Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

Le contrôle des finances royales : un enjeu politique sous François Ier

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 BN, Fr. 5125, f° 189.

1À la fin de décembre 1536, le cardinal de Tournon est lieutenant général du roi dans le Sud-Est de la France. La situation financière est difficile ; il a besoin d'argent pour payer les troupes. Il écrit au chancelier qu'il va accepter les exigences des marchands lyonnais pour qu'ils lui avancent des fonds et il conclut : « Deussies vous aultres, messieurs du conseil, me fere pendre et le trouver le pyre du monde »1 Toumon prend ici une décision financière qui est évidemment aussi une décision politique. Il peut se le permettre, malgré ce qu'il écrit, car il est membre du groupe dirigeant. Il fait partie de ceux qui exercent le pouvoir au plus haut niveau, en particulier dans le domaine financier. Ce groupe dirigeant, au long du règne, c'est une poignée d'individus : la mère du roi, la plupart des grands officiers de la couronne (connétables, grands maîtres, amiraux, chanceliers), certains cardinaux et maréchaux et quelques parlementaires. Ce n'est pas ex officio qu'ils participent à cette prise de décision : c'est la faveur royale qui leur assure une assise politique, matérialisée par une charge prestigieuse.

2On pourrait centrer un exposé parallèle sur la question de la contribution des officiers de finance à la décision financière. Ce n'est pas ici notre propos : ces officiers apparaîtront uniquement dans leurs rapports avec le groupe dirigeant qui vient d'être évoqué.

3Soient donc deux objets donnés : un groupe politique étroit et, face à lui, les finances royales. On étudiera leurs relations en deux temps : tout d'abord, comment les membres du groupe dirigeant « occupent le terrain » : quelles sont les formes de leur implication dans les finances royales ? Ensuite, on tentera de dégager la dimension financière des luttes de pouvoir concernant le groupe dirigeant, le terrain occupé devenant alors terrain d'affrontement.

  • 2 Niccolo TOMMASEO, éd. et trad., Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au (...)
  • 3 Alfred SPONT, Semblançay ( ?-1527) : la bourgeoisie financière au début du XVIe siècle, Paris, Hac (...)
  • 4 AN, J 965, no 11 (4).

4La participation aux décisions financières se fait tout d'abord au sein du Conseil du roi II n'est pas nécessaire de s'attarder ici sur les appellations variées qu'il connaît alors. Il y a, semble-t-il, deux structures : un Conseil étroit et un Conseil plus large. Le premier est politiquement le plus important L'ambassadeur vénitien Giustiniani écrit en 1535 : « Il n'y a qu'un bien petit nombre d'hommes qui prennent part aux conseils secrets [les plus étroits] et ceux-là sont tout puissant dans l'État »2. Confronté aux réalités, on est parfois bien en peine de déterminer à quelle structure on a affaire. C'est le cas pour les séances à finalité financière. Au Conseil qui arrête l'État Général des finances le 15 juillet 1518, douze personnes sont citées, parmi lesquelles les quatre généraux des finances qui ne sont pas des conseillers3 Au Conseil qui, le 8 juin 1537, fixe à Fontainebleau les modalités du financement d'opérations militaires, siègent six personnes (cardinaux de Bourbon et du Bellay, chancelier Du Bourg, Montmorency, Chabot, Poyet)4. Alors, Conseils étroits ou élargis ? Il faut insister sur un aspect très concret : le Conseil rassemble les conseillers disponibles sur place. Ainsi, l'absence de Tournon en 1537, ne signifie nullement une quelconque mise à l'écart des choix financiers. Le cardinal est tout simplement à Lyon.

  • 5 BN, Fr. 3005, f° 109.

5Un document du 26 février 1543 est plus explicite. Ce « roolle de ceulx que le Roy veult entrer en son conseil pour le fait de ses finances » mentionne cinq conseillers (Toumon, Montholon, Chabot, Annebault, François Errault), plus deux secrétaires des finances et le trésorier de l'Épargne5. Cette simple liste ne vise pas à créer une structure spécifique. Mais le nombre restreint des conseillers retenus doit attirer notre attention : les décisions financières doivent être prises en petit comité. En généralisant, ne peut-on risquer l'hypothèse que toute décision financière importante relève du « Conseil étroit » ? Les séances de 1537 et même de 1518 ressortiraient donc de ce type... à moins que la pratique de 1543 ne soit pas transposable telle quelle aux années antérieures.

  • 6 BN, Fr. 2994, f° 13v°
  • 7 Martin WOLFE et Norman ZACOUR, « The growing pain of French finances, 1522-1523 », LC t ΧΧII, 1956 (...)
  • 8 Francis DECRUE DE SOUTZ, De consilio regis Francisci I, Parisiis, ex typis E. Plon, Nourrit et soc (...)
  • 9 BN, Fr. 2987, f° 61.

6Il faut malheureusement se résigner à fort mal connaître la façon dont le Conseil détermine les orientations financières. En effet, les archives du Conseil, pour l'époque qui nous concerne, sont pratiquement inexistantes, à la différence du XVIIe siècle pour lequel elles fournissent des informations financières de qualité. On doit donc se résoudre à travailler à partir de quelques épaves et de sources hétérogènes parmi lesquelles les correspondances des membres du groupe dirigeant. On peut ainsi, par exemple, essayer de dégager le contexte des réformes financières de 1523. Les documents gardent la trace de projets qui ont dû être débattus en Conseil. Ainsi celui qu'évoque une lettre de l'amiral Bonnivet au roi en 15216, projet ponctuel visant à structurer plus solidement l'équipe des responsables des finances. Ou encore ce texte rédigé vers la fin de 1522, qui émane sans doute du cercle Louise de Savoie-Duprat et qui semble fortement inspirer les réalisations de 15237. Grâce à quelques allusions, on peut aussi repérer un moment fort de l'activité financière du Conseil : décembre 1523. Il s'agit à la fois de remodeler l'armature financière et d'assurer le financement de l'armée en Italie. Le 14, Guillaume de Montmorency écrit à son fils Anne, 1 un des chefs de cette armée : « L'on besogne tous les jours au Conseil pour mectre ordre au faict des finances »8. Le 29, le Bâtard de Savoie précise au même destinataire que le roi se préoccupe fort de ses finances et qu'il « n'y a nul icy ayant entremyse de ses afferes qui n'y face plus que son possible »9. Mais il est difficile d'en savoir plus et en particulier de prendre la mesure de la compétence financière des conseillers.

  • 10 Alfred SPONT, op. cit., p. 168.

7A priori, l'un au moins des membres du groupe dirigeant doit faire preuve d'une relative compétence. En effet, tout au long du règne, un membre du Conseil est spécialement chargé de suivre les questions financières. La liste comprend successivement Boisy, le Bâtard de Savoie, Duprat, Du Bourg, Montmorency, Chabot et Annebault. Très nette jusqu'à la fin des années vingt, cette fonction, qui ne s'attache à aucune charge particulière, semble plus floue ensuite. Elle peut d'ailleurs aisément être déléguée provisoirement : quand, à la fin de 1520, le Bâtard de Savoie quitte la Cour pour la Provence, la charge de « tuteur » financier est un temps assurée par Bonnivet10. En ce domaine, aucune rupture n'est à signaler en 1523. La tutelle existe, y compris sur Semblançay et sur le collège des généraux des finances, dès le début du règne. Mais est-ce qu'elle entraîne une compétence technique dans le domaine financier ? Cela n'est pas certain, pour Montmorency ou Annebault par exemple. Face aux officiers de finance qui disposent de l'efficacité technique et d'une bonne maîtrise de l'information, le « tuteur » se présente comme doté de quelque chose de radicalement différent : une autorité politique partiellement déléguée.

  • 11 BN, Fr. 3873, f° 4v°~5v°. Girard Sayve devient receveur général de Bourgogne le 13 août 1543, aprè (...)
  • 12 AN, X a 8621, f° 198v°-199.

8Par ailleurs, les membres du groupe dirigeant peuvent entretenir des relations privilégiées avec certains officiers de finance, dans le cadre des rapports de clientèle qui facilitent à la fois la transmission des impulsions du Conseil et les tâches de contrôle des activités financières. Contrôle politique, bien sûr, le contrôle technique relevant de la Chambre des Comptes. Entre patron et client, des services mutuels sont échangés, mais sans relation d'égalité : le client est subordonné et, en dernière analyse, dépendant Il existe un risque méthodologique évident, quand on cherche à reconstituer les réseaux de clientèle, celui de prendre des relations fonctionnelles pour des relations de clientèles. Ainsi, par exemple, entre un gouverneur et un receveur général des finances. La tentation permanente de « faire rentrer » tout officier dans ce type de réseaux est évidemment renforcée par le postulat de la quasi-impossibilité, à cette époque, d'une ascension politique et sociale isolée. Il faut être prudent en ce domaine et étayer ces - éventuelles - relations de clientèles par d'autres éléments. Tout d'abord, des actes précis du patron en faveur d'une famille donnée. Quand l'amiral Chabot, gouverneur de Bourgogne, impose Pierre Sayve comme maire de Dijon en mettant sur la touche le maire précédent, on peut inférer que les Sayves sont effectivement ses clients, ainsi Girard, fils de Pierre, payeur de la compagnie d'ordonnance de l'amiral et futur receveur général de Bourgogne11. Par ailleurs, l'exercice de fonctions qui mettent l'officier directement au service du Grand instaure une claire dépendance de type « clientéliste ». Tel est le cas de Jacques Ragueneau, commis aux payements de la marine du Levant sous le Bâtard de Savoie, gouverneur de Provence, et parallèlement trésorier privé dudit Bâtard12. Malheureusement le mutisme des sources rend souvent délicat le dévoilement de ces réseaux. Constatons cependant que disposer dans sa clientèle de techniciens des finances permet un accès plus aisé aux fonds provenant des coffres du roi.

  • 13 Joseph BERGIN, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, Robert Laffont, 1987, p. 247 ; Pierre GOUBE (...)

9Mais les membres du groupe dirigeant sont tout d'abord appelés à soutenir de leurs deniers l'exécution des décisions du Conseil A la fin du Moyen Âge, il en va déjà ainsi Jusqu'à quand cela se fait-il au grand jour ? On connaît maintenant fort bien, après les travaux de Daniel Dessert et Françoise Bayard, les circuits « occultes » du financement au XVIIe siècle. Mais alors encore existent des participations au grand jour : Richelieu ou Mazarin, à leur mort, sont « publiquement » créanciers du roi pour plus d'un million de livres13. Peut-on faire l'hypothèse que ces avances directes disparaissent dans la seconde moitié du XVIIe siècle ?

  • 14 Sur ces prêts et avances : prêt de vaisselle de 22.000 It, C.A.F., vol. VIII, no 30433 ; emprunts (...)
  • 15 Mark GREENGRASS, « Property and Politics in Sixteenth-Century France: the landed fortune of Consta (...)

10Sous François Ier, elles sont bien réelles. On a gardé la trace de prêts au roi pour presque tous les membres du groupe dirigeant. Les quelques exceptions s'expliquent peut-être par des lacunes dans la documentation. Retenons un exemple, exceptionnel par son ampleur il est vrai, celui des avances d'Anne de Montmorency en 1537. Elles s'élèvent au moins à 75.000 lt14. L'importance de cet effort serait, pour Mark Greengrass, une des raisons de l'octroi à Montmorency, l'année suivante, de la charge de connétable15.

  • 16 C.A.F., vol. VII, no 25705. Les autres garants demandés sont Louis de Brézé, Jean de Selve, Jean B (...)

11La position politique et le rang social des membres du groupe dirigeant font d'eux d'excellents répondants pour les prêts consentis au roi. Vers 1527, des marchands qui avancent 140.000 lt exigent une liste impressionnante de garants parmi lesquels le duc de Vendôme, Duprat, Montmorency et Tournon16.

  • 17 Roland MOUSNIER, Le Conseil du Roi de Louis XII à la Révolution, Paris, Presses Universitaires de (...)
  • 18 C.A.F., vol. IV, no 11977.

12Une occasion bien particulière de contribuer aux besoins d'argent du roi se produit à la mort de certains conseillers qui ont accumulé des fonds importants. Le roi met ainsi la main en 1519 sur 154.000 lt. thésaurisées par Boisy, deux tiers en écus et un tiers en vaisselle d'or et d'argent17. En 1535 c'est au tour des héritiers du chancelier Duprat de devoir, dans le cadre d'un nouvel « emprunt-saisie », fournir 280.000 lt18. Sollicitée, la veuve de Boisy fournit une réponse révélatrice : « elle sçavoit et congnoissoit que le bien que ledit deffunct son mary et elle avoient procedoit des bienffais que nostre dit seigneur [le roi] leur avoit faicts (...) ; tous ses biens elle offrait au bon plaisir dudit seigneur », moyennant malgré tout une solide garantie... Ainsi, cet argent qui fait retour dans les caisses royales, en attendant un remboursement lent et problématique, est-il le pendant d'un autre mouvement de fonds : les profits tirés des finances royales par les membres du groupe dirigeant, en particulier sous forme de liquidités souvent difficiles à trouver ailleurs en grandes quantités. Il faut insister sur cette idée de circulation, de va-et-vient de l'argent. Pour les membres du groupe dirigeant, leur proximité avec les finances royales, avec les contraintes politiques qui en découlent, entraîne un mouvement incessant de thésaurisation-déthésaurisation en lien direct avec le trésor royal.

  • 19 Cité par Mark GREENGRASS, art. cit., p. 385.

13Peut-on déceler le souci d'un certain équilibre à respecter dans ces flux ? Une telle analyse nous entraînerait fort loin dans les méandres des mentalités politiques. Le service du roi peut, chacun le reconnaît, assurer un enrichissement, mais celui-ci doit rester raisonnable. Quand Brantôme évoque la carrière du connétable de Montmorency, il prend soin de souligner que son ascension n'a pas été fulgurante, mais progressive. Parallèlement, son enrichissement est donc resté modéré : « Il ne s'est pas enrichi, comme on diroit bien, comme beaucoup qui sont venus après »,19. De plus c'était la légitime contrepartie d'un service réel. D'où l'image d un Montmorency « affanant fort » et récompensé pour ses mérites.

  • 20 Jean LESTOCQUOY, Correspondance des nonces en France Carpi et Ferrerio 1535-1540, et légations de (...)

14L'excès des profits peut évidemment servir d'argument dans le cadre d'une rivalité politique au sein du groupe dirigeant Évoquant un conflit entre Duprat et Montmorency en 1535, le nonce rapporte que le chancelier affirme qu'il est impopulaire à la Cour parce qu'il essaie de restreindre les dépenses et en particulier les largesses répandues par le roi sur certains, au premier rang desquels figurent Montmorency et Chabot20.

15La typologie des principaux types de frictions recoupe pour une large part celle qui précède. Revenons tout d'abord sur le projet de « Conseil des Finances » de février 1543. A la suite des quelques élus figure une longue liste d'exclus parmi lesquels les Bourbons (le cardinal, le comte de Saint-Pol), le duc de Guise, des fidèles de Montmorency, connétable en disgrâce dont le nom n'est même pas évoqué (l'évêque de Soissons Longue-joue, le président au Parlement Bertrand). Les dix réprouvés sont donc « hors de ce conseil, lequel est établi tant pour lesdites finances que pour les matières d'estat, et assisteront aux requestes s'ilz le veullent ». La « spécialisation » financière apparaît donc comme largement fictive : la décision royale correspond sans doute tout simplement au désir d'établir une distinction presque officielle entre Conseil étroit et élargi. Est-ce respecté par la suite ? Il est difficile de l'affirmer. D'autant que, si le roi cherchait à mettre sur pied au Conseil étroit une équipe relativement homogène, celle-ci est décimée au bout de quelques mois : coup sur coup, le 1er et le 12 juin 1543, disparaissent l'amiral Chabot et le garde des sceaux Montholon.

  • 21 Sur cette affaire, voir en particulier : Jean DU BELLAY, Correspondance du cardinal jean du Bellay (...)

16Pourvoir aux offices de finance importants est un autre terrain d'affrontement Si l'on veut y disposer de relais utiles, il faut parfois les imposer contre d'autres candidats. En 1529-1530, un conflit oppose Jean Ruzé et Etienne Besnier pour la possession de la recette générale des finances d'Outre-Seine. Certains membres du groupe dirigeant s'impliquent dans cet affrontement21. Montmorency et ses fidèles appuient Ruzé quand Chabot, mais aussi le prévôt de Paris Jean de la Barre et en sous-main le chancelier Duprat, défendent la cause de Besnier. Les détails de cette affaire, particulièrement bien documentée, permettent de dessiner un instantané de géographie politique au sommet, malgré des lacunes inévitables. C'est Besnier qui, pour l'heure, l'emporte. Montmorency est à Bayonne pour le rassemblement de la rançon des fils de France. Il a dû batailler à distance. Même si d'autres facteurs entrent en jeu, il faut souligner combien la présence physique auprès du roi peut avoir une grande importance dans le choix définitif. Par ailleurs, cet épisode soulève de nouveau le problème des clientèles : l'affaire Ruzé-Besnier est-elle défense de clients ou bien simple « prétexte » à un affrontement au sommet ? Ici en revanche, les sources font défaut Si l'hypothèse de relations de clientèle entre Ruzé et Montmorency paraît recevable, il semble acquis que les soutiens de Besnier ne sont rien d'autres que la coalition circonstancielle des rivaux d'un Montmorency en plein essor politique et que l'on cherche à contrer.

  • 22 Alfred SPONT, op. cit., p. 175, note 1.
  • 23 Ibid., p. 176, note 3.

17En effet, au même moment, Montmorency joue son avenir sur la réussite de l'opération de versement de la rançon. Le succès de cette exceptionnelle négociation financière doit assurer sa position. Encore faut-il qu'il dispose de moyens suffisants. À la Cour, ses adversaires insistent à l'envi sur les retards qui sont pris et sur les autres dépenses urgentes à ne pas négliger, comme les pensions suisses. Pour les opérations militaires, il en va de même : le succès d'une campagne renforce la position politique. Or ce succès dépend largement d'aspects financiers. Il faut tout d'abord disposer de fonds suffisants. En ce domaine on relève un cas particulièrement clair de rivalité à l'été 1521. François Ier envoie l'amiral Bonnivet opérer en Guyenne. Cette initiative est blâmée par les autres chefs militaires. Le maréchal Lautrec écrit : « J'ay veu le parlement de M. L'admyral (...) que je n'ay jamais trouvé bon ». Le maréchal de Châtillon est encore plus net : « C'est une grosse despence et sans propox »22. Or Lautrec commande alors en Milanais et Châtillon en Champagne, les deux autres « fronts » : argent (et troupes) à destination de la Guyenne risquent de leur faire cruellement défaut Un peu plus tard, quand le roi décide d'une attaque dans le Nord-Est du royaume, Lautrec et Bonnivet écrivent pour conseiller la défensive23. La logique de la démarche est la même, encore accentuée sans doute par le fait que, si le roi en personne prend la tête d'une armée, elle sera financièrement favorisée.

  • 24 Jean DU BELLAY, op. cit„ vol. II, p. 469 (lettre du 13 septembre 1536).
  • 25 AN, J 965, no 8(11).

18Une rivalité semblable se manifeste pour disposer de spécialistes financiers dans son armée. On s'arrache les services des officiers de finance les plus compétents. En 1536, le duc de Vendôme qui commande en Picardie se plaint de devoir faire face seul aux problèmes du financement de son armée, alors que le duc de Guise, en Champagne, est épaulé par le général des finances Antoine de Lamet : « Je n'ay point de general avec moy, comme ilz ont, et faut que moy seul y entende »24. Durant la même guerre, le trésorier de France en Languedoc, Charles de Pierrevive, suit Montmorency au camp d'Avignon, puis, en 1537, en Picardie. Quand, au printemps 1537, Humières qui commande en Piémont le réclame, Montmorency le juge indispensable à l'armée de Picardie et propose au roi d'envoyer à Humières le trésorier de France Jean Grolier... qu'il faudrait pour cela faire sortir de la prison où il croupit depuis plusieurs années25.

19Malgré leur fréquence, ces rivalités de tous ordres ne débouchent jamais sur des conflits très graves entre membres du groupe dirigeant. L'explication essentielle de cette - relative - modération est à chercher du côté du souverain.

  • 26 Roger DOUCET, Étude sur le gouvernement de François I" dans ses rapports avec le Parlement de Pari (...)
  • 27 Ibid., p. 81,106.

20La lutte politique pour le contrôle des finances monarchiques en période de crise du pouvoir royal est un thème classique. De l'après-Poitiers aux Régences du XVIIe siècle en passant par les Armagnacs et les Bourguignons, la minorité de Charles VIII et les Guerres de Religion, il a été fréquemment abordé. Sous François Ier, c'est dans un contexte de pouvoir royal fort que se situe le problème. Ce « pouvoir fort » connaît peut-être une interruption, lors de la crise qui suit Pavie. Pendant quelques semaines, on repère des symptômes d'une crise d'autorité du gouvernement. Ainsi l'existence de clans qui s'affrontent au Conseil et dont les divergences entraînent des retards financiers26. Exceptionnelle aussi est l'immixtion du Parlement de Paris dans la politique financière, à travers ses initiatives locales et ses remontrances du 10 avril 152527. Mais la position de la Régente s'affirme rapidement et permet une prompte reprise en main du Conseil. Quant aux velléités d'action des parlementaires, elles s'avèrent d'ampleur limitée. Elles seront reprises (projet de chambre de justice contre les officiers de finance) ou aisément neutralisées.

  • 28 Biaise de MONLUC, Commentaires de Biaise de Monluc, Maréchal de France, éd. Pierre COURTEAULT, Par (...)
  • 29 Niccolo TOMMASEO, op. cit., p. 281.

21Cette brève période mise à part, le roi François est l'instance politique de régulation décisive face au groupe dirigeant, et ce jusqu'à sa mort. Il est probablement erroné de se représenter, à la fin du règne, un souverain affaibli et plus inopérant qu'avant. En tenant ce discours, ne reprend-on pas en fait la vision que les exclus du pouvoir, autour du Dauphin et de Montmorency, tendent à imposer ? En cas de choix important, c'est bien le roi qui décide, y compris contre l'avis de son Conseil comme on le voit en 1544 lors de l'anecdote rapportée par Monluc au sujet de la bataille de Cérisoles28 Ce récit, quoique sans doute en partie reconstruit, n'en est pas moins révélateur. La vision d'un conseiller-favori tout puissant, parfois véhiculée par certaines sources comme les rapports des ambassadeurs italiens à propos de Montmorency, est fondamentalement à revoir. Son absence d'autonomie politique, ou du moins sa faible marge de manoeuvre apparaissent très rapidement Ainsi le contrôle des finances royales est-il en dernière analyse entre les mains du roi Appliquer la même expression à un ou plusieurs des membres du groupe dirigeant serait également exagéré. On est alors renvoyé à une nouvelle question : comment mesurer l'influence des conseillers sur la décision royale, leur contribution à cette décision ? En première hypothèse, leur poids est inversement proportionnel à l'importance supposée de la question traitée. Marino Cavalli, l'ambassadeur vénitien décrit en 1546 les rapports entre le roi et ses principaux conseillers du moment, Tournon et Annebault : « En toute chose, il s'en tient à leur avis... Mais pour ce qui est des grandes affaires de l'État (...) Sa Majesté, docile en tout le reste, veut que les autres obéissent à sa volonté »29. Si cette analyse est pertinente, reste à savoir où passe la limite des deux domaines et de quel côté se situent les enjeux financiers. La première interrogation ne peut guère recevoir d'autre réponse qu'un prudent empirisme : c'est important... quand le roi intervient. Pour la seconde, il est clair que ces enjeux sont situés de part et d'autre de cette « frontière ».

  • 30 François de TOURNON, Correspondance du cardinal François de Tournon, éd. Michel FRANCOIS, Paris, H (...)

22L'affaire Semblançay, de quelques vingt ans plus ancienne, offre un bon point d'observation. Dans le processus qui voit s'enchaîner l'arrestation, le procès et la mort du « grand argentier », on ne relève aucun écho d'une réticence au sein du groupe dirigeant. Certes, il peut y avoir un problème de sources. Certes, les principaux appuis de Semblançay au Conseil, comme le seigneur du Bouchage ou le Bâtard de Savoie, ont disparu. Mais quel contraste entre ce grand silence et, pour reprendre une expression du cardinal de Toumon, les « répliques et dupliques du fait de Ruzé et Baynier »30 quelques années plus tard ! L'impression qui se dégage est la suivante : une affaire secondaire peut donner heu à un affrontement quasi ouvert, parce que le roi n'a pas de choix à imposer et que ce type de rivalité lui permet d'exercer sans danger son rôle d'arbitre ; en revanche, dans une « grande affaire de l'État », le poids immédiat de l'autorité royale est tel, une fois mis dans la balance, que le silence se fait. Les réticences éventuelles seront précautionneusement dissimulées.

23La fin tragique de Semblançay permet opportunément d'évoquer un aspect essentiel de la régulation politique sous François Ier : le retour régulier des disgrâces. Si l'exécution de 1527 est un cas unique dans le règne, celui-ci abonde en revanche en mises sur la touche, accompagnées ou non de procès. Qu'on songe aux deux connétables, à l'amiral Chabot, au chancelier Poyet et au dauphin Henri lui-même.

  • 31 BN, Fr. 3873, f° 4 v° et sq.

24La disgrâce de l'amiral Chabot donne heu à un véritable procès politique. Dans l'acte d'accusation figurent de nombreux reproches d'ordre financier31. C'est une constante alors dans ce type de procédure, comme en témoignent les poursuites contre Semblançay et Poyet. On accuse Chabot d'avoir utilisé son influence pour protéger des officiers de finance, euxmêmes poursuivis, et qui auraient acheté son soutien. Ce qui ne l'empêche pas, parallèlement, de s'enrichir de certaines de leurs dépouilles dont le roi lui fait don. Là encore le procédé est fréquent : Montmorency ou Duprat, le duc de Guise ou le chancelier Du Bourg, nombreux sont ceux qui s'enrichissent par le même canal.

25Chabot est aussi gouverneur de Bourgogne. Il entretient des hens privilégiés avec les officiers de finance opérant dans cette province. On l'accuse ainsi d'avoir indûment prélevé de l'argent dans trois de leurs caisses (et aussi dans celle d'un commis à la recette de Languedoïl). L'argent a été pris « de son autorité ». C'est cette « autorité » qui rend possible ces entorses aux règles comptables. Au delà de l'élimination d'un homme, il s'agit peut-être ici, comme pour Montmorency en Languedoc, de casser un embryon d'enracinement provincial qui pourrait devenir menaçant. Mais, en période de pouvoir fort, cette éviction est aisée car « l'autorité » d'un Chabot repose sur la confiance royale et son pouvoir lui vient avant tout de ce qu'il est agent du roi.

  • 32 Jean-Charles VARENNES, Quand les ducs de Bourbon étaient connétables de France, Paris, Fayard, 198 (...)

26Le cas du connétable de Bourbon paraît très différent C'est, selon la formule consacrée, un « grand féodal ». On est fort mal renseigné sur lui et souvent, dans l'analyse des aspects politiques de sa carrière, il faut prudemment se limiter à des hypothèses. Une semble assez sohde : ses revenus propres excèdent largement ceux que lui procure la monarchie. Un auteur parle même d'un rapport de 1 à 8 ou 932. Dans ce cas, les moyens de pression financiers du pouvoir royal sont d'une efficacité réduite et une simple disgrâce ne peut à elle seule faire disparaître politiquement un tel personnage. Le procès et la « trahison » permettront seuls d'en venir à bout.

  • 33 Jean JACQUART, Français 1er, Paris, Fayard, 1981, p. 133-134.
  • 34 Jean-Charles VARENNES, op. cit., p. 203-212 ; BN, Fr. 2978, f° 42.
  • 35 Sur cette affaire, voir BN, Fr. 2963, f° 65,82, 86 et Fr. 2978, f° 33, 77.

27De toute manière, au sein du groupe dirigeant, Bourbon est marginalisé dès les premières années du règne33 Sa marginalisation financière est à cet égard révélatrice : les fonds engloutis par le connétable pour contribuer au financement des armées paraissent bien supérieurs à la règle habituelle. On parle de 100.000 lt. en 1515, de sommes considérables en tant que gouverneur de Milan. Bourbon engage sa vaisselle en 1521 pour payer ses troupes34. Dans son cas il faut s'interroger pour savoir si le service du roi, loin d'enrichir, n'appauvrit pas. Il y aurait à cela une logique politique évidente : affaiblir un homme dont la position socio-politique est moins dépendante du bon vouloir royal L'épisode de la succession du trésorier de France Louis de Poncher, en octobre 1521, est révélateur. Bourbon demande qu'on lui donne l'office pour le défrayer. Il compte le revendre à son profit Or la charge revient à Philibert Babou, un fidèle de Louise de Savoie, qui, on le sait, n'est pas au mieux avec le connétable. Madame prend soin de passer un compromis avec la famille Poncher, lésée par la perte de cette charge. Mais Bourbon est complètement ignoré35.

  • 36 Robert J. KNECHT, Francis I, Cambridge, Cambridge University Press, (1982) réed. 1988, p. 415-416.
  • 37 Ibid., p. 415.
  • 38 BN, Fr. 5125, f° 172 (du 17 décembre 1536).

28Loin de ces disgraciés, le cardinal de Toumon, troisième et dernière « étude de cas », personnifie la longévité politique sous François Ier. Il appartient à la « seconde génération » du règne, celle d'après Pavie, et il est le seul à être toujours en place en 1547. Il connaît pourtant plusieurs tentatives de mise à l'écart dans les années 1540, de la part de la maîtresse du roi, la duchesse d'Étampes, et de la soeur de François, Marguerite de Navarre. Elles échouent l'une après l'autre36. Au delà de l'habileté politique, réelle, du cardinal, ne peut-on évoquer sa particulière compétence financière qui est bien plus évidente que celle d'Annebault et qui ferait de lui un homme « irremplaçable » ? Actif dans la réunion de la rançon, maître d'oeuvre financier à Lyon en 1536-1537 et en 1542, cité en tête du « Conseil des finances » de 1543 qui se réunit chez lui quand il est question d'argent en 154437, Toumon est par ailleurs le seul membre du groupe dirigeant à avoir des vues sérieuses en ce domaine, et en particulier pour ce qui touche au crédit Toumon affirme fin 1536 découvrir les finances « desquelles, écrit-il au roi, je ne me suys jamais meslé jusques à présent, n'y n'eusse fait sans la necessité de voz afferes pour lesquelz il vous a pleu me laisser icy [Lyon] »38. Le cardinal est peut-être trop modeste, car sa compétence paraît se manifester en ce domaine dès la fin des années vingt Pourtant il ne figure jamais au nombre des « tuteurs financiers » du règne, déjà évoqués. Indice de plus que ceux-ci sont des hommes d'autorité plus que de compétence technique.

29Sous François Ier, le contrôle politique des finances royales paraît donc, en dernière analyse, assuré par le roi. Certes, les membres du groupe dirigeant jouent un rôle actif, en personne, par leurs fidèles et par leurs fortunes. Mais François, dans ses choix politico-financiers, au moyen des « emprunts-saisies » post mortem et des disgrâces, affirme clairement sa volonté d'être source de toute autorité et maître des fortunes, au double sens du mot.

  • 39 Alfred SPONT, op. cit., p. 134, note 1.
  • 40 Nicolas VERSORIS, Livre de raison de Me Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris, 1519-1530,(...)
  • 41 Georges MINOIS, Henri VIII, Paris, Fayard, 1989, p. 86.
  • 42 Ibid., p. 119.

30L'ambassadeur vénitien écrit en 1516 que Boisy, le grand maître, peut être dit alter rex39. Dans son journal, Nicolas Versoris rapporte que Semblançay avait été « estimé quasi roy en France »40. La même expression d'alter rex se retrouve, toujours sous la plume d'un ambassadeur vénitien, pour Richard Fox, au début du règne d'Henri VIII41. On connaît par ailleurs la célèbre formule de Wolsey : « Ego et rex meus »42. Quoi qu'il faille penser de la pertinence de tels propos, une chose est sure : ils ont été tenus. Comment ne pas lire alors, derrière le recours aux disgrâces chez les deux monarques, une volonté farouche de souligner radicalement la différence qui les sépare de tous leurs sujets, même et surtout des plus proches d'eux ? N'est-ce pas une voie parmi d'autres de « l'absolutisme » en construction ? En France, dès Henri III peut-être, sous Louis XIV sûrement, l'objectif est atteint : plus d’alter rex possible : qui pourrait imaginer un second soleil ? Pour l'Angleterre, bien sûr, c'est une autre histoire...

Notes

1 BN, Fr. 5125, f° 189.

2 Niccolo TOMMASEO, éd. et trad., Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, Paris, Imprimerie Royale, 1838,2 vol. , vol. I, p. 107.

3 Alfred SPONT, Semblançay ( ?-1527) : la bourgeoisie financière au début du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1895, p. 152, note 7. Les conseillers sont Duprat, Étienne de Poncher, Jean d'Albret, le Bâtard de Savoie, Boisy, Chabannes, Montmorency et Semblançay.

4 AN, J 965, no 11 (4).

5 BN, Fr. 3005, f° 109.

6 BN, Fr. 2994, f° 13v°

7 Martin WOLFE et Norman ZACOUR, « The growing pain of French finances, 1522-1523 », LC t ΧΧII, 1956, p. 58-83.

8 Francis DECRUE DE SOUTZ, De consilio regis Francisci I, Parisiis, ex typis E. Plon, Nourrit et sociorum, 1885, p. 66, note 2.

9 BN, Fr. 2987, f° 61.

10 Alfred SPONT, op. cit., p. 168.

11 BN, Fr. 3873, f° 4v°~5v°. Girard Sayve devient receveur général de Bourgogne le 13 août 1543, après la mort de Chabot, C.A.F., vol. IV, no 13273.

12 AN, X a 8621, f° 198v°-199.

13 Joseph BERGIN, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, Robert Laffont, 1987, p. 247 ; Pierre GOUBERT, Mazann, Paris, Fayard, 1990, p. 481. Pour le Moyen Âge, voir Françoise AUTRAND, Naissance d'un grand corps de l'État : les gens du Parlement de Paris 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 228.

14 Sur ces prêts et avances : prêt de vaisselle de 22.000 It, C.A.F., vol. VIII, no 30433 ; emprunts « au camp » en Picardie, AN, J 965, no 8 (22-38) ; prêts de 22.500 lt et de 9.000 It, C.A.F., vol. VIII, no 30434,30379.

15 Mark GREENGRASS, « Property and Politics in Sixteenth-Century France: the landed fortune of Constable Anne de Montmorency », FH, t II, 1988, p. 382.

16 C.A.F., vol. VII, no 25705. Les autres garants demandés sont Louis de Brézé, Jean de Selve, Jean Brinon, Florimond Robertet et Guillaume Prudhomme.

17 Roland MOUSNIER, Le Conseil du Roi de Louis XII à la Révolution, Paris, Presses Universitaires de France, 1970, p. 226.

18 C.A.F., vol. IV, no 11977.

19 Cité par Mark GREENGRASS, art. cit., p. 385.

20 Jean LESTOCQUOY, Correspondance des nonces en France Carpi et Ferrerio 1535-1540, et légations de Carpi et de Farnèse, Rome et Paris, Presses de l'Université grégorienne et E. de Boccard, 1961, p. 29-30.

21 Sur cette affaire, voir en particulier : Jean DU BELLAY, Correspondance du cardinal jean du Bellay, éd. Rémy SCHEURER, Paris, C. Klincksieck (SHF), 1969-1973, 2 vol., vol. I, p. 132-134, 136.

22 Alfred SPONT, op. cit., p. 175, note 1.

23 Ibid., p. 176, note 3.

24 Jean DU BELLAY, op. cit„ vol. II, p. 469 (lettre du 13 septembre 1536).

25 AN, J 965, no 8(11).

26 Roger DOUCET, Étude sur le gouvernement de François I" dans ses rapports avec le Parlement de Paris (1525-1527), Alger etParis, Carbonel et Champion, 1926, p. 22.

27 Ibid., p. 81,106.

28 Biaise de MONLUC, Commentaires de Biaise de Monluc, Maréchal de France, éd. Pierre COURTEAULT, Paris, A. Picard, 1911-1925,3 vol., vol. I, p. 139-250.

29 Niccolo TOMMASEO, op. cit., p. 281.

30 François de TOURNON, Correspondance du cardinal François de Tournon, éd. Michel FRANCOIS, Paris, H. Champion, 1946, lettre no 35 du 12 avril 1530.

31 BN, Fr. 3873, f° 4 v° et sq.

32 Jean-Charles VARENNES, Quand les ducs de Bourbon étaient connétables de France, Paris, Fayard, 1980, p. 174,184.

33 Jean JACQUART, Français 1er, Paris, Fayard, 1981, p. 133-134.

34 Jean-Charles VARENNES, op. cit., p. 203-212 ; BN, Fr. 2978, f° 42.

35 Sur cette affaire, voir BN, Fr. 2963, f° 65,82, 86 et Fr. 2978, f° 33, 77.

36 Robert J. KNECHT, Francis I, Cambridge, Cambridge University Press, (1982) réed. 1988, p. 415-416.

37 Ibid., p. 415.

38 BN, Fr. 5125, f° 172 (du 17 décembre 1536).

39 Alfred SPONT, op. cit., p. 134, note 1.

40 Nicolas VERSORIS, Livre de raison de Me Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris, 1519-1530, éd. Gustave FAGNIEZ, Paris, Mémoires de la Société de l'Histoire de Paris et de l'Ilede-France, 1885, t XII, p. 200.

41 Georges MINOIS, Henri VIII, Paris, Fayard, 1989, p. 86.

42 Ibid., p. 119.

Auteur

Université de Rennes II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter