Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

Témoignages1

Denise Cacheux, Pierre Mauroy, Daniel Percheron, Gilbert Ryon et Madeleine Singer

Texte intégral

Denise CACHEUX (Fédération socialiste du Nord)

  • 1 Nous avons choisi de mettre les témoignages par ordre alphabétique.

1Mon témoignage n'est pas le témoignage d'une « étoile » comme Daniel Percheron, c'est un témoignage d'un second couteau.

2Ma démarche est issue du catholicisme militant Je suis issue d'une famille MRP, très impliquée dans l'action catholique ouvrière. Mes engagements personnels de jeune était le scoutisme, la JEC, mais pour moi il n'était pas question d'avoir un engagement politique tout de suite. J'ai longtemps hésité, réfléchi.

3Mon engagement politique a été quelque chose de plus rationnel qu'affectif. Dans un premier temps la nécessité d'un engagement politique, c'est l'abbé Pierre - on peut ce demander ce qu'il vient faire ici - qui me l'a montré. Il a été l'élément qui nous a bousculé - nous les jeunes - en nous incitant à nous engager en politique pour changer les choses. Mais je ne me sentais pas mure du tout Ensuite c'est grâce à Mendès-France, qui m'a montré la politique sous un aspect propre, que j'ai essayé d'avoir un engagement rationnel en politique. Alors ? Le MRP, il n'en était pas question (parce que c'est catho, etc.), le PC (je vais tué père et mère qui sont catholiques pratiquants), ce n'était pas possible, la SFIO (c'était la guerre d'Algérie), ce n'était pas envisageable non plus. Donc je suis arrivée par déductions successives au paupérus des clubs : par le scoutisme cela été « Vie nouvelle », par « Vie nouvelle » les clubs « Citoyens 60 », par les clubs « Citoyens 60 » la Convention des Institutions républicaines, et par la Convention Épinay en 1971, où j'ai fait toute la cascade des engagements.

4Quand je suis rentrée au PS en 1971, je passais d'une conception intellectuelle de la politique à une notion de famille. Ce que j'avais perdu dans l'église catholique, je l'ai retrouvé au PS : un rituel, une famille, une chaleur, des convictions, des tas de choses que j'avais perdu ailleurs. Je crois que ce sentiment de famille, beaucoup de socialistes l'ont eu, et un des drames que l'on vit actuellement est que le parti devient de plus en plus un outil et non plus une famille.

5Actuellement un militant sur trois est un élu dans le PS. Les attentes et les expériences des élus et des militants sont totalement différentes. Pour les militants, les attentes sont affectives, alors que pour les élus ce sont des stratégies, des enjeux de pouvoir...

6On croyait en entrant au PS entrer dans quelque chose où on était tous meilleurs collectivement Ma découverte, c'est qu'au PS, que ce soit à usage externe (au gouvernement ou dans les endroits où il se trouve en situation de pouvoir : conseil général ou régional) ou que ce soit dans la vie interne (de ses sections, etc.) il n'y a pas d'îlot de socialisme dans une société qui n'est pas bonne. Les militants qui font le PS et qui le vivent à l'intérieur et à l'extérieur, représente exactement la société extérieure. La vie réelle s'est « complexifiée » complètement : par rapport à 1936, le PS, la SFIO, le PC, à l'époque la gauche militante engagée, c'était une grande attente collective, mais c'était quelque chose de simple. C'était la classe ouvrière qui à travers ses représentants attentait un changement, pour la classe ouvrière, un changement collectif.

7Quand on est arrivé au pouvoir en 1981, la réalité du PS est représentée par des attentes totalement différentes ; chacun vient avec son histoire, chacun vient d'endroits différents. Il y a des attentes contradictoires et même antagonistes : je me suis beaucoup investie entre 71 et 72 dans la rédaction du projet socialiste - et encore c'était simple à cette époque là - ensuite pour le congrès de l'Arche, et on voit bien que tous demandent des choses totalement contradictoires, a l'intérieur même du PS. C'est la complexité qui s'est introduite à l'intérieur. Et c'est ce qui fait lorsque l'on fait l'analyse, que les uns et les autres n'y ont pas trouvé la même chose : les classes moyennes qui font la grosse part du PS, se sont senties de plus en plus « blousées », même lorsque l'on faisait du social. Quand on a voté le RMI, on s'est fait « engueulés » : c'est encore la classe moyenne qui va payer, nous vos militants. Je pourrais prendre des tas d'exemples de même sorte. Mais c'est ça que j'ai découvert de plus fort dans tout mon travail de militante.

Pierre MAUROY (Député-Maire de Lille) : ALLOCUTION A L'OCCASION DU COLLOQUE

8Je suis particulièrement heureux d'accueillir et recevoir aujourd'hui dans notre Hôtel de Ville les participants au colloque « Cent ans de socialisme septentrional ».

9Je pense qu'il s'agit d'une première : en effet à l'exception du colloque consacré à Guy Mollet en 1986, c'est la première fois que l'Université analyse de façon globale et sur la longue durée l'action des socialistes dans le Nord-Pas-de-Calais.

10Vous avez choisi la capitale régionale et je vous en remercie. Ville symbole par excellence, ville berceau du socialisme selon la formule consacrée, ville des pionniers du Parti ouvrier français, Gustave Delory, Henri Ghesquière, Gustave Jonquet, ville de leurs successeurs, de la SFIO, Roger Salengro, Augustin Laurent ville enfin où est née l'Internationale, ce chant d'espoir et de combat qui a fait le tour du monde.

11La date retenue de 1993 est aussi symbolique : en août 1893 Jules Guesde était élu député de Roubaix au premier tour à la stupéfaction générale. La marche en avant du socialisme nordiste commençait alors, faite de succès et de joie mais aussi de défaites et de larmes. Cette histoire qui a forgé une grande fédération souvent la première du Parti socialiste, nous en sommes les héritiers.

12La défaite de mars 1993 marque un tournant dans l'histoire du Parti socialiste français : le cycle entrepris en 1971 à Épinay s'est terminé. Il nous appartient aujourd'hui d'écrire collectivement le nouveau chapitre de l'histoire du socialisme français. C'est ce que nous avons entrepris en réunissant les États-Généraux de Lyon en juillet dernier et le congrès constitutif du Bourget en octobre. Mais il est clair que cette nouvelle refondation du parti socialiste, pour reprendre un terme que nous connaissez bien, ne se fera qu'en tenant compte de notre passé lointain ou récent.

13C'est pourquoi je remercie vivement tous les chercheurs, historiens ou spécialistes des sciences politiques, de nous aider par leurs recherches et leurs travaux à retrouver nos racines, notre identité, nos repères et à analyser les difficultés et les contraintes de la vie politique. Le regard de l'historien est en effet indispensable à l'action politique qui s'effectue trop souvent dans l'urgence.

14Le programme de votre colloque couvre un siècle de combat et d'action socialiste dans le Nord-Pas-de-Calais : il est à la fois très complet et très précis. Vous avez souhaité la participation effective des acteurs régionaux de ce combat socialiste afin de confronter des témoignages à l'analyse politique. C'est en effet une excellente méthode.

15Y a-t-il une spécificité de la Fédération du Nord dans le Parti socialiste français ? Cette question se pose quand on analyse un siècle d'histoire. Mes nombreux déplacements dans toutes les fédérations du Parti ainsi que les contacts que j'ai pu avoir depuis plus de 40 ans, m'amènent à répondre par l'affirmative même si la prudence s'impose dans ce genre d'exercice.

16J'insisterai sur trois points qui me semblent marquer profondément notre fédération et qui restent constants depuis un siècle. Ces permanences que l'on retrouve encore aujourd'hui malgré le formidable mouvement d'uniformisation de la vie politique française depuis 20 ans, dû en partie à l'apparition de l'audiovisuel, concernent tous les aspects du combat politique : l'idéologie, la stratégie et l'organisation elle-même.

17Le premier point fort du socialisme nordiste selon moi, qui nous vient des origines et du Parti ouvrier français, c'est la volonté d'agir sur le quotidien, l'action réformiste immédiate et la défense du pouvoir local et régional face au pouvoir parisien. Ce n'est pas le moindre paradoxe d'une fédération qui se voulait guesdiste, collectiviste et révolutionnaire, d'avoir constamment adapté son discours et son action à la réalité sociale vécue quotidiennement par la classe ouvrière et l'ensemble des salariés. La Fédération du Nord, exemple de social démocratie dans le Parti socialiste français c'est l'objet d'une des communications. Sans trancher définitivement, je dirai que les socialistes du Nord ont toujours préféré l'action concrète au pur débat idéologique, souvent jugé intellectuel et inopérant.

18Prenons quelques exemples :

  • C'est Gustave Delory et Henri Carrette développant dès leur premier mandat les cantines scolaires, les fourneaux économiques, les pharmacies mutualistes, anticipant ainsi sur ce qu'on appellera ensuite le « socialisme municipal », pourtant formellement condamné dans les textes et par Jules Guesde.
  • C'est aussi la défense des populations aux pires moments de notre histoire, pendant les deux guerres mondiales, ce que vous appelez « la gestion du malheur ».
  • C'est Gustave Delory utilisant sa fonction de vice-président du Conseil général en 1914-1915 pour venir en aide aux victimes de la guerre et de l'occupation.
  • C'est Albert Inghels député de Tourcoing se battant à partir de 1919 pour obtenir une meilleure répartition des dommages de guerre en faveur des petits sinistrés.
  • Ce sont bien sûr les grands maires, Delory, Lebas, Salengro développant non seulement l'action sociale et la solidarité dans leur ville mais aussi l'action économique, le cas le plus spectaculaire étant celui de Roger Salengro décidé à faire de Lille une capitale régionale moderne.
  • C'est plus près de nous la défense des pouvoirs locaux, les beffrois et le Conseil général et la grande bataille de la décentralisation engagée sous la 4e République par des personnalités comme Augustin Laurent, Eugène Thomas ou Arthur Notebart.
  • C'est mon propre combat à partir des années 70 et la création des Régions. Que de débats et résolutions adoptées par les socialistes du Nord contre la centralisation et les pouvoirs du Préfet ; propositions qui aboutissent de 1982 à 1984 aux lois de decentralisation !

19Cette volonté réformiste permanente a eu ses heures de gloire, comme en 1936 ou à la Libération. Elle a aussi montré ses limites dans la période récente où les marges de manoeuvre des élus se rétrécissent.

20Ce goût du concret du résultat visible a aussi son revers : on trouve sans doute chez les socialistes du Nord un trop grand respect de la hiérarchie qui entraîne souvent une « dérive notabiliste ».

21Cela m'amène à évoquer une deuxième constante du socialisme nordiste, peut-être plus importante encore, sur le plan de l'organisation du Parti lui-même : le culte de l'unité, ce qu'on appelle aussi le sens du parti.

22Dès l'instant où l'on prend sa carte du Parti dans le Nord, on ne dit pas et on ne fait pas n'importe quoi, on respecte la discipline, on se plie aux règles établies collectivement.

23La recherche de la synthèse entre les différentes opinions, les différentes sensibilités a toujours animé les socialistes du Nord : c'est Gustave Delory animant la grande controverse entre Jules Guesde et Jean Jaurès en 1900 à l'hippodrome lillois, plus connue ensuite sous le nom des « deux méthodes ». Malgré son admiration pour Guesde, il est convaincu que le socialisme français ne peut que s'enrichir d'une telle confrontation. Il anticipe d'ailleurs dès ce moment, l'unité des socialistes dans la même organisation en 1905, unité qu'il défendra ensuite avec ardeur.

24C'est Jean Lebas qui en février 1920 se rallie aux thèses des "reconstructeurs" et de Jean Longuet malgré son opposition viscérale aux bolchevistes pour préserver l'unité de la Fédération.

25Ce sont ce même Lebas et Augustin Laurent qui défendent la synthèse entre Léon Blum et Paul Faure (pacifistes ou bellicistes) au congrès de Nantes en mai 1939.

26C'est bien sûr l'image d'Augustin Laurent se ralliant très vite à Guy Mollet en 1948-49 pour devenir le garant de l'unité du parti tout entier.

27Plus près de nous enfin c'est l'appel au nécessaire rassemblement, initié par la Fédération du Nord et moi-même dans la préparation du Congrès de Metz en 1979 et bien sûr au Congrès de Rennes en 1990. En vérité les socialistes du Nord n'aiment pas être minoritaires - je garde un souvenir douloureux des années 1979-1980 - et détestent les scissionnistes. S'ils n'ont pu résister à la vague communiste en 1920, (Le Nord vote cependant moins fortement pour la motion Cachin que le reste de la France), ils dénoncent ensuite toutes les entreprises de scission : celle des Néos en 1933, celle des Pivertistes en 1938, celle d'Édouard Depreux en 1958. C'est ainsi que les opposants à De Gaulle et sa constitution en 1958, Arthur Notebart, Rachel Lempereur, Marcel Darou, restent au parti.

28Cette religion de l'Unité du Parti a elle aussi son revers : la Fédération du Nord, toujours à la recherche du compromis entre les extrêmes n'a peut-être pas toujours affirmé ses idées, comme elle aurait pu prétendre le faire, même si elle s'est toujours montrée exemplaire pour l'organisation.

29Enfin le troisième particularisme du socialisme nordiste qui découle des deux premiers est plus psychologique ou comportemental, il s'agit de la convivialité et de la fraternité des militants du Nord.

30Être socialiste dans notre région c'est aussi faire partie d'une même famille. Et comme dans toutes les familles on aime se rassembler, faire la fête, se réchauffer même dans les moments les plus difficiles. Je suis surpris quand je vais dans les fêtes de section de voir la mobilisation militante, alors que les critiques ne manquent pas.

31Ce genre de rassemblement festif s'est constitué dès l'origine du Parti ouvrier français. Il s'agissait de montrer la force de l'organisation mais surtout d'imprégner la mémoire collective des travailleurs de cette région. Chaque section possédait sa fanfare et sa chorale, ce qui a permis l'émergence de véritables artistes comme Pierre Degeyter ou Henri Ghesquière. Ensuite ce furent les commémorations des grands ancêtres ou l'inauguration des monuments, comme l'hommage à Jean Jaurès, à Jules Guesde à Roubaix, les anniversaires comme celui de Bracke à deux reprises, les funérailles de Gustave Delory, Charles Saint Venant père, et bien sûr Roger Salengro, le rassemblement annuel de Phalempin, la fête de la Rose jusqu'en 1985, enfin les grands banquets socialistes de 1986 et 1990 et les grand meetings de François Mitterrand et des dirigeants du Parti que chacun garde en mémoire.

32A chaque fois le même souci de l'organisation prévaut même si les techniques employées se sont considérablement modernisées.

33Voilà les quelques remarques que je voulais faire mais je reste conscient que bien d'autres aspects de l'originalité de la Fédération du Nord peuvent être analysés. Ils feront, je n'en doute pas, l'objet de vos travaux que je vous souhaite fructueux.

34Permettez moi de terminer avec une note personnelle :

35Je suis bien de cette famille socialiste. Mes aïeux bûcherons de la forêt de Saint-Amand, mais aussi mineurs à la fosse d'Aremberg, celle de Germinal.

36Mes camarades me considèrent comme le chef de famille, mieux qu'un leader mais pas comme un guide. Je suis comme eux le plus social démocrate du socialisme français c'est pourquoi je suis si à l'aise à la tête de l'Internationale Socialiste où je retrouve cette convivialité si chère à Willy Brandt et si étrangère trop souvent à la nouvelle génération des socialistes français.

37Et puis nous concevons le socialisme comme un éthique, une morale. Blum a dit comme une religion. L'idée ne m'effraie pas.

38Bien sûr aujourd'hui autant qu'hier, il y a des bavures, des erreurs, des fautes. La famille n'érige pas de tribunal public mais, croyez-le, elle ne reste pas indifférente et elle ne les accepte pas.

39Elle se resserre et se resserrera autour de ceux qui portent une idée centrale : assurer la pérennité du socialisme.

40« Le socialisme maître de l'heure au XXe siècle » : trop tôt cher Léon Blum. Mais une conviction, plus une certitude, le XXIe siècle n'échappera pas au socialisme.

Daniel PERCHERON (Fédération socialiste du Pas-de-Calais)

Le problème des alliances électorales

41L'alliance de troisième force dans le Nord/Pas-de-Calais et plus particulièrement dans le bassin minier a été une alliance de survie permettant aux socialistes de garder leurs mairies face au poids des communistes à la Libération. Ils n'étaient pas obligés de tirer des conclusions définitives de ces alliances municipales au niveau des élections législatives en raison de la représentation proportionnelle. Entre 1960 et 1970, la SFIO et le parti socialiste d'Alain Savary prennent progressivement conscience de la bipolarisation et du carcan majoritaire de la Ve République. En 1962, Guy Mollet surprend en annonçant à Souchez le désistement réciproque au second tour entre communistes et socialistes dans le Pas-de-Calais. Mais dans l'esprit des cadres de la fédération du Pas-de-Calais et de celle du Nord, cette stratégie législative n'implique pas de rupture au plan municipal des alliances de troisième force et les deux grandes fédérations mettent dans la corbeille du parti d'Épinay un réseau municipal de troisième force. Seul Guy Mollet ouvre sa liste aux communistes tout en cherchant à maintenir les chrétiens progressistes à ses côtés. Le parti de François Mitterrand, le parti d'Épinay va trancher dans le vif entre le dialogue idéologique de Guy Mollet - discussions au sommet à gauche avant d'en tirer toutes les conclusions - et la logique du scrutin majoritaire de François Mitterrand : désistement commun, programme commun, gouvernement commun. Il a fallu le formidable renouveau de 1971-1974, les 49 % obtenu aux élections présidentielles de 1974 pour aboutir au Congrès de Dijon qui entraînent les deux fédérations du Nord et celle des Bouches-du-Rhône dans la cohérence définitive : alliances présidentielles à gauche, alliances municipales à gauche. Celles-ci entraînent un succès national exceptionnel et imprévisible en 1977. Mais nous payons dans notre région ce reclassement politique au prix fort car au nom de la discipline de gauche et des critères de l'influence respective hâtivement improvisés dans une réunion entre socialistes et communistes, nous perdons une série de municipalités dans le bassin minier, même si nous compensons ces pertes dans d'autres secteurs du Pas-de-Calais par des victoires importantes comme Béthune, Berck et Le Portel. Il fallait donc l'extraordinaire dynamisme du parti d'Epinay, l'autorité personnelle de François Mitterrand pour aboutir à la rupture des alliances de troisième force. L'un des discours les plus achevés de François Mitterrand en tant que premier secrétaire est celui de Dijon où il théorise l'Union de la Gauche pour entraîner tout le parti : « Il y a d'avenir que dans l'Union de la Gauche ; pour l'emporter, l'Union de la Gauche doit avoir un parti socialiste qui est le plus fort ; et le parti socialiste ne sera le plus fort à gauche que s'il est loyal à tous les niveaux de son combat notamment au niveau municipal ». Voilà pourquoi dans une fédération comme la nôtre, nous acceptons l'implacable discipline des désistements prioritaires à gauche sur fond de primaires municipales dans tout le bassin minier.

42J'ajoute qu'à partir de 1965, l'élection du Président de la République au suffrage universel, l'élection fondatrice à gauche, joue un rôle très important Depuis 1965, sauf en 1969 qui est pour la gauche un véritable désastre et un rééquilibrage, l'élection est toujours incarnée par le même homme, c'est-à-dire François Mitterrand. Il y a là une dynamique charismatique et institutionnelle qu'il faut prendre en compte. Au niveau présidentiel, le Pas-de-Calais passe de 1965 à 1988 de l'hésitation au rang de premier département de France derrière le candidat de l'Union de la Gauche. L'élection présidentielle est le creuset où l'électorat de gauche prend l'habitude de se fondre.

Le rôle d'Alain Savary

43J'ai participé comme militant du Pas-de-Calais, coopté au secrétariat fédéral du Pas-de-Calais, à la naissance du nouveau parti socialiste car, étant membre de la Convention des Institutions Républicaines en 1968 je n'ai pas accompagné François Mitterrand dans son refus de fusionner la SFIO et la Convention. Le rôle d'Alain Savary a été très important dans la rénovation du socialisme français car il a représenté sur fond de désastre électoral - les 5 % recueillis par Defferre aux élections présidentielles de 1969 - la transition indispensable qui permettait à la SFIO, tronc majeur du socialisme français, d'accepter de disparaître. Si nous avions eu en dehors du nouveau parti, un congrès d'Épinay qui se soit annoncé à l'avance comme congrès d'Épinay, la rénovation du parti socialiste aurait échoué.

44Alain Savary a joué un rôle considérable sous l'autorité politique et idéologique de Guy Mollet et il a su remarquablement saisir l'opportunité de renouveler les hommes - 20 % des premiers secrétaires fédéraux ont été renouvelés après le congrès d'Issy les Moulineaux. Il a su faire comprendre que le nouveau parti socialiste avait un besoin vital de nouveaux militants après l'échec de la présidentielle. Certes l'immense mouvement libertaire de mai 68 a joué son rôle. Dès les résultats des élections cantonales de 1970, on pouvait déceler dans les résultats obtenus le signe que le nouveau parti captait en partie l'ébranlement de mai 68. Mais Alain Savary a été quand même le pivot de la refondation de 1969 à 1971.

Le Congrès d'Épinay

45Ayant vécu la préparation du Congrès d'Épinay aux côtés de Guy Mollet comme signataire de la motion Mollet-Savary, j'affirme que jamais son résultat n'a été prévu par ses acteurs. On souhaitait certes au sein de la fédération du Nord, dans la motion des « Bouches-du-Nord » un renouvellement des hommes, peut être même la fin de la tutelle de Guy Mollet Mais jamais le Congrès d'Épinay n'a été préparé dans la perspective d'un bouleversement des institutions du parti et de la proportionnelle intégrale. Les militants du Nord et du Pas-de-Calais avaient au plus haut niveau des accords formels sur la composition du comité directeur comme auparavant et le rôle d'Alain Savary n'était nullement mis en cause. Dans la dernière réunion du secrétariat national du Pas-de-Calais précédant Épinay, dans un certain climat de confiance concernant cette refondation du parti - c'est ainsi que l'on qualifiait à l'époque la fusion - refondation qui nous semblait marquer une nouvelle chance pour le PS après l'échec de Gaston Defferre et la stabilité constatée aux élections cantonales et municipales, le climat était tellement confiant au sein du nouveau parti socialiste à l'égard de la Convention que nous avons attribué artificiellement 10 000 voix à la Convention alors qu'elle ne pouvait en revendiquer que 3 000. Ce geste réclame par François Mitterrand, non pour des enjeux de pouvoir mais pour une démarche à peu près équilibrée, n'avait de sens que dans la mesure où les socialistes du Nord, du Pas-de-Calais, les savarystes étaient bien d'accord, compte tenu du mode de scrutin traditionnel, pour éviter tout boule versement et toute querelle à l'occasion du Congrès d'Épinay.

46Lors du Congrès fédéral du Pas-de-Calais une semaine avant Épinay, je découvre personnellement ainsi qu'un certain nombre de militants que Guy Mollet est plus réticent que nous ne le pensions à l'égard de l'arrivée de François Mitterrand au parti socialiste. Je demande individuellement à la tribune du Congrès qu'on ne renouvelle pas l'erreur du référendum de 1969 où Mitterrand est interdit d'antenne, Guy Mollet interrompt le Congrès et me répond pendant 35 minutes sur la nécessité de ne pas privilégier François Mitterrand dans le nouveau parti socialiste. Mais c'est au Congrès d'Épinay, lors de la première journée que Guy Mollet réalise que l'impensable est en train de se produire, que la motion des « Bouches-du-Nord » excluant tout accord avec les communistes peut faire sa jonction avec le CERES et la motion Mermaz-Pointillon qui réclame avec insistance l'Union avec les communistes. Guy Mollet prend alors la décision brutale d'imposer la proportionnelle pour clarifier le débat et empêcher ainsi les tractations entre les représentants des différentes motions pour l'élection à bulletin secret au nouveau comité directeur. La proportionnelle est ainsi improvisée, Dominique Thaddei défend maladroitement la formule mixte de la proportionnelle majoritaire qui sera adoptée plus tard pour les élections municipales. Et finalement la spontanéité, la clarté et l'enthousiasme de Marc Wolf jouent un rôle décisif dans l'adoption de la proportionnelle par le Congrès à 51 %. A partir de là, les données du problème étaient modifiées.

47Prenons mon cas personnel. Je suis parmi ceux qui doivent intégrer le comité directeur dans le cadre du vote traditionnel à bulletins secrets. En raison de mon intervention au Congrès fédéral une semaine auparavant et de mes origines conventionnelles, Guy Mollet me fait reculer de plusieurs rangs ainsi que Jean-Pierre Cot sur la liste de la motion Savary afin de m'écarter de la Commission des Résolutions et du Comité Directeur.

48J'ajoute aussi que la personnalité de Roger Quillot auprès de Pierre Mauroy joue un rôle décisif dans la mystérieuse alchimie de la Commission des Résolutions où finalement se dégage, à la surprise générale, deux lignes qui vont aller au vote final. L'incertitude sera maintenue jusqu'au bout puisque toute une série de délégués de petites motions vont choisir sans mots d'ordre concertés, département par département, soit le regroupement incarné par Alain Savary, soit celui associant Pierre Mauroy, Gaston Defferre et en partie François Mitterrand qui, dans ces circonstances, n'est absolument pas candidat au poste de premier secrétaire. Alain Savary commet aussi l'erreur extraordinaire de ne pas monter à la tribune lors du vote décisif du Congrès d'Épinay pour expliquer pourquoi il défend la ligne politique qui est la sienne issue de la Commission des Résolutions malgré l'insistance de Guy Mollet et il perd à 2 % ce Congrès malgré son rôle positif entre 1969 et 1971, heureusement peut-être pour le socialisme français.

L'utilisation des sondages et l'attitude des électeurs du Pas-de-Calais

49J'ai été surpris des résultats du sondage SOFRES que nous faisons chaque année dans notre département au niveau de notre électorat et de l'électorat de gauche du Pas-de-Calais. Après avoir demandée à Jérôme Jaffré d'introduire dans le département la question qu'il introduit parfois au niveau national sur le positionnement idéologique - révolutionnaire, libéral modéré, communiste-, j'ai eu la surprise d'enregistrer des résultats parfois inférieurs à la moyenne nationale dans la fédération, le poids des électeurs se déclarant modérés étant considérable et celui des communistes très faible (6 %). Ce constat peut se recouper avec des intentions de vote aux législatives ou municipales.

50Depuis 1981 nous faisons entre 1 et 5 sondages dans notre fédération chaque année et nous travaillons de manière étroite avec la SOFRES y compris dans la conception du questionnaire. Il y a là une mine de renseignements pour les historiens. Nous mesurons par exemple chaque année la proximité syndicale et l'attitude des sensibilités syndicales face à des problèmes aussi divers que la fin du charbon, le référendum de Maastricht le degré de confiance envers le Président de la République ou envers les élus socialistes.

51De 1981 à 1993, nous avons vécu l'oreille collée au terrain par le truchement des sondages. Nous avons animé notre fédération en fonction des sondages à plusieurs reprises, sondages spécifiques mettant en lumière par exemple dans le domaine du charbon les contradictions d'une population qui ne voit pas dans le bassin minier d'autres horizons que la mine, qui fait confiance au parti communiste et à la CCT pour évaluer les réserves charbonnières mais qui à 86 % refuse que ses enfants descendent à la mine. Nous avons cherché à surmonter cette contradiction car les événements de 1947 ont fait que, dans la culture minière et cégétiste, très majoritaire au fond et influente au jour, nous étions ceux qui par essence depuis 1920 avions la trahison au coeur. Cela explique la surenchère à certain moment sincère des cadres du parti dans la question charbonnière.

Le mode de scrutin

52La représentation proportionnelle n'a pas été restaurée en 1992-1993 parce que les rivalités de courant ne permettaient plus la sélection des candidats à travers un scrutin de liste compte tenu du nombre de sortants. Ce que nous avions maîtrisé dans le Pas-de-Calais et dans toute la France en 1985 n'était plus maîtrisable en 1992-1993. Il est vrai que notre fédération a convaincu la Direction du parti que l'on allait à l'aventure. J'ai continué à sonder mes circonscriptions en mettant en avant les deux hypothèses : scrutin majoritaire uninominal et représentation proportionnelle. Je dois dire que, autant nous résistions insuffisamment au premier et second tour comme force principale d'opposition au scrutin majoritaire, autant la proportionnelle aboutissait à ce que nous perdions encore six points dans les bastions socialistes par rapport au niveau obtenu réellement en 1993 (28 %) et à ce que nous soyons parfois en seconde position derrière les écologistes au scrutin de liste. Cette situation se serait-elle maintenue jusqu'au jour du vote ? Elle se présentait ainsi deux semaines auparavant.

L'importance des mutations du Nord/Pas-de-Calais

53Les départements du Pas-de-Calais et Nord sont les seuls à devoir subir, accepter et surmonter toutes les contraintes liées aux disciplines nationales ou européennes. Nous sommes concernés par une loi sur les dockers, par l'Europe « bleue » de la pêche, par les quotas laitiers intéressant 500 communes rurales, par les mutations indispensables de l'industrie lourde : charbon, sidérurgie, par l'hémorragie textile. Ce qui veut dire que, dans le débat que nous avons en tant que Fédération avec le Président de la République et le Premier Ministre, fut-il Pierre Mauroy, le tournant de 1983 a été pour nous un chemin de croix, aucune décision nationale ou européenne ne nous épargne. Même au dernier moment lorsque nous discutions avec Pierre Beregovoy sur l'avenir de la politique monétaire et sur l'arrimage du franc au mark, nous avions quand même affaire « in fine » à un député-maire de la Nièvre qui, face à l'ampleur de nos problèmes, mesurait parfois difficilement quelles contraintes pesèrent sur cette région à la fois industrielle et rurale, dotée d'une façade maritime et qui, en terme d'aménagement du territoire et de développement économique, est véritablement aux prises avec une série de mutations sans équivalent dans le pays.

L'exercice national et local du pouvoir

54Lorsque nous avons gagné en 1981, nous ne pouvions pas prévoir ce qui allait se produire : la victoire du capitalisme dans le monde entier, l'effondrement du communisme soviétique, les chances de la décentralisation, les contraintes de l'exercice du pouvoir dans la durée. Lorsque nous arrivons au pouvoir, nous sommes dans la fédération du Pas-de-Calais sur le schéma de 1936 : l'avancée sociale, et nous n'avons pas véritablement intégré ce que j'appellerai le poids de la Présidence de la République, l'instrumentalisation du parti par les institutions et les hommes de la Ve République. Ce qui fait que, dès 1982-1983 la contradiction entre l'exercice national et l'exercice local au pouvoir est au coeur de notre démarche. Dès les élections partielles de 1982, nous sommes minoritaires et dès les municipales de 1983, condamnées à perdre les élections de 1986. Ainsi une grande fédération comme la nôtre accepte difficilement la contrainte idéologique lors du tournant de la rigueur et se trouve placé au même moment devant la double perspective de la défaite électorale annoncée par tous les sondages et de l'indispensable survie locale. Toute la période 1983-1986 tente de concilier la discipline de la Ve République - le vote de gouvernement - et la fonction tribunicienne qui est acceptée par notre électorat ouvrier et par notre électorat âgé et employé selon les sondages. Nous réussissons à tenir les deux bouts de la chaîne parce que nous ne sommes pas encore noyés par la médiatisation politique. Nous avons encore une légère marge de manoeuvre pour nous préserver de ce que j'appellerai une « nationalisation sanction globale » grâce aux moyens traditionnels du mouvement ouvrier : la présence militante, les tracts, l'enfermement des circonscriptions territoriales. D'ailleurs dès 1985 nous savons que la moitié de nos électeurs souhaitait à l'occasion même d'un vote local sanctionner partiellement le gouvernement et nous sommes obligés de tenir compte de ces aspects.

55A partir de 1988 la décentralisation s'impose à nous. Pour la fédération du Pas-de-Calais l'enjeu n'est plus simplement de rester une grande fédération, il est de devenir un grand département Madame Giblin-Delvallet a souligné les contradictions qui existent à ce moment-là entre les deux fédérations septentrionales. Car le Nord a pris l'habitude de considérer le Pas-de-Calais comme un département secondaire - ce qu'il est et après discussion nous décidons dans le Pas-de-Calais non seulement d'accepter la modernité mais d'acquérir les fonctions d'un grand département Le combat le plus symbolique sera celui de l'Université. Toute collectivité importante qui renoncera à l'Université renoncera à la formation de ses élites et d'une certaine manière à la vie. Nous mettons l'Université au coeur de nos préoccupations, développons un discours tout à fait volontariste et nous exerçons la totalité de nos pouvoirs. La décentralisation a été une chance pour le Pas-de-Calais.

Gilbert RYON (Ancien Secrétaire régional CFDT) : LA CFDT RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS ET LE PARTI SOCIALISTE

56Les relations instaurées au plan régional entre la CFDT et le Parti socialiste s'inscrivent dans les orientations adoptées au plan confédéral, cela nous amène à mentionner ces dernières pour expliquer la situation régionale.

57Dès l'article 1er de ses statuts, « la Confédération estime nécessaire de distinguer ses responsabilités de celles des groupements politiques et entend garder à son action une entière indépendance... ».

  • 2 Document du Conseil National CFDT d'avril 1975, cité in Positions et orientations de la CFDT, p. 2 (...)

58Depuis 1947, elle a adopté une règle toujours en vigueur de non cumul des mandats syndicaux et politiques, et de non utilisation du sigle confédéral pendant les campagnes électorales. A l'époque, il s'agissait de responsables CFTC candidats ou élus MRP. Des militants adhéraient aux équipes ouvrières du MRP. Mais indépendance ne signifie pas indifférence. Des relations existent donc avec les partis politiques, dans la distinction des fonctions entre les partis et les syndicats, celle-ci supposant la reconnaissance d'une égalité fondamentale entre les deux formes d'organisation que s'est donné le mouvement ouvrier2.

59Le Congrès confédéral de 1970 opte pour le socialisme démocratique autogestionnaire, adoptant ainsi, dans la foulée de mai 1968, une orientation qu'une minorité préconisait depuis les armées 1950.

  • 3 Op. cit., p. 241.

60Le Conseil national de janvier 1974 préconise « l'Union des Forces populaires, c'est-à-dire l'union de toutes les forces de gauche qui établissent sur une base de classe une convergence entre leurs stratégies, permettant de réunir les conditions de passage au socialisme »3.

61En 1974 se tiennent les Assises du Socialisme. A tous niveaux de l'organisation, des militants apportent leur adhésion au Parti socialiste. Mais il y en a aussi au PSU et dans d'autres partis. C'est l'époque de l'Union de la Gauche. Bien des responsables CFDT adhérent au Parti socialiste sans y exercer de responsabilités. Depuis un certain nombre sont devenus responsables du Parti ou élus, après avoir quitté leurs responsabilités.

  • 4 CFDT Aujourd'hui, no 27, octobre 1977, p. 10.

62Le Conseil national de juin 1977 adopte une « plate-forme de revendications et d'objectifs immédiats », pour l'action et la mobilisation pendant cette période marquée par l'affrontement politique en vue des législatives de 1978. La CFDT constate que chaque fois que la convergence des forces populaires a été réalisée (1936, la Libération) elles ont connu le succès. Au contraire, les insuffisances de la mobilisation en 1956 ont conduit à l'échec comme l'absence d'alternative de gauche en 1968 n'ont pas permis au mouvement social d'atteindre certains de ses objectifs fondamentaux4.

63En mars 1978, c'est l'échec électoral de la Gauche aux législatives, mais le Nord et le Pas-de-Calais sont majoritairement à gauche (conseils généraux et de nombreuses communes importantes).

  • 5 Note manuscrite préparant ces contacts.

64L'Union régionale CFDT demande alors aux Fédérations du Nord et du Pas-de-Calais du Parti socialiste, puis à celles du Parti communiste de les rencontrer. L'objectif est de leur exprimer notre volonté de voir mise en oeuvre dans la région une politique significative de la Gauche à tous les niveaux (emploi, cadre de vie, santé, personnes âgées...) dans une perspective autogestionnaire, c'est-à-dire mettant en action les travailleurs, la population et leurs organisations5.

65Ces contacts ont eu lieu à Lille, au siège de chacun des partis :

  • le 29 juin 1978 avec le Parti socialiste, le débat a porté sur la recherche des besoins des travailleurs, par une démarche autogestionnaire d'interrogation de la population et de ses organisations, puis sur la réflexion à engager ensemble sur les équipements à créer pour répondre à ces besoins, en associant les collectivités locales, départementales et régionales, ainsi que les comités d'entreprise6.
  • le 28 septembre 1978 avec le Parti communiste, ont été évoquées les réalisations possibles au niveau des municipalités de gauche : équipements collectifs avec un contenu plus démocratique, plus socialiste dans la gestion et auquel les comités d’entreprise pourraient être associés7.
  • 8 CFDT Aujourd'hui, no 50, Juillet-Août 1981, p. 4.

66Le Congrès confédéral de Brest en 1979 opte pour une resyndicalisation de l'action, c'est-à-dire « faire du mouvement syndical un acteur fondamental des transformations à accomplir (...) favoriser l'action et la négociation au détriment de la décision unilatérale »8.

67C'est vers cette époque qu'Edmond Maire, exprimant le ras-le-bol sur les conflits de personnes qui remplaçaient les débats de fond au sein du PS, s'est écrié « peu nous importe de savoir si c'est Rocard ou Mitterrand qui se fera battre par Giscard ».

68Cela n'empêcha pas que la Confédération lance entre les deux tours de l'élection présidentielle de 1981 l'appel à voter pour François Mitterrand. C'était la première fois qu'un appel aussi précis était lancé au cours d'une campagne électorale.

  • 9 Op. cit., p. 9.

69En mai 1981, la Confédération reprend son thème de la resyndicalisation, avec plusieurs exemples, dans un long article de CFDT Aujourd'hui. Ainsi, « s’agissant de la durée du travail, la CFDT ne souhaite pas voir voter une loi mais préfère de véritables négociations avec les employeurs (...). En effet les situations concrètes sont très différentes d'une branche à l'autre (...), suivant les secteurs professionnels ;(...) suivant l'horaire pratiqué »9.

70Au lieu de cela, qu'avons-nous vu ? Le Parti socialiste largement majoritaire, réalise directement par la loi. Ce sont les 39 heures sans perte de salaire ; la retraite à 60 ans ; le relèvement substantiel des basses retraites. Toutes choses excellentes, mais la façon de les décider, sans négociation, privait les organisations syndicales de leur mission d'organiser l'action et d'en négocier les résultats.

71Nous avons là une explication, au moins partielle, du recul syndical, qui s'est accéléré à cette époque. Par ailleurs, nous apparaissions liés au Parti socialiste, au pouvoir et contesté. Nous l'avons ressenti lors de l'échec subi aux élections de la Sécurité sociale de 1983.

  • 10 Note UL CFDT rendant compte de cette réunion.

72Le 21 janvier 1982, l'Union locale CFDT de Lille rencontre une délégation de la Fédération du Nord du Parti socialiste pour faire le point sur le Comité local de l'emploi (CLE) de Lille. La note qui rend compte de cette rencontre conclut : « La conception qu'a le PS des CLE est très éloignée de la nôtre (...). Le PS n'a qu'une confiance limitée en la CFDT... »10.

  • 11 Notes manuscrites sur cette réunion.

73La Fédération PS du Nord ayant souhaité rencontrer l'Union régionale CFDT, un contact a eu lieu le 23 février 1982. L'objectif était de parler, d'échanger les points de vues, afin d'éviter les malentendus. Un dialogue intéressant s’instaure et on dresse une liste de sujets à aborder lors de rencontres ultérieures11.

74Le 4 octobre 1982, l'Union régionale CFDT rencontre à nouveau la Fédération PS Nord les sujets débattus sont :

  • les groupes socialistes d'entreprises, des réactions assez dures sont observées à leur égard dans la CFDT : interférence avec le travail syndical, refus de voir les réunions d'expression des travailleurs devenir un lieu d'affrontement du parti et du syndicat..
  • les Comités locaux de l'emploi la nécessaire puissance invitante. Avec la décentralisation, la CFDT souhaite que le Conseil général joue ce rôle, plutôt que le sous-préfet, au niveau du bassin d'emploi et elle demande une concertation avec les partenaires avant de lancer l'opération.
  • la Sécurité sociale, le projet de loi fait craindre à la CFDT qu'une notion d'assistance prenne à nouveau le pas sur la reconnaissance des personnes12.
  • En février 1986, lors de la campagne électorale des élections régionales, le bulletin de l'Union régionale titre : « La CFDT ancrée à gauche » tandis que les articles portent un jugement global positif sur les politiques régionales de l'équipe sortante à majorité de gauche.13
  • 14 Idem.

75Le 25 janvier 1988, une délégation CFDT et la Fédération PS du bassin minier. Le souhait de la CFDT est de faire des Houillères l'outil de conversion de la région, avec le concours de la population et en utilisant les moyens que sont le patrimoine des Houillères et le système de santé des mines. La Fédé socialiste explique la situation délicate qui est la sienne sur ce point, elle a perdu plusieurs communes... Elle compte sur les prochaines municipales pour mobiliser la population14.

76Aux élections présidentielles et législatives de mai et juin 1988, la CFDT ne donne plus d'indication de vote, considérant que lorsqu'une organisation syndicale a appelé à voter pour un parti, celui-ci a tendance à considérer que cette organisation lui est acquise, quoi qu'il fasse.

  • 15 Liaisons CFDT Nord-Pas-de-Calais, mars 1992.

77Aux élections régionales de 1992, le bulletin régional CFDT titre : « La CFDT ni neutre, ni partisane... » tandis que les articles évaluent les réalisations de l'équipe de gauche sortante, tant leurs aspects positifs que leurs points faibles, ils présentent les proportions syndicales et les résultats des rencontres avec les leaders des principales listes : M. Delebarre PS (sur 2 colonnes), les Verts, le RPR-UDF, et Génération Écologie (sur une colonne chacun)15.

78Le contexte dans lequel agit la CFDT, l'évolution de la société, le comportement de ses partenaires, les appels qu'elle perçoit chez les salariés expliquent les variantes que l'on observe dans les positions qu'elle adopte.

79Ces variantes sont au service de constantes fondamentales : l'indépendance de l'organisation syndicale, ainsi que les valeurs de solidarité, d'humanisme, de démocratie qui guident son action de défense des travailleurs actifs et retraités, ainsi que des chômeurs.

Madeleine SINGER : LES MILITANTS CFDT DE FIVES-LILLE ET LE SOCIALISME

  • 16 Cf notre étude La section syndicale CFTC-CFDT de Fives-Lille : histoire de sa croissance, texte de (...)

80A la demande d'un ancien militant de cette usine, nous avons écrit l'histoire de leur section syndicale (1936-1992). Celle-ci qui, à la Libération, se limitait à quelques membres isolés, est devenue majoritaire dans l'entreprise à partir de 197716. Les contacts que nous avons eus avec tous ceux qui se sont succédés à la tête de cette section, nous permettent de retracer maintenant leur engagement progressif dans le mouvement socialiste. Celui-ci est devenu apparent par leur participation à un voyage en URSS en 1957, c'est-à-dire à une époque où l'on était en pleine « guerre froide ».

81Leur Centrale qui s'appelait encore CFTC n'avait alors avec la CGTT que des ententes limitées à telle ou telle de ses Fédérations d'industrie qui déclenchaient parfois une grève avec leurs homologues CCT. Le Congrès CFTC de 1955 avait d'ailleurs rejeté une résolution minoritaire qui se ralliait à la « tradition ouvrière française, socialiste, non de parti, mais de conception économique ».

1. Voyage en URSS de deux déléguée CFTC de Fives-Lille

82En 1957 deux militants CFTC de Fives-Lille, Lucien Bart et Marcel Rudant, font avec trois délégués CCT et deux délégués FO un voyage en URSS. L'année précédente, du 25 mai au 4 juin, une délégation de l'usine métallurgique Ouralmachzavod, sise à Sverdlosk, invitée par la Fédération CCT de la métallurgie, avait été reçue officiellement par cette organisation et par la Direction de l'usine de Fives-Lille. En avril 1957, le président du Comité d'entreprise d'Ouralmachzavod, ayant conservé un bon souvenir de cette réception, invite à son tour un groupe de travailleurs de Fives-Lille.

  • 17 AP : double de la lettre adressée à G. Levard, 3 p. dactylographiées avec les 18 signatures.
  • 18 AP : mon entretien avec L. Bart le 9.7.1993. Liberté, 25.8.1957, p. 8 : photo du départ en gare de (...)

83Les responsables CCT proposent aux autres organisations syndicales de participer à ce voyage puisque des représentants de la CFTC et de FO avaient assisté aux discussions et réceptions pendant le séjour des Soviétiques. Le conseil syndical de la section CFTC de Fives-Lille écrit donc le 4 avril 1957 à Georges Levard, secrétaire général de la CFTC, pour solliciter l'autorisation d'accepter l'invitation. Si cette lettre est signée par 18 militants, c'est qu'à l'époque, une telle collaboration était rare ; après la mise au pas de la Hongrie par l'URSS en 1956, on était en pleine « guerre froide ». La CGC, également sollicitée, ne se joignit pas au voyage17. Il faut d'ailleurs noter que les délégués de Givors et de Paris (deux CCT et deux FO) qui, d'après Liberté du 25 août 1957, devaient rejoindre en gare de l'Est le groupe de Lille, ne s'y trouvèrent pas : Lucien Bart n'en entendit jamais parler pendant le séjour en URSS18. En outre la Voix du Nord ne fera pas état de la conférence de presse que les délégués donneront lors de leur retour à Lille.

  • 19 AP : photocopie de la circulaire non datée, adressée par la CGT, la CFTC et FO au personnel des at (...)

84Avec la CCT et FO, la CFTC organise dans l'usine une vente de carnets de tombola pour couvrir les dépenses (transports, etc.) qui s'élèvent à plus de 350 000 francs bien que le séjour soit gratuit et que les délégués n'emportent aucun rouble : on leur donnera là-bas des roubles touristes pour qu'ils puissent acheter quelques cadeaux (par exemple un disque de musique, un ours dansant pour les enfants)19.

  • 20 AP : un exemplaire du journal offert par Madame Rudant.

85Partis en train le 24 août de Lille à Paris, puis de Paris à Moscou, et de là en avion à Sverdlovsk où ils arrivent le 29 août, ils visitent longuement l'usine Ouralmachzavod (20 à 25 000 personnes), ont des contacts avec le Syndicat, la Direction, le Conseil municipal, les travailleurs rassemblés en meeting. On leur offre un album d'une quinzaine de photos prises au cours du séjour : ateliers, repas à la cantine, meeting, etc. Ils étudient également le fonctionnement des oeuvres sociales, visitent des logements, le stade, l'hôpital, rencontrent un groupe de pionniers. Notons que les deux interprètes étaient accompagnés pendant tout le voyage d'un délégué du Syndicat, haut dignitaire du Parti, semble-t-il, de sorte que la délégation était bien « encadrée ». Un journal local, daté du 31 août relate leur visite en première page : deux photos de délégués conservant avec le Directeur et le titre en français : « Pour la paix et pour l'amitié. Notre salut ouvrier aux envoyés de l'usine de Fives-Lille »20.

86Le 3 septembre, ils repartent en avion à Moscou et rejoignent en train Léningrad où ils visitent une usine de turbines, un musée et assistent à des ballets au théâtre Kirov. Ils voient également le bateau Aurora qui avait tiré des coups de canon contre le Palais d'hiver où se trouvait le gouvernement de Kerenski, lors de la révolution du 25 octobre 1917 (7 novembre selon le calendrier actuel).

  • 21 AP : photocopie d'une note manuscrite de Marcel Rudant laquelle donne les dates et l'emploi du tem (...)

87Le 5 septembre, départ en avion pour Simferopol en Crimée et de là en taxi pour Yalta où ils visitent des maisons de repos pour travailleurs. Six photos du groupe avec leurs interprètes, prises par la presse, montrent ces maisons qui avaient appartenu à des nobles au temps des tsars. Le délégué syndical dont nous avons déjà parlé, était presque toujours là bien qu'il n'apparaisse pas sur les photos ; il avait d'ailleurs beaucoup à faire, s'occupait de leur hébergement, etc.21.

88De retour à Moscou, ils doivent attendre 24 heures car il n'y avait pas de place dans l'avion à cause d'une délégation du parti radical et radical socialiste, conduite par Daladier, qu'ils avaient d'ailleurs rencontrée à Yalta. Ils rentrent finalement par Prague, Bruxelles et Paris en avion et de là en train pour Lille où ils arrivent en gare le 12 septembre : une photo de Liberté montre les participants avec leurs familles, des représentants du Comité d'entreprise et des syndicats de l'usine venus les accueillir. Lors de leurs différents passages à Moscou, ils avaient eu l'occasion de visiter la ville et en ramenèrent un beau livre contenant 163 photographies de la ville (texte en russe, en anglais et en français), vraisemblablement offert par les sept signataires : Lucien Bart y retrouve le nom des deux interprètes ainsi que celui du permanent syndical de la métallurgie qui avait organisé leur voyage.

  • 22 Cf. Liberté, 13.9.1957, p. 1 (retour en gare de Lille) ; 21.9.1957, p. 8 et 22.9.1957, p. 9 (confé (...)

89Le 20 septembre, les délégués donnent une conférence de presse pour relater les enseignements retirés de leur voyage. Liberté se contente d'évoquer leurs « vues communes » et reproduit un long extrait de la déclaration faite par les métallos avant leur départ de l'URSS. Ils se félicitent d'un « accueil chaleureux », ont constaté « l'amélioration du sort de la classe ouvrière dans le domaine des conditions de vie, de la sécurité et de l'hygiène, des sciences, de l'initiation à la vie et de la culture ». Nord-Eclair est plus explicite : les délégués ont évoqué les conditions de travail, tout en déclarant comme Marcel Rudant, qu'il est« difficile de faire des comparaisons de détail car les structures sont totalement différentes ». Ils ont parlé des avantages sociaux, des transporte moins coûteux qu'en Europe, de l'enseignement dans les camps de pionniers et les écoles d'ingénieurs, mais ont déclaré qu'il est difficile d'évaluer avec certitude le pouvoir d'achat de l'ouvrier soviétique. Ils sont frappés par le fait que « les moindres manifestations de la vie, tel le cirque, sont devenues des phénomènes collectifs où la personne s'efface naturellement devant la collectivité ». Nous n'avons malheureusement retrouvé aucun compte-rendu d'une réunion organisée le 1er décembre 1957 par l'Union locale CFTC, au cours de laquelle M. Rudant et L. Bart ont évoqué leur voyage, sans doute plus librement que dans une conférence de presse commune22.

90Il faut noter que le voyage fut littéralement orchestré par Liberté : le 20 août un long article d'André Halatte, secrétaire de l'Union départementale CGT, annonce le départ d'une « délégation unitaire » pour l'URSS, « événement qui contribuera au renforcement de la paix et de l'amitié entre les peuples », comme le dit un encadré. Après les numéros déjà cités (25 août ; 13 septembre, 21 et22 septembre), il y aura encore le 26 septembre un nouvel article avec photo, relatant le compte-rendu du voyage dans la salle de la cantine de l'usine, avec présentation des cadeaux offerte par la collectivité d'Ouralmachzavod.

  • 23 Cf l'étude citée dans la note 1.

91Pour comprendre la participation de la CFTC à ce voyage - comme de FO d'ailleurs -, il faut se rappeler que des actions intersyndicales avaient été entreprises dans l'usine depuis la fin de l'année 1956 car la Direction entendait restreindre les conditions d'obtention de la « part de fin d'année » accordée aux travailleurs depuis 1954. En outre, à partir de 1957, les menaces de licenciement se multiplient : elles amènent protestations et débrayages organisés par les trois organisations syndicales23. Les militantes CFTC étaient donc soucieux d'affermir cette unité intersyndicale que Marcel Rudant avait pu faire admettre non sans peine aux anciens responsables de son Syndicat Quant à Lucien Bart ; il militait alors au Mouvement de la Paix où il retrouvait aussi bien des membres du MRP ou de la SFIO que du PC. En 1936, à l'âge de 16 ans, il avait d'abord adhéré comme son père à la CGT avant de passer à la CFTC un an ou deux plus tard. Il n'avait donc pas le réflexe anticommuniste des militante CFTC plus âgés. Cette unité intersyndicale se maintiendra pendant les grandes grèves de 1959 et 1962, provoquées par les licenciements. Mais elle connaîtra par la suite des vicissitudes, dues aussi bien aux événements de mai 68 qu'à la croissance de la section CFTC-CFDT qui semble avoir rendu la section CGT de Fives-Lille plus réticente.

2. L'engagement des militants CFTC-CFDT de Fives-Lille dans le mouvement socialiste

92Parmi les anciens d'avant-guerre, les deux que nous avons pu retrouver, nés en 1910 et en 1911, se rangent à la Libération parmi les électeurs du MRP. L'un d'eux est même le candidat de ce parti à Ronchin. Mais, à la différence des militantes d'après-guerre dont plusieurs votent aussi MRP pendant quelque temps, ces anciens resteront fidèles au MRP, puis aux partis du Centre qui lui succèdent à partir de 1965-1966.

  • 24 Dans un souci de discrétion, les militants évoqués ne seront désignés que par des initiales. Nous (...)

93Si le MRP attire en 1945 de jeunes militante nés entre 1925 et 1931 (RC, MD, TS), c'est que, comme nous l'écrit TS, « Le MRP est apparu comme un parti sorti de la Résistance avec des leaders ayant joué des rôles importante : Maurice Schumann, porte-parole de la France libre, Georges Bidault, président du CNR Parti aux allures modernes, rassemblant beaucoup de chrétiens »24. En outre, ajoute-t-il, « la SFIO n'avait guère bonne presse dans le Nord à cause de ses pratiques sectaires et anticléricales ».

94S'ils votent tous socialistes ultérieurement ; c'est pour de multiples raisons. TS déclare que « le combat pour la laïcité de l'école a provoqué son retour à la famille socialiste ». « Accroché à la JOC à la Libération, c'est par elle, ajoute-t-il, et en particulier par les idées d'Eugène Descamps et la fréquentation de Reconstruction que je rejoins le socialisme sur le plan politique ». De son côté, MD s'oriente vers le socialisme quelques années plus tard, en 1962-1963, « à un moment ; dit-il, où le MRP et la SFIO se rapprochent ». En effet les deux organisations font partie du cartel des « non » lors du référendum du 28 octobre 1962 sur l'élection présidentielle. En votant socialiste, MD se sentait plus proche des autres travailleurs. Quanta RC, l'absorption du MRP par le Centre démocrate en 1965-1966 l'amène à voter socialiste. Trésorier fédéral jociste, il était très engagé dans le mouvement Toutefois la JOC ne lui a pas, dit-il, inspiré son choix politique : le fait que celle-ci l'ait habitué à « voir, juger, agir » l’a amené à prendre une position personnelle.

95Le parcours de SN, né en 1916, est plus original : il ne rejoint le socialisme qu'en 1974 ; jusqu'alors il était indécis et votait souvent à droite. Il a été « convaincu par les copains du syndicat et de l'ACO ». Or il adhérait à la CFTC depuis 1958 et avait auparavant appartenu pendant quatorze ans à la CGT qui semble n'avoir pas eu d'influence sur son orientation politique. Ceci dément bien des idées reçues.

96D'autres ont toujours voté socialiste. Ce sont les plus jeunes, nés entre 1929 et 1960 (MR, NF, AG). Si un militant ; né en 1920, peut être rangé parmi eux - il déclare même avoir parfois voté communiste, vu les circonstances ou les candidats en présence - c'est qu'il appartenait à une famille déjà orientée à gauche. C'était aussi le cas de TS : celui-ci évoque les souvenirs d'un père très politisé, qui devait être un membre actif de la SFIO d'après le souvenir des proches qui l'ont connu car il l'a perdu à l'âge de 10 ans. TS se rappelle avoir assisté avec son père à une fête populaire au jardin de Fives pour le soutien des révolutionnaires espagnols, ainsi qu'à un meeting à la mairie de Lille, meeting dont l'orateur était Roger Salengro. De son côté, AG par le d'un père mineur, adhérent a la SFIO comme a FO ainsi que d'un grand-père assez engagé politiquement car il tenait un petit café où avaient lieu des réunions socialistes.

97Mais d'autres comme MR ou NF appartenaient à des familles orientées à droite. MR (1929-1981) votait déjà socialiste en 1955 quand sa femme l'a connue : membre comme elle de la JOC, puis de l'ACO, tous deux ont trouvé dans ces mouvements leur épanouissement ; la source de leurs convictions personnelles. NF se réfère pour sa part au « courant global qui a porté le Parti socialiste au pouvoir » lorsqu'il a voté pour la première fois en 1981.

  • 25 Cf Madeleine SINGER, Histoire du SGEN (1937-1970), Lille, Presses Universitaires, 1987, 668 paves, (...)

98On peut ajouter qu'à l'heure actuelle, d'après des gens bien informés, la majorité des adhérents de la section CFDT de Fives-Lille vote socialiste. Cela permet de mesurer le chemin parcouru depuis la Libération car à cette époque la majorité des adhérents de la CFTC se situait politiquement à droite : les cinq millions d'électeurs du MRP en octobre 1945 ne devaient pas faire illusion car bon nombre de conservateurs y voisinaient avec les anciens de la Jeune République et du Parti démocrate populaire. Aussi de 1945 à 1953, des militants appartenant tant aux Fédérations ouvrières qu'au SGEN devront lutter pour assurer l'indépendance politique de leur Centrale, pour éviter toute confusion entre la CFTC et le MRP comme nous l'avons rappelé dans notre Histoire du SGEN25.

  • 26 Cf Gérard CHOLVY, Yves-Marie HILAIRE, Histoire religieuse de la France contemporaine (1930-1988), (...)

99Pour expliquer le changement d'orientation politique des militants CFTC-CFDT, il faut distinguer deux sortes d'itinéraires. Si les uns appartiennent à des familles déjà orientées à gauche, c'est parce qu'à partir de 1936, il y a à la CFTC un nouveau type d'adhérents, recrutés dans le milieu du travail et non plus dans les cercles catholiques ; l'apparition à la Libération dans la Centrale syndicale, d'une minorité axée à gauche et son poids croissant dans les années qui suivent ne fera qu'amplifier ce recrutement D’autre part chez ceux dont les parents étaient favorables aux partis du Centre et de la Droite, l'influence de la JOC et de l'ACO ne semble pas négligeable. Certes les deux militants d'avant-guerre avaient aussi appartenus à la JOC, mais la JOC naissante des années 1927 à laquelle ils se réfèrent n'est peut-être pas celle qui plus tard cherchera à « rejoindre la classe ouvrière sur son terrain »26. Enfin l'évolution du Parti socialiste a joué un rôle incontestable : ainsi AG déclare que sans le Congrès d'Épinay (1971), il n'aurait pas adhéré à ce parti car avec Guy Mollet la SFIO était trop à droite.

  • 27 Cf Histoire du SCEN., op. cit., p. 370.

100Certes cet engagement dans le socialisme a au départ posé des problèmes dans une région où la CFTC a été longtemps orientée à droite : lorsque le 12 mai 1965, Paul Vignaux envoie à Gaston Defferre une longue note sur le milieu « chrétien-démocrate », il est obligé de reconnaître qu'encore à cette époque, « dans certains départements Nord et Pas-de-Calais en particulier, il reste des affinités entre le milieu CFDT et le milieu MRP »27. A plus forte raison en était-il ainsi quand TS revient à Lille en 1955, comme ajusteur dans l'usine métallurgique qu'il avait quittée pendant cinq ans, étant permanent jociste à Paris. TS reprend alors sa carte à l'Union locale CFTC. Mais il avait dit-il, l'étiquette de socialiste : le socialisme démocratique de la Fédération des Métaux et de Reconstruction. Le Secrétaire départemental, André Glorieux, le fait donc venir dans son bureau et lui demande d'expliquer ce « socialisme démocratique ». « Un véritable entretien d'examen idéologique ». Mais TS n'a pas été refoulé.

  • 28 Cf Madeleine SINGER, Le groupe Reconstruction de Lille, 8 pages ronéotypées par l'Arhos, CFDT, Lil (...)

101Ces idées, ajoute-t-il, ont facilité mes contacts avec les militants syndicalistes qui n'avaient pas quitté la région et qui, depuis des années, s'étaient organisé pour faire évoluer le syndicalisme CFTC. Il s'agit notamment du groupe Reconstruction de Lille dont nous avons pu reconstituer l'histoire en rassemblant les témoignages de 14 participants. Ce groupe qui s'est réuni de 1947 à 1958 n'a eu qu'une existence clandestine, vu le contexte régional28.

102Ces militants qui votent socialistes n'adhèrent pas au parti socialiste dans leur majorité. Leurs raisons sont diverses : l'un dit qu'il voulait garder son libre-arbitre et ne pas devoir suivre des consignes, un autre pense qu'il ne faut pas cumuler des responsabilités syndicales, telles que secrétaire du Comité d'entreprise, avec une adhésion politique car « les copains de la boite » auraient fait l’amalgame entre le parti et le syndicat Un autre ne considère pas l'action politique comme un lieu de militantisme efficace : la conquête du pouvoir a toujours eu pour lui un aspect négatif. Mais cela pourrait changer, ajoute-t-il, suivant l'évolution politique, s'il devenait nécessaire par exemple de barrer la route au Front national, ou bien s'il y avait un nouveau Parti socialiste, débarrassé des tendances et offrant un programme valable.

103Trois d'entre eux ont adhéré au Parti socialiste. Nous avons déjà signalé le cas d'AG qui le rejoint en 1971. TS, d'abord membre de l'UGS en 1958 ou 1959, participe à la création du PSU à Lille en 1960 et prend une part active à la vie de la section de Lille-Sud jusqu'à son départ de Lille en 1963 ; il n'adhère au Parti socialiste qu'en 1973 c'est-à-dire après le congrès d'Épinay et la signature en 1972 du Programme commun. MR n'allait pas toujours aux réunions, mais se tenait au courant de ce qu'on y faisait.

104Ces militants CFDT, membres du Parti socialiste, n'y exercent guère de responsabilités, car il est difficile - notamment pour une question de temps - de militer dans deux organisations. Ainsi TS déclare que l'accaparement des tâches syndicales l'a empêché de participer à l'action politique, à un niveau de responsabilité important ; en dehors des inévitables campagnes électorales pour lesquelles il avait, comme syndicaliste, une expérience précieuse en matière d'affichage sauvage, de distribution de tracts et de prise de parole. Si AG a été pendant deux ans secrétaire de la section PS de sa commune, il pense lui aussi que le cumul des fonctions syndicales et politiques est gênant en termes de charges de travail. Le risque d'amalgame n'est pas grand, ajoute-t-il, tant qu’on n'a pas de mandat électif, lequel entraîne forcément une certaine publicité ; ses camarades de travail n'ont en effet appris qu'après coup qu'on l'avait chargé de ce secrétariat PS.

105Il importe maintenant de chercher si l'option des dirigeante CFTC-CFDT pour le socialisme a influencé leur entourage. On a vu que SN attribue son changement d'orientation notamment à ses « copains du syndicat ». Mais il semble que ce soit un cas isolé car ces militante déclarent en général qu'ils ne parlaient pas de leurs choix politiques à leurs camarades de travail afin que cela n'interfère pas avec leurs responsabilités syndicales.

106Ils n'avaient évidemment pas les mêmes raisons de garder le silence en famille. On ne peut toutefois guère parler d'influence en ce qui concerne le conjoint L'un d'eux déclare que sa femme et lui se sont orientés en même temps vers le socialisme plusieurs années après leur mariage car ils en discutaient facilement ensemble. D'autres disent qu'ils ont épousé une femme qui avait à peu près les mêmes idées qu'eux, qui était une militante ouvrière de gauche, qui votait déjà socialiste avant son mariage. Certes l'épouse de l'un d'eux était trop jeune pour voter avant son mariage, mais elle votera à gauche, dit-elle, sans que son mari l'ait influencée car ils ne se disaient pas pour qui ils allaient voter.

107Quant aux enfante, il faut mettre à part ceux des militante actuels, vu qu'ils n'ont pas encore l'âge de voter. Parmi les militante plus âgés, l'un d'eux est resté célibataire, un autre avoue son ignorance vu qu’ils n'abordent jamais ce sujet en famille ; toutefois l'un de ses enfante a de notoriété publique un engagement à gauche. D'autres au contraire disent que leurs enfants, ayant vécu dans une ambiance d'engagement syndical, votent à gauche, le plus souvent pour le parti socialiste, parfois pour les écologistes. Ayant eu l'occasion de m'entretenir avec l'un d'eux, âgé de 35 ans, il semble que le vote écologiste résulte, comme il me le déclara, d'un contexte différent des années 80, vu le souci de mettre en lumière la nécessité de protéger l'environnement.

108Si ces militants sont restés fidèles au vote socialiste malgré la décrue actuelle, c'est qu'ils ont une culture sociale qui leur permet de surmonter les déceptions et de comprendre les difficultés que le Parti socialiste a rencontrées dans l'exercice du pouvoir.

Notes

1 Nous avons choisi de mettre les témoignages par ordre alphabétique.

2 Document du Conseil National CFDT d'avril 1975, cité in Positions et orientations de la CFDT, p. 219.

3 Op. cit., p. 241.

4 CFDT Aujourd'hui, no 27, octobre 1977, p. 10.

5 Note manuscrite préparant ces contacts.

6 Notes manuscrites sur cette réunion.

7 Note UR CFDT rendant compte de cette réunion.

8 CFDT Aujourd'hui, no 50, Juillet-Août 1981, p. 4.

9 Op. cit., p. 9.

10 Note UL CFDT rendant compte de cette réunion.

11 Notes manuscrites sur cette réunion.

12 Idem.

13 Liaisons CFDT Nord-Pas-de-Calais, février 1986.

14 Idem.

15 Liaisons CFDT Nord-Pas-de-Calais, mars 1992.

16 Cf notre étude La section syndicale CFTC-CFDT de Fives-Lille : histoire de sa croissance, texte de 72 pages ronéotypé par l'Arhos, CFDT, Lille (30 F).

17 AP : double de la lettre adressée à G. Levard, 3 p. dactylographiées avec les 18 signatures.

18 AP : mon entretien avec L. Bart le 9.7.1993. Liberté, 25.8.1957, p. 8 : photo du départ en gare de Lille.

19 AP : photocopie de la circulaire non datée, adressée par la CGT, la CFTC et FO au personnel des ateliers et bureaux de la Cie de Fives-Lille, pour les inciter à souscrire, 1 p. ronéotypée recto-verso ; entretien avec L. Bart déjà cité.

20 AP : un exemplaire du journal offert par Madame Rudant.

21 AP : photocopie d'une note manuscrite de Marcel Rudant laquelle donne les dates et l'emploi du temps pendant le séjour en URSS. Nous l'avons complétée avec les souvenirs de Lucien Bart L'album de photos d'Ouralmachzavod, les six photos de Yalta, le livre sur Moscou ont été prêtés par Madame Rudant.

22 Cf. Liberté, 13.9.1957, p. 1 (retour en gare de Lille) ; 21.9.1957, p. 8 et 22.9.1957, p. 9 (conférence de presse). Nord-Eclair, 25.9.1957, p. 4 : AP : photocopie de l'invitation envoyée le 23.11.1957 par l'Union locale CFTC pour la réunion du 1.12.1957, au siège de l'Union locale, 1 rue Saint-Genois à Lille, 1 p. ronéotypée recto.

23 Cf l'étude citée dans la note 1.

24 Dans un souci de discrétion, les militants évoqués ne seront désignés que par des initiales. Nous possédons dans nos Archives personnelles les lettres ou le récit des témoignages enregistrés.

25 Cf Madeleine SINGER, Histoire du SGEN (1937-1970), Lille, Presses Universitaires, 1987, 668 paves, p. 225-226.

26 Cf Gérard CHOLVY, Yves-Marie HILAIRE, Histoire religieuse de la France contemporaine (1930-1988), Toulouse, Privat 1988,569 pages, p. 253.

27 Cf Histoire du SCEN., op. cit., p. 370.

28 Cf Madeleine SINGER, Le groupe Reconstruction de Lille, 8 pages ronéotypées par l'Arhos, CFDT, Lille.

Auteurs

Fédération socialiste du Nord

Député-Maire de Lille

Fédération socialiste du Pas-de-Calais

Ancien Secrétaire régional CFDT

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter