Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

IV. Du pouvoir local aux responsabilités nationales

Les socialistes du Nord et l'épreuve du pouvoir (1981-1993)

Robert Vandenbussche

Texte intégral

  • 1 Éric MELCHIOR, Le PS, du projet au pouvoir, Paris, Éditions de l'Atelier, 1993.

1La place du pouvoir, dans l'analyse et la démarche socialistes, a toujours suscité bien des débats au sein des partis sociaux-démocrates. En France, l'affinement qui anime sur ce thème la réflexion de Léon Blum, aboutit, dans l'entre-deux-guerres à un schéma demeuré classique : conquête, exercice, occupation du pouvoir. De fait, cette trilogie est reprise en compte dans la démarche de la SFIO après 19451. Le pouvoir politique fascine et inquiète à la fois car le pouvoir permet sans doute de transformer la société par la réforme mais peut aussi mener à des dérives puisque le mouvement social - qui doit être la préoccupation première du parti socialiste - peut être éclipsé par des pratiques de gestion. Dès lors, le socialisme démocratique - et particulièrement le socialisme français - exprime, à 1 égard du pouvoir des points de vue complexes sinon même ambigus. La pratique qui est la sienne, par exemple en 1956-1957, laisse des souvenirs souvent sombres.

  • 2 Alain BERGOUNIOUX, Gérard GRUNBERG, Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992

2Dans le parti qui se réorganise après le Congrès d'Épinay en juin 1971, la problématique du pouvoir est particulièrement présente. Pour François Mitterrand, qui renverse les objectifs prioritaires de la tradition2, le parti socialiste doit devenir un instrument de la conquête du pouvoir et de son exercice et, à ce titre, doit s'organiser en conséquence. Mais pour éviter une rupture totale avec les modes de pensée et d'action classiques dans le socialisme français, il imagine un compromis entre deux projets : conquérir le pouvoir politique en utilisant les évolutions sociales et annoncer la mise en oeuvre d'une transition vers une autre organisation de la société. Ce compromis fonctionne jusqu'en 1981 sans à coups majeurs puisque la démarche qu'il implique réussit Mais les élections présidentielle et législative de 1981, en confiant le pouvoir à des élus socialistes, ouvrent une période paradoxale puisque le compromis affronte la réalité.

3L'appréhension de cette confrontation, au niveau national, a déjà été envisagée par un certain nombre de travaux. En revanche, les observatoires provinciaux ont été fort peu explorés. A cet égard, la fédération du Nord peut offrir bien des éléments d'analyses, par sa taille, par son attachement à la fois à la tradition et à la continuité, par sa pratique persistance du militantisme, par son enracinement dans une structuration sociologique complexe. Par ailleurs la conjoncture l'oblige à se confronter à des choix cruciaux puisque c'est son principal animateur, Pierre Mauroy, qui est appelé à mettre en oeuvre le changement et à se heurter aux premiers obstacles.

4Analyser les réactions des cadres militants ou des responsables fédéraux, dégager les grands axes de la réflexion face aux aléas de l'exercice du pouvoir sont autant d'objectifs de ce qui demeure une approche.

1. Le désenchantement du pouvoir

  • 3 Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, tomes 2 et3, Lille, PUL, 1973-1993.

5Les socialistes septentrionaux vivent une réelle ambiguïté politique depuis, au moins les débuts de la Ve République. Leur enracinement départemental est une réalité essentielle puisqu'ils dominent le Conseil général depuis 1937 et qu'ils gèrent un grand nombre de municipalités urbaines depuis des décennies3. Mais ils ne peuvent transformer leurs forces locales en puissance nationale puisque la « nationalisation du parti socialiste » révèle beaucoup de lacunes. Les années 1970 leur permettent de prospérer sur une culture d'opposition et d'en tirer des fruits locaux, même si leurs résultats sont moins significatifs que dans d'autres régions françaises comme la Bretagne ou même l'Alsace. Ils constituent néanmoins une des toutes premières fédérations.

6Habitués à gérer les affaires locales, ils ne se posent pas concrètement les problèmes du pouvoir politique national ; ils attendent la conquête du pouvoir d'état tout en en connaissant mal les implications. Ils ne partagent plus publiquement les appréhensions des années 1920-1930 et espèrent atteindre, par l'exercice du pouvoir gouvernemental, la capacité de remédier à certains dysfonctionnements de l'économie et de la société françaises et à ouvrir la transformation sociale qui constitue la base de leur projet.

7Mais le triomphe électoral de mai-juin 1981, de tremplin pour de nouvelles expériences politiques, va vite devenir test de vérité pour les militants et les dirigeants de la fédération du Nord.

  • 4 Dominique DAGNAUD, Dominique MEHL, L'élite rose. Sociologie du pouvoir socialiste (1981-1986), Par (...)
  • 5 Nord Demain, nombreux articles et courriers au cours de l'été 1981.

8En effet, les militants socialistes vivent, dans les semaines qui suivent le 10 mai, une illusion lyrique véritablement identitaire. Comme l'ensemble du parti et du « peuple de gauche » ils savourent l'ampleur de la « vague rose » qui leur permet de conquérir 12 sièges de députés et d'en gagner 4 par rapport à 1978, et de confirmer leur fonction de force politique essentielle dans le département La nomination de Pierre Mauroy à la tête du nouveau gouvernement est aussi, en grande partie, leur victoire car le leader socialiste fédéral - et national - illustre à l'Hôtel Matignon à la fois la place éminente du socialisme septentrional et une tradition socialiste faite de convivialité et de valeurs constamment rappelées (un socialisme « ouvrier », une culture de socialisme démocratique). Comme le rappellent avec satisfaction la plupart des dirigeants fédéraux qui traduisent une conviction forte, l'arrivée de Pierre Mauroy à Matignon c'est l'accès des militants du Nord aux responsabilités4. Dès lors, les pèlerinages à Paris, dans les lieux mêmes de 1'exercice du pouvoir politique, et particulièrement gouvernemental, révèlent la fierté militante mais aussi le souhait de toucher de près la réalité d'un pouvoir politique qui devrait se rapprocher non seulement des élus mais aussi des militants. Les visites à Matignon constituent autant de raisons de réinvestir un pouvoir dont le peuple a été tenu éloigné. En appelant à « gouverner autrement », Pierre Mauroy exprime une conviction analogue.5

9Les premières démarches du nouveau gouvernement - conduire le changement, bâtir le socle des réformes, répondre aux attentes du « peuple de gauche » - confirment que la rupture imaginée va se réaliser et que la démocratie sociale, sinon le socialisme est en train de se construire. Enthousiasme, ferveur, parfois lyrisme, caractérisent cet « état de grâce » que décrivent des commentateurs attentifs et qui, dans l'immédiat, semble ouvrir un avenir prometteur. Les premières mesures gouvernementales, prises au nom de la relance économique (relèvement du SMIC et des prestations sociales), les efforts pour renforcer le droit social (les projets Auroux sur les nouveaux droits des travailleurs), comme les « grandes réformes de rupture » (nationalisations, décentralisation) ne permettent pas de douter du changement de cap. Les engagements du candidat François Mitterrand, traduits par les socialistes, semblent devenir réalités dans un délai rapide.

  • 6 Guy Allouche dans Nord Demain, octobre - novembre 1981.

10Cette conviction de l'ouverture d'une ère nouvelle trouve à se concrétiser dans la vie quotidienne. On égrène les mesures adoptées. Les sections sont appelées à « prendre pignon sur rue », à « développer leur rayonnement » et à « engager le dialogue avec toute la population » car le parti socialiste doit s'ouvrir à tous et devenir le médiateur nécessaire de la revendication populaire. La victoire électorale est assimilée a un triomphe politique puisque le parti socialiste peut incarner la mobilisation6.

11Les espérances militantes sont telles que l'on néglige d'entendre le discours du nouveau gouvernement En effet, Pierre Mauroy propose une démarche progressive qui écarte dans l'immédiat la transition vers le socialisme et revendique la durée pour mettre en oeuvre une politique « de sortie de crise ». L'illusion lyrique des militants empêche de voir que le projet socialiste s'est nettement infléchi par rapport à celui du congrès de Metz et s'inscrit dans un processus réformateur et, de fait, modéré.

  • 7 Nord Demain, janvier - février 1982.

12C'est à l'automne 1981 que les premières inquiétudes et les premières hésitations commencent à monter au sein de la fédération. Des militants et des sympathisants dénoncent le rythme trop lent des réformes ou réclament un recentrage sur des urgences plus douloureuses comme le chômage et la « reconstruction industrielle ». Le congrès fédéral d'octobre 1981, qui pré parc le congrès de Valence, tout en proclamant une unanimité générale porte l'écho de ces critiques et de ces impatiences dont la fédération veut devenir la traductrice et la médiatrice7. Ces premières lézardes convainquent les dirigeants que le parti ne peut « ronronner » parce qu'elles imposent à la fois le sens de la responsabilité - tout n'est pas possible tout de suite - et l'exigence de la mobilisation : il faut expliquer au pays, aux populations, le sens des mesures gouvernementales, l'ampleur du changement qui doit se dérouler dans le temps. Chaque militant est sollicité pour développer toutes les campagnes d'explication nécessaires dans les quartiers, dans les villes ou dans les entreprises.

13Car « l'atonie du mouvement d'en bas » soulève bien des perplexités et des interrogations. La victoire électorale du printemps 1981 n'entraîne pas de mouvement social caractérisé et ne crée, en tous cas dans le département, aucune progression significative du militantisme. Certes, de nouveaux adhérents arrivent à la fédération mais leur nombre demeure faible par rapport à d'autres conjonctures et déçoit l'espoir des dirigeante fédéraux. L'état de « grâce » prend peu à peu des couleurs plus grises, ce qui ne peut rassurer les militants les plus actifs.

14Le test des élections cantonales, en mars 1982, confirme cette impression d'ensemble. En effet, si le parti socialiste recule au plan national, d maintient ses fortes positions dans le département et demeure, en obtenant près de 35 % des suffrages exprimés, la première force politique départementale. Mais la progression régulière dont il bénéficie depuis 1973 se stabilise. Par rapport au scrutin législatif de juin 1981, le parti subit un net tassement (il perd un peu moins de 10 % des suffrages exprimés) et ne parvient pas à gagner les six nouveaux cantons dont la création devait, à priori, le favoriser. C'est une première alerte qui assombrit l'avenir.

  • 8 Nord Demain, mars 1983.

15Les municipales de mars 1983 imposent un signal plus alarmant. En effet, par rapport aux scrutins précédents et particulièrement, celui de 1977, les candidats socialistes subissent un recul très significatif. Dans les villes moyennes (de 10 000 à 30 000 h.), les listes qu'ils dirigent, perdent près de 15 % des suffrages exprimés. Le parti doit abandonner des municipalités fraîchement conquises comme Tourcoing ou, en Flandre, Hazebrouck. Mais surtout, des maires de villes apparemment acquises (Le Cateau, Lys-les-Lannoy) sont battus. Le symbole de cet échec est illustré par Roubaix qui, socialiste sans interruption depuis 1912, passe à une alliance de centre droit Au total, l'élection municipale de 1983 est un « cru politique qui laissera un goût d'amertume au peuple de gauche... Le solde est négatif ». Les socialistes éprouvent un choc d'autant plus pénible que leurs bastions traditionnels voient prospérer le racisme et la xénophobie auxquels se nourrissent des listes locales (comme à Roubaix) ou, déjà, des listes animées par le Front National La « forteresse semble assiégée »8.

  • 9 Béatrice GIBLIN-DELVALLET, L'exercice du pouvoir socialiste dans la région du Nord dans les années (...)

16Les dirigeants fédéraux reconnaissent l'alerte et recherchent les éléments d'explication pour rassurer un militantisme désorienté. Les effets de la crise mécontentent l'électorat populaire que perturbent les restructurations industrielles. Le changement social annoncé tend à se muer en modernisation économique tandis que les réformes attendues, loin de rompre avec le capitalisme, semblent le revivifier en l'adaptant aux besoins de la conjoncture. Le discours de la modernisation, pour fondé qu'il apparaisse, trouble les repères des militants socialistes qui doutent et qui s'interrogent sur les pratiques gouvernementales. Car les élus de la fédération du Nord, qui se révèlent, le plus souvent, des gestionnaires compétents des affaires locales, subissent les effets négatifs d'une démarche gouvernementale incomprise. Les choix de la rigueur, en rupture avec les espérances socialistes, poussent à des mises en cause sévères, même si elles demeurent discrètes9. Élus locaux et militants partagent souvent des points de vue assez voisins.

17Depuis l'automne 1981, un débat s'est esquissé sur l'identité socialiste et sur la fonction du parti dans le système construit par la victoire de François Mitterrand. Les responsables nationaux, comme Pierre Mauroy ou le premier secrétaire du parti, Lionel Jospin, espèrent une fonction de médiation entre le gouvernement et le peuple de gauche ; ils attendent une aide, un auxiliaire naturel· Or, les militants locaux et même un dirigeant fédéral comme le premier secrétaire, Guy Allouche, imaginent un parti associé à l'action gouvernementale mais non soumis au pouvoir. Dès lors, la montée corrélative des contestations et des échecs électoraux convainc peu à peu que « l'outil de la conquête du pouvoir politique » qu'est le parti risque de subir les effets de l'exercice de ce pouvoir.

  • 10 Martine POTTRAIN, Le Nord au coeur, Lille, 1994.

18Les alertes successives en 1982-1983 laissent deviner un décrochage entre les militants fédéraux et leurs dirigeants. En effet, pendant ces trois années - le phénomène se prolonge en 1985 - la fédération du Nord perd plus de 2 000 adhérents, soit 15 % de ses effectifs. La répétition des appels à la mobilisation contre les adversaires du gouvernement et du président de la République, montre que les acteurs tendent à s'essouffler. Les efforts pour rajeunir les candidats aux élections visent à renouveler un dynamisme qui semble s'étioler mais demeurent insuffisants10.

19Au cours de l'été 1983 - après le choc des élections municipales - la morosité éclate au grand jour. Si la fraternité septentrionale impose à la fédération du Nord de poursuivre son soutien à Pierre Mauroy, les réunions préparatoires au congrès de Bourg-en-Bresse soulignent la montée de la contestation interne. Des militants dénoncent l'éloignement des élus, la sclérose du parti, la gestion sociale du capitalisme. D'autres réclament un profond renouvellement des méthodes et des contenus parce qu'ils souhaitent que le parti retrouve sa fonction de « laboratoire », d'initiateur de projets à moyen et long terme, et qu'il ne limite pas son activité à la gestion du court terme.

  • 11 Nord Demain, novembre - décembre 1983.

20Le congrès fédéral de l'automne 1983, qui prépare le congrès national de Bourg-en-Bresse, souligne les divergences d'analyse et de points de vue. Le CERES local, comme au niveau national, porte sa critique sur la soumission du parti et du gouvernement aux lois de l'économie de marché, au nom d'une modernisation économique que l'on mène à marche forcée en prenant le risque de rompre le tissu social. La motion qu'il présente dans le Nord obtient une audience inférieure à celle qu'il conquiert dans le parti tout entier (16 % au heu de 20 %) mais elle exprime la montée d'une mauvaise humeur, d'une déception multiforme qui ne manque pas d'échos chez les militants du courant « mauroyiste ». En effet, si le soutien au gouvernement - et au président de la République - ne peut faire défaut, bien des militants « mauroyistes » s'interrogent sur l'ampleur et la durée de la politique de rigueur. La restructuration menée dans les bassins sidérurgiques (et surtout le Valenciennois) comme dans des secteurs apparemment plus modernes (l'industrie chimique) suscite les déceptions d'une base électorale qui a cru à la transformation sociale et qui voit s'éloigner les ambitions originelles11.

21Le malaise a une double origine. Le référentiel socialiste est en cause puisque la politique menée ne correspond plus aux propositions antérieures à 1981. Les militants hésitent à évoquer la trahison de leurs leaders mais déplorent une politique insuffisamment volontariste et ne parviennent pas vraiment à croire que « l'avenir l'emporte sur le quotidien » comme le répète Jean Le Garrec. Mais surtout, l'affaiblissement du parti, corrélatif à la politique menée, les inquiète car l'identité et la fonction politique traditionnelles du parti sont en cause. Dans une conjoncture de plus en plus délicate, où se multiplient les incompréhensions, les militants ne voient pas comment convaincre l'opinion de la justesse d'une politique qui, à l'évidence, ne « passe pas ». La fédération doit devenir un relais d'un pouvoir gouvernemental dont la popularité se réduit sans bénéficier de réelles contreparties. Les ministres socialistes, souvent même le premier d'entre eux, ne cherchent pas souvent à se ressourcer dans le parti et élaborent des décisions nourries de technicité plus que de « militantisme politique ». Certes, le recours à la mobilisation contre une droite démagogue continue à fonctionner mais un décrochage sensible se révèle entre les militants et les élus locaux d'une part et ceux qui, même issus de la fédération, assument de plus hautes responsabilités. Certes, lors des congrès fédéral et national, les socialistes du Nord se rallient à une motion de synthèse qui écarte les points de friction les plus gênants. Mais la façade ne cache plus ses lézardes.

  • 12 Nord Demain, octobre 1984. Le nouveau gouvernement n'a pas repris beaucoup de militante du Nord mê (...)

22La démission de Pierre Mauroy, le 17 juillet 1984, ne suscite pas de remarques particulières. Certes, elle s'accompagne d'une grande déception, car Laurent Fabius et son équipe incarnent moins la tradition socialiste que Pierre Mauroy a cherché, malgré tout, à cultiver. En outre, les socialistes font un bilan fort mitigé » de leur action mais doivent admettre que leur référentiel doit être revu ou que leurs ambitions doivent être plus affichées12.

23L'échec du gouvernement Mauroy sur le problème de l'école a ébranlé un des thèmes traditionnels du socialisme septentrional Mais, pour être défendue publiquement, la promotion de la laïcité ne semble plus suffisante pour caractériser la gauche. Par ailleurs, les contraintes politiques imposent le soutien à Laurent Fabius qui, en définissant un projet construit sur la « modernisation indispensable », oblige à une véritable réflexion sur la rénovation du référentiel socialiste. « Moderniser ou périr » constitue un objectif mobilisateur mais insuffisant pour un socialiste qui ne peut négliger les finalités du parti. A l'évidence, le socialisme s'éloigne un peu plus encore car on ne parle plus que de « progrès social », ce qui ne peut satisfaire une fédération qui a toujours cherché à sauvegarder un militantisme populaire.

  • 13 Les militants socialistes proches de Pierre Mauroy n'hésitent pas à multiplier leurs réflexions cr (...)

24Paradoxalement, la démission de Pierre Mauroy libère en partie les socialistes du Nord qui gardent des devoirs stricts envers le gouvernement mais peuvent exprimer, avec soulagement, une pensée plus critique. En effet, Laurent Fabius apparaît assez éloigné du modèle socialiste septentrional13.

  • 14 Nord Demain, décembre 1984.

25La convention fédérale de décembre 1984 offre une opportunité favorable à l'expression vigoureuse de réserves et d'hésitations. Si le quitus à la direction fédérale est voté, plus de 20 % des mandats marquent une claire opposition ou se réfugient dans une abstention tout aussi révélatrice.14 Les leaders du CERES départemental dénoncent une modernisation qui « tend à devenir un passeport pour le chômage » et répètent leurs signaux d'alarme car le tissu social régional « tend à craquer », pour reprendre les propos de Christian Bataille, député du Cambrésis ; de son côté Gérard Caudron, le maire de Villeneuve d'Ascq, espère un ralentissement du rythme de la reconversion. Le député maire de Lomme, Arthur Notebart, s'inscrit dans l'opposition à la stratégie fédérale. La vigueur montante de la protestation oblige le secrétariat fédéral à nuancer ses analyses. Guy Allouche souligne que le processus de modernisation a beau s'imposer, il suppose d'être maîtrisé et conduit de manière à ce que les valeurs et les idéaux du socialisme ne soient pas oubliés. S'il admet que le parti doit être un soutien naturel du gouvernement, il demande qu'il puisse reprendre l'initiative et dispose d'une plus grande marge de manoeuvre par rapport à l'action gouvernementale.

  • 15 Libération, 12 octobre 1985.

26L'année 1985 fournit des occasions politiques qui ouvrent les fractures. En effet, en perdant sept sièges au Conseil général, à l'issue de la consultation de mars 1985, la fédération subit un nouvel échec. Des positions acquises dans les années 1970 doivent être abandonnées, notamment dans certaines « terres de mission » de Flandre ou même dans certaines zones périurbaines de l'agglomération lilloise. L'accélération des restructurations industrielles, notamment dans le Valenciennois, accroît le décrochage avec un électorat populaire. La presse, locale et nationale, se fait l'écho souvent complaisant des désillusions d'un militantisme populaire qui s'écarte, parfois sèchement, de la fédération ou, plus souvent, avec discrétion15. Les adhérents commencent à abandonner les réunions puis négligent de payer leurs cotisations. Les manifestations traditionnelles de la convivialité socialiste se raréfient. De 1982 à 1985, quarante sections socialistes disparaissent et, tandis que leurs effectifs moyens tendent à baisser, la fédération dans son ensemble perd environ 20 % de ses militants. Dès lors, les forces vives du parti s'affaiblissent et ce phénomène contribue à en limiter les capacités de manoeuvre.

27La direction fédérale renouvelle ses appels à la mobilisation militante. Dans la mesure où le militantisme ouvrier semble s'étioler, elle tente de réaménager et de renforcer l'encadrement dans les groupes et sections d'entreprises ou de multiplier les organismes fédéraux pour mieux appréhender les problèmes catégoriels et locaux. Elle cherche aussi, par ses campagnes, à réduire le pessimisme ambiant mais les effets de cette démarche montrent vite leurs limites.

28Le malaise s'exprime, clairement, lors du congrès fédéral qui prépare le congrès national de Toulouse. Des rapports préparatoires, notamment ceux qui sont élaborés dans le secteur économique et social, révèlent des divergences et parfois des critiques tant à l'égard du secrétariat fédéral qu'envers le gouvernement Ils regrettent souvent les erreurs passées, la modestie de la réflexion idéologique, la fonction dévolue au parti. A travers toutes ces observations, se traduit un mécontentement complexe où les reproches aux dirigeants du parti rejoignent l'amertume des succès occultés et l'espérance d'un avenir meilleur. Face à Pierre Mauroy qui refuse tout « mea-culpa », le courant animé par les rocardiens, qui n'avait pas de grande vigueur dans le Nord, cristallise à la fois les reproches sur le passé et l'espoir d'une influence renouvelée. En obtenant plus du quart des mandats - soit un gonflement de près de 40 % depuis le congrès de Metz - les militants rocardiens définissent une démarche complexe puisqu'elle ne porte pas nécessairement sur la rénovation idéologique du parti mais plutôt sur la reconquête des déçus de l'espérance de 1981 en terme de militantisme mais aussi en termes électoraux. Cette poussée du rocardisme dans la fédération du Nord inquiète d'ailleurs le secrétariat national qui engage une polémique assez sévère avec les responsables départementaux. De fait, le rocardisme ne se développe pas plus dans le Nord que dans l'ensemble du pays (ses résultats sont inférieure à ceux de la moyenne nationale), mais il exprime, dans une fédération qui passe encore pour « modèle », la montée d'un mécontentement qu'alimentent à la fois les dysfonctionnements de l'organisation et le divorce entre le projet et l'action.

29Dans le Nord, cette crise donne lieu au remplacement d'un certain nombre de responsables fédéraux. Le nouveau secrétaire, Bernard Roman, souhaite rassembler et préparer l'échéance électorale du printemps 1986.

2. A la recherche d'une démarche autonome ?

30Les élections de 1986 constituent un nouveau test pour mesurer l'influence du parti et son évolution après cinq ans de pratique gouvernementale.

  • 16 Atlas électoral Nord/Pas-de-Calais, tome 3, Lille, PUL, 1993.

31Les inquiétudes des militants se trouvent justifiées en mars 1986 puisque les candidats socialistes obtiennent des résultats en net retrait par rapport à ceux de 1981. En effet, même s'il demeure la première force politique du département, le parti socialiste perd environ 15 % des voix acquises en 1981 et, de ce fait, situe son audience électorale à un niveau très proche de l'ensemble du pays. A l'évidence, même si la défaite n'a pas l'ampleur imaginée, la situation électorale de la fédération est assez ébranlée. Des spécificités départementales s'ajoutent aux raisons nationales. Si le corps électoral, dans son ensemble, sanctionne les candidats socialistes, dans le Nord les défections les plus importantes touchent les villes importantes, celles qui rassemblent plus de 30 000 habitants, réserves traditionnelles de l'électorat socialiste, notamment depuis les années 1970. Indéniablement les désillusions suscitées par la pratique gouvernementale ont éloigné une partie de l'électorat classique qui, malgré les enjeux, confirme son désenchantement et sa déception.16

32Ce phénomène est conforme, dans le Nord, à celui que l'on mesure dans la France entière. Mais ses effets et son ampleur sont plus marqués dans le Nord que dans l'ensemble du pays puisque le socialisme départemental situe son score électoral à un niveau inférieur (30 %) à celui de la moyenne nationale (32 % des suffrages exprimés). Certes, en obtenant 8 sièges de députés sur 24 - soit un tiers - la fédération se place à un bon niveau, mais elle perd 4 sièges par rapport à 1981. De même, le socialisme gagne le pouvoir régional mais c'est le socialisme du Pas-de-Calais qui fournit les forces indispensables à la conquête d'une majorité incontestable.

33A l'évidence, les dirigeants fédéraux ressentent l'alerte et ne peuvent que se poser des questions d'avenir car la « drôle de défaite » était depuis plusieurs années « annoncée ».

34Dans un premier temps, les principaux acteurs et responsables fédéraux partagent un soulagement évident car même fragilisé, le socialisme départemental garde sa primauté sur les autres forces politiques. Par ailleurs, devenu parti d'opposition sur le plan national, il peut retrouver projets et pratiques connus ; il peut gérer son capital électoral local en exploitant-du fait de la décentralisation - ses capacités politiques et en engrangeant les déceptions et les amertumes qui, à terme, ne peuvent manquer de cumuler leurs effets. La politique du nouveau gouvernement qui s'inscrit dans une perspective de « revanche » sur bien des plans, ne peut qu'encourager les socialistes du Nord à remobiliser leurs forces militantes pour assurer une « reconquête politique rapide ». La régression continue du parti communiste (10 % des électeurs inscrits) leur laisse espérer un large espace sur lequel ils pourraient consolider leurs forces.

35Pour les responsables de la fédération, Bernard Roman et, bien entendu, Pierre Mauroy, deux orientations s'imposent.

  • 17 Nord Demain, nombreux articles en 1986 et 1987.

36La cohabitation d'un président de la République socialiste et d'une majorité parlementaire conservatrice justifie d'aider le chef de l'État dans une démarche de défense des acquis socialistes tout en permettant au parti de redéfinir sa fonction. En effet, dégagé des responsabilités quotidiennes, le parti peut retrouver ce qui fait son identité, c'est-à-dire de redevenir le promoteur d'un autre projet de société. En reprenant appui sur les valeurs classiques du socialisme (le progrès social, la défense des catégories défavorisées), la fédération se propose d'élaborer les moyens d'une reconquête du pouvoir politique mais aussi du pouvoir idéologique intellectuel Car elle constate que la victoire électorale des conservateurs exprime également l'ampleur de la diffusion des thèmes libéraux. Dès lors, la bataille contre « le libéralisme économique ravageur », contre « la réaction chiraquienne », contre les restrictions portées au droit de la nationalité, contre la « cohabitation des idées » traduit la volonté de reconstruire une image de gauche que le temps et la gestion ministérielle ont brouillée et dégradée. Elle exprime aussi le souhait que cette offensive permette au parti de dominer ses fragilités traditionnelles et que son organisation en courants puisse être mieux maîtrisée afin de répondre plus efficacement aux voeux des adhérents et des milieux inquiets de dérives et de rupture d'unité.17

  • 18 Convention fédérale du 21 juin 1986 dans Nord Demain.

37Cette redéfinition des valeurs et des repères n'interdit pas d'imaginer une ouverture, un élargissement du parti. En effet, pour Bernard Roman comme pour Pierre Mauroy, la construction d'un nouveau projet socialiste, la réécriture des principes du socialisme, constituent une nécessité du fait des mutations sociologiques et de l'expérience passée. L'ancien premier ministre n'hésite pas à parler de l'exigence, pour le parti d'un « Bad Godesberg à la française », c'est-à-dire d'une prise en compte de la nécessaire adéquation du projet politique et de l'action concrète autour de la réforme. Mais si Pierre Mauroy est favorable à cette mutation profonde, il exclut de « céder à l'air du temps » c'est-à-dire de rechercher vers le centre les soutiens perdus à gauche. Il écarte la possibilité « d'imaginer de perdre son identité » et souhaite vivement une « synthèse entre la permanence et l'adaptation »18.

38Le renouvellement du parti s'impose à leurs yeux comme une urgente nécessité pour reconquérir une opinion et militantisme désorientés. Mais la novation doit exploiter les valeurs de gauche et exclure toute stratégie qui éloignerait de la gauche en promouvant une alliance politique avec les modérés du centre. Dès lors, la fédération qui n'a jamais été spécialement favorable à l'Union de la gauche mais qui l'a acceptée comme tactique électorale nécessaire, ne peut s'inquiéter de la rupture avec le parti communiste car elle pense remplacer les communistes dans les friches qu'ils abandonnent et dominer la représentation politique du « peuple de gauche ».

39Le réinvestissement mobilisateur des valeurs de gauche - d'autant plus revendiqué par les dirigeants fédéraux que certains acteurs importants déplorent, comme le député Arthur Notebart, les opérations « chloroforme » - ne manque pas de fragilité. En effet, en voulant se gauchir, la fédération du Nord essaie de redéfinir, avec l'ensemble du parti, une identité fondée sur des options classiques. Elle retrouve les accents d'un parti d'opposition qui pourtant n'occulte pas son projet d'avenir. Mais la stratégie qu'elle propose implicitement néglige un phénomène politique essentiel. Comme le soulignent les élections législatives de mars 1986, la gauche départementale ne dispose plus de la majorité électorale puisque la coalition conservatrice RPR-UDF est, désormais, en position éminente. La stratégie d'union de la gauche ne peut plus offrir l'efficacité nécessaire au maintien du pouvoir local. La reconquête de l'opinion passe nécessairement par l'élaboration d'un projet capable de mobiliser militants et électeurs qui se sont reconnus, antérieurement, dans le mouvement socialiste comme des électeurs qui, jusqu'alors, se sont tenus en marge.

40Les dirigeants fédéraux n'ignorent pas la fragilité ni parfois les ambiguïtés de leur démarche. Mais leur souhait de construire un parti « d'après Épinay » demeure vague puisque, débarrassé de la complicité communiste, il ne prévoit pas une alliance de substitution. En surestimant leur capacité, les socialistes du Nord risquent de s'enfermer dans une impasse.

41Par ailleurs, le parti socialiste - comme le parti communiste - se heurte à l'offensive du Front national dans les zones urbaines en voie de désindustrialisation. Le phénomène, déjà apparent lors des élections municipales de 1983 (la perte de Roubaix en est un symptôme) se confirme à l'occasion des élections legislatives. Niais si la poussée électorale du Front National exprime une certaine radicalisation de la droite, il ne peut être oublié que le scrutin de 1986 souligne le passage d'anciens électeurs de gauche, communistes ou socialistes, au vote en faveur de l'extrême droite. Si la fédération engage le combat politique et s'efforce de remobiliser la gauche contre les thèmes du Front national, elle sous estime l'ampleur des transferts populaires et de ce fait, occulte les limites d'une action purement politique.

  • 19 Nona MAYER, Pascal PERRINEAU, Le Front national à découvert, Paris, FNSP, 1989.

42Dès lors, la reconquête s'avère difficile. Les pertes subies par les communistes ne nourrissent plus les socialistes. Même si les appels à la remobilisation à gauche peuvent être entendus, ils doivent être adressés à un électorat déçu qui s'exprime par l'abstention. Mais, dans une conjoncture où les forces de gauche ne sont plus majoritaires, la question est posée aussi de la récupération de suffrages modérés19.

  • 20 Nord Demain, novembre 1988.

43En l'absence d'échéances électorales immédiates, la priorité des campagnes de remobilisation passe par le recrutement de militants d'autant plus que le congrès national du parti, qui se tient à Lille en 1987, doit couronner le dynamisme fédéral. Mais, dans une fédération qui condamne les courants tout en s'organisant autour du « mauroyisme », le recrutement des nouveaux adhérents est assez bien canalisé afin de limiter les risques de rupture ou de fragilisation des équilibres internes. C'est pourquoi ce sont souvent les principaux dirigeants fédéraux qui s'engagent dans une démarche où la cooptation est très fréquente. Les efforts respectifs sont partiellement couronnés de succès puisque dans les mois qui suivent les élections du printemps 1986, la fédération gagne environ 1500 nouveaux adhérents, soit 15 % de ses effectifs initiaux. Mais la progression demeure ponctuelle puisqu'en 1987, les effectifs fédéraux retombent au niveau de 1985. La campagne de recrutement n'a pas su fidéliser les nouveaux venus. Dès lors, quelles qu'aient été les motivations réelles - l'opération tactique ne peut être exclue - il est évident que les capacités fédérales à mobiliser tendent à s'essouffler et que la vigueur du parti, en dehors des périodes de congrès, se situe dans d'autres domaines20.

  • 21 Henri REY, Françoise SUBILLEAU, Les militants socialistes à l'épreuve du pouvoir, Paris FNSP 1991.

44Néanmoins, la physionomie de ces « nouveaux adhérents » ne manque pas d'intérêt II faut relever d'abord que le recrutement s'effectue dans les sections existantes puisque le maillage de l'organisation demeure sans changement La fédération se renforce là où elle est présente sans élargir ses zones de présence. Par ailleurs, la sociologie de ces nouveaux recrutés correspond assez bien aux profils traditionnels dans la région21. Les ouvriers, les employés et les techniciens en composent la majorité mais les catégories sociales intermédiaires (fonctionnaires, enseignants, cadres) constituent le second pôle sociologique. Situés très majoritairement à gauche sur l'échiquier politique (92 %), ils ne se formalisent pas de la rupture de l'Union de la gauche et sollicitent leur adhésion pour promouvoir un projet collectif qui aide à réussir la bataille contre le chômage (96 % d'entre eux) comme la modernisation de l'économie française (90 %). Près des deux tiers d'entre eux se sont sentis mobilisés depuis 1981 : ils sont donc les militants des « acquis politiques et sociaux » de l'Union de la gauche. Mais leur militantisme politique, s'il confirme un militantisme contrasté et diversifié, ne les engage pas très loin car ils se sentent plutôt intégrés dans toutes les formes de « vie associative » et très concernés par l'activité syndicale. Près de la moitié d'entre eux exercent une responsabilité syndicale, particulièrement à la CFDT. L'engagement politique n'est donc pas exclusif même s'il est plus « englobant ». Comme les mauroyistes, ces nouveaux adhérents avouent que l'existence de courants structurés les déconcerte car ils attendent d'abord l'efficacité politique alors que les courants limitent l'action unitaire du parti. Hormis leur adhésion à un projet collectif et à un idéal de transformation, les militants de 1986 veulent apporter leur soutien au Président de la République tout en prétendant marquer leur opposition au gouvernement qu'ils jugent le plus réactionnaire depuis longtemps. Enfin, leur jeunesse relative - plus de la moitié de ces nouveaux adhérents sont âgés de moins de 36 ans - explique la fragilité d'une culture politique bornée par les événements récents (1981 et l'alternance).

45Les nouvelles adhésions confirment le projet fédéral puisqu'à l'évidence elles correspondent à un modèle assez classique dans une fédération au recrutement populaire. Elles soulignent les limites effectives de la rénovation.

  • 22 Alain BERGOUNIOUX, Gérard GRUNBERG, op. cit.

46A la veille du congrès de Lille, la fédération veut exprimer sa vigueur en mettant en valeur un autre phénomène : la place et le rôle des élus. En soulignant qu'elle donne au parti près de 2000 élus (soit un élu nordiste pour 7 élus nationaux), la fédération rappelle son influence auprès du corps électoral qui, pourtant, n'occulte pas la vigueur militante (1 élu pour 6 à 7 militants). Si le Nord, comme le Pas-de-Calais d'ailleurs, apparaît plus « militant » que le parti dans son ensemble, la prégnance des préoccupations électorales s'affirme de plus en plus durablement La participation financière des élus dans l'établissement des budgets fédéraux tend à s'élever et donc à infléchir les grandes orientations stratégiques. Enfin, en constituant pour l'essentiel les cadres dirigeants de la fédération les plus actifs, les élus encadrent les militants et les guident dans la définition du projet politique s'ils ne l'élaborent pas prioritairement Le Nord, comme d'autres départements, prend certains aspects d'une « machine électorale »22.

47Certes, la sociabilité militante fonctionne toujours efficacement Les fêtes de la Rose, les repas dansants, les soupers familiaux caractérisent, au même titre que les réunions politiques, la convivialité du socialisme septentrional et rapprochent toujours élus et militants. En revanche, la distribution de tracts, de journaux, le collage des affiches, occupent moins de temps dans la vie quotidienne militante. Car les socialistes sont, comme ailleurs, à la recherche de nouvelles pratiques qui mettent l'accent plus sur le développement des méthodes de communication que sur celles du militantisme classique et qui réservent, de fait, une place de choix, à l'appareil fédéral Car les campagnes de presse, le recours à la publicité politique supposent, avec des moyens financiers supplémentaires, une action de propagande plus concentrée et justifient la création d'un secrétariat fédéral à l'information puis - signe des temps - à partir de 1985, à la communication. L'appareil fédéral devient indispensable aux sections puisqu'il sert de relais avec le parti et qu'il dispose des outils d'information nécessaire.

48Certes, cette activité de propagande se développe assez régulièrement mais s'amplifie surtout à l'approche des élections et pendant les campagnes. De fait, les scrutins locaux ou nationaux balisent l'horizon de l'action politique fédérale tout en répartissent les tâches et les rôles. Les sections s'investissent dans les élections municipales, mais l'appareil fédéral filtre et sélectionne les candidatures aux élections législatives et régionales. Dès lors, la pression des militants s'affaiblit puisque leur marge d'intervention se heurte à des contraintes qu'ils ne maîtrisent pas.

49Pourtant, si les relations entre les militants et les élus peuvent devenir plus délicates car les premiers n'obtiennent pas toujours la capacité de participer aux choix tactiques ou stratégiques, croissance militante et progression électorale semblent, de plus en plus, aller de pair. La période de la première cohabitation (1986-1988) le souligne clairement.

  • 23 Martine POTTRAIN, Le Nord au coeur, op. cit.

50Malgré une forte dynamique partisane qu'alimente aussi la politique néo-libérale menée par le gouvernement de Jacques Chirac, la fédération ne parvient pas à engranger longtemps les mécontentements et à les traduire en adhésions durables. Les gains militants de 1986 ne se confirment pas en 1987, année au cours de laquelle la fédération retrouve ses effectifs de 1985 (autour de 11 800 adhérents). En revanche, le triomphe électoral de François Mitterrand aux présidentielles de 1988 (près de 30 % des électeurs inscrits) et le succès des candidats socialistes aux législatives (25 % des électeurs inscrits) entraînent une forte progression des effectifs d'adhérents en 1988 (+ 12 %) qui se prolonge en 198923. Avec plus de 14 000 adhérents, la fédération atteint un nouvel apogée, en retrait néanmoins par rapport à 1982.

51Ces trois épisodes ne doivent pas occulter un autre élément de compréhension : l'échéance des congrès nationaux. En effet, que ce soit en 1982, en 1986 ou en 1988-1989, la démarche fédérale n'est pas dépourvue de préoccupations tactiques. Il importe de mobiliser ou de remobiliser les militants et les adhésions à l'approche d'un congrès pour confirmer ou pour renforcer l'influence de la fédération - et de son courant majoritaire - au sein du parti. Les responsables fédéraux agissent comme d'autres mais ce faisant contribuent à transformer sensiblement la fonction de militants. Ceux-ci tendent à devenir les membres de cohortes que l'on utilise à des moments opportuns sans qu'ils puissent toujours déterminer la politique de leur parti. Les débats, à l'occasion des colloques fédéraux, comme bien des témoignages le soulignent, ne sont pas assez ouverts. Dès lors, en s'adressant à l'opinion, aux électeurs, puis en songeant aux rapports de force nationaux, la fédération - comme d'autres - prend le risque de perdre une partie de sa substance militante puisqu'elle place ses adhérents en statut subordonné. Ce risque ne peut que s'aggraver si les « gratifications » qu'elle peut offrir, tendent à se restreindre.

  • 24 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, Congrès fédéral, mars 1987.

52Les débats sur la réorganisation du parti portent peu sur les rapports entre les militants, les élus, les cadres. En revanche, ils posent le problème de l'unité et du dépassement des courants ; en ce sens, la fédération du Nord demeure fidèle à l'une de ses traditions, celle d'un instrument politique fort et d'un appareil cohérent, héritée du guesdisme. Le congrès national de Lille, en avril 1987, en masquant provisoirement les conflits de courants, confirme cette idée que le parti est prêt pour 1 élection présidentielle de 1988 et qu'il peut prendre acte de la « fin du cycle d'Épinay »24.

  • 25 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, juin 1988, éditorial.

53La campagne de l'élection présidentielle du printemps 1988 souligne les capacités de mobilisation fédérale et leurs limites. En effet, si la fédération participe activement, les militants eux-mêmes jouent un rôle subordonné puisque ce sont les élus et les responsables fédéraux (sinon même nationaux) qui animent principalement la dynamique que François Mitterrand veut mettre en oeuvre. Par ailleurs, les propositions du candidat, dans sa Lettre aux Français, n'entraînent pas une adhésion sans réserves. Le premier secrétaire fédéral, Bernard Roman, s'il accepte la démarche de l'ouverture, prétend en fixer les limites. S'ouvrir à un électorat plus large ne doit pas aboutir à la confusion des projets et à l'oubli des repères. Le Nord socialiste accompagne une démarche politique à laquelle il ne cherche pas à s'identifier sans nuances. Que François Mitterrand permette au parti de reconquérir le pouvoir offre beaucoup d'attrait mais ne doit pas interdire, au contraire, de redéfinir le rôle de l'organisation politique par rapport au pouvoir gouvernemental reconquis25.

54Car le compromis social souhaite par la Lettre aux Français et par la construction du gouvernement Rocard, entraîne des appréciations de plus en plus sévères des responsables fédéraux et notamment du premier secrétaire. Selon Bernard Roman, l'ambition de casser la droite (volonté présidentielle apparente) ne doit pas provoquer le risque de casser la gauche et de noyer les valeurs culturelles et politiques de gauche dans un consensus artificiel, sans dynamisme et sans projet de transformation sociale. Cette option est confirmée quelques mois plus tard, quand s'engage dans le parti un débat sur l'ouverture politique. Pour le secrétariat fédéral, il semble évident que le rassemblement impose l'appel à l'ensemble de la gauche et non le recoure au débauchage de quelques hommes politiques issus du centre. C'est une critique sans masque de la stratégie présidentielle.

55Dès lors, la fédération du Nord espère une redéfinition de la fonction du parti et revendique un espace de respiration par rapport à l'action gouvernementale. Elle souhaite que le parti conquiert le droit de peser sur les choix et les arbitrages gouvernementaux, d'infléchir les projets ministériels et de soumettre, au débat parlementaire, des projets spécifiques.

56Au total, après l'expérience du premier septennat, les cadres fédéraux n'imaginent pas que le parti garde son statut de subordination. Ils excluent de confier au parti une fonction exclusive de relais entre l'exécutif et le peuple de gauche et de soutenir au Parlement, une démarche purement gestionnaire. Très vite les choix du gouvernement Rocard leur apparaissent insuffisants ; ils leur reprochent un manque de souffle, d'ambition et très vite l'irritation s'exprime publiquement La tactique - « le recours à la société civile » - comme le traitement d'un certain nombre de problèmes - « le déficit social » - les inquiètent Les rappels répétés aux alliances municipales avec les communistes expriment une préoccupation stratégique non dénuée d'intentions tactiques internes au parti.

57Certes, ces revendications, dont la tonalité s'aiguise progressivement, traduisent des choix et des analyses complexes. L'enthousiasme des militants continue à s'attiédir : les cotisations rentrent mal tandis que les réunions se font plus rares et accueillent moins d'adhérents. Les élus eux-mêmes, du moins si l'on en croit certaines admonestations, sont moins assidus sauf en période préélectorale.

  • 26 Atlas électoral Nord/Pas-de-Calais, op. tit., tome 3.

58Mais les électeurs réagissent de manières complexes. François Mitterrand a recueilli, au 1er comme au 2e tour des élections présidentielles de 1988, une moyenne supérieure à celle des candidats socialistes ; il a donc gagné une frange de l'électorat communiste alors qu'aux législatives, le candidat communiste a résisté et a contraint le candidat socialiste à conquérir des suffrages sur sa droite26. La conquête de trois villes de plus de 30 000 habitants sur la droite locale, aux élections municipales de 1989, exprime des phénomènes électoraux diversifiés, puisqu'au contraire, le parti socialiste parvient à rassembler - au second tour - les suffrages de gauche. La stratégie d'une reconquête à gauche apparaît valide en termes électoraux mais ne peut répondre, avec la même efficacité, à toutes les situations. Les pertes électorales du parti communiste - qui abandonnent neuf municipalités urbaines - ne sont pas compensées par des gains socialistes analogues tandis que la reconquête socialiste s'avère parfois très difficile ; Roubaix est un exemple particulièrement significatif.

59La fédération socialiste doit tenir plusieurs défis. En gardant un militantisme classique, dans une perspective qui devient pourtant plus interclassiste, le parti socialiste doit s'efforcer de construire un compromis social et politique de plus en plus délicat car, s'il perd une partie de l'électorat populaire, il doit tenter de garder un électorat plus modéré. En affirmant la nécessité de mobiliser les électeurs - et les militants - sur les valeurs de gauche, les responsables fédéraux s'inscrivent dans la tradition et veulent maintenir l'identité d'un socialisme septentrional populaire. Tactiquement, ils souhaitent reconquérir les déçus du socialisme et reconstruire leur primauté sur la gauche. Mais la chute de l'influence communiste et la croissance parallèle, dans les villes, du Front national (Valenciennes, bassin de la Sambre, région lilloise) montrent que le socialisme n'est pas vraiment en état de récupérer des électeurs qui se sont éloignés du parti communiste. De plus, l'évolution idéologique à laquelle les socialistes du Nord se sont malaisément résignés, a déçu certains électeurs comme elle a tenu les communistes à l'écart du socialisme.

  • 27 Nord Demain, novembre 1989.

60Dès lors, tactique et stratégie socialistes sont en cause. Les militants poussent au rassemblement à gauche - le parti, disent les responsables fédéraux, ne rassemble jamais autant que lorsqu'il le fait à gauche27, mais la conquête électorale passe aussi, comme le rappellent tous les scrutins présidentiels ou municipaux, par le maintien d'électeurs plus modérés dans le giron socialiste Réclamer son autonomie par rapport à la politique du gouvernement Rocard peut contribuer à colorer l'image du parti auprès des militants mais ne répond pas nécessairement aux nouvelles configurations électorales et politiques.

  • 28 Nord Demain, novembre 1989.

61En fait, la fédération est confrontée - comme l'ensemble du parti - à l'adaptation du discours et des pratiques à une situation sociale transformée en fonction d'un projet politique clairement défini La tactique et la stratégie sont contestées mais le projet ne semble plus très caractérisé. Le sentiment commence à être partagé que le « parti est en panne »28.

3. La chute d'un bastion socialiste

62Toutes ces interrogations sur la fonction du parti et sur ses rapports avec le pouvoir exécutif renforcent leur intensité après les élections européennes de 1989. En effet les résultats obtenus par la liste socialiste dirigée par Laurent Fabius sont plutôt médiocres. En obtenant les suffrages de 12 % du corps électoral, les socialistes perdent dans le Nord, 50 % des voix obtenus en juin 1988. Tous les grands partis subissent une forte érosion puisque la liste de l'opposition RPR-UDF n'obtient que 12,5 % des suffrages des inscrits soit à peine plus que les socialistes. En fait, le scrutin européen confirme que les socialistes sont devancés - comme en 1986 - par la liste conservatrice et qu'ils ne composent plus la majorité politique départementale. Par rapport à 1988 comme à mars 1989, c'est une nouvelle alerte qui souligne le décrochage de l'opinion et qui définit une rupture.

63Certes, le scrutin européen révèle une très forte poussée de l'abstentionnisme (50 % du corps électoral) et l'émergence d'un vote écologique notable (10 % des suffrages exprimés). Si l'abstentionnisme et l'écologie ne se nourrissent pas exclusivement sur les déçus du socialisme, il est évident que leur rapide croissance hypothèquent l'influence du parti socialiste dans le département.

  • 29 Christian BATAILLE dans Nord Demain, septembre 1989.
  • 30 Interview de Bernard ROMAN, dans Nord Demain, novembre 1989.

64Dès lors, les critiques de plus en plus vives se portent contre la politique menée par Michel Rocard auquel on impute la responsabilité de l'échec. Les responsables fédéraux déplorent le manque de lisibilité du projet gouvernemental, l'éloignement des objectifs de transformation sociale, mais aussi la crise du fonctionnement du parti socialiste. Si l'on regrette une « gestion par trop immobile »29 on déplore aussi « le système des clans » qui « crée un fossé de plus en plus grand entre nos dirigeants et la grande majorité de nos militants30. Dans ces conditions, gouvernement et parti sont interpellés par une fédération qui se soucie toujours autant de la vigueur de l'instrument politique qu'est le parti.

  • 31 Pierre MAUROY dans Nord Demain, septembre 1989.

65La préparation du congrès national de Rennes se ressent des effets d'une conjoncture difficile. Pour lancer la « bataille des idées et la rénovation », Pierre Mauroy a demandé aux différentes instances du parti - sections, fédérations, conventions - de réfléchir à la stratégie du parti, à ses rapports avec le gouvernement, à la modernisation de son fonctionnement Pour le premier secrétaire, l'ouverture politique ayant vécu, le parti doit apporter son soutien au gouvernement tout en définissant des propositions autonomes pour assumer pleinement sa fonction. Mais fidèle à la tradition d'un parti fort, Pierre Mauroy appelle aussi à renforcer l'organisation, à dominer les divergences et à construire un projet plus unitaire pour être plus mobilisateur. Devant les turbulences créées par la coexistence difficile des courants (des clans dénonce-t-il), le premier secrétaire souhaite provoquer un sursaut des militants au nom du patriotisme de parti31.

  • 32 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, novembre 1989.
  • 33 Nord Demain, novembre 1989. Contributions des sections Arleux, Armentières, Bavai, Douai, Hem.
  • 34 L'exemple de la section d'Escautpont est assez révélateur de cet état d'esprit.

66Dans la fédération du Nord, le secrétariat partage ces préoccupations générales. Les querelles internes, les soucis tactiques qui dépassent les perspectives militantes, sont dénoncées en force32. A l'automne 1989, au moment où s'engage la préparation du congrès de Rennes, les contributions des sections ont pourtant une tonalité plus complexe. Elles déplorent plutôt le « traitement social du capitalisme », une politique trop marquée par la recherche du consensus. Elles revendiquent une politique plus ferme en matière d'emploi, un projet socialiste plus déterminé par les valeurs de paix, de liberté, de laïcité, de recherche d'une égalité effective entre les hommes et les femmes et rappellent que le socialisme ne doit pas oublier que son projet consiste à préparer un autre type de société alternatif au capitalisme, faisant appel à l'action réformatrice de l'État mais étayé aussi par un mouvement social actif. Persuadés que le gouvernement doit gérer mais qu'un gouvernement socialiste doit travailler à la transformation de la société, les socialistes appellent à la construction d'un parti qui veuille promouvoir son projet et sa volonté de réformes33. Mais, si les sections déplorent la modestie d'une politique gouvernementale dans laquelle ils ne se reconnaissent plus, il est vrai qu'ils dénoncent aussi les pratiques locales du parti. Atonie en dehors des périodes électorales, marginalisation des militants, absence de transparence dans les choix tactiques ou stratégiques, sont autant de critiques qu'ils adressent à une équipe fédérale suspectée de ne pas promouvoir les pratiques démocratiques qu'elle réclame34.

67L'appel de Pierre Mauroy aux militants aboutit donc à de véritables doléances - « un cri » - qui expriment l'effervescence à laquelle est confronté l'ensemble du parti. Le vote sur les motions nationales souligne l'émiettement de la fédération qui se divise sur des textes parfois abstraits. Comme au niveau national, les courants traditionnels perdent de leur influence au profit de contributions plus modestes qui attirent déçus et mécontents. Si la motion présentée par Lionel Jospin, et soutenu par le secrétariat fédéral, garde une forte majorité, son influence régresse par rapport au congrès de Toulouse de 1985 ; elle perd, en effet, 15 % des mandats acquis à l'occasion de ce congrès. Pour sa part, le courant rocardien recule plus fortement puisqu'il perd près de 50 % des mandats acquis en 1985, dans une conjoncture particulière. Surtout, Socialisme et République - en obtenant à peine plus de 4 % - est écrasé dans la confrontation. Enfin, le courant Fabius, en ne conquérant pas 4 % des mandats, ne parvient pas à s'exprimer dans le département.

68L'équipe fédérale, même affaiblie, garde les rênes dans un département qui sauvegarde une certaine originalité par rapport à l'ensemble du parti puisque ni le rocardisme ni - nouveauté - le « fabiusisme » ne peuvent réellement s'installer. Surtout, le fort abstentionnisme (près de 30 % des adhérents n'ont pas participé au vote) révèle l'amertume de militants désorientés par une bataille d'où ne sort aucun projet bien identifié.

69Le congrès lui-même laisse des traces dans la fédération. Certes les équilibres internes n'ont pas à être sensiblement modifiés. Mais l'attrait pour le parti s'en ressent durablement Dès l'automne, la chute des effectifs recommence et s'amplifie jusqu'en 1993 : entre 1989 et 1993, la fédération perd 35 % de ses effectifs.

  • 35 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, novembre 1990.
  • 36 Pierre MAUROY, convention fédérale du 24 novembre 1990.

70Comme le souligne le premier secrétaire fédéral, le parti semble à court de propositions. La convention fédérale, qui se réunit à l'automne 1990 pour apporter la contribution du Nord au nouveau projet socialiste, recherche - dans une perspective de synthèse devenue classique pour la fédération - « un point d'équilibre entre la gestion et la réforme »35. Mais la démarche est assez malaisée. L'ébauche d'un projet impose une analyse de l'exercice du pouvoir depuis 1981 ; elle exige aussi - ce qui est plus délicat - la définition de nouveaux repères sinon même de valeurs nouvelles. Car la mort du communisme comme les limites de l'action politique gouvernementale traditionnelle rendent indispensable la mise en forme d'objectifs renouvelés. Si les socialistes du Nord peuvent, sans divergences majeures, établir un constat assez sévère de dix ans d'exercice du pouvoir, s'ils sont d'accord pour cerner les faiblesses et les limites de l'action socialiste depuis 1981, ils éprouvent plus de difficultés à construire les éléments de base du projet comme la stratégie nécessaire. En effet, le socialisme suppose-t-il un état fort et un service public actif, un volontarisme efficace, ou une action quotidienne et persévérante au plus près des citoyens ? Doit-il redéfinir un projet global - comme Changer la vie - pour chercher des solutions à des problèmes de société qui constituent autant de défis : l'exclusion, l'emploi et la formation, la reconquête de l'environnement, l'aménagement d'une politique de la ville ? Enfin, si le volontarisme semble nécessaire, la recherche d'une stratégie claire et dynamique est indispensable car les socialistes du Nord partagent la conviction que l'Union de la gauche - modèle 1972 - n'a plus de validité. Mais si riposte et contre attaque il doit y avoir - comme le demande Pierre Mauroy. Comment les organiser ?36

  • 37 Nord Demain, octobre 1990.
  • 38 Pierre MAUROY dans Nord Demain, janvier 1991.
  • 39 Déclaration des parlementaires socialistes du Nord, 17 janvier 1991.

71L'élaboration des réponses, pour le congrès extraordinaire de Paris-L'Arche de la Défense, est malaisée. Certes, le pouvoir a déçu et les militants ne sont plus prêts à le sacraliser. Par ailleurs, des choix demeurent incompris comme la nomination d'un adversaire, Bruno Durieux, au gouvernement, à l'automne 1990. Des sections, des responsables importants (Bernard Derosier, président du Conseil général), s'indignent et exigent d'être consultés sur l'opportunité de choix aussi symboliques37. Par ailleurs, la guerre du Golfe suscite bien des discussions que le secrétariat fédéral parvient à canaliser en montrant qu'il s'agit, certes, d'une mise en cause du pacifisme traditionnel des socialistes mais que le « conflit est celui du droit et de la liberté »38. Les parlementaires socialistes du Nord sont unanimes à soutenir l'action du gouvernement et du Président de la République et réaffirment leur attachement à la « sécurité collective » pour résoudre tous les problèmes posés au Moyen Orient39. Mais à l'évidence, si l'opposition à la guerre demeure très modeste et circonscrite aux proches du CERES - Socialisme et République, la crise suscite résignation plus qu'engagement car, de fait, elle remet en cause certaines certitudes (la séduction du Tiers monde, la richesse pétrolière, l'impérialisme américain).

72Au printemps 1991, une mécanique semble brisée. La démission du gouvernement Rocard n'est pas spécialement commentée car les « militants sont moroses et s'interrogent sur leur engagement Transformer le parti et imposer la dissolution des courants apparaît comme un préalable à toute action destinée à reconstruire un outil politique capable de produire un nouveau souffle. Donner des signes à l'électorat socialiste ou aux déçus du socialisme, s'efforcer d'éviter l'assimilation entre la droite et la gauche pour remobiliser des forces dispersées, semblent des priorités nécessaires. Car, pour les responsables fédéraux, les échéances électorales sont proches et décisives.

73Dès lors, les militants sont tentés d'évaluer l'importance du congrès de l'Arche, en décembre 1991, moins par rapport au projet de socialisme rénové que par rapport aux tensions internes qui, en s'atténuant, semblent moins préjudiciables au rassemblement et permettent d'envisager une campagne électorale, en 1992, puis en 1993, plus sereine et moins perturbée.

  • 40 Philippe HABERT, Pascal PERRINEAU, Colette YSMAL, Le vote éclaté, Paris, Presses de la FNSP, 1992.
  • 41 Un accord a été conclu. La tête de liste des socialistes du Nord Michel Delebarre devait succéder (...)

74Pourtant, dans la fédération tout entière, comme dans l'ensemble du pays, les élections cantonales et régionales de mars 1992 constituent une échéance très difficile40. Les socialistes du Nord perdent à la fois la présidence du Conseil général qu'ils détenaient depuis 1937 et la présidence du Conseil régional où ils ne peuvent se substituer à leurs collègues du Pas-de-Calais41. Certes, les électeurs expriment des choix émiettés et dispersés puisque l'offre électorale, au scrutin régional, atteint 9 listes ; tous les grands partis sont touchés par la diversité des choix possibles. Mais, à l'évidence, les forces de gauche subissent un sévère échec et gardent un statut minoritaire dans le département. En effet, le parti communiste recule de près de 50 % de ses voix de 1988 tandis que le parti socialiste, en perdant près de 150 000 voix entre 1986 et 1992, régresse de 33 % par rapport à ses suffrages de 1986. Certes, les candidats socialistes font jeu égal avec les candidats de l'UPF, mais les électeurs qui ont voté « divers droite » ou « Front national » assurent aux forces conservatrices un potentiel électoral de près de 50 % des suffrages. Certes, dans le Nord, le Front national demeure isolé puisque l'UPF ne souhaite pas s'y associer. Mais le potentiel électoral des gauches demeure, néanmoins, infériorisé. L'électorat écologiste (environ 12 % des suffrages exprimés) a progressé depuis les élections européennes, mais il ne constitue pas un ensemble capable de donner à la gauche une nouvelle hégémonie. Dès lors, l'électorat socialiste équilibre celui de l'UPF seule, mais la stratégie de l'Union de la gauche, sans autre allié que le parti communiste, ne peut disposer d'une majorité dans le département Un problème stratégique grave s'impose aux choix ultérieurs.

75Le parti socialiste subit donc, dans le département, les effets du vote sanction adressé par le corps électoral au parti dans son ensemble. Pourtant, l'onde de choc est, dans le Nord, relativement amortie, ce qui permet aux socialistes septentrionaux de retrouver une place meilleure que celle à laquelle le scrutin de 1986 les avait placés dans le parti. Mais le recul n'est pas à minimiser puisque, dans l'ensemble, le parti socialiste se situe désormais au niveau des élections européennes de 1984 qui ne lui offraient pas un bon résultat Par ailleurs, la régression, en affectant plutôt les régions urbaines et industrialisées que les régions rurales, confirme que l'électorat socialiste continue de se déstructurer.

  • 42 Congrès fédéral extraordinaire dans Nord Demain, mai 1992. Intervention de Bernard Derosier.
  • 43 Congrès fédéral extraordinaire dans Nord Demain, mai 1992. Intervention de Pierre Mauroy.

76La double consultation électorale de mars 1992 provoque un profond traumatisme dans la fédération. Le congrès fédéral de mai 199242 essaie de trouver des explications à une déroute électorale dont les aspects spectaculaires stupéfient L'idée prévaut que les socialistes du Nord sont d'abord victimes de la politique gouvernementale et que les erreurs de perspective et de gestion ont eu des effets déterminants sur les choix des électeurs. Dès lors, si des mesures de survie sont nécessaires, elles consistent, pensent-ils, à exiger de l'exécutif d'autres méthodes car « être socialiste c'est faire du social »43 et à redonner à l'organisation le dynamisme et la vitalité qui lui font défaut Les militants, qui participent aux débats, expriment des critiques plus sévères et n'hésitent pas à mettre en cause, certes, des procédures nationales (les clans, les cotisations) mais aussi des pratiques fédérales (le notabilisme, la cooptation des dirigeants). Cependant, l'autocritique des responsables fédéraux demeure modeste. Si Michel Delebarre réclame une démarche plus proche des préoccupations quotidiennes de l'électeur et du citoyen et déplore que le parti ait oublié, dans ses choix, les classes moyennes qui ont assuré longtemps la vigueur du socialisme, le secrétariat fédéral propose des mesure internes : l'élargissement de l'équipe dirigeante à d'autres sensibilités, l'ouverture du parti aux sympathisants, le resserrement du maillage militant, la définition d'une stratégie associant plus étroitement socialistes et écologistes. Mais ces perspectives gardent une orientation tactique et ne peuvent remédier à des problèmes plus profonds. Le parti perd sa substance militante (25 % entre 1990 et 1992) ; ses capacités d'attrait ont tendance à s'émousser. En outre, l'alliance avec le mouvement écologiste et particulièrement avec les Verts - qui aboutit à un partage du pouvoir à la tête du Conseil régional - offre une « majorité parlementaire fragile » mais n'est pas opératoire sur le terrain électoral et demeure aléatoire. Enfin, le projet de reconquérir les abstentionnistes ne manque pas d'ambiguïtés. Car les déçus du socialisme peuvent constituer des cohortes d'abstentionnistes importantes sans que les flux et reflux d'abstentions ne modifient les scores socialistes. Les résultats de 1992, en retrait sensible par rapport à 1988 - les pertes socialistes sont d'environ 40 % des suffrages - sont obtenus dans une conjoncture électorale plus favorable à la participation. De même, les socialistes retrouvent leur niveau de 1984 tandis que le taux d'abstentions s'est très nettement abaissé (de 38,6 en 1984 à 29,3 en 1992). A l'évidence, les élections cantonales et régionales montrent que des transferts importants se sont effectués et qu'une tactique électorale ne suffit pas à reconstruire les bases antérieures.

77La perte du pouvoir départemental et le partage, sous contrôle, du pouvoir régional ont, à terme, des effets essentiels puisque ce sont des réseaux d'influence qui éclatent L'image de la fédération ne peut que se dégrader puisque militants et électeurs perdent une partie de leurs capacités à gratification. Dans la chute du bastion socialiste, l'échéance de 1992 est une étape particulièrement marquante puisqu'elle détruit une domination politique traditionnelle.

78Les élections législatives de mars 1993 confirment et amplifient ces tendances. La conjoncture prête à la morosité, des dossiers délicats sont l'objet de débats difficiles. Malgré une campagne très précoce destinée à reconquérir les « déçus du socialisme » et à mobiliser les indécis - il faut regagner 3 % de voix tous les deux mois - les responsables fédéraux parviennent difficilement à construire une dynamique efficace. Souvent, les députés sortants s'engagent dans une démarche défensive ; d'autres recherchent parfois une circonscription moins aléatoire ; le renouvellement de candidature donne heu en quelques circonstances, à des maladresses comme l'illustre la situation de Denise Cacheux dans la 5e circonscription. Par ailleurs, comme au niveau national, aucune stratégie d'alliance claire ne semble définie hormis celle d'un rassemblement des « hommes de progrès ». Les socialistes septentrionaux semblent isolés.

79La campagne ne peut inverser la tendance ; les candidats s'en rendent compte qui, parfois, n'hésitent pas à exploiter, de manière plus nuancée des thèmes de société plus classiquement portés par leurs adversaires conservateurs (la drogue, la sécurité). Dès lors, la reconquête espérée ne peut réussir ; le rejet dont sont victimes les socialistes dans le pays, est tout à fait manifeste dans le département.

80En effet, les candidats socialistes n'obtiennent, au premier tour, que 18,5 % des suffrages exprimés. Ce résultat traduit une forte régression par rapport à 1988 : les pertes atteignent 170 000 voix, soit 40 % ; de même par rapport à 1986, le déficit atteint 150 000 voix. Le recul apparu en 1992 s'est poursuivi puisque le parti socialiste perd 25 000 voix entre les deux scrutins. Rapporté au nombre des inscrits, le score des candidats socialistes se situe au niveau de 1893 (soit 13,3 %).

81Certes le mouvement a une ampleur nationale et s'inscrit dans un processus électoral complexe. L'offre électorale s'est très émiettée sur l'ensemble de l'éventail politique et les partis principaux (même à droite) sont tous érodés par les électeurs. La progression du Front national se poursuit même si elle se ralentit ; mais de 1988 à 1993, le parti gagne environ 35 % de ses suffrages antérieurs. Par ailleurs, l'ensemble de la gauche recule ; mais si les communistes perdent des suffrages (environ 25 % de leurs voix en 1988), c'est le parti socialiste qui subit l'échec le plus sévère sans que la concurrence écologiste fournisse l'essentiel du déficit électoral De la sorte, les candidats socialistes retrouvent un niveau inférieur à celui de la moyenne nationale. En ne sauvant que trois circonscriptions - la 2e, la 5e, la 22e - la fédération abandonne la plupart de ses bastions dans l'agglomération lilloise, la région dunkerquoise ou l'Avesnois, et subit, parfois, des échecs spectaculaires, comme celui de Michel Delebarre, dans la banlieue dunkerquoise.

82Le recul, pour être sensible dans toutes les circonscriptions, laisse apparaître des inégalités. Les zones urbaines complexes, de tradition socialiste, relativement bien encadrées, résistent mieux au choc que les circonscriptions de tradition industrielle. Là où la tradition communiste demeure forte (Valenciennois, bassin de la Sambre) la chute dépasse la moyenne départementale. Il est évident que la séduction de 1988 ne s'est pas prolongée et que l'électorat populaire s'est encore éloigné de candidats socialistes qui, par ailleurs, sont apparus moins crédibles. L'effet « Maastricht » a effectivement joué. Mais le recul, qui est encore plus marqué dans quelques « terres de mission » (la Flandre intérieure) ne nourrit pas vraiment la croissance de la droite classique - l'UPF - qui, le plus souvent, conserve une relative stabilité. En fait, l'émiettement et la dispersion des candidatures non socialistes (écologistes, divers gauches) qui illustrent la mise en cause d'un modèle politique et partisan et qui exploitent l'affaiblissement du parti, contribuent à créer d'importants déficits de voix. Enfin, au second tour, les candidats socialistes parviennent rarement à rassembler toutes ces voix éparpillées et surtout ne réussissent pas à séduire l'abstentionnisme. L'échec spectaculaire de Michel Delebarre, dans la 12e circonscription, est particulièrement symbolique parce qu'il cristallise tous les griefs et toutes les critiques de pratiques partisanes dénoncées même par des militants.

Conclusion

  • 44 Paroles, dans Nord Demain, supplément au numéro d'avril 1993.

83Le scrutin de 1993 confirme la chute d'un bastion socialiste. Les raisons en sont diverses. A l'évidence, elle tire en partie ses origines dans la configuration politique départementale même si le phénomène a une envergure et une ampleur nationales44. Rejet d'un parti politique qui apparaît à bout de souffle et, de ce fait, peu capable de conserver un électorat traditionnel tout en séduisant des électeurs nouveaux, l'épreuve électorale affecte aussi une fédération qui subit le sort commun d'une organisation politique intégrée, dans les années 1970, dans un processus de nationalisation. Dès lors, en estompant bien des spécificités, la démarche ne pouvait manquer d'effets.

84Pourtant, quelques originalités subsistent et persistent L'intérêt porté à l'outil politique, à sa nécessaire reconstruction, qui relève de la tradition, comme la recherche d'une unité qui parfois prétend gommer les divergences, sont autant de caractéristiques qui donnent une image particulière à la fédération du Nord. De même, le souci du militantisme, de l'appel constant au dynamisme du militantisme socialiste, rappellent que pour le Nord le parti socialiste s'adresse aux électeurs mais qu'il n'est pas un parti d'électeurs. Enfin, l'attachement à une stratégie de rassemblement à gauche appartient à la tradition d'un parti populaire.

85Mais ces originalités persistantes peuvent aussi expliquer, en partie l'échec. Confrontés à des mutations économiques qu'ils ont promises, conscients d'adapter un projet politique vieilli parce que les mutations sociologiques faisaient effet, les socialistes du Nord n'ont pas toujours su répondre aux défis qu'eux-mêmes soulignaient. La croissance de l'abstentionnisme comme la poussée du Front national illustrent bien les limites d'un dynamisme militant et donc les fragilités d'une fédération.

  • 45 Pierre BIRNBAUM, Les élites socialistes au pouvoir (1981-1985). Paris, PUF, 1985.

86Le traumatisme électoral est difficile à assumer. Mais assez rapidement, les militants et les responsables fédéraux sont incités à évoluer et à apprécier les origines du séisme. Ce sont les instances nationales qui sont interpellées et particulièrement les gouvernements socialistes dont on dénonce les hésitations, les ambitions inégales, les dérives insidieuses. Le parti est mis en cause dans ses déviations élitistes et ses comportements éloignés des préoccupations militantes. Le message s'étant brouillé, l'exercice du pouvoir apparaît dommageable dans la mesure où il a contribué à rompre, dans les instances périphériques, les relations entre les militants et les « élites socialistes au pouvoir »45 comme il a favorisé des discordances de plus en plus ouvertes avec les électeurs. Le « long remords du pouvoir » trouve, évidemment à s'exprimer et à se doter d'une légitimité tirée de l'expérience.

87Pourtant, la réflexion porte aussi sur des remèdes, sur l'élaboration d'un projet, c'est-à-dire sur une ambition ultérieure. Nul ne cache que la reconstruction du parti, de son message, doit permettre, à l'intérieur d'un cadre stratégique confirmé, de retrouver le pouvoir politique et la gestion gouvernementale. L'épreuve subie ne signifie pas repli mais ressourcement même si l'analyse immédiate de l'échec réduit l'ampleur des problèmes. Car l'identité socialiste est à redéfinir. Si le programme d'action peut s'infléchir, il ne peut se limiter à reprendre des thèmes classiques dont se sont éloignés, sinon les militants, du moins les sympathisants et les électeurs. Par ailleurs, il importe de préciser les fonctions d'un parti qui, tout en demeurant outil de conquête et d'exercice du pouvoir, doit à la fois retenir les militants et séduire les électeurs.

Notes

1 Éric MELCHIOR, Le PS, du projet au pouvoir, Paris, Éditions de l'Atelier, 1993.

2 Alain BERGOUNIOUX, Gérard GRUNBERG, Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992

3 Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, tomes 2 et3, Lille, PUL, 1973-1993.

4 Dominique DAGNAUD, Dominique MEHL, L'élite rose. Sociologie du pouvoir socialiste (1981-1986), Paris, Ramsay, 1988. Le cabinet de Pierre Mauroy à l'Hôtel Matignon comprend un bon nombre de collaborateurs issus du Nord. Michel Delebarre, qui devient directeur de cabinet en 1982, est accompagné de nombreux conseillers techniques et chargés de mission.

5 Nord Demain, nombreux articles et courriers au cours de l'été 1981.

6 Guy Allouche dans Nord Demain, octobre - novembre 1981.

7 Nord Demain, janvier - février 1982.

8 Nord Demain, mars 1983.

9 Béatrice GIBLIN-DELVALLET, L'exercice du pouvoir socialiste dans la région du Nord dans les années 1980, communication au colloque.

10 Martine POTTRAIN, Le Nord au coeur, Lille, 1994.

11 Nord Demain, novembre - décembre 1983.

12 Nord Demain, octobre 1984. Le nouveau gouvernement n'a pas repris beaucoup de militante du Nord même si Michel Delebarre est promu au ministère du Travail.

13 Les militants socialistes proches de Pierre Mauroy n'hésitent pas à multiplier leurs réflexions critiques. Cf. Alain CACHEUX, dans Nord Demain, octobre 1984.

14 Nord Demain, décembre 1984.

15 Libération, 12 octobre 1985.

16 Atlas électoral Nord/Pas-de-Calais, tome 3, Lille, PUL, 1993.

17 Nord Demain, nombreux articles en 1986 et 1987.

18 Convention fédérale du 21 juin 1986 dans Nord Demain.

19 Nona MAYER, Pascal PERRINEAU, Le Front national à découvert, Paris, FNSP, 1989.

20 Nord Demain, novembre 1988.

21 Henri REY, Françoise SUBILLEAU, Les militants socialistes à l'épreuve du pouvoir, Paris FNSP 1991.

22 Alain BERGOUNIOUX, Gérard GRUNBERG, op. cit.

23 Martine POTTRAIN, Le Nord au coeur, op. cit.

24 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, Congrès fédéral, mars 1987.

25 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, juin 1988, éditorial.

26 Atlas électoral Nord/Pas-de-Calais, op. tit., tome 3.

27 Nord Demain, novembre 1989.

28 Nord Demain, novembre 1989.

29 Christian BATAILLE dans Nord Demain, septembre 1989.

30 Interview de Bernard ROMAN, dans Nord Demain, novembre 1989.

31 Pierre MAUROY dans Nord Demain, septembre 1989.

32 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, novembre 1989.

33 Nord Demain, novembre 1989. Contributions des sections Arleux, Armentières, Bavai, Douai, Hem.

34 L'exemple de la section d'Escautpont est assez révélateur de cet état d'esprit.

35 Bernard ROMAN, dans Nord Demain, novembre 1990.

36 Pierre MAUROY, convention fédérale du 24 novembre 1990.

37 Nord Demain, octobre 1990.

38 Pierre MAUROY dans Nord Demain, janvier 1991.

39 Déclaration des parlementaires socialistes du Nord, 17 janvier 1991.

40 Philippe HABERT, Pascal PERRINEAU, Colette YSMAL, Le vote éclaté, Paris, Presses de la FNSP, 1992.

41 Un accord a été conclu. La tête de liste des socialistes du Nord Michel Delebarre devait succéder au président sortant, issu du Pas-de-Calais, Noël Josèphe.

42 Congrès fédéral extraordinaire dans Nord Demain, mai 1992. Intervention de Bernard Derosier.

43 Congrès fédéral extraordinaire dans Nord Demain, mai 1992. Intervention de Pierre Mauroy.

44 Paroles, dans Nord Demain, supplément au numéro d'avril 1993.

45 Pierre BIRNBAUM, Les élites socialistes au pouvoir (1981-1985). Paris, PUF, 1985.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter