servir de mémoires pour l'histoire de Louis le Grand XIV du nom roi de France et de Navarre fut publié en 1684.

Les conférences aux limites : les fractures juridiques

  • 14 Christophe HUYGHE, op. cit.
  • 15 Nelly GIRARD D'ALBISSIN, La genèse de la frontière franco-belge, 1659-1789, Paris, 1970. Voir aussi (...)

10Les conférences aux limites ont été étudiées dans le détail, mais aussi avec une grande ampleur de vue, par Christophe Huyghe14 - procédure et organisation, pratiques et langages - alors que Nelly Girard d'Albissin15 avait déjà su retrouver l'évolution générale de la frontière, sa genèse. Si les traités de paix procédaient aux grandes décisions, aux échanges de territoires, il fallait encore les définir dans le détail. Ainsi ces discussions nécessitaient des études approfondies et pénétraient dans la vie des sociétés. Les commissaires aux limites étaient pour la plupart des administrateurs locaux, qui connaissaient les réalités du pays, et qui devaient tenir compte de la politique des souverains mais aussi des réactions locales.

  • 16 Arch. dép. du Nord, C Limites 54, Procès verbal de l'assemblée de Lille, 5 avril 1670, fol. 405 v°, (...)

11La frontière se dessinait alors, tranchant dans le vif, introduisant brutalement au cœur de la vie quotidienne des ruptures irrémédiables. Les plénipotentiaires qui négociaient lors des conférences aux limites étaient donc souvent invités à faire une « descente » sur les lieux. Des envoyés du roi d'Espagne proposaient par exemple en 1670 : « Si les dittes cartes, attestations et pièces ne donnent pas assés d'apaisement, on offre de faire une descente sur le lieu et d'y produire devant les commissaires des Roys, nombre suffisant de témoins et documens pour promptement et plus amplement vériffier le contenu des dittes cartes et attestations, droit et possession de Sa Majesté catholique »16.

  • 17 Bib. mun. de Lille, Ms Godefroy 135, Procès-verbal de l'assemblée de Saint-Omer, novembre 1660, fol (...)
  • 18 Ibid., fol. 19 r°.

12Certaines de ces fractures continuaient à suivre des découpages traditionnels issus du passé médiéval. Lors des conférences de Saint-Omer en 1660, il fallut étudier la séparation des châtellenies de Bergues, Bourbourg et Cassel. Des officiers locaux allèrent étudier le terrain pour « convenir ensemble des endroits les plus propres et convenables où l'on puisse planter des bornes »17... Ils constatèrent nombre de difficultés dues aux enclavements, mais ils signalèrent aussi pour d'autres lieux : « il ne s'y est rencontré aucune difficulté au sujet des limites des deux chastelenies et qu'il n'estoit pas nécessaire d'y planter des bornes pour estre la séparation assés conneue aux habitans »18. Venue du fond de la mémoire, la limite se faisait, sans difficulté, frontière invisible entre les souverainetés.

  • 19 Ibid., fol. 36 r°.

13Les commissaires déclarèrent donc à la suite de cette expertise : « Et pour la séparation de la ditte chastelenie d’avec celle de Cassel, attendu qu'il paroist par le procès verbal des officiers que les limites en sont si conneus qu'il ne s'est rencontré aucune difficulté entre eux et que si on vouloit y planter des bornes, il en faudroit une si grande quantité que cela causerait plustost de la confusion que de servir à la distinction que l'on prétend faire, nous sommes d'avis de laisser les choses comme elles sont »19.

  • 20 Ibid., fol. 38 r°. Les textes mentionnés aux notes 17 à 20 sont cités par C. HUYGHE, op. cit., p. 1 (...)

14La seule mesure prise fut la suivante : « Et nous, commissaires des deux Roys, sommes convenus aussitost que la saison le permettra, de faire planter six bornes marquées d'un costé aux armes de la France, de l'autre à la croix de Bourgongne, scavoir trois depuis la mer jusques au canal appelé le Viel Mardick et trois à l'endroit où est la baye d'espine commençant à Lauvée entre la maison et terres appartenantes à Cornil Haniers dans le village de Drincham et la maison appartenans à Martin Armoux dans le village de Pitgam »20...

15Ainsi les repères étaient à la fois flous, puisqu'il fallait tenir compte d'un enchevêtrement issu du passé, mais aussi très précis avec ces particuliers dont il fallait retenir le nom et dont la demeure devenait comme une borne géographique, un nom de lieu.

  • 21 Bib. mun. de Lille, Ms Godefroy 101, p. 315, 26 avril 1669, lettre des commissaires français à Louv (...)

16Si le ton était courtois, la violence n'était pas forcément lointaine. Ainsi en 1669, pour un échange, les commissaires du roi proposaient d'utiliser comme otages deux procureurs de Gand, mais ils ajoutaient : « Si cela ne vous contente pas, nous avons icy depuis quelques jours la fille du Président de la Chambre des Comptes qui est venue de Bruges. Elle est aagée de dix sept ans, de fort belle taille, elle a le tein vif les joues incarnates, de grands yeux une belle gorge, la peau douce comme du satin. Vous n'avez qu'à commander, nous nous en saisirons et vous ferez retenir sur nos appointements ce que les procureurs ne pouront pas payer, si ce n’est que vous vous contentiez du soin que nous prendrons de vous préparer les voyes et de la mettre en estat de ne plus crier quand vous passerez icy, car vous scavez, on fait un grand mal aux filles de cet aage les premiers jours »21... Même si c'était une plaisanterie odieuse, cette proposition rappelle que la guerre était la cause de ces remaniements et que le harcèlement militaire était à l'origine de ces bouleversements locaux.

  • 22 Arch. dép. du Nord, Plan 2687, voir C. HUYGHE, op. cit., p. 85-88 et Annexe 21.
  • 23 Cité p. 88. Sur la cartographie : Frédéric BARBIER (sous la direction de), La carte manuscrite et i (...)

17Les litiges frontaliers n'étaient pas rares. C'étaient souvent des séquelles des combats. Mais les civils s'en mêlaient aussi. Une très belle carte étudiée par C. Huyghe22, avec le cours de la Lys, fut faite en 1668 et utilisée dans les négociations. Il y était signalé « une quantité prodigieuse de chesnes sortant du bois de Nieppe, que les françois de St Venant ont couppé devant la cession d'armes »23. En septembre 1698, un affrontement eut lieu entre les habitants de Menin et ceux de Courtrai, faisant un mort et plusieurs blessés.

  • 24 Arch. dép. du Nord, C Limites 54, Procès-verbal de l'assemblée de Lille, 20 mars 1670, fol. 94 r°, (...)
  • 25 Paul SONNINO, Louis XIVand the origins of the Dutch War, Cambridge, 1988.

18Les querelles éclataient aussi à propos des contributions en temps de guerre ou à propos des impôts. En 1670, voici celle qui était décrite pour Deulémont « Les attentats commis au village de Deuslemont consistent en ce qu’au dict Deuslemont, il n'y a qu'un petit tenement séparé par les bornes qui est chastelenie de Lille /donc en territoire français/, la plus grande partie, l'église et la place devant l'église estant notoirement Ipre /donc en territoire espagnol/, y ayant contribué les tailles depuis tout tems, ce qu'estant si notoire que l'on ne croit pas qu'aucun inhabitant du dict Deulemont dira autrement. Ce nonobstant, environ le mois de janvier de la présente année, un commis de France a establi un bureau au logis d'Adrien Poupart, hoste sur la place du dict Deulemont et, au milieu de la juridiction d'Ipre, y ayant affiché les armes de Sa Majesté Très Chrétienne et menacé de faire loger la place de garnison française, si on luy donnoit de l'emmpeschement »24. Ainsi, avant la guerre de Hollande, se retrouve cette politique brutale qui marqua plus tard les « réunions » et dont Paul Sonnino25 a bien montré qu'elle fut une tentation constante en temps de paix, pour prolonger sur le terrain le temps de guerre.

  • 26 N. GIRARD D’ALBISSIN, op. cit., p. 48, cité par C. HUYGHE, op. cit., p. 104.

19La personnalité des négociateurs était aussi prise en compte. Après le traité des Pyrénées, du côté des Espagnols, le négociateur était Anthoine Colins, le président du Conseil Provincial d'Artois, de cet Artois dont une grande partie passait à la France. En soulignant « la douleur qu'il sent de voir réduit son ressort à deux bailliages qui s'estendoit autrefois à tout l’Arthois », on tenait compte de « l'intérest qu'il a par la mesme raison de fuir le règlement des limites parce que dans le doute on reconnaitra sa juridiction plutost que celle d'Arras... ». Il fallait craindre de lui beaucoup de lenteur : « ...il est chez lui où il vit à bon marché, s'il en falloit sortir sa dépense augmenterait et sa santé pourroit estre attaquée, il ne faut donc pas douter qu'il fasse durer les affaires »26... Dans ce cas, l'étranger à Saint-Omer était le négociateur français. Le négociateur artésien repoussait la perte de son influence et de son pouvoir, décidée loin de lui. Il était ainsi peu à peu rejeté de son propre pays, mais, dans sa ville, il résistait en gagnant du temps.

Les cassures économiques

  • 27 Gérard PRIN, La circulation dans les provinces septentrionales de la France au XVIIIe siècle : la n (...)

20Il est certain que la politique de Colbert a été très tôt de détourner les flux commerciaux qui existaient dans les Pays-Bas et de les détourner vers la France. Voici donc les cassures économiques. Dans le monde de la batellerie, cette politique s'imposa comme l'a montré, à travers une recherche concrète et originale, Gérard Prin27. Bien sûr la circulation continua vers les territoires espagnols, puis autrichiens, mais tout fut fait pour créer un axe de communication, parallèle à la nouvelle frontière, telle qu'elle s'établit après la paix d'Utrecht. Il s'agissait de passer de l'Escaut à la mer du Nord tout en restant à l'intérieur des nouvelles frontières. De nouveaux canaux - canal de l'Esplanade à Lille et canal de Neuf-Fossé - permirent à partir de 1774 de joindre Valenciennes à Dunkerque sans rupture de charge.

21Les contraintes économiques s'étaient néanmoins imposées. Après Nimègue, la batellerie de Mons, espagnole, et celle de Condé, française, durent s'entendre et le 14 août 1686 le traité de Crespin réunissait ces deux batelleries en un seul corps qui assurerait le transport de la houille du Hainaut espagnol. Ce traité respectait les intérêts de toutes les parties puisque les Espagnols pouvaient transporter leur charbon en passant sur les terres françaises. En 1754, l'intendant interdit tout chargement de charbon, ailleurs qu'au port de Noir-Mouton, où seuls pouvaient charger les bateliers de Condé.

22Mais la batellerie connut aussi des conflits internes. Trois navigations s'affrontèrent ainsi au quotidien, celle de Condé, celle de Flandre-Artois, de création récente, et celle de Dunkerque avec ses bélandriers. Chacune se chercha des protecteurs : celle de Condé pouvait compter sur les Croÿ, celle de Flandre-Artois sur la chambre de commerce de Lille et les États de la province, enfin celle de Dunkerque trouva un allié, à la fin du XVIIIe siècle, en la personne de Calonne.

23Il fallait aussi compter sur la présence de bateliers étrangers. Un arrêt du Conseil d’État de février 1670 avait défendu aux étrangers de venir prendre charge sur le territoire français, cet arrêt fut renouvelé en 1694, ce qui pourrait montrer, comme toujours, que ces décisions n'étaient pas respectées. Et les mêmes tensions existaient dans les Pays-Bas autrichiens.

24C'est plus globalement tout le commerce qu'il faut interroger avec l'évolution des circuits et leur adaptation aux changements politiques, mais aussi avec la tentation d'esquiver les contraintes et de rechercher la fraude et la contrebande. Les autorités portaient toujours une attention vigilante sur le commerce à proximité de la frontière.

Les « républiques » de la frontière

  • 28 Judith DESMIDT, Souveraineté et sociétés : la vie de la frontière du nord au XVIIIe siècle. Lille I (...)
  • 29 Bib. mun. de Lille, C. MASSE, Mémoire sur la carte du quarré F où est Armentières. Bailleul, Estair (...)

25Longtemps au XVIIIe siècle, les autorités se plaignirent de la complexité de la frontière qui ne facilitait pas les distinctions simples entre régnicoles et étrangers, et cela donnait à la vie sur la frontière des traits caractéristiques qui ont été retrouvés avec méthode par Judith Desmidt28. Un ingénieur géographe, nommé pour dresser des cartes en Flandre vers 1723, se plaignait des enclaves dépendant de la châtellenie de Warneton « parce que les peuples qui habitent ces enclavements jouissent des memes privileges et prerogatives que les sujets de l'Empereur des pays bas autrichiens...il est bon de remarquer que les peuples qui habitent ces enclavements ont très grand soin de se dire sujets de Sa Majesté imperiale »29...

  • 30 Arch. dép. du Nord, C 10 222, Mémoire de 1769, cité par J. DESMIDT, op. cit., p. 87. Les fermiers d (...)

26En 1749, la monarchie française essaya de faire payer les droits du domaine à deux villages, Vezon et Brasmenil. Les habitants chassèrent le receveur et les commis « avec tant de violence qu'on a foncé les Portes du Bureau, arraché le tableau aux Armes du Roy en sorte que le Receveur et les commis ont été forcés de se sauver par la fenetre à travers les hayes et les broussailles pour mettre leur vie en sureté et se rendre avec la plus grande precipitation à Valenciennes »30.

27Les contestations sur la frontière furent durables, par exemple plus à l'est, à propos de Fumay et de Revin entre l'Autriche, l’Électeur de Trèves, la France et, un temps, le prince de Chimay. En 1773, un accommodement fut trouvé et un long rapport à l'intendant du Hainaut faisait un sombre tableau de la situation avant le rattachement à la France.

  • 31 Arch. dép. du Nord, C 10 741, mémoire du 7 décembre 1774, adressé par Regnard, échevin de Fumay à T (...)

28« Les villes de Fumay et Revin ne reconnoissoient point de Souverain avant leur reunion au Royaume ; c'étoient des Especes de republiques, dont les administrateurs s'etoient rendus les maitres ; jamais l'abus du pouvoir ne fut porté plus loin ; la Regie économique etoit changée en un despotisme affreux les deniers publics etoient à la merci du plus audacieux et l'administration n'etoit qu'un Brigandage... Depuis cette heureuse Epoque / le rattachement à la France / l'œil éclairé du Magistrat qui dirige la Province a fait succeder l'ordre a la dissipation, les finances de ces villes sont en seureté, les procés sans nombre qui les consumoient eteints : c'est à ses soins infatigables que les peuples de ces cantons doivent le Bonheur dont ils commencent à jouir... »31.

29Ce que le mémoire soulignait, c'était la complexité du droit, le chevauchement des coutumes et l'incertitude de la jurisprudence : « D'un côté le défaut de précision dans les loix alimente l'esprit déjà trop processif des Peuples, les engage dans des procès toujours ruineux : parce que dans cet état d'incertitude ils esperent qu'on pourra adopter les principes sur lesquels ils appuient leurs pretentions ; d'un autre côté les juges attachés à certaines règles, à des maximes antiques, provoqués d'ailleurs de se conformer aux loix réçues au nouveau tribunal Superieur qui doit connoitre de leurs jugemens, ne savent plus sur quoi se decider... » Dans une société où la justice sert à définir le souveraineté et où elle est un recours essentiel, cette incertitude et cette confusion étaient jugées comme une source de trouble.

  • 32 Alain LOTTIN, Vie et mentalité d'un Lillois sous Louis XIV, Lille, 1968.

30Dans ces petites républiques, les magistrats et les administrateurs étaient jugés incompétents : « ...leur ignorance est une nouvelle source de malheurs ; la justice est administrée dans l'une et l'autre ville par un corps d'officiers composé d'un Mayeur et sept Echevins presque tous illettrés, qui n'ont d'autre connaissance des loix et des ordonnances que celle que peut donner l'habitude et le long usage des affaires ; aprés cela on se représente aisèment quelle doit etre la dèfiance, la crainte des citoyens, lorsqu'ils sont dans le cas de Rèclamer, l'authorité de la justice... ». Même si la critique était violente, ce texte reconnaissait l'expérience qui tenait lieu de savoir. Le désordre était néanmoins dénoncé : « Dans cet État la Police est sans action, nul soin d'entretenir dans ces villes dont les territoires refusent tout à ses habitants, l'abondance des denrées de premiere necessité, nulle vigilance à réformer les abus qui se commettent dans le commerce, toutes les parties de l'administration sont négligées et les archives mêmes de ces justices qui sont comme le dépot de la seureté et de la tranquillité publique sont dans le plus grand désordre »32.

31Tout l'effort du XVIIIe siècle conduisit à des échanges ponctuels pour donner à la frontière sa linéarité. Le roi de France et la reine de Hongrie parvinrent à des accords à l'amiable, mettant fin à ces étranges républiques qui inquiétaient tant.

32L'établissement de la frontière introduisait donc une fracture, une altérité, au sein d'un pays qui avait au contraire une forte identité. Cette identité finalement survivait et se manifestait parfois.

33Les élites sociales glissaient sans trop de heurts d'une souveraineté à l'autre, d'autant que le roi d'Espagne avait été un souverain lointain et que le nouveau roi était prêt à récompenser la compétence. Les populations regardèrent sans doute avec plus de réticence l'arrivée d'une administration plus efficace, d'un maître plus autoritaire et plus proche, d'une fiscalité plus contraignante.

34La progression du territoire français s'accompagnait d'une simplification qui permit de passer d'une définition encore féodale de la limite à une vision plus géographique d'une frontière linéaire. Néanmoins des structures anciennes continuèrent longtemps à organiser l'espace et là encore ce respect d'un passé lointain facilitait le passage d'une souveraineté à l'autre.

35La nouvelle frontière troublait la circulation des hommes et des marchandises d'autant que s'élaborait en même temps une politique mercantiliste, c'est-à-dire une volonté de maîtriser et de contrôler les circuits commerciaux. Une telle rupture était-elle acceptable, était-elle acceptée ? Trois éléments facilitèrent cette évolution. D'abord la force des habitudes en matière économique, ensuite les facilités probables pour détourner les édits, enfin la volonté politique d'aménager le territoire et la circulation.

36Le modèle d'administration française renforçait encore le souci de clarification qui était présenté comme une conquête de l'esprit sur l'ignorance, de la justice sur l'injustice, de la police sur le désordre.

37Ce triomphe de l'administration réglée mettait fin à des situations de grande indépendance où finalement les habitants devaient trouver de grands avantages, et déjà fiscaux.

38Comme les Pays-Bas avaient imposé, à la fin du XVIe siècle, leur identité, religieuse avant tout, face aux Provinces-Unies, le nord du royaume de France avait trouvé à son tour la sienne face aux Pays-Bas espagnols, puis autrichiens. Certes les terres du nord étaient partie prenante de l'identité française, mais elles nourrissaient la nostalgie d'un passé glorieux et l'entretenait par une complicité avec les pays voisins. Il s'agirait d'étudier si l'alliance franco-autrichienne de 1756 n'a pas contribué à renforcer cette complicité.

Notes

1 Lucien BÉLY, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, 1990.

2 En étudiant quelques réalités des provinces septentrionales du royaume de France, c'est pour moi l'occasion de rendre hommage à une ville, une région, une université et un centre de recherche où j'ai pendant quatre ans reçu le meilleur accueil. C'est pour moi aussi l’occasion de signaler et de rappeler d'excellentes recherches inédites qui ont été menées par de jeunes chercheurs dans cette université même sous ma direction. Que ces jeunes historiens trouvent ici l'expression de ma reconnaissance.

3 Nathalie BILLARD, Michel-Ange de Vuoerden. témoin du Grand Siècle (1629-1699), Lille III, maîtrise, 1992, sous la direction de L. Bély. Sur Vuoerden : C. de VENDEGIES, Biographie et fragments inédits extraits des manuscrits du baron de Vuoerden, Paris, 1870 ; abbé HUGUET, « Le baron Michel-Ange de Vuoerden, chevalier d’honneur du conseil souverain siégeant à Tournai, bailli des États de Lille... », in Bulletin de la société historique et littéraire de Tournai. 15, avril 1872, p. 181-224 ; C. G. PICAVET, « Un document sur les débuts du gouvernement personnel de Louis XIV : le journal du baron de Vuoerden », in Revue du Nord. 2, 1911, p. 113-125. Sur le contexte général, voir Jean-Michel LAMBIN, Quand le Nord devenait Français. Paris, 1980.

4 Bibliothèque municipale de Cambrai, Ms B 760, M.A. DE VUOERDEN, Memoires contenans ce qui m'est arrivé de plus considérable dans la vie et ce qui regarde l'histoire du temps depuis que j'ay esté emploié dans les cours, dans les armées et dans les affaires publiques. 1693, fol. 29, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 15-16.

5 Ibidem, fol. 30, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 16.

6 Bib. mun. de Cambrai, Ms B 777 « Lettres, mémoires, affaires et galanteries », 1658 à 1661, fol. 77, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 40.

7 Bib. mun. de Cambrai, Ms C 771, fol. 177 v°-178, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 62.

8 Ibidem, Ms B 779, fol. 86 v°, 19 juin 1668, cité p. 63.

9 Bib. mun. de Cambrai, Ms C 761, « Lettres, mémoires, affaires 1669-novembre 1671 », fol. 15, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 67.

10 Ibidem, fol. 17, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 67.

11 Cité par l'abbé HUGUET, op. cit.

12 Bib. mun. de Cambrai, Ms C 762, « Lettres, mémoires, affaires et galanteries », fin de l'an 1671-1676, fol. 14, cité par N. BILLARD, op. cit., p. 69.

13 Bib. mun. de Lille, Ms Godefroy 132, « Journal du Baron de Vuoerden », fol. 34 r°, cité par Christophe HUYGHE, Les conférences aux limites sur la frontière du nord sous Louis XIV. Lille III, maîtrise, 1993, sous la direction de L. Bély, p. 154.

14 Christophe HUYGHE, op. cit.

15 Nelly GIRARD D'ALBISSIN, La genèse de la frontière franco-belge, 1659-1789, Paris, 1970. Voir aussi Firmin LENTACKER, La frontière franco-belge. Étude des effets d'une frontière internationale sur la vie de relation, Lille, 1973.

16 Arch. dép. du Nord, C Limites 54, Procès verbal de l'assemblée de Lille, 5 avril 1670, fol. 405 v°, cité par C. HUYGHE, op. cit., p. 76.

17 Bib. mun. de Lille, Ms Godefroy 135, Procès-verbal de l'assemblée de Saint-Omer, novembre 1660, fol. 11 r°.

18 Ibid., fol. 19 r°.

19 Ibid., fol. 36 r°.

20 Ibid., fol. 38 r°. Les textes mentionnés aux notes 17 à 20 sont cités par C. HUYGHE, op. cit., p. 189-191.

21 Bib. mun. de Lille, Ms Godefroy 101, p. 315, 26 avril 1669, lettre des commissaires français à Louvois, cité par C. HUYGHE, op. cit., p. 179.

22 Arch. dép. du Nord, Plan 2687, voir C. HUYGHE, op. cit., p. 85-88 et Annexe 21.

23 Cité p. 88. Sur la cartographie : Frédéric BARBIER (sous la direction de), La carte manuscrite et imprimée du XVIe au XIXe siècle, Paris, 1983 ; François DE DAINVILLE, Le langage des géographes. Termes-signes-couleurs des cartes anciennes, 1500-1800, Paris, 1964 ; M. WATELET, Paysages de Frontières. Tracés de limites et levés topographiques, XVIIe-XIXe siècles, Paris-Louvain la Neuve, 1992. D. Nordman a donné de nombreux articles sur le thème de la frontière.

24 Arch. dép. du Nord, C Limites 54, Procès-verbal de l'assemblée de Lille, 20 mars 1670, fol. 94 r°, cité par C. HUYGHE, op. cit., p. 215.

25 Paul SONNINO, Louis XIVand the origins of the Dutch War, Cambridge, 1988.

26 N. GIRARD D’ALBISSIN, op. cit., p. 48, cité par C. HUYGHE, op. cit., p. 104.

27 Gérard PRIN, La circulation dans les provinces septentrionales de la France au XVIIIe siècle : la navigation sur les canaux, Lille III, maîtrise, 1992, sous la direction de L. Bély.

28 Judith DESMIDT, Souveraineté et sociétés : la vie de la frontière du nord au XVIIIe siècle. Lille III, maîtrise, 1990, sous la direction de L. Bély.

29 Bib. mun. de Lille, C. MASSE, Mémoire sur la carte du quarré F où est Armentières. Bailleul, Estaires et Merville. Ms 452, p. 381, cité par J. DESMIDT, op. cit.. p. 25-26. Roger DION dans les Frontières de la France. Paris, 1947 soulignait que « pour les peuples eux-mêmes, ce pouvait être un sort enviable que d'habiter un lieu dont on ne savait nommer le souverain avec certitude », cité par J. DESMIDT, op. cit., p. 85.

30 Arch. dép. du Nord, C 10 222, Mémoire de 1769, cité par J. DESMIDT, op. cit., p. 87. Les fermiers du Domaine s'estimaient lésés car la perception avait été interrompue de 1749 à 1769.

31 Arch. dép. du Nord, C 10 741, mémoire du 7 décembre 1774, adressé par Regnard, échevin de Fumay à Taboureau, intendant du Hainaut, cité par J. DESMIDT, op. cit., p. 56-57.

32 Alain LOTTIN, Vie et mentalité d'un Lillois sous Louis XIV, Lille, 1968.

Auteur

Université Paris XII-Val de Marne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter