Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

II. D'une guerre à l'autre (1914-1945)

Éléments sur la scission dans la France du Nord

Jean-Louis Robert

Texte intégral

1Nous nous proposons dans ce texte d'analyser moins les discours des partisans ou adversaires de l'adhésion à l'Internationale communiste, qui ont déjà fait l'objet de très nombreuses études depuis la thèse pionnière d'Annie Kriegel, que la structuration spatiale de l'adhésion. Nous partirons d'une étude des agrégats lourds que sont les départements pour situer clairement les quatre départements que nous avons étudiés ici (Nord, Pas-de Calais, Somme, Aisne) dans le cadre national et montrer leurs spécificités. Nous descendrons ensuite vers les sections de ces quatre départements, et nous achèverons notre cheminement dans les plaines septentrionales en revenant aux discours des militants, particulièrement lors du congrès de Tours, pour nous approcher d'une histoire moins socialisée.

2Nous avions initialement projeté d'examiner la question de la scission syndicale. Le temps nous a manqué ; toutefois nous évoquerons rapidement en contrepoint cette scission dont les caractères sont absolument identiques à ceux de la scission politique, au moins dans la région.

1. La région Nord, une région de plus grande réticence à l'adhésion

3Les pourcentages correspondent aux résultats des congrès fédéraux ; les chiffres absolus indiqués sont calculés à partir de ces pourcentages sur la totalité des effectifs - les chiffres absolus réels sont donc inférieurs à ceux-ci du fait des non votants.

4Il apparaît clairement au vu du tableau 1 (ci-après) que nos quatre départements se situent dans des eaux médiocres du point de vue des partisans de l'adhésion à l'Internationale communiste. Dans l'ensemble on se situe autour de dix points en dessous de la moyenne nationale. Les deux plus grands départements marquent une moindre réticence, puisque le Nord atteint 63 % de partisans de l'adhésion, le Pas-de-Calais 56 %. Dans l'Aisne et plus nettement encore dans la Somme, l'adhésion n'emporte pas la majorité. Il s'agit bien d'un des grands blocs régionaux (avec le Centre Ouest, l'Auvergne, le Languedoc-Pyrénées, et certains pays comtois (Carte 1) où l'adhésion suscite des réticences et qui s'étend à la Marne et aux Ardennes (moins nettement à l'Oise). Bloc qui échoue à s'étendre à la vallée de la Seine et à la région parisienne, bastion de l'adhésion.

Tableau 1 : Les votes à Tours dans les quatre départements du Nord

5Pourrait-on alors tenter une caractérisation du socialisme de ces pays et de son histoire qui expliquerait cette adhésion amoindrie ? Quelles sont les hypothèses présentes ? On pourrait d'abord penser aux problématiques posées par Annie Kriegel faisant de la démographie et de la sociologie des facteurs importants. Les plus jeunes d'une part, les paysans d'autre part, penchant plus particulièrement pour l'adhésion. Il serait bien entendu tentant de mettre en rapport l'importance de l'industrialisation de la région avec son moindre élan (le Nord aurait peu de sections rurales votant unanimement l'adhésion). Mais il y a là sans doute piège de l'agrégat lourd, puisqu'il apparaît justement, que dans la région, les sections rurales, certes peu importantes, ont été parmi les plus réticentes à l'adhésion. Il est difficile, faute de connaître la démographie des sections, de conclure sur l'âge des uns et des autres. Mais nous disposons de séries plus convaincantes pour mesurer les mouvements des effectifs.

6D'autres hypothèses sont aussi à évoquer : on pense d'abord ici particulièrement au département du Nord, où la réticence à l'adhésion pourrait être le signe de l'attachement à la vieille maison dans une région où la puissance socialiste est anciennement établie, où les traditions guesdistes (dans le textile et à Lille-Roubaix-Tourcoing) et unionistes (chez les mineurs) sont vivaces et l'emportaient avant la guerre sur les syndicalistes révolutionnaires. Une autre hypothèse méritant d'être évoquée est l'impact de la guerre dont on sait qu'elle a contribué grandement à la partition syndicale, les régions les plus actives socialement et économiquement pendant le conflit constituant les bases de la future CGTU.

7Or on peut dire que dans la région, nous allons retrouver dans l'ensemble ces deux facteurs très nettement.

8Pour l'étude, nous avons finalement retenu plusieurs indicateurs. D'abord l'évolution des effectifs. Annie Kriegel avait tenté une mise en rapport de l'adhésion à l'évolution des effectifs de 1919 à 1920 qui ne dégageait pas de résultats nets ; mais nous avons privilégié d'autres indices. En effet, attaché à mesurer l'impact de la guerre, il nous fallait introduire les effectifs de 1918, significatifs du socialisme de cette période. D'autre part, pour mesurer le dynamisme ou l'essor socialiste et évaluer le rapport à l'avant guerre, il fallait s'interroger à partir des chiffres en effectifs de 1913. De là un triple indicateur qui mesure les évolutions de 1913 à 1918 (carte 2), de 1918 à 1920 (carte 3) et de 1913 à 1920 (carte 4).

9Autre mesure de l'implantation, les élections ; nous avons retenu les résultats de l'élection législative de novembre 1919 (carte 5) et intégré dans notre base de données les élus (députés et conseillers généraux). Nous avons enfin utilisé les rapports du nombre d'adhérents au nombre de voix socialistes obtenues (carte 6), tentative pour estimer le fonctionnement d'un éventuel modèle social-démocrate (organisation forte par rapport à l'influence) et au nombre d'électeurs (carte 7) (indice de la densité socialiste).

10A partir de là, pour dégager une typologie et une hiérarchisation des facteurs de l'adhésion, nous avons procédé à deux analyses factorielles des correspondances. Une a porté sur les chiffres bruts (ce qui favorise le poids des grands départements et fédérations dans la structuration des formes), une sur un codage en binaire (chaque variable est éclatée en trois - par exemple GA - département fortement favorable à l'adhésion codé 1 - ou 0 - non-, MA, département moyennement favorable à l'adhésion, PA département médiocrement favorable..., les seuils sont définis préalablement par la méthode des proximités). Dans cette deuxième analyse, tous les départements ont un poids identique, ce qui met sur le même plan les résultats de la Seine et de la Corse. Heureusement, les deux approches ont donné des résultats sensiblement voisins, et nous avons choisi de ne présenter que la seconde analyse factorielle (résultats des départements en code disjonctif binaire).

Pour l'examen des tableaux, voici le sens des abréviations

G 83

bonne résistance des effectifs pendant la guerre

Ind. > 70

M83

moyenne résistance

P 83

effondrement des effectifs pendant la guerre

Ind. < 35

G23

très grand progrès des effectifs entre 1913 et l920

Ind. >360

M 23

progrès moyen

P 23

effectifs croissant médiocrement entre 1913 et 1920

Ind. < 180

G28

grande croissance dans l'après-guerre (entre 1918 et 1920)

Ind. > 680

M 28

croissance moyenne

P 28

petite croissance

Ind. < 375

GV

fort pourcentage aux élections de 1919

% >25

MV

pourcentage moyen

PV

faible pourcentage

% < 13

GE

beaucoup d'élus

+ de 5

ME

peu d'élus

PE

pas d'élus

GIM

forte densité socialiste

< 25 él./adh.

MIM

moyenne

PÎM

faible

> 100 él./adh.

GSD

rapport électeurs / adhérents faible

< 7

MSD

rapport moyen

PSD

rapport élevé

> 12

11Examinons maintenant l'analyse factorielle portant sur 83 départements (les départements d'Alsace-Lorraine, des Côtes du Nord, des Pyrénées Orientales, de la Haute-Loire et des Hautes-Alpes ont été éliminés de l'analyse, pas de liste socialiste, pas d'effectifs comparables en 1913...).

12L'analyse factorielle est une méthode trop souvent utilisée avec une certaine légèreté et une trop grande confiance dans les superbes nuages de points qui font apparaître des proximités sans sens. Nous avons choisi ici une plus grande austérité et nous nous contenterons de l'examen des tableaux plus arides des valeurs et vecteurs propres. Le tableau 2 des valeurs propres indique des pourcentages assez médiocres de cohérence des informations (seulement 16 % pour le premier axe). Il y a donc à l'évidence assez peu de relations statistiques fortes entre nos variables. Nous avons donc été contraint d'étudier les quatre premiers axes (on atteint alors un pourcentage cumulé intéressant de plus de 50 %) pour mettre en valeur des informations satisfaisantes.

13Le tableau 3 des vecteurs propres donne les informations concernant les variables (pour chaque axe, on dispose des coordonnées sur l'axe, des corrélations (COS2) avec l'axe et des contributions (CPF) à l'axe).

Tableau 3/1 Les variables

Tableau 3/1 Les variables

Tableau 3/2 Les départements

Tableau 3/2 Les départements

14Observons les deux variables qui nous intéressent en tout premier lieu, GA et PA. Nous constatons qu'elles sont bien corrélées avec les trois premiers axes qu'il nous suffira donc d'étudier. Nous constatons aussi leur situation en constante opposition, ce qui est très intéressant, car cela nous montre qu'il y a des oppositions nettes pour les trois axes entre départements partisans et adversaires de l'adhésion. GA a une coordonnée positive sur le premier axe, négative sur le second et positive sur le troisième, a contrario PA a une coordonnée négative sur le premier axe, positive sur le second et négative sur le troisième. Nous pouvons alors constater qu'une même structure des coordonnées (+-+) se retrouve pour G83 et MV, et la structure opposée (-+-) pour P83, P23, un peu GV et GE, et PSD.

15On peut alors formuler les principales conclusions en terme de facteurs clés (bien entendu, il s'agit de tendances qui ne sont pas générales pour tous les départements puisque nous ne rendons compte que de la cohérence de 50 % de l'information avec les quatre axes étudiés). Globalement les départements les plus favorables à l'adhésion sont ceux qui ont eu une bonne résistance (en effectifs) pendant la guerre, la Seine, la Seine-et-Oise, le Rhône, la Seine-inférieure ou les Hautes-Pyrénées sont des exemples de ce type (mais il y a des cas contraires comme le Calvados PE). Notons qu'ici nous retrouvons exactement la même conclusion que celle que nous avions formulée il y a bien longtemps dans notre thèse de troisième cycle sur la scission syndicale, conclusion qui contredit, du moins du point de vue de la géographie de l'adhésion, l'affirmation d'Annie Kriegel sur la guerre-parenthèse. Plus inédit pour moi, la forte liaison de l'adhésion avec les départements à réussite électorale moyenne, comme si les bastions socialistes d'un côté et les points faibles de l'autre étaient peu favorables à l'adhésion. Nous reviendrons sur cette particularité du département moyen, au niveau électoral, comme favorable à l'adhésion.

16Pour les résistances à l'adhésion, on trouve assez naturellement des facteurs explicatifs opposés. Les départements les plus réservés sont ceux qui ont connu une baisse drastique de leurs adhérents pendant la guerre, et qui, malgré une reprise après-guerre, ont une croissance médiocre en 1920 par rapport à 1913. Au bilan, et là nous rejoignons Annie Kriegel, ce sont bien les départements qui ont la plus forte part d'anciens dans leurs rangs qui sont réticents à l'adhésion, mais moins du fait d'un médiocre élan en 1919-1920 des adhésions que d'un retard accumulé pendant la guerre et qui n'a pas été rattrapé. Les départements auvergnats sont bien dans ce cas par exemple. Enfin, on pourra noter que les départements à forte résistance sont aussi, mais le fait est moins net, ceux qui comptent le plus d'élus et qui se tiennent bien électoralement Plus surprenante est la liaison avec la médiocrité du nombre d'adhérents en rapport avec le nombre de voix (PSD). C'est le cas de nombre de départements du Midi (Haute-Garonne, Hérault, Tam, Lot, Pyrénées Atlantiques, Cantal, Aveyron) ou de l'Ouest (Morbihan, Loire-Atlantique). Ici l'implication est fragile ou ne passe pas par le biais organisationnel.

17Ces grandes tendances dégagées par l'analyse factorielle, examinons maintenant le cas de nos départements nordiques.

Quelques caractéristiques du bloc Nord

18Le bilan est clair, deux de nos départements ont le profil d'un département type opposé à l'adhésion (-+-), ce sont l’Aisne et la Somme. Deux un profil partiellement différent, ce sont le Nord et le Pas-de-Calais (---) qui divergent de la typologie de l'adhésion pour le deuxième axe déterminé en grande partie par PSD et GSD.

19Si l'on examine d'abord l'évolution des effectifs socialistes. Il est clair que pendant la guerre, les départements du Nord sont parmi les plus touchés. En 1918, l'Aisne est tombée à 5 % de ses effectifs d'avant-guerre (la chute la plus brutale en France), le Nord à 9 % et la Somme à 27 %. Ici s'isole le Pas-de-Calais qui a conservé 63 % de ses effectifs d'avant-guerre (contre une médiane de 50 %), chiffre qui paraît un peu surprenant Entre 1918 et 1920, il y a logiquement une croissance très vive des effectifs des fédérations écrasées pendant la guerre, les effectifs sont multipliés par 20 dans l'Aisne, par 19,6 dans le Nord. La croissance est encore vive dans le Pas-de-Calais (multiplication par 6,3), mais paraît médiocre dans la Somme (multiplication par 3,7). Au bilan de la guerre, l'Aisne et la Somme font triste figure puisqu'en 1920, elles ont à peine retrouvé leurs effectifs de 1913 ; le Nord, qui, il est vrai, était la première fédération socialiste avant-guerre, n'a multiplié ses effectifs que par 16,7 (et elle est dépassée - fait combien symbolique - par la Seine comme fédération leader en effectifs). Seul le Pas-de-Calais qui a cumulé une résistance correcte pendant la guerre et un essor vif dans l'après-guerre se situe dans les départements à forte hausse entre l'avant et l'après-guerre (une multiplication de 4,27). On est bien ici en pays de très forte croissance des effectifs socialistes en 1920, mais plus par un effet d'optique, lié à la dépression de la guerre, que par un rajeunissement ou un renouvellement des militants sur l'avant-guerre. Le Pas-de-Calais détonnant du groupe par son plus grand et plus constant dynamisme (qui se traduit par un emplacement moins marqué négativement que les trois autres départements sur l'axe 1).

20Au bilan, donc, nous avons ici bien affaire à une région marquée, et durablement, par la guerre, peu dynamique dans ses effectifs par rapport à l'avant-guerre. Nous nous situons très bien dans le modèle général.

21Étudions maintenant le niveau électoral. Le Nord et le Pas-de-Calais sont parmi les départements à plus fort vote socialiste en 1919. Les socialistes obtiennent dans le Nord 41 % des exprimés (troisième score après la Haute-Vienne et l'Ailier, à égalité avec les Bouches-du-Rhône) et 40 % dans le Pas-de-Calais. Passons sur ces deux forteresses bien connues. L'Aisne aussi, où les socialistes obtiennent 26 % des voix, donne un des bons scores socialistes (la moyenne est de 18 %) et les socialistes y ont obtenu deux députés, quatre conseillers et une dizaine de maires. La Somme fait plus triste figure avec ses 14 % de voix socialistes, mais les élus ne sont pas absents avec cinq conseillers et six ou sept maires.

22Globalement, la région là encore avec ses 36 % de voix socialistes, ses 20 députés et ses innombrables maires et conseillers rentre bien dans notre typologie.

23Examinons maintenant le troisième facteur dégagé par notre analyse factorielle, le rapport des effectifs aux voix socialistes. En France, en 1920, ce rapport s'établit autour d'un adhérent pour 11 à 12 électeurs. Les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais participent alors bien de cette social-démocratie à la française avec un rapport de un à six pour le Pas-de-Calais et de un à sept pour le Nord (modèle qui se retrouve aussi dans certains départements de l'Est, Belfort, Doubs, Aube, Haute-Saône, du sud-ouest, Creuse, Gers, Dordogne ou de la région parisienne, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, Eure-et-Loir, presque tous les départements favorables largement à l'adhésion...). Nous retrouvons là alors la distorsion des signes du deuxième axe (satisfaction devant la cohérence des résultats statistiques...).

24Mais nos deux fédérations environnantes ont, elles, un rapport très médiocre, de 1 à 13 pour la Somme, et de 1 à 24 pour l'Aisne, un des rapports les plus faibles de France. La Somme et l'Aisne sont bien dans le groupe des départements qui ont une structure organisationnelle fragile au regard de l'influence socialiste. Ici, pas de modèle social-démocrate, on participe d'un bloc de départements très variés (Allier, Aveyron, Ardennes, Gard, Haute-Garonne, Hérault, Puy-de-Dôme, Var, PE) également tous extrêmement réticents à l'adhésion à l'IC, tous affectés durablement par la guerre dans leurs effectifs, mais à bons scores électoraux socialistes.

25Le Nord et le Pas-de-Calais se dissocient évidemment de ce modèle par leur évidente forme social-démocrate d'organisation puissante, mais dont on ne peut vraiment pas faire un facteur défavorable à l'adhésion (car ce type social-démocrate se retrouve souvent là où on ne l'attend pas, toute la région parisienne par exemple). Peut-être peut-on penser toutefois que leur densité socialiste très élevée (ce sont les deux plus fortes de France) n'est pas sans effet.

26Au bilan régional, nous sommes en droit donc de formuler quelques conclusions sur la réticence du Nord à l'adhésion. La guerre a dramatiquement affecté l'organisation socialiste de ces départements (moins le Pas-de-Calais, mais la validité des chiffres d'effectifs pour la guerre de ce département reste bien incertaine), et la progression vive de l'après-guerre ne permet pas un progrès fort de l'organisation par rapport à l'avant-guerre. La région est ainsi restée totalement étrangère aux expériences nouvelles et aux recompositions sociales, culturelles et politiques du socialisme français qui se sont effectuées pendant la guerre, comme ce fut le cas à Paris. Par là, elle n'a pas le même héritage de la catastrophe que les départements qui ont maintenu, parfois difficilement, l'organisation pendant la guerre et qui s'orientent vers l'adhésion.

27Si on ajoute à ce phénomène que cette chute est particulière à la région car liée d'abord à la proximité du front ou à l'occupation, ce qui a amené normalement un sentiment de défense nationale plus vif, on conçoit bien qu'il y ait là des causes décisives. Par ailleurs, le sentiment d'une continuité du socialisme, d'une reprise de la situation là où on l'avait laissé avant guerre, est accentué par la relativement faible progression des effectifs en 1920 par rapport à 1913. Enfin, il s'agit de départements où les élus sont d'un poids certain dans le socialisme, et, dans ce travail comme dans bien d'autres, on a montré que les élus ont généralement basculé du côté des adversaires de l'adhésion. Toutefois ici, les procédures sont différentes : dans l'Aisne et la Somme, ce sont de très faibles structures qui votent, dans le Nord et le Pas-de-Calais, ce sont des organisations de masse.

28Laissons donc là ces lourds agrégats pour nous approcher du paysage.

2. Organisation du paysage régional

29Pour ce travail, nous avons utilisé les votes des sections que nous connaissions par la presse, les archives ou des monographies locales. Nos informations sont nulles ou presque pour l'Aisne (à part Saint-Quentin), moyennes pour le Pas-de-Calais (nous connaissons les votes des grandes sections minières, mais pas des autres sections, sauf Calais), assez satisfaisantes pour le Nord (nous avons retrouvé les votes de 101 sections sur près de 170) et complètes pour la Somme.

  • 1 M. DEMOUVEAU, F. SAVOYE, La scission du parti socialiste à Lille-Roubaix-Tourcoing,, 1918-1921, Li (...)

30Nous n'avons par contre pas les renseignements concernant les effectifs d'avant-guerre ou pendant la guerre, ni de statistiques électorales précises qui nous permettent de continuer à raisonner sur l'ensemble des paramètres que nous avons utilisés dans la première partie de cette communication. Toutefois la très bonne maîtrise de Maurice Demouveau et Françoise Savoye1 donne des informations sur la seule agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing que nous utiliserons à l'occasion.

31On se contentera donc ici d'une double réflexion, géographique (avec d'éventuelles inflexions socioprofessionnelles) et structuraliste (en rapport avec la dimension des sections).

L'espace du département du Nord

32Pour les six arrondissements du département nous obtenons les résultats suivants :

Avesnes

pour l'adhésion

29 %

Cambrai

pour l'adhésion

62 %

Douai

pour l'adhésion

79 %

Dunkerque

pour l'adhésion

28 %

Lille

pour l'adhésion

50,5 %

Valenciennes

pour l'adhésion

74 %

33Les résultats sont clairs et suffisamment discriminants. Ils n'étonnent pas ceux qui connaissent les rapports de force communistes/socialistes dans le département depuis 1920. Les partisans de l'adhésion ont leurs points forts dans les sections du bassin houiller et métallurgique. Ce pôle de l'adhésion se dégrade vers l'est ; le Cambrésis largement textile, reste favorable mais assez médiocrement, et plus à l'est encore l'Avesnois résiste massivement à l'adhésion à l'IC (à l'extrême est, Fourmies ne donne alors aucune voix à la IIIe !). A l'ouest, l'arrondissement de Lille ne donne qu'une adhésion très médiocre à l'adhésion et ici une vue plus précise s'impose. Enfin les territoires flamands et côtiers sont les plus réticents.

34La carte 8 des résultats dans l'arrondissement de Lille fait apparaître une spatialisation qu'avait déjà mise partiellement en valeur Demouveau et Savoye. Lille (seulement 32 % de partisans de l'adhésion) est le bastion de la résistance, mais son influence ne s'exerce que sur quelques commîmes de l'ouest de l'agglomération (Lomme, Lambersart). Roubaix dorme une maigre majorité à l'adhésion (54 %), et un même phénomène se retrouve dans les communes situées à l'est et au sud de la capitale du textile (Lys, Wattrelos, Hem...). A l'extrême sud de l'arrondissement, les communes exclusivement minières sont massivement contre l'adhésion (aucune voix favorable dans sept sections d'Ostricourt, à Bauvin, seule Annoeulin fait exception). Dernière zone de vives réticences autour d'Armentières.

35Au contraire, au nord de l'agglomération, Tourcoing (88 %) et moins nettement Halluin, au sud, Seclin (100 % pour l'adhésion), sont favorables à l'adhésion. Mais ce sont surtout les grosses sections de la banlieue lilloise qui donnent des bases importantes à l'adhésion (Haubourdin, 90 % ; Loos, 100 % ; Ronchin, 100 % ; Lezennes, 100 % ; Hellemmes, 100 % ; Mons, 92 % ; Marcq, 100 % ; La Madeleine, 62 % ; Saint-André, 100 %). Demouveau et Savoye, meilleurs connaisseurs de la réalité industrielle de l'agglomération que moi, estiment qu'il n'y a dans ces subtiles nuances pas d'effets de la profession ; villes textiles et métallurgiques se partagent Ils estiment de même que la possession de la mairie n'a pas de répercussions sensibles. Ils notent comme seule relation nette le lien entre l'écart entre les effectifs de 1913 et de 1920 et l'adhésion. Nous retrouvons là le facteur général déjà analysé. Les sections où il y a progression forte sont plutôt pour l'adhésion, les sections qui connaissent une croissance médiocre, voire un recul, sont contre.

36Ainsi dans le cadre d'un département plus réticent que la moyenne, mais quand même assez majoritairement favorable à l'adhésion, nous retrouvons bien une combinaison de facteurs généraux entraînant une certaine résistance (médiocrité de la croissance des effectifs par exemple) et de facteurs plus particuliers avec un découpage de l'espace clair et assez classique pour la sociologie politique. L'association métallurgie-mine est la plus favorable à l'adhésion, la mine seule et le textile sont plus réservés. L'opposition centre/banlieue est également évidente dans le cas de Lille.

Le Pas-de-Calais

« On a dit ici que les sections paysannes en tenaient surtout pour la IIIe Internationale. C'est peut-être possible dans d'autres départements, mais pas dans le Pas-de-Calais. Nos sections qui sont toutes des sections paysannes et la majorité des sections qui bordent le bassin houiller - ces dernières sections composées à la fois de paysans et de mineurs - ont donné la plupart la majorité à la motion Longuet ou à la motion Blum ».

37Cette déclaration de Raoul Evrard, le secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais, au congrès de Tours, est largement confirmée par les faits. Nous ne disposons du détail des votes que d'une vingtaine de sections du département, dont le plus grand nombre sont celles du bassin minier (stricto sensu). Pour les 1708 voix exprimées dans ces sections, nous décomptons 68 % de votes en faveur de l'adhésion (avec des sommets à Noeux-les-Mines, Auchel, Rimberts, Oignies, Montigny et Auchy, et des votes plus réservés à Lens - 49 % - et Béthune - 24 %). Comme la moyenne du département se trouve à 55 % de votes favorables à l'adhésion, ceci signifie bien que les sections semi-rurales proches du bassin et les sections rurales ont voté contre l'adhésion comme le dit Evrard. En outre Arras et Calais se prononcent aussi contre l'adhésion. Nous ne savons malheureusement rien des évolutions des effectifs entre 1913 et 1920 pour confirmer la vue donnée par les agrégats départementaux. Les sections du bassin minier ont-elles mieux tenu pendant la guerre ? Ont-elles connu un essor entre 1913 et 1920 plus net que celui des autres sections ? Nous n'en savons rien.

La Somme

38Pour la Somme, nous disposons des résultats de l'intégralité des sections et nous pouvons dresser une carte 9 de synthèse de ces résultats. En fait le département apparaît alors nettement partagé. Trois zones sont favorables à l'adhésion. Au sud-ouest, le Vimeu, vieille région d'industrie rurale, se prononce à 55 % pour celle-ci ; plus nettement, à l'ouest d'Amiens, autour de Picquigny, canton d'industrie textile et métallurgique, on vote à 60 % pour l'adhésion. Enfin, au sud-est d'Amiens, de Longueau (le centre cheminot) à Ailly, on vote à 69 % pour celle-ci.

39Les oppositions sont donc tranchées entre de petits pays, et on ne saurait négliger le rôle des personnalités. Là encore nous ignorons tout de l'évolution des effectifs, mais nous pouvons constater que les deux villes les plus importantes donne une majorité large à la résistance à l'adhésion.

L'Aisne

40Nous n'avons qu'un seul résultat dans ce département partagé, celui de Saint-Quentin, qui se prononce nettement contre l'adhésion.

Une réflexion structurelle

41Un point commun apparaît à nos quatre département, que l'agrégat départemental ne permet pas de percevoir. Les quatre chefs-lieux de département sont massivement opposés à l'adhésion, et on peut noter qu'il en va souvent de même pour les sous-préfectures (Abbeville et, cas plus frappant encore car comme isolés dans un bassin rouge vif, Lens et Béthune). Nous ne pouvons ici établir s'il s'agit d'un cas propre à la région, et faute de connaître la sociologie des sections concernées, il est difficile d'en conclure par exemple à une plus grande réticence à l'adhésion de milieux moins homogènes alors que les sections plus étroitement ouvrières de la banlieue de Lille ou du reste du bassin dans le Pas-de-Calais seraient plus favorables. Mais le fait est là, une certaine centralité conduit à une réticence, un certain éloignement (mais un certain type seulement comme nous allons le voir) conduit à l'adhésion.

42Un autre point commun est perceptible pour les deux départements qui nous donnent suffisamment de résultats pour conclure de manière fiable, le Nord et la Somme.

43Si nous partitionnons nos sections selon leur taille (en fait le nombre de votants pour être plus rigoureux, mais il y a certainement un ben de l'un à l'autre), nous pouvons élaborer le tableau suivant.

SOMME

Grandes sections
> à 40 adh.

Moyennes sections
de 17 à 40 adh.

Petites sections
< à 17 adh.

Vote sur l'adhésion

20 %

63 %

39 %

NORD

Grandes sections
> à 100 adh.

Moyennes sections
de 51 à 100 adh.

Petites sections
< à 51 adh.

Vote sur l'adhésion

50 %

64 %

35 %

44On peut constater sur le tableau un même modèle ; les grandes sections et les très petites sont défavorables à l'adhésion ; les sections de dimension moyenne sont les plus favorables. Cette structure ternaire encore mal connue ne nous semble là encore pas vraiment propre aux départements de la région Nord (nous l'avons testée, par une série d'histogrammes, sur une dizaine d'autres départements français). Elle n'est d'ailleurs pas sans rappeler le fait que les départements à électorat socialiste moyen étaient favorables à l'adhésion comme nous l'avons vue dans la première partie de ce texte. Ces structures ternaires ont été également rencontrées dans d'autres secteurs de la sociologie politique. L'enquête sur les maires avait montré que sur deux siècles, les maires des très petites commîmes et des plus grandes avaient (à l'exception de la profession) des caractères démographiques et politiques proches et opposés à ceux des communes plus moyennes. En fait le poids des notables apparaît plus fort dans les grandes unités et dans les plus fragiles, et une contre-hégémonie se développe plus aisément dans des unités suffisamment importantes pour ne pas être dépendantes et suffisamment petites pour moins connaître une structure centralisée et bureaucratique.

45Il est aussi peut-être possible de traduire ceci en terme socio-spatial ; d'un côté les très petites sections rurales, les grandes villes sont résistantes ; de l'autre, les banlieues et les petites villes ouvrières cheminotes sont adhérentes.

46Le bilan de l'étude plus fine n'est pas négligeable. Elle n'a pas contredit, loin de là, les tendances lourdes dégagées par l'analyse factorielle départementale. Mais elle nous permet une vision autre en mettant en avant les différences dans les structures de l'espace, les rapports centralité/marges, les catégories professionnelles.

3. Retour aux discours

47Après cette longue et aride étude, il est temps d'en venir quelque peu aux déclarations et positions personnelles des acteurs qui nous permettent de donner un sens à leur choix. Disons tout net qu'à quelques nuances importantes près, les déclarations des militants du Nord ne diffèrent pas sensiblement des discours et itinéraires nationaux ; dans une région certes plus réticente à l'adhésion que la moyenne nationale, mais qui donne quand même 59 % de ses voix à l'adhésion à l'Internationale communiste, tous les députés (20) vont à la SFIO continuée. Il y a là une disproportion base-sommet, classique au moment de Tours, mais exacerbée. A Tours même, un seul partisan de l'adhésion s'exprime pour les quatre départements (sur cinq intervenants) lors du défilé des représentants des fédérations (là encore il y a inversion du rapport des forces, et le cas le plus significatif est celui de la délégation du Nord massivement constituée d'opposants à l'adhésion malgré les 63 % de votes favorables au congrès fédéral). Là encore nous retrouvons un décalage base-sommet.

48Dans ces conditions, on pourra noter que parmi les facteurs souvent relevés pour l'adhésion (hostilité aux élus, aux parlementaires et aux chefs, hostilité au socialisme de guerre, recherche d'un parti plus discipliné et homogène, rupture avec le réformisme, sympathie pour la Révolution russe...), ce soit la première proposition qui revienne le plus souvent, avec une dénonciation particulière des procédures bureaucratiques des dirigeants des deux grandes fédérations (Salengro et R. Evrard). Un grave contentieux vient aussi de l'attitude des dirigeants de ces fédérations pendant la guerre. Alors qu'elles étaient réduites à de maigres effectifs et qu'il n'y avait plus de réunions des sections, les dirigeants ont porté les mandats d'adhérents fictifs en faveur des majoritaires. Jerram éprouve le besoin de rappeler ce fait devant les congressistes de Tours :

« La situation dans le Nord est plus complexe que partout ailleurs ; vous comprendrez pourquoi Région isolée pendant la guerre (alors qu')ici dans la France libre, l'évolution socialiste s'est faite normalement ; vous avez tenu de nombreux congrès. La Fédération du Nord n'était représentée que par un petit groupe de majoritaires disposant de la totalité des mandats et faisant la majorité dans les congrès ».

49Dans la tribune de discussion instaurée quelque temps dans La Tribune, le journal commun de la Fédération socialiste et du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, nous trouvons le même esprit chez Émile Beudot qui écrit qu'« il faut y aller », car la nouvelle Internationale est « un organisme vraiment socialiste où la dictature des élus disparaîtra » (le 2 octobre 1920), ou chez Julien Priem parlant de Bartuel qui « a lui-même une psychologie de dictateur » (le 25 septembre 1920). Même son de cloche au Prolétaire, l'organe des partisans de l'adhésion dans la région, où René Reynaud dénonce la façon dont la fédération du Nord a refusé de reconnaître le groupe du Nord constitué pendant la guerre à Bourges et qui était minoritaire (le 7 novembre 1920). Bien entendu, cette critique des autorités du socialisme du Nord s'accompagne de critiques d'orientation, comme dans l'article de Florimond Bonte du 31 octobre 1920, « l'apothéose d'une municipalité socialiste », où il critique la remise de la croix de guerre à la ville de Lille, à l'occasion de laquelle Delory a reçu Pétain.

50Cette exacerbation des critiques basistes contre les dirigeants et les élus comme facteur de l'adhésion débouche logiquement sur une moindre nostalgie (nostalgie présente dans nombre de départements où l'on vote l'adhésion plus largement) de l'unité et la volonté d'une action tranchée : « Dans toute sa netteté révolutionnaire, nous n'avons fait aucune transaction ; les sections ont délibéré longuement ; les controverses ont eu heu dans tous les points du département et croyez que si les militants du Nord viennent à la IIIe Internationale, ce n'est pas pour voter seulement un texte, une motion, mais pour faire une action réelle », déclare Jerram à Tours. Dans la région, la scission sera dure.

51De l'autre côté, on peut trouver toute une gamme d'arguments qui s'opposent à l'adhésion. Particulièrement forts nous semblent l'argument antidictatorial et la mise en avant de la différence entre la classe ouvrière française de haute culture politique et le peuple russe.

52Henry Mailly dénonce « la bulle d'excommunication » de Lénine et les bolcheviks qui prennent « les prolétaires d'Occident pour des moujiks dont des siècles d'asservissement ont atrophié la raison » (La Tribune, le 9 octobre 1920), alors que le socialisme français « se meut dans un milieu d'essence démocratique dont il doit tenir compte ». G. Richard s'en prend à la « dictature léninienne » (Ibid., le 18 septembre). Ernest Wery estime que c'est parce que les Russes ont cent ans de retard qu'ils acceptent la dictature ; Voltaire Cadot écrit : « que Lénine fasse de la dictature, mais qu'il la fasse chez lui ! » (Id.) ; A. Foubert défend l'idée que les ouvriers français n'agiront pas « sur les indications de n'importe quel dictateur, serait-ce Lénine » (Ibid., le 25 septembre). Marcel Dupuich met en avant la sagesse politique des mineurs, leur esprit de liberté contraire aux « conditions oppressives et dictatoriales de Moscou » et pense que « leur mentalité n'a rien à voir avec la passivité du peuple russe dont l'éducation est à faire et qui n'est jamais sorti de la servitude » (Id.). Inghels, au congrès fédéral du Nord de décembre 1920, estime de même que la démocratie est meilleure que la dictature. En point d'orgue, citons la déclaration de Guillot, un des délégués de la Somme à Tours :

« Après avoir répudié depuis longtemps les commandements de Dieu et de l'Église, nous nous refusons à subir les commandements de Moscou. La question ne se pose plus sur le terrain de la discipline librement consentie, de cette discipline base de l'unité, observée parce qu'elle n'obligerait à aucune abdication ; la vraie question aujourd'hui posée nettement, sans ambiguïté, est de savoir si nous allons jouer aux bourgeois de Calais, nouveaux Eustache de Saint Pierre, et entrer tête courbée et poings liés dans un Parti intitulé communiste ».

53Les deux autres arguments forts avancés par les adversaires de l'adhésion sont le refus de l'exclusion du nouveau parti des militants qui refusent les 21 conditions et les rapports avec les syndicats. Il y a souvent là une trace de l'attachement à un passé qu'il faudrait continuer : Louis-Louis défend Jules Guesde au congrès fédéral du Nord. Dans La Tribune du 25 septembre, Foubert s'oppose à se séparer des « vieux lutteurs » (allusion évidente à Guesde), G. Richard évoque la tactique ancienne du parti, « Un passé ! de la gloire ! des succès ! » et R. Lenoir s'en prend aux illusions des jeunes et souligne que « les vieux » garderont Amiens et Jaurès. A Tours, R. Evrard déclare aussi : « Cela est si vrai que j'ai fait un exposé au cours du congrès des tentatives d'unité qui eurent lieu en 1905, ensuite des conditions dans lesquelles l'unité socialiste a été réalisée en France. J'ai montré que l'unité de 1905 comprenait toute la gamme des opinions socialistes. La majorité des délégués au congrès de la Fédération est absolument d'accord avec moi pour conserver cette unité ».

54Notons toutefois que cette défense de l'héritage socialiste, de la continuité socialiste, attendue dans une région comme le Nord et accentuée par le moindre essor socialiste et la maigreur de la vie socialiste pendant la guerre, va tout de même avec un certain affaissement du poids des anciens. Le fait même qu'il faille défendre Jules Guesde le montre, ainsi que l'insuccès total de la motion présentée par le grand leader auprès des sections, qui n'obtint quelques voix qu'à Dunkerque.

55Particulièrement forte dans le Nord et le Pas-de-Calais, revient enfin l'idée que la IIIe Internationale est un ferment de la division et donc de l'affaiblissement des syndicats qui seront touchés par la remise en cause de l'autonomie syndicale. C'est sur ce point que Salengro construit son intervention lors du congrès fédéral du Nord.

56Mais c'est bien, nous semble-t-il, ce terrible face-à-face de la dictature qui caractérise surtout la situation dans le Nord : comme si le choix était entre deux dictatures, celle des élus et des bureaucrates fédéraux d'une part, celle de Lénine et de l'IC d'autre part Certes, les uns ont voulu aller à des méthodes nouvelles, à un parti nouveau, et les autres ont souhaité continuer le parti de 1914, mais dans une région qui se relevait à peine des stigmates d'un conflit terrible, il semble bien que c'est d'abord contre l'autre que chacun se soit identifié.

57Cette vision d'une scission définitive et tragique serait toutefois unilatérale, et il est frappant de voir en ces heures décisives de Tours se définir un particularisme régional au moins à deux occasions. Au milieu de son intervention, G. Jerram lance une phrase qui suscite quelques réserves : « La Fédération du Nord sera à l'avant-garde de cette action de masses révolutionnaires. Le serment d'un homme du Nord vaut peut-être un peu plus - laissez moi vous faire ce reproche - que le serment plus versatile d'une autre fédération. (Mouvements divers) Croyez camarades que si le Nord évolue à l'action révolutionnaire, le Nord continuera cette action ».

58Et voici repris par un tenant de l'adhésion, dans l'échappée du discours, la thèse de la solidité de l'homme du Nord ! Un autre épisode est significatif. Lors de la discussion du rapport de la commission des mandats, Coen, un des dirigeants minoritaires, un Parisien, proteste contre la présence de Bracke dans la délégation de la Fédération du Nord ; et il se fait contredire par la délégation du Nord unanime pour une fois, assez vertement : un délégué du Nord déclare que « nous savons dans le Nord ce que nous faisons ! ».

Conclusion

59Une région plus réticente à l'adhésion, donc, et qui se situe bien dans le cadre des facteurs défavorables à celle-ci : effondrement pendant la guerre et absence de vie socialiste, médiocre progrès des effectifs entre l'avant et l'après-guerre et, par là, plus grande facilité à retrouver les traits du socialisme d'avant-guerre ; poids considérable des élus dans des départements à bonne audience socialiste (mais très inégalement organisés), autant de caractères qui jouent dans le Nord comme ailleurs là où il y a réticence à l'adhésion ; mais sans doute plus vivement, car la guerre a laissé des traces vives et qui engagent le sentiment national d'une part, l'attitude des dirigeants d'autre part D'où une scission sans doute plus brutale, comme le montrent aussi les discours.

60L'examen d'agrégats plus fins au sein de la région conforte l'examen général mais apporte d'autres moissons de faits dont nous ne pouvons toujours savoir s'ils sont propres ou non à la région ; en particulier l'opposition centralité (administrative ou urbaine)/périphéries et la distribution ternaire selon la dimension des sections. Enfin nous apparaissent des petits pays, des sections dont les choix sont sans doute liés à une histoire locale que nous avons bien conscience de trop ignorer.

Carte 1 : Adhésion à la IIIe République

Carte 1 : Adhésion à la IIIe République

Carte 2 : Effectifs 1918/1913

Carte 2 : Effectifs 1918/1913

Carte 3 : Effectifs 1920/1918

Carte 3 : Effectifs 1920/1918

Carte 4 : Effectifs 1920/1913

Carte 4 : Effectifs 1920/1913

Carte 5 : % des voix socialistes/exprimés novembre 1919

Carte 5 : % des voix socialistes/exprimés novembre 1919

Carte 6 : Électeurs par adhérents

Carte 6 : Électeurs par adhérents

Carte 7 : Densité socialiste (électeurs/adhérents)

Carte 7 : Densité socialiste (électeurs/adhérents)

Carte 8 : Le vote des sections de l'arrondissement de Lille en faveur de l'adhésion

Carte 8 : Le vote des sections de l'arrondissement de Lille en faveur de l'adhésion

Carte 9 : Les six zones du département de la Somme

Carte 9 : Les six zones du département de la Somme

61

Notes

1 M. DEMOUVEAU, F. SAVOYE, La scission du parti socialiste à Lille-Roubaix-Tourcoing,, 1918-1921, Lille, DES, 1967.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Les votes à Tours dans les quatre départements du Nord
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau 3/1 Les variables
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 3/2 Les départements
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Carte 1 : Adhésion à la IIIe République
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Carte 2 : Effectifs 1918/1913
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Carte 3 : Effectifs 1920/1918
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Carte 4 : Effectifs 1920/1913
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 5 : % des voix socialistes/exprimés novembre 1919
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Carte 6 : Électeurs par adhérents
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Carte 7 : Densité socialiste (électeurs/adhérents)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Carte 8 : Le vote des sections de l'arrondissement de Lille en faveur de l'adhésion
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Carte 9 : Les six zones du département de la Somme
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1419/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteur

Université d'Orléans

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter