Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

III. La montée en puissance (1945-1981) ?

Regard sur les relations entre les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais du parti socialiste SFIO : colonne vertébrale du mollétisme ?

François Lafon

Texte intégral

  • 1 Notamment grâce aux remarquables travaux de Frédéric SAWICKI sur le Pas-de-Calais et de Laurent OL (...)

1En proposant ici, par le biais d'éléments que nous espérons significatifs, une problématique des relations entre les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais dans le Parti socialiste à l'époque où Guy Mollet fut le premier des dirigeants de ce parti, l'auteur de la présente communication tient d'abord à s'excuser : il est en effet habité par le sentiment de rencontrer un socialisme de légende, car il existe à l'évidence dans le parti socialiste un mythe du Nord et du Pas-de-Calais, mythe qui tient probablement aux racines ouvrières de ces deux fédérations - ou à tout le moins à l'image ouvriériste que ces deux fédérations tiennent à donner d'elles-mêmes-, mythe qui participe aussi de la puissance et de l'imprégnation socialiste dans tous les secteurs de l'activité et de la vie sociale. Pareille puissance semble d'autant plus importante que la période considérée qui court de la Libération jusqu'au Congrès d'Épinay ne caractérise assurément pas une période d'expansion du socialisme en France. Si l'on connaît mieux maintenant le fonctionnement interne de ces ceux fédérations1 l'interaction entre les deux bastions du socialisme septentrional a quelque peu été laissée de côté.

  • 2 Marc WOLF, Revue du Nord, 1975.

2Or ce que l'on présente comme étant l'entité « Nord-Pas-de-Calais » devient même à un moment donné dans l'inconscient socialiste une forme de succédané du mollétisme. Ainsi, en 1975, dans un colloque organisé ici même, Marc Wolf n'avait pas hésité à employer le terme de « fusion » de deux cultures celle du Nord d'une part, celle du Pas-de-Calais d'autre part, pour définir le phénomène mollétiste2.

3Notre ambition est ici beaucoup plus modeste parce que, avant d'analyser les relations entre ces deux fédérations, il importe d'oser la question de savoir si cette entité Nord-Pas-de-Calais a existé autrement que dans une forme d'imaginaire. A cette fin, nous confronterons les constituants de ce socialisme de légende à la pratique politique, où alternent conflits et consensus entre les deux fédérations

1. Les constituants du mythe

  • 3 Dans Actes du colloque de 1986, Guy Mollet, un camarade en république, PUL, 1987.
  • 4 Pierre Guidoni définissait un « modèle belge » par opposition à un « modèle napolitain » et un « m (...)

4En 1986, dans un essai de typologie des fédérations socialistes3, nous avions défini dans les termes suivants ce que, reprenant une expression de Pierre Guidoni4, nous avions appelé le « modèle belge » : « Il se fonde... sur la trilogie : la Mairie, la Section, la Coopérative, à quoi il convient d'ajouter parfois la Maison du Peuple avec toutes les activités qu'elle suscite (et plus généralement tout le secteur de l'économie sociale). Le parti offre donc l'image d'une véritable contre-société en représentant l'instrument qu'une classe sociale a forgé à la fois pour prendre conscience de sa propre identité et pour la représenter. C'est pourquoi la notion de convivialité tient une place toute particulière dans la vie de ces fédérations, ce dont témoigne la grande kermesse de Phalempin ou l'organisation des loisirs et des camps de vacance ».

5Dès l'abord, émerge la diversité des constituants du mythe.

  • 5 14,1 % pour être précis.
  • 6 21,1 % très précisément
  • 7 C’est-à-dire celles qui disposent de moins de 20 mandats. Ensemble elles représentent 15,6 % du to (...)

6Premièrement, se situe l'importance numérique, résultante principale de la logique des mandats qui trop souvent sert de critère de définition de la vie politique dans la SFIO. En 1946 l'ensemble Nord-Pas-de-Calais représente à peine plus de 14 % des mandats5 dans le congrès qui voit Guy Mollet l'emporter sur Daniel Mayer, les deux fédérations ici concernées s'opposant d'ailleurs vivement, au point que la fédération du Nord présenta la candidature d'Augustin Laurent au poste de secrétaire général contre celle de Guy Mollet. Dix ans après, en 1956, au moment où Guy Mollet est Président du Conseil, lorsque le Congrès se tient à Lille afin de rendre hommage à Bracke-Desrousseaux, ce même ensemble représente plus de 20 % des mandats6. Certes ce bloc n'a pas été le seul à progresser, la fédération des Bouches-du-Rhône doublant son influence dans le même laps de temps et talonnant (avec plus de 9 % des mandats) la fédération du Pas-de-Calais. Il n'en demeure pas moins que l'axe Nord-Pas-de-Calais pèse en 1956 moitié plus que l'ensemble constitué par les 48 plus petites fédérations métropolitaines7 qui détiennent 541 mandats sur 3 770. Bien sûr, il ne s'agit là que de valeurs relatives qui, exprimées en pourcentage, suggèrent, bien davantage qu'un essor de ces deux fédérations, le déclin voire l'effondrement du Parti à la fin des années quarante et au début des années cinquante. On pourrait également nuancer en objectant la pratique répandue de l’achat des timbres et des cartes en vue des congrès. Quoi qu'il en soit, dans le parti le poids du bastion septentrional a augmenté : il représente forcément un noyau dur dans tout processus de constitution d'une majorité ou d'un axe majoritaire dans le Parti socialiste. Plus de 20 % des mandats est une force considérable, même si cela ne fait pas une majorité. Si l'on rapporte ce chiffre à l'ensemble des congrès auxquels Guy Mollet fut confronté, l'on s'aperçoit alors que le Secrétaire général pouvait compter sur 35 à 40 % des mandats et sur une opposition qui variait entre 25 et 30 % ; entre ces deux blocs existait un nombre non négligeable de fédérations se déterminant au coup par coup. Ainsi donc, du fait de son importance numérique dans cette logique des mandats, même s'il s'est agi d'une importance relative, l'axe Nord-Pas-de-Calais apparaît bien comme la colonne vertébrale d'une majorité dans les congrès, même s'il peut très bien y avoir une majorité sans cet axe, ce qu'illustrent a contrario sans qu'il soit besoin d'insister outre mesure le Congrès d'Épinay et la période 1946-1948.

  • 8 Marc SADOUN, « Sociologie du Parti socialiste », RFSP, 1989, individualise sur une autre base un m (...)

7La sociologie, parfois, dans le discours, poussée à l'extrême au risque de la caricature, délimite le deuxième constituant du mythe. Dans les archives conservées à l'OURS se trouvent plusieurs sondages consacrés à la sociologie du Parti socialiste. Il s'agit d'enquêtes de 1953 à 1963 qui résultent de la demande de la direction du Parti afin de mieux connaître les composantes sociologiques de ses fédérations. Or dans les réponses au premier questionnaire le secrétaire d'une section de la fédération du Nord répond que sa section est « exclusivement ouvrière » mais néanmoins il tient à préciser à la question suivante qu'il est « instituteur ». Autrement dit, lui instituteur tient à se classer dans la catégorie des ouvriers. Marc Sadoun a ailleurs montré8 que plus généralement il suffit qu'un militant prenne la parole dans un congrès en disant « je viens de la fédération du Nord » ou « je viens de la fédération du Pas-de-Calais » pour que le recrutement ouvrier qu'il revendique au moins implicitement lui assure au delà de la teneur même de son propos un succès d'estime non négligeable. La revendication du caractère ouvrier, accru par l'existence du bassin minier, se situe souvent à la limite de l'ouvriérisme et ce d'autant plus aisément que l'anti-intellectualisme devint l'un des leitmotiv de la direction du Parti.

8Le troisième constituant du mythe de l'entité Nord-Pas-de-Calais tient au combat politique et à l'idéologie dans une double perspective : d'une part l'anticommunisme (c'est l'élément constitutif, perçu dans les autres fédérations comme la caractéristique première lorsqu'il s'agit de définir l'identité du « Parti du Nord »), d'autre part, l'attachement commun à une certaine conception du Parti que l'on appelle le guesdisme, sans d'ailleurs que l'on cherche à le définir précisément, comme si le mot se suffisait à lui même.

  • 9 Telle est la problématique que l’on trouve au coeur du livre de Jacques KERGOAT, Le Parti socialis (...)

9Il n'en est rien et la notion même de guesdisme s'avère difficile à préciser dès lors que l'on considère comme inopérante la problématique instrumentale qui fait du « néo-guesdisme » la panacée universelle pour comprendre le combat politique de Guy Mollet, réduit alors à un affrontement récurrent contre les « blumistes »9.

  • 10 Colloque Guy Mollet, Université de Lille ΙII, propos repris dans Guy Mollet, un camarade en républ (...)

10En 1986 Daniel Percheron10 avait retenu quelques traits dans un essai de définition. Selon lui le guesdisme caractérisait d'abord un parti qui n'était devenu ouvrier que dans la mesure où s'était répandu le marxisme, en second heu un parti où un effort particulier était fait sur les questions d'éducation, d'où la place archétypale de l'instituteur comme secrétaire de section et maire, enfin un Parti qui porterait peu d'attention aux questions d’organisation et d'appareil.

11Autant la trilogie parti ouvrier, parti d'éducation, parti marxiste ne pose pas de problèmes, autant le peu d'intérêt porté aux questions d'organisation se doit d'être ici très fortement nuancé, car au contraire il existe un souci exacerbé de l'efficacité de l'organisation au risque, d'ailleurs facilement assumé par les deux fédérations, de gommer les aspérités inhérentes à une vie démocratique au nom d'une synthèse nécessaire pour assurer la cohésion du Parti.

  • 11 Marc SADOUN, art. cit., RFSP.
  • 12 Voir Laurent OLLIVIER, op. cit., p. 515 et 516.

12Au regard de ces trois constituants que sont l'importance numérique, la sociologie ouvriériste et ce fond idéologique commun, il existe à l'évidence un modèle qui caractérise parmi ceux que Marc Sadoun a appelé les « pays du socialisme »11 celui du bloc septentrional qui dépasse le cadre des caractéristiques commîmes aux deux fédérations12, modèle que l'on jalouse ou que l'on admire ailleurs dans le Parti. C'est pourquoi d'autres fédérations n'hésitent pas à demander à l'entité Nord-Pas-de-Calais de remplir un certain nombre de fonctions, au premier rang desquelles on trouve la fonction prestataire de service. Lorsqu'une autre fédération a besoin d'un orateur et notamment lorsqu'il s'agit à partir de l'automne 1947 de mener le combat contre les communistes, demander à un orateur du Nord ou du Pas-de-Calais qui apparaît, surtout après les grèves de 1947 et 1948, comme étant le meilleur spécialiste de l'anticommunisme semble chose logique.

13Aussi le bloc Nord-Pas-de-Calais joue-t-il en la circonstance un rôle proche de celui tenu par une école des cadres du Parti, sentiment accru par le fait qu'il n'est pas rare qu'un responsable fédéral d'une autre fédération soit originaire du bastion septentrional et qu'il en exporte quelques comportements. On peut citer parmi d'autres les exemples de Roger Quilliot, et pour l'actuel parti, Louis Mexandeau et Marcel Debarge.

  • 13 En effet les fédérations de parlementa ires indisciplinés étaient invitées à présenter le dossier (...)
  • 14 « Il déclare ne plus pouvoir accepter un mandat électif du Parti qu'il ne mente plus. Il regrette (...)

14De même les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais véhiculent-elles une conception commune de la discipline interne car le parti se doit d'être un instrument fortement discipliné, discipline néanmoins amendée par les congrès. Les débats touchant à la CED représentent de ce point de vue un épisode particulièrement éclairant dans la mesure où deux parlementaires du Pas-de-Calais - et non des moindres - brisent la discipline de vote. Néanmoins les indisciplines du Président du Conseil Général Louis Le Sénéchal et du maire de Boulogne-sur-mer Henri Henneguelle ne ressortent pas du même cas de figure ainsi qu'en atteste la correspondance adressée par la fédération du Pas-de-Calais à Guy Mollet13. Pour le premier la fédération suggère des « circonstances atténuantes ». En effet, dans la mesure où Le Sénéchal se trouvait absent de l'Assemblée pour raisons de santé, il avait fait connaître antérieurement son point de vue. Mais il avait précisé devant la fédération que présent, il eut respecté la discipline de vote à la demande du Parti. Néanmoins son absence, loin d'atténuer l'indiscipline, la renforce à ses propres yeux14. C'est d'un militant brisé qu'il s'agit, vivant comme « un drame » la situation. En conséquence, de sa propre initiative, il a décidé de remettre ses mandats à la disposition de la fédération, y compris la Présidence du Conseil général en prenant 1'engagement de mener une active campagne en faveur du candidat désigné par le Parti, y compris avec un effort particulier en direction de sa clientèle personnelle de conseillers généraux.

  • 15 Il écrit le 15 septembre 1954 : « Convaincu du danger que pouvait présenter l'acceptation d'un par (...)

15Tel n'est pas le cas de Henri Henneguelle qui estime au contraire qu'il est vain de parler de discipline sur un sujet qui ne touche en rien du fond doctrinal du socialisme, seul domaine selon lui où elle devrait s'exercer15. En outre, fort classiquement parmi les opposants à la CED, il évoque implicitement le danger d'une armée allemande au moment où en tant que maire de Boulogne-sur-mer il se doit de présider les cérémonies commémoratives du dixième anniversaire de la Libération de sa ville.

  • 16 C'est ce que sous-entend à l'évidence dans le rapport concernant Louis Le Sénéchal la phrase :» Il (...)
  • 17 La fédération « déplore que ces élus aient abusé du mandat qu'ils détiennent du Parti ».
  • 18 Archives de l'OURS, fédération des Basses-Alpes.

16Enfin il est à souligner que la fédération du Pas-de-Calais tient à féliciter la direction du Parti pour avoir sanctionné les trois figures emblématiques de ceux que Guy Mollet qualifiait « d'opposants perpétuels » à savoir Daniel Mayer, Max Lejeune et Jules Moch. Transparaît ici la crainte majeure pour les fédérations septentrionales que serait la constitution d'une tendance16. Plus généralement, dans ses attendus, la fédération réaffirme le principe fondamental pour le bastion Nord-Pas-de-Calais que les élus ne détiennent leurs mandats que du Parti17, ce qui autorise dans une certaine mesure une lecture nord-sud de la crise de la CED au sein de la SFIO, la fédération de Naegelen18 affichant à l'inverse dans sa plaidoirie que l'élu détient ses mandats de l'électorat et non du Parti, plaidant ainsi pour une autonomisation du groupe parlementaire qui n'avait à notre connaissance plus jamais été ainsi exprimée depuis la crise des « néos ».

  • 19 « Dans ma fédération nous n’avons pas de motion de synthèse par respect de la démocratie... Nous a (...)
  • 20 Voir Laurent OLIVIER, op. cit., p. 519 : Rachel Lempereur est sollicitée pour signer avant le cong (...)

17A l'inverse, il conviendrait cependant de nuancer pour l'ensemble du champ géographique concerné à l'origine par ce colloque : les fédérations de la Somme, de l'Oise et de l'Aisne n'appartiennent pas à ce modèle et ont parfois tendance à faire leurs les critiques formulées sur le manque de vie démocratique interne dans les deux fédérations qui nous intéressent La prise de position de Max Lejeune lors du congrès de 1953 apparaît comme particulièrement éclairante en ce qu'il critique-peut-être est-ce déjà le résultat de son opposition à la CED ? - la religion de la synthèse19. De ce point de vue, les responsables du bloc Nord-Pas-de-Calais ont conscience du risque d'apparaître comme un rouleau compresseur qui contribuerait à fausser la vie démocratique dans le Parti. Les pratiques commîmes, dont témoignent les commémorations rendant hommage à André Pantigny disparu lors de la résistance, ou bien encore les correspondances entre militants des deux fédérations sans passer - alors que c'est l'usage - sous le couvert du secrétariat fédéral accroissent encore cette image. D'où parfois la volonté de ne pas afficher ouvertement l'accord entre les deux fédérations, ce qu'exprime Augustin Laurent contre Rachel Lempereur lors de la préparation du Congrès de 195220.

18Aussi, si l'on s'en tient à ces principes, les deux fédérations participent de la même culture politique. Dans les deux cas le parti socialiste se définit d'abord comme un parti contre-société en mineur. Craint ou respecté, il existe bien un modèle du Parti qu'incarne le bloc septentrional, et sans doute ce modèle renvoie-t-il pour une large part à une référence implicite au vieux parti ouvrier français où les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais se trouvaient regroupés au sein d'une même fédération.

19Guy Mollet, pourtant normand d'origine, s'est rattaché pleinement à ce modèle qu'il a même voulu étendre. Mais les circonstances politiques le lui ont d'autant moins permis que la fédération du Nord n'a pas hésité, de 1946 à 1948, à s'opposer au projet de réorganisation du parti. Serait-ce à dire que le mythe de ce parti du Nord, qui veut que l'on soit du parti du berceau au tombeau, en dépit d'une efficacité d'autant plus redoutable qu'elle se nourrit de la faiblesse des autres fédérations, ne correspond guère à la pratique politique ?

2. La pratique

20Dans la pratique politique de la période considérée (1946-1971) trois grandes phases se distinguent aisément, avec deux périodes d'affrontement qui encadrent une phase d'entente entre le bloc Nord-Pas-de-Calais : d'abord un affrontement extrêmement poussé qui court de 1946 à 1948 ; en second heu, entre 1948 et 1965, un évident rapprochement, voire même une fusion ; enfin à partir de 1965 jusqu'à Épinay un éloignement progressif des deux fédérations nonobstant les relations d'amitié entre Augustin Laurent et Guy Mollet, la dynamique de l'axe Nord-Pas-de-Calais laissant place au terme du processus à ce qu'il est convenu d'appeler les « Bouches-du-Nord ».

21L'affrontement de 1946 à 1948 résulte de l'opposition, dans une période difficile pour le Parti (la SFIO n'étant que la troisième force politique du pays dans le cadre du tripartisme), entre deux conceptions : celle qui accorde la prééminence à ceux qui détiennent les responsabilités gouvernementales et celle qui prétend donner en toute circonstance la primauté au parti. Dans cette phase la fédération du Nord penche pour un soutien total aux ministres socialistes dans le cadre du tripartisme, position qui mérite que l'on s'y attarde quelque peu compte tenu de son côté apparemment paradoxal. En effet, faire des ministres socialistes, et non pas des organes dirigeants issus du congrès, les garants de la légitimité et de la doctrine socialiste ressemble fort à une rupture par rapport à la tradition que l'on prétend pourtant respecter.

22Pareille disposition d'esprit n'apparaît pleinement intelligible que si on la situe dans une double perspective :

  • d'un côté, celle du refus de la manoeuvre contre la direction du Parti en 1946 sous le faux semblant d'un retour aux sources du marxisme (de ce point de vue, pour Augustin Laurent la querelle sur le matérialisme et l'humanisme s'apparente davantage à un procès en sorcellerie qu'à un débat doctrinal dans le parti socialiste21) ;
  • de l'autre, celle des relations avec le parti communiste, la fédération du Nord stigmatisant l'attitude des communistes, depuis que ces derniers avaient notamment proposé en 1945 un projet de fusion des deux partis ouvriers ouvertement provocateur et inacceptable22 ce dont témoigne, parmi tant et tant de documents, l'adresse que la section de Roubaix envoie à Daniel Mayer le 16 janvier 194623.

23C'est peu de dire que Guy Mollet ne partage pas cette analyse. Au contraire, le maire d'Arras milite pour un rapprochement avec les communistes au nom d'un retour aux sources qu'il présente comme un préalable au nécessaire « redressement doctrinal » qu'il appelle de ses voeux pour mettre un terme à l'impuissance du tripartisme. Il aspire en conséquence, du reste fort traditionnellement, à un parti où toute l'autorité procéderait du Comité directeur et non pas des ministres.

  • 24 En effets le 21 octobre, après avoir évoqué longuement son passé de résistant et stigmatisé l'atti (...)
  • 25 L'ancien secrétaire fédéral du Rhône tenait à rappeler en 1985 lors d'une réunion organisée par l' (...)

24Voilà la nature du désaccord qui, pour l'essentiel, permet de comprendre le sens de l'affrontement contre Daniel Mayer et Léon Blum au Congrès de la Mutualité en 1946. De même, lors du vote décisif au Conseil national du 4 mai 1947 sur le départ des ministres communistes, les deux fédérations votent dans des directions opposées. Plus généralement l'opposition au gouvernement de Paul Ramadier participe de la même logique, et en retour, fait rarissime, certaines indisciplines de parlementaires du Nord se produisent, notamment le 4 septembre 1947 celle d'Eugène Thomas, Ministre des Postes dont le ton nous paraît caractéristique24 lorsqu'il précise au lendemain des élections municipales : « Dans mon département, c'est en nous battant sur le nom de Ramadier, nom devenu synonyme de courage et de patriotisme, que nous avons renforcé nos municipalités ouvrières et remplacé bon nombre de municipalités russes ». Peut-être n'est-il pas inutile de souligner ici que l'affrontement fut particulièrement véhément autour du congrès de Lyon en 194725.

  • 26 Que j'avais mis en valeur dans un colloque qui s'était tenu ici même en 1986, rapport qui critique (...)

25Cette période d'affrontement débouche sur le rejet sans ambages du projet de réorganisation du Parti socialiste, c'est à dire le projet qui tenait le plus à coeur à Guy Mollet Dans cette affaire, la fédération du Nord porte le coup de grâce en refusant dans un rapport26 de décembre 1947 la conception cryptocommuniste qui avait présidé au projet de la direction du parti.

  • 27 Ce dont témoigne la chronologie : après leur départ du gouvernement les communistes français se dé (...)
  • 28 Témoignage d'André Bergeron lors d'une conférence débat à TOURS (octobre 1993). Pour plus de détai (...)
  • 29 Lorsqu'on regarde de près les chiffres Ton s'aperçoit que sans cette bienveillante abstention Guy (...)

26La culture politique devenant tardivement celle de la guerre froide (pas avant l'automne 1947, ce qui signifie que le départ des ministres communistes du gouvernement Ramadier le 4 mai 1947 ne relève pas de cette logique27), l'affrontement physique avec les communistes dans le bassin minier, la scission Force Ouvrière, imposée par la base des minoritaires socialistes à la CGT et non pas par la hiérarchie du Parti28, les événements qui se produisent entre octobre 1947 et janvier 1948 - notamment le résultat des élections municipales caractérisées par une double poussée du PC et du RPF-, les relations personnelles entre Mollet et Laurent à la rédaction de Nord Matin, tout cela débouche sur un rapprochement entre les deux fédérations, dont l'adoption en juin 1948, à la demande d'Augustin Laurent, du principe de l'abstention de la fédération du Nord dans le vote sur le rapport moral constitue le signe le plus tangible29. A quoi s adjoint le fait trop peu souvent souligné que constitue, là encore à l'initiative de la fédération du Nord, la suppression pure et simple du vote sur le rapport moral remplacé par un vote sur un rapport d'activité parcellisé. Aussi, compte tenu de l'abandon de la représentation proportionnelle en novembre 1944, la mise en minorité de la direction devient désormais chose quasiment impossible. C'est donc au nom de la synthèse, et afin d'éviter que ne se pérennise cette forme de guerre civile froide entre les deux grands du parti qui avait vu le parti socialiste être le principal responsable de la démission du gouvernement Ramadier, que s'effectua le rapprochement, l'objectif commun, à savoir les nécessités de la lutte sur le double front gaulliste-communiste, permettant d'en revenir à la culture politique commune qui avait caractérisé les relations entre les deux fédérations au milieu des années trente.

  • 30 Marc WOLF, Revue du Nord, 1975.

27La période qui s'ensuit peut aussi se définir comme celle où s'applique l'analyse de Marc Wolf selon laquelle : « Ce que l'on appela le « mollétisme » est né de cette fusion entre deux hommes et deux fédérations. C'est le fruit du mélange entre une théorie révolutionnaire dans ses principes et une pratique réformiste dans ses réalisations »30.

  • 31 Bernard VANNESTE, Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme.

28Augustin Laurent avait tenu à souligner devant Bernard Vanneste31 les modalités de la réconciliation : « Léon Blum avait insisté pour que je sois candidat au secrétariat Je l'ai été, sans aucune animosité contre Guy Mollet J'étais convaincu que la position fondamentale de Guy Mollet n'était pas d'opposer « matérialisme et idéalisme », mais d'assurer plus fermement le caractère de classe de l'action socialiste. Cette conviction s'affirma assez vite et je n'eus pas à me forcer pour lui accorder mon soutien au comité directeur et par la suite dans les congrès », tenant même à préciser : « Guy Mollet n'a jamais pris une grande décision sans me consulter et sans que je sois d'accord avec lui, mise à part l'affaire de Suez. Me trouvant à ce moment-là en vacances, je lui télégraphiai : Ne rien faire avant d'avoir saisi l'ONU ».

  • 32 Sur ce sujet, se référer à la communication présentée ici par Gilles MORIN.

29Dans une période de reflux du socialisme français, l'image offerte par le bastion septentrional prend un relief d'autant plus particulier que le souci de sauver l'unité du Parti devient l'exigence majeure lors de la crise de la CED, de la guerre d'Algérie32 et à l'occasion du retour du général de Gaulle, ce qu'illustre dans les années cinquante l'insistant rappel à la discipline au nom de l'idée même que l'on ne désavoue pas des camarades placés en première ligne. De fait, il est vrai que la minorité socialiste eut énormément de mal à s'organiser dans le Nord et le Pas-de-Calais.

  • 33 Mot manuscrit non daté, conservé à l'OURS.
  • 34 Rappelons qu'Armand Coquart était maire-adjoint de Lille.

30Il serait toutefois faux d'en tirer la conclusion qu'il s'agirait de fédérations monolithiques dès lors que l'accord général sur la ligne politique s'est fait en 1948. Ainsi, au sein de ces fédérations le littoral du Pas-de-Calais autour d'Henri Henneguelle ne craint pas de « s'autonomiser » lorsque le maire de Boulogne-sur-mer refuse les consignes politiques nationales en n'hésitant pas à pratiquer lors des élections municipales des accords électoraux d'union de la gauche. Probablement, si l'on voulait affiner l'analyse durant ces années, la fédération du Nord offrirait-elle l'image d'une plus grande cohésion que celle du Pas-de-Calais, à l'exception de la crise ouverte le 13 mai 1958, ce dont témoignent les inquiétudes de Guy Mollet par rapport à Arthur Notebart dont Augustin Laurent se fait l'écho33 : « Eugène (Thomas) me dit que tu aurais manifesté quelque surprise sinon de l'inquiétude au sujet de ce que raconte Notebart Il aurait, paraît-il, la moitié de la Fédération. Il est certain que l'action combinée de quatre députés « contre » peut avoir pour conséquence la formation d'une importante minorité dans la Fédération ». Le maire de Lille poursuivait que, compte tenu de son état de santé qui l'a « empêché d'assister à la dernière Assemblée générale de la section de Lille », il ne contrôlait pas la situation. Même s'il concluait par, de son point de vue, une note d'optimisme sur le plan de la vérité d'appareil : « Il n'y a pas eu vote bien sûr, mais les 2/3 de la salle étaient peu disposés à considérer les arguments de Coquart34 et de Rachel (Lempereur) comme étant les seuls valables », il tenait néanmoins à souligner : « Mais au demeurant il faut bien reconnaître que le désarroi est réel et certain. Il n'y a plus d'inquiétude quant au sort du pays mais il y en a une profonde quant à celui de la Démocratie. L'entrée de l'armée dans l'arène politique n'a pas fini de peser sur le déroulement des choses. Comment vois-tu l'avenir ? ».

  • 35 Ainsi qu'en atteste le tableau suivant :

31Il est clair que le retour du général de Gaulle aux affaires marque un point d'infléchissement et initie une nouvelle phase, surtout à partir de 1962, puis de 1965, où pour comprendre les relations entre les deux fédérations septentrionales, il importe de faire de plus en plus référence à la stratégie de la fédération des Bouches-du-Rhône devenue progressivement entre 1958 et 1970 la première fédération dans le Parti35.

32De ce point de vue les précisions les plus significatives apparaissent dès lors que l'on analyse à partir de 1958 les types de vote où Nord et Pas-de-Calais font cause commune et ceux où les deux fédérations se différencient, voire même où Nord et Bouches-du-Rhône s'allient contre le Pas-de-Calais.

  • 36 La motion majoritaire, signée par Brutelle, recueille 55,3 % des mandats, la motion Defferre 38,9  (...)

33Fort symboliquement, le bastion septentrional fait bloc lors des votes sur l'Algérie, y compris lors du vote émis à l'occasion du congrès de 196036 qui vit sur ce sujet la plus faible majorité au sein du parti socialiste.

34A l'inverse les deux fédérations s'opposent à trois occasions :

  • 37 18-21 mai 1961.

35D'abord, fort significativement, lors du vote sur la modification des statuts, visant à assurer une garantie de représentation aux minorités disposant de 20 % des mandats adoptée par le 53e congrès37 : le Pas-de-Calais et les Bouches-du-Rhône votent cette modification et l'emportent nettement (72,9 % contre 22,9 % et 4,2 % d'abstention), le Nord votant contre.

  • 38 Congrès des 9-11 mai 1969.

36En second heu lors du congrès d'Alfortville constitutif du Nouveau parti socialiste38, où les « Bouches-du-Nord » obtiennent la révision du premier vote sur la candidature socialiste à l'élection présidentielle et permettent la candidature Defferre, le Pas-de-Calais se situant dans la minorité, de même que lors du second congrès des 11-13 juillet 1969, à la notable exception du vote sur l'orientation politique où les « Bouches-du-Nord » se retrouvent minoritaires dans leur soutien à la motion Notebart (qui n'obtint que 31,3 %), le Pas-de-Calais faisant partie des 67 % des mandats favorables à une ligne autorisant les contacts avec le PC.

  • 39 Pour un aperçu exhaustif du vote de ces trois fédérations, l'article fondamental demeure celui de (...)

37Enfin, et dans la droite ligne de ce scrutin, lors du Conseil national du 19 juin 1970, le Pas-de-Calais soutient avec succès Alain Savary (50,9 %) favorable à la poursuite des pourparlers avec le PC, tandis que l'hostilité des « Bouches-du-Nord », symbolisée par la motion Mauroy, n'obtenait que 32,5 %39.

  • 40 Correspondance conservée à l'OURS.

38C'est qu'au-delà de la sécheresse des chiffres, une fois réglée la guerre d'Algérie, la double question de la rénovation du parti socialiste et de la place qu'il se devait d'occuper dans le nouveau système politique issu de l'adoption du principe de l'élection présidentielle au suffrage universel, devait dessiner une ligne de partage nouvelle dans les relations entre les deux fédérations septentrionales. Certes, elles se retrouvent sur des valeurs fondamentales telle la laïcité et l'identité du parti, toutes deux jugées menacées par la candidature Defferre et le projet de grande fédération en 1965. Le 6 juin 1965 Guy Mollet adresse à Augustin Laurent un mot particulièrement caractéristique pour s'assurer de son soutien contre le maire de Marseille40 : « Ils (les amis de Defferre) jouent l'idée de fédération en en présentant une version maximaliste. Il ne s'agit plus d'une fédération avec des pouvoirs limités... mais d'une étape vers un parti commun... Cette fois la crise va être très grave, quelle qu'en soit l'issue... J'avais cru que le parti avait chargé Gaston Defferre d'une mission extérieure et non d'une transformation interne. Mon intention est de faire une lettre aux militants... Qu'en penses-tu ? Je suis assez pressé... Tu me diras mardi tes réactions... »

39Mais à partir de la campagne de François Mitterrand, la position de la fédération du Nord ne peut plus se résumer à l'entente Mollet/Laurent, ne serait-ce que en raison de la rencontre puis du rapprochement entre Pierre Mauroy et François Mitterrand.

40On ne peut néanmoins pas se satisfaire de l'image simpliste mais pourtant souvent véhiculée : Pierre Mauroy rénovateur, Augustin Laurent incarnation des valeurs traditionnelles du Parti.

La réalité est beaucoup plus complexe.

  • 41 Lettre du 8 octobre 1965 : « Si j'avais été présent hier à la réunion du bureau où l'on aura certa (...)

41Pour ce qui est des relations entre Guy Mollet et Augustin Laurent, les éléments de conflits demeurent Par exemple lorsque Guy Mollet évoque l'hypothèse d'une candidature Pinay en octobre 1965, Augustin Laurent lui réplique très vivement, en expliquant qu'il s'agit là d'une manoeuvre bien trop subtile pour un militant de la base et encore plus pour l'opinion publique41. Ainsi, Augustin Laurent n'a jamais été un soutien inconditionnel pour Guy Mollet. Il n'a jamais hésité à garder la distance qu'il estimait nécessaire lorsque le moment lui semblait propice.

  • 42 31 contre 29 à Pierre Mauroy.

42L'itinéraire de Pierre Mauroy - la chronologie le démontre pour la fin des années soixante - est beaucoup plus subtil· Conscient que la rénovation qu'il entend mener en étant le dauphin désigné de Guy Mollet se heurte à partir de 1969 au problème des conséquences dans le Parti de la démission du général de Gaulle, c'est à dire, par delà les aléas de la candidature Defferre, à la création du Nouveau Parti Socialiste dont Alain Savary vient d'être élu à deux voix de majorité42 premier secrétaire, Pierre Mauroy choisit de se rapprocher de Gaston Defferre. A cette occasion, les votes que nous rappelions le démontrent, se met en place la dynamique du regroupement bien connu qui devait opérer lors du congrès d'Épinay.

  • 43 Évidemment nous renvoyons pour une approche de l'apport de Bracke au socialisme de la SFIO à la co (...)
  • 44 Lettre du 11 février 1970 : « Je dois te l'avouer très franchement nous ne trouverons pas beaucoup (...)
  • 45 On peut au moins poser comme hypothèse de travail que la référence à Bracke est devenue un outil d (...)

43Mais par delà la conjoncture, même au cours de la phase de fusion caractéristique des années cinquante, il nous faut bien souligner ce résultat essentiel que jamais les constituants du mythe n'ont joué à plein. S'il en était besoin, une anecdote de détail sonne comme une éclatante confirmation à savoir la manière différenciée dont, sur le plan idéologique ou à tout le moins de l'apport à la pensée socialiste, Guy Mollet et Augustin Laurent cernent le rôle de Bracke. A l'évidence il ne s'agit pas là d'un enjeu de pouvoir. La place de Bracke dans la symbolique du socialisme guesdiste n'est même pas en jeu43. Après que Guy Mollet a fondé à l'automne 1969 l'OURS, Augustin Laurent lui précise dans une correspondance du 11 février 1970 qu'il accepte d'adhérer à cet office dès lors qu'il ne sera pas l'instrument d'une tendance, mais au contraire un outil de réflexion et d'enrichissement de la doctrine socialiste. La correspondance évoque donc les grands penseurs du socialisme. Contrairement au leitmotiv de Guy Mollet, Augustin Laurent affirme que, face aux « oeuvres de Blum, de Guesde », celle de Bracke n’est guère importante dans la pensée socialiste44, en ce sens que l'on ne trouve chez lui que de la vulgarisation, analyse qui légitimerait a contrario la question de la fonction jouée dans la biographie de Guy Mollet par l'incessant renvoi à l'enseignement de Bracke, du moins à partir des années 194545.

44Ainsi donc, au terme de cette présentation des relations Nord/Pas-de-Calais dans le Parti socialiste de la Libération à la veille du congrès d’Épinay, un résultat se dégage : il n’y a pas à proprement parler d'entité Nord-Pas-de-Calais si ce n'est dans l'imaginaire des congrès socialistes, où elle se définit davantage par rapport au reste du parti que par une réalité tangible. De ce point de vue, la notion même de guesdisme relève davantage de la facilité de verbe voire de l'alibi pour justifier un contrôle sur le parti. Toute chose étant comparable, l’observateur du fonctionnement du parti socialiste pourrait s'approprier sur ce sujet le lieu commun diplomatique par lequel, au temps où feu l'Union soviétique traitait d'égal à égal avec les États-Unis, les commentateurs avaient coutume de professer que si cela n'était pas bon lorsque ces deux puissances s'entendaient, c'était encore bien pire lorsqu'elles ne s'entendaient pas. Si l'historien peut se faire observateur du temps présent, aujourd'hui encore cette entité ne semble pas exister, les problèmes de pratiques communes relevant davantage de la personnalité des divers secrétaires fédéraux que d’une fusion culturelle ou politique. Ces deux fédérations en dépit de la création du cadre institutionnel de la région ont illustré que le fond commun était beaucoup plus limité que ce que l'on aurait pu croire de prime abord, les rapprochements caractérisant les phases de recul du socialisme au niveau national, la rivalité et les conflits surgissant souvent des contraintes de la gestion de la région. Aussi pensons-nous que, dans le débat sur l'évolution actuelle du Parti socialiste, la prise en compte de l'échelon régional devrait être une des portes de sortie pour en revenir à l'époque mythique symbolisée par le Parti Ouvrier Français, celle d'une unique fédération pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais.

Notes

1 Notamment grâce aux remarquables travaux de Frédéric SAWICKI sur le Pas-de-Calais et de Laurent OLLIVIER sur la fédération du Nord. Ce dernier consacre même les pages 515 à 519 de son travail à délimiter le cadre de ce qu'il appelle « des rapports privilégiés avec le Pas-de-Calais ». Il définit ainsi un modèle Nord-Pas-de-Calais dont nous préciserons plus loin les caractéristiques, quitte à lui en emprunter certaines et à en récuser d'autres.

2 Marc WOLF, Revue du Nord, 1975.

3 Dans Actes du colloque de 1986, Guy Mollet, un camarade en république, PUL, 1987.

4 Pierre Guidoni définissait un « modèle belge » par opposition à un « modèle napolitain » et un « modèle rural ».

5 14,1 % pour être précis.

6 21,1 % très précisément

7 C’est-à-dire celles qui disposent de moins de 20 mandats. Ensemble elles représentent 15,6 % du total métropolitain et 14,7 % si on prend en compte les fédérations d’Outre Mer.

8 Marc SADOUN, « Sociologie du Parti socialiste », RFSP, 1989, individualise sur une autre base un modèle du Nord original dans ce qu’il appelle fort joliment « les pays du socialisme ».

9 Telle est la problématique que l’on trouve au coeur du livre de Jacques KERGOAT, Le Parti socialiste de la Commune à nos jours, Éd Syros, 1983. A un degré moindre l'on retrouve cette tendance dans la thèse de Laurent OLLIVIER. L'utilisation instrumentalisée de cette problématique nous paraît en elle même caractéristiques de la volonté de pérenniser ce mythe. A noter que, mise à part la thèse de Gilles MORIN, la notion de blumisme est elle-même trop souvent présentée comme définissant un bloc homogène.

10 Colloque Guy Mollet, Université de Lille ΙII, propos repris dans Guy Mollet, un camarade en république, PUL, 1987.

11 Marc SADOUN, art. cit., RFSP.

12 Voir Laurent OLLIVIER, op. cit., p. 515 et 516.

13 En effet les fédérations de parlementa ires indisciplinés étaient invitées à présenter le dossier de leur élu. Ces documents sont conservés à l'OURS. Le rapport concernant les deux élus du Pas-de-Calais est daté du 22 septembre 1954, les avis de la fédération ayant été recueillis le dimanche 19 septembre.

14 « Il déclare ne plus pouvoir accepter un mandat électif du Parti qu'il ne mente plus. Il regrette que la loi électorale ne permette pas son remplacement dans une élection partielle mais il se tient à la disposition du Parti ».

15 Il écrit le 15 septembre 1954 : « Convaincu du danger que pouvait présenter l'acceptation d'un pareil traité, je n'ai pu me résoudre à suivre en cette affaire la décision du congrès et tout en restant fidèlement attaché à notre Parti, j'ai pensé qu'il était de mon devoir d'exprimer librement mon sentiment sur un problème qui ne touche en rien à la doctrine socialiste ni à l'unité de vue sur l'essentiel de la politique du Parti ».

16 C'est ce que sous-entend à l'évidence dans le rapport concernant Louis Le Sénéchal la phrase :» Il dit n'avoir jamais participé à aucune réunion de tendance ».

17 La fédération « déplore que ces élus aient abusé du mandat qu'ils détiennent du Parti ».

18 Archives de l'OURS, fédération des Basses-Alpes.

19 « Dans ma fédération nous n’avons pas de motion de synthèse par respect de la démocratie... Nous allons voter, les voix de la fédération du Nord, qui a certainement fait la synthèse sur ce problème, les voix de la fédération du Pas-de-Calais, tomberont en bloc avec celles de quelques-unes des grosses fédérations », archives de l’OURS, compte rendu sténographique du congrès.

20 Voir Laurent OLIVIER, op. cit., p. 519 : Rachel Lempereur est sollicitée pour signer avant le congrès une motion approuvée par Mollet et le Pas-de-Calais, Laurent est hostile : « les militants doivent s'abstenir de signer cette motion, surtout si cette motion est signée par nos amis du Pas-de-Calais, ce serait une raison supplémentaire de nous entendre dire au cours du congrès national que nous étouffons toute possibilité d'expression des petites fédérations ». Se reporter également à la communication de Gilles Morin ici même qui démonte la division du travail entre fédération du Nord et du Pas-de-Calais par rapport à l'Algérie entre 1955 et 1958.

21 Ce dont témoignent ses propos lors du congrès fédéral du Nord le 27 août 1946 : « Il n'est pour nous que d'affirmer notre socialisme humain et révolutionnaire... ».

22 qui évoquait, entre autres, la pensée socialiste « enrichie par Staline ». Se reporter à la remarquable analyse de Robert TORDIER dans « PS, PC, une lutte pour l'entente ».

23 « La section de Roubaix proteste vivement contre l'attitude antisocialiste du PC et demande à la fédération de rompre tout contact avec le PC tant que celui-ci n'aura pas changé d'attitude ».

24 En effets le 21 octobre, après avoir évoqué longuement son passé de résistant et stigmatisé l'attitude de la direction qui n'hésite pas à s'appuyer sur Marceau Pivert que Daniel Mayer qualifiait de « résistant de Mexico » en écrivant « Que le parti donne donc le spectacle de Buchenwald jugé par Mexico », il précisait dans les termes suivants son soutien à Ramadier : « Nous sortons d'une bataille électorale où la popularité de P. Ramadier a permis au parti de tenir le coup, en dépit de toutes les imbécillités des derniers mois ».

25 L'ancien secrétaire fédéral du Rhône tenait à rappeler en 1985 lors d'une réunion organisée par l'OURS à l'occasion du dixième anniversaire de la disparition de Guy Mollet que Paul Ramadier s'est comporté à cette occasion comme un secrétaire bis, qu'il tenait notamment réunion sur réunion dans une petite salle qui précédait le lieu où se tenait le congrès. Dans Le journal du septennat, le témoignage de Vincent Auriol indique la même direction, nonobstant l'action menée par le Président de la République pour rapprocher les points de vue entre Mollet et Ramadier.

26 Que j'avais mis en valeur dans un colloque qui s'était tenu ici même en 1986, rapport qui critique la conception crypto-communiste des choses, dans Colloque de 1986, Guy Mollet un camarade en république, Lille, PUL, 1987.

27 Ce dont témoigne la chronologie : après leur départ du gouvernement les communistes français se définissent toujours comme désirant revenir au gouvernement Il faut attendre la fin du mois de septembre, c'est-à-dire la conférence de Zlarska Poreba pour que l'opposition devienne irréductible.

28 Témoignage d'André Bergeron lors d'une conférence débat à TOURS (octobre 1993). Pour plus de détail il convient de se reporter aux analyses d'Alain BERGOUNIOUX dans Force Ouvrière Paris, éd. du Seuil, et Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard.

29 Lorsqu'on regarde de près les chiffres Ton s'aperçoit que sans cette bienveillante abstention Guy Mollet aurait perdu le congrès de 1948 de la même manière que Daniel Mayer avait perdu celui de 1946 les mêmes causes induisant parfois les mêmes effets.

30 Marc WOLF, Revue du Nord, 1975.

31 Bernard VANNESTE, Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme.

32 Sur ce sujet, se référer à la communication présentée ici par Gilles MORIN.

33 Mot manuscrit non daté, conservé à l'OURS.

34 Rappelons qu'Armand Coquart était maire-adjoint de Lille.

35 Ainsi qu'en atteste le tableau suivant :
Image

36 La motion majoritaire, signée par Brutelle, recueille 55,3 % des mandats, la motion Defferre 38,9 % et la motion Lejeune 5,2 %.

37 18-21 mai 1961.

38 Congrès des 9-11 mai 1969.

39 Pour un aperçu exhaustif du vote de ces trois fédérations, l'article fondamental demeure celui de Roland CAYROL, « Le vote des fédérations dans les congrès et conseils nationaux du Parti socialiste (1958-1970) », Revue française de Science Politique, vol XXI, no 1, février 1971

40 Correspondance conservée à l'OURS.

41 Lettre du 8 octobre 1965 : « Si j'avais été présent hier à la réunion du bureau où l'on aura certainement parlé de tes déclarations concernant Pinay, je t'aurais fait part de mon désaccord. On connaissait ton point de vue personnel avant la candidature Mitterrand en ce qui concerne Pinay, mais je ne vois pas du tout pourquoi tu t'es cru obligé de dire publiquement que tu souhaitais une candidature Pinay.
Les raisons qui t'ont incité à le faire sont trop subtiles pour la masse et même pour nos camarades. Nous avons l'air de jouer double jeu. Crois moi, ça a été très mauvais, et je suis désolé de te le dire. Ici les réactions sont franchement défavorables....
PS Je ne demande pas mieux que d'être détrompé par toi-même ».
(conservée à l'OURS).

42 31 contre 29 à Pierre Mauroy.

43 Évidemment nous renvoyons pour une approche de l'apport de Bracke au socialisme de la SFIO à la communication présentée ici par Christophe Prochasson.

44 Lettre du 11 février 1970 : « Je dois te l'avouer très franchement nous ne trouverons pas beaucoup d'inspiration fondamentale dans les écrits de Bracke pour éclairer et orienter nos études sur le plan OURS, sauf naturellement l'exemple incomparable d'un rappel constant de la valeur de nos sources doctrinales. Autrement dit : si l'on peut parler des oeuvres de Blum, de Guesde, s'agissant de Bracke cela est beaucoup plus difficile ».

45 On peut au moins poser comme hypothèse de travail que la référence à Bracke est devenue un outil dans la reconstruction que Guy Mollet fait à la Libération de son itinéraire des années trente.

Auteur

Université de Paris I

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter