Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

IV. Du pouvoir local aux responsabilités nationales

L'exercice du pouvoir socialiste dans la région du Nord dans les années 1980

Béatrice Giblin-Delvallet

Texte intégral

1Mai 1981, François Mitterrand, premier secrétaire du PS est élu président de la République. Juin 1981, les élections législatives sont un succès pour les candidats socialistes et tout particulièrement dans la région du Nord où l'ensemble des candidats du PS améliore les scores de François Mitterrand de 80 000 voix. Us devancent même les candidats communistes dans le bassin minier, dans l'Avesnois et le Cambrésis. Six candidats sortants sont réélus dès le premier tour. Au second tour les socialistes obtiennent 25 sièges sur 37. A l'issue de ces élections le PS a donc gagné huit sièges et apparaît comme la force politique dominante de la région.

2Mars 1993, les élections législatives marquent un net reflux des forces socialistes, aussi bien dans le Nord que dans le Pas-de-Calais. Le PS est en chute libre dans son bastion nordiste, 18,5 % des voix. Il se retrouve avec trois députés sur quatorze sortants, c'est à dire autant que le PC. Il semble mieux résister dans le Pas-de-Calais gardant cinq sièges (plus un au MRG) sur quatorze circonscriptions, alors qu'il en détenait douze auparavant.

3Au vu de ces résultats, il semblerait que l'exercice du pouvoir dans la décennie quatre-vingt ait été particulièrement néfaste aux élus socialistes dans la région du Nord. Le rejet des socialistes est en effet confirmé par les résultats des élections locales. Aux élections municipales de 1989 des villes perdues en 1983 comme Roubaix n'étaient pas reconquises, certaines victoires sur la droite étaient obtenues de justesse, comme à Dunkerque, et certaines municipalités, socialistes depuis très longtemps, étaient même perdues comme Boulogne-sur-Mer.

4Aux élections cantonales de 1992 le reflux socialiste dans certaines zones du département du Nord en particulier la métropole, est suffisamment net pour faire basculer à droite le conseil général détenu par les socialistes depuis 1937. Cette défaite fit l'effet d'un coup de tonnerre dans les cieux socialistes qui n'étaient, il est vrai, plus tout à fait sereins. Les socialistes s'attendaient à une victoire courte, mais sûrement pas à une défaite.

5Les élections régionales ont été tout aussi décevantes. L'union de la gauche n'a plus la majorité, seule une alliance avec les « Verts » permet de sauver la mise, mais le prix de cette alliance est l'abandon de la présidence du conseil régional La droite, quant à elle, n'est pas parvenue à former une alliance d'alternative car une majorité de ses élus a refusé de s'allier avec les élus du Front national.

6Parmi les facteurs qui expliquent ce renversement de situation il faut prendre en compte l'exercice du pouvoir.

Exercice ou épreuve du pouvoir ? Le difficile passage d'une culture politique d'opposition à une culture de pouvoir

7Compte tenu de l'ancienneté du pouvoir socialiste à l'échelon local et régional dans le Nord nombre d'élus de ce parti avaient une expérience solide de l'exercice du pouvoir mais seulement à l'échelle locale. Aussi les élus attribuaient-ils la responsabilité politique majeure des difficultés économiques de la région au gouvernement, entre les mains de la droite depuis 1958. Les élus n'hésitaient donc pas à dénoncer l'incompétence des dirigeants gouvernementaux et les méfaits économiques d'un capitalisme libéral Certains discours politiques laissaient même entendre que les gouvernements de droite délaissaient le Nord parce que région d'opposition. Aussi la nomination de Pierre Mauroy à Matignon a-t-elle engendré un formidable espoir dans l'opinion publique et chez les élus. La région allait enfin bénéficier de l'attention soutenues des pouvoirs publics. Et pour beaucoup d'hommes et de femmes, cette nomination représente même la fin de l'angoisse. A cette date l'ensemble des élus est convaincu que les problèmes économiques vont être réglés, puisque la gauche au pouvoir cela signifie la relance charbonnière, la sécurité de l'emploi dans la sidérurgie nationalisée, des crédits pour la région et des emplois, sûrement des emplois, enfin « une autre politique ». Ils en sont d'autant plus convaincus que du fait des nationalisations de la sidérurgie et des banques le rôle de l'État est désormais capital dans la conduite des affaires économiques de la région. Au 1er janvier 1983, le secteur public industriel régional comptait environ 64 000 emplois. Or jusque là, le secteur public était tenu pour une assurance contre le chômage. L'avenir prouvera le contraire.

La découverte des contraintes européennes

8Pierre Mauroy n'oublie pas qu'il est un homme du Nord, et élu de la métropole où l'industrie textile est en crise depuis longtemps. Plusieurs études demandées par le conseil régional avaient montré la gravité de la situation dans ce secteur. Les élus savaient qu'il fallait agir vite pour mettre un terme à l'effondrement des effectifs - entre 1973 et 1980 pour un emploi créé, vingt avaient été supprimés. La situation économique et sociale de la métropole s'en trouvait fragilisée si l'on se souvient qu'à cette date l'industrie textile y était encore la première industrie en terme d'emplois et de chiffre d'affaires. Aussi peu de temps après son arrivée au pouvoir, en février 1982 le gouvernement socialiste adopte-t-il le plan d'aide au textile par ordonnance et satisfait l'une des revendications du patronat textile en allégeant les charges sociales - demande déjà formulée au temps du gouvernement de Raymond Barre mais jamais satisfaite. En contrepartie les industriels doivent s'engager à réinvestir l'équivalent des allégements consentis. Ainsi par cet exemple on constate qu'au début de l'exercice du pouvoir Pierre Mauroy et son équipe sont persuadés de disposer d'un puissant pouvoir d'action. Mais ils en découvrent vite les limites. En effet la commission de Bruxelles dénonce ce coup de pouce accordée aux industriels qu'elle estime incompatible avec les règlements de la Communauté. En septembre 1983 le gouvernement français est contraint de suspendre ses aides.

9Ces européens convaincus que sont les grandes personnalités socialistes du Nord, doivent admettre que la loi économique européenne qui repose sur la libre-concurrence, s'impose, même si les intérêts locaux doivent s'en trouver menacés. Car ce coup de pouce a indéniablement été un ballon d'oxygène pour les entreprises les plus performantes et les plus saines. En revanche il n'a pas suffit à préserver les entreprises dans l'incapacité de disposer des marges financières nécessaires pour moderniser leur appareil de production. L'allégement des charges sociales était insuffisant pour faire face à la concurrence des très bas salaires des pays du Tiers-monde et l'outil de production trop peu performant pour celle des pays industrialisés. Ce fut alors le temps des grandes faillites.

10Cependant malgré l'échec relatif de cette politique celle-ci a permis de faire évoluer les perceptions réciproques des patrons et des élus. Les patrons ont quelque peu calmé leurs discours virulents sur l'incompétence des politiques dans le domaine économique.

11En revanche l'amélioration relative des relations entre patrons et élus a été perçue par les représentants de la classe ouvrière comme une « trahison ».

Le charbon du rêve...

12C'est bien sûr dans le domaine de l'activité charbonnière et de la sidérurgie que la « trahison » des socialistes fut le plus durement ressentie. Charbon et acier deux symboles du monde ouvrier, dont François Mitterrand lui-même avait annoncé la reprise et affirmait l'enjeu qu'ils représentaient pour la Nation. Charbon et acier les deux piliers de l’indépendance nationale, les deux symboles de sa puissance et de sa force. Lors de sa campagne aux présidentielles n'avait-il pas choisi d'être photographié sur fond de paysage minier ?

13Par ailleurs le discours tenu sur la défense et l'avenir de la mine pendant près de vingt ans, avait eu quelque effet positif sur les résultats électoraux puisque le bastion de gauche s'était régulièrement renforcé. Mais ces discours imprudents, voire démagogiques, tenus par les responsables politiques à l'époque où ils étaient dans l'opposition les ont mis dans une situation inconfortable quand, deux ans à peine après leur arrivée à la tête de l'État, il fallut changer de discours et expliquer la fermeture des puits et celles des usines sidérurgiques. Ce retournement d'attitude imposé par les contraintes économiques a incontestablement provoqué une crise de confiance chez les électeurs et même les militants déçus et découragés. Les élus socialistes s'étaient faits les ardents défenseurs de la mine et de la sidérurgie pour plusieurs raisons. Par conviction idéologique l'État ne doit pas menacer la sécurité de son indépendance énergétique, ni affaiblir son industrie lourde symbole de sa puissance économique et technologique. Les deux chocs pétroliers des années 1973 et 1979, avaient relancé la défense de la mine. Les syndicats comme les élus avaient alors réclamé la fin du « gâchis » des richesses nationales. Ils étaient aussi convaincus de l'importance des réserves charbonnières, de l'extension des marchés des produits sidérurgiques. Mais la défense de la mine et de la sidérurgie répondait à un souci électoral, ne pas laisser le champ libre au PC et à la CGT. C'est pourquoi sur la défense de la mine et des mineurs, le discours des élus PC ou PS est rigoureusement identique.

14L'année 1981 est celle de la reprise de l'extraction et de l'embauche de 8 000 personnes et on annonce que l'objectif à atteindre est celui des 30 millions de tonnes. Georges Valbon, élu communiste de la région parisienne, est placé à la tête de CDF [Charbonnage de France] en février 1982. Un élu du bassin minier, Noël Josèphe est élu président du Conseil régional, ce qui laisse augurer une attention plus que bienveillante sur le devenir du bassin minier.

...à la réalité

15Mais un an plus tard la situation est déjà critique. D'une part deux tiers des jeunes embauchés l'année précédente ont quitté la mine, preuve que malgré le chômage le métier de mineur n'attire plus les jeunes même ceux nés dans le bassin. Et puis surtout les chiffres sont têtus : le charbon français s'est révélé beaucoup plus cher que prévu. Les pertes des bassins houillers sont dix fois plus élevées en 1982 qu'en 1981 (690 millions contre 66) et atteignent presque 2 milliards en 1983. Une fois ces chiffres connus il faut se rendre à l'évidence et l'un des moments les plus douloureux de l'exercice du pouvoir pour les socialistes du nord, en particulier pour les élus du bassin minier, est la venue du président de la République à Lens en avril 1983. Celui-ci annonce clairement que l'État ne pourra à la fois couvrir le déficit de l'extraction charbonnière et participer à la renaissance industrielle du bassin minier. La tension monte dans les mines et dans les assemblées régionales auxquelles les pouvoirs publics ont confié le soin de prendre la décision sur l'avenir des puits de leur région. Le 5 novembre 1983 à Lille, Pierre Mauroy doit rappeler que le temps du choix est arrivé. Le 14 novembre une grève est suivie à plus de 98 % au fond. Georges Valbon choisit de démissionner ce même jour pour ne pas cautionner une politique qu'il refuse. Le 26 novembre les élus régionaux sont dans l'incapacité politique de prendre la décision de la fermeture des puits, même si pour emporter la décision Pierre Mauroy a annoncé le jour même la création d'une plate-forme de gazéification du charbon à Mazingarbe, aux dépens du Havre autre site en concurrence. La décision de la fermeture est reportée à 1986, date du bilan de la ré-industrialisation du bassin minier. En 1983 les élus socialistes n'ont rien d'autres à annoncer à leurs électeurs que des crédits dont l'augmentation il est vrai est très sensible. François Mitterrand lors de son voyage officiel avait annoncé des mesures exceptionnelles : 200 millions de francs par an pendant cinq ans pour la réindustrialisation du bassin mimer. Mais pour avoir pendant des années tenu le discoure de la relance de l'extraction, de l'avenir assuré du charbon les élus socialistes sont piégés, beaucoup plus que les élus communistes qui reprennent très vite le confort de l'opposition et qui vont pouvoir de nouveau dénoncer la trahison socialiste.

L'éternelle rivalité des « frères ennemis »

16Cette stratégie s'avère efficace, car aux élections municipales de 1983 les communistes ne perdent aucune municipalité. Les grèves appuyées par la CGT et le PC se multiplient, mais celles-ci ne rencontrent plus la même adhésion. En février 1984 la grève n'a duré que deux jours, ce qui n'est guère habituel dans les conflits miniers. Le 7 avril six à sept mille personnes défilent dans les rues de Lens à l'appel des syndicats de mineurs. Mais le mot d'ordre « Région minière en lutte pour la vie ! » n'a pas attiré les foules escomptées, on attendait 20 000 manifestants. Les slogans restent toujours les mêmes : « à partir de nos richesses charbonnières aller dans le sens du renouveau industriel et de l'emploi » déclaration de Marcel Barrois responsable des mineurs CGT. Les élus socialistes, y compris le président du Conseil régional Noël Josephe, ont tenu à s'associer à cette manifestation. Pourtant ils sont lors de conversation privée tous convaincus que le combat pour l'extraction est perdu. Mais manifester c'est d'une part un moyen de faire pression pour obtenir des crédits et d'autre part ne pas perdre totalement la confiance de la population du bassin minier.

17Il est vrai que la situation des élus socialistes est plus que délicate, comment annoncer la suppression de 2 000 emplois en 1984 sans annoncer la venue de nouvelles activités ? Pris dans l'étau de la fermeture inéluctable de l'activité minière et la perte, peut-être définitive, de la confiance de leurs électeurs, ils choisissent à l'unisson des communistes, de dénoncer la politique gouvernementale et refusant la solidarité que la direction du parti leur demande d'afficher vis à vis du gouvernement.

18Pierre Mauroy fut alors accusé de « brader » sa région, de ne rien faire pour le bassin minier. Ce qui était faux, mais comme le premier ministre avait dû se défendre de favoriser le Nord (déclaration à l'Assemblée en mai 1984), les élus du bassin minier prirent ce prétexte pour affirmer que le premier ministre lui même reconnaissait ne pas avoir soutenu sa région.

19Il y a donc à propos du bassin minier une première fracture entre élus socialistes qui est bée à leurs niveaux différents d'exercice du pouvoir. Pierre Mauroy et son équipe raisonnent et agissent au niveau national, même s'ils n'oublient pas la spécificité de la crise économique de la région du Nord, en revanche les élus socialistes, députés, conseillers généraux et régionaux et les maires, restent avant tout soucieux de défendre les intérêts de leur territoire local. Cette fracture est d'autant plus nette que Pierre Mauroy et Michel Delebarre sont perçus comme des hommes de la métropole (Michel Delebarre ne sera élu député de Dunkerque qu'en 1988), et de ce fait soupçonnés d'être plus soucieux de son développement que de celui des autres zones de la région qui connaissent pourtant des situations économiques beaucoup plus critiques. Il faut encore ajouter à cela des rivalités de courant, qui ne favorisent guère les rapports de confiance.

Sidérurgie et chantiers navals, fermeture à risque politique

20Avec la sidérurgie, la situation est sensiblement différente car les élus socialistes dans le Valenciennois sont peu nombreux puisque celui-ci reste un bastion communiste. Les enjeux en terme de « clientèle » électorale sont donc moins cruciaux. La suprématie électorale du PC dans cet arrondissement est telle que les chances d'élection pour un candidat socialiste restent faibles. Si à l'échelle régionale les scores du PC sont en déclin, à l'échelle locale, dans son bastion du Valenciennois le PC conserve la fidélité de ces électeurs et ses quatre députés, au moins jusqu'aux élections législatives de 1988.

21Mais l'enjeu symbolique une fois encore de la trahison est majeur comme pour le bassin minier. Aussi la continuation de la réduction des emplois, même ralentie-12 000 emplois entre 1982 et 1984 contre 25 000 en 1979 - rend-elle la position du chef du gouvernement difficile. Derechef il peut être accusé de trahir la classe ouvrière, d'appliquer la politique du patronat, de brader les outils industriels de la nation. Il est vrai qu'après avoir annoncé une production de 24 millions de tonnes, on la limite à 17 millions en 1983. Par ailleurs le gouvernement décide de concentrer ses efforts financiers sur le site de Dunkerque, l'acier sera toujours produit dans la région, mais plus dans le Valenciennois.

22Les chantiers navals sont un dossier sans doute encore plus sensible que celui de la sidérurgie. Les ouvriers de la « navale » ont connu de riches heures de gloire à l'époque des carnets de commande chargés. Leur puissance syndicale est connue et leur détermination comparable à celle des dockers, travailler aux Chantiers s'est appartenir à une corporation glorieuse. De plus les chantiers navals sont perçus comme une activité aussi indispensable à l'indépendance nationale que l'acier. C'est donc un autre symbole du monde ouvrier qu'il faut « assainir », « moderniser ». Les carnets de commande restent dangereusement vides. Or les chantiers sont au centre de Dunkerque, cette situation accroît le risque politique de voir une friche industrielle prendre la place de la « Navale ». Ce n'est pas seulement les ouvriers de la Navale mais toute la population qui se sentirait trahie. Les élus de la région décident donc d'avancer le financement sans frais d'un nouveau ferry à la SNCF (207 millions de F) pour assurer la charge de travail au chantier. En 1984 Dunkerque est classé pôle de conversion et environ un millier des ouvriers de la Normed bénéficient des congés de conversion. Mais en 1985 la grogne des élus socialistes de la région est de nouveau à la hausse : la Normed annonce la suppression de 900 emplois dont 700 sur le site de Dunkerque. En 1987 le gouvernement de Jacques Chirac est contraint de porter le coup de grâce à la « Navale ».

Le Gouvernement socialiste officialise les « petits boulots »

23A la suite du retour de Pierre Mauroy dans sa ville en juillet 1984, c'est Michel Delebarre qui prend la relève du leader socialiste nordiste au gouvernement, à un poste exposé : ministre du travail et de l'emploi. C'est le lancement de la politique des TUC Une fois encore les élus socialistes locaux vont se trouver contraints de défendre la politique des emplois précaires dénoncée par les élus communistes. Cette nouvelle politique destinée à accroître l’emploi des jeunes et favoriser leur insertion dans le monde du travail, déconcerte, c'est le moins qu'on puisse dire, des élus socialistes qui ont à l'unisson des élus communistes, défendus de « vrais » emplois, c'est-à-dire des contrats de travail à durée indéterminée. Il faut une fois encore changer sa manière de voir, de penser et de croire. L'aggiornamento de la pensée socialiste se fait pour nombre d'élus à marche forcée. C'est décidément difficile d'admettre être au pouvoir pour faire une politique dénoncée avec virulence jusqu'alors. Il faut toute la patiente pédagogie du premier secrétaire fédéral du Pas-de-Calais et l'autorité peu à peu retrouvée de Pierre Mauroy sur ses troupes du Nord pour entraîner les socialistes dans l'application de cette politique.

24Militants et élus suivaient avec plus ou moins de bonne grâce tant que les résultats électoraux étaient jugés satisfaisants. C'est incontestablement le cas pour le Pas-de-Calais. A chaque élection quelle qu'elle soit, les candidats socialistes maintiennent ou améliorent leur score. Ainsi aux cantonales de 1985 les socialistes obtiennent 33 % des voix et grâce à un savant découpage cantonal 32 sièges, c'est à dire qu’ils approchent la majorité absolue. Aux législatives de 1986 après cinq ans d'exercice du pouvoir les socialistes obtiennent 34,3 % des voix, beau résultat même si la proportionnelle leur fait perdre la moitié de leur représentation parlementaire. Les socialistes dans le Nord recueillent 30 % des voix. Le PS s'affirme donc bien comme la première force politique de la région.

Une politique du conseil régional efficace

25Le maintien de ses bons scores électoraux est sans doute dû aussi au travail du Conseil régional. La décentralisation mise en place sous le gouvernement de Pierre Mauroy, a effectivement été un outil efficace pour les socialistes. Très engagés dans l'action régionale avant même la réforme de 1982, les élus socialistes étaient prêts à utiliser au maximum les possibilités que leur offrait la nouvelle législation. Les contrats de plan signés avec l'État l'ont été dans des conditions favorables, quand la région met 1 franc l'État apporte 1,67 F. Seule la Corse bénéficie d'un rapport encore plus favorable. Les efforts les plus visibles car les plus importants, l'ont été dans le domaine de la formation. Il était urgent de remédier à une forte sous-scolarisation, aussi la formation fut-elle l'une des priorités retenues par le Conseil régional. Par exemple avant même que l'État ne le décide, les élus régionaux avaient lancé un plan d'initiation à l'informatique : 8 millions de francs par an pendant la durée du neuvième plan.

26Il y eut une incontestable volonté politique d'agir dans l'intérêt de tous les habitants de la région et dans tous les domaines : formation, recherche, transports, santé, emplois, logements...

27Aux élections de mars 1986, les socialistes au niveau de l'exécutif régional ont d'ailleurs encore la confiance des électeurs. D'autant plus qu'en janvier 1986 fut signé à Lille l'accord franco-britannique pour entreprendre la réalisation du tunnel sous la Manche. Le 14 mars soit deux jouis avant les élections législatives et régionales, un contrat spécifique, le plan transmanche, est signé à Lille entre l'État et la région représentés respectivement par le préfet de région et le président du Conseil régional, Noël Josephe. Le tunnel sous la Manche et les équipements de transports qui l'accompagnent apparaissent comme le signe tangible du renouveau de la région, « carrefour de l'Europe ». Toutefois le ministre de la mer, Guy Lengagne, qui est alors aussi maire de Boulogne-sur-Mer, a quelque difficulté à faire comprendre à ses électeurs qu'il n’a pas trahi les intérêts de Boulogne en encourageant la réalisation du tunnel.

28La période de la première cohabitation n'altère pas bien au contraire la confiance qu'un grand nombre d'électeurs portent au PS. La réélection de François Mitterrand et la majorité socialiste à l'Assemblée nationale relancent les projets pour la région. Michel Delebarre est nommé ministre de l'équipement et des transports, ce qui parait de bon augure pour la région compte tenu des grands travaux en cours.

Exercice du pouvoir et luttes socialistes internes

29Mais les bonnes relations entre le ministre de l'équipement Michel Delebarre et le vice président du Conseil régional chargé des transports Daniel Percheron se dégradent peu à peu, sans qu'aucun des deux ne puisse le reconnaître.

30Michel Delebarre pensait prendre la présidence du Conseil régional à mi-parcours de mandat Il avait été entendu que Noël Josephe, élu du bassin minier du Pas-de-Calais, lui céderait la place. Mais pour céder le fauteuil de président de façon honorable, les responsables socialistes de la fédération du Pas-de-Calais demandent un poste un peu prestigieux, un secrétariat d'État aux anciens combattants par exemple. Pierre Mauroy ne semble pas mettre beaucoup d'ardeur à l'appui de cette demande, moyen très sûr de tenir Michel Delebarre à l'écart de cette présidence. Ce ministre entreprenant qui semble avoir les faveurs de l'opinion publique locale, voire nationale, a déjà été envoyé à la conquête d'une circonscription sur le littoral (Dunkerque), moyen aussi de le tenir éloigné de la métropole. Noël Josephe n'achève donc son mandat qu'en mars 1992.

31Quant à Michel Delebarre après avoir été élu député, il conquiert de justesse la mairie de Dunkerque l'année suivante. Aussi ne ménage-t-il pas, par la suite, ses efforts pour obtenir pour Dunkerque l'implantation de nouvelles activités industrielles. Et son souci de revitaliser Dunkerque et son port le conduit à freiner l'aménagement de la ZAC confiée à Eurotunnel Celle-ci se trouve à l'ouest de Calais, donc éloignée de Dunkerque, et ne pourra pas de ce fait profiter à son dynamisme économique mais plus grave elle risque même de lui nuire. L'apparition d'un pôle actif sur le littoral pourrait porter ombrage à l'image dynamique que le maire-ministre s'attache à redonner à sa ville. C'est pourquoi un certain nombre de projets ne verront jamais le jour. Il est vrai que le faible soutien de la mairie calaisienne au développement de la ZAC n'a pas non plus servi les projets de développement de celle-ci.

32Ces zizanies internes ont contribué à dégrader l'image d'aménageurs efficaces que voulaient se donner les élus socialistes régionaux. L'impossibilité de faire avancer le dossier d'équipements sur la ZAC, a entraîné un certain désenchantement sur les effets positifs que l'on attendait de l'ouverture du tunnel Désenchantement d'autant plus marqué dans la région calaisienne que la fin des travaux de la construction du lien fixe accroît de nouveau les taux de chômage.

33Pourtant de réels efforts ont été accomplis pour faire profiter au maximum la région du « chantier du siècle » - à la fin de l'année 1989, 85 % de la main d'oeuvre employée sur le chantier est recrutée dans la région, et en particulier sur le littoral ; près de 50 % des commandes concernant les travaux de construction du tunnel sont allées à des entreprises régionales, grâce à la création et au financement par le Conseil régional et les deux Conseils généraux d'une bourse « contacts entreprises ».

Le temps des défaites électorales

34Mais force est de constater l'impossible union de tous les élus de la région qu'ils soient député, conseiller régional ou général ou encore maire pour réussir le « bout du tunnel ». Le reflux de la vague socialiste a été marqué aux élections régionales. La permanence d'un taux de chômage élevé, en particulier chez les jeunes, a sérieusement entamé le capital confiance accordé aux socialistes. De plus les luttes internes entre communistes et socialistes et entre socialistes ont contribué à faire douter de leur volonté de servir d'abord la région et ses habitants avant leurs intérêts politiques personnels. La mobilisation pour la campagne électorale de 1992 s'en est ressentie.

35Le rejet du traité de Maastricht est un autre signe net du décrochement d'une partie de l'électorat socialiste. Depuis le début des années 1980 et surtout depuis l'annonce des décisions de construire le tunnel sous la Manche et le TGV Nord, les « décideurs » politiques comme économiques ne pensent plus l'espace régional que comme espace européen, la région comme carrefour de l'Europe ou « Euro région »...

36Tous les élus socialistes appelaient à voter « oui », par conviction européenne sans doute mais aussi par intérêt Le Nord Pas-de-Calais ne reçoit-il pas une aide substantielle de Bruxelles ? La métropole lilloise ne joue-t-elle pas la carte d'une métropole européenne, dont la zone d'influence s'étendrait de part et d'autre de la frontière devenue enfin totalement perméable ?

37On a dit de ce vote qu'il exprimait le « non » d'une région traumatisée par ses crises industrielles. Les zones de force du « non ont en effet correspondu à la carte des aires les plus ouvrières (bassin minier - aussi bien les commîmes communistes que socialistes-, l'ancienne zone sidérurgique du Valenciennois, la vallée de la Sambre) ou des quartiers les plus populaires des grandes villes comme Tourcoing et Roubaix. Dans cette ville le « oui » l'a emporté de justesse (50,3 %), sans doute grâce à l'action de son maire André Diligent, européen convaincu. Même si le poids électoral des plus grandes villes a in fine, donné une majorité de « oui » dans la métropole du nord, la majorité des commîmes frontalières de la métropole a voté « non », surtout dans les commîmes limitrophes de la Flandre. Si dans les régions à forte identité régionale comme la Bretagne ou l'Alsace, le « oui » l'a emporté, dans le cas du Nord Pas-de-Calais il en a été autrement Car l'identité régionale repose sur une histoire industrielle et non sur un passé culturel. Longtemps la puissance économique de la région fut telle que les « Nordistes » ne se sentaient nullement « colonisés » par Paris, il n'y a pas ici à saisir l'opportunité de l'Europe pour se « venger » de la centralisation parisienne. Au contraire, la concurrence européenne a aggravé aux yeux de certains la situation économique de la région. La tendance a alors été de rechercher la solidarité nationale plutôt que l'autonomie régionale. Dans une certaine mesure la carte du « non » à Maastricht est celle du désaveu des élus socialistes, qui avaient appelé presque unanimement à voter « oui ».

38Six mois plus tard le rejet des socialistes s'est manifesté encore plus puissamment aux élections législatives. La sauvegarde des intérêts très locaux de chacun n'a pas suffit à préserver les élus. Michel Delebarre est battu très nettement dans une circonscription qui paraissait imprenable, André Capet député socialiste de Calais est battu de justesse par le candidat RPR.

39Au dernier sondage (octobre 1993) réalisé dans la région pour évaluer la cote de popularité des maires celle de Michel Delebarre reste basse, tandis que celle du maire communiste de Calais est nettement plus élevée. La reconquête de l'électorat prendra quelque temps.

Du militant au notable

40On a beaucoup dit et écrit sur les Renault 25 et les notes de frais. Il ne s'agit pas de mener une enquête pour vérifier la véracité des faits. Mais en revanche il est plus intéressant de comprendre les effets négatifs qu'ont produit sur l'électorat socialiste ces informations-accusations. Le militant élu grâce au travail des membres du parti et à la fidélité d'un électorat ouvrier s'est, il est vrai, parfois rapidement transformé en notable, moins disponible, et paraissant plus soucieux de préserver ses privilèges que de se battre pour un idéal Les querelles entre courants qui ont toujours existé au PS, se sont envenimées quand les réélections sont devenues moins sûres. On a parfois habillé de conviction de courant des règlements de compte entre personnalités politiques rivales. Ces comportements en soi très banals ont choqué, irrité, déçu nombre de militants de base profondément attachés au parti qui « ne les croyaient pas comme ça ».

41Dans le Nord comme dans le reste de la France, les « affaires » financières ont bien sûr fortement entamé le crédit confiance des électeurs. Parce que de gauche, les élus avaient plus que d'autres, c'est-à-dire les élus de droite, obligation de respecter la morale. L'argent à gauche reste suspect, et les maladresses commises par naïveté beaucoup plus que par malignité et encore moins par malhonnêteté, ont coûté nombre de voix.

42Il est une autre facette du notable, le clientélisme. Longtemps le clientélisme politique a été peu développé dans la région. Non pas que les élus soient particulièrement vertueux mais ils n'avaient guère de moyens à leur disposition pour se constituer une clientèle. Ni les logements, ni les emplois industriels dépendaient de leur pouvoir, quant aux emplois tertiaires ils furent longtemps moins nombreux dans la région que dans le reste de la France. Jusque dans les années 1970 la région accusait un net retard dans les emplois de service. Mais avec la décentralisation les pouvoirs des maires, des conseillera généraux et des conseillera régionaux ont été renforcés. De même les budgets de chacune de ces collectivités territoriales ont connu une très forte croissance afin d'assumer leurs nouvelles charges. Aussi le contexte de la décentralisation fut-il très favorable au développement des interventions diverses d'élus locaux. Mais visiblement ce clientélisme est loin d'avoir prémuni les socialistes d'une fragilisation de leur base électorale. Au contraire, certaines pratiques ont été vigoureusement dénoncées par leurs adversaires politiques, dénonciations qui ont trouvé un incontestable écho parmi l'électorat de gauche.

Auteur

Professeur Centre de Géopolitique Université de Paris VIII

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter