Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

Conclusion. Les légitimités du socialisme septentrional

Antoine Prost

Texte intégral

Je tiens à remercier vivement Jean-Marc Guislin, maître de conférences à l’Université d’Artois, dont les notes m’ont beaucoup aidé à rédiger ce texte.

1Au terme de ce colloque, une conclusion s'impose avec évidence : il existe une spécificité forte du socialisme qu'on appelera « septentrional » par commodité. Par delà la richesse nécessairement éclatée des différentes contributions qui en ont examiné les facettes multiples, c'est à cette spécificité qu'il convient de consacrer nos réflexions finales. Il nous faut la suivre, de façon plus synthétique, tout au long de la trajectoire de ce socialisme, en prêtant une attention particulière aux relations que celle-ci entretient avec les évolutions nationales. Notre colloque interroge, en effet, le socialisme à l'exacte articulation du local et du national : par son enjeu même, la conquête du pouvoir étatique, la vie politique est évidemment nationale, mais elle passe par de solides implantations régionales où elle prend un sens concret pour les populations.

2Du point de vue qui nous retient, celui du socialisme septentrional, il semble pertinent de distinguer trois périodes, scandées par les dates charnières de 1912 et de 1958.

3Avant 1912, le socialisme septentrional se montre d'abord capable de conquérir une légitimité identitaire. La population ouvrière de la région se reconnaît en lui et s'identifie progressivement à lui Le guesdisme s'impose grâce au travail de ses militants et aux premières réalisations du socialisme municipal, avec la conquête par Carette en 1892 de la municipalité de Roubaix, qui devient la ville-phare du socialisme dans la région. C'est aussi l'époque des premiers succès aux élections législatives, avec Lafargue à Lille en 1891 et Guesde à Roubaix en 1893.

4Si l'on veut bien comprendre cette première phase d'implantation, décisive, il faudrait s'interroger plus directement sur les raisons de l'efficacité du travail des militants. Qu'ils n'aient pas ménagé leur peine est certes une explication, mais elle ne suffit pas. Dans d'autres lieux, d'autres militants se sont épuisés à la tâche vainement Pourquoi ont-ils ici réussi ? Quels ont été leurs relais ? L'un des points névralgiques est sans doute le rapport des socialistes aux syndicalistes. On voit bien, dans le Pas-de-Calais, le rôle joué par le vieux syndicalisme minier dans le succès de Basly et de Lamendin à partir de 1891-92. Mais qu'en est-il à Roubaix où les relais syndicaux ne sauraient avoir autant d'importance en raison de la faible syndicalisation du textile et de sa main d'oeuvre féminine ? Et dans la métallurgie du Valenciennois ou la banlieue lilloise ?

5Le cas roubaisien invite précisément à s'interroger sur un second aspect de l'implantation du socialisme à la fin du XIXe siècle en suivant notamment les pistes ethno-anthropologiques ouvertes par L. Marty. Le succès du socialisme n'est-il pas hé, dans le Nord plus peut-être que dans d'autres régions, à sa capacité à épouser les formes locales de sociabilité ? Dans lesquelles des multiples structures de la société locale s'insère-t-il le mieux ? Comment s'y prend-il ? Il faudrait alors déplacer les centres de l'enquête historique et étudier comparativement les orphéons, les fanfares, les cabarets, les sociétés colombophiles, les fêtes, les bals de conscrits etc. Il faudrait aussi s'intéresser aux langues effectivement parlées : si les socialistes ont su se faire entendre des ouvriers n'était-ce pas parce qu'ils se situaient à l'intérieur du même univers culturel et langagier ?

6Cette première phase d'implantation réussie vaut assurément au socialisme septentrional une légitimité identitaire auprès des populations ouvrières de la région. Mais elle n'est pas transférable au niveau national La signification historique du guesdisme est peut-être alors de théoriser cette contradiction du local et du national, et de conférer par là-même au socialisme septentrional une légitimité idéologique, en proposant la perspective sans doute utopique, en tout cas idéale, d'une société sans classe instaurée par une révolution. Jules Guesde refuse d'inscrire les succès éléectoraux du socialisme dans la perspective d'une conquête légale du pouvoir étatique. L'absence de prolongement national résulte alors d'un choix délibéré et n'affecte pas le succès d'une gestion quotidienne des affaires locales qui ne prétend pas changer la société.

7Le socialisme municipal qui s'esquisse au cours de la première période est cependant essentiel pour comprendre la légitimité gestionnaire qui caractérise le socialisme septentrional pendant la seconde période (1912-1958). Les mairies conquises avant 1914, et celles qui le sont au lendemain de la guerre semblent, en effet, avoir été conservées par les socialistes jusqu'en 1959 et au-delà. Elles constituent l'assise même du socialisme dans la région.

8Cela ne signifie nullement que la légitimité identitaire ait disparu ; bien au contraire, elle demeure, et renforce ou consolide la légitimité gestionnaire. On le voit bien avec les fêtes, les associations sportives, ou à la façon dont un Léo Lagrange s'implante dans sa circonscription. Les obsèques de Roger Salengro ne constituent qu'une manifestation particulièrement impressionnante de cette adéquation du socialisme aux populations ouvrières du Nord.

9Nous manquons cependant encore quelque peu d'études précises des gestions municipales socialistes, qui ne constituent probablement pas un ensemble homogène. Quelles ont été les politiques suivies ? Quels services ont été rendus à la population ? Quels secteurs ont été privilégiés ? Le logement ? L'aide sociale ? La santé ? L'aménagement urbain ? Comment se sont constitués les réseaux de sympathies et de connivences qui ont assuré la durée des gestions socialistes ? Comment s'est effectué leur renouvellement ? C'est tout un champ d'investigation prometteur qui s'ouvre ainsi à nous : l'étude, en fait, d'une culture de gouvernement local.

10En 1956, la légitimité gestionnaire est transférée, sans problème apparent, au niveau national Les socialistes septentrionaux ne font pas difficulté à accepter un socialisme de gouvernement, avec l'accès de l'un des leurs à la présidence du Conseil Ce transfert semble avoir été rendu possible par la forte légitimité idéologique qu'incarne la référence à un socialisme tellement évident, tellement incorporé à la culture militante, qu'il n'est plus besoin de le définir longuement Elle passe aussi par un incontestable patriotisme de parti : Guy Mollet apparaît aux militants comme l'un des leurs, que son passage à Matignon ne rend pas différent.

11La période qui s'ouvre avec la Cinquième République est, pour le socialisme septentrional, celle d'une crise de l'ensemble de ces légitimités. Idéologiquement, les gaullistes reprochent au parti socialiste comme à tous les anciens partis d'être responsable du retard et de l'impuissance de la France. Contre eux, les communistes se présentent comme les véritables révolutionnaires, forts d'une tradition qu'ils ont commencé à établir depuis le Front populaire. Enfin, une « deuxième gauche », à laquelle font écho des voix au sein même du parti socialiste, critique avec insistance Guy Mollet d'abord pour sa politique algérienne, ensuite pour la façon dont il assure son contrôle sur l'appareil du parti et réduit les minoritaires au silence et enfin pour le rôle qu'il joue dans l'acceptation des institutions de la Cinquième République.

12Cette contestation affecte la légitimité identitaire des socialistes septentrionaux, en associant à la SFIO du Nord-Pas-de-Calais des images anciennes, voire archaïques. Ses responsables réagissent selon deux voies complémentaires. D'abord, ils s'efforcent de réactualiser leur légitimité identitaire en se faisant les champions de la modernisation des industries régionales, charbonnière et sidérurgique. En second Heu, ils érigent leur bastion en contre-société, développant une culture d'opposition au régime.

13Cette contre-société socialiste septentrionale n'est pas, au regard du politologue, sans partager quelques traits communs avec la contre-société communiste décrite par A. Kriegel. Elle repose sur des assises locales très structurées, et des relations étroites avec tout un réseau d'associations. Le colloque donne envie de conduire des études fines et comparatives sur ces liens multiples, pour comprendre le fonctionnement d'un réseau qui comprend, mais à quels niveaux, et par quels relais ? des syndicats comme ceux de la FEN (mais pas seulement), des clubs sportifs, des mouvements éducatifs (Léo Lagrange), des organismes de formation permanente etc. sans négliger la franc-maçonnerie ou des sociétés de pensée. Dans l'organisation et la gestion de ce réseau, le rôle des municipalités est sans doute central. Mais leur intervention, par le relais de sociétés filiales, d'organismes de logement social, de maisons de jeunes etc. mériterait au même titre d'être étudiée. Quel usage font-elles, par exemple, de leur patrimoine immobilier ? Il y a là de belles monographies locales à écrire.

14La culture d'opposition au régime que développe cette contresociété socialiste septentrionale diffère pourtant de celle du parti communiste. Plus libre et moins systématique, elle implique d'inévitables compromis avec les représentants locaux de l'État On aimerait ici savoir comment les élus socialistes négocient avec les préfets, les recteurs, les ingénieurs des Ponts-et-Chaussées. La gestion des positions acquises suppose un concours de l'État, fut-il réduit, disputé et marchandé. Comment est-il acquis ?

15On comprend mieux alors que tout en restant d'opposition, le socialisme septentrional ait conservé, à la différence du guesdisme du début du siècle, une perspective d'exercice du pouvoir étatique : pour conserver sa crédibilité et sa légitimité gestionnaire, il devait s'inscrire dans une perspective d'alternance. Le ralliement des nordistes à François Mitterrand lors du congrès d'Épinay correspond à cette logique d'efficacité.

16Peut-être a-t-elle été renforcée par l'ébranlement de la légitimité gestionnaire qu'a entraîné la récession. L'exercice du pouvoir à partir de 1981, avec l'accession de Pierre Mauroy à Matignon - à elle seule un hommage et un symbole - n'a pas permis aux socialistes de résoudre la crise qui frappe l'ensemble des industries nordistes. La relance de la politique charbonnière a tourné court, et la sidérurgie a licencié par milliers. Peut-être aussi les formes traditionnelles de sociabilité ont-elles perdu de leur efficacité dans les banlieues sans passé que ronge le chômage ? Toujours est-il que les socialistes perdent certaines municipalités importantes, Roubaix en 1983, Boulogne-sur-Mer en 1989, et que la région et le département du Nord leur échappent en 1992. Ils sont concurrencés idéologiquement par les écologistes, tandis que le discrédit du communisme et l'effondrement des pays du « socialisme réel » rejaillit sur eux. Enfin, leur unanimité laïque de desserre et les affaires les éclaboussent. Il leur faut désormais gérer une identité régionale moins par référence à un passé qui s'estompe qu'en devenant les promoteurs d'une modernisation qui doit rendre à la région prestige et prospérité : ceux qui réalisent le TGV, Eura-Lille ou le tunnel sous la Manche peuvent-ils mobiliser les mêmes réseaux, les mêmes forces sociales ?

17L'histoire ne débouche pas sur la prospective. L'enquête rétrospective dont ce colloque a été l'occasion féconde éclaire évidemment le présent, mais elle laisse intact l'avenir. Il est clair, en tout cas, que le socialisme septentrional a présenté, depuis un siècle, une très forte originalité et que son identité propre a tenu, avant tout, aux liens qu'il a noués avec la société civile. Il serait surprenant que ces liens se défassent rapidement, mais tout autant qu'ils ne changent pas, car l'évolution en cours vers une société individualiste et médiatique affecte prioritairement les formes traditionnelles de sociabilité, dont on a vu quel rôle décisif elles ont joué dans l'identité et l'affirmation du socialisme septentrional. L'évolution de celui-ci devrait donc logiquement passer par l'invention de modes nouveaux, non hégémoni d'implantation et de gestion, mais ce n'est pas aux historiens d'en décider...

Auteur

Université de Paris I

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter