Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

I. Implantation, Unification, Organisation (1893-1914)

La place des fédérations de la France septentrionale dans le courant guesdiste de l'unité socialiste

Jacques Girault

Texte intégral

  • 1 Marcel SEMBAT, La victoire en déroute, Paris, Éditions du Progrès civique, 1925, p. 158.

Un jour, à Lille, à la fin du déjeuner qui précédait la conférence, Jules Guesde s'écrie : « Oh ! si le Midi était aussi organisé que le Nord, je n'attendrais pas ! » Puis levant les yeux au plafond, il reprend, après un petit silence : « Non ! non ! je n'attendrais pas ! (un petit rire strident)...je n'attendrais pas les résultats des élections prochaines ! Nous pourrions marcher tout de suite » 1.

  • 2 Voir notre DES, Le guesdisme dans l'unité socialiste 1905-1914, Paris, 1964, 220 p. (sous la direc (...)

1Après 1905, dans le Parti socialiste SFIO naissant, une minorité s'oppose à une majorité appelée à tort « jauressiste ». Dans cette minorité, les positions guesdistes dominent2 Le guesdisme signifie un tempérament, une méthode, une conception de l'action ouvrière et socialiste. Les anciens membres du Parti ouvrier français et leurs alliés du Parti socialiste de France se retrouvent autour d'un journal hebdomadaire le Socialiste qui ne cesse de décliner. Ils lancent le Socialisme en 1907, journal destiné à maintenir l'idéologie guesdiste orthodoxe. Six ans plus tard, il cesse de paraître. Mais dans la presse du Parti, la minorité doit être présente. Ainsi dans le quotidien l'Humanité, Lafargue et Bracke, dans un premier temps, représentent les amis de Guesde. Pourtant ils ne suffisent pas à rendre le journal satisfaisant à leurs yeux et au congrès de Saint-Quentin (16-19 avril 1911), Delory, délégué du Nord, propose d'adjoindre un militant minoritaire aux côtés de Jaurès à la direction du journal.

2L'unité guesdiste se maintient jusque vers 1911. Par la suite, les affrontements deviennent moins fréquents d'autant que des militants s'éloignent de la pensée de Guesde. Les grands thèmes constitutifs de limité guesdiste se cristallisent dans les débats de congrès. Le rôle des socialistes des départements du Nord apparaît essentiel. Sur certaines questions, la paysannerie, les nationalisations par exemple, les militants du Nord ne se distinguent pas. Il n'en va pas de même sur les grands thèmes de l'unité ouvrière, de la doctrine, des élections ou de la lutte contre la guerre.

Les guesdistes dans la France septentrionale

  • 3 Nous limiterons l'étude au Nord et au Pas-de-Calais.
  • 4 Son dirigeant Gustave Delory dresse un tableau évocateur de cette puissance, Aperçu historique sur (...)

3La puissance des fédérations socialistes de la France du Nord fait correspondre influence socialiste et présence industrielle3. La fédération du Nord s'unifie tardivement en raison des rivalités entre militants de l'ancien Parti ouvrier français et du Parti républicain socialiste fondé par Édouard Delesalle, ancien guesdiste, directeur du quotidien Le Réveil du Nord. Ce dernier, bien qu'entré au Parti socialiste SFIO, conserve une allure indépendante. Devancée les premières années par celle de la Seine, cette fédération occupe à partir de 1908 la première place dans le total des effectifs4. Celle du Pas-de-Calais arrive régulièrement en troisième position à partir de 1907.

  • 5 Nous avons retenu les données totales et, seulement pour 1907 et en 1911, celles du Nord et du Pas (...)

Effectifs au moment des congrès socialistes5

  • 6 11 579 cotisants selon La France socialiste, op. cit.

Années

Total

Nord

Pas-de-Calais

1905

34 688

7 130

1 100

1906

43 462

8 300

n.d.

1907

48 237

5 700

1 920

1908

49 348

10 200

2 300

1909

51 692

10 400

2 500

1910

53 928

10 000

2 813

1911

63 358

11 5256

2 837

1912

63 357

11 530

2 300

1913

68 864

12 235

2 425

1914

72 765

12 310

3 225

4Alors que le poussée des effectifs dans le Nord est toujours plus élevée dans le reste du Parti, dans le Pas-de-Calais, une tendance analogue, mais moins ample, demeure jusqu'en 1911. Par la suite, un fort recul relatif se produit En 1914, le calcul du nombre d'adhérents pour 1 000 habitants place en tête à nouveau le Nord (6,5) et en neuvième position le Pas-de-Calais (3,2). Témoignent de cette importance les inhabituelles 80 pages pour le Nord accordées par le volume La France socialiste de l'Encyclopédie socialiste syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière publiée sous la direction de Compère-Morel. Plus modestement la Fédération du Pas-de-Calais tient en 29 pages.

  • 7 44 selon La France socialiste, op. cit..
  • 8 19 selon La France socialiste, op. cit..
  • 9 « Triomphe socialiste dans la région du Nord » titre Le Travailleur, le 9 mai, après l'élection dè (...)
  • 10 Ce recul s'explique notamment par les tensions internes aux guesdistes du Nord qui se manifestent (...)

5Cette force se traduit aussi par la place du Nord et du Pas-de-Calais dans le tableau des municipalités socialistes. Le Nord arrive toujours en tête (24 en 1908, 517 en 1912, dont Roubaix), la position du Pas-de-Calais se dégrade sensiblement (17 en 1908 dont Lens et Calais, 148 en 1912). La représentation parlementaire socialiste de ces départements atteint aussi un haut niveau : le Nord possède 8 députés socialistes en 19069, 6 en 191010, 9 en 1914, le Pas-de-Calais 4 en 1906 et en 1910, 5 en 1914.

6Dans la vie de l'unité socialiste, une identification se produit entre les militants de la France du Nord et les guesdistes. Souvent ils provoquent l'admiration ou la méfiance. Ghesquière traduit bien cet état d'esprit dans la discussion sur la place du groupe parlementaire lors du congrès de Limoges (1er - 4 novembre 1906) :

  • 11 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Nancy, p. 81.

« On a mené contre nous une campagne ignoble. Parce que nous sommes des « guesdistes », on nous en veut »11.

  • 12 La Guerre sociale, 28 février 1912.

7Parmi les onze grands militants de « l'église guesdiste » évoqués par La Guerre sociale, sept ont été délégués de la Fédération du Nord, dont Lebas, « l'éminence grise » et un des « travailleurs acharnés », Delory12.

8Vont dans le sens de cette assimilation plusieurs tendances depuis le dépôt fréquent des motions guesdistes, dans les congrès nationaux, par des mandatés de la Fédération du Nord jusqu'aux délégations confiées par celle-ci aux dirigeants de l'ancien Parti ouvrier français (Guesde, Lafargue notamment) ou aux militants ralliés (Rappoport). La Fédération du Nord apparaît souvent comme le chef d'orchestre du courant guesdiste sans que des théoriciens apparaissent, hormis Charles Vérecque. Ainsi dans un des débats du congrès de Saint-Étienne (11 - 14 avril 1909), Gustave Hervé dénonce le fait que les guesdistes sont « restés un parti dans le Parti ». Il ajoute :

  • 13 Compte rendu sténographique du 6e Congrès de Saint-Étienne (1909), p. 105.

« La Fédération du Nord donne le mot d'ordre, le la, et toutes les fédérations prennent le pas »13

9.La délégation du Nord reste constamment massive (26 en 1906, 42 en 1908, 49 en 1911, 16 en 1914). Différents sont les militants du Pas-de-Calais, aux passés hétérogènes, qui pourtant adoptent rarement des positions éloignées de celles de leurs voisins dans les congrès. Les guesdistes soutiennent constamment Basly menacé par l'influence grandissante dans le bassin minier du syndicalisme révolutionnaire.

  • 14 La répartition des votes sur les motions concernant la lutte contre la guerre du congrès de Paris (...)
  • 15 Le changement dans la représentation et le vote des fédérations expliquent que des minorités se dé (...)
  • 16 Sur la motion Luquet soutenue par les guesdistes, le bloc minoritaire se divise et dans le Nord, 7 (...)

10Sur les nombreux votes sur des motions lors des congrès nationaux du Parti socialiste SFIO, onze paraissent dégager une minorité guesdiste pure ; deux (1906, 1907) portent sur la question syndicale, deux sur la question de la guerre (1906, 1907)14, deux autres sur la question de la franc-maçonnerie (1906, 191215) ; les autres relèvent d'autres sujets (la publicité des débats, 1907, L'Humanité, 1907, les retraites, 1910, la coopération, 1910, l'élection de la CAP, 1912). Dans tous sauf deux pour le Nord (1910, les retraites16, 1912, la franc-maçonnerie) et un pour le Pas-de-Calais (1910, les retraites), la totalité des mandats se reportent sur les motions guesdistes dans lesquelles le Nord représente environ un tiers de mandats.

  • 17 Lafargue l'a aussi été dans le passé.

11Pour la représentation proportionnelle de la Commission administrative permanente à partir de 1907, majorité et minorité se réunissent dans des salles particulières pour désigner leurs candidats. Sur les 17 militants guesdistes ayant été choisis par au moins deux congrès, 7 ont détenu des mandats de la fédération du Nord. Parmi eux, outre Bracke qui connaît bien la région mais n'y réside plus, un seul est député du département, Guesde17. Un seul y habite et y milite vraiment, Renard, membre de la CAP de 1909 à 1912, les autres étant des dirigeants nationaux ayant reçu un mandat du Nord (Cachin, Roland ou Braemer). Les militants du Pas-de-Calais qui rejoignent les positions des guesdistes, ne participent pas aux organismes dirigeants du Parti. Autre discrimination souvent signalée, la sous-représentation relative des guesdistes dans la presse nationale. Ainsi parmi les dix rédacteurs de la rubrique syndicale de l'Humanité, au début de l'unité socialiste, le seul guesdiste Victor Renard appartient à la Fédération du Nord.

12Les guesdistes du Nord et du Pas-de-Calais apparaissent peu sur le terrain national hormis dans les congrès ou à la Chambre des Députés. Ils animent les grandes orientations de la minorité guesdiste et lui apportent sur le terrain des expérimentations et de nouvelles raisons de les défendre. Dans les premiers congrès nationaux, par suite de l'absence de représentation proportionnelle dans la désignation et les votes par les fédérations, les délégués votent toujours unanimement les motions inspirées par les guesdistes. Mais à Nîmes (6-9 février 1910), sur la question des retraites ouvrières, une minorité de délégués du Nord, autour de Renard, ne refusent pas cette réforme et ne suivent pas Guesde.

  • 18 Arnaud LELEU, La section lilloise du Parti socialiste SFIO : vie et propagande (1905-1920), Lille (...)

13Cette première atteinte publique à l'unanimité guesdiste prépare la rupture qui se produit aussi dans le Nord. Depuis 1905, à la demande de la section de Lille, la plus puissante, aucune motion ne s'oppose à celle de la majorité aussi bien dans les sections que dans les instances départementales. Cette position, critiquée par des socialistes d'autres tempéraments, d'autres passés ou d'autres localités (ceux de Valenciennes notamment), se modifie en 1911. Dans le débat préparatoire au congrès national en 1911, à propos de la direction de L'Humanité, une motion minoritaire présentée par la section de Sin-le-Noble, divise les mandats. La majorité reste aux guesdistes (36 mandats contre 23) et son point de vue est défendu au congrès de Saint-Quentin, comme nous l'avons déjà dit18. Depuis l'unité, Le Travailleur, bihebdomadaire puis hebdomadaire fédéral, ne publie que les analyses du courant guesdiste. Le quotidien le Réveil du Nord répercute certains échos des discussions internes aux socialistes avec parfois expression des minoritaires. Pourtant la Fédération du Nord connaît de constantes tensions. Par exemple, bien que Delesalle ait reçu le soutien de la section de Lille et son principal dirigeant Delory lors de sa candidature aux élections cantonales de 1908, une partie des militants majoritaires lui opposent un adversaire.

  • 19 Idem., p. 79.

14A plusieurs reprises, les majoritaires du Parti remarquent les réticences du Nord à diffuser la presse socialiste nationale, aspect d'un enfermement, objet de quolibets divers dans le pays ou dans les congrès. Vers 1910 en effet, dans l'arrondissement de Lille, alors que le Réveil du Nord arrive en deuxième position des quotidiens, Le Travailleur diffuse 2 000 exemplaires par semaine - après avoir atteint les 9 à 10 000 en 1906 - tandis que L'Humanité en plus des 122 abonnés, se vend en moyenne à raison de 130 numéros par jour19.

  • 20 Idem., p. 50.
  • 21 Dans sa brochure, Lucien DESLINIERES, La vie chère, Paris, Librairie du Parti socialiste, Librairi (...)

15Mais les syndicats, dont les dirigeants sont souvent des élus socialistes, et les coopératives impressionnent Sur 2 700 coopératives en France, 272 sont dans le Nord dont seulement 9 reconnues par la fédération socialiste SFIO comme « socialistes »20. La puissance des socialistes septentrionaux est souvent évoquée, l'Imprimerie ouvrière, la Libre Pensée socialiste à partir de 1910, la Jeunesse ouvrière deux ans plus tard, les ensembles récréatifs (harmonies, chorales, organisation des fêtes etc.). Les diverses initiatives contre la vie chère en 1911-1912 sont citées en exemple21. Qui en outre n'évoque pas les puissants meetings de l'Hippodrome de Lille !

Socialisme et syndicalisme

  • 22 CCT, XVe Congrès national corporatif..., Amiens, p. 136.
  • 23 Dans la définition de son Dictionnaire du socialisme, Paris, Giard et Brière, 1911, p. 471..

16Les guesdistes du Nord posent à plusieurs reprises la question des rapports entre socialisme et syndicalisme dans les congrès de la CGT. Pour le Parti ouvrier français, le syndicat constitue une base pour le recrutement L'action syndicale se limite à la lutte revendicative qui ne peut remplacer l'action politique du Parti qui seule peut aboutir à une transformation de la société. Ils s'opposent donc aux dirigeants de la CGT qui refusent tout rapport avec les socialistes alors que les guesdistes citent souvent l'exemple du Nord : le Parti, les syndicats et les coopératives s'y complètent, syndicats et coopératives étant sous la dépendance du parti. Aussi le congrès de la CGT d'Amiens (8 - 13 octobre 1906) discute-t-il la motion du responsable guesdiste du Textile, le nordiste Renard. Il propose que le Comité confédéral de la CGT s'entende « toutes les fois que les circonstances l'exigeront » avec le Conseil national du Parti socialiste « pour faire plus facilement triompher ces principales réformes ouvrières »22. En réponse à cette proposition guesdiste qui distingue maintenant les terrains particuliers des actions politiques et syndicales et qui abandonne la sujétion de l'action syndicale au Parti, la majorité du congrès d'Amiens attribue au syndicat le rôle moteur pour le renversement du capitalisme dans ce qui devient la Charte d'Amiens. Six ans plus tard, Renard, au congrès du Havre de la CGT (16 - 23 septembre 1912), renouvelle sa proposition d'entretenir des rapports permanents avec le Parti socialiste SFIO et de réorganiser les syndicats français pour qu'ils puissent mieux lutter (en créant, comme en Grande-Bretagne ou en Allemagne, des caisses de grève). Les guesdistes n'attribuent à la grève qu'une action défensive limitée aux intérêts corporatifs. Dès lors, ils considèrent les syndicats comme des organisations « pas forcément et naturellement contre l'ordre capitaliste », selon les termes de Vérecque, dirigeant du Nord23.

  • 24 Compte rendu sténographique du 4e Congrès de Nancy, p. 431, intervention de Renard.
  • 25 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Limoges, p. 99, intervention de Rappoport.
  • 26 Idem., p. 105, intervention de P. M. André.

17La question des rapports entre le Parti et le syndicat se pose aussi dans les débats du Parti socialiste SFIO souvent à l'initiative de la Fédération du Nord. Deux congrès notamment, Limoges (1906) et Nancy (11 - 14 août 1907) lui consacrent de longs moments. Les guesdistes attaquent la conception de la grève générale, « un véritable Waterloo pour la classe ouvrière »24, qui permet au seul syndicalisme de se réclamer de la révolution. Pour eux, le combat politique contre l'État vise aussi le patronat et le capitalisme. Aussi faut-il définir des liens qui reconnaissent la prééminence au parti, le syndicat n'étant qu'« une partie de la classe ouvrière »25, qu'un « membre » du « mouvement prolétarien » dont le parti est « la tête »26. Renard, s'appuyant sur les expériences des luttes dans le textile du Nord, précise même la dépendance syndicale :

  • 27 Idem., p. 143.

« Le devoir des socialistes est d'inspirer le plus possible les syndicats, d'y apporter la notion de lutte de classe, de leur montrer leur véritable intérêt et de les mettre sur leur véritable chemin »27

18L'exemple de la situation dans le Nord sert d'illustration à cette thèse. L'intervention de Guesde au congrès de Limoges (1907) s'appuie entièrement sur l'exemple du Nord. Son argumentation centrale souligne que la tâche quotidienne des socialistes du Nord consiste à faire vivre le « réformisme obligatoire » syndical sans oublier de montrer « le grand rôle organique, sinon révolutionnaire, qu'auront à jouer dans la prochaine révolution les corporations organisées ». En outre, le syndicat constitue un bon terrain pour le recrutement socialiste.

  • 28 Compte rendu analytique du 4e Congrès de Nancy, (1907), aparté de Delory dans la discussion sur l'a (...)

19Mises en minorité en 1906 et en 1907 par les motions déposées par Jaurès qui associent validité de la grève générale et autonomie des organisations, ces positions se rapprochent de celles adoptées dans les congrès de l'Internationale. Constamment, à l'appui de leurs thèses, les militants nordistes apportent des bilans chiffrés impressionnants sur les luttes syndicales : 57 grèves dans les six premiers mois de 1906 uniquement dans le textile, plus de cinq millions de journées de grèves en 1906-1907, « pas seulement pour des questions misérables mais pour des grosses questions »28.

  • 29 Le Temps, le 3 décembre 1911, titre son compte rendu : « Les guesdistes contre la CGT ».

20Ces distances avec la CGT se maintiennent Elles conduisent même deux parlementaires socialistes d'origine guesdiste, Ghesquière et Compère-Morel, le premier élu dans le Nord, le 2 décembre 1911, à afficher, dans un débat à la Chambre des Députés, de violentes critiques à l'égard de la CGT29. Ils maintiennent leur point de vue lors du congrès socialiste de Lyon, (18-21 février 1912) et Lebas affirme,

  • 30 Compte rendu sténographique du 9e Congrès de Lyon, p. 311.

« Nous en avons assez de la méthode du sabotage, de la grève générale révolutionnaire [...] »30.

  • 31 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Limoges, (1906), p. 89.

21Cet épisode constitue la dernière escarmouche d'un courant socialiste en prise avec les exemples européens qui refusent au syndicalisme une organisation et une action originales. Mais les guesdistes, d'une façon générale, sans doute enfermés dans l'autoproclamation des fédérations septentrionales, ne cherchent pas à essayer de comprendre les autres voies proposées par le mouvement syndical français. Toutefois, dans maints centres ouvriers, sur le terrain, dirigeants syndicalistes et socialistes se rapprochent (luttes communes, contacts multiples). Delory, dès 1906, en riposte aux principes de la Charte d'Amiens, annonce des ententes, dans le Nord, entre syndicats CGT et groupes socialistes SFIO31. Cette différence vaut-elle dans les autres départements du Nord ? Le délégué de l'Aisne, par exemple, décrit en 1906 une situation semblable.

Doctrine et pratique

22L'unité socialiste, si elle rapproche les familles socialistes dispersées, ne fournit pas de doctrine figée. Qu'est-ce qu'un Parti socialiste ? Quels doivent être son action, sa tactique, son but ? Autant de questions laissées aux soins de ceux qui allaient construire cette imité ! Examinons quelques exemples.

A/ La tactique électorale

  • 32 Le Citoyen, organe de la fédération socialiste SFIO, ne le mentionne jamais comme candidat au deuxi (...)

23Après avoir surmonté la crise du « ministérialisme », le socialisme unifié doit définir une attitude à la veille des élections législatives de 1906. Le devoir républicain, la discipline républicaine figurent-ils parmi les principes inspirateurs comme le souhaite Jaurès ? Les guesdistes soulignent que l'élection ne peut être un but en soi et doit permettre la pénétration des idées socialistes. Aussi s'opposent-ils à la représentation des élus en tant que groupe parlementaire au Conseil national du Parti. Selon la motion de synthèse élaborée par le congrès de Châlon (29 octobre - 1er novembre 1905), après avoir présenté une candidature de classe au premier tour, les fédérations devront agir « au mieux des intérêts du prolétariat et de la République sociale ». Par compromis, ils acceptent « République » tempérée par l'adjectif « sociale ». Cette motion fondatrice met en avant à chaque consultation la nécessité de formuler un programme et des propositions. La liberté laissée aux fédérations pour apprécier la tactique du deuxième tour permet notamment aux guesdistes de ne pas respecter la règle commune que veulent leur imposer les tenants d'une alliance générale avec les radicaux. Ils en feront pourtant largement usage tout particulièrement dans le Nord et dans le Pas-de-Calais. Toutefois à Boulogne en 1910, Pierre Myrens se fait élire au deuxième tour avec les voix de droite, malgré l'hostilité de la Fédération socialiste puisqu'il arrive, au premier tour, derrière les deux candidats partisans du Bloc des Gauches32. Dans sa campagne, il affirme notamment :

« Partisan de la liberté politique, religieuse et philosophique de tous les citoyens, je défendrai au Parlement la liberté pour tous »

24après avoir estimé dans son journal,

  • 33 Le Réveil de Boulogne, organe des sections socialistes de Boulogne, 5 mai et 27 mars 1910.

« La ville doit les secours payés par les contribuables à tous les enfants qui y ont droit ; que ces enfants fréquentent les écoles laïques ou libres »33.

25Cet épisode montre l'absence de monolithisme du guesdisme septentrional. Des socialistes dans le Pas-de-Calais peuvent voter les motions guesdistes aux congrès et avoir une pratique variable. Un candidat guesdiste orthodoxe peut aller jusqu'au bout de sa logique antiradicale et bénéficier des voix de droite sans faire de concession sur son programme. Le maintien de clivages internes aux socialistes du département peut aussi faciliter ces comportements insolites.

26Jusqu'à la première guerre mondiale, la question électorale demeure posée d'autant que le Parti socialiste SFIO devient une force parlementaire. Les guesdistes évoluent. Distants à l'égard de l'électoralisme au moment de l'unification, ils soutiennent de plus en plus une ligne électoraliste à la recherche des succès possibles. Ce que Gustave Hervé appelle « faire la cuisine » peut aussi apparaître comme des déviations, signes d'une décomposition en cours.

B/ Les luttes « anti »

27L'unité socialiste s'était produite sur la base d'un refus du soutien à toute nouvelle expérience du Bloc des Gauches. Pourtant les relations avec les radicaux et autres républicains ne s'étaient pas interrompues. Souvent, désormais, les arrière-pensées électoralistes limitent l'affirmation d'une doctrine socialiste sans faille. Dans cet esprit peuvent se comprendre les grandes attitudes quotidiennes.

  • 34 Un des aspects de le tension avec Delesalle est l'appartenance maçonnique de ce dernier. Il prit e (...)

28Par exemple, faute de définir une laïcité compatible avec la volonté socialiste, les militants, au-delà de leur refus permanent de la franc-maçonnerie34, finissent par admettre l'anticléricalisme défini, quelques années auparavant, comme susceptible de détourner les travailleurs de la lutte pour le socialisme. Au moment des premiers effets de la séparation de l'Église et de l'État, lors des premiers inventaires, Le Travailleur multiplie les informations sur les actions des « apaches de la catho », reprise du vocabulaire anticlérical des Républicains. Mais pourtant, régulièrement, des articles destinés aux électeurs catholiques indiquent que la religion reste une affaire privée. Myrens, dans sa campagne électorale à Boulogne, développe abondamment de telles analyses pour convaincre cet électorat de voter pour le candidat socialiste. Dans ce contexte de modération destiné aussi à créer de meilleures conditions pour s'adresser aux ouvriers influencés par la religion, les heurts avec la Libre Pensée augmentent.

29Autre lutte « anti » fort répandue dans cette période, la lutte antialcoolique. Au congrès de Lyon (1912), arrive en débat l'attitude à tenir vis-à-vis d'un projet de loi pour diminuer le nombre des débits de boissons. Pour les guesdistes, une telle propagande éloigne du socialisme. Guesde, dans son intervention, évoque en prenant les exemples de Delory, dirigeant du Nord ou de Basly, député-mineur du Pas-de-Calais, le rôle joué par ces débits pour aider matériellement les militants mis à pied :

  • 35 Compte rendu sténographique du 9e Congrès de Lyon, p. 293.

« Ce n'est pas de l'alcool qu'il débite : c'est du socialisme, c'est du syndicalisme ; c'est l'armée ouvrière que, derrière son comptoir, il se recrute et organise pour la révolution sociale »35.

C/ Une voie réformiste

30La question de l'attitude à l'égard des réformes ne se règle pas immédiatement Il est de bon ton dans les débats du Parti de considérer que les guesdistes, et notamment les militants du Nord, refusent les réformes. Au congrès de Toulouse (1908), la question de l'action générale du Parti et de ses moyens d'action se trouve en débat Les guesdistes du Nord se défendent de rejeter les réformes. Ghesquière affirme notamment :

  • 36 Compte rendu sténographique du 5e Congrès de Toulouse, p. 345.

« (...] ne nous faites pas dire que nous sommes contre les réformes [...] nous voulons prémunir le prolétariat contre des illusions possibles [...] »36

31Bracke, peu après, apporte sur un ton polémique des précisions :

  • 37 Idem., p. 370.

« C'est toujours celle [la Fédération du Nord, JG] qui se trouve prise à partie comme un type d'une espèce de socialisme qui représenterait l'inaction, parce qu'il serait ankylosé, pris entre l'anarchie dans laquelle il ne voudrait pas verser et la collaboration ministérielle au gouvernement à laquelle il ne voudrait pas se prêter »37.

32La fédération conduit une politique favorable aux réformes sans créer d'illusions. Il s'agit non pas de faire des réformes mais de contraindre la bourgeoisie à en faire. Il ne peut y avoir de réformes socialistes

  • 38 Idem., p. 373.

« [...] que le jour où ils [les ouvriers, JG] auront le pouvoir entre les mains ; cela, c'est la condition préalable, c'est la révolution »38.

33Ces mises en garde effectuées, la voie s'ouvre vers l'approbation de la motion de synthèse présentée par Jaurès, « motion satisfaisante » comme l'estime peu après Vérecque dans Le Travailleur.

La lutte contre la guerre

34L'originalité des guesdistes se dégage. Dans le Parti, progresse l'idée qu'il ne faut exclure aucune action possible, qu'il s'agisse de la grève générale, de l'insurrection, de l'antimilitarisme, aux côtés de l'intervention parlementaire, de l'agitation politique ou d'autres manifestations politiques.

35Les militants du Nord, dès 1906, présentent une motion défendue surtout par Guesde qui critique l'antimilitarisme, la grève militaire et l'insurrection en cas de guerre. L'antimilitarisme ne peut, selon eux, s'isoler en raison de liens profonds entre le capitalisme et le militarisme. Ils approuvent la motion déposée par la fédération de la Dordogne en 1907 pour qui lutter pour la suppression du militarisme conduit à faire « oeuvre de conservation sociale en détournant la classe ouvrière de ce qui devrait être son unique préoccupation, la prise de pouvoir politique ». Ils s'accordent avec les conclusions de l'Internationale qui voit dans l'antimilitarisme un moyen d'affaiblir le pays où le socialisme est le plus fort.

  • 39 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Limoges, intervention de Guesde, p. 241.

36De la même façon, les guesdistes refusent l'insurrection en cas de guerre. La prise du pouvoir politique qui en découlerait doit se préparer minutieusement et longuement. Or, par excellence, le déclenchement de la guerre peut être brutal et le « péril commun » empêcherait toutes réactions autres que favorables à l'état d'esprit majoritaire39.

37Les guesdistes raisonnent toujours selon le même schéma : partir des dangers pour le socialisme et sa pénétration dans les masses que font courir les diverses actions proposées et s'appuyer sur les positions de l'Internationale. Ils réaffirment constamment que la guerre et le militarisme découlent du capitalisme. Selon eux, le socialisme peut seul amener la paix et il ne faut pas proposer d'autres voies que la destruction du capitalisme et l'organisation nationale et internationale du prolétariat Il faut lutter contre le régime et non pas contre un seul de ses aspects. Dans l'attente de la prise du pouvoir par le prolétariat, il s'agit de conquérir dans tous les pays les moyens de paralyser l'action des gouvernements : réduction du temps de service militaire, refus des crédits de guerre, revendication de l'armement général du peuple au heu des armées permanentes notamment L'Internationale doit réguler les positions nationales pour éviter toute manifestation de chauvinisme. En cas d'agression, le devoir de chaque prolétariat est de se défendre et de prendre le pouvoir en profitant des faiblesses du gouvernement. Il paraît donc logique que les socialistes réclament en cette circonstance leur part dans un gouvernement pour pénétrer l'appareil d'État et le contrôler.

38Ces analyses reposent sur me conception d'ensemble des guesdistes. La guerre leur paraît impossible notamment depuis l'instauration du service militaire obligatoire. La bourgeoisie assigne à l'armée deux actions, la conquête coloniale et le maintien de l'ordre intérieur. Devant la complexité qu'entraîneraient en cas de déclenchement d'une guerre les questions du ravitaillement et la paralysie de la production notamment, la classe ouvrière armée serait alors maîtresse de la situation et une révolution sociale menacerait. La bourgeoisie n'entend donc pas courir à la destruction de son propre pouvoir. Dans ce contexte, gagner la paix paraît possible pour les socialistes qui doivent se montrer vigilants et se renforcer.

39Ces analyses guesdistes restent minoritaires dès le congrès de Nancy (1907). Fidèles à leurs positions définies dès 1893 par le Parti ouvrier français, les guesdistes montrent me grande confiance dans l'Internationale qui, lors du congrès de Stuttgart peu après, refuse aussi l'insurrection et la grève générale. Cette position optimiste leur fait dédaigner l'action journalière contre la guerre. Il peut en résulter une montée de la résignation fataliste. D'autre part, la justification de l'attitude des socialistes pendant une éventuelle guerre jette la confusion. Elle tend pour beaucoup à banaliser et à comprendre la guerre et ses causes.

40Les fédérations de la France septentrionale participent peu aux réactions rénovatrices du guesdisme sur cette question. Elles ne suivent pas les efforts de Rappoport qui lance Contre la guerre au début des années 1910. Elles n'accordent pas d'échos aux tentatives de l'Isère ou de la Haute-Vienne de promouvoir une attitude de luttes quotidiennes contre la guerre.

41Les guesdistes, et notamment les fédérations du Nord, occupent une place originale dans l'unité socialiste. L'unité socialiste leur doit beaucoup. Ils apportent un parti structuré, des habitudes, un programme complet, une presse riche. Toutefois, après 1906, une partie grandissante de ce qui devient la politique socialiste se définit contre leur volonté. Ils conservent un discours non renouvelé, souvent plaqué sur une réalité mouvante et sur un monde ouvrier en profonde mutation idéologique où les idées républicaines comptent beaucoup et où les analyses du syndicalisme révolutionnaire effectuent une percée. Dans les fédérations du Nord, l'appareil, les élus, les autres organisations demeurent des moyens efficaces de domination alors que l'idéologie ne s'adapte pas et s'affadit En rejetant les analyses nouvelles ou par exemple la grève générale, les guesdistes, tout en prônant la révolution, se contentent en fait d'une pratique réformiste pour mieux résister au capitalisme dominant afin de créer les conditions de son expropriation. Seules les actions à long terme comptent Leur rejet des actions ponctuelles se combine avec une pratique quotidienne gestionnaire au profit des ouvriers. Us critiquent l'évolution réformiste du Parti socialiste SFIO au nom d'un marxisme réduit souvent à une argumentation oratoire. Le discours se fige, la pensée se dessèche faute d'être enrichie par l'action quotidienne ou par une analyse précise de la situation présente. Restent les qualités d'organisation, de gestion, la présence ouvrière, tout ce qui assure le succès d'un réformisme choisi dès avant l'unité, supporté par un espoir révolutionnaire d'intentions.

Notes

1 Marcel SEMBAT, La victoire en déroute, Paris, Éditions du Progrès civique, 1925, p. 158.

2 Voir notre DES, Le guesdisme dans l'unité socialiste 1905-1914, Paris, 1964, 220 p. (sous la direction d'Ernest Labrousse). Nous n'étudierons pas ici les conditions de la formation de l'unité socialiste dans la France septentrionale. Le guesdisme majoritaire doit s'entendre avec les socialistes indépendants autour d'Édouard Delesalle, de son quotidien Le Réveil du Nord et avec les proches d'Émile Basly.

3 Nous limiterons l'étude au Nord et au Pas-de-Calais.

4 Son dirigeant Gustave Delory dresse un tableau évocateur de cette puissance, Aperçu historique sur la Fédération du Nord du Parti socialiste (1876-1920), Lille, 1921,344 p.

5 Nous avons retenu les données totales et, seulement pour 1907 et en 1911, celles du Nord et du Pas-de-Calais, avancées par Paul LOUIS, Histoire du socialisme en France 1789-1914, Paris, Rivière, Bibliothèque d'Histoire politique et sociale, 1946, p. 271. Pour les autres années, les données proviennent de la presse ou des congrès. D'après La France socialiste, Encyclopédie socialiste syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière, les totaux pour le Pas-de-Calais sont 2 550 cotisants en 1912, 3 750 en 1913, 4 600 en 1914.

6 11 579 cotisants selon La France socialiste, op. cit.

7 44 selon La France socialiste, op. cit..

8 19 selon La France socialiste, op. cit..

9 « Triomphe socialiste dans la région du Nord » titre Le Travailleur, le 9 mai, après l'élection dès le premier tour de deux socialistes.

10 Ce recul s'explique notamment par les tensions internes aux guesdistes du Nord qui se manifestent aussi lors du congrès de Nîmes sur la questions des retraites ouvrières.

11 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Nancy, p. 81.

12 La Guerre sociale, 28 février 1912.

13 Compte rendu sténographique du 6e Congrès de Saint-Étienne (1909), p. 105.

14 La répartition des votes sur les motions concernant la lutte contre la guerre du congrès de Paris en 1914 n'a pas été publiée.

15 Le changement dans la représentation et le vote des fédérations expliquent que des minorités se dégagent dans le Nord, 150 sur 462 mandats et dans le Pas-de-Calais, 6 sur 25 mandats.

16 Sur la motion Luquet soutenue par les guesdistes, le bloc minoritaire se divise et dans le Nord, 7 mandats sur 51 ne suivent pas.

17 Lafargue l'a aussi été dans le passé.

18 Arnaud LELEU, La section lilloise du Parti socialiste SFIO : vie et propagande (1905-1920), Lille ΙII, Mémoire de maîtrise, 1985, p. 72.

19 Idem., p. 79.

20 Idem., p. 50.

21 Dans sa brochure, Lucien DESLINIERES, La vie chère, Paris, Librairie du Parti socialiste, Librairie de L'Humanité, 1911, 36 p., en décrit plusieurs.

22 CCT, XVe Congrès national corporatif..., Amiens, p. 136.

23 Dans la définition de son Dictionnaire du socialisme, Paris, Giard et Brière, 1911, p. 471..

24 Compte rendu sténographique du 4e Congrès de Nancy, p. 431, intervention de Renard.

25 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Limoges, p. 99, intervention de Rappoport.

26 Idem., p. 105, intervention de P. M. André.

27 Idem., p. 143.

28 Compte rendu analytique du 4e Congrès de Nancy, (1907), aparté de Delory dans la discussion sur l'antimilitarisme.

29 Le Temps, le 3 décembre 1911, titre son compte rendu : « Les guesdistes contre la CGT ».

30 Compte rendu sténographique du 9e Congrès de Lyon, p. 311.

31 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Limoges, (1906), p. 89.

32 Le Citoyen, organe de la fédération socialiste SFIO, ne le mentionne jamais comme candidat au deuxième tour.

33 Le Réveil de Boulogne, organe des sections socialistes de Boulogne, 5 mai et 27 mars 1910.

34 Un des aspects de le tension avec Delesalle est l'appartenance maçonnique de ce dernier. Il prit en 1899 position en faveur de la participation ministérielle. Par réaction les guesdistes firent reparaître Le Travailleur en juillet 1900 qui « railla la franc-maçonnerie à longueur de pages », Arnaud LELEU, La section lilloise du Parti socialiste SFIO..., op. cit., p. 19.

35 Compte rendu sténographique du 9e Congrès de Lyon, p. 293.

36 Compte rendu sténographique du 5e Congrès de Toulouse, p. 345.

37 Idem., p. 370.

38 Idem., p. 373.

39 Compte rendu analytique du 3e Congrès de Limoges, intervention de Guesde, p. 241.

Auteur

Centre de recherches sur l'Espace, les Sociétés et les Cultures Université de Paris-Nord

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter