Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

I. Implantation, Unification, Organisation (1893-1914)

Le socialisme municipal dans le Nord de la France des origines à 1939

Bernard Ménager

Texte intégral

1Les socialistes du Nord ont conquis très tôt de nombreuses mairies. En 1912 le département du Nord arrive en tête des départements français avec 50 municipalités détenues. A cette date le Pas-de-Calais, quoique un peu en retrait, se situe dans un rang non négligeable (19 mairies). La France septentrionale constitue donc un excellent champ d'observation de l'action municipale des socialistes, tant par le nombre de villes conquises que par l'importance des grandes cités (Roubaix 1892, Lille 1896).

2Cette étude pose un certain nombre de questions. Le concept de « socialisme municipal » est récusé par les guesdistes, courant socialiste dominant dans le Nord. Comment les socialistes du Nord situent-ils l'action municipale dans la perspective de la révolution sociale ? Dans quelle mesure les premières expériences de gestion ont-elles influencé leur conception ? Ont-ils su faire preuve d'originalité dans cette gestion par rapport aux programmes nationaux et celui-ci a-t-il évolué ? Enfin quel a été leur rôle dans la définition des programmes d'action municipale et peut-on parler d'un coordination des politiques municipales ?

1. L'action municipale et la révolution socialiste

3Les guesdistes du parti ouvrier français sont hostiles au concept de « socialisme municipal » que Jules Guesde récuse dans Le Socialiste. Le premier programme du POF de 1881 qui se ressent de la proximité de la Commune de Paris revendique l'autonomie politique et économique communale dans une perspective de révolution sociale. Les guesdistes s'engagent cependant sans réserves dans la conquête des mairies dans les années 90 autour du programme de Lyon de 1891 qui comporte un certain nombre de réformes immédiates compatibles avec l'existence d'une société capitaliste : développement de l'assistance communale, protection sociale des travailleurs communaux et réforme de la fiscalité communale. Les guesdistes ont en effet compris le parti qu'ils pourraient tirer d'un investissement dans les mairies : élargissement de la clientèle électorale (« les améliorations partielles obtenues sont de nature à entraîner les masses se sentant pour la première fois protégées », écrit Jules Guesde dans Le Socialiste), école de cadres permettant de préparer les ouvriers aux tâches futures : la direction des grands services collectivistes de la société de demain.

4Cependant le Congrès national d'Ivry en 1900 condamne le concept de socialisme municipal - « il n'y a et il ne saurait y avoir de socialisme communal ». La motion développe l'argumentaire suivant : les conquêtes municipales ne suppriment pas la cause de la misère ouvrière, l'appropriation privée des moyens de production. La transformation d'entreprises privées en services municipaux est le fait aussi bien de municipalités bourgeoises (Glasgow). En conséquence, le vocable de « socialisme municipal » est dangereux, car « de nature à éveiller dans les masses des espérances impossibles à réaliser sur le terrain communal ».

5Comment expliquer ce raidissement doctrinal ? La conjoncture politique est une première explication. Les socialistes broussistes et allemanistes n'ont pas les mêmes réserves que les guesdistes à l'égard du concept de socialisme municipal.

6Pour Paul Brousse, « la question communale est plus de la moitié de la question sociale ». Le socialisme municipal procède tout à la fois d'un socialisme post-révolutionnaire (éviter la substitution de monopoles d'État aux monopoles privés) et d'un socialisme gradualiste, l'amélioration des conditions de vie du prolétariat local se situant dans cette perspective. Or les socialistes allemanistes ont conquis eux aussi certaines municipalités comme celle de Denain et la mise sur pied du Comité d'entente socialiste au moment de l'affaire Dreyfus renforce leur audience au delà de leur formation.

7Par ailleurs, le socialisme municipal est défendu par les Fabiens. Dans Démocratie industrielle paru en 1897, les Webb prônent un socialisme « administratif » et la municipalisation des grands services publics. Le courant révisionniste allemand avec Bernstein partage les mêmes conceptions. L'Internationale socialiste est appelée à trancher le débat lors de son congrès du 23 au 26 septembre 1900. La motion de synthèse, à la rédaction de laquelle Brousse, Delory et Vaillant ont participé, précise la notion de socialisme municipal, « non pas socialisme spécial mais application des principes généraux du socialisme à un domaine spécial de l'activité politique ». Elle concède aux guesdistes que « les réformes ne sauraient être représentées comme devant réaliser la société collective mais s'exercent dans un domaine que les socialistes peuvent et doivent utiliser pour préparer et faciliter l'avènement de cette société ». Mais les broussistes obtiennent la prise en considération de la commune comme « excellent laboratoire de la vie économique décentralisée et forteresse politique contre la majorité bourgeoisie du pouvoir central ». Dans ces conditions, « les socialistes ont pour devoir de faire comprendre et apprécier l'action municipale et d'accorder aux réformes l'importance que leur donne le rôle d'embryon de la société collectiviste ». Les services communaux sont appelés à devenir « des institutions modèles ». On est donc loin des considérants restrictifs du POF. Si la controverse doctrinale est close, les approches demeurent différentes et les clivages persistent ensuite au sein de la SFIO, comme le montrent les débats autour du programme municipal lors du Congrès de Saint-Quentin en 1911.

8Les réticences guesdistes ont peut-être un autre fondement : les difficultés apparues lors des premières expériences de gestion municipale socialistes dans les années 1890 et il convient d'en faire le bilan.

2. Les premières expériences du socialisme municipal dans le Nord et leurs conséquences sur les débats du Congrès de Saint-Quentin de 1911

9Les conquêtes socialistes des années 1890 dans les mairies ont connu un sort variable. Certaines expériences se révèlent durables ou ne connaissent que de brèves interruptions comme à Fourmies, Caudry, Denain, Croix, Lens. D'autres sont précocement interrompues. C'est le cas de Roubaix (1892-1901), Lille (1896-1904), ou encore Calais (1894-1904).

10Les raisons de ces échecs sont complexes. Écartons les explications simplistes d'incompétence. Des travaux universitaires ont montré que la gestion financière de Roubaix et de Lille avait été au moins au départ correcte. Il faudrait plutôt parler d'inexpérience et d'imprudence dans quelques cas. Ainsi le maire de Roubaix Carrette garde pendant 5 ans comme secrétaire général un adversaire résolu, auteur de fuites et auxiliaire ultérieur de la Chambre de Commerce de Roubaix ! Le maire d'Avion (Pas-de-Calais) est inculpé de complicité pour avoir laissé se constituer irrégulièrement une société financière d'éclairage dans l'ignorance de la législation sur les sociétés.

11Mais les raisons des échecs sont plus profondes. On peut en distinguer quatre :

1/ le décalage entre le programme de Lyon et les réalisations

12Certaines de ces dispositions sont illégales et vouées au veto préfectoral comme la rémunération des conseillers municipaux, le vote de secours aux grévistes, la création de pharmacies municipales contraire à la loi du 21 germinal an IX et à la loi de 1884 (ce qui provoque une interpellation de Jules Guesde à la Chambre).

13D'autres initiatives prévues dans le programme de Lyon n'ont pas heu d'être car les réalisations existent déjà. Ex. : les maternités (oeuvre Boucicaut à Roubaix), les services de consultation médicale gratuite pour indigents dans les hôpitaux et hospices, les fourneaux économiques. Le catholicisme social influant dans la région a imprégné de nombreuses réalisations. Dans ces conditions, les socialistes doivent se contenter « d'améliorer l'existant » en réformant les prestations (secours à domicile pour respecter la dignité des personnes), en accroissant les services (ex. service médical de nuit pour les indigents à Calais) et les investissements (augmentation de la capacité d'accueil de l'Hospice et de l'Hôpital de Roubaix, décision de créer un second Hôpital, projet que la municipalité ultérieure de Motte mena à terme, accroissement de la part de la mairie dans les fonds du Bureau de Bienfaisance. L'effort est considérable (les crédits sociaux à Roubaix atteignent 25 % du budget, taux record en France), mais peu perceptible électoralement Les cantines scolaires réalisées à Roubaix, Lille, Calais, sont à cet égard plus « rentables ».

2/ un environnement hostile

14Les préfets s'effacent de contrecarrer l'action des municipalités socialistes en exerçant un contrôle tatillon de leurs budgets. Vel Durand, préfet du Nord, demande à la mairie de Roubaix de revoir sa copie le 20 décembre 1892, jugeant les recettes surévaluées et les dépenses sous-évaluées. Il interprète très strictement la loi de 1884 et annule le 13 octobre 1893 une délibération du Conseil municipal de Roubaix instaurant un service de consultations judiciaires gratuit Or le préfet de l'Hérault avait approuvé une délibération similaire, ce qui obligea Vel Durand à revenir sur son refus. De même annule-t-il une délibération tendant à introduire dans les cahiers des charges des entreprises travaillant pour la ville la journée de huit heures et un salaire minimal comme contraire à la liberté du travail Le décret Millerand du 10 août 1899 permit ensuite de lever cet obstacle, mais, pour l'expérience roubaisienne, c'était trop tard. La préfecture exploite les faux pas municipaux. Delory, maire de Lille, est suspendu après les troubles provoqués à Lille par la venue de délégués allemands au Congrès national du POF en 1896.

15La Chambre des Députés fait montre d'une semblable hostilité. A la demande du député Eugène Motte, « tombeur de Guesde » en 1898, elle rejette le projet de réforme fiscale de la municipalité, provoquant ainsi sa démission et son échec électoral

3/ une conjoncture économique et fiscale défavorable

16La conjoncture économique déprimée dans les années 1890 est un obstacle aux rentrées fiscales. De surcroît, les socialistes doivent gérer l'application de la loi du 29 décembre 1897 sur la réduction ou la suppression des droits sur les boissons hygiéniques qui diminue les ressources municipales. La ville de Roubaix tente de mettre à profit cette disposition pour réformer en profondeur la fiscalité municipale en supprimant les octrois conformément au programme de Lyon, tentative vouée à l'échec. La ville de Lille en tient compte mais ses finances s'en trouvent déséquilibrées à la fin du mandat de Delory.

4/ les divisions politiques

17Elles sont sous-estimées dans les travaux ne prenant en compte que la gestion. A Roubaix, les dissensions sont permanentes, les démissions de conseillers fréquentes. Carrette doit arbitrer tant bien que mal entre trois tendances. L'ombre de Jules Guesde ne facilite pas l'union d'autant que le maire, influencé par Jaurès, prend parti pour Millerand.

18A Lille, la rivalité oppose Delory à Delesalle qui l'a fait maire et ambitionne de réunir toute la gauche ainsi qu'à Debierre, le leader des radicaux socialistes. Les querelles de personnes sont exploitées par la presse d'opposition très bien informée et elles lassent l'électorat A Calais, la rivalité Delcluze - Salembier provoque la perte de la mairie en 1900, puis, après sa reconquête en 1908, un échec définitif en 1912.

19Les grandes villes n'ont pas le monopole de ces querelles. A Caudry, des conseillers municipaux s'opposent à l'entretien d'une brigade de gendarmerie, démissionnent et provoquent la défaite des socialistes aux élections partielles de 1894. Il faut attendre 1900 et l'unité retrouvée pour que l'expérience reprenne. A Denain, 14 conseillers minoritaires démissionnent en 1907 par opposition aux projets du maire. La mairie est perdue à la suite des élections partielles et reprise l'année suivante.

20A la lumière de ces divers épisodes on peut se demander si l'autorité du maire est réelle dans les municipalités socialistes marquées par une culture politique égalitaire.

21Ces insuccès expliquent l'attitude frileuse et réservée adoptée par les socialistes du Nord lors de la préparation et la discussion du programme municipal au Congrès de la SFIO en 1911. Déjà en 1908, lors du Congrès départemental de Saint-Amand, le rapport moral insiste sur la nécessité d'une clarification dans la politique municipale « pour ne pas faire naître de faux espoirs chez les travailleurs ». Au comité fédéral, en cette même année, Delory insiste sur la nécessité de rappeler la motion d'Ivry et d'éviter de laisser s'accréditer l'erreur selon laquelle la Révolution socialiste passe préalablement par la conquête des mairies. Lors du 7e Congrès départemental à Valenciennes en 1911, la majorité guesdiste s'oppose à la redéfinition du programme du parti, estimant suffisant le dernier programme élaboré au Congrès de Reims par le parti socialiste de France, ce qui montre la volonté des guesdistes du Nord d'enfermer la SFIO dans l'ancien moule du POF ! Delory attribue la cause de l'échec lillois en 1904 à la municipalisation du service d'ébouage, les travailleurs lillois étant mécontents de ne pas avoir bénéficié des mêmes avantages que les ouvriers municipaux. Se sachant battus, les socialistes du Nord intervinrent peu en séance publique lors du Congrès, Guesde se contentant d'interrompre à plusieurs reprises le plaidoyer de Milhaud en faveur des régies municipales pour en contester le caractère socialiste tout en approuvant l'expérience. Mais, à plusieurs reprises, les expériences nordiques furent rappelées dans la discussion. La motion finale fit certes droit aux réticences des guesdistes en distinguant le court terme (la conquête des mairies) et le long terme (la révolution socialiste). Mais le plaidoyer en faveur des régies municipales n'avait pas le don de les enthousiasmer.

3. Le renouvellement des expériences municipales socialistes dans l'entre deux guerres et les nouvelles orientations

1/ L'entre deux guerres est marquée par l'amplification des conquêtes municipales

22De nouvelles cités sont conquises (Dunkerque en 1925, Tourcoing en 1930), les socialistes étendent leur emprise sur les petite et moyennes villes (Hazebrouck, Saint-Amand). L'échec est réparé à Roubaix dès 1912 et à Lille en 1919.

23Les expériences socialistes sont plus durables. Les maires sont devenus d'excellents gestionnaires sans pour autant cesser d'être des ouvriers. J. B. Lebas parvient à équilibrer le budget municipal de Roubaix malgré un faible recours à l'emprunt et aux centimes additionnels et, en dépit de l'importance des charges sociales, il équilibre de même le budget des hospices et de l'Office HBM.

24Ce brevet de bons gestionnaires, les maires l'ont acquis en se montrant de remarquables reconstructeurs de leurs villes. Celle de Lens opérée par Basly est considérée comme un modèle du genre.

25Certains maires sont auréolés par leur conduite durant la grève comme Lebas à Roubaix. L'autorité du maire sur les conseils municipaux est aussi accrue par leur mandat parlementaire. François Lefebvre, député-maire de Denain, est le défenseur des réfugiés. Couteaux, maire de Saint-Amand, est le spécialiste des problèmes de reconstruction à la Chambre et le fondateur de l'Office départemental HBM Cadot maire de Bruay a fait progresser la législation minière.

26Cette autorité du maire socialiste sur son équipe est une nouveauté de l'entre deux guerres.

2/ Peut-on parler d'orientations nouvelles dans la gestion socialiste ?

27Le Congrès de la SFIO à Grenoble en 1925 a adopté un nouveau programme municipal élaboré par la Fédération des Élus socialistes sous l'inspiration du maire de Suresnes Sellier. Il tient compte de la conjoncture nouvelle : accroissement des responsabilités des maires pendant la guerre, difficultés de l'après guerre en matière de ravitaillement et de logement, endettement des communes. Le programme innove en matière d'urbanisme, la ville devant être « un lieu d'harmonie pour les générations futures », et en assouplissant les régies municipales afin d'éviter leur bureaucratisation et de permettre une collaboration plus étroite avec les autorités locales. Il prévoit aussi une meilleure coordination entre les divers services sociaux (enseignement, hygiène, assistance) afin de permettre une protection plus efficace des travailleurs. Il préconisait enfin des regroupements intercommunaux. Ce programme fut reconduit en 1929 et 1935 avec quelques adjonctions concernant la démocratisation des sports et des loisirs lors de la conférence de Lille en 1934.

28Les socialistes du Nord-Pas-de-Calais ont-ils appliqué dans leurs villes ces orientations ? Ont-ils fait preuve d'originalité ?

29L'étude des gestions socialistes dans l'entre deux guerres montre des inflexions importantes par rapport à l'avant guerre. Ainsi les socialistes ont-ils investi de façon importante dans les politiques d'urbanisme, non seulement à la faveur de la reconstruction des cités dévastées mais aussi du démantèlement des villes fortifiées. Celui de Lille, voté définitivement en 1919, permet le remodelage partiel des quartiers périphériques. Plus important encore apparaît le nouveau paysage urbain de Dunkerque après l'arasement des remparts. Les surfaces conquises permettent l'extension du logement social, les offices HBM se multiplient après la guerre ainsi que sur les surfaces disponibles.

30Il est un domaine où le socialisme septentrional a su se montrer créatif en devançant les programmes nationaux : il s'agit de l'hygiène publique et des politiques de santé, conséquences évidentes de l'insalubrité de l'habitat Les politiques municipales d'avant guerre avaient déjà innové en ce domaine surtout celle de Lille (sous l'influence peut-être du docteur Debierre). Delory poursuit une politique d'assainissement, créant un service de vidange gratuit et au service municipal d'enlèvement des ordures. Il investit dans la recherche d'eau potable, engage de nombreux travaux pour combler des canaux, épurer les eaux industrielles. On peut objecter qu'il ne s'agit pas là d'une politique d'inspiration socialiste. Mais elle est conçue pour profiter prioritairement aux ouvriers. Et surtout, grâce à Calmette, il crée un dispensaire antituberculeux avec un service de consultations gratuites. Au discours médical sur la tuberculose imputant le fléau à une mauvaise hygiène de vie, s'oppose en effet le discours socialiste illustré surtout par Désiré Verhaeghe qui dénonce les conditions de travail comme responsables prioritaires de la maladie.

31De même, Carrette à Roubaix avait déjà organisé la prise en charge d'enfants roubaisiens tuberculeux envoyés dans un pavillon spécial du sanatorium de Saint-Pol-sur-Mer. Cette politique est intensifié après la guerre avec l'instauration d'un service de vaccinations gratuites en 1930, la création d'une école de plein air, véritable école pilote en France et d'un centre aéré. Diverses municipalités socialistes poursuivirent des politiques semblables.

32Les socialistes du Nord de la France ont aussi utilisé la loi sur les assurances sociales pour compléter la protection sociale. Lebas fit plusieurs interventions à la Fédération des élus socialistes concernant l'indemnisation du chômage partiel. La ville de Roubaix étendit les catégories des « ayant droit », apportant une aide aux familles de chômeurs, aux jeunes gens de plus de 16 ans vivant chez leurs parents et aux mères de famille élevant leurs enfants. En 1938 elle étendit le bénéfice de son aide à l'entourage des chômeurs décédés. L'aide aux chômeurs est considérable dans les municipalités socialistes et emprunte des canaux multiples : fonds municipaux de chômage crées dans les années 1920, compléments versés aux caisses d'allocations sociales, politique de travaux municipaux. Il faut signaler à ce sujet l'initiative intéressante prise par les municipalités de l'agglomération dunkerquoise. Afin d'indemniser les dockers dont la résidence ne coïncidait pas avec le heu de travail, elles créèrent une caisse commune d'indemnisation financée par les contributions des diverses villes sauf celle de Saint-Malo. Cette coopération intercommunale qui s'inscrit dans le programme de Grenoble a préparé les esprits à la création ultérieure du Grand Dunkerque.

33On peut donc conclure à un renouvellement important du socialisme municipal dans l'entre deux guerres qui s'inscrit pour une part dans les orientations définies par les congrès nationaux mais qui laisse une part d'initiative importante aux élus locaux.

4. Le rôle des élus socialistes du Nord dans la réflexion sur la politique municipale et la coordination

34Assez vite s'est posé le problème au niveau national de la coordination et de la liaison entre élus municipaux socialistes. Les allemanistes ont organisé dès 1892 un premier congrès des municipalités socialistes. En 1896, le POF crée la Fédération des élus socialistes ouvert aux militants des autres partis et doté d'un bulletin municipal Les élus prennent l'habitude de tenir des conférences annuelles lors des congrès.

35Quelle a été la participation des élus du Nord-Pas-de-Calais à cette fédération ? Il est difficile de le préciser faute de sources. On ne trouve pas trace de celle-ci dans les divers congrès du POF, ni dans les congrès départementaux de la SFIO avant 1913. Le bulletin municipal de la Fédération des élus socialistes de France compte alors 1304 abonnés nordistes. Mais Delory regrette à cette occasion que la Fédération ne soit pas informée des délibérations municipales. Certaines sections comme celle de Denain dénoncent le manque de liaison entre municipalités socialistes concernant la politique sociale en prenant pour exemple les allocations de maternité. Le congrès départemental décide alors le versement de secours maxima. On peut donc déduire de ces informations disparates que, si les élus du Nord ont adhéré à la Fédération des élus socialistes (peut-être tardivement), un manque de liaison réel existe entre les municipalités et que la Fédération du Nord prend conscience du problème tardivement au lendemain du grand succès aux élections municipales de 1912. Elle décide alors la création d'un organisme régional L'Union des Élus socialistes du Nord dans le but de coordonner les politiques municipales, de créer un centre de documentation et d'établir une liaison entre l'action municipale et parlementaire. La création de ce nouvel organisme tend à procurer que la Fédération des élus socialistes de France ne peut remplir cette mission faute d'une participation active des élus du Nord. La guerre interrompt l'activité de l'Union des élus socialistes du Nord à peine créée. Elle est reconstituée en 1920 mais on déplore lors du congrès régional de la SFIO son inefficacité car les municipalités ne font pas appel à elle. La scission de Tours provoque une nouvelle interruption. L'Union est reconstituée une nouvelle fois le 21 février 1926 après que la Conférence des élus socialistes de France se soit dotée de nouveaux statuts en 1925 prévoyant des Unions régionales. 20 municipalités nordistes sont alors représentées à la Fédération Nationale et la Commission administrative comptait parmi ses membres Roger Salengro maire de Lille et de Brabandet, l'adjoint de Lebas à Roubaix.

36L'absence de structures régionales avant 1926 et le faible engagement des élus du Nord dans la Fédération Nationale ne permet pas de penser qu'ils ont participé activement à l'élaboration du programme de Grenoble en 1925.

37L'Union des élus socialistes du Nord a-t-elle rempli ensuite la mission qui lui a été confiée ? L'absence d'une documentation exhaustive laisse placer un doute mais certains indices tendent à répondre par la négative. Ainsi en 1930, lors du 36e Congrès départemental, le secrétaire de l'Union des élus, Couteaux, maire de Saint-Amand, regrette le fonctionnement irrégulier de l'Union. Nombre de ses adhérents n'adhèrent pas à la Fédération Nationale. Cette carence est regrettable au moment où se pose le problème de l'application de la loi sur les Assurances Sociales qui nécessite une politique commune comme le souligne Lebas. A la Conférence Nationale des élus socialistes d'Evian en 1937, Beauvillain, maire de Caudry, regrette l'absence des délégués de Lille, Roubaix et Dunkerque et Darou, maire d'Hazebrouck, celle de l'Union départementale des élus du Nord. Le président de la Fédération Nationale, Sellier, fit sienne ces critiques.

38Comment expliquer cet investissement insuffisant dans la structure nationale ? S'agit-il d'un souci d'autonomie ? L'explication est suggérée lors du Congrès d'Evian car il y est fait mention de la motion votée en 1934 lors de la conférence précédente des élus socialistes qui s'était tenue à Lille, motion selon laquelle « l'indépendance de l'action municipale dépendant des facteurs locaux ne doit pas supprimer l'uniformité doctrinale ». Lors de la conférence d'Evian, certaines critiques furent adressées à l'encontre du programme de Lille. L'adjoint au maire de Lens critiqua l'obligation faite aux municipalités d'entretenir des patronages laïques sportifs pour les jeunes jusqu'à l'âge de 18 ans, la concurrence des patronages « cléricaux » risquant de les mettre en faillite. Le maire de Sin-le-Noble regretta qu'on ait pas prévu de crédits pour financer ces nouvelles initiatives. De même, en ce qui concerne les colonies de vacances, Cadot jugeait trop coûteux des implantations éloignées de la résidence des enfants et préférait la solution de camps de vacances de proximité. Les désaccords constatés expliquent peut-être un certain absentéisme aux réunions nationales. Les élus socialistes du Nord auraient quelque peu cédé à la tentation du municipalisme.

39Ils ont en tous cas investi considérablement dans l'action municipale et, malgré certains échecs conjoncturels comme à Roubaix et Lille avant 1914, marqué de leur empreinte la gestion des villes qui leur ont été confiées, mettant au service de l'action sociale des qualités de gestionnaire. Mais on ne trouve pas dans le Nord-Pas-de-Calais des concepteurs de projets tels Sellier, le maire de Suresnes, Milhaud ou quelques autres. Incontestablement les réserves guesdistes à l'encontre de la notion de socialisme municipal ont freiné la créativité en matière de programme. Les socialistes nordistes ne paraissent pas avoir joué un rôle important lors des congrès de Saint-Quentin et de Grenoble alors que l'importance de leur action était rappelée par les rapporteurs parisiens. Ce sont avant tout des hommes de terrain, susceptibles de se passionner pour les affaires communales et d'y faire preuve d'inventivité, d'où peut-être un manque de liaison entre municipalités souvent regretté et qui joue aussi bien au niveau des fédérations nordistes qu'au plan national Le bilan positif du socialisme municipal septentrional permit aux socialistes du Nord-Pas-de-Calais de continuer à jouer un rôle très important sous la IVe République, quelque soient leurs alliés.

Bibliographie

SOURCES

Archives

OURS

- Compte rendu des Congrès régionaux du parti socialiste de France (1902 →1904) et des Congrès départementaux de la SFIO (1908-1910-1912-1913-1914-1929 à 1932).

- Conférence nationale des élus socialistes d'Evian et de Toulouse (1936 et 1937).

- Henri SELLIER, Le parti socialiste et l'action municipale. Commentaires du programme de Grenoble (1925).

- Henri SELLIER, Le programme municipal pour les élections de 1935. Texte et commentaires.

- Les élections municipales. Hier et aujourd'hui, Cahiers de l'OURS, no 137.

Archives de la Fédération du Nord

- Compte rendu des Congrès régionaux du parti socialiste de France (1901 et 1903) et des Congrès départementaux de la SFIO (1905-1906-1907-1909-1910-1911-1919-1920-1921-1923-1925 à 1933-1935-1936-1938).

- Archives des sections de Caudry - Denain - Fourmies.

Ouvrages de Référence

COMPERE MOREL, Grand dictionnaire socialiste.

COMPERE MOREL, Encyclopédie socialiste.

DELORY, Aperçu historique sur la Fédération du Nord.

Travaux

Claude WILLARD, Le mouvement socialiste en France 1893-1905. Les guesdistes, Paris, Ed. Sociales, 1965.

Joël MICHEL, « Émile Basly (1854-1928) », Revue du Nord, 1973, no 219, pp. 365-383. Bernard SIMLER, « Un socialiste : Gustave Delory (1857-1925) », Revue du Nord, 1974, no 221, pp. 221-228.

Travaux non publiés

Michel POLLEZ, Aux origines du socialisme municipal. La gestion d'Henri Carrette maire de Roubaix, Lille III, Thèse de doctorat, 3e cycle.

Colette GLACET, Une section du parti socialiste : Aniche de 1870 à 1914, Lille ΙII, Mémoire de Maîtrise, 1989.

Jocelyne CARON-HUMEZ, La gestion municipale lilloise de 1870 à 1914, Lille ΙII, Mémoire de Maîtrise, 1967.

Isabelle LANNOY, La politique socialiste dans l'agglomération dunkerquoise de 1930 à la seconde guerre mondiale, Lille ΙII, Mémoire de Maîtrise, 1993.

Édith MIQUET, La gestion de la municipalité socialiste lilloise (1920-1939), Lille ΙII, Mémoire de Maîtrise, 1968.

Michel POLLEZ, La SFIO à Roubaix dans les années 1930-1940, Lille ΙII, Mémoire de Maîtrise, 1976.

Bernard ROMAN, Jean-Claude SABBRE, Roger Salengro, Lille ΙII, Mémoire de Maîtrise, 1977.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter