Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

III. La montée en puissance (1945-1981) ?

Les socialistes septentrionaux et leurs alliances, de la libération à la fin des années 1960

Jean Vavasseur-Desperriers

Texte intégral

1Sujet nodal, le problème des alliances électorales, envisagées aux divers points de vue municipal et législatif, voire cantonal, soulève à la fois la question des stratégies mises en oeuvre et celle des comportements et des références politiques. En effet, si la conjoncture politique générale, les rapprochements conclus au plan national, tout comme les variétés des modes de scrutin, déterminent les alliances électorales, d'autres facteurs, les rapports de force régionaux, les facteurs « culturels », les sensibilités des électeurs ou des militants, influent également sur leur devenir. L'analyse dans une longue période, depuis la Libération jusqu'aux législatives de 1973, date à laquelle l'alliance des socialistes avec les communistes semble définitivement acquise, peut s'articuler en trois moments, le lendemain de la Libération (1945-1947), la période 1947-1962, durant laquelle la conclusion d'alliances paraît déterminer la survie du parti, enfin le rapprochement avec le Parti communiste, dans les années 1960 (1962-1973).

1. Le lendemain de la Libération, ou la priorité à la reconstruction (1945-1947)

  • 1 Bernard MÉNAGER et al., éd., Guy Mollet. Un camarade en République. Lille, PUL, 1987.
  • 2 Serge BIGUET, La Fédération socialiste du Nord de 1944 à 1948, Lille III, Mémoire de Maîtrise, 197 (...)

2Au cours de cette première période, le scrutin proportionnel, utilisé pour les deux constituantes et l'assemblée législative de 1946, rend inutiles des accords électoraux pour les scrutins nationaux. Il n'en est pas de même pour les municipales et pour les cantonales, qui donnent lieu en avril-mai et septembre 1945 à des tractations plus complexes. Les socialistes, d'une part, refusent toute entente électorale avec les mouvements issus de la Résistance qui auraient la prétention de s'immiscer dans la bataille électorale. Ainsi, à Arras, Guy Mollet, tout en utilisant l'influence de l'Organisation civile et militaire, dont il est l'un des responsables départementaux, n'accepte pas de considérer ce mouvement comme une composante à part entière du système politique lors des municipales de 19451. Après quelques hésitations, la Fédération du Nord, de son côté, se refuse à conclure un accord avec l'UDSR pour les élections à la Constituante en octobre 19452. A l'évidence, la préoccupation majeure est de donner une absolue priorité à la reconstruction du parti.

  • 3 Serge BIGUET, op. cit.
  • 4 Archives départementales du Pas-de-Calais, M 5267, 4 et 11 mai 1945. Françoise FATOUX, Les électio (...)

3Mais le problème des alliances est dominé au lendemain de la guerre par les rapports avec les autres grandes composantes du système politique du moment, le Parti communiste et le Mouvement républicain populaire. Avec le premier, dans un contexte marqué par les discussions sur « l'unité ouvrière », un certain nombre d'accords sont conclus lors des municipales et des cantonales de 1945. A l'occasion des premières, si les Fédérations socialistes du Nord et du Pas-de-Calais refusent au premier tour toute liste commune avec le Parti communiste, le deuxième tour permet par endroits la constitution de listes d'Union de la gauche, regroupant socialistes, communistes et radicaux, dans certaines commîmes, comme Lille, Arras (Guy Mollet), ou Boulogne (liste Henri Henneguelle). Pour les élections cantonales de septembre 1945, la Fédération du Nord de la SFIO décide le désistement de 20 candidats - environ 1/3 des cantons - au deuxième tour3. A ces occasions, le Parti socialiste rappelle son attachement aux valeurs communes de la gauche, tout particulièrement la laïcité, face au « cléricalisme » du MRP, présenté lors des municipales d'Arras comme le représentant de la « réaction »4.

  • 5 Guy Mollet. Un camarade en République, op. cit.

4Il serait, toutefois, pour le moins fautif de ne pas situer ces rapprochements dans le contexte d'une intense rivalité qui, dans le Nord, oppose les partis « ouvriers » au lendemain de la guerre. Ainsi, dans le Pas-de-Calais minier, les communistes, grâce à la constitution de listes « antifascistes », largement ouvertes à des éléments de la Résistance non communiste, arrachent aux socialistes certains de leurs fiefs, notamment Lens. La SFIO ne recourt à des formules de type « Front populaire » que dans les secteurs, comme Arras ou Boulogne, où elle représente la majorité de la gauche, très souvent dans des territoires conquis au lendemain de la guerre. Le triomphe du guesdisme dans le Pas-de-Calais se situe dans la perspective d'une reconquête, par l'affirmation d'une identité révolutionnaire jugée susceptible de coïncider avec les aspirations des masses ouvrières5. Ainsi s'explique aisément le rôle de repoussoir joué par le MRP : on ne saurait toutefois sous-estimer la puissance de la tradition républicaine et laïque qui, dans le Nord comme dans le Pas-de-Calais, anime les militants et une bonne partie de l'électorat du Parti socialiste. Elle ne les empêche d'ailleurs nullement, en ce lendemain de Libération, de se réclamer des grands idéaux de rassemblement de la Résistance, proclamés par le CNR.

  • 6 Serge BIGUET, op. cit.
  • 7 Rapport d'octobre 1947. Archives départementales du Pas-de-Calais, continu 8145.

5Les circonstances de la rupture de 1947 se révèlent particulièrement éclairantes. La notion de « Troisième force », qui supposait l'alliance avec le MRP et la rupture avec le PCF, ne s'impose que très tardivement Dans le Nord, a-t-on pu écrire, « il semble que la majorité des sections - dans la constitution des listes pour les municipales d'octobre 1947 - optèrent pour la solution communiste plutôt que pour le MRP. Il y avait donc un décalage entre la position des responsables qui se hasardaient sur le terrain de la Troisième force et celle des militants qui s'attardaient sur les chemins de l'unité ouvrière »6. Mais, par ailleurs, le succès électoral des socialistes, considérés comme le meilleur rempart contre les communistes, en particulier dans le bassin houiller du Pas-de-Calais, aboutit à l'apparition d'une « Troisième force spontanée devant l'urne », comme l'écrivait le préfet du Pas-de-Calais dans son rapport d'octobre 19477. Persistance de la notion d'unité ouvrière chez certains militants, existence d'un vote « utile » anticommuniste, telles étaient désormais deux des éléments de l'équation posée aux responsables socialistes par la question des alliances.

2. 1947-1962 : Les alliances, une question de survie ?

6La rupture avec le Parti communiste, intervenue en 1947, entraîne la constitution de la Troisième force. Cette formule majoritaire devait dans les régions septentrionales survivre à la rupture au plan national, survenue en 1952. Cette longue période est dominée par deux problèmes, les rapports avec le PCF et les relations avec le MRP.

7La rupture avec le Parti communiste pose le double problème de l'arithmétique électorale et du vécu des militants. Électoralement, la puissance du socialisme septentrional (en 1956, 25 % des inscrits dans le Nord, 30 % dans le Pas-de-Calais) et l'existence du scrutin proportionnel, au moins jusqu'en 1958, le dispense de rechercher à tout prix des alliés lors des scrutins nationaux. Fait remarquable, lors des scrutins cantonaux (1949, 1951, 1955 et 1958), la SFIO, si elle réalise parfois des barrages anticommunistes en se désistant, sous réserve de réciprocité, en faveur de candidats MRP ou indépendants, l'emporte le plus souvent à l'issue de batailles triangulaires dans le Nord, alors que dans le Pas-de-Calais, le cas le plus fréquent reste le duel entre socialiste et communiste : elle bénéficie ici, à l'évidence, d'un vote de mobilisation anticommuniste.

  • 8 Cité par Serge SERRANO, La SFIO dans le Nord de 1949 à 1958, Lille IIΙ, Mémoire de Maîtrise, 1988.

8Dans le même temps, les appels constants du Parti communiste à la base du parti socialiste, comme les mises en garde des dirigeants fédéraux, axées sur la « défense républicaine » et le caractère peu démocratique du « bolchevisme », pourraient laisser croire à la persistance d'une aspiration à l'Union de la gauche, liée à la nostalgie de la mythique « unité ouvrière ». Après la rupture de la Troisième force, une fraction de la Fédération du Nord, hostile à la ligne d'Augustin Laurent, tout en se déclarant défavorable à un front commun avec le PCF, affirmait avant les élections de 1956 accepter des apparentements avec les communistes face à un « rassemblement de la droite cléricale et réactionnaire »8. Cette tendance, toutefois, reste minoritaire et exprime davantage une aspiration qu'un projet politique pouvant déboucher sur des implications concrètes. Les avances des communistes dans le domaine municipal ne rencontrent guère plus de succès, même si quelques cas isolés d'union municipale peuvent être signalés dans le Nord après les élections de 1953.

  • 9 Guy BONNINGUE, Le socialisme dans le Boulonnais de 1945 à nos jours, Lille IIΙ, Mémoire de Maîtris (...)

9Le seul cas notable reste, dans le Pas-de-Calais, celui d'Henri Henneguelle, élu maire de Boulogne en 1953 grâce à l'appui des voix communistes au Conseil municipal : il confie à ses alliés des mandats d'adjoints, qu'il leur retire après l'affaire de Budapest Mais en 1958, il accepte aux législatives le soutien du PCF, qui ne parvient pas cependant à lui éviter la défaite. Le cas Henneguelle représente un exemple, bien rare, d'alliance de proximité idéologique : ancien résistant, « jacobin » anticédiste, hostile, contre la majorité de son pari, à la constitution de 1958 au nom de la tradition républicaine, la sensibilité d'Henri Henneguelle pouvait sur ces divers points le rendre politiquement proche du Parti communiste9. Son exemple reste cependant unique dans le Pas-de-Calais, où l'anticommunisme des dirigeants est largement partagé par les militants.

10La puissance électorale de la SFIO ne pouvait cependant dispenser le parti de toute alliance électorale. Le Mouvement républicain populaire, bien implanté et actif dans le Nord durant toute la IVe République, constitue le deuxième pôle d'attraction du mouvement socialiste, bien au-delà de la période de la Troisième force. L'alliance législative de 1951, concrétisée par les apparentements conclus dans le département du Nord, dans deux 1988 secteurs sur trois, alors qu'aucun rapprochement de ce type n'était conclu dans le Pas-de-Calais, demeure exceptionnelle : en 1956, la Fédération du Nord ne renouvelle pas cet accord, alors qu'elle décide de s'apparenter avec les radicaux mendésistes. En revanche, des alliances municipales durables sont conclues avec les démocrates chrétiens.

11Dès 1947, en effet, des accords municipaux lient la SFIO, le MRP, parfois les Indépendants. Dans le Pas-de-Calais, une coalition socialiste - MRP gère la ville d'Arras sous la houlette de Guy Mollet à partir de 1947. A Lens, la municipalité dirigée par le docteur Schaffner, élue en 1953, est reconduite en 1959. De même, les plus importantes localités du Nord sont gérées par des coalitions de ce type : à Lille, Augustin Laurent conduit une municipalité d'union socialiste - MRP - Indépendants à partir de 1955, réélue en 1959. A Roubaix, Victor Provo dirige la ville selon une formule semblable. A Tourcoing, le SFIO Louis Paris s'appuie sur le MRP de 1947 à 1953, puis sur des gaullistes dissidents. A Cambrai, Raymond Gernez dirige une municipalité socialo-centriste, appelée à durer jusqu'en 1977.

  • 10 Cité par Serge SERRANO, op. cit.
  • 11 Hervé MILLOT, La géographie électorale de l'arrondissement de Cambrai de 1958 à 1988, Lille ΙII, M (...)

12Sans doute a-t-on pu mettre en valeur le caractère d'absolue nécessité qu'ont pu revêtir de telles alliances. Le maintien du parti à la tête des villes, une des bases essentielles du pouvoir des socialistes septentrionaux, passait inévitablement par ce type de combinaisons, considérées comme indispensables à la survie du parti. On ne saurait toutefois négliger les convergences entre les socialistes et les démocrates chrétiens. Les préoccupations sociales concrètes, très fortes et très réelles chez les militants catholiques du Nord, de même que le souci d'empêcher leur départ à droite, ont amené certains édiles socialistes à se montrer conciliants sur la question laïque, notamment sur le problème de l'aide aux écoles privées, au moins dans certains cas. Ainsi, Augustin Laurent évoque, en 1953, la possibilité d'aide à tous les élèves pauvres, « dans un esprit libéral, étranger à tout sectarisme »10. Raymond Gernez reçoit en 1958 l'appui législatif du MRP, qui rappelle sa position en « matière scolaire et familiale »11. Cette attitude n'est pas sans provoquer à la base les réserves des militants, en particulier des instituteurs laïques.

13Plus lointains paraissent les Indépendants figurant dans les municipalités socialistes. S'agissait-il d'un compromis de type purement électoraliste lié à l'évolution des centres villes, ou encore d'un partage du pouvoir entre des groupes de pression différents, comme le prétendirent les adversaires de ces alliances ? La question reste ouverte et ne pourrait recevoir de réponse qu'à travers une analyse minutieuse des politiques municipales, encore à faire.

14Le rétablissement du scrutin majoritaire en 1958 n'entraîne pas de bouleversements dans l'immédiat : parti dominant dans le Nord (25,5 % des inscrits) et dans le Pas-de-Calais (27,2 % des inscrits), la SFIO, qui figure alors au gouvernement, refuse tout accord de type « Front populaire », malgré l'appui communiste de second tour aux socialistes qui s'étaient prononcés contre la constitution de 1958 : Henri Henneguelle dans le Pas-de-Calais, Rachel Lempereur et Arthur Notebart dans le Nord, tous les trois battus. Dans les quatre circonscriptions du Nord où existe au second tour une majorité de gauche, l'absence de désistements entre communistes et socialistes entraîne la victoire du candidat gaulliste. Au total, au deuxième tour, sur les 37 circonscriptions des deux départements, on compte 29 combats triangulaires ; dans plusieurs circonscriptions du pays minier, le candidat SFIO fait figure de leader d'un bloc anticommuniste. Ainsi, le parti ne subit pas immédiatement les conséquences de son attitude de 1958.

3. 1962-1973 - Vers la nouvelle alliance

15Le recul de la SFIO au premier tour des législatives de 1962 (son potentiel passe à 19,3 % des inscrits dans le Nord et à 22,6 % dans le Pas-de-Calais) explique le ralliement au second tour à la tactique du Front populaire. La SFIO retire alors ses candidats dans huit circonscriptions pour laisser le champ libre au candidat le mieux placé pour battre l'UNR, c'est-à-dire celui du PCF, qui lui rend la pareille. Dans quatre cas, cependant, des affrontements triangulaires opposent la SFIO, le PCF et l'UNR. En définitive, les socialistes enlèvent 13 circonscriptions et les communistes, 7 (soit au total 20 sur 37). Le « tournant » de 1962 ne revêt pas, cependant, le caractère brutal qui lui est souvent attribué : lors des cantonales de 1961, la SFIO avait, à plusieurs reprises, pratiqué la tactique du retrait pur et simple, dirigée contre le candidat du pouvoir personnel, au bénéfice objectif du candidat communiste. Un fait est certain : les électeurs répondent à leur appel en 1962, sans doute sensibles à l'argument « républicain » du rejet du pouvoir personnel En novembre 1962, massifs du côté communiste, les reports des électeurs socialistes bénéficient, à concurrence des deux tiers au moins, aux candidats du PCF, dans les circonscriptions où il leur était demandé de les soutenir.

16Dès lors, durant les dix années suivantes, les fédérations socialistes se trouvent placées face à une double réalité : il faut, d'une part, trouver les modalités d'application des alliances mises en place au plan national, en tenant compte des réalités régionales, caractérisées par l'affrontement permanent de deux forces sensiblement égales, le PCF et la SFIO, ce dernier fait se trouvant compensé par la forte conscience « ouvrière », ou au moins populaire, de la population régionale. Il est nécessaire, par ailleurs, de conserver la mainmise sur les villes, qui demeure indispensable à la survie du parti ; il importe donc, dans cette perspective, d'assurer la pérennité des formules d'alliance municipale.

17En effet, durant cette période, les formules municipales mises en place sous la Quatrième République sont reconduites lors des consultations de 1959 et 1965. La direction nationale de la SFIO donne, en 1959, comme directive, de « contracter des alliances avec les vrais républicains pour faire échec à tous les totalitarismes, qu'ils soient de droite ou soi-disant de gauche ». En 1965, pour défendre « les citadelles de la démocratie » que représentent à ses yeux les municipalités, la SFIO admet des alliances - dès le premier tour, aucune liste ne pouvant se constituer entre les deux tours - avec des communistes ou avec des centristes, suivant les cas, l'objectif principal étant de battre l'UNR.

  • 12 Gilbert FILLEBEEN, Les élections municipales à Lille sous la V· République, Lille ΠΙ Maîtrise 1972

18Ces directives se traduisent souvent, dans le Nord, par la reconduction des formules socialo-centristes. Dans l'aire métropolitaine, Augustin Laurent reconduit à Lille la liste d'union SFIO - Centristes - Indépendants en 1959, 1965 et 1971. A cette date seulement la formule s'essouffle et le désistement communiste est nécessaire pour résister à la poussée gaulliste en 197112. Il en est de même à Roubaix avec Victor Provo. A contrario, comme pour démonter la nécessité de l'alliance centriste, une tentative d'alliance socialo-communiste qui a heu à Tourcoing lors des municipales de 1959 se solde par un échec ; l'absence d'alliance avec les centristes aboutit à la victoire de l'UNR, qui contrôle la mairie de 1959 à 1977, alors que dans l'est du département, Raymond Gemez reste maire de Cambrai jusqu'en 1977 grâce à l'appui centriste.

19Dans le Pas-de-Calais, l'alliance socialo-communiste conclue en 1947 à Arras est maintenue jusqu'en 1971, date à laquelle Guy Mollet prend la tête d'une liste où figurent des communistes, sans exclure pour autant les démocrates chrétiens, tout au moins ceux qui n'ont pas jeté l'exclusive contre les communistes. A Lens, la municipalité socialiste - MRP du docteur Schaffner est reconduite en 1959 et 1965. L'exemple d'Arras est éclairant : loin de considérer l'alliance démocrate chrétienne comme une union locale contradictoire avec les alliances nationales, la SFIO mise, à juste titre, sur l'éclatement du mouvement catholique. De fait, en 1971, une partie des élus arrageois démocrates chrétiens acceptent l'ancrage à gauche. Les élus « Objectif 72 » de la liste Laurent rejoignent par la suite le Parti socialiste.

20Il apparaît, cependant, que la formule d'alliance avec le centre, féconde au plan municipal, paraît dans les années 1960 de plus en plus contradictoire avec l'ancrage législatif à gauche. Les trois faits marquants de la décennie, l'élection présidentielle de 1965 et le succès de la stratégie de François Mitterrand, la conclusion de l'accord électoral de 1967, la signature du programme commun de gouvernement en 1972, ont des répercussions considérables sur les systèmes d'alliance des socialistes septentrionaux. La mise en oeuvre du mécanisme d'alliance amène quatre types de réflexions :

  • la discipline personnelle des élus s'avère remarquable. Malgré une mise en oeuvre au début bien fluctuante - dans les mois qui suivent l'accord de 1962, L'Espoir, organe de la Fédération du Pas-de-Calais, se donne beaucoup de peine pour expliquer qu'il s'agit d'un accord purement circonstanciel13, les élus suivent fidèlement les consignes du parti. En 1967, l'union législative des partis de gauche ne provoquent qu'un cas d'insoumission ouverte, celle du maire de Saint-Amand, Georges Donnez, qui refuse d'appliquer la règle du désistement en faveur du candidat de gauche le mieux placé.
  • la mise à l'écart des personnalités socialistes dont l'appui électoral se composait avant tout d'un socle anticommuniste, dans lequel le noyau dur socialiste était devenu minoritaire. Trois cas paraissent particulièrement significatifs : à Cambrai, en 1973, Raymond Gernez, distancé au premier tour par son compétiteur communiste, lui-même battu au second par le candidat UDR : il n'a pu retrouver les voix socialistes ; Pierre Forest à Maubeuge et Jeannil Dumortier dans le Boulonnais sont également distancés au premier tour, mais leur concurrent communiste est élu au second.
  • A l'intérieur de la coalition des gauches, le Parti communiste semble, durant cette période, tirer profit de l'alliance socialiste, surtout dans le pays minier : aux élections de 1967, il enlève à la SFIO la circonscription de Bruay ; en 1973, celle d'Hénin-Beaumont La dynamique de l'Union joue en sa faveur au premier tour, puisqu'il est devenu dans les années 1960 la première force de gauche.
  • Toutefois, les progrès de la coalition réalisés dans l'électorat global sont imputables au Parti socialiste. Une étude réalisée sur la progression du potentiel de la gauche entre le second tour de 1967 et celui de 1973 montre que les candidats communistes placés en tête font reculer ce potentiel alors que les candidats socialistes le font progresser. En germe, figure déjà le retournement des années 197014.
  • 15 Cf. Jean VAVASSEUR-DESPERRIERS, « Le Nord, l'amour de la culture politique », dans Vingtième Siècl (...)

21Ainsi, par delà l'opportunisme électoral - qu'il serait bien naïf de nier -, transparaissent des phénomènes de structure : il existe bien une masse électorale globalement située « à gauche », qui ne demande qu'à se manifester, comme en témoigne la réaction massive des électeurs devant le phénomène de bipolarisation : fait général, dira-t-on, observable ailleurs, dans d'autres régions de France, mais accentué peut-être et rendue possible ici par la prédominance du salariat et d'une mémoire ouvrière encore vivace, qui sont des faits culturels propres aux régions septentrionales. De même, le « compromis de pouvoir » passé entre socialistes et catholiques témoigne de la permanence d'une référence, le socialisme, et de l'imprégnation profonde d'un catholicisme à fortes préoccupations sociales15.

Notes

1 Bernard MÉNAGER et al., éd., Guy Mollet. Un camarade en République. Lille, PUL, 1987.

2 Serge BIGUET, La Fédération socialiste du Nord de 1944 à 1948, Lille III, Mémoire de Maîtrise, 1975.

3 Serge BIGUET, op. cit.

4 Archives départementales du Pas-de-Calais, M 5267, 4 et 11 mai 1945. Françoise FATOUX, Les élections municipales à Arras de 1945 à 1971, Lille III, Mémoire de Maîtrise, 1975.

5 Guy Mollet. Un camarade en République, op. cit.

6 Serge BIGUET, op. cit.

7 Rapport d'octobre 1947. Archives départementales du Pas-de-Calais, continu 8145.

8 Cité par Serge SERRANO, La SFIO dans le Nord de 1949 à 1958, Lille IIΙ, Mémoire de Maîtrise, 1988.

9 Guy BONNINGUE, Le socialisme dans le Boulonnais de 1945 à nos jours, Lille IIΙ, Mémoire de Maîtrise, 1991.

10 Cité par Serge SERRANO, op. cit.

11 Hervé MILLOT, La géographie électorale de l'arrondissement de Cambrai de 1958 à 1988, Lille ΙII, Maîtrise, 1990. La Voix du Nord, 28 novembre 1958.

12 Gilbert FILLEBEEN, Les élections municipales à Lille sous la V· République, Lille ΠΙ Maîtrise 1972.

13 L'Espoir, 9 décembre 1962.

14 Bernard MÉNAGER, Christian-Marie WALLON-LEDUC, éd., Atlas éléctoral du Nord/Pas-de-Calais (1973-1992), Lille, PUL, 1993.

15 Cf. Jean VAVASSEUR-DESPERRIERS, « Le Nord, l'amour de la culture politique », dans Vingtième Siècle, 1994, no 44, p. 87-94

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter