Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Défendre la ville, défendre le royaume

Les fortifications de la porte Montrescu à Amiens entre la fin du xive siècle et le début du xviie siècle.

Defend the city, defend the kingdom: the fortifications of the Montrescu gate in Amiens between the end of the 14th century and the beginning of the 17th century

Francesca Rapone

Résumé

La fouille réalisée entre 2011 et 2015 dans la Citadelle d’Amiens (Somme), avant son aménagement en site universitaire, a été l’occasion de documenter archéologiquement les fortifications de la porte Montrescu, une des plus importantes de la ville pendant le Moyen Âge. À travers une approche pluridisciplinaire, associant à l’étude des données archéologiques celle des documents d’archive, il est possible de mieux comprendre l’évolution des fortifications d’une ville frontière, face au développement des armes à feu entre la fin du xive siècle et le xvie siècle. L’analyse des ouvrages défensifs successifs de la porte Montrescu permet aussi de revenir sur la problématique de la genèse des fortifications bastionnées entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne.

The archaeological excavations that took place between 2011 and 2015 in the Amiens citadel (Somme), before a new university was built there, gave some insight into the fortifications of the Montrescu gate, one of the city’s most important ones during the Middle Ages. An interdisciplinary approach, relying on the study of both archeological findings and archival sources, allows for a better understanding of the evolutions of a border town’s fortifications between the 14th and 16th centuries, at a time when the development of firearms prompted new architectural designs. Through this analysis of the successive defensive works of the Montrescu gate, the genesis of bastioned fortifications at the end of the Middle Ages and in the Modern period is also addressed.

Texte intégral

1. Introduction

1La Citadelle d’Amiens, dont la construction fut ordonnée par le roi Henri IV en 1597, se situe sur le versant nord de la vallée de la Somme, en position dominante par rapport à la cité, située en fond de vallée.

2Jean Errard de Bar-le-Duc, ingénieur des fortifications du roi, conçut une citadelle bastionnée à plan pentagonal qu’il établit à cheval sur les anciennes défenses urbaines, en intégrant la porte Montrescu qui devint une des entrées de la Citadelle (actuel Logis du Gouverneur). Ensuite, elle a subi peu de modifications jusqu’à la destruction, en 1962, de deux de ses cinq bastions afin de permettre le passage de l’avenue du Général de Gaulle (fig. 1).

Fig. 1. Vue aérienne de la Citadelle d’Amiens

Fig. 1. Vue aérienne de la Citadelle d’Amiens

© Bing, 2016

3Occupée par l’Armée de Terre jusqu’en 1993, la Citadelle fut acquise en 1998 par la Ville d’Amiens. Celle-ci, en partenariat avec l’Université de Picardie Jules-Verne (UPJV), décida d’y implanter une nouvelle antenne universitaire.

  • 1 Gemehl, 2000.

4Ce projet fut précédé en 2000 par la réalisation d’une étude d’impact archéologique menée par l’AFAN1. Celle-ci permit de mettre au jour une occupation à la chronologie longue, s’étendant du Ier siècle de notre ère jusqu’à nos jours. Les imposants vestiges de deux boulevards d’artillerie – respectivement établis en 1471 et 1520 – furent découverts dans la Place d’Armes, devant le Logis du Gouverneur. Au vu de l’importance des découvertes effectuées, ainsi que du bon état de conservation des structures et du dépôt stratigraphique, une fouille fut réalisée avant travaux par le Service d’Archéologie Préventive d’Amiens Métropole, sous la direction de Josabeth Millereux-Le Béchennec, entre octobre 2011 et août 2015.

5Les interventions archéologiques menées sur le site de la Citadelle ont permis d’apporter un nombre important de données sur les fortifications médiévale et moderne de la ville qui étaient, jusqu’alors, renseignées seulement par certaines sources archivistiques.

6Sous le bâtiment du Logis du Gouverneur, les vestiges de la phase médiévale de la porte Montrescu ont été mis au jour, tandis que la fouille de la place d’Armes a livré les restes imposants des deux boulevards commandités par Louis XI et François Ier, afin d’adapter le système défensif de la ville aux progrès de l’artillerie (fig. 2).

Fig. 2. Plan des structures découvertes lors du diagnostic et de la fouille

Fig. 2. Plan des structures découvertes lors du diagnostic et de la fouille

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole – DAO : Maël Pacaud

7Les résultats de la fouille peuvent être confrontés avec les riches fonds archivistiques de la ville, conservés à la bibliothèque municipale d’Amiens Métropole, parmi lesquels les séries comptables et les registres de délibérations de l’échevinage qui permettent de suivre les travaux de construction et restauration des ouvrages fortifiés de la ville entre le xive et le xvie siècle.

8Les données archéologiques et les sources écrites permettent de suivre de manière détaillée la mise en place et la modernisation des fortifications d’une ville de frontière, dans une période-clef en ce qui concerne l’évolution des armes à feu.

2. La porte Montrescu aux xive et xve siècles

  • 2 Bayard, 1999 : p. 203, Baudoux-Jung, 2004 et Calonne, 1976 : p. 99-108.

9À la fin du xiie siècle, le souverain Philippe Auguste dota la ville d’Amiens d’une nouvelle enceinte qui engloba les quartiers situés en fond de vallée, ainsi qu’une partie de la rive droite de la Somme. Parmi ses sept portes, celle de Montrescu, englobée au xvie siècle dans la Citadelle, était l’une des quatre entrées principales de la ville2.

  • 3 Baudoux-Jung, 1998 : p. 183-185 et Baudoux-Jung, 2004 : p. 292-294.

10À partir de 1390, la commune y réalisa un certain nombre de travaux. En effet, pendant la guerre de Cent Ans, son orientation vers les terres bourguignonnes et anglaises en fit un lieu stratégique pour la défense du Royaume de France. Entre 1390 et 1392, la porte et son pont furent donc intégralement reconstruits3.

11La fouille conduite en avant et au sein du passage du Logis du Gouverneur, construit au xviie siècle, a permis la découverte d’un ensemble de structures appartenant aux différentes phases de construction et restauration de la porte médiévale, ainsi qu’à l’aménagement de son fossé défensif (fig. 2).

12Un corps de bâtiment, constitué d’un blocage d’éclats et de blocs de craie liés avec un mortier de chaux blanc crème, se trouve sous le Logis du Gouverneur et en constitue la fondation. Deux tours semi-circulaires, d’environ 10 m de large, se détachent du corps du bâtiment à l’est et à l’ouest. Elles présentent un parement de blocs de taille en grès, très peu conservé, du fait d’une récupération massive. La salle-basse de la tour ouest, de plan circulaire, réalisée en blocs de taille de craie, présente un diamètre interne de 4,32 m et externe de 9,94 m, ainsi qu’une hauteur d’environ 4,60 m. Elle est couverte par une voûte d’ogives quadripartite. Les arcs brisés reposent sur des culots sculptés dans une pierre calcaire de couleur jaune, en forme de calice de fleur surmonté d’une gorge, tandis qu’au sommet les nervures à profil pentagonal sont bloquées par une clé de voûte dépouillée de tout ornement. Dans l’angle sud-est, un accès est présent, dont la partie haute est constituée d’un arc en plein-cintre qui devait probablement donner sur une gaine (fig. 3). Dans la paroi nord, une poignée de fer est installée : son aspect est semblable à celui d’un heurtoir. Dans l’angle nord-ouest, une meurtrière est aménagée, dont l’ébrasement a été obstrué par des éclats de craie liés avec du mortier de terre. Couverte par une voûte en berceau, son embrasure est mise en œuvre avec blocs de grès en partie inférieure et blocs de craie en partie supérieure. Les éléments architecturaux permettent de dater cet ensemble des xivexve siècles.

Fig. 3. Détail de la voûte de la salle-basse de la tour ouest

Fig. 3. Détail de la voûte de la salle-basse de la tour ouest

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

  • 4 Baudoux-Jung, 1998 : p. 183-185 et Baudoux-Jung, 2004 : p. 292-294.

13Il est possible d’associer à la même phase constructive des tours, les lambeaux de maçonnerie situés au nord et dans la partie inférieure du couloir d’entrée du Logis (fig. 4). En effet, les structures découvertes au-dessous de l’actuelle entrée de la Citadelle peuvent être datées, sur la base des registres des comptes et des relations stratigraphiques, d’une période comprise entre la fin du xive siècle et le troisième quart du xve siècle. Les documents comptables des années 1390-1392 rapportent la reconstruction de la porte et de ses fondations4. Ensuite, la porte ne subit que peu de modifications jusqu’à sa destruction définitive pour la réalisation de la nouvelle porte de la Citadelle, à la fin du xvie siècle.

Fig. 4. Relevés des élévations du passage du Logis du Gouverneur

Fig. 4. Relevés des élévations du passage du Logis du Gouverneur

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole – DAO Maël Pacaud

  • 5 Bibliothèque municipale d’Amiens Métropole (désormais abrégé BMAM), CC 6 f° 135.
  • 6 BMAM, CC 6 f° 135.

14Le passage de la porte médiévale, large de 4 m (comme la porte actuelle) et long d’au moins 18 m, était voûté. Les documents d’archives rapportent, en effet, qu’en 1390 les maçons et les tailleurs de pierre taillent les grès pour les arcs de la porte et du pont, tandis que les charpentiers travaillent aux cintres pour soutenir les blocs des arcs du passage5. La destruction des élévations du passage, à l’occasion de la construction de la Citadelle, nous empêche de connaître l’emplacement exact des herses, dont deux hommes devaient couper les cordes en cas de nécessité, et d’éventuels autres éléments de défense tels que les vantaux et les assommoirs6.

15Le suivi des travaux de la porte Montrescu, effectué par le Service d’Archéologie Préventive d’Amiens Métropole entre 2014 et 2015, a permis d’observer et d’étudier plusieurs structures attribuables aux restaurations et aux modernisations de la porte réalisées au cours du xve siècle.

16Aménagement remarquable, une archère-canonnière munie d’une ouverture à louche a été mise au jour au rez-de-chaussée de la salle est de l’édifice. Elle pouvait être utilisée autant pour le tir par armes mécaniques que pour celui avec armes à feu portatives (fig. 5). Elle est constituée d’une fente verticale, haute de 1,36 m et large de 0,10 m, délimitée par une maçonnerie de blocs de grès. Elle est percée à mi-hauteur par un trou circulaire d’un diamètre de 0,22 m. L’embrasure a une profondeur conservée de 1,14 m avec une largeur, côté externe, de 1,10 m pour une hauteur de 1,15 m environ. Le poste de tir était doté d’une banquette maçonnée plongeante, comme le montrent les traces laissées sur le blocage par les dalles qui la constituaient. La voûte, de forme plate, est constituée par des linteaux de grès.

Fig. 5. L’archère-canonnière de la porte Montrescu

Fig. 5. L’archère-canonnière de la porte Montrescu

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

  • 7 Blary, 2013 : p. 262.

17Ce type d’ouvertures de tir est fréquemment rencontré dans les fortifications urbaines et castrales du xve siècle. Il existe notamment des ouvertures comparables au château de Péronne (Somme) ou à la tour dite de « la Poudrière » à Château-Thierry (Aisne)7, pour citer quelques exemples.

  • 8 Mesqui, 1988 : p. 269-275.

18Le rez-de-chaussée du Logis conserve aussi une tourelle d’escalier à vis, d’un diamètre de 2,85 m, avec marches monolithes autoportantes. Ce type d’escalier se diffuse à partir de la première moitié du xiiie siècle. On trouve de beaux exemples d’escaliers à vis gothiques dans la tour Philippe le Bon à Dijon (Côte-d’Or), dans la tour Jean sans Peur à Paris (Île-de-France)8 et dans la salle capitulaire de la cathédrale d’Autun (Saône-et-Loire). Axe de circulation vertical essentiel, cet aménagement desservait probablement les parties hautes de la porte. Le parement interne, en blocs de craie, est percé, à mi-hauteur, par une arbalétrière large de 0,80 m, haute d’1 m et profonde de 2 m. L’ouverture, constituée par une fente à croix longue de 0,68 m et large d’environ 0,10 m, est totalement obstruée par les remblais qui comblent les salles orientales du rez-de-chaussée du Logis du Gouverneur.

  • 9 Bornecque, 1982 : p. 206-208.

19L’entrée de la ville était défendue, comme nous le décrivent les sources écrites, par un pont-levis précédé d’un pont dormant qui franchissaient le fossé définitif, large de 7 m. Ce pont-levis, probablement à flèches, fut reconstruit à l’occasion de la restauration de la porte à la fin du xive siècle9. Les fouilles n’ont révélé que peu d’éléments attestant de l’existence du pont dormant, si ce n’est un culot/contrefort fouillé dans le fossé.

3. Le boulevard de Louis XI

20Devant les vestiges de la porte, au centre de l’emprise de fouille, à environ 15 m au nord-ouest du Logis du Gouverneur, se trouve une fondation de mur orientée nord-est/sud-ouest (fig. 6). Cette maçonnerie est conservée sur une longueur d’environ 20 m et une largeur de 3,10 m, pour une élévation comprise entre 0,40 m et 1,70 m. Elle est constituée d’un blocage d’éclats et de blocs de craie bruts de taille, brassés dans un mortier de chaux de teinte ocre brun clair, et de deux parements en blocs de taille de craie (fig. 7). Un autre mur de fondation avec les mêmes caractéristiques constructives, orienté nord-ouest/sud-est, a été mis en évidence sous la porte François Ier. Large de 3,40 m, il a été dégagé sur une longueur de 7,50 m et une hauteur d’environ 2 m.

Fig. 6. Photo générale de la fouille. Au premier plan, les vestiges du boulevard de Louis XI et de François Ier

Fig. 6. Photo générale de la fouille. Au premier plan, les vestiges du boulevard de Louis XI et de François Ier

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

Fig. 7. Le mur de fondation ouest du boulevard de Louis XI

Fig. 7. Le mur de fondation ouest du boulevard de Louis XI

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

  • 10 Béghin, Rapone, 2016.

21Le mur orienté nord-est/sud-ouest recoupe la voie qui, provenant du nord, entrait dans la ville par la porte Montrescu10. Il est, à son tour, coupé par les structures du boulevard de François Ier.

22Les caractéristiques de ces maçonneries et les éléments de chronologie relative permettent de les identifier avec le boulevard que fait construire en 1471, en pleine guerre franco-bourguignonne, le roi Louis XI afin de renforcer la défense de la ville face aux possessions du duc de Bourgogne.

23Le boulevard semble présenter un plan polygonal à éperon, proche du triangle, comme l’indique l’orientation des murs de fondations subsistants. Son entrée, ménagée sur le flanc est, était flanquée par deux tours semi-circulaires (fig. 8). Elle était précédée par un pont dormant et un pont-levis.

Fig. 8. Tour sud de la porte du boulevard de Louis XI

Fig. 8. Tour sud de la porte du boulevard de Louis XI

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

  • 11 Bornecque, 1982 : p. 203-206.

24En effet, à environ 3 m de l’axe de l’entrée, a été identifiée une pile de pont, observée sur une hauteur de 3,80 m, longue de 6,40 m et large d’environ 2 m. Elle présente un parement avec un appareil régulier de blocs de taille en grès liés par un mortier de chaux de teinte beige-rose incluant de nombreux nodules de craie. À mi-hauteur du parement, sont insérés trois corbeaux en pierre de taille de grès (fig. 9). Ces derniers devaient supporter le pont dormant en bois permettant le franchissement du fossé. Ce pont devait laisser, entre son extrémité et l’aplomb de l’escarpe dans laquelle s’ouvrait la porte, un espace d’environ 3 m. Le passage devait être assuré par un pont-levis11. Une autre pile de pont est située à environ 14 m de l’entrée de la porte.

Fig. 9. Pile du pont de la porte du boulevard de Louis XI

Fig. 9. Pile du pont de la porte du boulevard de Louis XI

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

  • 12 BMAM, BB 11 f° 45.

25Au sud, les maçonneries des xive et xve siècles, qui revêtaient la contrescarpe du fossé de la porte Montrescu, sont conservées et intégrées dans la nouvelle structure. Cela peut s’expliquer par le besoin de garder la porte Montrescu ouverte et accessible pendant les travaux de réalisation du boulevard. La question de la préservation du passage vers la porte est soulevée dès le début du chantier, comme nous le révèle un compte-rendu de l’échevinage du 9 novembre 1471 : « pour ce a cause du bolvert qui est commenchié a faire a la porte de Montrescu, on ne peut plus venir en la ville par ladite porte, a cause des fossez qui sont fais pour faire les tours dudit bolvert, messeigneurs ont ordonné qu’ils feront faire ung pont dormant traver desdits fossez pour passer charoy, gens a cheval et a pié, jusques apres cet yver et quant le printemps sera venu et que on parachevera ledit bolvert, messeigneurs feront despechier ledit pont dormant et font faire iceluy… »12. Il semble possible qu’ici la source fasse référence aux travaux de terrassement pour la réalisation du fossé du flanc est du boulevard, travaux qui auraient coupé la route provenant du nord et de l’est.

  • 13 Salamagne, 1992 et Martens, 1999 : p. 75-81.
  • 14 Martens, 1999 : p. 79.

26Le plan polygonal à éperon, ici supposé pour le boulevard de la porte Montrescu, est commun dans les ouvrages défensifs avancés de la deuxième moitié du xve siècle. Le boulevard de la porte Montrescu se rapproche de celui des Ormes au château de Clisson (Loire-Atlantique). Ce boulevard à plan polygonal, construit entre 1475 et 1480, avec un passage aménagé sur le flanc gauche, présentait deux faces convergentes de 20 et 15 m de longueur. Nous pouvons aussi citer le boulevard de Méaulens à Arras (Pas-de-Calais), qui présentait toutefois un plan polygonal plus irrégulier avec cinq pans de courtine d’une longueur allant de 15 à 48 m : élevé en terre en 1414, il fut reconstruit en maçonnerie à partir de 1509. Il est également possible de trouver des constructions similaires jusque dans la lointaine île de Rhodes : les portes de Koskino et de Saint-Georges furent protégées entre 1460-1480 par des ouvrages défensifs avancés polygonaux à éperon13. Il est intéressant de remarquer que, comme la plupart des boulevards construits dans la deuxième moitié du xve siècle, l’épaisseur des murs du boulevard de la porte Montrescu ne dépasse pas les 4 m14.

  • 15 Martens, 1999 : p. 75-76.

27La présence de deux tours flanquant l’entrée du boulevard est, par contre, assez inhabituelle. Ces deux tours, outre leur fonction défensive, avaient aussi une forte valeur symbolique. L’aspect monumental donné à la porte Montrescu, pendant les xive et xve siècles, traduisait la volonté de la ville d’affirmer sa puissance et de renforcer son image. La construction du boulevard réduisait considérablement l’impact visuel de cet ouvrage sur celui qui entrait en ville. La réalisation des deux tours, à droite et à gauche du passage, devait probablement rétablir la charge symbolique de cette porte et mettre l’emphase sur la capacité de la ville d’assurer seule sa défense par ses propres moyens économiques et militaires. Le boulevard Saint-Nicolas à Arras, construit à partir de 1514, représente un autre exemple de boulevard avec entrée bordée de deux tours. Dans ce cas également, l’ouvrage défensif était placé devant une des entrées principales de la ville15.

4. Le boulevard de François Ier

28Moins de 50 ans plus tard, la défense de la porte Montrescu est jugée insuffisante par François Ier qui ordonne la construction d’un nouveau boulevard. De cet imposant ouvrage défensif, détruit jusqu’au niveau de ses fondations lors de la construction de la Citadelle, reste encore, en élévation, sa porte.

29À environ 15 m au nord-ouest du Logis du Gouverneur, la fouille a mis au jour un mur de fondation, orienté est-ouest et conservé sur une longueur de 23 m (fig. 6), une largeur située entre 6,20 m à l’est et 8 m à l’ouest, pour une élévation dégagée de 6 m. Son parement externe est constitué de blocs de taille en grès, tandis que le parement interne est réalisé avec des blocs de taille en craie. À l’extrémité est, ce mur coupe la fondation du boulevard de Louis XI. Les maçonneries de la contrescarpe de la porte Montrescu sont conservées et intégrées dans cette nouvelle structure. À l’ouest, trois assises révèlent des blocs légèrement rentrants, amorçant le chaînage avec un autre mur de fondation orienté nord-est/sud-ouest. Ce dernier, long d’environ 52 m et large de 5 à 6 m, a été observé sur une hauteur de 2,50 m. Il présente des techniques de construction comparables à celles du mur de fondation.

30À l’intérieur et au nord-ouest de la porte François Ier, trois tronçons de maçonnerie ont été dégagés. Ils correspondent à l’extrémité méridionale du mur nord-est du boulevard. Il est extrêmement intéressant de remarquer que les piles du pont de la porte du boulevard de Louis XI sont préservées et intégrées dans la nouvelle construction, créant une discontinuité dans le dispositif défensif.

31La partie inférieure des murs de fondation de ce nouveau boulevard comporte une galerie de contre-mine, longue de 126 m et accessible, dans son état actuel, par un escalier réalisé en réaménageant une ancienne ouverture.

  • 16 Crouy-Chanel, 2014 : p. 124.
  • 17 BMAM, CC 113, f° 12 v° et BMAM, CC 113, f° 15.

32Comme l’a souligné E. de Crouy-Chanel dans un récent article qui analyse les différentes phases de construction du boulevard à travers les sources d’archives, la rapidité des travaux de fondation du boulevard est surprenante et ne peut s’expliquer que par sa construction à partir du fossé du boulevard de Louis XI16. La fouille du dépôt stratigraphique présent au nord du mur de gorge et sous la porte François Ier amène à des conclusions semblables. Aucune tranchée de fondation n’a été découverte. En outre, la présence de déchets de taille de blocs de craie et de poches de mortier jaune dans les couches du comblement de ce fossé semble indiquer un comblement progressif de celui-ci en suivant l’élévation du parement des murs de fondations. Un document de 1528 qui rapporte la construction d’un mur « entre la vielle muraille et le neuf bolvert devant la logette des portiers », pour éviter que les terres apportées pour combler le fossé du vieux boulevard ne se déversent dans le fossé de la porte de Montrescu, conforte ces conclusions17.

33La construction d’au moins une partie des fondations à partir des fossés du xve siècle, qui a permis une élévation des fondations plus aisée et rapide, a sans doute déterminé le plan de ce nouveau boulevard. Les flancs et la face nord-est sont, en effet, strictement parallèles à ceux du boulevard préexistant, tandis que le flanc ouest se détache du tracé linéaire, probablement pour permettre un tir croisé et un meilleur flanquement de cette structure.

  • 18 Crouy-Chanel, 2014 : p. 130.

34La porte François Ier, réalisée seulement à partir de 1536 (fig. 10), se situe plus au sud que celle du boulevard de Louis XI, probablement pour maintenir le passage pendant le chantier. En effet, l’ancien boulevard de Louis XI fut détruit seulement en 1532 afin d’assurer la défense de la ville pendant les travaux18.

Fig. 10. Vue de la porte François Ier

Fig. 10. Vue de la porte François Ier

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

35Les données archéologiques semblent indiquer que l’ancienne porte est restée ouverte bien au-delà de la fin du chantier. La courtine nord-est du boulevard présente, en effet, une interruption au niveau des vestiges de la porte du boulevard de Louis XI.

  • 19 Cette intéressante observation dans Crouy-Chanel, 2014 : p. 131-132.

36Cette anomalie s’explique uniquement dans le cas où la porte n’aurait jamais fonctionnée. L’étude conduite par E. de Crouy-Chanel tend à confirmer cette hypothèse. En effet, les sources écrites montrent qu’en 1553 les travaux du pont de la porte sont loin d’être terminés : cette année-là, l’échevinage ordonne la démolition des piles du pont en phase de construction. Dans le plan levé par Errard en 1596, les piles d’un pont sont indiquées en correspondance avec la face nord-est du nouveau boulevard, tandis que rien ne figure à l’est, devant la porte François Ier (fig. 11)19. Il semble donc possible qu’à cette époque la porte et le pont du boulevard de Louis XI soient encore en fonction.

Fig. 11. Détail du boulevard de François Ier sur le plan de Jean Errard daté du mois de mai 1596

Fig. 11. Détail du boulevard de François Ier sur le plan de Jean Errard daté du mois de mai 1596

© BnF, Département des cartes et des plans, GE C 5129

5. Du boulevard à la Citadelle

37Plusieurs structures postérieures au boulevard de François Ier témoignent que le système défensif a été l’objet de renforts ponctuels.

38Ainsi, une tourelle maçonnée avec plan en fer à cheval (largeur de 2,6 m, longueur de 3 m) a été mise au jour contre le mur de fondation sud du boulevard, en partie centrale (fig. 12). Son parement externe est frustre et mis en œuvre avec des moellons et blocs de craie bruts de taille, liés par un mortier de chaux sableux de teinte jaune-orangé, riche en éclats de craie. L’ensemble est parfaitement mis en cohérence avec un parement interne constitué de blocs de taille en craie pour la partie inférieure et en grès pour les cinq assises supérieures préservées.

Fig. 12. Tourelle adossée contre le mur de fondation sud du boulevard François Ier

Fig. 12. Tourelle adossée contre le mur de fondation sud du boulevard François Ier

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

39Cette tourelle s’appuie contre le parement externe du boulevard, sans pour autant s’y imbriquer. Les remblais qui comblent l’intérieur de la structure, constitués d’éléments issus de la démolition de la tourelle et des structures voisines, peuvent être datés des xviiexviiie siècles. Une tourelle jumelle a été observée, sans être fouillée, pendant le diagnostic conduit en 2000 dans le fossé du boulevard de François Ier, au pied de la porte homonyme.

40Au nord de la porte François Ier, une autre structure maçonnée a été partiellement fouillée : de plan rectangulaire, orientée nord-est/sud-ouest, elle présente une plateforme rectangulaire au centre du côté ouest (longueur minimale de 16 m, largeur de 1,94 à 2,85 m, hauteur maximale de 1,45 m) (fig. 13). Le massif de maçonnerie est construit en appareil semi-régulier de moellons de craie liés par un mortier de teinte ocre-jaune. En contrebas de la face ouest, un espace de circulation est réalisé. Celui-ci présente une longueur de 9,27 m et une largeur de 0,91 m au nord et de 2,36 m au sud. Une volée d’escalier, réalisée dans l’angle sud-ouest du massif de maçonnerie, donne accès à cette plateforme. À l’est, le massif de maçonnerie est couvert par un parement de briques observé sur une longueur de 15 m et sur une hauteur de 0,84 m. En extrémité sud, l’ensemble est directement posé contre le parement externe de la porte François Ier.

Fig. 13. La maçonnerie adossée contre la porte François Ier

Fig. 13. La maçonnerie adossée contre la porte François Ier

© Service Archéologie Préventive Amiens Métropole

41Cette structure et les tourelles peuvent être datées, sur la base de leur position stratigraphique, après l’édification du boulevard de François Ier. Toutefois, leur emplacement nous empêche de les intégrer aux structures de la Citadelle. En effet, elles se trouvent dans le fossé du boulevard qui est, par la suite, englobé dans la fortification d’Errard, perdant définitivement sa fonction défensive.

42Sur la base des relations stratigraphiques et des méthodes de construction de ces ouvrages, il est possible de formuler deux hypothèses concernant leur fonction et le contexte de leur réalisation. Comme nous l’avons vu, la tourelle située contre le mur de fondation sud du boulevard, dans le fossé le séparant de la porte Montrescu, s’adosse au parement externe du boulevard sans se lier à celui-ci. Bien que construite avec un certain soin, surtout dans la partie intérieure, elle donne l’impression d’avoir été réalisée rapidement, sans rechercher la solidité qui caractérise les autres maçonneries du boulevard de François Ier. Ces mêmes observations peuvent être faites pour la tourelle adossée contre la porte François Ier. L’emplacement de ces deux structures dans les fossés du boulevard, en correspondance des portes de Montrescu et de François Ier, suggère une réalisation liée au renforcement de la défense des portes. Sur la base de ces observations, il est possible d’imaginer que ces deux « tourelles » ont été construites :
– à l’occasion du siège de 1597, afin d’avoir une position de tir en correspondance de ces points à la fois stratégiques et faibles du système défensif ;
– après la reprise de la ville par Henri IV ; le siège avait en effet endommagé le boulevard (les tours de la porte Montrescu avaient été détruites) et les défenses de l’entrée nord de la ville étaient affaiblies ; il est donc envisageable que des structures provisoires de défense et de contrôle des accès à la ville aient été construites d’urgence après la capitulation des Espagnols.

  • 20 Bibliothèque nationale de France, Département des cartes et des plans, GE D 15406.
  • 21 Gemehl, 2000 : p. 47.

43La plateforme au nord de la porte François Ier est incontestablement postérieure à l’enceinte du boulevard. Il est difficile d’en élucider la fonction puisqu’elle n’a pu être fouillée que partiellement. Toutefois, un indice nous est peut-être fourni par les sources iconographiques. Sur le plan de la Citadelle réalisé autour de 1620, la courtine reliant le bastion Saint-Pol et le bastion de Luynes présente un tracé non-rectiligne, différent des autres courtines (fig. 14)20. En revanche, cette caractéristique n’apparaît plus dans les plans ultérieurs. Ce tracé semble correspondre à celui dessiné par la porte François Ier, à la plateforme et à une structure adossée à l’angle sud-est de la porte, signalée dans l’étude d’impact21. Symétriquement disposées de part et d’autre de la courtine sud-est du boulevard François Ier avec un angle ouvert de 160°, la structure au nord de la porte et la maçonnerie vue pendant le diagnostic semblent matérialiser une des premières phases d’édification de la Citadelle d’Amiens.

Fig. 14. Plan de la Citadelle réalisé en 1620

Fig. 14. Plan de la Citadelle réalisé en 1620

© BNF, Département des cartes et des plans, GED 15406

6. Conclusion

44Le développement de l’artillerie à partir du xive siècle oblige les fortifications d’Amiens à se renforcer et se moderniser pour s’y adapter.

  • 22 Crouy-Chanel, 2010 : p. 67.
  • 23 BMAM, BB 12 f° 57v – 58r.

45Suite à la généralisation des armes à feu entre la fin du xive et le début du xve siècle, les canonnières remplacent les archères dans les structures défensives22. Dans le cas d’Amiens, la porte Montrescu, complètement reconstruite, est dotée d’une archère-canonnière probablement au début du xve siècle. À la fin du xve siècle, l’adaptation des fortifications de la ville, que Louis XI considérait alors comme « l’une des clefs de noistre royaume »23, au progrès de l’artillerie est marquée par la construction en 1471 d’un boulevard. Cette structure s’inscrit dans la nouvelle typologie d’ouvrages détachés, maçonnés et entourés par un fossé qui s’imposent à partir du milieu du xve siècle et deviennent la règle dans toute l’Europe à partir de 1475. La construction d’un nouveau boulevard pendant le règne de François Ier marque l’apparition de nouvelles formes architecturales qui adoptent des procédés poliorcétiques novateurs, développés par certains ingénieurs italiens, alors particulièrement avancés en la matière. La quête d’un flanquement de l’ouvrage depuis le corps de place, sans laisser aucun angle mort, est présente dans son plan. La nécessité de contrer les mines explosives aboutit à la réalisation de la galerie de contre-mine située à la base du boulevard. Toutefois, bien que, depuis 1512-1520, le remparement soit systématiquement préconisé pour la modernisation des enceintes des villes frontières, les constructeurs du boulevard préfèrent encore adopter la solution du mur plein.

46L’aboutissement de ce processus se concrétise dans la construction de la Citadelle dirigée par Errard de Bar-le-Duc, architecte dont la conception est à la base de l’architecture militaire du xviie siècle.

  • 24 Nous pouvons citer la fouille de la porte de la Bresle à Beauvais (Oise), de la porte de Rouen à Ha (...)

47La Citadelle d’Amiens est donc un site majeur pour la compréhension de la genèse des fortifications bastionnées qui pourra être mis en parallèle avec d’autres villes de frontière du nord de la France, en particulier la citadelle de Doullens, ainsi qu’avec d’autres fouilles récentes de portes de ville24.

Bibliographie

Bayard, 1999 : BAYARD (D.), « Amiens », dans : Desachy (Br.), Guilhot (J.-O.), Archéologie des villes. Démarches et exemples en Picardie, Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial : 16, Amiens, 1999, p. 199-210.

Baudoux-Jung, 1998 : BAUDOUX-JUNG (N.), « La construction des tours de la ville d’Amiens d’après les « marchés à tasque » (fin xive–début xve siècle) », dans : Coulet (N.), Guyotjeannin (O.) [dir.], La ville au Moyen Âge, Tome 1 : Ville et espace, Actes du 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Aix-en-Provence, 23-29 octobre 1995), Section Histoire médiévale et philologie, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1998, p. 181-194.

Baudoux-Jung, 2004 : BAUDOUX-JUNG (N.), « La porte de Montrescu, un point de passage stratégique de l’enceinte urbaine d’Amiens (fin xive–début xve siècle ?) » dans : Blieck (G.), Contamine (Ph.), Faucherre (N.), Mesqui (J.) [dir.], Les enceintes urbaines (xiiexvie siècle), Actes du 121e congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 26-31 octobre 1996), Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1999, p. 289-296, édition électronique 2004.

Béghin, Rapone, 2016 : BÉGHIN (M.), RAPONE (Fr.), « La voirie médiévale du site de la Citadelle (Amiens) : étude archéologique et historique (xiie-xvie siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 20-1 (2016), BUCEMA en ligne, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 13 novembre 2017, URL : http://cem.revues.org/14364

Blary, 2013 : BLARY (Fr.), Origines et développements d’une cité médiévale : Château-Thierry. Approches archéologique et historique d’une petite ville d’accession médiévale, Revue Archéologique de Picardie : n° spécial 29, Amiens, 2013.

Bornecque (R.), 1982 : BORNECQUE (R.), « L’évolution des ponts-levis du xvie au xixe siècle », Bulletin Monumental, 140-3 (1982), p. 203-225.

Calonne, 1976 : CALONNE (Al. de), Histoire de la ville d’Amiens, Tome 1, Éditions culture et civilisation, Bruxelles, 1976 (reprint).

Crouy-Chanel, 2010 : CROUY-CHANEL (E. de), Canons médiévaux : puissance du feu, Rempart, Paris, 2010.

Crouy-Chanel, 2014 : CROUY-CHANEL (E. de), « Le boulevard de la porte de Montrescu d’Amiens (1520-1536) : un éclairage sur l’adoption du système bastionné en Picardie sous le règne de François Ier », dans : Faucherre (N.), Martens (P.), Paucot (H.) [dir.], La genèse du système bastionné en Europe (1500-1550) : Nouvelles découvertes, nouvelles perspectives, LA3M, Cercle Historique de l’Arribère–Navarrenx, 2014, p. 115-149.

Gemehl, 2000 : GEMEHL (D.), Amiens, Citadelle, 03/07/2000 – 29/12/2000, Rapport de diagnostic archéologique, AFAN, Antenne interrégionale Nord-Picardie, 2000.

Martens, 1999 : MARTENS (P.), « An early sixteenth-century drawing of two bulwarks at Arras », Fort, 27 (1999), p. 67-92.

Mesqui, 1988 : MESQUI (J.), Île-de-France gothique, Tome 2 : Les demeures seigneuriales, Picard, Paris, 1988.

Salamagne, 1992 : SALAMAGNE (Al.), « Aux origines de la fortification bastionnée : le boulevard d’Antoing et la famille monumentale des boulevards de plan polygonal », Revue des archéologues et historiens d’Art de Louvain, 25 (1992), p. 31-62.

Notes

1 Gemehl, 2000.

2 Bayard, 1999 : p. 203, Baudoux-Jung, 2004 et Calonne, 1976 : p. 99-108.

3 Baudoux-Jung, 1998 : p. 183-185 et Baudoux-Jung, 2004 : p. 292-294.

4 Baudoux-Jung, 1998 : p. 183-185 et Baudoux-Jung, 2004 : p. 292-294.

5 Bibliothèque municipale d’Amiens Métropole (désormais abrégé BMAM), CC 6 f° 135.

6 BMAM, CC 6 f° 135.

7 Blary, 2013 : p. 262.

8 Mesqui, 1988 : p. 269-275.

9 Bornecque, 1982 : p. 206-208.

10 Béghin, Rapone, 2016.

11 Bornecque, 1982 : p. 203-206.

12 BMAM, BB 11 f° 45.

13 Salamagne, 1992 et Martens, 1999 : p. 75-81.

14 Martens, 1999 : p. 79.

15 Martens, 1999 : p. 75-76.

16 Crouy-Chanel, 2014 : p. 124.

17 BMAM, CC 113, f° 12 v° et BMAM, CC 113, f° 15.

18 Crouy-Chanel, 2014 : p. 130.

19 Cette intéressante observation dans Crouy-Chanel, 2014 : p. 131-132.

20 Bibliothèque nationale de France, Département des cartes et des plans, GE D 15406.

21 Gemehl, 2000 : p. 47.

22 Crouy-Chanel, 2010 : p. 67.

23 BMAM, BB 12 f° 57v – 58r.

24 Nous pouvons citer la fouille de la porte de la Bresle à Beauvais (Oise), de la porte de Rouen à Harfleur (Seine-Maritime) et de la porte de Pairolière à Nice (Alpes-Maritimes).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue aérienne de la Citadelle d’Amiens
Crédits © Bing, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-1.png
Fichier image/png, 568k
Titre Fig. 2. Plan des structures découvertes lors du diagnostic et de la fouille
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole – DAO : Maël Pacaud
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-2.png
Fichier image/png, 79k
Titre Fig. 3. Détail de la voûte de la salle-basse de la tour ouest
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-3.png
Fichier image/png, 347k
Titre Fig. 4. Relevés des élévations du passage du Logis du Gouverneur
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole – DAO Maël Pacaud
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-4.png
Fichier image/png, 89k
Titre Fig. 5. L’archère-canonnière de la porte Montrescu
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6. Photo générale de la fouille. Au premier plan, les vestiges du boulevard de Louis XI et de François Ier
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 7. Le mur de fondation ouest du boulevard de Louis XI
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 8. Tour sud de la porte du boulevard de Louis XI
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 9. Pile du pont de la porte du boulevard de Louis XI
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 10. Vue de la porte François Ier
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 11. Détail du boulevard de François Ier sur le plan de Jean Errard daté du mois de mai 1596
Crédits © BnF, Département des cartes et des plans, GE C 5129
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-11.png
Fichier image/png, 387k
Titre Fig. 12. Tourelle adossée contre le mur de fondation sud du boulevard François Ier
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-12.png
Fichier image/png, 491k
Titre Fig. 13. La maçonnerie adossée contre la porte François Ier
Crédits © Service Archéologie Préventive Amiens Métropole
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-13.png
Fichier image/png, 445k
Titre Fig. 14. Plan de la Citadelle réalisé en 1620
Crédits © BNF, Département des cartes et des plans, GED 15406
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1388/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

Auteur

Service Archéologie Préventive d’Amiens Métropole
f.rapone@amiens-metropole.com

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter