Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Perspective générale

Synthèse des débats

Texte intégral

1Cette première séance ayant pour fonction d'ouvrir des perpectives générales et diachroniques sur l'histoire de l'Autre, il était logique que les interventions suscitassent d'abord une série de réflexions sur la notion et son rapport avec le terme d'étranger.

Les mots pour désigner l'Autre

2Jean-Pierre Jessenne souligne que plusieurs communications ont illustré l'ambiguïté consubstantielle d'une notion qui se réfère tantôt à l'étranger strictement défini, par exemple comme non régnicole à l'époque moderne, tantôt à l'Autre polymorphe, caractérisé seulement par sa différence avec les normes identitaires prévalant dans un corps social donné. L'interrelation entre ces deux appréhensions constitue certainement une des voies ouvertes à la réflexion.

3En prolongeant, les analyses sur les désignations de l'étranger au haut Moyen Âge (Régine Le Jan) et dans la France moderne (Jean-François Dubost), Bernard Cottret souligne l'étonnante coïncidence avec la terminologie anglaise du XVIe siècle ; celle-ci utilise en effet le terme alienus - qui donnera alien - pour désigner l'étranger qui réside à demeure dans le pays d'accueil ; peregrinus est aussi courant dans le contexte de la réforme protestante : la notion revêt une dimension métaphysique et désigne prioritairement et laudativement l'exilé réfugié en Angleterre pour sa foi. Bernard Cottret relève aussi la parenté entre le terme français forain et l'anglais foreigner, équivalent aux XVIe et XVIIe siècle de stranger, et servant à désigner celui qui vient d'ailleurs, sans considération de nationalité.

4Plus généralement, les remarques, les questions et les réponses convergent vers un appel à vigilance à l'égard de mots usités dans la désignation des processus actuels d'intégration ou d'exclusion ; ces mots donnent lieu plus que d'autres à des simplifications ou à des ambiguïtés ; leurs acceptions varient fortement selon les moments et les locuteurs : ainsi en va-t-il de « droit à la différence » ou de « banlieues » (exemples pris par Bernard Cottret), de « racisme » ou « d'eugénisme » (notions à propos desquelles Gilles Ferréol signale les changements d'optiques qu'ont pratiqués les sciences sociales).

5Au-delà de la réflexion notionnelle, la question de la langue est revenue, sous une autre forme et à plusieurs reprises dès la première séance.

La langue de l'Autre, facteur de différenciation ?

6Philippe Guignet interroge Jean-François Dubost sur le rôle de la différenciation linguistique dans la France moderne en faisant référence à une communication où Daniel Nordman souligne l'absence de prise en compte de ce critère dans les délimitations des États (D. Nordman, « Langues et territoires en France aux XVIIe et XVIIIe siècle », in Le sentiment national dans l'Europe moderne, Bulletin de l'Association des historiens modernistes, Paris, 1991, no 15, p. 9-23). Jean-François Dubost confirme cette analyse, ajoutant toutefois que le critère peut être invoqué à la marge, notamment par des juristes comme Jean Papon, pour justifier l'exclusion de certains bénéfices ou offices.

7Bernard Cottret élargit la portée de la singularisation linguistique en diagnostiquant l'existence dans la culture française d'un « volontarisme linguistique » manifeste au moins depuis l'époque de Richelieu et contrastant avec les pratiques anglo-saxonnes. Jean-François Chanet précise la portée que revêt ce volontarisme au temps de la IIIe République. Il s'agit de consolider la fonction de l'école comme instance de socialisation et de construction de l'unité. Mais, souligne Jean-François Chanet, ceci ne signifie pas le refus des différences au-delà des limites de l'école ; d'ailleurs beaucoup d'enseignants se trouvaient partagés entre leur goût pour la langue régionale, qu'ils pratiquaient volontiers avec leurs compatriotes, et les exigences de leur fonction qui les conduisaient à bannir cette langue de l'enceinte scolaire. Il est sur ce plan significatif que Jules Ferry n'ait pas évoqué la dimension linguistique de l’École républicaine. En fait, explique Jean-François Chanet, l'irruption de la question linguistique intervient à l'aube du XXe siècle quand la revendication pour la langue croise la revendication cléricale ; ainsi la Bretagne, la Flandre ou le Pays basque sont les régions où le problème est posé avec acuité alors qu'il n'affleure guère dans le Midi occitan car la langue régionale n'y est pas associée au même point à l'Église. Bernard Cottret prolonge l'observation en relevant que le protestantisme méridional a favorisé le bilinguisme en ne traduisant pas l’Écriture en occitan et qu'ainsi le « bilinguisme des pasteurs a préfiguré celui des instituteurs ». Jean-François Chanet discerne effectivement une confirmation de cette hypothèse dans la confrontation des méthodes d'enseignement du français : le pédagogue protestant Félix Pécot préconise un apprentissage progressif aux enfants basques grâce au passage par une phase de traduction du français dans la langue maternelle alors que, significativement, d'autres pédagogues, notamment en Bretagne, appellent justement « méthode maternelle » l'exclusion totale du breton et l'accès direct au français.

8Ce débat peut être considéré comme composante d'une interrogation plus large.

L'Autre, entre universalité et singularité

9Nos échanges de vues confirment d'abord l'oscillation de l'image de l'Autre entre des répulsions radicales nourries par des phobies anthropologiques récurrentes et des façonnements circonstanciels. Bernard Cottret signale, comme exemple fort du premier cas de figure, l'assimilation entre étranger et incestueux. Patrick Thollard remarque que l'attribution au barbare de pratiques incestueuses s'avère effectivement courante. Stéphane Lebecq ajoute que les Frisons ont la réputation de pratiquer l'infanticide des filles et il insiste sur le fait que cette réputation, et les autres sans doute, naissent de rumeurs bâties sur des apax. Jean-François Dubost, quant à lui, observe qu'aux temps modernes la figure repoussoir de l'altérité absolue semble être davantage le juif et le sodomite. Régine Le Jan confirme que le thème de l'étranger incestueux transparaît au haut Moyen Âge ; elle précise toutefois qu'il est davantage carolingien que mérovingien et elle suggère que si la référence négative à l'inceste devient plus commune à partir du VIIIe siècle, c'est sans doute en raison du combat de l'Église pour christianiser le mariage et étendre l'exogamie familiale.

10Cette historicisation du rejet de l’Autre incestueux se situe dans la lignée de multiples interventions interrogeant ou mettant l'accent sur l'importance du contexte socio-culturel dans la construction de la figure de l'Autre. Par exemple à une question de Jean-Pierre Jessenne sur la perpétuation, dans la France de XVIe et XVIIe siècles, du rôle des réseaux relationnels dans l'acceptation ou le rejet des étrangers, Jean-François Dubost répond en soulignant que ce rôle demeure effectivement très important tout en évoluant dans les formes : dans les villes marchandes, les organisations de « nations » jouent un rôle essentiel pour faciliter l'accueil de leurs congénères mais aussi pour représenter la ville hors de France (ainsi les consuls de Marseille à l'étranger sont pour la plupart italiens) ; dans les cercles monarchiques, la promotion des étrangers passe en fait par l'insertion individuelle dans les clientèles françaises déjà constituées, et non par l'influence de camarillas étrangères qui font fantasmer mais qui n'ont guère de réalité.

11Ce jeu entre la permanence de certains comportements et leur transformation par le contexte historique, Jean-Pierre Hirsch en perçoit une autre manifestation dans la perpétuation, bien au-delà du XVIIIe siècle, d'attitudes qu'on peut qualifier de « mercantilistes » et qui consistent à bien accueillir les étrangers pourvu qu'ils soient jugés économiquement utiles à la collectivité. Cette observation conduit Jean-Pierre Hirsch à considérer avec circonspection la profondeur du changement introduit par les Lumières en matière de regard sur l'étranger et à accorder davantage d'attention aux situations des étrangers en cause : les « frontaliers » sont-ils mal perçus dans la mesure où ils gardent des liens avec leur pays d'origine ? Les étrangers ayant manifesté une volonté d'installation sont-ils davantage considérés ? A ces interrogations, Jean-François Dubost répond en insistant justement sur la diversité des statuts frontaliers selon que les habitants concernés sont ou non aubains et sur l'influence des prétentions de ceux qui visent l'installation : une réussite par un travail qui enrichit le royaume et qui s'accompagne d'une modestie de comportement constitue un gage d'acceptation ; en revanche, les prétentions à accéder aux plus hautes charges, y compris à la Cour, déchaînent la xénophobie. Stéphane Lebecq ajoute qu'à ces divers facteurs qui modifient les données de l'étrangeté, il faut certainement ajouter les calamités qui ont souvent constitué le point de départ des pogroms. Dans un ordre d'idée proche, Philippe Guignet souligne que depuis les années 1980, le chômage constitue un facteur qui pèse lourdement sur la reconnaissance de l'Autre.

12Ces observations d'ordre conjoncturel croisent à plusieurs reprises les réflexions sur un autre mode de penser la relation entre l'Universel et le singulier. Henri Platelle et Philippe Guignet, chacun à leur manière, attirent l'attention sur le fait que le christianisme, par le rôle conféré à l'amour universel du prochain, a participé fortement à la construction du rapport à l'Autre. Bernard Cottret décèle lui, en ce domaine, des différences nationales : la démarche britannique se fonde en permanence sur la singularité tandis que les traditions française et américaine se veulent universalistes. Toutefois, entre celles-ci, une différence majeure s'observe du fait de l'importance de la « community » dans une société américaine qui s'organise sur un mode ternaire associant individu, communauté, État. L'analyse de Gilles Ferréol sur l'Europe contemporaine confirme l'importance du niveau « méso-sociologique » dans les processus d'intégration : en Italie, la famille continue de jouer un rôle essentiel dans cette médiation entre l'individu et la collectivité ; en Angleterre, ce sont plutôt les diverses structures associatives ; la société française offrirait moins de garantie de trouver un appui communautaire, sous l'une ou l'autre des deux formes citées, ce qui pourrait expliquer qu'en France le taux de suicides soit proportionnellement plus élevé depuis le milieu des années 1980. En même temps, en répondant à une question de Dominique Desvignes sur la capacité de l'universalisme républicain à produire du sens dans un contexte social difficile, Gilles Ferréol souscrit également à l'idée que les dysfonctionnements des instances de socialisation proviennent de la difficulté à donner un sens collectif à l'action de chacun, celui de la citoyenneté notamment.

13Ainsi se trouve confirmée la multiplicité des conditions qui, au travers de l'Histoire, modifient l'image de l'Autre et son intégration. Gageons que si ces débats très riches et sommairement résumés avaient pu se poursuivre, d'autres approches eussent été ajoutées.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter