Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

I. Implantation, Unification, Organisation (1893-1914)

L'émergence du socialisme dans le département du Nord au xixe siècle

Sophie Le Flamanc

Texte intégral

  • 1 Émile Durckheim écrit à ce propos : « Pour pouvoir faire l'histoire du socialisme, il fallait d'abo (...)

1L'histoire du socialisme soulève de multiples questions qui constituent, lorsqu'elles sont organisées, autant d'approches possibles. Ainsi, la recherche des sources du socialisme et de son évolution au long du XIXe siècle conduit-elle à évoquer plusieurs problèmes. Et d'abord, celui de sa définition1.

2A l'époque que nous étudions, le socialisme est un terme polysémique, dont il faut s'efforcer de cerner avec précision les contours. En 1900, le socialisme de Karl Marx n'est pas celui de Jaurès, ni même de Jules Guesde. Il n'est pas non plus similaire pour les mineurs du Nord et les agriculteurs du Var. A un autre niveau, le socialisme de ceux qui le font n'est pas identique à la perception qu'en ont les observateurs : ses opposants lui confèrent un sens particulier, dans lequel ne se reconnaissent pas forcément ses partisans. Par simplification, et pour les radicaliser, les représentants officiels de l'État n'hésitent pas à dénommer « socialistes » toutes les formes d'opposition républicaine au pouvoir.

3Selon les contextes, le terme socialisme véhicule des valeurs et des références qui peuvent s'entrecroiser, se compléter ou s'ignorer. On se trouve ainsi confronté à la nécessité de le situer par rapport au concept de « gauche », sachant que celui-ci traduit à son tour des diversités extrêmes. Le socialisme est donc pluriel, comme l'est aussi la gauche. Se pose alors la question de cerner son originalité parmi les courants intellectuels qui semblent partager les mêmes idéaux.

4Au XIXe siècle, ces précautions sémantiques apparaissent d'autant plus indispensables que sont en cours de construction les doctrines politiques qui accordent une large part aux préoccupations d'ordre social L'histoire du socialisme repose alors en partie sur celle de son contenu idéologique. On verra que celui-ci évoluera tout au long de cette période.

  • 2 C'est notamment le cas de Tony JUDT, dans Le Marxisme et la Gauche française, Hachette, 1987.

5Par ailleurs, le socialisme est une pensée dont la finalité, pour être accomplie, repose sur sa rencontre avec une catégorie sociale définie, celle des ouvriers - ou du prolétariat, si l'on se réfère au marxisme. Nombreux sont les auteurs qui ont abordé cette problématique en l'adaptant au cas français2, la question centrale consistant à rechercher lequel, du socialisme ou du prolétariat, avait précédé l'autre dans sa constitution. Toutefois, il faut s'entendre ici encore sur le contenu de cette notion, l'approche sociologique de l'histoire du socialisme étant délicate autant pour des raisons terminologiques que par la précarité des informations.

6C'est ici que prend son sens le particularisme local de l'objet de notre étude, car au XIXe siècle, la sociologie du Nord de la France présente des caractéristiques propres, notamment à travers le développement de l'industrialisation, de l'urbanisation et l'exploitation des mines de charbon. La comparaison entre les prémices socialistes de la Restauration ou de la Monarchie de Juillet, et même de la Deuxième République, avec les formes plus élaborées du début de la Troisième République, permet de souligner l'importance croissante de son implantation parmi les ouvriers.

7Enfin, l'une des spécificités du socialisme, notamment septentrional, réside dans ses modalités d'organisation. Les formations de gauche manifestent en effet dès le début du XIXe siècle leur capacité à se structurer en associations de types divers, constituées principalement afin de promouvoir la défense d'intérêts professionnels ou de revendications plus explicitement politiques, et ceci même dans des contextes restrictifs à l'égard des libertés publiques.

8La révolution démocratique de 1848, et la situation favorable qu'elle engendre, représente à cet égard la forme la plus aboutie de l'expérience associative au XIXe siècle. Les périodes qui la précèdent, et celles qui la suivent, s'accompagnent d'une marginalisation des structures partisanes. Il faut d'ailleurs attendre les dernières années de ce siècle pour que des structures politiques puissent se former de façon durable.

9Trois problèmes ressortent principalement de cet exposé préliminaire. Le socialisme est en effet appréhendé à partir de son contenu idéologique, de ses fondements sociologiques et de son mode d'organisation, au regard de la situation particulière qui est la sienne dans le département du Nord au XIXe siècle. L'analyse proposée ici est donc construite à partir de ces axes de réflexion. Elle se situe dans un cadre chronologique qui s'étend de la Monarchie de Juillet à 1893, de façon à composer une véritable introduction à l'histoire du socialisme septentrional

1. Un idéal social

10En France, l'histoire de la gauche remonte communément à la Révolution, en tenant néanmoins compte de l'héritage philosophique des Lumières. La Révolution française apparaît ainsi comme un événement fondateur, une référence, en même temps qu'elle génère une pluralité d'idéologies qui peuvent être parallèles, voire concurrentes.

11Certaines d'entre elles s'appuient essentiellement sur la dimension institutionnelle, l'abolition de la Monarchie constituant alors le vecteur principal de leur doctrine. C'est le cas des républicains, dont la filiation s'établit depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours à travers le radicalisme.

12A côté de ce courant doctrinal se construit une idéologie plus spécifiquement centrée sur la prise de conscience des inégalités sociales et la mise en oeuvre d'une politique égalitaire, tournée vers les catégories les plus défavorisées de la population. Le cadre juridique des institutions perd ici son intérêt : la République n'est pas considérée comme une fin en soi Et si elle ne s'inscrit pas dans le cadre d'un régime égalitaire, comme c'est le cas sous la Deuxième République, elle doit être réformée dans le sens d'une démocratie plus accomplie.

13Ce courant « social » qui apparaît dès le début du XIXe siècle présente une variété de nuances dans le contenu et dans la mise en oeuvre des modalités d'expression politique. Des théories coexistent à des périodes données, ou se succèdent, parce qu'elles subissent des mutations imposées par des contextes politiques nouveaux.

  • 3 Benoît MALON, « Le socialisme intégral » dans La Revue socialiste, 1891.

14Elles partagent toutes cependant un dénominateur commun, que résume Benoît Malon, dans sa proposition d'un « socialisme intégral » : « réformes familiales, réformes éducatives, revendications politiques et civiles, émancipation des femmes, élaboration philosophique, adoucissement des moeurs (...) »3. Le socialisme aspire alors à la justice et à l'égalité. Ses finalités sont morales avant d'être économiques, même si les revendications matérielles ne sont pas dénuées d'importance.

15La diffusion du marxisme en France à la fin du XIXe siècle par Jules Guesde et Paul Lafargue provoque la scission entre deux formes de pensée socialiste : la démocratie-sociale, contemporaine de la Révolution de février 1848, qui se maintient sous le Second Empire, et le socialisme dialectique, que ses introducteurs vulgarisent sous la forme du guesdisme.

16Ses thèmes essentiels en sont la primauté de l'économie, l'antagonisme des classes, les réformes sociales et l'amélioration de la condition ouvrière, celle-ci reposant sur la construction préalable d'une conscience de classe, à laquelle sont liées des revendications spécifiques.

17Le marxisme opère donc une transformation du contenu idéologique du concept de socialisme. Une analyse étendue à l'ensemble du XIXe siècle se doit donc, nous semble-t-il, de tenir compte des différentes formes que présentent durant cette période les mouvements qui se réclament d'un idéal social, comme, sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, le socialisme utopique, en 1848, la démocratie-sociale et sous la Troisième République, le guesdisme.

2. Sociologie du socialisme

18L'étude de la sociologie du socialisme au XIXe siècle requiert des précautions méthodologiques liées à la spécificité des sources d'information. En effet, le politiste qui travaille dans un cadre historique est soumis aux contraintes traditionnelles de l'historien : impossibilité de recourir aux témoignages directs, lectures limitées aux documents répertoriés aux archives. Si les données dont il aurait besoin pour élucider un problème ne sont pas disponibles, il n'a pas de recours ; des questions resteront en suspens, faute de moyens pour les analyser. En aucun cas, il ne pourra susciter des informations. Seules celles qu'auront consignées les témoins de l'époque considérée pourront alimenter ses recherches.

19L'on peut ainsi supposer qu'aucun texte de la Monarchie de Juillet ne fasse référence à la profession exercée par les radicaux ou à leur commune de domiciliation. Dans cette hypothèse, la sociologie de leur mouvement serait vouée à une extrême précarité. Heureusement, la réalité est autre. L'administration de la Monarchie orléaniste, comme celles qui suivront, surtout sous le Second Empire, avait pris l'habitude de consigner scrupuleusement les faits et gestes des opposants politiques. On dispose de ce fait de nombreux rapports établis par les préfets, les sous-préfets et les indicateurs qui étaient infiltrés dans les associations.

20Cependant, ces données soulèvent fréquemment des problèmes d'interprétation, en raison de leur imprécision ou de leur caractère partisan. Elles présentent également au niveau lexical des spécificités qui, si elles ne sont pas soulignées, peuvent susciter des anachronismes. Ainsi, le terme ouvrier ne possède pas le même sens au début de la Monarchie de Juillet ou à la fin du siècle. Les difficultés peuvent être par ailleurs d'ordre quantitatif. Si un indicateur zélé relate avec minutie le déroulement d'une réunion politique, décrivant avec force détails la personnalité de chacun des participants, et qu'il ne fait plus jamais par la suite référence au même groupe, les informations, pourtant riches à un moment donné, revêtent un caractère anecdotique, parce qu'elles ne peuvent se prêter à aucune comparaison. Il peut ainsi arriver de disposer d'informations assez complètes sur une association, parce qu'elle a fait l'objet de la surveillance attentive de la police, et de ne connaître d’autres groupes que leur nom.

21La précarité des données statistiques limite parfois l'analyse à des considérations ponctuelles et rend incertain l'établissement de conclusions d'ordre général Par ailleurs, des problèmes d'ordre sémantique se posent, qui concernent la terminologie en usage pour désigner les professions et plus précisément celles de la production industrielle : en effet, comment définit-on à travers le XIXe siècle le terme « ouvrier » ? Qu'est-ce qui distingue un « ouvrier » d'un « ouvrier qualifié » et celui-ci d'un artisan ?

22Malgré ces réserves, nous allons étudier l'implantation sociologique des courants socialistes de 1830 à 1893. Cependant, comme il n'est pas possible de procéder ici au relevé exhaustif et à l'analyse de toutes les caractéristiques sociologiques des socialistes du Nord, nous mènerons une réflexion qui portera principalement sur l'hypothèse de l'identité ouvrière du socialisme septentrional.

  • 4 Avec des problématiques diverses. L'ensemble des ouvrages cités dans la bibliographie aborde cette (...)

23Cette démarche n'est certes pas originale pour la Troisième République, de multiples travaux ayant mis en lumière avec force arguments le rapport entre le mouvement ouvrier et les formations socialistes4. Il semble par contre important de rechercher s'il existe une continuité sociologique du socialisme à travers le XIXe siècle.

  • 5 Pour la Monarchie de Juillet et la Deuxième République S. Le FLAMANC, Les structures du Mouvement R (...)

24Les travaux qui ont été menés sur les formations de gauche pour les périodes qui précèdent la Troisième République font état d'une faible implantation des doctrines sociales parmi les ouvriers5. Tout d'abord, parce que ceux-ci constituent une catégorie sociale numériquement peu importante.

25Il convient à ce propos de préciser que sont désignés par ce terme les travailleurs salariés employés dans les usines textiles ou métallurgiques, ce qui exclut de cette définition les artisans propriétaires de leur outil de travail ou salariés, ainsi que les ouvriers qualifiés qui exercent leur activité professionnelle dans une usine. De même, les mineurs sont assimilés aux ouvriers dans le traitement que nous faisons des statistiques, en raison de leur statut qui les place dans une étroite dépendance vis-à-vis de l'employeur.

  • 6 D. DASSONVILLE, Le Patronat lillois de 1815 à 1870. Lille, Mémoire de Maîtrise, 1971.

26Ensuite, les ouvriers sont pour la plupart bonapartistes ou apolitiques, le patronat du Nord constituant souvent un encadrement social qui les entoure dans leur travail et leur vie familiale6. De ce fait, les démocrates-sociaux ne rencontrent pas un terrain qui leur est favorable et les thèses qu'ils développent alors demeurent trop abstraites, éloignées des préoccupations matérielles des ouvriers. Sur ce point, la politique sociale que met en oeuvre Napoléon III les concerne davantage que les idéaux prônés par les formations de gauche.

  • 7 Cf. références citées note 13.

27Si les ouvriers ne sont que très minoritairement démocrates, il faut cependant souligner que certains d'entre eux se rallient aux mouvements socialistes dès la Monarchie de Juillet, et sont ainsi à l'origine des foyers les plus actifs du département C'est particulièrement le cas à Lille, centre principal de l'opposition politique de gauche, de 1830 à la fin du XIXe siècle, où sont concentrés les électeurs et les militants les plus avancés. Ce constat englobe aussi les communes textiles de la périphérie lilloise, Roubaix, Tourcoing, Armentières, dont la population ouvrière s'accroît rapidement par l'effet de l'industrialisation, parallèlement à celle de certains quartiers de Lille, et les sites miniers du Douaisis et du Valenciennois7.

  • 8 Sur l'ensemble de ces informations, cf. les enquêtes menées par l'administration préfectorale et le (...)

28Sous la Deuxième République et au cours du Second Empire, les territoires d'implantation du socialisme correspondent aux zones en cours d'industrialisation, mais celles-ci ne sont pas toutes, loin s'en faut, des centres d'activité politique. Il faut ajouter à cela que l'industrie textile semble plus perméable aux doctrines de gauche que la métallurgie et la mine, peu politisées. Il existe par ailleurs une opinion démocratique rurale, notamment dans la région d'Avesnes et le Pévèle-Mélantois, mais elle est marginale et réside essentiellement dans l'influence qu'exercent des notables sur une frange de la population locale ou la spécificité de certaines productions, localisées dans les zones agricoles, comme les sucreries. Les campagnes sont en effet conservatrices et soutiennent le plus souvent le gouvernement en place8.

  • 9 B. MÉNAGER, op. cit., p. 406.

29Jusqu'à la fin du Second Empire, la sociologie de la démocratie-sociale se caractérise par la formation d'un pôle ouvrier important à Lille, phénomène qui demeure isolé par rapport à l'ensemble du département du Nord. En effet, les catégories sociales les plus représentées au sein de ce courant politique sont celles des artisans et des marchands, et, dans une moindre mesure, les professions libérales : en particulier, les médecins et avocats, parmi lesquels les principaux responsables des structures formées dans le Nord. Ces professions fournissent la plupart des cadres et des électeurs de gauche, en raison de leur niveau d'instruction qui facilite la compréhension d'idées nouvelles. Elles s'accompagnent aussi d'une reconnaissance sociale qui confère à leurs membres un statut particulier : le médecin et l'avocat jouissent d'une notoriété qui peut les amener à exercer des responsabilités publiques ou à assurer la direction d'une association politique. A ce titre, le mouvement semble avoir dans certains arrondissements une tonalité presque bourgeoise, ses militants étant pour la plupart des notables9.

30Jusqu'à l'aube de la Troisième République, et plus précisément à partir de 1869, la démocratie-sociale effectue une avancée dans les milieux ouvriers, à tel point qu'aux élections municipales partielles de Lille, quatorze sur les quinze conseillers municipaux sont démocrates. Cette évolution coïncide avec le glissement progressif qu'opèrent certains courants de l'opposition de gauche vers une pensée plus directement préoccupée par la paupérisation et la volonté d'améliorer les conditions matérielles des ouvriers.

31De telles idées ne sont pas inédites : les socialistes utopiques et les programmes de la démocratie-sociale avaient en effet abordé ces problèmes en suggérant différents types de solutions. La nouveauté réside plutôt dans la méthode préconisée afin de sensibiliser les ouvriers aux doctrines socialistes, à savoir l'intensification de leur participation électorale et le développement des structures destinées à leur éducation politique.

  • 10 P. PIERRARD, op. cit, p. 504 et s.
  • 11 AN, C 2885.
  • 12 AN, C 2883.

32La création en 1864 de l'Association internationale des travailleurs contribue à la diffusion du socialisme parmi les ouvriers : relayée en France par les militants parisiens, elle s'implante à Lille à l'initiative de Pierre Warm, commissionnaire en lin, que Pierre Pierrard considère comme « le vrai chef des travailleurs lillois » à la fin du Second Empire10. Il faut toutefois préciser que les efforts menés en direction des ouvriers lillois rencontrent un accueil assez limité11. A Roubaix, par contre, les employés des usines textiles contribuent à la mise en place d'une section de l'Internationale qui aurait compté huit cents membres, d'après les dénombrements effectués par les autorités12, chiffre qui apparaît d'une réelle importance.

  • 13 R. B. BAKER, A Regional Study of Working-Class Organisation in France: Socialism in the North, 1870 (...)

33Cette tendance se généralise pendant la Troisième République, par l'effet conjugué des réformes relatives à la liberté d'association et de l'organisation des travailleurs en structures professionnelles ou politiques. Les réunions destinées aux ouvriers se forment d'abord au niveau local et touchent pour cette raison un public relativement restreint De ce fait, les rapports officiels relèvent pour cette période, comme pour le Second Empire, la persistance de foyers socialistes dans la région lilloise. Les activités menées dans les autres arrondissements du département n'ont pas, quant à elles, une ampleur suffisante pour être jugées inquiétantes13.

34L'année 1879 imprime une évolution notable à l'implantation du socialisme. En effet, le congrès socialiste de Marseille qui se tient au mois d'octobre pose les fondations d'un mouvement pour l'organisation du prolétariat Il s'ensuit la formation de structures nouvelles à Lille et dans les communes voisines, notamment Roubaix. En même temps, des rivalités s'esquissent entre les courants qui se créent en référence à des pensées ou des valeurs antagonistes. Il en ressort toutefois des préoccupations commîmes : le désir d'améliorer la condition des ouvriers, la nécessité d'organiser les travailleurs, afin de mettre en place des actions politiques ou professionnelles.

35Cette période représente à ce titre une étape essentielle de l'histoire du socialisme. Avant la Troisième République, les ouvriers ne constituent pas un groupe social important : peu nombreux, ils sont de plus rarement politisés et non organisés, hormis à Lille. Leurs rapports avec le patronat sont empreints de respect, sinon de soumission. Même ceux qui adhèrent parmi eux aux opinions démocratiques acceptent que des membres de la bourgeoisie dirigent leurs activités politiques. La mise en place de l'Association internationale des travailleurs et l'organisation de rassemblements partisans, comme celui du congrès socialiste de Marseille de 1879, représentent des événements majeurs dans la construction d'une « conscience de classe » des ouvriers et la diffusion d'un esprit revendicatif. Comme l'écrit Claude Willard, l'AIT :

  • 14 C. WILLARD, Socialisme et Communisme français, Armand Colin, 1969, p. 41.

« renforce et diffuse dans le mouvement ouvrier la conscience de classe, l'esprit de lutte. Sous son drapeau, le socialisme s'ouvriérise, le syndicalisme se transforme en phénomène de masse »14.

  • 15 J. P. COURTHEOUX, « Naissance d’une conscience de classe dans le prolétariat textile du Nord », Rev (...)

36D'autres événements jouent également un rôle fédérateur dans l'édification de l'identité ouvrière, comme la Commune de Paris, qui érige le martyre ouvrier en mythe fondateur d'une classe opprimée, au même titre que la fusillade de Fourmies du 1er mai 1891 ou les grèves des mineurs d'Anzin de 1884 et 188915.

37Le socialisme concerne donc plus directement les ouvriers à partir de la Troisième République : ses frontières débordent peu à peu le secteur du textile, et, par voie de conséquence, la région lilloise. Des ramifications apparaissent ainsi dans la métallurgie et parmi les mineurs, malgré la persistance d'un très net attachement au radicalisme. Au niveau national, des différences entre ces types de populations se font jour par le biais de la concurrence qui oppose les courants socialistes. Mais dans le département du Nord, le mouvement fait preuve d'un certain unanimisme. Aussi, lorsque le mouvement se scinde en plusieurs fractions à l'issue du congrès de Roanne, en 1882, la minorité guesdiste, représentée par Gustave Delory, reçoit un accueil favorable des ouvriers, malgré plusieurs tentatives dissidentes, ce qui inspire à R. B. Baker la réflexion suivante :

  • 16 R. B. BAKER, op. cit., p. 51 : « Tous les efforts visant à amoindrir l'influence des guesdistes eur (...)

« But all of these attempts to undermine the Guesdists had little effect upon the workers of the Lille arrondissement, who had already identified socialism with Guesdism and the PO »16.

  • 17 M. PETITCOLLOT, Les Syndicats ouvriers de l'industrie textile dans l’arrondissement de Lille. Lille (...)

38En 1891, près de 12 000 ouvriers du textile sont affiliés aux associations professionnelles de l'arrondissement de Lille ; certes, toutes ne constituent pas des structures socialistes. On dénombre en effet parmi celles-ci 1 200 membres à Lille et 5 000 à Roubaix17, chiffres considérables si on les compare à ceux des enquêtes menées sous la Deuxième République et le Second Empire à propos des regroupements démocrates, qui faisaient, au mieux, état de plusieurs dizaines d'adhérents.

  • 18 Pour l'analyse des élections de la Deuxième République, S. Le FLAMANC, op. cit. ; A. M. GOSSEZ, Le (...)

39Le nombre d'ouvriers liés aux activités des associations socialistes révèle donc une très nette progression entre l'institution de la Troisième République et le début des années 1890. L'implantation du mouvement se confirme ainsi parmi le personnel des usines, au détriment des catégories qui constituaient auparavant le support principal de la démocratie-sociale et que l'on retrouve plutôt dans les structures du radicalisme. Jusqu'en 1893, année qui consacre le socialisme sur le plan de la représentation parlementaire, par l'importance du nombre d'élus, l'électorat connaît une semblable progression. Comme il n'est pas de notre propos de recenser ici l'ensemble des résultats des élections qui se sont échelonnées dans le Nord au XIXe siècle18, nous insisterons sur l'évolution du comportement de l'électorat ouvrier, poursuivant par cette démarche la problématique établie au début de cette partie.

40Une analyse rigoureuse de la sociologie électorale nécessiterait d'assez longs développements préalables visant à expliciter les précautions méthodologiques liées à cet exercice. En effet, le traitement des résultats électoraux pose de nombreux problèmes tenant aux différents modes de scrutin, aux données d'ordre conjoncturel, à l'imprécision des informations sur la composition sociale de certains secteurs, surtout pour les périodes les plus anciennes. De plus, les régimes qui se succèdent au XIXe siècle ne partagent pas une conception identique du droit de vote, rendant ainsi difficiles les comparaisons. Sous la Monarchie de Juillet, le suffrage est censitaire, ce qui limite la représentation de l'opinion à une minorité et voue à l'échec toute tentative de politisation des catégories les moins favorisées. Par ailleurs, la démocratie établie en 1848 s'exerce dans des conditions très variables d'un gouvernement à un autre : dès 1850, la pratique des candidatures officielles, institutionnalisée sous le Second Empire, et le contrôle sévère de l'opposition partisane, limitent la pluralité de l'expression des opinions. La pratique électorale est par contre d'une plus grande lisibilité sous la Troisième République, en raison de la banalisation du suffrage universel et de la compétition politique.

  • 19 ADN, M 27.5.

41Malgré les difficultés signalées plus haut, la comparaison des résultats des scrutins qui se sont succédé depuis le début de la Deuxième République, permet de dégager plusieurs constantes dans l'implantation électorale des formations démocratiques du département du Nord. La démocratie-sociale, déjà représentée sous la Monarchie de Juillet dans le cadre des instances locales, mais de façon très marginale, s'affirme dès les élections du 23 avril 1848, pourtant nationalement favorables aux conservateurs, dans les circonscriptions de Lille et de Valenciennes19.

  • 20 ADN, M84.4-M84.7.
  • 21 ADN, Μ 55.101-M 55.109.
  • 22 idem.
  • 23 ADN, M28.1.

42Les élections locales qui suivent au courant de l'été confirment ces données : le conseil municipal de Lille élu le 1er août 1848 est très majoritairement composé de radicaux20 ; aux élections cantonales du 1er septembre, 57 % des électeurs démocrates du département sont lillois21 ; à celles des conseillers d'arrondissement, plus de 63 %22. Aux élections législatives de 1849, le mouvement radical confirme son implantation dans les territoires qui lui sont favorables depuis le début de la Deuxième République et se développe dans le Valenciennois, en particulier dans les cantons de Saint-Amand-Rive-Droite et Saint-Amand-Rive-Gauche, à population ouvrière23. Mais cette tendance est conjoncturelle et le reflux électoral de la démocratie-sociale qui commencera en 1851 n'épargnera pas cette région.

  • 24 P. PIERRARD, Histoire du Nord, Paris, Hachette, 1978, p. 302.

43Les résultats du plébiscite du 20 décembre 1851 témoignent du refus des électeurs démocrates d'adhérer aux propositions de Louis-Napoléon Bonaparte, qui se manifeste soit par l'abstentionnisme, soit par le choix du « non » : 49 % des ouvriers lillois choisissant cette option24. Aux élections législatives de 1852, le préfet Besson constate :

  • 25 P. PIERRARD, op. cit., p. 439.

« Dans un centre industriel qui compte 12 000 ouvriers électeurs enrégimentés par le socialisme, M. Legrand, candidat désigné in-extremis à ces ouvriers et soutenu d'ailleurs par la petite bourgeoisie, a eu un nombre important de voix »25.

  • 26 Y-M. HILAIRE, A. LEGRAND, B. MÉNAGER, R. VANDENBUSSCHE, op. cit., p. 27-48.

44Sous le Second Empire et même au-delà, dans les premières années de la Troisième République, l'agglomération de Lille ne cesse de confirmer d'un scrutin à l'autre l'implantation de l'électorat de gauche, dans un contexte pourtant hostile aux formations politiques d'opposition. Les élections de 1876 sont favorables aux candidats républicains : Lille, Roubaix, Valenciennes, ainsi que des sous-préfectures plus rurales, comme Avesnes, Cambrai et Douai, votent pour la démocratie-sociale. Mais il faut préciser que les candidats ont un profil modéré, qu'ils s'adressent à un électorat bourgeois et adoptent un programme politique plus libéral que social26.

  • 27 idem, p. 50 et s.
  • 28 ibid., p. 71.
  • 29 F. P. CODACCIONI, « L'élection de Paul Lafargue en 1891 », Revue du Nord, janvier 1974, p. 43-49.

45En 1881, le républicanisme se consolide à l'occasion des élections législatives. Il se voit cependant attaqué sur sa gauche par des candidats qui se réclament du radical-socialisme ou du socialisme - Jules Guesde est alors pour la première fois candidat à Roubaix - et qui parviennent à capter les suffrages des ouvriers de Lille, Roubaix, Valenciennes et du Bassin de la Sambre, alors en cours d'industrialisation. Indépendamment de toute affiliation partisane, les ouvriers effectuent ce choix pour exprimer leur déception à l'égard du gouvernement républicain et dans l'espoir d'améliorer leur condition, en se maintenant à l'écart du patronat qui prend une importance croissante au sein de la gauche modérée27. Les élections partielles de 1882 et 1884 confirment la progression des doctrines les plus avancées dans la Sambre et le Valenciennois. En 1889, quelques mois après la crise boulangiste, les candidats socialistes améliorent leurs résultats, sans qu'aucun d'entre eux ne soit toutefois élu28. Mais le premier succès socialiste est obtenu dans le Nord lors de l'élection législative partielle des 25 octobre et 8 novembre 1891 : Paul Lafargue, gendre de Karl Marx, devient le député de la 1ère circonscription de Lille29.

  • 30 P. BECQUART, Les élections législatives dans le département du Nord en 1893 et en 1898. Lille, DES, (...)
  • 31 J-M. MAYEUR, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, 1973, p. 209-210.

46Les élections de 1893 marquent un tournant décisif30. Au plan national, les républicains modérés, les radicaux et les radicaux-socialistes sont en progression. Les socialistes obtiennent quant à eux 600 000 voix et une cinquantaine de députés : on dénombre parmi eux cinq guesdistes, cinq allemanistes, quatre blanquistes, deux broussistes et une vingtaine de socialistes indépendants. Des radicaux-socialistes les rejoignent dans le groupe parlementaire qu'ils constituent31. Dans le Nord, Jules Guesde est élu à Roubaix, un an après la victoire du POF à la mairie, compensant ainsi la défaite de Paul Lafargue contre un patron catholique, Ernest Henri Loyer, favorable aux réformes sociales. Les socialistes obtiennent par ailleurs les voix de 29 % des électeurs inscrits dans le Cambrésis, 24 % à Lille II, 20 % à Avesnes I - Secteur de Fourmies-, 19 % à Douai I et dans l'ensemble de l'arrondissement de Lille. Comme l'écrit Yves-Marie Hilaire :

  • 32 Y-M. HILAIRE et al., op. cit., p. 96.

« La montée socialiste se localise dans les zones où les ouvriers sont nombreux (...). Ce succès épaulé par un effort méthodique d'implantation dans les masses a un immense retentissement »32.

47Le mouvement démocratique a subi des mutations importantes au cours des cinquante années qui se sont écoulées entre la Deuxième République et la fin du XIXe siècle. D'abord orienté vers le radicalisme et la démocratie-sociale, il concerne un électorat et des militants issus de l'artisanat et du commerce ; les ouvriers des industries textiles de Lille et des communes voisines sont souvent proches de ses structures. Avec l'essor de l'industrialisation, les ouvriers sont de plus en plus nombreux et prennent progressivement conscience de la spécificité de leur condition et des problèmes qui en résultent, se forgeant ainsi une identité propre, une « conscience de classe » qui leur sera commune et les conduira à proposer des solutions adaptées à l'amélioration de leur situation. La banalisation de l'idée républicaine, la démocratisation durable des institutions, contribuent à l'expression de revendications sociales qui tiennent expressément compte de leur identité. Un idiome se crée : la grève, la manifestation, que relaie l'usage du droit de vote. Le socialisme marxiste prôné par Jules Guesde constituera ainsi l'élément fédérateur de ces aspirations, débordant sur leur aile gauche les doctrines républicaines et radicales, moins exclusivement orientées vers les ouvriers.

48Contrairement aux départements du Sud de la France où le socialisme se présente plutôt sous la forme du radical-socialisme, continuité de la déjà longue tradition radicale de ces régions, le guesdisme crée dans le Nord une rupture avec les anciens mouvements républicains : l'idéologie en est nouvelle, de même que sa composition sociologique. Avec le socialisme, une génération d'hommes apparaît, qui succède aux « quarante-huitards » et conserve toutefois une part de leur héritage, tels le messianisme révolutionnaire et les aspirations sociales.

49La forte imprégnation ouvrière du socialisme s'accompagne de la mise en oeuvre d'une organisation susceptible de structurer l'ensemble des activités partisanes. L'une des préoccupations de Jules Guesde fut de fédérer les associations éparses qui regroupaient les militants du mouvement, sans entretenir de liens entre elles. A la nébuleuse démocrate-sociale, qui avait cultivé l'éparpillement et l'isolement pour s'assurer la plus grande discrétion possible, succède le regroupement des militants en un seul ensemble structuré.

3. Mutations des structures partisanes

  • 33 P. POMBERI, Introduction à l'histoire des partis politiques, Paris, PUF, 1992, pp. 278 et s.

50L'étude de la formation des partis politiques a permis de démontrer que les structures des partis modernes datent du début du vingtième siècle. Les proto-partis qui les ont précédés étaient constitués d'associations plus ou moins directement politiques, qui participaient le cas échéant à la préparation des élections - les comités électoraux-, ou contribuaient à une activité militante permanente - les clubs-, lorsque le contexte institutionnel autorisait la mise en place de ce type d'organisations, comme durant les premières années de la Deuxième République. Sinon, et ce fut le cas de la Restauration à l'Empire, en faisant exception de 1848, les proto-partis se sont formés dans la clandestinité : sociétés secrètes visant à diffuser la propagande révolutionnaire, porteuses d'une culture alternative, dont les modalités de fonctionnement reposaient sur le modèle italien des carbonari33.

  • 34 ADN, M 137.44 et M 137.48

51Le socialisme dans le Nord n'a développé aucun type particulier de structure partisane avant la fin du siècle, ses associations étant calquées sur le modèle de l'organisation parisienne. Pour donner à leur action plus d'importance, les démocrates du département entretenaient en effet avec les responsables parisiens des relations régulières, préparaient des actions communes, rendaient compte de leurs activités. Cette amorce de centralisation des structures avait pour finalité d'unifier les moyens mis en oeuvre pour diffuser la doctrine et coordonner les actions militantes. Il s'ensuit que certaines associations sont des ramifications d'organisations parisiennes, dont la vocation consiste à l'édification d'une implantation nationale. C'est notamment le cas de l'Association « Aide-Toi, le Ciel T'aidera » ou encore de la Société des Droits de L'Homme34.

  • 35 G. WEILL, Histoire du Parti Républicain en France, 1814-1870, Slatkine, 1980.

52On retrouve ainsi dans le Nord, comme dans tous les départements français, des associations clandestines telles les sociétés secrètes et des structures de sociabilité qui abritent des réunions politiques : sociétés musicales, cabinets de lecture, estaminets, dont la fréquentation est très répandue35 Ces lieux de rencontre facilitent l'échange discret d'informations. Par nécessité, une culture partisane se constitue, qui repose sur la dissimulation :

  • 36 P. POMBENI, op. cit., p. 283.

« la politique trouva durant une trentaine d'années une base révolutionnaire qui ne laissa pas beaucoup de traces, sinon une crainte permanente d'un recours possible à l'action politique violente de la part des groupes organisés »36.

  • 37 ADN, M 225 K. 3 ; A. LASSERRE, « La mutualité dans le Nord sous la Monarchie de Juillet », Revue du (...)

53Parallèlement s'élaborent des associations de secours mutuel destinées aux ouvriers dans le besoin ; constituées à leur initiative et gérées par eux-mêmes, elles assurent la collecte de fonds qui seront redistribués aux plus démunis. Elles concernent plus particulièrement les ouvriers de l'industrie textile, préfigurant ainsi leur capacité à créer des liens de solidarité et à les organiser. Ces associations ne sont généralement pas politisées, au moins avant la Deuxième République37.

  • 38 ADN, M 138.17.

54L'introduction du suffrage universel à la suite de la Révolution de février 1848, bouleverse la configuration des structures politiques, pour plusieurs motifs. D'abord, parce que l'opposition républicaine de la Monarchie de Juillet prend le pouvoir et bénéficie d'un statut en raison de la législation sur les clubs et réunions politiques qui autorise la constitution de partis et de journaux politiques. Elle peut ainsi renoncer à la clandestinité et procéder à la mise en place d'associations ouvertement politiques. Comme partout en France, les clubs fleurissent en grand nombre : dès la proclamation de la République, ils se forment par dizaines à travers tout le département38.

55Par ailleurs, le processus électoral reposant sur l'organisation des opinions, des comités sont institués dans le dessein de sélectionner les candidats et préparer le programme de chaque formation partisane. La plupart d'entre eux sont amenés à se pérenniser, en poursuivant des activités politiques après les élections : c'est le cas du comité institué pour les élections législatives du 23 avril 1848 par le journal Le Messager du Nord, organe radical du département Les comités électoraux se transforment alors en clubs, investis de missions identiques à celles des partis politiques modernes - propagande auprès de l'électorat, sélection des candidats-, mais encore incomplètes : l'encadrement des élus est à peu près inexistant, sauf au sein même des groupes parlementaires.

56L'évolution du régime vers le conservatisme met fin à la libéralisation des structures partisanes : des décrets et des lois s'échelonnent entre juillet 1848 et 1852 pour rendre plus contraignantes les conditions d'exercice des associations politiques. Dès le 28 juillet 1848, le gouvernement adopte un décret qui prononce l'obligation de dissoudre les comités dès le lendemain du scrutin, réprimant les expériences entreprises depuis plusieurs mois. Le mouvement démocratique s'achève ainsi et les courants politiques les plus à gauche se trouvent de nouveau marginalisés.

57Sous le Second Empire, la démocratie-sociale poursuit ses activités dans la clandestinité, procédant de cette façon à un retour vers les formes d'organisation qui préexistaient à la Révolution de 1848. Les autorités font de nouveau état dans leurs rapports des sociétés secrètes, qu'elles surveillent attentivement afin de prévenir toute action subversive contre le gouvernement Les élections n'étant plus que théoriquement pluralistes, les comités électoraux sont réservés aux candidats officiels et, de ce fait, placés sous le contrôle du préfet Les structures partisanes traversent durant cette période une phase de régression ; les fonctions qu'elles avaient développées en 1848, en liaison avec la mise en oeuvre du suffrage universel, n'ont plus de raison d'être. Leur priorité consiste alors à maintenir une activité suffisante pour permettre une réorganisation éventuelle dans un contexte plus favorable et diffuser une doctrine critique à l'encontre du gouvernement Les similitudes sont si grandes avec la Monarchie de Juillet qu'on pourrait retransposer à ce régime les propos suivants de Bernard Ménager, pourtant relatifs au Second Empire :

  • 39 B. MÉNAGER, op. cit., p. 390.

« Il faudrait évoquer enfin les relais multiples qu'offrent les nombreuses sociétés locales : sociétés de chants dits à boire, corporations professionnelles, sociétés de jeu et d'agrément réunissant tireurs à l'arc, boulistes, joueurs de cartes, voire les amateurs de combats de coqs clandestins. Il existe une sociabilité nordique qui, tout en présentant des caractères différents de celle du Midi, a pu favoriser le maintien d'une opposition démocratique dans un contexte hostile »39

  • 40 L. DELSINNE, Le Parti ouvrier belge des origines à 1894, Bruxelles, 1955, p. 56 et s.
  • 41 C. LEFEBVRE, « Socialistes belges et français de la fin de l'Empire au début de la Troisième Républ (...)
  • 42 idem.
  • 43 ADN, M. 141. 65.

58La situation frontalière du département du Nord permet toutefois aux socialistes belges de développer vers la France la diffusion de leur propagande. La Constitution belge de 1831 autorisant les réunions politiques et la liberté de la presse, il est fréquent que des activistes français recherchés par la police se réfugient au-delà de la frontière ou que des associations implantées dans le Nord entretiennent des relations avec leurs homologues belges et fassent transiter vers Paris et les autres régions françaises les documents et journaux interdits par le gouvernement Le socialisme se développe en effet en Belgique avec une intensité qu'il ne connaît pas en France à la même époque, son rayonnement étant cependant limité à Gand, Bruxelles et au Borinage40. Leur commune étant adossée à la frontière, les ouvriers de Roubaix établissent des contacts avec les associations de leurs voisins gantois, ceux-ci n'hésitant pas à leur demander une aide financière lors de la grève de 185741. La solidarité semble donc jouer entre ces travailleurs, proches par leur condition sociale, mais aussi par leurs origines, un quart de la population de l'agglomération roubaisienne étant originaire de Belgique42. En 1868, le Congrès International Collectiviste se tient en Belgique. Le mouvement socialiste belge y est représenté par dix-huit personnes, notamment Benjamin Delesalle, militant nordiste très actif en relation avec les responsables belges, à qui s'ajoutent les ouvriers venus de Roubaix pour assister aux meetings43.

  • 44 ADN, M626. 9.

59L'avènement de la République le 4 septembre 1870 n'est pas immédiatement porteur d'une libéralisation des conditions d'expression politique. Les démocrates et les socialistes poursuivent leurs activités dans la clandestinité, en intensifiant leurs contacts avec la Belgique. Des réunions sont signalées au long de la frontière entre Tourcoing et Armentières44, de même que se poursuivent les pratiques militantes caractéristiques des contextes répressifs.

  • 45 G. DELORY, Aperçu historique sur la Fédération du Nord (1876-1920), Lille, 1921, p. 16.

60Au plan national, la Commune de Paris contribue à l'affaiblissement des structures ouvrières, leur surveillance s'intensifiant dans la crainte de complots antigouvernementaux. Dans le Nord, ses effets sont plus limités. Le courant socialiste s'organise alors par le biais des associations professionnelles, d'abord de façon modérée, ses dirigeants préférant conserver une certaine neutralité politique45, mais avec plus de vigueur à la fin des années 1870, à l'instigation des ouvriers du textile roubaisien qui souhaitent réagir contre l'inertie des Chambres Syndicales et surtout, suite au Congrès socialiste de 1879 qui pose les fondements d'une organisation politique propre aux ouvriers, construite à partir du concept marxiste de classe.

61Dans l'agglomération lilloise, des militants tels que Gustave Delory, Achille Lepers, Henri Carrette ou Gustave Jonquet forment un club socialiste qu'ils dénomment L'Égalité. L'influence de Jules Guesde y est forte : celui-ci se rend d'ailleurs dans le Nord pour y rencontrer les ouvriers et encourage Delory et Carette à constituer en 1881 la Fédération socialiste du Nord, qui comprend le département du Nord et celui du Pas-de-Calais.

  • 46 ADN, M137. 11 ; ADN, M 137.17.
  • 47 Question étudiée par de nombreux auteurs, notamment, R. HUARD, Le Suffrage universel en France, 184 (...)

62Le guesdisme est donc accepté dès 1883, au terme de la querelle qui oppose ses adhérents aux possibilistes. Son mode d'organisation est encore empirique, établi principalement à partir d'associations ouvrières qui se réunissent avec une fréquence variable. Des structures sont constituées à Lille, Roubaix et Armentières, mais leurs responsables ne disposent d'aucune méthode qui leur permette de capter un électorat supérieur à 10 % des votants, sauf en cas d'alliances avec les ailes plus modérées du radicalisme46. Les échecs successifs, de même que la réflexion menée sur l'idéologie marxiste, incitent alors les guesdistes à débattre du problème de leur participation au suffrage universel47. Prônant l'abstentionnisme contre le général Boulanger et les républicains, afin de souligner clairement les différences qui les opposent aux candidats, dans tous les cas bourgeois, les guesdistes refusent de se présenter aux élections législatives de 1888. Par contre, ils adoptent une stratégie inverse aux municipales qui se tiennent au mois de mai de la même année, dans l'espoir de conquérir la mairie de Lille.

  • 48 G. DELORY, op. cit., p. 60.

63Les hésitations et revirements stratégiques, les rivalités doctrinales, contribuent à la fragilité des structures du parti. La moindre question devient source de conflits entre les associations qui constituent le support du mouvement dans le Nord, l'unanimité prévalant de fait à l'adoption de toute décision48. Sur les conseils de Jules Guesde, Gustave Delory entreprend d'organiser avec plus de rigueur les structures de la Fédération, en se fondant sur une centralisation à plusieurs niveaux. On retrouve dans chaque commune ou canton un schéma identique, qui comprend la section comme instance principale, puis, dans les quartiers, les comités, dirigés par un secrétaire, et dont les membres doivent obligatoirement adhérer à la section. Cette hiérarchie permet à Gustave Delory de neutraliser les groupes les moins disciplinés, en les contraignant à respecter les consignes de la section. Celle-ci est à son tour subordonnée à l'autorité de la Fédération, dont Delory est le secrétaire.

  • 49 M. DUVERGER, Les Partis Politiques, Paris, Seuil, 1976, p. 72.

64A ce système hiérarchisé de haut en bas correspond une relation qui fonctionne en sens inverse, dans le cadre du processus de désignation par les adhérents des responsables du parti à chacun des échelons de l'organisation, à savoir : comité de quartier, section, comité fédéral, secrétariat fédéral Ce mode d'organisation, « une invention socialiste » selon Maurice Duverger49, permet la mise en place de structures qui, du fait de leur petite dimension, sont facilement contrôlables et assurent l'encadrement des adhérents.

  • 50 P. POMBENI, op. cit., p. 303; C. WILLARD, op. cit., p. 51.
  • 51 M. DUVERGER, op. cit., p. 72.

65On considère généralement que le POF a été le premier parti politique moderne en France, en dépit de la faiblesse de sa représentation parlementaire50. Par la suite, la plupart des partis ouvriers ont reproduit ce type d'organisation centralisée, qui permet un « encadrement des masses »51, parallèlement aux associations professionnelles destinées à la production de revendications catégorielles.

66Dans le Nord, les guesdistes éprouvent des difficultés à capter le soutien des groupements ouvriers : la fédération des ouvriers métallurgistes fondée en 1880 se révèle favorable au radicalisme, de même que l'union des mineurs d'Anzin. Jusqu'au début des années 1890, seule l'organisation des ouvriers de l'industrie textile entretient des liens avec le POF, confirmant ainsi les observations que nous avions pu effectuer à propos de la sociologie du socialisme dans le département.

  • 52 C. WILLARD, Le mouvement socialiste en France (1893-1905) : les Guesdistes, Paris, Éditions Sociale (...)

67Le guesdisme se caractérise donc sur le plan de l'organisation par la volonté de mettre en place des structures centralisées, ce qui le conduit à construire progressivement un modèle, qu'il perfectionnera au fil du temps, notamment au contact des sociaux-démocrates allemands52. Les sociétés secrètes de la Monarchie de Juillet, ou du Second Empire, et les clubs de la Deuxième République apparaissent en comparaison comme des formes de structures archaïques, inadaptées à l'encadrement du nombre croissant d'adhérents. Les mutations subies par les formations socialistes entre 1870 et 1890 révèlent la nécessité d'apporter une réponse structurelle à l'institution durable du suffrage universel et du pluralisme politique, en même temps qu'elles traduisent les conditions spécifiques liées à l'encadrement des masses ouvrières. De fait, à la même époque, les formations libérales et même radicales ont des principes organisateurs nettement moins élaborés.

68Ce trop rapide survol du socialisme dans le département du Nord au siècle dernier permet de dégager plusieurs conclusions. La première repose sur la pluralité des courants politiques qui se réclament de cette doctrine, rendant ainsi difficile sa conceptualisation : il existe en effet « des » socialismes, dont les différenciations idéologiques trouvent des résonances dans leur composition sociologique, à dominante tantôt bourgeoise - jusqu'en 1870-, tantôt ouvrière - Troisième République. La seconde souligne l'adéquation qui s'établit entre le socialisme et les attentes, même informulées, des ouvriers, plus précisément ceux de l'industrie textile, qui accèdent ainsi, en quelques années, à la conscience d'une identité sociale particulière et à la croyance que la politique peut améliorer les conditions matérielles de leur existence. Pour ce faire, le parti est appréhendé comme une organisation, il est « pensé » en tant que tel, et s'éloigne des structures qui l'avaient précédé, formes adaptées aux nécessités imposées par des politiques répressives.

69On peut se demander au regard de ces évolutions s'il existe une continuité entre la démocratie-sociale des Quarante-huitards et le guesdisme du POF de la fin du XIXe siècle. Les fondements sociologiques ont en effet changé, ainsi que les modalités structurelles. Il semble pourtant que les rassemble une aspiration commune à l'amélioration des conditions d'existence des plus démunis, un messianisme révolutionnaire imparfaitement formulé, qui les situe à l'extrême-gauche de l'échiquier politique et de l'opposition républicaine, et que la vocation scientifique du marxisme n'a pas encore précisé. Les apparente aussi le regard des gouvernements établis : dans l'un et l'autre cas, le « socialiste » est décrit comme le plus redoutable ennemi du pouvoir établi, le révolté, l'anarchiste. Enfin, même si la sociologie des formations socialistes varie au cours du temps, l'implantation territoriale demeure identique : Lille et les commîmes voisines révèlent un attachement constant aux doctrines sociales, d'abord par le biais des artisans et ouvriers qualifiés, piliers du radicalisme « rouge », ensuite, à travers les personnels des usines de l'industrie textile.

  • 53 P. PIERRARD, op. cit., p. 506.

« Bianchi, en 1849, avait écrit : »Le socialisme n'est pas encore une science, c'est une aspiration, un sentiment ». Vingt ans plus tard, ce sentiment était devenu plus vivace dans le coeur des travailleurs lillois. Le socialisme de Marx, de Guesde, trouvera à Lille un terrain préparé » (Pierre Pierrard)53.

Notes

1 Émile Durckheim écrit à ce propos : « Pour pouvoir faire l'histoire du socialisme, il fallait d'abord déterminer ce que nous entendions par ce mot » dans Le Socialisme, PUF, 1928, p. 65.

2 C'est notamment le cas de Tony JUDT, dans Le Marxisme et la Gauche française, Hachette, 1987.

3 Benoît MALON, « Le socialisme intégral » dans La Revue socialiste, 1891.

4 Avec des problématiques diverses. L'ensemble des ouvrages cités dans la bibliographie aborde cette question essentielle.

5 Pour la Monarchie de Juillet et la Deuxième République S. Le FLAMANC, Les structures du Mouvement Républicain dans le département du Nord. 1848-1852, Lille, Thèse de Doctorat en Science Politique, 1992 ; pour le Second Empire, B. MENAGER, op. cit.

6 D. DASSONVILLE, Le Patronat lillois de 1815 à 1870. Lille, Mémoire de Maîtrise, 1971.

7 Cf. références citées note 13.

8 Sur l'ensemble de ces informations, cf. les enquêtes menées par l'administration préfectorale et le ministère de la Justice.

9 B. MÉNAGER, op. cit., p. 406.

10 P. PIERRARD, op. cit, p. 504 et s.

11 AN, C 2885.

12 AN, C 2883.

13 R. B. BAKER, A Regional Study of Working-Class Organisation in France: Socialism in the North, 1870-1924. Thèse, Stanford University, décembre 1966, p. 24-25.

14 C. WILLARD, Socialisme et Communisme français, Armand Colin, 1969, p. 41.

15 J. P. COURTHEOUX, « Naissance d’une conscience de classe dans le prolétariat textile du Nord », Revue Économique, no 1, 1957.

16 R. B. BAKER, op. cit., p. 51 : « Tous les efforts visant à amoindrir l'influence des guesdistes eurent peu d'impact sur les ouvriers de l'arrondissement de Lille, qui identifiaient déjà le socialisme au guesdisme et au Parti Ouvrier ».

17 M. PETITCOLLOT, Les Syndicats ouvriers de l'industrie textile dans l’arrondissement de Lille. Lille, 1907, p. 64 et 80.

18 Pour l'analyse des élections de la Deuxième République, S. Le FLAMANC, op. cit. ; A. M. GOSSEZ, Le département du Nord sous la Deuxième République, 1848-1852, Leleu, 1904 ; pour le Second Empire, B. MENAGER, op. cit. ; pour le début de la Troisième République, Y-M. HILAIRE, A. LEGRAND, B. MÉNAGER, R. VANDENBUSSCHE, Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1876-1936, Lille, PUL, 1977.

19 ADN, M 27.5.

20 ADN, M84.4-M84.7.

21 ADN, Μ 55.101-M 55.109.

22 idem.

23 ADN, M28.1.

24 P. PIERRARD, Histoire du Nord, Paris, Hachette, 1978, p. 302.

25 P. PIERRARD, op. cit., p. 439.

26 Y-M. HILAIRE, A. LEGRAND, B. MÉNAGER, R. VANDENBUSSCHE, op. cit., p. 27-48.

27 idem, p. 50 et s.

28 ibid., p. 71.

29 F. P. CODACCIONI, « L'élection de Paul Lafargue en 1891 », Revue du Nord, janvier 1974, p. 43-49.

30 P. BECQUART, Les élections législatives dans le département du Nord en 1893 et en 1898. Lille, DES, Université de Lille, 1964.

31 J-M. MAYEUR, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, 1973, p. 209-210.

32 Y-M. HILAIRE et al., op. cit., p. 96.

33 P. POMBERI, Introduction à l'histoire des partis politiques, Paris, PUF, 1992, pp. 278 et s.

34 ADN, M 137.44 et M 137.48

35 G. WEILL, Histoire du Parti Républicain en France, 1814-1870, Slatkine, 1980.

36 P. POMBENI, op. cit., p. 283.

37 ADN, M 225 K. 3 ; A. LASSERRE, « La mutualité dans le Nord sous la Monarchie de Juillet », Revue du Nord, 1950, t. ΧΧXII, no 126-127, p. 119-129.

38 ADN, M 138.17.

39 B. MÉNAGER, op. cit., p. 390.

40 L. DELSINNE, Le Parti ouvrier belge des origines à 1894, Bruxelles, 1955, p. 56 et s.

41 C. LEFEBVRE, « Socialistes belges et français de la fin de l'Empire au début de la Troisième République », Revue du Nord, 1955, t. XXXVII, no 148, p. 193.

42 idem.

43 ADN, M. 141. 65.

44 ADN, M626. 9.

45 G. DELORY, Aperçu historique sur la Fédération du Nord (1876-1920), Lille, 1921, p. 16.

46 ADN, M137. 11 ; ADN, M 137.17.

47 Question étudiée par de nombreux auteurs, notamment, R. HUARD, Le Suffrage universel en France, 1848-1946, Paris, Aubier, 1991, p. 140 ; A. BERGOUNIOUX ET G. GRUNBERG, Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992, p. 21 et s.

48 G. DELORY, op. cit., p. 60.

49 M. DUVERGER, Les Partis Politiques, Paris, Seuil, 1976, p. 72.

50 P. POMBENI, op. cit., p. 303; C. WILLARD, op. cit., p. 51.

51 M. DUVERGER, op. cit., p. 72.

52 C. WILLARD, Le mouvement socialiste en France (1893-1905) : les Guesdistes, Paris, Éditions Sociales, 1965, p. 76.

53 P. PIERRARD, op. cit., p. 506.

Auteur

CRP/Paris I Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter