Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

III. La montée en puissance (1945-1981) ?

Les affinités répulsives : le parti communiste dans la mémoire des militants socialistes du Nord/Pas-de-Calais

Philippe Marlière

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir la thèse de Laurent OLIVIER, Un exemple de social-démocratie dans le socialisme (...)
  • 2 Remarquons au passage que la lutte politique entre socialisme et communisme dans le Nord de la Fra (...)
  • 3 La question du communisme dans la mémoire socialiste du Nord/Pas-de-Calais a été étudiée à partir (...)

1« Frères ennemis » de la gauche française, partis concurrents au sein du mouvement ouvrier, socialistes et communistes entretiennent depuis les années 1920 des rapports ambivalents, alternant de brèves mais spectaculaires phases d'union politique, et des cycles de désunion violents et durables. Unique exemple de social-démocratie à la française1 - grâce à des liens réels tissés avec le monde ouvrier et syndical, relayés par un réseau de militants nombreux et actifs-, le socialisme dans le Nord/Pas-de-Calais a livré, depuis la scission de Tours, une longue et difficile bataille à un communisme local qui lui a disputé avec bonheur le titre de « parti de la classe ouvrière ». La tradition socialiste septentrionale porte clairement l'empreinte de ses luttes contre le rival communiste2. Des entretiens réalisés auprès de diverses générations de militants socialistes du Nord/Pas-de-Calais3 ont montré que la mémoire collective du parti garde vif le souvenir des oppositions et des alliances avec le communisme septentrional De la critique des relations entre l'URSS et son parti frère français, aux dénégations sur l'implantation du PCF dans la classe ouvrière, les socialistes colorent leur récit d'anecdotes variées et contradictoires, à travers lesquelles le communisme apparaît tantôt comme une force politique fascinante, tantôt comme un modèle exécrable qu'il faut énergiquement combattre. Le PC au miroir de la mémoire socialiste induit une double lecture, pourvoyeuse d'enseignements sur l'identité et la tradition socialiste septentrionale.

  • 4 J'emprunte la notion à Maurice HALBWACHS, qui parle plus précisément de « cadres sociaux » de la m (...)

2Une première lecture permet de constater que le communisme forme un des « cadres »4 de référence privilégié de la mémoire socialiste septentrionale. Souvent détesté, parfois craint et admiré, mais toujours respecté, le communisme tend à façonner indirectement l'imaginaire et l'identité du socialisme septentrional Le communisme amène, en effet, les socialistes à développer un discours de distinction et de rejet, mais qui trahit parfois, selon diverses modalités, une certaine empathie pour le parti de la IIIe Internationale.

3A partir des « affinités répulsives » développées par les socialistes envers les communistes, il est indirectement possible d'effectuer une seconde lecture : cette deuxième approche nous fait suivre le fil de la tradition socialiste septentrionale, et son évolution à travers les différentes générations de militants.

1. Le communisme, un exemple-type de « cadre de référence » de la mémoire du socialisme septentrional

  • 5 Roger Salengro fut ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Blum.
  • 6 Lorsque le roman d’Émile Zola, Germinal, est porté à l'écran à l'automne 1993 par le cinéaste Clau (...)

4Par « cadre de référence », il faut entendre un repère ou un indicateur politique qui permet aux militants de cristalliser le passé, pour le remémorer dans le présent et le transmettre aux futures générations. C'est de cette manière que la tradition socialiste est perpétuée à travers le temps. La mémoire de Roger Salengro forme certainement, par exemple, l'un des « cadres de référence » dans le Nord qui renvoie dans le parti, et au-delà de son action à la mairie de Lille, au souvenir collectif du gouvernement du Front populaire5. La tradition des fêtes de la rose, des banquets socialistes ou encore des simples commémorations festives6 remplit également la fonction de « cadre de référence » visant symboliquement à perpétuer la tradition de convivialité des socialistes du Nord. Dans notre cas d'étude, le Parti communiste peut être perçu comme un cadre politique de référence - parfois positif, parfois négatif - qui incite les militants socialistes à décliner leur propre identité afin de se démarquer du concurrent communiste. La contiguïté des objectifs politiques historiques des deux partis impose aux militants socialistes d'insister sur les éléments qui les séparent du communisme. Dans cette entreprise de distinction avec le Parti communiste, les socialistes construisent leur propre rapport au politique, insistant fondamentalement sur la notion de démocratie, et, dans une moindre mesure, sur celles de justice sociale et de morale.

La trinité socialiste : démocratie, morale et justice sociale

  • 7 « Ce qui est incompréhensible, c'est que nous étions unis depuis 1905, et qu'il a fallu l'histoire (...)
  • 8 « En 1939, les communistes ne se sont pas engagés. Ils ne se sont engagés que quand Hitler est ent (...)
  • 9 Discours de Léon Blum au Congrès de la SFIO à Tours, le 27 décembre 1920 ; cité in Robert VERDIER,(...)

5Les militants socialistes insistent sur ce qui fondamentalement sépare le socialisme du communisme : la démocratie. La mémoire collective du parti se veut précise et exhaustive pour rappeler cette différence cruciale : la dramatique scission du congrès de Tours7 et le diktat léniniste des 21 conditions posées pour l'adhésion à la IIIe Internationale, sont vivement discutés par les militants les plus anciens ; l'alignement inconditionnel du PCF sur les positions du « parti-frère » soviétique8, le sectarisme communiste pendant la période de la Guerre froide, ou encore le fonctionnement interne du PCF selon les règles du centralisme démocratique ; autant d'éléments historiques qui suscitent un discours sur le caractère « antidémocratique », voire même « liberticide » du communisme dans son ensemble. Le fonctionnement hiérarchisé et pyramidal du PCF est constamment dénoncé. Il s'inscrit dans la tradition socialiste inaugurée par Léon Blum au congrès de Tours qui s'insurge alors contre la conception léniniste du parti, la comparant à un « commandement militaire formulé d'en haut et se transmettant de grade en grade, jusqu'aux simples militants »9 :

« Les communistes veulent nous faire croire qu'ils sont démocratiques. Le centralisme démocratique tel qu’ils le conçoivent, pour moi, c'est une tromperie. (...) La démocratie doit jouer à tous les échelons. Tandis que chez eux, je ne suis pas sûr qu'on ait cette façon de voir la vie politique. Il y a quelqu'un qui pense en haut. Il y en a peut-être d'autres. Ils essayent d'imposer, d'une manière ou d'une autre, pour obtenir qu'on retienne cette solution, ou bien qu'on désigne cet homme. La démocratie n'est pas jouée à tous les échelons ». (Militant de la section d'Hesdin, au PS depuis 1937)
« La différence entre le PC et le PS me semble évidente. Comme me disait un de mes collègues communistes, ici : Chez vous, c'est la démocratie par le bas ; chez nous, c'est la démocratie par le haut » (Militante de la section de Lille, au PS depuis 1971)

6Les militants socialistes repoussent le modèle communiste en insistant sur la transparence et le pluralisme qui, selon eux, régissent la vie de leur parti. Pour ces militants, le socialisme est avant tout une éthique, celle du respect de l'adversaire, de la vérité, et de l'engagement en faveur de la justice sociale. Corrélativement à la nature intrinsèquement antidémocratique du communisme, les socialistes relèvent le caractère « brutal » et « autoritaire » des communistes, ainsi que leur rhétorique "démagogique" qui flatte une frange de la classe ouvrière extrémiste et impatiente :

« Les communistes écrasent quand ils ne peuvent pas avoir raison. Ils imposent quand ils ne peuvent pas, par les voies démocratiques, avoir satisfaction (...). Ils veulent imposer le bonheur (...). Mais, finalement il faut admettre que si on ne respecte pas les idées et la personnalité, on a beau donner une tartine de plus, ça n’est pas le bonheur » (Militant de la section d'Hesdin, au PS depuis 1937).
« Le PC m'effraie par sa politique démagogique. Le PC ne fait pas le bonheur des travailleurs. Le PC avance ses pions pour être représentatif dans le pays au détriment des travailleurs » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1975).

7Les socialistes qualifient souvent de « lumpenprolétariat » cette catégorie de prolétaires dépolitisés, dont l'analyse marxiste prescrit pourtant qu'elle ne constitue pas un groupe socialement favorable au communisme :

« Les communistes ne savent pas trouver la juste mesure. Ils ne peuvent pas trouver la juste mesure, car ils vont perdre leur clientèle : les râleurs, les casseurs, les 'tout-ce-qu'on-veut'. Il faut qu'ils soignent cette équipe (...). Ils caressent tout le temps les mouvements de revendication jusqu'à l'extrémité. Ils ne savent pas s'arrêter (...). Ils ont quand même réussi à capter les aigris » (Militant de la section d'Hesdin, au PS depuis 1937).

8Les périodes du Front populaire et de la guerre ont particulièrement marqué les militants les plus anciens, dont les représentations perpétuent les stéréotypes et mythes anticommunistes les plus violents de l'entre-deux-guerres :

« En 37-38, il y avait l'image du communiste avec le couteau entre les dents. Ils nous étaient présentés comme des mongols ou bien des brutes. D'ailleurs, dans nos campagnes, c'étaient des « partageurs », susceptibles d'arriver pour tout prendre, pour s'approprier tout ce que les « honnêtes gens », les « honnêtes chrétiens » avaient péniblement amassé » (Militant de la section d'Hesdin, au PS depuis 1937).

9Le souvenir de la Libération suscite un cortège d'anecdotes qui souligne les tensions existant entre les deux partis. Les anciens brossent un sombre tableau des intentions communistes. Dans le désordre de la chute de la France pétainiste, les communistes sont, en effet, accusés de vouloir prendre le pouvoir par la force. Ce militant voit en De Gaulle, le rempart de la démocratie contre le communisme :

« Il ne faut pas oublier qu'ils étaient armés les FTP (...). A la Libération, les communistes avaient dans l'idée de faire un coup d'État Ils ont essayé, et c'est De Gaulle qui a mis le holà » (Militant de la section d'Hesdin, au PS depuis 1945).

10De l'autoritarisme communiste, le récit des militants socialistes évolue très souvent vers la dénonciation du « mensonge » communiste. Les socialistes accordent aux militants communistes de base une forme de générosité et de sincérité dans leur action politique. Ces derniers sont cependant abusés et manipulés par leur direction, qui leur ment Le dirigeant communiste apparaît dans les représentations socialistes, comme un individu cynique, véritablement obsédé par la préservation de ses prérogatives :

« Le PC, c'est des militants admirables - il y en a de moins en moins - et une direction stalinienne et qui a donc le pouvoi » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1971).

  • 10 Lors des entretiens, les militants sont amenés à se positionner sur un axe politique gauche/droite (...)

11L'entreprise de distinction des socialistes oppose, sur un mode binaire, le socialisme au communisme : démocratie/dictature ; vérité/mensonge ; progressisme/conservatisme. Le conflit des valeurs induit un travail de positionnement symbolique, qui commence chez les militants socialistes par une revendication très nette de leur ancrage personnel à gauche10. Les socialistes clament leur appartenance à la gauche, une gauche des libertés, du pluralisme, du respect d'autrui et de la tolérance. Peuvent-ils, partant, accueillir au sein de cette famille de gauche - leur famille - le PC, un parti dont ils n'ont de cesse de dénoncer les atteintes à la démocratie ? La logique du discours socialiste s'abat, implacable, contre un parti dont il dénonce les modes d'action autoritaires. A contre-courant des taxinomies savantes de la sociologie politique qui positionne le PC à la gauche du PS, le militant socialiste explique que puisque le PC ne se soucie guère des libertés, et que la gauche est synonyme de libertés, le PC ne peut donc être considéré comme appartenant à la gauche :

« Le PC, je ne le mets nulle part. Parce que pour moi, tout est faussé avec le PC Si l'on reprend l'histoire, il a fait le jeu de la droite pendant un bout de temps (...). Sur les principes, je considère que ce n'est pas un parti de gauche. Pour moi, la gauche, c'est avant tout la liberté et certaines valeurs qui ne sont pas respectées par les communistes, tout au moins dans le discours » (Militante de la section de Lille, au PS depuis 1969).

12La question sociale, ainsi que l'implantation communiste en milieu ouvrier dissuadent toutefois les socialistes de maintenir la thèse de la nature droitière du PC. De nombreux militants introduisent alors le communisme dans le camp de la gauche. Pour ces socialistes, le PC est une formation hybride, empruntant certaines particularités de droite - l'autoritarisme - mais qui est également, sous d'autres aspects, proche des idéaux de justice sociale de la gauche :

« Moi, je dis que le PC, n'est pas à gauche, parce qu'il n'a pas de liberté (...). Les communistes n'ont pas de liberté d'opinion. Ils doivent suivre ce que quatre ou cinq ont décidé (...). Les communistes se disent à gauche. N'empêche que je vous ai dit que s'il fallait un jour voter à droite, je voterais quand même pour les communistes. Car c'est une gauche... sans liberté, sans liberté d'expression » (Militant de la section d'Hesdin, au PS depuis 1945).
« En économie, je mettrais le PC à l'extrême gauche, mais en philosophie, je le mettrais à l'extrême droite » (Militant de la section d'Hesdin, depuis 1937).

13C'est sur la question de la justice sociale que les militants socialistes peinent le plus pour se distinguer du rival communiste. Dans ce domaine, le PC ne représente plus, d'ailleurs, un cadre de référence-repoussoir. Inversement, le discours et l'action communiste apparaissent, aux yeux des socialistes, beaucoup plus orientes vers les individus les plus défavorisés de la société :

« J'entends plus souvent au PC qu’au PS des discours qui sont en faveur des démunis » (Militante de la section de Lille, au PS depuis 1986).

14L'audience indiscutable du communisme auprès de la classe ouvrière, amoindrit le rayonnement socialiste au sein des milieux populaires. Le militant ne nie pas ce fait :

« Le PC défend les mêmes individus que le PS : les ouvriers. Je pense que chez les communistes, il y a eu des gens sincères. Il y en a encore. Les communistes ont, avec nous, un tronc commun d'électeurs, de membres pour défendre les ouvriers » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1936).
« Le PC a une population plus proche de celle de la classe ouvrière, du fait de ses préoccupations, de son histoire, de son moindre intérêt pour les classes moyennes » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1985).

  • 11 Ce qui, en théorie (et selon les socialistes, en pratique), distingue le socialisme du communisme.

15Goûtant modérément aux subtiles théories interclassistes élaborées rue de Solférino, le militant socialiste septentrional relève le défi de donner un sens concret à la synthèse jaurésienne, reprise et développée par Léon Blum : d'une part, la défense d'une « démocratie pluraliste », c'est-à-dire le strict respect des valeurs et règles de la démocratie libérale11 et d'autre part, la conviction profonde que le socialisme se doit avant tout de procéder à des réformes sociales radicales afin de résoudre les injustices et inégalités dans la société. Le discours du militant socialiste septentrional est certainement plus classiste, plus sentimentalement porté vers la classe ouvrière que dans le reste du pays. La base du parti, elle-même directement issue ou originaire du monde ouvrier, dans une région industrielle touchée par la crise et le chômage, ressent fortement le décalage entre ses propres aspirations sociales et la politique gouvernementale socialiste menée jusqu'en 1993, qu'elle juge médiocrement réformiste. Le même militant qui, un instant plus tôt, se livrait à un dur réquisitoire contre l'autoritarisme et le conservatisme communiste, devient, sur le terrain des réformes sociales, emprunté : il récuse laborieusement les critiques de dérive droitière traditionnellement adressées par le PC au PS :

« Les socialistes ne sont pas à droite ! (...). Le PC critique continuellement le PS, qui est tout de même un parti de gauche, n'est-ce pas ?... La preuve, c’est qu’il a des adversaires à droite et des durs ! S’il n’était pas de gauche, il n’aurait pas d’adversaires de droite » (Militant de la section d’Hesdin, au PS depuis 1945).

16La preuve de l'appartenance du PS à la gauche est ici fournie négativement - c'est parce qu'il compte - nous dit ce militant - des « adversaires à droite ». La revendication positive de la nature de gauche du PS est énoncée sur un mode interrogatif, suspendue à l'assentiment de l'enquêteur (« Le PS, qui est tout de même un parti de gauche, n'est-ce pas ? »).

17Les représentations socialistes antérieures sont brouillées. Le PC devient, dans le domaine de la question sociale, un cadre de référence éminemment positif. Le militant socialiste reconnaît la nature authentiquement ouvrière des membres du PC, et parle, en comparaison, des « technocrates » de son parti :

« Au PS, il y a beaucoup de personnes qui sont des technocrates, des étudiants brillants qui ont réussi. Il y a très peu d'ouvriers qui sont à la tête du parti ou qui ont des responsabilités. Quand on est à l'intérieur, ça me donne effectivement l'impression que le PS n'est pas du tout représentatif du monde ouvrier » (Militante de la section de Lille, au PS depuis 1986).

18Le militant socialiste insiste sur la liaison organique du PC avec le monde ouvrier, et déplore le désintérêt du PS pour les classes populaires :

« Le PS ne s'est pas suffisamment intéressé aux ouvriers, ne les a pas suffisamment sortis du rang pour les éduquer. Ce n'est pas un reproche que l'on peut faire au PC (...). Dans les cellules, on discute avec eux. Ce n'est pas du n'importe quoi. On les éduque (...). Les communistes touchent vraiment le potentiel ouvrier. On ferait bouger le monde, si on avait avec nous ces ouvriers » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1975).

19Le communisme impressionne les socialistes par sa capacité à organiser le prolétariat, à mener des actions sociales et politiques dont le caractère radical contraint les gouvernants à la réforme. Certains militants socialistes se souviennent de l'occupation des usines, dans la période du Front populaire. Ils reconnaissent que les lieux de travail, en 1936, dans leur atmosphère de fête et de revendications, étaient essentiellement encadrés et animés par les communistes :

« En 1936, si les communistes n'avaient pas été là, il n'y aurait pas eu de « 36 ». Pas aussi vite. Les communistes ont vraiment lancé le mouvement Dans mon usine de produits chimiques, il n'y avait pas de socialistes. Alors, on aurait pu attendre cinquante ans ! Il a bien fallu un communiste qui mette son nez là-dedans ! » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1933).

20Les propos aigre-doux de ces militants à l'encontre de leur propre parti, et, inversement, le prestige communiste dans le domaine de la lutte contre les injustices sociales soulignent l'atavisme ouvriériste du socialisme septentrional. La référence identitaire demeure la classe ouvrière : si cette dernière n'est pas consacrée classe téléologique par ces socialistes, elle demeure la catégorie de référence. L'intellectualisme des dirigeants socialistes - à Paris, ou dans la région du Nord/Pas-de-Calais - constitue, pour ces militants, une erreur de forme et de fond qui détourne les classes populaires du PS. Erreur de forme, d'abord : nombreuses sont les voix qui s'élèvent pour dénoncer les rhéteurs dans les sections qui, armés du discours légitime des catégories sociales supérieures, monopolisent la parole, emploient un vocabulaire savant qui intimide l'ouvrier et le dissuade de s'exprimer en public. Erreur de fond, ensuite : les débats de section reflètent l'intellectualisme de la direction. Si l'on y discute en profondeur de l'Europe, des alliances électorales ou du racisme, le reproche est fait, par les militants, de ne pas se pencher suffisamment sur les questions du quotidien et les problèmes de quartier. En d'autres termes, les générations socialistes les plus anciennes considèrent que les nouveaux socialistes délaissent par trop le militantisme de terrain, pour s'adonner à de stériles discussions théoriques. En comparaison, l'activisme communiste les séduit et force leur respect.

2. Transmission d'un « cadre de référence » de la mémoire et évolution de la tradition socialiste

21La question communiste participe de « l'histoire familiale » du socialisme septentrional. Elle suscite à foison les anecdotes, les souvenirs collectifs du groupe. Le PC dans la mémoire collective du PS remplit quelque peu ce rôle de mauvais génie, dont le comportement est surveillé avec méfiance et appréhension. L'empreinte du communisme sur le socialisme n'est toutefois pas figée et égale dans son intensité au sein de toutes les générations de militants. Sur ce point, des divergences apparaissent dans la « narration familiale ».

  • 12 L'observateur extérieur est en effet sensible à la nature « familiale » du socialisme septentriona (...)

22Les militants du Nord et du Pas-de-Calais insistent effectivement à l'envi sur ce qu'il convient de prendre au sens strict du terme : le Parti socialiste est une « famille » dans laquelle la solidarité, la convivialité12 et la fidélité constituent le ciment affectif qui les réunit dans les épreuves politiques. La mémoire collective socialiste peut être considérée comme la trame narrative de cette famille socialiste, qui indique les croyances et les aspirations du groupe. Telle une histoire de famille que les anciens transmettent à leurs descendants, la mémoire socialiste joue ce rôle de médiateur de la tradition à travers les diverses générations de militants. Comme il arrive à toute histoire de famille, les fils de la narration se font ténus et se cassent à partir du moment où le récit raconté cesse de structurer et de cimenter la cohésion du groupe, ou lorsqu'il ne renvoie plus à un enjeu politique clairement établi. La tradition du groupe est alors en crise. Le groupe doit retrouver une unité narrative autour des problématiques politiques du temps présent En ce sens, si la question communiste apparaît au coeur de la mémoire des générations militantes du Front populaire, de la Résistance, de la Guerre froide et de la période de l'Union de la gauche, elle ne semble plus guère concerner les générations de militants qui ont adhéré au PS dans les années 1980. Chez ces derniers, le communisme est un phénomène renvoyant au défunt mouvement ouvrier. Il représente, à ce titre, davantage un fait de l'histoire ou de théorie politique, qu'une force politique actuelle.

Crise des représentations et réécriture de l'histoire familiale

23Le fil narratif de la mémoire socialiste se déroule, linéaire, depuis les militants témoins du Front populaire, jusqu'à ceux présents au Congrès d'Épinay. Certes, chaque génération insiste davantage sur les événements forts qui sont contemporains de leur date d'adhésion - souvent de leur jeunesse également - et qui ont marqué leur imagination et leur mémoire d'une manière prévalante. Ainsi, des générations socialistes sont plus anticommunistes que d'autres. Celles du Front populaire et de la Guerre froide insistent très longuement sur la nature « antidémocratique » du communisme. Les acteurs du Front populaire ont encore à l'esprit les récits familiaux de la scission de Tours, et estiment que la non-participation communiste au pouvoir, en 1936, a contribué à affaiblir le gouvernement Blum. Ceux qui sont entrés dans le parti dans le sillage de la Guerre gardent une rancune tenace au PC pour son engagement tardif dans la Résistance, et pour avoir approuvé le pacte germano-soviétique en 1939. Dès 1947, les ministres communistes quittent le gouvernement du socialiste Ramadier, et la période de la Guerre froide commence. La SFIO choisit clairement le camp occidental Commence alors une longue phase d'affrontements idéologiques et de bagarres sur le terrain entre la SFIO et le PC. La génération qui adhère au moment du Congrès d'Épinay est davantage « philocommuniste ». Le militantisme autour d'un Programme commun avec les communistes explique en grande partie cela. Quelle que soit l'intensité des critiques vis-à-vis du PC, pour ces trois générations, le communisme constitue, à travers les discours, une référence majeure.

24L'histoire familiale se trouble et s'appauvrit grandement à partir de la génération de militants entrés dans le parti dans les années 1980. Certains de ces jeunes ont rejoint un parti de gouvernement, à un moment où le PC était moribond sur le plan électoral, et politiquement très éloigné de leur parti. D'autres, même, n'ont pas connu, de l'intérieur du parti, les régimes communistes de l'Est Pour ces socialistes, le PC constitue une formation qui échappe largement à leur propre expérience militante : dans les réunions de sections ou sur le terrain, le communisme ne constitue plus l'une des questions cruciales pour le socialisme septentrional D'autres problèmes, en revanche, les concernent directement : le chômage, la politique de la droite, la montée du racisme ou de l'extrême droite, ou encore la rénovation du parti. La rhétorique ouvriériste n’est plus présente dans le discours de ces jeunes militants. L'ouvrier n'y figure d'ailleurs plus comme l'agent dynamique du changement social, le médiateur des idées progressistes. Au contraire :

« La société est presque parvenue aujourd'hui à insuffler au monde ouvrier l'envie de ressembler à des petits bourgeois (...). Chez les ouvriers, c'est là où il y avait le moins de mariages, le plus d'unions libres, une pratique religieuse relativement faible. Aujourd'hui, le nombre de mariages est aussi fort qu'ailleurs et la perception de la vie est relativement conservatrice » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1985).

25Devenu, aux yeux de ces jeunes socialistes, un cadre irréel, quasiment vide de signification, le communisme ne les passionne guère. Il est, selon eux, une présence anachronique, finalement hors du temps, par son obstination à défendre des idées reflétant une autre époque.

« Je crois qu'il faut savoir appliquer les idées à la réalité. Les communistes ont des idées, mais ils ne les appliquent pas à la réalité » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1988).

26Le verbe, l'expression sont cruels et dénient au Parti communiste toute forme de reconnaissance ou de légitimité politique. L'adhésion à ce parti renvoie à un choix, à des motivations que le jeune socialiste ne s'explique pas :

« Comment peut-on adhérer au PC aujourd'hui ? Peut-être parce que l'on vit une crise personnelle grave ou que l'on a envie d'exprimer quelque chose de démodé. C'est peut-être le côté ultra-mode de porter des habits anciens ! Je ne sais pas » (Militant de la section de Lille, au PS depuis 1985).

  • 13 Tels que l'École, la presse, la télévision, et de manière générale, tout réseau de socialisation f (...)
  • 14 Par là-même, on peut dire que la tradition, en visant sa perpétuation dans le temps, tend vers l'a (...)
  • 15 C'est l'idée exprimée par Pierre Mauroy, au cours de la période précédente de renouvellement de la (...)
  • 16 L'ancrage au sein de la classe ouvrière, le discours sur la rupture avec le capitalisme, la lutte (...)

27Les récits de ces jeunes militants ne structurent pas un corps homogène et personnel de schèmes ou de croyances relatives au PC. Le communisme n'est plus, pour eux, un phénomène vécu personnellement. Il renvoie, inversement, à de l'histoire passée, connue à travers les relais classiques des institutions éducatives ou d'information13. Le PC, comme cadre de référence des socialistes du Nord/Pas-de-Calais, s'estompe donc progressivement dans la mémoire collective du parti. Le renouvellement de la tradition et des cadres de référence de la mémoire collective sont des phénomènes cycliques et naturels pour tout groupe politique constitué. A ce titre, la disparition de la question communiste comme l'un des cadres majeurs de référence pour l'imaginaire socialiste, induit une redéfinition importante de la tradition socialiste septentrionale. D'autres faits ou d'autres forces politiques prendront à l'avenir le relais du communisme, et exerceront, à leur tour, me influence indirecte sur le socialisme. Ces nouveaux concurrents - que ce soit l'Écologie, la droite ou l'extrême droite - détermineront me réaction de distinction ou de rejet que l'on peut imaginer différente de celle opposée au Parti communiste. Le socialisme continuera-t-il de se distinguer de ses rivaux, sur la base de la trinité démocratie, morale et justice sociale, dont on a vu qu'elle permettait au PS de revendiquer son propre héritage identitaire ? La nouvelle génération de militants, réceptrice de la tradition à travers le canal de la mémoire collective du parti, aura pour tâche de gérer cette question cruciale. C'est, en effet, à elle qu'il incombe de poursuivre la narration de l'histoire de la famille socialiste. Toutefois, si la tradition est en partie façonnée par les motivations du temps présent14, il n'en demeure pas moins que le fil narratif de celle-ci ne peut être rompu brutalement, sous peine de saper l'identité et la cohésion du groupe15. Par conséquent, même si la question communiste ne cristallise plus aujourd'hui les passions socialistes, elle continue de remplir un rôle fondamental au sein de la tradition du parti. Il est certainement encore prématuré de parler d'oubli total du communisme par la mémoire socialiste, car les deux formations de gauche gèrent en commun un héritage culturel très similaire16. Pour cette raison, le PC demeure encore profondément intégré à l'identité et à l'imaginaire des militants socialistes les plus anciens. Pour ces militants, oublier le communisme reviendrait à occulter un pan entier de leur propre expérience militante. Le renouvellement des « cadres de référence » de la mémoire s'avère par conséquent long et difficile. Cette tâche incombe à la nouvelle génération de socialistes, pour qui la référence au communisme a cessé d'être déterminante sur le plan identitaire. La mémoire socialiste septentrionale dépassera la question communiste plus aisément, si cette nouvelle génération de militants parvient à mettre un terme au deuil de la tradition ouvriériste, que semblent aujourd'hui observer les générations précédentes.

Notes

1 Sur ce point, voir la thèse de Laurent OLIVIER, Un exemple de social-démocratie dans le socialisme français : la Fédération du Nord de la SFIO de 1944 à 1958, Lille II, décembre 1992, 2 volumes.

2 Remarquons au passage que la lutte politique entre socialisme et communisme dans le Nord de la France revêt un caractère très concret et passionnel pour les militants. En effet l'opposition au communisme commence pour nombre de militants socialistes au sein de la famille, au sens strict du terme. Très souvent le père, l'oncle ou un cousin sont des militants communistes. On peut dire, dans ce cas, que la déchirure familiale est d'une double nature.

3 La question du communisme dans la mémoire socialiste du Nord/Pas-de-Calais a été étudiée à partir de 16 entretiens réalisés auprès de militants de la section de Lille (Nord) et d'Hesdin (Pas-de-Calais), en 1989. Cette recherche a fait l'objet d'un mémoire de DEA d’Études Politiques, sous le titre, Le PCF dans la mémoire et la culture socialiste. Une étude des militants socialistes du Nord/Pas-de-Calais, Lille II, sous la direction de Marc Sadoun, octobre 1989,151 pages. Le présent article a été remanié pour s'insérer dans la problématique plus générale de mon travail doctoral en cours, qui a pour titre, Socialismes remémorés, Socialismes imaginés : la mémoire collective des militants socialistes français.

4 J'emprunte la notion à Maurice HALBWACHS, qui parle plus précisément de « cadres sociaux » de la mémoire. Voir Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, PUF, 1925 et La mémoire collective, Paris, PUF, 1950.

5 Roger Salengro fut ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Blum.

6 Lorsque le roman d’Émile Zola, Germinal, est porté à l'écran à l'automne 1993 par le cinéaste Claude Berri, la première du film est projetée à Lille. Le tournage s'est déroulé dans le Valenciennois, sur le lieu des puits de mine désaffectés, et de nombreux anciens mineurs ont été employés pour jouer leur ancienne profession. Ce n'est donc pas par hasard si la section de Lille du PS, par voie de presse interne, invite ses militants à se rendre collectivement à une séance du film à Lille, pour assister à cette fresque héroïque du mineur du Nord, en proie à la misère et aux conditions de travail démentielles. Le but recherché par les organisateurs socialistes de cette sortie cinématographique est clairement de réactiver, au sein des diverses générations de militants, le souvenir du prolétaire en voie de politisation socialiste, à la fin du XIXe siècle.

7 « Ce qui est incompréhensible, c'est que nous étions unis depuis 1905, et qu'il a fallu l'histoire de la Révolution russe, pour modifier le comportement d'un certain nombre de gars qui avaient milité avec nous, comme Cachin, Doriot C'est assez surprenant que ces gars soient partis comme ça ». Militant de la section de Lille, au PS depuis 1936.

8 « En 1939, les communistes ne se sont pas engagés. Ils ne se sont engagés que quand Hitler est entré en URSS. C'est ce qu'on reproche aux communistes : c'est de n'avoir fait de la résistance que parce que les Russes étaient en vahis ». Militant de la section de Lille, au PS depuis 1975.

9 Discours de Léon Blum au Congrès de la SFIO à Tours, le 27 décembre 1920 ; cité in Robert VERDIER, Bilan d'une scission. Congrès de Tours, Paris, Gallimard (coll. « Idées »), 1981, pp. 113-114.

10 Lors des entretiens, les militants sont amenés à se positionner sur un axe politique gauche/droite (comprenant toutes les sensibilités centripètes et centrifuges autour de ces points cardinaux : extrême gauche/gauche/centre gauche/centre/centre droit/droite/extrême droite). La quasi-totalité des militants se classe à gauche ; très peu à l'extrême gauche ou au centre gauche).

11 Ce qui, en théorie (et selon les socialistes, en pratique), distingue le socialisme du communisme.

12 L'observateur extérieur est en effet sensible à la nature « familiale » du socialisme septentrional : « Quand on débarque dans le Nord, la question qui se pose c'est de savoir pourquoi les adhérents du PS n'ont pas quitté en plus grand nombre un parti qui a soutenu une politique qui les a souvent privés de leur emploi (...). C'est que l'on compare ici le parti à une famille : on se dispute, puis on se réconcilie. L'adhésion au parti, c'est encore aujourd'hui un engagement pour la vie. Le PS ne se réduit pas aux réunions de sections ou aux campagnes électorales, le moteur de cet enthousiasme c'est la convivialité » in Annie PHILIPPE, Daniel HUBSCHER, Enquête à l'intérieur du Parti socialiste, Paris, Albin Michel, 1991, p. 367.

13 Tels que l'École, la presse, la télévision, et de manière générale, tout réseau de socialisation familiale ou sociale.

14 Par là-même, on peut dire que la tradition, en visant sa perpétuation dans le temps, tend vers l'avenir.

15 C'est l'idée exprimée par Pierre Mauroy, au cours de la période précédente de renouvellement de la tradition socialiste, lors de la création du nouveau Parti socialiste qui succède à la SFIO en 1971 : « On ne peut être socialiste, on ne peut comprendre le socialisme si l'on ne partage pas le cri de révolte et d'espoir des prolétaires de la fin du XIXe siècle. Les camarades du PS actuel l'ont bien compris. Ce n'est pas par hasard qu'ils ont conservé intégralement la déclaration de principes qui illustra la naissance de la SFIO, la Section Française de l'Internationale Ouvrière. Ils auraient pu la transformer. Personne n'a voulu commettre ce sacrilège. Et pour cause : nous voulions maintenir le fil conducteur, demeurer les descendants des ouvriers rebelles riches en espoir de la fin du XIXe siècle » in Héritiers de l'Avenir, Paris, Stock (coll. « Le Livre de Poche »), 1ere éd., 1977, p. 32.

16 L'ancrage au sein de la classe ouvrière, le discours sur la rupture avec le capitalisme, la lutte contre les inégalités sociales, la laïcité, etc.

Auteur

University College, London

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter