Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

III. La montée en puissance (1945-1981) ?

Socialistes et communistes dans l'agglomération dunkerquoise (1945-1981)

Patrick Oddone

Texte intégral

1Le choix de Dunkerque pour évoquer les relations PS - PC durant près d'un demi-siècle s'explique par la complexité des réseaux de pouvoirs qui ont forgé la sociabilité politique d'une région où les rapports de force sont issus d'accords implicites et conjoncturels ayant défini des territoires d'intervention.

2L'exploration de ces nombreux méandres est laborieuse car, au delà des directives des appareils, des conflits ouverts ou latents, la longévité politique des hommes a permis l'instauration d'un « système » comportemental, certes évolutif mais surtout original Par ailleurs, sur le littoral dunkerquois, le mécanisme structurel des antagonismes ou des fragiles alliances circonstancielles, dépasse toujours l'héritage du Congrès de Tours car il s'intègre dans le contexte particulier de la spécificité portuaire et de la gestion institutionnelle du morcellement communal.

3Au regard de ces particularismes, faut-il donc s'étonner qu'au-delà des paroles et des écrits, souvent produits pour sauver les apparences et certifier une crédibilité devant l'avant-garde militante, les acteurs de première ligne soient toujours parvenus à définir un partage tacite de zones d'influences balisées par des frontières mouvantes ?

La Résistance : référence endémique de l'immédiat après-guerre

4Entre les deux partis, la guerre a creusé un fossé abyssal Certes, les milieux socialistes ont produit de grandes figures résistantes à l'image d'Augustin Laurent, mais leur engagement dans divers mouvements, tels l'OCM, la Voix du Nord, le WO voire le Front National créé et manipulé par le PC, était strictement individuel. Par contre, sur ce plan, les communistes se retrouvaient en position de force parce qu'ils s'étaient structurés, après l'invasion de l'Union soviétique, pour mener, contre l'occupant, une lutte offensive et efficace malgré un approvisionnement parcimonieux en armes, munitions et subsides.

  • 1 ADN, série 42 W. Article du Journal Liberté du 19 octobre 1944. Lettre du Commissaire des Renseigne (...)

5Alors que Dunkerque n'est pas encore libérée, enfermée dans une poche, et que le Préfet du Nord, Roger Verlomme réfléchit à la constitution de la délégation municipale destinée à administrer la ville symbole et martyre, le journal Liberté ouvre le feu dès le mois d'octobre 19441. Dans un entrefilet titré « On y mangeait bien », la presse communiste joue la carte de l'épuration en clouant habilement au pilori des militants socialistes et le maire de Dunkerque nommé par Vichy.

  • 2 Le nom d'Emile Flecq est paru à deux reprises au Journal officiel les 16.08.1941 et 11.12.1941. An (...)
  • 3 Paul Verley (1893-1967) fut nommé maire de Dunkerque par arrêté du 15 janvier 1942 publie au Journ (...)
  • 4 Augustin Waeteraere, président de la délégation spéciale de Dunkerque, le chanoine Couvreur et Pau (...)

6Les accusations sont trop lourdes pour ne pas attirer l'attention des Renseignements Généraux qui adressent sans tarder au Préfet une note précisant les activités des personnes incriminées. Émile Flecq, directeur des Hospices, a figuré sur l'une des listes de dignitaires de la franc-maçonnerie publiée au Journal Officiel de l'État français2 ; Paul Asseman, restaurateur sinistré, exerçant son activité professionnelle dans une construction provisoire, s'est approvisionné au marché noir, sans pour autant avoir eu des démêlés avec le contrôle économique ; Arsène Geeraerdt, secrétaire général de la mairie de Dunkerque, René Dussart, secrétaire des travaux municipaux et Marcel Dagoury directeur du service des eaux sont accusés par le journal Liberté d'avoir banqueté, sous entendu « pendant que des prolétaires se faisaient torturer et fusiller par les allemands ! » Quant à Paul Verley3, acteur du monde économique, homme intègre et résistant anonyme, il lui est reproché d'avoir été nommé maire de Dunkerque, conseiller départemental et surtout de s'être rendu à Vichy pour y être reçu par le maréchal Pétain et Pierre Taittinger, alors président du conseil municipal de Paris4.

  • 5 En particulier le commandant Edouard Dewulf (1906-1990), ancien chef de secteur des mouvements OCM (...)
  • 6 Lucien Duffuler (1908-1977), arrêté à Dunkerque par la police allemande le 10 septembre 1942, fut (...)

7Dans cette affaire, le Parti Communiste ne s'est pas trompé de cible pour entretenir la pression. En jetant son dévolu sur des personnalités socialistes, des fonctionnaires sympathisants ou des élus gestionnaires qui ne peuvent être taxés de collaboration, il a visé juste, espérant ainsi bénéficier de la pénurie de cadres SFIO. En effet, le littoral dunkerquois a perdu ses responsables socialistes charismatiques : Charles Valentin, maire de Dunkerque est décédé accidentellement en septembre 1939 et Paul Machy, le premier magistrat de Rosendaël est porté disparu en déportation. Le Parti Communiste craint que l'autorité de tutelle forme une exception à la règle en maintenant dans ses fonctions un maire désigné par Vichy mais qui n'a pas démérité et demeure soutenu par les éléments de droite de la résistance locale5. Mais il souhaite surtout profiter des défaillances socialistes pour obtenir une majorité au sein de la délégation municipale dunkerquoise dont la composition doit être proposée par le Comité Local de Libération présidé par Lucien Duffuler6, résistant communiste authentique, secrétaire du syndicat des dockers.

  • 7 La délégation municipale de Dunkerque fut installée officiellement le 22 avril 1945, à Lille, par (...)
  • 8 Journal fondé par Louis Bumod (1881-1955), qui fut rédacteur en chef du quotidien Nord Maritime de (...)

8Nullement intimidé par l'activisme de l'extrême gauche, le Préfet du Nord qui est lui-même sympathisant de la SFIO sait parfaitement utiliser la confusion engendrée par la libération retardée de Dunkerque. Dans un premier temps, après plusieurs contacts infructueux, il constate, par arrêté du 12 mars 1945, un cas de force majeure et charge provisoirement Arsène Geeraerdt, secrétaire de mairie, des fonctions de l'état-civil pour la commune. Ensuite, il parvient à convaincre Gustave Robelet, ancien troisième adjoint socialiste de la municipalité de Charles Valentin, d'assumer la présidence de la délégation municipale7 jusqu'aux élections de septembre 1945. Enfin, il réussit à calmer les passions en présidant un « Comité de coordination de la reconstruction de Dunkerque » dont la constitution apaise les impatiences de la communauté dunkerquoise réfugiée à Lille et animée notamment par les responsables de la rédaction du Nouveau Nord8, journal porte-parole des milieux économiques et de la Chambre de Commerce. Les questions politiques ayant été réglées, conformément aux directives du Gouvernement Provisoire, les Dunkerquois peuvent, en théorie, sereinement, sans abandonner leurs palabres et leur esprit de clocher, concentrer leurs efforts pour la reconstruction de leur ville et de leur port.

1945-1953 : les divisions clarificatrices

9De 1945 à 1953, la section socialiste de Dunkerque vit au rythme de ses divisions internes et de négociations fluctuantes avec le Parti Communiste, les radicaux et d'autres partenaires privilégiés. L'antinomie de certaines alliances devient un phénomène politique accessoire dès lors que le seul objectif est de maintenir, envers et contre tout, un maire socialiste à la tête de la ville centre, quitte à compromettre d'autres accessions majorales dans les communes périphériques.

10Dans l'immédiat après-guerre, la stratégie communiste s'appuie fort simplement sur le rapport de forces issu des urnes, très favorable, qui permet de négocier en hypothèse haute sur la base du désistement réciproque. Mais entre frères ennemis, la logique de la discipline républicaine s'applique à géométrie variable.

11Arrivé en tête au premier tour des élections municipales de Dunkerque de septembre 1945, le PC peut exprimer des prétentions légitimes. De leur côté, les socialistes dunkerquois se réfugient derrière le concept de l'autonomie des sections libres de prendre toutes les décisions qu'elles jugent opportunes. Les tractations entre les deux fédérations sont à la fois laborieuses et très évolutives.

12Augustin Laurent, confronté à la gestion de situations électorales comparables dans de nombreuses communes du Nord, hésite. Dans un premier temps, il se déclare prêt à laisser le champ libre aux communistes puis se ravise et finit par accepter la rupture souhaitée localement, prétextant « l'absence de péril réactionnaire ». Par contre, les accords conclus pour le second tour des élections cantonales sont parfaitement respectés et le report des voix socialistes sur le candidat communiste, Lucien Duffuler, secrétaire du syndicat du port, s'effectue dans d'excellentes conditions dans le canton de Dunkerque-Ouest.

13Au delà des clivages politiques nationaux et des rivalités locales, il ne faut donc jamais perdre de vue que des accords de circonstance, dépassant les positions rigides des appareils, peuvent toujours satisfaire le partage du pouvoir dans un secteur géographique déterminé. Cependant, au delà de l'axiome de spécificité, toute analyse politique consacrée à une commune, donc à un microcosme, doit nécessairement prendre en compte des phénomènes extérieurs et des contingences s'inscrivant dans le contexte départemental. Il est dès lors peu surprenant qu'en fonction d'un certain nombre de variables, inexistantes dans les archives des partis, les états majors décident, tacitement tout en étant foncièrement opposés sur un plan idéologique, d'une répartition amiable pour un « aménagement du territoire » politique.

  • 9 Gustave ROBELET (1892-1953), élu conseiller municipal en 1929 sur la liste conduite par Charles VA (...)

14L'alliance des socialistes dunkerquois avec le groupe « indépendant » consacre une semi-rupture avec le PC qui a tout tenté pour éviter cette situation. Élu maire en 1945 et reconduit en 1947 dans ses fonctions majorales grâce à « l'erreur de tactique » de trois conseillers communistes, Gustave Robelet9 est victime d'un accident mortel à quelques semaines de l'échéance des élections municipales de 1953. Cette disparition brutale va susciter, comme il se doit en pareil cas, bien des appétits de succession mais surtout accentuer de profondes divisions internes au PS, latentes et connues.

  • 10 Entretien - André DEFONTAINE - Janvier 1975.

15La crise est ouverte au sein d'une section où deux tendances n'ont jamais cessé de s'affronter depuis la Libération dans un climat qui s'apparente à une querelle des anciens et des modernes. Jusqu'en mars 1948, les instances dirigeantes se réclament du courant néo-réformiste symbolisé au plan national par Daniel Mayer qui préconise le rapprochement avec les mouvements de résistance et une attitude très réservée à l'égard des communistes. En réalité, la position de militants tels Émile Flecq, Arsène Geeraerdt, Pierre Hauw ou Paul Asseman est encore plus droitiste : leur anticommunisme est exacerbé et leur sympathie pour le mouvement gaulliste n'est pas ignorée de la population10.

  • 11 Albert SAUTIERE (1917-1972), chirurgien dentiste, secrétaire de la section SFIO de Dunkerque de 19 (...)
  • 12 Entretien - Jacques BIALSKI, sénateur du Nord - Septembre 1993.

16Le malaise perdure quand la tradition guesdiste s'impose, incarnée par Albert Sautière11, un homme considéré comme intelligent et cultivé, trop peut-être au goût de certains qui voient en lui un adversaire redoutable. Sans être pro-communiste, il prône l'imité de la classe ouvrière, tout en demeurant prisonnier des consignes de la SFIO. En sa qualité de secrétaire de section, c'est à lui qu'incombe la gestion de la succession de Gustave Robelet alors que la fédération socialiste du Nord refuse tout dialogue avec le PC dont les instances locales sont pourtant prêtes à composer moyennant une simple déclaration commune, lourde de conséquences en pleine guerre froide. Bien qu'Albert Sautière ait été désigné à une très forte majorité par la section socialiste pour être candidat au poste majorai, la minorité décide de s'engager sur la voie de la scission en présentant Paul Asseman qui s'était assuré de l'appui des élus de droite du groupe indépendant représentant officiellement les intérêts de la Chambre de Commerce12.

17C'est ainsi qu'en 1953 la mairie de Dunkerque échappe aux socialistes et bascule à droite. Plusieurs témoins de l'époque restés fidèles à Albert Sautière, regrettent encore que ce dernier ait été battu par excès de fidélité au Parti. En effet, dans d'autres communes du Nord, des socialistes ont repoussé l'intransigeance des positions de la SFIO et ont réussi à conserver leur mairie en s'alliant, plus ou moins officiellement selon les cas, avec le PC Certes, leur indiscipline fut sanctionnée mais rapidement pardonnée. Il est vrai que dans toute structure politique, celui qui gagne, même s'il s'est écarté temporairement de la « ligne », finit par avoir toujours raison.

181953 est donc à Dunkerque une date charnière dans la mesure où, en raison de ses divisions, la SFIO devient marginale... et pour plusieurs décennies. La « mort politique » d'Albert Sautière permet aux milieux économiques de dicter les règles du jeu.

Le port, fonds de commerce du Parti Communiste

  • 13 ADN.

19Considéré en 1940 par les services de police comme l'un « des seuls révolutionnaires capable de prendre la tête, effectivement ou d'une façon occulte, d'un mouvement dans la région de Dunkerque »13 le communiste Lucien Duffuler, secrétaire du syndicat des dockers de 1936 à 1968, président du Comité de Libération de Dunkerque, conseiller municipal de 1947 à 1950, conseiller général de 1945 à 1950, démissionné d'office par le Préfet du Nord après un très grave conflit portuaire, fut l'un des rouages essentiels de l'extrême gauche dunkerquoise.

20L'ancien résistant FTP qui possède à la fois la pratique de la lutte armée et du combat militant, détient, en qualité de secrétaire du syndicat CGT du port, un poste-clé qui lui confère une autorité difficilement contestable par les milieux économiques. Il incarne le Parti, parce qu'il est son représentant local, dévoué corps et âme, fidèle à la Cause dans toutes les circonstances, même les plus ambiguës. De par ses responsabilités, il exerce son pouvoir sur plus de deux mille familles ouvrières qui obéissent à tous ses mots d'ordre.

  • 14 Entretien - André PIERRARD - septembre 1993.

21Lucien Duffuler est le « gréviculteur »14 pouvant, en l'espace de quelques heures, bloquer pratiquement toute l'économie dunkerquoise. De même, sur le plan politique, et selon les consignes qui lui ont été données, il est en mesure de procéder à des bouleversements de majorité. Considéré comme extrêmement dangereux par les uns, héroïque par les autres, il s'impose dans la victoire comme dans l’échec parce que le Parti a toujours raison.

22Il est vrai que la loi du 6 septembre 1947 a fait de chaque port français une enclave réservée à la CGT et quand on sait que toutes les nominations dans les « organismes annexes » sont décidées par le Parti, on comprend mieux la pérennité du monopole. Le corporatisme n'autorise qu'un seul syndicat sur les quais de Dunkerque et « l'union syndicale » pour reprendre l'expression de l'omnipotente CGT des Ports et Docks ne saurait admettre la moindre velléité de concurrence ou de contradiction. Pour l'anecdote, signalons que les rares et timides tentatives « divergentes » se sont terminées par des défenestrations ou de vigoureux bains forcés dans les bassins du port.

23Au fil des ans, la CSOP, Chambre Syndicale des Ouvriers du Port, s'est octroyée des pouvoirs extra-légaux autorisés par un patronat qui a su se montrer conciliant et fermer les yeux au nom de « l'intérêt commun » et de la bonne marche de l'économie portuaire. Un silence complice et quelques subsides ne demeurent-ils pas les ingrédients de base d'un bon consensus ?

24Pendant des décennies, personne ne s'est élevé contre des infractions flagrantes et caractérisées à la législation du travail comme l'interdiction pour un docker de se faire embaucher par suite de mauvaise conduite syndicale. De même, tous les acteurs portuaires connaissent et admettent l'existence d'une caisse noire alimentée par des amendes infligées aux travailleurs et… aux entreprises, les sommes ainsi récoltées étant officiellement destinées aux bonnes oeuvres de la CSOP : le Parti vit confortablement de ses satellites. En outre, le syndicat n'hésite pas à s'immiscer dans les affaires internes des entreprises portuaires et exerce un droit régalien en accordant certains avantages à l'une d'entre elles. Ajoutons enfin à la liste non exhaustive de ces dysfonctionnements, l'absence de tout préavis de grève et le déclenchement de conflits sauvages pour des motifs les plus futiles.

  • 15 André PIERRARD, né en 1916 à Cousolre, membre du Comité de Libération du Pas-de-Calais, conseiller (...)

25De 1946 à 1958 le député communiste André Pierrard15 effectue la liaison entre le Comité Central et le bastion portuaire. Son rôle consiste essentiellement à porter la bonne parole aux dockers, « masse de manoeuvre », à transmettre les ordres émanant du sommet de la pyramide et à s'assurer de leur parfaite mise en oeuvre sur le terrain. C'est ainsi qu'en fin de chaîne, Lucien Duffuler doit souvent s'ingénier toute une nuit à trouver le motif de la grève du lendemain.

  • 16 Roger GOUVART, secrétaire du syndicat CGT des dockers de 1968 à 1983, élu maire de Cappelle-la-Gra (...)
  • 17 Gaston TIRMARCHE, maire de Saint-Pol-sur-Mer de 1959 à 1966 et depuis 1971. Exclu du Parti Communi (...)

26André Pierrard a pour tâche de maintenir le port sous pression mais aussi de préparer d'éventuelles passations de pouvoir et par voie de conséquence de repérer et de promouvoir de jeunes militants qui ont.. « de l'abattage » (sic) à l'image de Roger Gouvart16 ou de Gaston Tirmarche17, produits préfabriqués par un PC soucieux de préparer l'avenir.

27Victime du scrutin uninominal, André Pierrard n'est pas réélu en 1958 et son élimination du Comité Central pour discordances de vues l'éloigne de la région dunkerquoise. Au syndicat du port, la transition est retardée pour une décennie. Lucien Duffuler continue de régner en maître dans un contexte qui a évolué, fermant les yeux sur les relations festives entretenues par de jeunes loups communistes et certains membres du patronat.

28De leur côté, les socialistes ont intégré la nouvelle donne. Spectateurs attentifs des luttes fratricides, internes au PC, qui préparent la succession de Lucien Duffuler, ils sont convaincus que le patronat portuaire s'attache à faire fructifier « la boutique communiste » pour écarter le PS de la mairie de Dunkerque. Mais ils ne disposent pas des atouts nécessaires pour casser le subtil monologue qui s'est instauré entre les forces économiques et le holding PC - CGT.

1965-1971 : collusion objective ?

29Sous la Quatrième République, Albert Denvers, conseiller général de Gravelines élu en 1937, maire de Gravelines en 1947, conseiller de la République de 1946 à 1956, puis député, ne répond pas aux appels des socialistes dunkerquois dont certains auraient souhaité qu'il soit le gestionnaire de la crise de 1953. Loin d'être indifférent ou inactif, car il bat la campagne et apporte son soutien à ceux qui lui demandent, il porte un regard distant sur la ville de Dunkerque, probablement pour ne pas rompre définitivement avec ses amis de longue date devenus, lors de la scission, « socialistes autonomes ». En restant au-dessus de la mêlée, il conforte ses positions par une attitude mesurée dont il espère récolter les fruits à long terme.

  • 18 André PIERRARD - Entretien - Septembre 1993.

30Ses capacités de travail étonnent, surprennent ses adversaires, y compris et surtout le Parti Communiste qui ne peut lui opposer un interlocuteur à sa mesure, exception faite d'André Pierrard qui se retrouve en nette situation d'infériorité car il « ne sait faire que de la propagande »18.

31En construisant principalement sa carrière sur le logement, préoccupation essentielle pour des populations sinistrées par la guerre, Albert Denvers parvient à neutraliser le PC en l'empêchant de se développer malgré le développement industriel. Certains de ses amis n'hésitent pas aujourd'hui à utiliser l'expression de « deal implicite » pour qualifier les relations du député-maire de Gravelines avec les communistes. Il est vrai que chaque fois qu'il y eut nécessité de dialoguer avec le PC, Albert Denvers s’est toujours arrangé pour lui donner un semblant de satisfaction, allant jusqu'à être son porte-parole au Conseil de la République ou à l'Assemblée Nationale, pour défendre certaines revendications lors de la discussion du budget de la mer ou des ports.

  • 19 Expression utilisée par Etienne DEJONGHE dans ses nombreux travaux consacrés à la Seconde guerre m (...)

32Autre curiosité : le fait que le quotidien Liberté n'ait jamais évoqué l'inactivité résistante d'un Albert Denvers qui, sous l'Occupation, avait choisi la « gestion du malheur »19 en présidant le Comptoir du Poisson de Gravelines qui fut l'un des réservoirs alimentaires de la France du Nord. Même si cette affaire fut évoquée, sur le terrain militant, pour déstabiliser le candidat de la SFIO, elle n'a jamais franchi la sphère interne des réseaux du PC. Les responsables communistes ont-ils sous-estimé la dimension politique du personnage, ont-ils voulu le ménager parce qu'il ne représentait pas un danger réel, dans le contexte de l'immédiat après-guerre ? Erreur d'analyse ou acte prémédité ? Il est toujours possible d'argumenter aujourd'hui que Gravelines était alors bien loin de Dunkerque pour une extrême gauche pratiquement inexistante dans le canton.

  • 20 Communiqué du PCF publié dans le quotidien Nouveau Nord du 26 novembre 1958.

33En 1958, le Parti Communiste ne pardonne pas à Albert Denvers de s'être prononcé pour le OUI au référendum du 28 septembre et décide de se maintenir au second tour des élections législatives, voulant ainsi ne donner « aucune prime, aucune récompense à ceux qui s'emploient à diviser la classe ouvrière et les forces républicaines par l'anticommunisme et qui se complaisent dans leur rôle d'alliés de la réaction »20. Mais le retrait de la compétition du socialiste autonome Paul Asseman, maire de Dunkerque, qui s'abstient de délivrer la moindre consigne de vote et l'appui officiel de l'aile gauche du MRP permettent à Albert Denvers d'endiguer la lame de fond gaulliste. La Cinquième République lui offre ainsi, par le nouveau mode de scrutin, une circonscription électorale qui couvre géographiquement l'ensemble du littoral du département du Nord, une Flandre maritime qu'il transformera en bastion.

34A partir de 1960, l'agglomération dunkerquoise est confrontée aux retombées négatives d'une croissance économique exceptionnelle. Albert Denvers, maître du logement social, conforte son assise électorale qui dépasse, et de loin, l'audience de la SFIO. Ses permanences ne désemplissent pas. Ses adversaires le respectent, n'hésitent pas à utiliser ses compétences parlementaires mais ne le ménagent pas pour autant.

35Au moment où s'engage le mouvement associatif pour la constitution d'une grande ville par fusions de communes, Albert Denvers est l'objet de nombreuses sollicitations, notamment lors de la préparation des élections municipales de 1965. Claude Prouvoyeur, président de l'Association pour le Grand Dunkerque, entame les premières démarches qui n'aboutissent pas sous les pressions des milieux économiques, soucieux de gérer autrement la succession de Paul Asseman, atteint par la maladie. Le député-maire de Gravelines finit par céder aux appels pressants des socialistes dunkerquois, sachant qu'il s'engage dans un combat difficile, même si trois adjoints au maire et un conseiller municipal MRP sortants l'ont rejoint dans sa démarche. Au delà de toutes les péripéties du premier tour des élections municipales de Dunkerque, il faut retenir que le Parti Communiste a détenu la clé de l'issue du second tour.

36Le PC ayant décidé de se maintenir, il est difficile de ne pas rapprocher les 383 voix qu'il a perdues des 420 voix venues renforcer la liste conduite par Paul Asseman et sur laquelle figure Claude Prouvoyeur. Longtemps, les communistes ont nié avoir donné des consignes « particulières » à leurs militants. Aujourd'hui, il est possible d'élucider cette pseudo-énigme.

37Tête de liste du PC à Dunkerque, Lucien Duffuler, secrétaire du syndicat du port, est considéré par l'appareil en situation de pré-succession. La jeune garde commence à lui reprocher la tiédeur de certaines de ses positions, ce qui est d'ailleurs inexact lorsqu'on examine la liste des conflits portuaires de l'époque.

  • 21 Gaston TIRMARCHE - Entretien - Décembre 1992 : « j'aurai la peau de DELEBARRE comme j'ai eu celle (...)

38Il se trouve que lors de la campagne des municipales les socialistes de Saint-Pol-sur-Mer se sont violemment attaqués à Gaston Tirmarche, maire communiste élu en 1959 en publiant un journal au contenu assez virulent dont les responsables socialistes dunkerquois n'ont eu connaissance qu'après sa diffusion. Ce dernier, ancien « convoyeur » du syndicat du port, brillamment réélu dès le premier tour, seul maire communiste de l'agglomération, a récemment reconnu - en 1992 - être l'auteur du message passé aux dockers dunkerquois21. Il s'agit donc d'une initiative individuelle que Lucien Duffuler n'a pas contrecarrée. Peut-on dès lors considérer qu'il y ait eu, en la circonstance, collusion objective avec la droite ? La réponse est négative si l'on situe la consigne sur le plan de la stricte vengeance individuelle. Elle est par contre positive quand on sait que le PC voulait absolument donner une bonne leçon à la SFIO et éviter qu'Albert Denvers exerce un monopole sur l’agglomération.

39Autre énigme : le vrai-faux accord dit de Bayenghem. Le 3 septembre 1970 Albert Denvers réussit à convaincre les responsables socialistes de Dunkerque de participer à une rencontre avec Claude Prouvoyeur en vue de l'établissement d'une liste commune aux élections municipales de mars 1971. Le maire de Dunkerque qui a succédé en 1966 à Paul Asseman se présente alors comme un « socialiste moderne », apolitique. Lors de cette réunion, la composition de la liste est sommairement évoquée, ainsi que la répartition politique de la représentation dunkerquoise à la Communauté Urbaine créée en 1969 et présidée par Albert Denvers. Aucun texte n'est signé par les participants et Claude Prouvoyeur, sous la pression de l'UDR, renoncera vite à l'idée de cette alliance. Alors comment expliquer que l'on ait pu retrouver, dans les archives du Parti Communiste, la copie d'un accord dactylographié contenant des dispositions très précises qui n'avaient pas fait l'objet d'une discussion approfondie ? S'il faut se garder de tirer des conclusions hâtives et d'échafauder des hypothèses qui ne peuvent être démontrées, il n'en demeure pas moins que le doute rend cette affaire particulièrement troublante.

  • 22 T. LELEU, P. ODDONE, Albert Denvers politique passion, Dunkerque, Éditions Jean Bart, 1991, 303 pa (...)

40En 1971, Albert Denvers, encouragé par ses amis dunkerquois, n'a pas abandonné l'espoir de conquérir la mairie de Dunkerque mais n'a pas oublié le « meurtre à gauche »22 de 1965. Cependant, le rapprochement socialo-communiste au plan national a facilité les contacts entre les deux partis au niveau de la circonscription : la constitution de listes d'union est réalisée sans obstacle majeur dans les communes non dirigées par des notables SFIO et là où le contexte socio-électoral laisse envisager un succès possible. Par rapport à 1965, le jeu des alliances est totalement bouleversé. Les socialistes ne font liste commune avec les centristes qu'à Dunkerque et Rosendaël.

41L'échec d'Albert Denvers à Dunkerque est compensé par un certain succès de la Gauche dans les communes périphériques et le PS conserve sans difficulté la présidence de la Communauté Urbaine. Le nouveau secrétaire du syndicat des dockers, Roger Gouvart, élu de Cappelle-la-Grande, accède à une vice-présidence. Le partage du pouvoir a été opéré dans de bonnes conditions et le fait que la ville de Dunkerque ait accentué son ancrage à droite n'est pas vécu comme un drame majeur. Les socialistes de la ville-centre restent minoritaires et subissent avec amertume cette condition qui, visiblement, ne gêne aucunement les appareils des partis de Gauche et les hommes qui manoeuvrent et tiennent les rênes.

Communauté Urbaine : l'auberge espagnole

42Les relations PS - PC dans l'agglomération dunkerquoise doivent aussi être analysées dans le contexte institutionnel de la Communauté Urbaine de Dunkerque, heu de cristallisation de toutes les querelles internes des partis de Gauche. Car au-delà de l'outil technique, la CUD, entité théorique du regroupement communal, est progressivement devenue un théâtre où tout se joue dans les coulisses, les joutes oratoires des conseils communautaires devenant des versions soit aseptisées soit dramatisées par consentement mutuel mais toujours issues de laborieux conflits existentiels.

43Albert Denvers, le président, doit également gérer les relations est-ouest, c'est-à-dire les rapports entretenus entre la majorité des sections socialistes du littoral et celle de Grande-Synthe qui se caractérisent par l'expression de profondes divergences au niveau de la conduite de la politique socialiste et des moyens à mettre en oeuvre dans le cadre des structures communautaires. Constatons tout d'abord que Grande-Synthe, la ville d'Usinor, est une « pièce rapportée » sur le littoral tant sur le plan de l'urbanisme que de ses responsables. Issu de la CFDT, avec l'auréole d'un passé syndical, le maire de Grande-Synthe a toujours souhaité que le PS fonctionne sur le même schéma que l'organisation cédétiste, avec l'objectif de prendre les rênes du Parti dans l'agglomération et la perspective de capter l'héritage d'Albert Denvers.

  • 23 René CARÊME, né en 1928 à Boismont (Meurthe et Moselle) responsable régional et national de la Féd (...)
  • 24 Jacques BIALSKI, né en 1929 à Dunkerque, sénateur du Nord depuis 1979 et questeur du Sénat depuis (...)

44Si René Carême23 qui reconnaît lui-même être arrivé à Grande-Synthe dans la voiture du directeur d'Usinor, n'a jamais attaqué publiquement de front, en séance plénière, le Président de la CUD, il s'est par contre réservé des cibles privilégiées : des camarades jugés trop « notables » à ses yeux, tels Gaston Tirmarche, récupéré par le PS en 1976, ou Jacques Bialski, figure charismatique du socialisme dunkerquois24. Sa tactique : donner des leçons de socialisme à tous ceux qui, à ses yeux, n'évoluent pas, au cours des années soixante-dix, dans la mouvance des « chrétiens marxistes ». Son outil : l'agence d'urbanisme (AGUR) où il puise les cadres de l'administration municipale grand-synthoise.

  • 25 Expression utilisée par certains socialistes de la section de Dunkerque.

45En maîtrisant le secteur de l'urbanisme au sein de la CUD, René Carême espérait réunir les conditions d'une reconquête des structures du Parti Socialiste de l'agglomération. La mise en place de son réseau de pouvoirs ou de relais habilement choisis demeure à l'origine de tous les rapports conflictuels. Son attitude « égocentrique » au sein de la CUD a certes impulsé une nouvelle dynamique mais a favorisé, par réaction, l'apparition de « féodalités » au coeur de l'institution communautaire où l'esprit de solidarité a progressivement disparu. La politique du « Grande-Synthe über alles »25 ne visait, derrière la légitime recherche d'une stratégie collective, effectivement inexistante, qu’à déstabiliser un courant jugé trop traditionnel qui est pourtant constamment sorti indemne de toutes ces tempêtes.

46Il faut noter aussi qu'au sein de la Communauté Urbaine, Albert Denvers a très vite perçu qu'en valorisant Roger Gouvart, il limiterait les capacités oppositionnelles des communistes marchaisiens. En effet, le secrétaire du syndicat des dockers, qui deviendra maire de Cappelle-la-Grande en 1983, affiche ouvertement une marginalité, par ailleurs très médiatisée, après avoir renoué avec un semblant de tradition anarcho-syndicaliste. Il est devenu, lui aussi, à sa manière, autonome, en faisant la loi sur le port, n'informant qu'a posteriori les permanents locaux du PC.

47Dès lors, Albert Denvers utilise, à son gré, cette pseudo-dissidence pour définir, au coup par coup, les règles du jeu, dans le carcan institutionnel de la CUD. Sa force réside dans sa capacité à gérer les éléments incontrôlables, qu'ils soient d'ailleurs communistes ou socialistes. Très subtilement, il parvient en outre à cultiver cette ambiguïté pour renforcer la discipline républicaine au second tour de chaque élection législative.

48Le PC ayant été piégé par sa propre représentation à la CUD, il ne lui reste plus, comme principale marge de manoeuvre, que l'enjeu électoral de la ville de Dunkerque. Son comportement lors des élections municipales de 1977 est, sur ce point, révélateur. A cette date, Dunkerque est en effet la seule ville de l'agglomération concernée par l'accord national, en sa qualité de ville de plus de 30 000 habitants. Si les socialistes dunkerquois sont fermement décidés à réunir toutes les conditions pour effacer de la carte électorale la principale « tache blanche » du littoral, les représentants du PC perçoivent l'alliance sur le plan global, essayant d'obliger leurs partenaires à réaliser l'Union de la Gauche dans toutes les commîmes de la circonscription. Or, à l'évidence, cette stratégie ne tient pas compte des particularismes locaux et relève d'un surréalisme qui n'est pas dénué d'arrière-pensées. Le PC n'est pas naïf au point de sous-estimer les sensibilités différentes qui s'expriment au sein du PS et qui contribuent à des situations politiques confuses conduisant davantage à une division des forces de Gauche qu'à une hypothétique conclusion de compromis.

49Bien avant que les électeurs dunkerquois entrent dans l'isoloir, les communistes ont inscrit dans leur histoire la chronique d'un échec annoncé. Le fait qu'ils se soient abstenus de participer à la conférence de presse destinée à la présentation de la liste commune illustre parfaitement une « désunion objective ». Dire que la création de la Communauté Urbaine de Dunkerque a brouillé les cartes relève d'un doux euphémisme.

1981 : un rendez-vous manqué

50Le 10 mai 1981, le socialisme est certes une idée qui fait son chemin, notamment par la voie des urnes, mais cette situation nouvelle n'a aucunement atténué les antagonismes locaux au sein des réseaux de pouvoirs de la gauche traditionnelle. La participation de ministres communistes au gouvernement a tout au plus restreint quelques possibilités de manoeuvre des responsables du PC de l'agglomération, contraints de modérer leur discours le temps de l'état de grâce et d'utiliser plus intensivement la CGT pour relayer leurs messages.

51Chaque fois que sonne l'heure de l'Union de la Gauche, l'enthousiasme n'est pas au rendez-vous et l'héritage conflictuel continue de peser lourdement sur un climat d'entente factice. L'apparente réconciliation des états-majors nationaux ne suscite pas l'euphorie au plan local Les adversaires d'antan continuent de s'observer avec, pour seule arrière-pensée, les avantages qu'ils peuvent retirer, pour leurs organisations respectives, d'un contexte dont les nouvelles règles du jeu perturbent de vieilles habitudes.

52Le seul à tirer profit immédiat de l'élection de François Mitterrand à la Présidence de la République n'est autre qu'Albert Denvers, réélu député, dès le premier tour des élections législatives de juin 1981. La stratégie du PC ne subit aucun infléchissement Chaque conflit, qu'il soit social ou d'une autre nature, représente une opportunité pour tester l'efficacité ou mettre en difficulté un élu socialiste : si aucune solution ne peut être trouvée, la faute en incombe au PS mais toute issue positive est par contre revendiquée comme une victoire de l'Union de la Gauche. Tandis que le siège de la Communauté Urbaine est régulièrement envahi par les manifestants et leurs leaders CGT, la mairie de Dunkerque détenue par la droite est soigneusement évitée par les cortèges syndicaux : avant ou après 1981, la technique utilisée reste identique.

53Les deux formations ne se rencontrent en fait que pour débattre de modalités électoralistes lors des élections municipales. Mais les tensions sont telles que les fédérations doivent souvent imposer les solutions pour trancher les situations les plus délicates.

54Du « tendre amour » au « je t'aime moi non plus », toutes les expressions ironiques ont été utilisées pour qualifier les relations PS - PC. A Dunkerque et sur son littoral, celle qui conviendrait le mieux dans un contexte d'union serait certainement la suivante, empruntée à un ancien syndicaliste Force Ouvrière de la réparation navale : « La main dans la main et le poignet coupé ! ».

55Mais le partage issu du « non-dit » ne laisse pas de traces dans les archives. C'est donc au-delà des schémas d'explications rationnelles issus d'analyses purement doctrinales qu'il faut étudier le mode de fonctionnement d'un système relationnel qui est parvenu au fil des ans à s'auto-structurer, notamment en raison de la longévité des hommes qui incarnent symboliquement la lutte des « rouges » contre les « blancs ».

56Quand des divisions internes au Parti Socialiste font basculer Dunkerque à droite, le PC adapte sa stratégie et s'accroche à la logique de la préservation de ses intérêts : peu lui importent les accusations de « collusion objective » formulées par ses frères ennemis car la couleur politique de la ville centre ne doit avoir aucune incidence sur son pré-carré.

57Quand les socialistes trouvent la parade en se fabriquant un nouveau pouvoir par la création d'une communauté urbaine, les communistes, hostiles à l'institution, s'habituent d'autant mieux à la cohabitation qu'ils détiennent, par leur apport de voix, la clé de la majorité de gauche.

58Le consensus, aboutissement de négociations qui assurent le maintien d'une fragile stabilité, devient dès lors un mode relationnel qui permet de réglementer presque statutairement la plupart des conflits risquant de remettre en cause les acquis des deux formations ou l'assise des hommes qui les dirigent.

59Sur le littoral dunkerquois, Albert Denvers, en cinquante années de militantisme, a transformé le socialisme en denversisme. Les socialistes de la ville de Dunkerque en ont pâti jusqu'en 1989. Quant au communisme, il est devenu progressivement « cegetisme » pour subsister, résister à la baisse électorale et conserver indirectement les bastions jugés essentiels par l'appareil.

60Dans ces conditions, il serait historiquement déplacé de considérer 1981, à Dunkerque, comme une date charnière.

Notes

1 ADN, série 42 W. Article du Journal Liberté du 19 octobre 1944. Lettre du Commissaire des Renseignements Généraux au Préfet du Nord en date du 20 octobre 1944.

2 Le nom d'Emile Flecq est paru à deux reprises au Journal officiel les 16.08.1941 et 11.12.1941. Ancien vénérable de la Loge « Amitié et Fraternité », il dirigeait les Hospices de Dunkerque et fut maintenu dans ses fonctions par le Préfet Caries qui le considérait comme un excellent fonctionnaire.

3 Paul Verley (1893-1967) fut nommé maire de Dunkerque par arrêté du 15 janvier 1942 publie au Journal Officiel du 4.02.1942.

4 Augustin Waeteraere, président de la délégation spéciale de Dunkerque, le chanoine Couvreur et Paul Verley furent reçus à Vichy par le Maréchal Pétain le 20 mai 1941.

5 En particulier le commandant Edouard Dewulf (1906-1990), ancien chef de secteur des mouvements OCM et Voix du Nord.

6 Lucien Duffuler (1908-1977), arrêté à Dunkerque par la police allemande le 10 septembre 1942, fut interné à la Citadelle de Huy (Belgique) d'où il s'évada le 5 novembre 1942.

7 La délégation municipale de Dunkerque fut installée officiellement le 22 avril 1945, à Lille, par le Préfet du Nord.

8 Journal fondé par Louis Bumod (1881-1955), qui fut rédacteur en chef du quotidien Nord Maritime de 1923 à 1940 et interrompit ses activités journalistiques durant toute la durée de la guerre, refusant de mettre sa plume au service de l'occupant.

9 Gustave ROBELET (1892-1953), élu conseiller municipal en 1929 sur la liste conduite par Charles VALENTIN, maire socialiste de Dunkerque de 1925 à 1939.

10 Entretien - André DEFONTAINE - Janvier 1975.

11 Albert SAUTIERE (1917-1972), chirurgien dentiste, secrétaire de la section SFIO de Dunkerque de 1949 à 1956.

12 Entretien - Jacques BIALSKI, sénateur du Nord - Septembre 1993.

13 ADN.

14 Entretien - André PIERRARD - septembre 1993.

15 André PIERRARD, né en 1916 à Cousolre, membre du Comité de Libération du Pas-de-Calais, conseiller municipal de Dunkerque (1947-1953) et de Saint-Pol-sur-Mer (1953-1959), député du Nord (1946-1958), directeur du Journal Liberté (1944-1959).

16 Roger GOUVART, secrétaire du syndicat CGT des dockers de 1968 à 1983, élu maire de Cappelle-la-Grande en 1983.

17 Gaston TIRMARCHE, maire de Saint-Pol-sur-Mer de 1959 à 1966 et depuis 1971. Exclu du Parti Communiste en 1966. Conseiller général du canton de Dunkerque-Ouest depuis 1971. Membre du Parti socialiste en 1976, exclu du PS en janvier 1993.

18 André PIERRARD - Entretien - Septembre 1993.

19 Expression utilisée par Etienne DEJONGHE dans ses nombreux travaux consacrés à la Seconde guerre mondiale.

20 Communiqué du PCF publié dans le quotidien Nouveau Nord du 26 novembre 1958.

21 Gaston TIRMARCHE - Entretien - Décembre 1992 : « j'aurai la peau de DELEBARRE comme j'ai eu celle de DENVERS en 1965. C'est moi qui ai donné l'ordre, DUFFULER n'a rien fait contre » (Propos à replacer dans le contexte pré-électoral des législatives de 1993).

22 T. LELEU, P. ODDONE, Albert Denvers politique passion, Dunkerque, Éditions Jean Bart, 1991, 303 pages.

23 René CARÊME, né en 1928 à Boismont (Meurthe et Moselle) responsable régional et national de la Fédération CFDT de la métallurgie (1958-1968), maire socialiste de Grande-Synthe de 1971 à 1992, date à laquelle il démissionne du PS.

24 Jacques BIALSKI, né en 1929 à Dunkerque, sénateur du Nord depuis 1979 et questeur du Sénat depuis 1983.

25 Expression utilisée par certains socialistes de la section de Dunkerque.

Auteur

Communauté urbaine de Dunkerque

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter