Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Perspective générale

L’étranger dans la France d’Ancien Régime : ambiguïtés d’une perception

Jean-François Dubost

Texte intégral

  • 1 Outre ses études classiques sur la présence étrangère en France, [Les étrangers en France sous l’A (...)
  • 2 Dictionnaire du Grand Siècle, article « étrangers devenus regnicoles ».

1Après avoir suscité un relatif intérêt au début de ce siècle avec quelques études ponctuelles de Jules Mathorez1, la constitution de l’image de l'étranger dans la France d’Ancien Régime est un sujet qui a ensuite été largement dédaigné par les historiens. Il en résulte que la question est trop souvent abordée sans nuances : « La France du Grand Siècle, au niveau de ses élites, n'est pas xénophobe. Quant au peuple - en un temps où l'on ne compte aucune immigration massive et où l'on n'apercevrait aucune « mosaïque française » - il ne Ce devient qu'exceptionnellement... », trouve-t-on sous la plume de F. Bluche dans son fameux Dictionnaire du Grand Siècle2.

2C'est faire injure à la richesse et à la complexité de l’histoire française des XVIe-XVIIIe siècles que de supposer ainsi résolue la question de la perception de l'étranger sous l’Ancien Régime. Nous ne prétendons pas l’épuiser ici, mais seulement indiquer le cadre général permettant de suivre l’évolution connue par l'image de l’étranger du XVIe au XVIIIe siècle. Pour cela, nous commencerons par nous arrêter sur les critères d’identification de l’étranger par l’habitant du royaume, ce qui constitue une première manière de percevoir l’étranger. Nous tâcherons ensuite de saisir l’impact des grandes mutations idéologiques de la période sur l’image de l’étranger, ce qui constitue le deuxième aspect de sa perception. Nous limiterons la présente étude à la perception de l'étranger par les élites.

1. Identifier l’étranger

3Si l’existence, dans l’outillage mental d’Ancien Régime, de la catégorie « étranger » ne pose pas problème, il n’en va pas de même de ses délimitations précises.

1/ Des notions pour appréhender l’étranger : étranger, forain, aubain

4L’identification de l’étranger ne peut être qu’ambiguë en raison de l'existence de trois notions, non exactement superposables, pour l’appréhender : celles d’étranger, de forain et d'aubain.

5 Étranger et forain. Le terme d’étranger est lui-même ambigu pour désigner tantôt, dans une acception traditionnelle, l’étranger au lieu (paroisse, seigneurie, ville, voire province) tantôt, dans une acception plus moderne, l’étranger à l’État. Une telle ambiguïté apparaît ainsi - un exemple entre mille - chez le juriste Papon s'interrogeant sur l’opportunité de pourvoir les offices de judicature de titulaires étrangers : « De disposition du droit commun [les offices] ne doivent être donnés à ceux du pays mais plutôt aux étrangers ».

  • 3 J. PAPON, Secrets du troisième et dernier notaire, de Jean Papon, conseiller du roi et lieutenant (...)

6L’ambiguïté sur le terme étranger, n’est levée que plus loin lorsqu'il est précisé qu’il ne faut pas « chercher un du tout étranger et né hors du royaume, car ceux-là sans lettres de naturalité sont incapables, mais est requis qu'on les prenne en France d’autre province toutefois »3.

7La plupart des Français d'Ancien Régime s’en tiennent d’ailleurs à l'acception archaïque du terme, laquelle a actuellement toujours cours dans certains villages... Pour éviter toute ambiguïté, l’historien a la ressource de réserver le terme de forain à l’étranger au lieu.

  • 4 Voir de nombreux exemples de telles expulsions dans les Registres des délibérations du Bureau de l (...)

8La confusion entre l’authentique étranger et le simple forain s’accroît encore en temps de guerre et en temps de disette, lorsqu’on raison de dangers réels ou fantasmés, les communautés urbaines et villageoises se trouvent sur la défensive. L’expulsion de tous les forains est alors fréquemment décidée et l’étranger se trouve englobé dans le lot des indésirables, assimilé à une autre figure de l’altérité à la fois plus vaste et plus menaçante, celle de l’errant et de l’inconnu sans aveu4. Ces périodes de crise rendent particulièrement nette la confusion toujours possible, parce que latente dans les esprits, entre le forain et l’étranger.

  • 5 Voir sur ces taxes, mon étude en collaboration avec Peter SAHLINS (à paraître).

9Cette confusion se remarque également lors de la levée des taxes sur les étrangers décidées en 1639 et 1697. Il n’est pas rare que des forains soient alors abusivement imposés5.

10L’image de l’étranger ne se construit donc qu’en se dégageant de celle, englobante, du forain. Cette construction signale la progression étatique. À cet égard, les taxes levées sur les étrangers au cours du XVIIe siècle aident à clarifier cette image : en orchestrant à des fins fiscales la recherche des étrangers qu’il faut donc distinguer des forains, la monarchie impose à ses sujets un horizon étatique dans la perception de l’altérité géographique, horizon se superposant et, éventuellement s'opposant, à l’horizon local ou régional.

11 Étranger et aubain. La notion d’étranger doit aussi se dégager de la notion fort voisine d'aubain. Rappelons que le droit d’aubaine est un droit régalien attribuant au monarque les biens des étrangers morts dans le royaume sans avoir obtenu de lettres de naturalité. Cette règle générale est soumise à de nombreuses variations et exceptions si bien que tous les étrangers ne sont pas aubains. Dans le processus de clarification entre l’aubain et l'étranger, on retrouve le même enjeu que précédemment : l’État contre la région.

  • 6 R. MARIENSTRAS, Le proche et le lointain, Sur Shakespeare, le drame élisabéthain et l'idéologie an (...)

12En effet, dans la plupart des provinces frontières, la réalité régionale défie le cadre étatique : en Flandre, en Lorraine, entre les deux Bourgognes, entre le Roussillon et la Catalogne, la frontière étatique coupe dans le vif d’entités régionales vivantes. La monarchie doit assumer l'héritage historique régional en reconnaissant des exemptions d'aubaine réciproques entre les habitants des deux Bourgognes, entre Catalans français et espagnols, entre Lorrains et Évêchois, entre Flamands et Artésiens... Le statut concédé aux aubains dans ces régions frontières permet à ces entités régionales de perdurer. Il définit aussi deux catégories d’étrangers : appelons-les, pour reprendre une opposition chère à Richard Marienstras6, les étrangers proches, pour ceux qui ne sont pas aubains, et les étrangers lointains, lesquels sont aussi des aubains. L’existence de cette catégorie de « l'étranger proche » contribue à affaiblir la définition de l’étranger qui se retrouve diluée dans le nécessaire compromis entre la réalité régionale et les exigences étatiques.

2/ Le critère linguistique

  • 7 M. de CERTEAU, D. JULIA, J. REVEL, Une politique de la langue : la Révolution et les patois, Paris (...)

13Pour que la langue puisse distinguer l’étranger du Français il faut que l’on passe du concept de « parlers vulgaires » indifférenciés et inférieurs aux langues nobles anciennes, à celui de langues étrangères s’opposant au français, langue nationale. On sait le rôle joué par la Révolution française dans l’affirmation d'une nécessaire adéquation entre langue et territoire français7. Même si ce thème n’a jamais été exploité par la monarchie, on le voit néanmoins affleurer çà et là dans certains écrits de l’Ancien Régime. Nous en donnerons deux exemples.

  • 8 J. PAPON, op. cit., p. 450 : « La diversité des langages du pasteur et des brebis à lui commises q (...)
  • 9 J. PAPON, op. cit., p. 455.

14Dès les années 1570, Papon utilise l’argument linguistique pour justifier l'exclusion des étrangers des bénéfices ecclésiastiques, surtout des bénéfices mineurs avec charge d’âmes : comment en effet, les curés pourraient-ils prendre soin de leurs ouailles si l’obstacle linguistique s’interpose entre elles et lui ?8 Ce raisonnement se heurte bien évidemment à la diversité dialectale à l’intérieur même du royaume, laquelle semble créer des étrangers de l’intérieur : « d’autant que l’on trouve plusieurs pays qui se confrontent et néanmoins ont tangages divers qui sera intelligible particulièrement à ceux du lieu et non à autres leurs voisins, comme font les Bretons gallois et Bretons bretonnants. Sont néanmoins tous du royaume »9.

  • 10 J. RACINE, lettre à La Fontaine, Uzès, 11 XI 1661, in Œuvres complètes, « Bibliothèque de La Pléia (...)

15La diversité dialectale ne joue pas nécessairement au seul désavantage des usagers des patois, comme le jeune Racine en fait l'expérience durant son voyage dans le sud de la France : « Je vous jure que j’ai autant besoin d’un interprète, qu’un Moscovite en aurait besoin dans Paris. Néanmoins je commence à m’apercevoir que c'est un langage mêlé d’espagnol et d’italien ; et comme j’entends assez bien ces deux langues, j’y ai quelquefois recours pour entendre les autres, et pour me faire entendre »10.

16Le renversement est ici absolu : la maîtrise des langues étrangères permet au Français d'Île-de-France d’être compris de ces Français étranges qui ne parlent pas le français.

  • 11 « La division des langues ne fait la division des royaumes », Discours d’Orléans, in Discours pour (...)

17Néanmoins nos deux auteurs se rangent implicitement (Racine), ou explicitement (Papon), à l'avis de Michel de L’Hospital suivant lequel la diversité des langues ne menace pas la cohésion de l’État11. Le langage étrange ne suffit pas à signaler l’étranger.

  • 12 BN Pièces originales 1020, Douglas no 24.

18Dès le XVIIIe siècle cependant, le critère linguistique devient un élément plus important dans l’identification de l’étranger. En témoigne un curieux document de l’année 1761 relatif à une famille de l'aristocratie écossaise, la famille Douglas : en 1761, Archibald Stewart Douglas entreprend de prouver qu’il est fils de Lady Jeanne Douglas pour prétendre à la succession du duc Douglas. « Entre autres preuves, il produisit les quatre lettres suivantes comme écrites par un nommé Pier Lamarr qu’on dit qui accoucha Lady Jeanne Douglas Stewart de deux fils à Paris le 10 juillet 1748. Les anglicismes et les fautes d'orthographe, d’idiome et de syntaxe relevés ci-après prouveront que ces lettres n’ont pu être écrites ni par un Français homme de lettres ni même par un homme du peuple »12.

19Un tel texte suggère que dans les représentations des élites, la non-maîtrise du français commence bien à devenir un critère d’identification de l’étranger, même parmi les hommes du peuple.

3/ Le costume étranger

20L’étranger se signale-t-il aux yeux du Français par le caractère exotique de son costume ? La spécificité du costume peut jouer un double rôle d’identification :

  • identification de l’étranger trahi par l’étrangeté de son costume ;
  • identification des nations les unes par rapport aux autres, le costume traduisant les coutumes propres à chacune.
  • 13 Lettre du cavalier Marin à l'un de ses amis, cité par É. NAMER, La vie et l'œuvre de J.C. Vanini, (...)

21De fait, le costume est un élément important dans la rhétorique développant les stéréotypes des nations : leurs caractères transparaissent à travers la manière dont elles se vêtent. La gravité espagnole s’exprime dans la prédilection pour les étoffes sombres. La légèreté et l’intrépidité françaises se lisent au contraire dans le costume bariolé dont s’affublent les nobles de cette nation, ce qui, aux dires du cavalier Marin, les fait ressembler à des coqs13. Vertu admirable du costume qui transforme l’individu en emblème national...

  • 14 J. PAPON, op. cit., p. 448.

22Mais la mode vient troubler cette belle transparence : il suffit en effet que les costumes étrangers fassent sensation (comme ceux des ambassadeurs polonais de 1573 et 1645), pour que la mode s'empare de tels de leurs éléments caractéristiques et les diffuse dans le costume de la bonne société. D'aucuns trouvent déplorable ce succès des modes étrangères : « Tant s’en faut que 1e Français dédaigne l'habit étranger, veuille l'empêcher et rebuter, qu’au contraire à la première arrivée d’un étranger vêtu selon son usage en France, n’y a celui qui par curiosité sans aviser que l’habit soit lourd ou propre, ne se jette de s’en vêtir, difformer et contrefaire. Le témoignage est ordinaire et se voit de jour à autre de l'Allemand, Polonais, Italien et tout autre de nation étrange nouvellement venu en France »14.

23Cette complainte de la transparence perdue d'un costume devenu inapte à révéler le caractère national de celui qui le porte, n’est qu’une variation sur le thème éminemment conservateur de la transparence sociale du vêtement : à chaque condition, son habit ; à chaque peuple, son costume.

24Ce tour d’horizon suffit à souligner l'ambiguïté des critères d'identification de l’étranger. Une ambiguïté analogue se retrouve à propos de son image.

2. L’image de l’étranger

25L’étranger est-il perçu comme un ennemi ou comme un hôte, pour reprendre l’ambivalence du terme latin hostis ? L’étranger est tiré vers l’un ou l’autre de ces pôles opposés, suivant qu’il est étranger de passage (« viateur » dit-on alors souvent) ou qu’il s’installe dans le royaume.

1/Le « viateur »

26L’attitude des hommes d’Ancien Régime est incontestablement favorable à l’égard des étrangers de passage. Tous les juristes, mêmes les plus grincheux et les plus xénophobes comme Papon, tombent d’accord pour considérer que le droit d'aubaine est trop rigoureux à leur égard. Ils sont partisans d’un assouplissement de ses règles, ou même de sa suppression, pour les voyageurs et pèlerins, les étudiants et les marchands venus trafiquer temporairement.

  • 15 J. EVELYN, Diary, éd. S. de Beers, Londres, 6 vol, t. II p. 114-115, 125, 132...
  • 16 J. EVELYN, Diary. II p. 149: « he rose from the Bench and making a courteous excuse to me, that be (...)

27Cette attitude se rattache à une tradition d’accueil et de civilité que les Français mettent un point d’honneur à cultiver à l’égard des voyageurs étrangers. Au milieu du XVIIe siècle, le voyageur anglais John Evelyn relève dans son journal le fréquent accueil courtois rencontré auprès des aristocrates et robins français qui lui ouvrent largement leurs cabinets de curiosité15. À Tours, son valet ayant l’impudence de le traîner en procès devant le tribunal de bailliage, Evelyn se voit présenter des excuses par le lieutenant civil désolé qu’un étranger ait été ainsi traité16.

  • 17 J.B. GASCHON, Code diplomatique des aubains ou du droit conventionnel entre la France et les autre (...)

28Cette tradition d’hospitalité s’épanouit avec le cosmopolitisme des Lumières transparaissant notamment dans le succès des guides pour voyageurs. La tradition française d’accueil aux étrangers devient alors un thème d'exaltation nationale : « Nulle part les étrangers ne sont plus protégés, mieux accueillis et aussi bien traités qu’en France [...] À peine débarqués dans nos ports ou arrivés sur nos frontières qu’ils s'aperçoivent d’un 6ien être, d'une aisance et d’une sorte de confraternité qui, partout ailleurs, n’existent que pour Ces nationaux Leur personne, leurs biens, leurs usages, leur culte, tout cela est également respecté ». Ainsi s’exprime au début du XIXe siècle un juriste encore tout imprégné de l'esprit des Lumières17.

2/L’étranger implanté

a) L’étranger haï

29En revanche, les étrangers qui s’installent dans le royaume suscitent, surtout au XVIe siècle, une hostilité parfois extraordinairement violente. L’Ancien Régime a bien développé une authentique xénophobie qui n’a rien à envier à notre xénophobie contemporaine. La permanence des mêmes thèmes est d’ailleurs tout à fait frappante. Sur quoi s’appuie une telle hostilité ?

  • 18 J, BACQUET, « Traité du droit d’aubaine », chap.3, in Œuvres, Lyon, 1744, t. II, p. 6 ; voir l’ens (...)

30En premier lieu, sur l’autorité des Anciens. Les robins et juristes français se plaisent à rappeler la législation très stricte des cités antiques à l’encontre des étrangers : « Le nom d’étranger a toujours été odieux ; & anciennement les Grecs appelaient les étrangers ennemis, comme aussi faisaient les Latins, ainsi que Cicéron a remarqué des douze tables en ses Offices »18.

31La xénophobie repose en second lieu sur une conception fixiste des ressources nationales, conception que, pour faire vite, nous désignerons par le terme consacré de mercantilisme. Dominant aux XVIe et XVIIe siècles, les réflexes mercantilistes traduisent immédiatement la présence étrangère en termes de concurrence, évidemment déloyale. Cette peur apparaît dans les textes normatifs ou polémiques à travers la phraséologie courante présentant les étrangers comme sangsues venant soutirer « le vert et le suc » des pauvres Français ; elle s’exprime notamment à l’occasion des États généraux de 1576. Le plus frappant est la crainte obsessionnelle que, par leur trafic, les étrangers n’épuisent le royaume de ses espèces métalliques. La crainte d’une concurrence exercée à demeure explique enfin l’attitude particulièrement frileuse des corporations, notamment parisiennes, à leur égard.

  • 19 J. PAPON, op. cit., p. 446.

32Il n’est pas surprenant que l’hostilité aux étrangers atteigne son paroxysme dans le domaine politique. Un raisonnement dont les termes sont fort proches de ceux du mercantilisme, est alors mis en œuvre. Chaque attribution d’emploi, de poste ou de pension à des étrangers est ressentie comme une spoliation de la noblesse française. Ce thème est filé avec une remarquable continuité, des Mémoires de Philippe de Commynes aux mazarinades. Papon ne manque pas d’y sacrifier : « Est toujours présumé et trouvé vraisemblable que l'étranger ne laissera jamais son pays pour se caser en autre étrange sans intention de s'en prévaloir. Chose qu’il ne peut faire sans couper l'herbe sous le pied de ceux qui sont nés en icelui, les appauvrir s’il peut, pour s'enrichir, les destituer pour s’instituer les honneurs qui sont propres à eux les affaiblir pour soi fortifier, bref lever les fruits de leurs travaux »19.

33De plus, l’intrusion d’étrangers dans le domaine politique heurte frontalement l’idéal fixiste d’une société dans laquelle chacun resterait à la place assignée par la naissance. L’étranger qui, à l’instar des Italiens courtisans des XVIe et XVIIe siècles, réussit une belle carrière politique en France défie doublement cet idéal fixiste :

  • le départ de son pays d'origine est un premier rejet de la place qui lui était fixée dans un ordre social pensé comme providentiel ;
  • la réussite dans le royaume et l’ascension sociale qui en découle font que l’étranger qui les accomplit quitte la condition de paria qui, dans les replis des mentalités modernes, devrait être idéalement la sienne. Cet arrière-plan mental affleure clairement chez Papon entreprenant de traiter de la femme étrangère : « Que dirons-nous de la femme ? Par la Coi divine doit la femme laisser sa patrie, son père, sa mère, pour suivre son mari20avec lequel elle a société de toutes fortunes & closes divines & humaines. Sera donc une même close sans diversité de Homme et de la femme conjoints qui viendront en étrange pays pour y résider. La femme ce faisant ne fait préjudice à son honneur [celui-ci] demeure en son entier ; mais aussi venant seule et sans mari et laissant sa maison son lieu, ores qu'elle fût claste, sera réputée putain et lubrique... De vrai n’est pas à la femme d'errer et chercher nouveau ciel et terre étrange, mais doit se contenir en sa maison »21.

34Le souhait de voir tout étranger conserver une condition de paria ne se contente pas d’affleurer dans quelques traités juridiques, il peut s’exprimer beaucoup plus sauvagement : ainsi lorsque la foule parisienne s’acharne sur le cadavre de Concini, lui réservant le même sort qu’à celui d’un régicide, paria entre tous.

b) L'étranger toléré

  • 22 J. PAPON, op. cit., p. 447.

35Néanmoins le contexte idéologique qui sert de base à cette xénophobie autorise çà et là une perception plus positive de l'étranger. Le même Papon, d’ordinaire haineux à l’égard des étrangers, retrouve des accents plus mesurés pour évoquer la tradition d’hospitalité dont nous parlions plus haut : « Il est vrai qu’aucuns ont tenu propos contraires que c'est donneur de tous naturels citoyens d'attirer, recueillir et aimer étrangers, par lesquels ne peut procéder, disent-ils, qu'accroissement de peuple et abondance de toutes closes le plus souvent moins de mal que deux-mêmes »22.

  • 23 B. de LAFFEMAS, Recueil présenté au roi de ce qui se passe en l'assemblée du commerce au Palais à (...)

36On voit là s’ouvrir une brèche dans le système xénophobe : l’étranger peut cesser d’être un concurrent pour devenir créateur de richesses en introduisant techniques et savoir-faire. C’est précisément sous cet angle que, de Louis XI à Colbert, le mercantilisme envisage le recours aux étrangers. Ce qui explique que Laffemas et Montchrestien, qui par ailleurs se rattachent bien à la thématique xénophobe précédemment exposée, se montrent néanmoins partisans de l’accueil des étrangers susceptibles d’introduire et d’acclimater en France un savoir-faire technique23.

c) L’étranger recherché

  • 24 Ce n'est pas le cas en Espagne, où l'angoisse de la dépopulation est sensible dès la deuxième moit (...)
  • 25 « Maintenant que la France n'a non plus de vide que ta nature, vous ne devez point beaucoup travail (...)
  • 26 Comtesse d’Aulnoy : « On n'y voit point cette multitude de peuple qui fait la force des rois » ; e (...)
  • 27 Par exemple, MONTESQUIEU, Esprit des lois, livre XXIIIe et notamment le chapitre 28 : « Comment on (...)

37L’appel aux techniciens étrangers, trait constant de la politique économique d’Ancien Régime chaque lois que la monarchie a eu le loisir d’en mener une, ouvre la porte à un retournement d’attitude à l'égard des étrangers sensible chez les élites françaises du XVIIIe siècle. Ce retournement est bien évidemment lié au cosmopolitisme précédemment évoqué. Un deuxième facteur de changement sans doute plus important réside dans une idée fausse et pour ainsi dire obsessionnelle dans la France du XVIIIe siècle : le royaume se dépeuplerait. Autant le XVIe et le XVIIe siècle français24 avaient conscience de vivre dans un monde plein25, autant se préoccupe-t-on dès la fin du XVIIe siècle de connaître le nombre des habitants du royaume parce qu'on en redoute la diminution possible, et même probable après les catastrophes démographiques de 1693 et 1709. La conscience de la « copiosité du populaire » (Seyssel) cède la place à l’horreur du vide démographique. De plus les classes dirigeantes dans leur ensemble ont fait leur l’idée que l’abondance des peuples fait la puissance des monarques26. De Montesquieu aux physiocrates, tous les auteurs se préoccupant d’économie politique témoignent de l'obsession populationniste de leur temps27.

  • 28 Cité par J.P. POUSSOU dans La mosaïque France, Paris, 1988, p. 254.

38L’idée qu’il faut repeupler un État démographiquement anémié ouvre une ère nouvelle dans la perception des étrangers. En effet, leur venue dans le royaume devient un moyen de redonner vigueur à l’État. C'est le raisonnement qui sous-tend par exemple la politique de Choiseul faisant appel à des colons allemands pour peupler la Guyenne ou s’employant à attirer les réfugiés acadiens dans le royaume. Par rapport aux temps de Laffemas, Richelieu ou Colbert, le changement de perspective est radical : il ne s’agit plus seulement d’attirer une immigration de spécialistes (même si l’on ne dédaigne pas les talents), mais de promouvoir une immigration populaire et nombreuse. Désormais, le nombre des hommes compte autant que leur qualité et leurs compétences. Moheau déclare sans ambages en 1778 : « L'Homme est essentiellement de toutes les matières premières la plus utile »28. Ce tournant idéologique ouvre la porte à un tournant dans l’histoire de l’immigration en France.

39Pendant l’Ancien Régime, la perception de l’étranger, qu’il s'agisse de sa perception extérieure par le régnicole ou de l’image que celui-ci s’en forme, n'échappe donc pas à l’ambiguïté. Dans les classes populaires, l’attitude dominante à l’égard de l’étranger est certainement restée la même durant toute la période, commandée par l’hostilité générale aux forains de tout poil et plus largement encore à toute figure de l’altérité. Dans les élites, l’image de l’étranger est pour une bonne part le produit de conceptions vulgarisées d’économie politique qui, pour être erronées ou contestables, n’ont pas manqué d’être efficaces. Deux attitudes nettement contrastées sont observables de part et d’autre d'un tournant se situant en gros aux alentours des années 1680. Encore le grand tournant de la crise de conscience européenne ! Au discours xénophobe dominant chez les élites renaissantes et classiques, succède un discours favorable reposant sur l’utilité de l’étranger pour l’État. L’image de l’étranger longtemps obscurcie par les craintes mercantilistes, se charge de connotations positives sous l’effet conjoint des notions de philanthropie et d’utilité sociale chères aux Lumières.

Notes

1 Outre ses études classiques sur la présence étrangère en France, [Les étrangers en France sous l’Ancien Régime ; histoire de la formation de la population française, Paris, Champion, 1919-1921, 2 vol., aujourd'hui largement dépassé ; Notes sur les étrangers en Anjou sous l’Ancien Régime, Angers, 1915 ; Notes sur les Espagnols et les Portugais à Nantes, Bordeaux, 98 p.], voir surtout deux études consacrées à la xénophobie anti-espagnole : « À propos d’une campagne de presse contre l’Espagne », Bulletin du bibliophile, 1913, « Les Espagnols et la crise nationale française à la fin du XVIe siècle », Bulletin hispanique, t. 18, no 2, 1916.

2 Dictionnaire du Grand Siècle, article « étrangers devenus regnicoles ».

3 J. PAPON, Secrets du troisième et dernier notaire, de Jean Papon, conseiller du roi et lieutenant général au bailliage de Forets, Lyon, Jean de Tournes, 1578, p. 454.

4 Voir de nombreux exemples de telles expulsions dans les Registres des délibérations du Bureau de la ville de Paris.

5 Voir sur ces taxes, mon étude en collaboration avec Peter SAHLINS (à paraître).

6 R. MARIENSTRAS, Le proche et le lointain, Sur Shakespeare, le drame élisabéthain et l'idéologie anglaise aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1981.

7 M. de CERTEAU, D. JULIA, J. REVEL, Une politique de la langue : la Révolution et les patois, Paris, 1975.

8 J. PAPON, op. cit., p. 450 : « La diversité des langages du pasteur et des brebis à lui commises qui ne peuvent être entendus de l'un par l'autre, ne peut s'accorder à cette charge qui consiste le plus en admonitions, remontrances et réprimendes spirituelles qui ne se peuvent faire par ledit pasteur et moins recevoir par ceux à qui elles s'adressent, sans respectivement parler et ouïr. Ne se pourraient tels recteurs spirituels ni leurs sujets aider de truchements sans une peine et malséance que chacun peut penser ».

9 J. PAPON, op. cit., p. 455.

10 J. RACINE, lettre à La Fontaine, Uzès, 11 XI 1661, in Œuvres complètes, « Bibliothèque de La Pléiade », p. 402.

11 « La division des langues ne fait la division des royaumes », Discours d’Orléans, in Discours pour la majorité de Charles IX, éd. par R. Descimon, Paris, Imprimerie nationale, 1993, p. 84.

12 BN Pièces originales 1020, Douglas no 24.

13 Lettre du cavalier Marin à l'un de ses amis, cité par É. NAMER, La vie et l'œuvre de J.C. Vanini, prince des libertins, mort à Toulouse sur le bûcher en 1619, Paris, 1980, p. 140.

14 J. PAPON, op. cit., p. 448.

15 J. EVELYN, Diary, éd. S. de Beers, Londres, 6 vol, t. II p. 114-115, 125, 132...

16 J. EVELYN, Diary. II p. 149: « he rose from the Bench and making a courteous excuse to me, that being a stranger I should be so used, he conducted me through the court to the street-door ».

17 J.B. GASCHON, Code diplomatique des aubains ou du droit conventionnel entre la France et les autres puissances relativement à la capacité réciproque d’acquérir ou de transmettre les biens meubles ou immeubles par actes entre vifs, par dispositions de dernière volonté et par succession ab intestat, Paris, 1818, p. 122-124.

18 J, BACQUET, « Traité du droit d’aubaine », chap.3, in Œuvres, Lyon, 1744, t. II, p. 6 ; voir l’ensemble du chapitre sur les cautions xénophobes tirées de l'Antiquité.

19 J. PAPON, op. cit., p. 446.

20 Notons au passage que la Genèse dit exactement le contraire (Genèse 2, 24).

21 J. PAPON, op. cit., p. 446-447.

22 J. PAPON, op. cit., p. 447.

23 B. de LAFFEMAS, Recueil présenté au roi de ce qui se passe en l'assemblée du commerce au Palais à Paris, Lait par Laffemas, contrôleur général dudit commerce. 1604, pub. in Archives curieuses de l'histoire de France, 1ère série, t. 14, Paris, 1837 ; A. de MONTCHRESTIEN, Traicté de l'Œconomie politique, éd. Funck Brentano, Paris, 1889.

24 Ce n'est pas le cas en Espagne, où l'angoisse de la dépopulation est sensible dès la deuxième moitié du XVIe siècle et transparaît dans les formulaires d’enquêtes administratives lancées par la couronne : B. BENNASSAR, Un siècle d'or espagnol, Paris, 1982, notamment p. 82 et 95-97.

25 « Maintenant que la France n'a non plus de vide que ta nature, vous ne devez point beaucoup travailler vos royales pensées pour y évoquer des étrangers » déclare Montchrestien s'adressant à Louis XIII et Marie de Médicis, Traicté de l'Œconomie politique, éd. Funck Brentano, Paris, 1889, p.

26 Comtesse d’Aulnoy : « On n'y voit point cette multitude de peuple qui fait la force des rois » ; en 1619 le Castillan Navarrete déclarait déjà sous le coup d'une angoisse populationniste équivalente : « la grandeur des rois consiste dans la multitude du peuple », B. BENNASSAR, op.cit., p. 96.

27 Par exemple, MONTESQUIEU, Esprit des lois, livre XXIIIe et notamment le chapitre 28 : « Comment on peut remédier à la dépopulation. »

28 Cité par J.P. POUSSOU dans La mosaïque France, Paris, 1988, p. 254.

Auteur

Université de Caen

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter