Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

L’évolution de l’architecture militaire amiénoise et son impact sur les faubourgs (1346-1550)

The Evolution of Military Architecture in Amiens and its Impact on the Suburbs (1346-1550)

Mathieu Béghin

Résumé

La défaite française à la bataille de Crécy en 1346 incite le roi de France à renforcer la défense de la cité d’Amiens (Somme) en demandant aux autorités locales de procéder aux travaux nécessaires. Ces dernières décident d’enclore les quatre faubourgs qui s’étaient développés au sud de la cité dans une vaste enceinte. Jugé inapproprié, le tracé est modifié par le pouvoir royal, ce qui provoque une première phase de destructions. Par la suite, la confirmation d’Amiens dans son rôle de ville-refuge en 1359 contraint l’échevinage à multiplier les destructions défensives dans les faubourgs entourant la cité dès les années 1360. Les conséquences les plus terribles (destruction de bâtiments, spoliation de terres, recul de l’habitat) sont toutefois à attribuer à l’introduction de la fortification bastionnée qui se manifeste à Amiens dès la première moitié du XVe siècle. De par sa situation de zone de marche du royaume de France, Amiens se trouve au cœur de la politique défensive royale. Cela se traduit par d’importantes campagnes de rénovation et de modernisation des fortifications, surtout entre les mi-xve et mi-xvie siècles, époque durant laquelle la couronne de France fait de cette ville l’un des bastions dans la guerre contre les ducs de Bourgogne, puis contre la famille des Habsbourg. Ce contexte géopolitique eut de lourdes répercussions sur l’occupation des abords de la ville, allant même jusqu’à engendrer une redéfinition du terme « faubourg » dans la première moitié du XVIe siècle.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Henigfeld, Masquilier, 2008 : p. 10-12, Bouiron, 2011 : p. 443 et Blary, 2013 : p. 346 et 380.
  • 2 Béghin, 2016.

1La question de l’évolution du périmètre fortifié dans l’étude du développement urbain apparaît comme une approche aussi importante que celle de l’encadrement religieux pour tout chercheur désirant connaître l’organisation du territoire de la ville et particulièrement celui de ses quartiers périphériques1. La réalisation d’une thèse de doctorat portant sur l’apparition et le développement des faubourgs de la cité d’Amiens, entre 1059 et 1520, a permis d’analyser l’évolution du système défensif de cette ville sur le temps long2.

  • 3 Potter, 1993 : p. 264-293 et Baudoux-Jung, 2005.
  • 4 Selon le contexte de son évocation, la Picardie était tantôt considérée comme une « marche », tantô (...)
  • 5 Archives municipales d’Amiens, CC 3, f°81r-129v, 1385-1386.
  • 6 Archives municipales d’Amiens, BB 1, 1406-1410.
  • 7 Le boulevard d’artillerie se présentait comme un « petit châtelet » dont la fonction principale éta (...)
  • 8 Pour plus de détails, nous renvoyons à l’article de Francesca Rapone dans la présente publication e (...)
  • 9 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 151.

2Située entre le domaine royal au sud, les Pays de par-deçà au nord et l’Angleterre à l’ouest, Amiens se présente comme une place stratégique dont le contrôle a été convoité par les rois de France et d’Angleterre, les ducs de Bourgogne, puis leurs successeurs les Habsbourg, entre les xive et xvie siècles3. Ce statut de ville de marche4 fut à l’origine d’importants travaux de fortification qu’il est possible d’observer dans les grandes lignes à partir 1341 et de manière très détaillée dès 1385, date à partir de laquelle les comptes des travaux publics de la commune sont conservés5. La richesse de cette documentation est complétée par les registres aux délibérations de l’échevinage qui se présentent en série quasi continue depuis 14066. Le contenu de ces sources permet de suivre les différentes campagnes de fortification à la semaine et dans les moindres détails (commanditaires, sources de financement, circuits d’approvisionnement en matériaux, techniques constructives, identification et quantification de la main d’œuvre, etc.). Concernant l’apport de l’archéologie, en dehors de deux imposants boulevards d’artillerie7 récemment mis au jour8, les découvertes pour les périodes médiévale et moderne restent extrêmement rares à Amiens9.

  • 10 Carpi-Mailly, 1998 : p. 53-54, Souriac, 1998 : p. 26 et 34-35, Piermay, Reitel, Renard, Zander, 200 (...)

3Comme toute ville située en zone de marche, Amiens dut composer avec le poids de la guerre. Outre la pression des ponctions fiscales et les désagréments engendrés par l’hébergement d’une garnison, la ville connut également une profonde restructuration de ses paysages intra et extra muros, imposée par la mise en défense de l’agglomération10.

  • 11 Il s’agit de la guerre de Cent Ans (1337-1453), de la lutte entre Armagnacs et Bourguignons (1407-1 (...)

4Grâce aux apports de la documentation textuelle et archéologique, il est possible d’aborder les campagnes de fortification qu’Amiens connut entre 1341 et 1550. En prenant comme fil directeur les conflits auxquels la cité fut mêlée11, nous en dresserons la chronologie, puis nous verrons quelles furent les modernisations apportées et comment elles se mirent en place. Enfin, nous aborderons les conséquences de ces changements sur l’occupation des faubourgs.

2. La chronologie des travaux de fortification

2. 1. 1341-1419 : de l’expansion au repli

  • 12 Contamine, 1980 : p. 22-26.
  • 13 Archives départementales de la Somme, 4 G 1490, pièce n°1, 17 décembre 1341 ; Archives municipales (...)
  • 14 Aujourd’hui Crécy-en-Ponthieu, au nord d’Abbeville (Somme).
  • 15 Mesqui, 1991 : p. 84.
  • 16 Thierry, 1850 : p. 527-528 et Calonne, 1899 (1976) : p. 271.

5L’année 1341 correspond à la première mention d’une remise en état du système défensif qui fit suite à la campagne militaire menée par les Anglais entre 1338 et 134012. Les travaux entrepris consistèrent en la réfection des fossés nord-ouest et sud-est de l’enceinte et au creusement (partiel ?) d’un fossé autour des faubourgs méridionaux13 (fig. 1). Les premiers travaux d’importance n’intervinrent cependant qu’au lendemain de la bataille de Crécy14 de 1346. La défaite de l’ost français incita alors le roi de France, Philippe VI de Valois, à demander à ses villes et à ses châteaux d’accroître leurs travaux de mise en défense15. Cette requête donna lieu à la tenue d’une assemblée générale d’Amiénois (évêque, chefs d’établissements religieux, échevins, maîtres de corporations…) à l’issue de laquelle il fut décidé d’enclore les faubourgs méridionaux dans une enceinte. Le projet fut immédiatement approuvé par le roi mais, face à l’intensification de la menace anglaise, le périmètre initialement adopté fut rapidement réduit16.

Fig. 1. Amiens. Travaux de fortification (1341-1378)

Fig. 1. Amiens. Travaux de fortification (1341-1378)

DAO : M. Béghin

  • 17 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 341-342 et 358-361.

6Commencés entre la fin de l’année 1346 et le début de l’année 1347 dans les faubourgs Saint-Firmin-le-Confesseur et Saint-Michel à l’est de la ville, les travaux semblent terminés lorsque, dans la nuit du 17 au 18 septembre 1358, Amiens fut victime d’un coup de main du parti Navarrais. L’assaillant eut en effet besoin d’une complicité interne pour s’introduire dans les faubourgs par la porte de la Hotoie qui était située sur le front ouest de la nouvelle enceinte. Malgré la collusion dont ils bénéficièrent, les Navarrais ne parvinrent pas à pénétrer dans la cité. Ils décidèrent alors d’incendier les faubourgs méridionaux dans leur fuite, laissant derrière eux un espace très endommagé et semi-déserté17.

  • 18 Thierry, 1850 : p. 610-611.
  • 19 Minois, 2008 : p. 242-251.
  • 20 Archives municipales d’Amiens, EE 266, 28 juillet 1368 (copie du 14 janvier 1466, n. st.).
  • 21 Il s’agit de menus travaux de maçonnerie et de réfection des voies et allées de la courtine sud-oue (...)
  • 22 En 1375, la ville obtint les privilèges exclusifs d’ouverture et de fermeture, d’entretien et de dé (...)

7Suite à ce désastre, l’autorité locale décida de replier la ligne de défense sur le rempart du xiie siècle. Cela s’observe notamment au lendemain de la paix de Brétigny (1360) où, profitant de la relative accalmie apportée dans le conflit franco-anglais, l’échevinage fit abattre l’ensemble des occupations faubouriennes jugées trop proches de l’enceinte de la cité18. En outre, la présence dans le nord du domaine de France de bandes armées, fraîchement licenciées après la victoire anglaise à la bataille de Nájera en Castille19 (1367), incita le roi de France à demander au bailli d’Amiens de visiter les fortifications de la ville afin de savoir s’il fallait les restaurer ou les abattre20. La première option fut adoptée, car plusieurs travaux sont attestés dès les années 1370 sur la courtine est de la cité21 dont la gestion et l’entretien, qui jusqu’alors relevaient de l’évêque, venaient d’être accordés par le roi à l’échevinage, car l’autorité épiscopale dérogeait à ses obligations22.

8Profitant de la relative accalmie géopolitique et économique des années 1380 à 1410/1420, l’échevinage, toujours avec le soutien du pouvoir royal, se lança dans une vaste entreprise de restauration selon une logique sectorielle.

  • 23 Baudoux-Jung, 1998 : p. 187-188, Baudoux-Jung, 1999 : p. 292-294 et Baudoux-Jung, 2005 : p. 307-308

9Faisant directement face à l’ennemi anglais, les fronts nord et ouest bénéficièrent d’une rénovation importante entre 1385 et 1396 pour le premier et entre 1400 et 1410 pour le second (fig. 2). Les travaux consistèrent à la remise en état des fossés dans les secteurs nord-ouest, à la restauration et au renforcement du front nord par l’addition de nouvelles tours, ainsi qu’aux réfections des fondations et des maçonneries du front ouest23.

Fig. 2. Amiens. Travaux de fortification (1380-1410)

Fig. 2. Amiens. Travaux de fortification (1380-1410)

DAO : M. Béghin

  • 24 Archives municipales d’Amiens, CC 4, f°121r, 1386-1387 ; CC 5, f°141v, 1388-1389 ; CC 6, f°148r, 13 (...)

10Le reste du périmètre ne s’en trouva pas pour autant délaissé, car les ouvrages défensifs avancés, les portes et les ponts dormants ou levis des deux enceintes, qui étaient présentés comme étant en grande ruine, furent partout remis en état pour des raisons défensives (permettre l’approvisionnement et la défense) et économiques (assurer la circulation des flux commerciaux)24.

  • 25 Il s’agit des portes des Arcs, de Gayant, Saint-Michel et Saint-Pierre (Archives municipales d’Amie (...)
  • 26 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°142v, 162r, 172v, 186r, 1415-1416.
  • 27 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°23v, 29 octobre 1412 ; CC 15, f°148v-149v, 1413-1414 ; CC 15 (...)
  • 28 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°12v, 1415-1416.
  • 29 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°144v, 1415-1416.
  • 30 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°95v, 30 décembre 1416 ; CC 16, f°166r-v, 182v, 213v, 253r, 1 (...)

11La période comprise entre 1412 et 1417 correspond au renforcement du repli de la défense sur l’enceinte de la cité, imposé par la réactivation de la guerre de Cent Ans et par l’intensification du conflit entre Armagnacs et Bourguignons (fig. 3). Cette campagne peut se résumer en quatre points dont le premier fut la condamnation des portes bâtardes de l’enceinte principale25 et la destruction préventive des ponts desservant l’enceinte des faubourgs26. Le second consista à l’approfondissement des fossés et à la restauration de leurs digues pour pouvoir les porter en eau27. Ensuite, vint la réparation de la courtine et de ses portes, dont les trois principales (Montrescu, Longuemaisière et Saint-Firmin) furent surélevées28. Enfin, les défenses furent modernisées par l’établissement d’un boulevard d’artillerie devant la porte Longuemaisière29 et par le développement de canonnières sur les deux périmètres fortifiés30.

Fig. 3. Amiens. Travaux de fortification (1412-1417)

Fig. 3. Amiens. Travaux de fortification (1412-1417)

DAO : M. Béghin

  • 31 Il fut ainsi rappelé à Amiens la nécessité de se fortifier, car étant le « chief du pays de Piccard (...)
  • 32 Thierry, 1850 : p. 68-69.
  • 33 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°62r, 5 juillet 1415 ; CC 16, f°60v-62r, 1415-1416.

12Amiens étant considérée par le pouvoir royal comme une ville importante du pays de Picardie, l’échevinage se vit imposer la remise en défense de l’enceinte des faubourgs après la défaite d’Azincourt (25 octobre 1415) pour mieux sécuriser la ville et donc la marche de Picardie31. Face aux difficultés financières et démographiques que la commune connaissait alors, le roi – comte d’Amiens depuis 118532 – fit valoir son droit de corvée sur les habitants de la ville et de sa banlieue pour que des réparations soient menées aux fossés et aux allées entre 1415 et 141633. Cette entreprise, qui s’accompagna aussi de la remise en état des ouvrages défensifs avancés, ne fut cependant significative qu’à partir des années 1420.

2. 2. 1419-1470 : entre cité et faubourgs

  • 34 Minois, 2008 : p. 377-384.
  • 35 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°155v, 10 février 1419 (n. st.).
  • 36 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°158r, 17 février 1419 (n. st.).
  • 37 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°159v, 27 février 1419 (n. st.).

13La phase 1419-1453 se caractérise par l’importante restauration des deux périmètres fortifiés et par leur modernisation rendue nécessaire par le fort développement de l’artillerie offensive et défensive. La conquête de Rouen par les Anglais (19 janvier 1419)34 inquiéta le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, qui fit mettre en état de guerre les villes situées sous son influence pour le bien et la défense du pays de Picardie35. Un groupe de spécialistes fut alors nommé pour expertiser les deux enceintes et d’importants travaux de modernisation furent entrepris36. L’opération fut rapidement menée car, dix jours plus tard, une commission était instituée pour superviser les travaux des deux périmètres fortifiés37.

  • 38 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°160v, 19 mars 1419 (n. st.) ; f°173v, 31 mai 1419.
  • 39 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°160r, 17 mars 1419 (n. st.) ; f°176v, 3 août 1419.

14La première action consista, une nouvelle fois, à la remise en état des fossés (fig. 4). Celle-ci fut permise par le soutien de l’autorité ducale qui autorisa le pouvoir communal à lever des taxes et à vendre des rentes à vie pour la financer38. Il accorda aussi le pouvoir de mettre à la corvée les réfugiés normands présents à Amiens et à réquisitionner tout maçon et charpentier de la ville qui n’était employé ni à la cathédrale, ni à l’enceinte de la cité39.

Fig. 4. Amiens. Travaux de fortification (1419-1429)

Fig. 4. Amiens. Travaux de fortification (1419-1429)

DAO : M. Béghin

  • 40 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 378-386.

15Les années 1420 se caractérisèrent par le renforcement de la maçonnerie des portes et des courtines et par leur adaptation à la réception de pièces d’artillerie. Cette décennie vit également la restructuration de la défense des faubourgs méridionaux qui intervint à la fois de l’intérieur (refonte du service de guet) et de l’extérieur (perfectionnement de la défense aquatique et restauration des ouvrages défensifs avancés)40.

  • 41 Archives municipales d’Amiens, BB 4, f°66r-v, 1er mars 1435 (n. st.) ; f°163v, 15 mars 1437 (n. st. (...)
  • 42 Celle-ci s’intensifia dès 1437, ce qui incita immédiatement l’échevinage à renforcer le guet dans l (...)

16L’intensification du conflit entre Armagnacs et Bourguignons accéléra ensuite la restauration de l’enceinte des faubourgs entre 1430 et 1435, c’est-à-dire jusqu’à la paix d’Arras. Malgré ces efforts, les récurrents problèmes de trésorerie ne permirent pas de lutter contre le délabrement du système défensif des faubourgs qui, par deux fois, fut pénétré par l’ennemi. Cette situation suscita le mécontentement de la population faubourienne qui ne cessa de dénoncer son mauvais état tout au long des années 143041. Les cris d’alarme ne trouvèrent écho que dans les années 1440 où des travaux furent entrepris face à l’intensification de la menace anglaise42. Ils consistèrent au terrassement des fossés des deux périmètres défensifs et à une campagne de réfection des maçonneries en plusieurs lieux des deux enceintes (fig. 5).

Fig. 5. Amiens. Travaux de fortification (1430-1453)

Fig. 5. Amiens. Travaux de fortification (1430-1453)

DAO : M. Béghin

17L’essoufflement de la guerre de Cent Ans ouvrit une nouvelle ère de modernisation des fortifications après la défaite anglaise de la bataille de Castillon (1453). L’enceinte des faubourgs reçut alors une importante réfection de ses courtines ouest et sud, tandis que des boulevards d’artillerie y étaient édifiés. Concernant l’enceinte de la cité, la défense en eau des fronts ouest et sud-ouest fut perfectionnée et les terrasses du front nord furent remises en état pour améliorer la circulation de l’artillerie (fig. 6).

Fig. 6. Amiens. Travaux de fortification (1454-1470)

Fig. 6. Amiens. Travaux de fortification (1454-1470)

DAO : M. Béghin

2. 3. 1471-1550 : une recomposition entre restauration et modernisation

  • 43 Calonne, 1899 (1976) : p. 419-427 et Desportes, 1986 : p. 86-88.

18En janvier 1471, les Amiénois se rallièrent officiellement à la Couronne de France, contrariant ainsi le duc de Bourgogne qui posa le siège devant la ville dès le mois d’avril de la même année. Bien que cette opération militaire se soit soldée par un échec, Amiens subit de nombreuses destructions causées par l’artillerie ennemie. L’ampleur des dégâts amena le pouvoir royal, à peine le siège levé, à imposer à l’échevinage de procéder à une importante campagne de fortification43.

  • 44 Première action menée lors de la remise en état du système défensif d’un site fortifié, la restaura (...)
  • 45 Berthier, 2015 : p. 104 et Béghin, Berthier, 2016 : p. 300.
  • 46 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 511-519.
  • 47 Crouy-Chanel, 2015 : p. 87-92.

19Les autorités locales souhaitaient remettre en état le front est des faubourgs qui avait subi les plus importants dégâts, mais le roi leur imposa d’agir en priorité sur le nord qui faisait directement face à l’Artois pro-bourguignonne. Dès le mois de mai 1471, les fossés allant des portes Saint-Pierre à Gayant furent élargis et approfondis44, alors qu’un boulevard d’artillerie moderne était édifié en avant de la porte Montrescu (fig. 7 et 8). L’achèvement de cette structure, en 147645, permit de concentrer l’attention des travaux sur les fronts ouest et est où une courtine vint border la Somme par le sud. Cependant, le démantèlement de l’enceinte méridionale de la cité et le comblement de son fossé, réalisés à la demande du pouvoir royal pour unifier les deux périmètres fortifiés en un seul et même territoire mieux défendable, concentrèrent l’essentiel des efforts de l’échevinage entre 1476 et 148946. Durant cette période, les seuls travaux de modernisation notables correspondent à l’édification de trois tours d’artillerie47, au remparement de la porte de la Hotoie et de la tour de la Haye, ainsi qu’à d’importantes réfections de la porte de Noyon, de son boulevard, de sa courtine et de ses fossés.

Fig. 7. Amiens. La porte Montrescu et ses boulevards

Fig. 7. Amiens. La porte Montrescu et ses boulevards

D’après Rapone, 2016 : p. 45

Fig. 8. Amiens. Travaux de fortification (1471-1476)

Fig. 8. Amiens. Travaux de fortification (1471-1476)

DAO : M. Béghin

  • 48 En 1502, l’échevinage chargea un groupe d’experts d’examiner l’enceinte de la ville et de détermine (...)

20L’intensification des tensions entre la Couronne de France et la dynastie des Habsbourg contribua à la relance des campagnes de fortifications autour de 1500. La période comprise entre 1501 et 1520 se caractérisa par une modernisation de tous les fronts, autant à travers la défense aquatique et la multiplication des canonnières des secteurs sud-ouest et sud-est que dans la transformation d’ouvrages avancés qui passèrent du bois à la pierre48 (fig. 9).

Fig. 9. Amiens. Travaux de fortification (1477-1493)

Fig. 9. Amiens. Travaux de fortification (1477-1493)

DAO : M. Béghin

  • 49 Gemehl, 2001 : p. 10-11.

21Les portions de rempart en mauvais état, telle celle située sur le front nord-est, furent aussi refaites. Partiellement mise au jour sur près de 73 m de longueur, cette courtine présente une élévation atteignant par endroit les 2,60 m pour une largeur de 3,60 m (fig. 10). Constitué d’un parement extérieur en brique et armé de boutisses de grès régulièrement espacées, ce mur présente une série d’étroites ouvertures (10-15 cm de large) servant à l’évacuation des eaux qui s’infiltraient dans la plateforme de terre joignant à la courtine49.

Fig. 10. Amiens. Courtine de la rue Carbonnelle

Fig. 10. Amiens. Courtine de la rue Carbonnelle

D’après Gemehl, 2001

  • 50 Erlanger, 1980 (2004) : p. 92-119.
  • 51 Béghin, Berthier, 2016 : p. 300-301.
  • 52 La trêve de Nice, qui mit fin à la huitième guerre d’Italie (1536-1538), apaisa les tensions généra (...)

22L’accès de Charles Quint à la couronne impériale en 1519 fut à l’origine d’un regain des tensions avec François Ier qui se manifesta par l’intensification des rénovations et par la modernisation du système défensif50. Comme en 1471, le front nord concentra en priorité les travaux (fig. 11), notamment avec l’édification d’un nouveau boulevard en avant de la porte Montrescu qui vint englober le précédent (fig. 7). Édifié à partir de 1520, cet ouvrage ne fut jamais réellement achevé, faisant toujours l’objet d’incessantes modernisations jusqu’à son absorption par la citadelle en 159751. Durant cette période, d’importants travaux d’épaississement des terrasses des fronts nord et sud-est furent aussi réalisés, notamment grâce à la terre provenant de l’élargissement et de l’approfondissement des fossés. Le front sud fut également marqué par la multiplication des plateformes de tir à partir de 1536. Cependant, la trêve de Nice (1538), puis le traité de Crépy-en-Laonnois (1544)52 provoquèrent une diminution progressive des chantiers de fortification jusqu’à la reprise des hostilités en 1551 (fig. 12).

Fig. 11. Amiens. Travaux de fortification (1501-1520)

Fig. 11. Amiens. Travaux de fortification (1501-1520)

DAO : M. Béghin

Fig. 12. Amiens. Travaux de fortification (1521-1550)

Fig. 12. Amiens. Travaux de fortification (1521-1550)

DAO : M. Béghin

23La présentation des différentes campagnes de fortification menées entre 1341 et 1550 permet de mettre en avant le souci apporté à la modernisation du système défensif.

3. La modernisation du système défensif

3. 1. Le perfectionnement de la défense aquatique

  • 53 Selon l’article 27 de la seconde coutume d’Amiens, le maire et les échevins avaient la charge de l’ (...)

24Située en fond de vallée marécageux, la ville d’Amiens bénéficia d’une protection naturelle apportée par la présence des marais et des rivières de l’Avre et de la Somme (fig. 13). Depuis l’extension de l’enceinte à la fin du xiie siècle, les fossés bordant le périmètre fortifié furent portés en eau, assurant ainsi une défense passive. Cette pratique défensive n’est toutefois pas mentionnée avant le début du xive siècle53 et il faut attendre la fin de ce siècle pour qu’elle commence à être détaillée par la documentation.

Fig. 13. Plan d’Amiens en 1640

Fig. 13. Plan d’Amiens en 1640

Source : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8493259s

  • 54 Archives municipales d’Amiens, CC 3, f°107r-126r, 1385-1386.

25À partir de 1386, l’échevinage remit en état la digue située près de la porte de Gayant pour permettre l’inondation du fossé protégeant la cité par l’ouest, grâce à la canalisation de la Somme54. Il en allait de même avec l’Avre qui permettait d’assurer la protection du front sud-est. Les travaux furent ensuite ponctuels jusqu’en 1414, année durant laquelle la menace anglaise provoqua une importante campagne de remise en état des digues, des fossés et des douves de l’enceinte de la cité et du front ouest de celle des faubourgs qui dura jusqu’en 1419.

  • 55 Archives municipales d’Amiens, BB 11, f°6r, 24 avril 1471 ; f°8r, 29 avril 1471, et Vaësen, 1895 : (...)
  • 56 Guillerme, 1983 : p. 133-134, Salamagne, 2001 : p. 76-78 et Leguay, 2002 : p. 433-437.

26Dans les années 1443-1444, le front nord fit à son tour l’objet d’une campagne de remise en état (fig. 5). Puis, dès 1471, le retour d’Amiens à la Couronne de France permit une amélioration de la défense aquatique qui bascula du passif à l’actif. Ce changement résulte de la volonté du pouvoir royal qui fit porter l’élargissement des fossés à 50 m et ordonna que trois écluses soient aménagées au pont Sire Jean du Cange (point d’entrée oriental de la Somme dans Amiens)55. Grâce à l’utilisation d’un système plus perfectionné, l’inondation des abords de la ville fut améliorée, provoquant ainsi le recul de l’artillerie ennemie. Très apprécié par Louis XI, ce mode de défense commença à se généraliser autour des années 1460-1470 dans les villes situées sous l’influence de la Couronne, telles Tours et Reims56.

3. 2. L’adaptation à l’artillerie défensive

  • 57 Archives municipales d’Amiens, BB 1, f°31r, 28 octobre 1408 ; BB 2, f°95v, 30 décembre 1416.
  • 58 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°213v, 1415-1416; CC 17, f°213r, 1418-1419.
  • 59 Archives municipales d’Amiens, CC 25, f°171v, 1432-1433 ; CC 26, f°155r, 1433-1434 ; CC 38, f°138v, (...)
  • 60 Appuis de la politique ducale, les villes intégrées aux Pays-Bas bourguignons reçurent de nombreux (...)

27En 1408, Amiens possédait une artillerie défensive disposée sur les principales portes et tours de l’enceinte de la cité, mais il fallut attendre l’année 1416 pour que les canonnières se multiplient dans un contexte d’amplification de la menace anglaise57. Concernant l’enceinte des faubourgs, cet équipement est attesté à la porte de Paris en 1416 et à celle de la Hotoie dès 141958. Toutefois, il ne s’y généralisa qu’à partir des années 1430-144059, suite au programme défensif imposé par le duc de Bourgogne60.

  • 61 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°6r, 4 avril 1413, n. st. (porte des Ars) ; CC 16, f°166r-v, (...)
  • 62 Archives municipales d’Amiens, CC 19, f°195r et suiv., 1424-1425 ; CC 21, f°186r-v, 1426-1427.

28Outre le percement de canonnières, des terrasses furent aménagées au sommet des portes, des tours et des courtines pour pouvoir accueillir des pièces d’artillerie. Cet aménagement se généralisa sur l’enceinte de la cité entre les années 1413 et 144461. L’enceinte des faubourgs en bénéficia au même moment pour les portes de la Hotoie et de Noyon62, mais dût attendre les années 1480-1490 pour que les plateformes d’artillerie s’y multiplient.

  • 63 Cf. note 7.
  • 64 Le stockage d’un boslevart de mairien à destination de la porte Longuemaisière est mentionné en 141 (...)
  • 65 Apparu dans les Pays-Bas bourguignons vers 1400, cet ouvrage défensif est signalé à Lille et à Doua (...)
  • 66 Archives municipales d’Amiens, CC 40, f°110r, 1455-1456 ; CC 41, f°124v, 1456-1457 ; CC 50, f°142v, (...)

29Des canons pouvaient également être disposés sur un boulevard d’artillerie, car cet ouvrage avancé possédait une plateforme de tir à l’air libre, comme précédemment évoqué63. Cette structure est mentionnée pour la première fois à Amiens en 1416 sous le terme boslevart64, ce qui coïncide avec la période d’apparition du boulevard au nord du domaine royal65 qui, cependant, mit du temps à se généraliser. Ce n’est, en effet, pas avant les années 1450-1470 que les différents boulevards amiénois apparaissent pour la première fois dans la documentation : à la tour du Vidame (1455), à la tour de Guyancourt (1457), à la porte de Beauvais (1468), à la porte Montrescu (1471), à la porte de la Hotoie (1475), à la porte de Noyon (1476), etc.66.

  • 67 Salamagne, 2001 : p. 40, 49-50 et 85, Salamagne, 2002 : p. 93 et Jaminon-Boinet, 2008 : t. 2, p. 13 (...)

30À partir de 1471, les boulevards amiénois connurent une vague d’expansion qui se traduisit tout d’abord par une (re)construction totale de l’ouvrage qui passa d’une confection mixte alliant le bois et la terre à une structure de maçonnerie et de terre. Cette phase de modernisation s’inscrit dans un mouvement général de développement et de modernisation des boulevards d’artillerie dans les villes des actuels Hauts-de-France. Cette entreprise de modification s’opéra généralement dès les années 1430, mais, face au regain des tensions entre le duc de Bourgogne et le roi de France, elle s’accéléra à partir du dernier quart du siècle67.

  • 68 Mesqui, 1991 : p. 85 et 289-292 et Salamagne, 2002 : p. 73-74.
  • 69 Crouy-Chanel, 2015.

31L’utilisation sans cesse croissante de l’artillerie offensive dans les sièges des villes au cours du xve siècle favorisa l’apparition et le développement de nouveaux concepts architecturaux défensifs qui s’imposèrent pleinement dès le dernier quart de ce siècle68. Parmi ceux-ci, la grosse tour d’artillerie, c’est-à-dire une tour dont les murs étaient épaissis pour résister aux attaques des armes à poudre, mais aussi pour supporter le poids de ses propres canons alors placés sur une plateforme sommitale, fut un élément important. Apparu au début du xve siècle, ce type d’ouvrage militaire se développa massivement vers 1450, mais il n’est attesté à Amiens qu’à partir de 1476. Cette année-là, trois tours commencèrent à être modernisées selon ce modèle69.

3. 3. L’adaptation à l’artillerie offensive

  • 70 Lascour, 2011 : p. 15-16.
  • 71 Un second remparement a pu être observé contre la courtine de la porte Saint-Pierre, mais l’obligat (...)
  • 72 Archives municipales d’Amiens, BB 12, f°23r, 11 septembre 1475.
  • 73 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°14v, s. d. (1475) ; f°27r, s. d. (1475).
  • 74 Mesqui, 1991 : p. 86-87 et 249-250, Salamagne, 2001 : p. 72-74 et Salamagne, 2002 : p. 88-92 et 93.

32En étant situé en avant d’une porte, le boulevard d’artillerie représente une structure défensive qui permettait d’éviter les tirs en droite ligne sur celle-ci. La solidité de cet aménagement reposait notamment sur son remparement, c’est-à-dire l’addition d’une masse de terre contre la structure – du côté intérieur – afin de pouvoir absorber l’onde de choc produite à l’impact du projectile. L’intervention archéologique menée place Vadé a permis d’observer une partie du remparement de la courtine située à proximité de la tour de la Haye. Les deux sondages d’orientation est-ouest réalisés dans la structure ont montré qu’il s’agissait d’une construction composée de quatre niveaux – un de limon, un de silex, un de craie et un d’argile – qui se superposaient de manière réfléchie70. Cette observation archéologique71 corrobore la documentation textuelle qui fait état de l’utilisation de la terre issue du creusement des fossés pour constituer le remparement de la courtine reliant la porte de Noyon à la tour de la Haye en 147572. L’échevinage avait également recours à l’emploi de terreaux et d’immondices qu’il ordonnait, sous peine d’amende, d’amener à l’endroit indiqué par le maître des ouvrages73. L’utilisation de terre, de gravats ou de déchets domestiques en faisait un élément défensif peu onéreux et rapide à mettre en place74.

  • 75 Archives municipales d’Amiens, BB 11, f°157r, 7 mars 1474 (n. st.) ; CC 91, f°60v-68r, 75r-85v, 151 (...)

33En parallèle de cette protection avancée, des moineaux furent aussi aménagés. Cette structure se présente comme un petit ouvrage de type casemate qui permettait la défense des fossés par des tirs rasants. Le moineau se développa principalement à Amiens dans les années 1470-1520, c’est-à-dire à l’occasion des conflits franco-bourguignons et franco-habsbourgeois75.

  • 76 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°139r, 1er octobre 1419.
  • 77 Mesure défensive aussi adoptée à Lille en 1411 (Blieck, 1999 : p. 300).

34L’adaptation à l’artillerie offensive contribua à la dilatation progressive du périmètre défensif au cours du xve siècle. Cela se manifesta par l’élargissement et l’approfondissement des fossés, le remparement de la courtine et le développement d’une zone classée non ædificandi autour de la ville. Les prémices de la zone non constructible sont perceptibles dès 141976, lorsque le pouvoir bourguignon ordonna l’abattage des arbres situés devant les remparts des faubourgs sous prétexte que leur présence pouvait nuire à la défense77. Toutefois, ce n’est que suite au siège de la ville par l’armée bourguignonne en 1471 que le phénomène se développa pleinement. Les arbres et les bâtiments des faubourgs extra muros situés trop près de la courtine furent abattus pour améliorer l’observation des abords et empêcher l’assaillant de s’y retrancher, tandis que les voies d’accès à la ville furent détournées pour ralentir l’avancée de l’ennemi et aussi pour s’adapter à la fortification bastionnée qui grignotait de plus en plus les faubourgs.

4. L’impact de l’évolution du périmètre fortifié sur les faubourgs

4. 1. 1346-1470 : entre sauvegarde, destruction et statu quo

  • 78 Des villes telles qu’Avignon, Strasbourg ou Valenciennes peuvent être citées (Salamagne, 2002 : p. (...)
  • 79 La présence de falaises au nord et de marais au sud avait déjà valu leur éviction de l’agrandisseme (...)
  • 80 Derville, 1981 : p. 75, Derville, 1986 : p. 46, Bougard, 1988 : p. 77-78 et Salamagne, 2002 : p. 54

35Invité par le pouvoir royal à renforcer sa défense suite à la défaite de l’ost français à la bataille de Crécy (1346), l’échevinage amiénois, en accord avec sa population et les autres seigneurs de la cité, décida de protéger les importants faubourgs qui s’étaient développés au sud de la Somme. En agissant ainsi, la cité d’Amiens compte parmi le petit nombre de villes qui fit le choix de protéger leur extension extra muros78. Cette décision qui intervint le plus souvent au début de la guerre de Cent Ans tient pour beaucoup à l’imminence du danger. Selon un raisonnement précis, le pouvoir amiénois privilégia la protection de l’espace périphérique jugé économiquement et socialement le plus important pour la ville. Du fait d’un aspect rural très marqué et des contraintes topographiques qu’ils présentaient, les faubourgs septentrionaux ne bénéficièrent pas d’une extension d’enceinte79. Bien qu’exclus de l’enceinte élargie, ces derniers n’en furent pas pour autant détruits de manière préventive. Peut-être faut-il y voir le résultat de la résistance du chapitre cathédral et de l’abbaye Saint-Martin-aux-Jumeaux, principaux seigneurs censiers des lieux. Face à l’éminence du danger, de telles considérations n’empêchèrent pas les édiles d’Arras, de Béthune, d’Hesdin ou de Saint-Omer de détruire préventivement leurs faubourgs à la même époque80.

  • 81 Desportes, 1986 : p. 82 et Gouedard, 1970 : p. 75.
  • 82 Archives départementales de la Somme, 3 G 216, pièce n°1, 20 avril 1347 ; Archives municipales d’Am (...)
  • 83 Rigaudière, 1993 : p. 428 et Salamagne, 2002 : p. 51 et 54.

36Jugeant le projet d’incorporation des faubourgs sud démesuré, le pouvoir royal le fit réduire, alors même que le creusement des premiers fossés avait commencé81. Cette modification amena plusieurs destructions en terre épiscopale. L’évêque porta alors réclamation auprès du roi qui déclara que le nouveau tracé serait conservé, mais que l’on veillerait à faire le moins de dégâts possibles et que ceux déjà réalisés, ainsi que ceux à venir, seraient dédommagés à la juste valeur du bien82. Malgré cet engagement, aucune mention d’un quelconque dédommagement n’a pu être retrouvée. En revanche, plusieurs procès et litiges sont bien attestés. L’absence d’indemnisation couvrant les pertes subies suggère que la destruction sécuritaire pouvait avoir lieu selon le contexte sans aucune forme de compensation et/ou qu’un arrangement à l’amiable était établi sans avoir laissé de trace83.

  • 84 Cette pratique se généralisa tant dans les villes du Nord que du Sud après la défaite française de (...)
  • 85 Escallier, 2006.

37La destruction sans indemnisation est attestée à Amiens dès 1358-1360, c’est-à-dire au lendemain du coup de main des Navarrais sur la ville. Les dégâts engendrés par l’ennemi imposèrent une réorganisation rapide de la défense, ce qui se traduisit notamment par des destructions préventives aux abords de l’enceinte, autant dans les faubourgs septentrionaux que méridionaux, au grand dam de la population84. En outre, le repli de la ligne de défense sur l’enceinte du xiie siècle contribua à redonner à cette dernière son rôle de frontière verticale, marquant ainsi une rupture physique entre la cité et ses faubourgs85. Ces mesures participèrent à l’entretien d’un climat d’insécurité qui ralentit la réoccupation des quartiers périphériques sud jusqu’à la remise en état de l’enceinte des faubourgs au tournant des années 1410-1420.

  • 86 Archives départementales de la Somme, 3 G 230, 3 janvier 1375 (n. st.) ; Archives municipales d’Ami (...)
  • 87 Archives municipales d’Amiens, AA 10, f°55r, 1426.

38En dehors de deux affaires, l’une liée à la remise en état du front sud-est de l’enceinte de la cité dans les années 1363-137586 et la seconde à l’importante campagne de réfection des fossés dans les années 142087, il n’existe aucune autre mention de destruction ou de procédure de dédommagement avant le retour d’Amiens à la Couronne de France, en février 1471.

4. 2. 1471-1550 : le remodelage des faubourgs

  • 88 Archives municipales d’Amiens, AA 5, f°145r-148r, 2 au 15 février 1471 (n. st.) ; AA 12, f°54v-55v, (...)
  • 89 Calonne, 1899 (1976) : p. 419-427.

39À peine le ralliement des Amiénois fut effectif que le capitaine chargé de la défense de la ville, le comte de Dammartin, procéda à une sécurisation des abords de l’enceinte par crainte d’une attaque de l’armée bourguignonne. Ainsi, dès le mois de février 1471, le chaume couvrant les immeubles faubouriens dut être retiré pour éviter tout risque d’incendie, tandis que l’abattage préventif des constructions et des arbres, ainsi que le comblement des cavités souterraines, furent menés pour empêcher l’ennemi de s’en servir88. Ces mesures ne furent pas réalisées en vain puisque le duc de Bourgogne mena le siège d’Amiens du 10 mars au 4 avril 147189.

  • 90 Archives municipales d’Amiens, BB 11, f°7v, 29 avril 1471 (n. st.).
  • 91 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°60v-61r, 11 mai 1471.
  • 92 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°66v, 3 octobre 1471.
  • 93 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°67r, 12 mars 1472 (n. st.).

40Immédiatement après que l’assiégeant eut quitté les lieux, de nouvelles mesures défensives furent adoptées. La première consista à abattre les murs des clos de vignes des faubourgs sud-ouest qui venaient de permettre à l’ennemi de s’approcher à couvert90. Puis, ce fut au tour des maisons et des édifices extra muros d’être détruits91. Tous les propriétaires de jardins et de prés situés autour de la ville furent ensuite enjoints de couper leurs arbres et de combler leurs celliers, leurs caves et leurs fossés92. Pour faire place nette, il fut enfin édicté d’abattre tout ce qu’il restait encore d’arbres et de constructions autour de la cité, sous peine de perdre les matériaux au profit des personnes qui procéderaient aux démolitions93.

  • 94 Celle-ci pouvait aussi bien être provoquée par la mise en défense que par le percement d’une nouvel (...)

41Le bilan de ces destructions préventives fut rapidement alourdi par les nouvelles campagnes de fortification imposées par le pouvoir royal. Le poids de ces entreprises contribua au développement d’une procédure d’expropriation et d’indemnisation entre les années 1472 et 1529, c’est-à-dire entre le renforcement de la politique défensive par le pouvoir royal et l’apparition d’un chapitre comptable consacré aux dédommagements pour cause d’expulsion94.

  • 95 La structure apparaît dans la documentation dès 1435 (Archives départementales de la Somme, 22 H 12 (...)
  • 96 L’une est mentionnée par les textes tandis que l’autre est attestée par l’archéologie (Archives mun (...)
  • 97 L’un appartenait à la famille Le Mangnier (Archives municipales d’Amiens, FF 38, f°57r, 29 décembre (...)
  • 98 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 611-618.

42Alors que l’habitat extra muros s’éloignait de la cité en grignotant la banlieue pour croître, de nouvelles industries se développèrent à ses marges pour répondre aux besoins sans cesse grandissants en matériaux de construction. C’est ainsi que la briqueterie située au faubourg sud-est95 fut renforcée par l’installation de deux nouvelles unités à la charnière des xve-xvie siècles96 (fig. 14 et 15). Jusqu’alors concentrée dans les faubourgs nord d’Amiens, la production de chaux se délocalisa en partie au sud de la Somme, où deux chaufours sont attestés aux faubourgs de la Hotoie et de Beauvais. Ces structures privées97 devinrent les principaux fournisseurs en chaux pour les chantiers amiénois, ce qui permit de casser la dépendance des centres producteurs lointains et de réduire les coûts des campagnes de construction. En outre, l’apparition de ces fours s’accompagna de la multiplication de petites crayères dont était extraite la craie servant à la confection de la chaux. C’est aussi dans cette logique de rentabilité et de simplification des circuits d’approvisionnement que l’échevinage industrialisa l’exploitation de la tourbe pour répondre aux besoins croissants de combustibles nécessaires à la fabrication de la brique et de la chaux98.

Fig. 14. Amiens. Four de tuilier (caserne Dejean) : vue de l’aire de chauffe depuis le nord

Fig. 14. Amiens. Four de tuilier (caserne Dejean) : vue de l’aire de chauffe depuis le nord

D’après Binet, 2012 : p. 45

Fig. 15. Amiens. Four de tuilier (caserne Dejean) : vue de la chambre et des couloirs des alandiers depuis le sud

Fig. 15. Amiens. Four de tuilier (caserne Dejean) : vue de la chambre et des couloirs des alandiers depuis le sud

D’après Binet, 2012 : p. 50

43L’apparition et le cumul de tous ces éléments contribuèrent à profondément changer le paysage des abords de la ville.

4. 3. 1476-1540/50 : la redéfinition des faubourgs

  • 99 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 575-581.

44Les destructions préventives, puis celles induites par les travaux de fortification, provoquèrent le recul de l’occupation faubourienne qui se détacha progressivement de la cité à partir de 1471-1476. Cet éloignement fut responsable d’une recomposition physique et identitaire des faubourgs. La mise en défense, qui provoqua l’absorption des quartiers périphériques situés entre les deux périmètres fortifiés et le remodelage de ceux localisés extra muros, fut en effet à l’origine d’une redéfinition du terme « faubourg ». Entre 1476 et 1540/50, il fut périodiquement remplacé par des appellations telles que « lez Amiens », « en banlieue », « au village », « hors la ville » ou « hors la porte ». Ces désignations soulignent à la fois la séparation physique entre le faubourg et le reste de la ville, ainsi que la mutation de la physionomie et de l’économie de ces espaces. Puisque leur superficie était réduite du côté de la ville par les travaux de fortification, ces quartiers se tournèrent vers la banlieue pour se développer. Ce changement d’orientation forcé accentua ainsi un peu plus le caractère rural du faubourg qui, à partir de cette date, fut essentiellement extra muros99.

5. Conclusion

45Le rythme des campagnes de fortification amiénoises fut très largement dicté par les pouvoirs royaux et princiers en fonction des événements géopolitiques. Bien que nombreuses, leurs exigences s’accompagnèrent toujours d’un soutien financier, administratif ou technique nécessaire à la réalisation des travaux imposés. En outre, l’intervention de l’autorité supérieure a permis la préservation des faubourgs méridionaux par la création d’une enceinte dès 1346-1347, puis leur réoccupation par la remise en état de leurs défenses à partir de 1415/1420, avant de les unifier à la cité entre 1476 et 1489. Malgré son histoire mouvementée, la ligne de défense des faubourgs ne fut jamais totalement délaissée par les pouvoirs locaux et, à partir de 1420, ses campagnes de réfection et de modernisation suivirent de près celles de l’enceinte de la cité. Le dernier quart du xve siècle se présente comme un tournant décisif dans la politique militaire de la ville. Les transformations appliquées aux périmètres fortifiés furent à l’origine d’un profond remodelage de l’occupation extra muros. Les impératifs défensifs imposés par une situation en zone de marche contribuèrent ainsi au développement d’une procédure de dédommagement et provoquèrent une redéfinition tant physique qu’identitaire des faubourgs de cette ville.

Bibliographie

Baudoux-Jung, 1998 : BAUDOUX-JUNG (N.), « La construction des tours de la ville d’Amiens d’après les « marchés à tasque » (fin xive – début xve siècle) », dans : Coulet (N.), Guyotjeannin (O.) [dir.], La ville au Moyen Âge, Tome 1 : Ville et espace, Actes du 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Aix-en-Provence, 23-29 octobre 1995), Section Histoire médiévale et philologie, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1998, p. 181-194.

Baudoux-Jung, 1999 : BAUDOUX-JUNG (N.), « La porte de Montrescu, un point de passage stratégique de l’enceinte urbaine d’Amiens (Fin xivexve siècle ?) » dans : Blieck (G.), Contamine (Ph.), Faucherre (N.), Mesqui (J.) [dir.], Les enceintes urbaines (xiiexvie siècle), Actes du 121e congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 26-31 octobre 1996), Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1999, p. 289-296.

Baudoux-Jung, 2005 : Baudoux-Jung (N.), Une ville dans la guerre. Amiens (1380-1435), Thèse de doctorat en histoire médiévale, Université Charles de Gaulle–Lille 3, Lille, 2005.

Béghin, 2016 : BÉGHIN (M.), Organisation et développement du territoire aux abords d’une cité : Amiens et ses faubourgs (1059-1520), Thèse de doctorat en histoire médiévale, 2 volumes, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, 2016.

Béghin, Berthier, 2016 : BÉGHIN (M.), Berthier (K.), « L’édification des boulevards de la porte Montrescu à Amiens sous Louis XI et François Ier et son impact urbain », dans : Fleury (Fr.), Baridon (L.), Mastrorilli (A.), Mouerde (R.), Reveyron (N.) [dir.], Les temps de la construction : processus, acteurs, matériaux, Actes du 2e congrès francophone d’histoire de la construction (Lyon, 29-31 janvier 2014), Picard, Paris, 2016, p. 299-311.

Berthier, 2015 : Berthier (K.), « Les aménagements de la porte Montrescu à Amiens à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle », dans : Hamon (É.), Paris-Poulain (D.), Aycard (J.) [dir.], La Picardie flamboyante. Arts et reconstruction entre 1450 et 1550, Actes du colloque d’Amiens (Amiens, 21-23 novembre 2012), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, p. 103-119.

Binet, 2012 : BINET (É.), Amiens (Somme), 54, rue Jules Barni, Caserne Dejean, Document final de synthèse de diagnostic, DRAC-SRA Picardie, Amiens, 2012.

Blary, 2013 : BLARY (Fr.), Origines et développements d’une cité médiévale : Château-Thierry. Approches archéologique et historique d’une petite ville d’accession médiévale, Revue archéologique de Picardie : n° spécial 29, Amiens, 2013.

Blieck, 1999 : BLIECK (G.), « Une ville close face à l’ « éminent péril » : Lille en Flandre en 1411 et 1414 », dans : Blieck (G.), Contamine (Ph.), Faucherre (N.), Mesqui (J.) [éd.], Les enceintes urbaines (xiie-xvie siècle), Actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 26-31 octobre 1996), Paris, CTHS, 1999, p. 297-311.

Bougard, 1988 : BOUGARD (P.), « France et Bourgogne (1340-1526) », dans : Bougard (P.), Hilaire (Y.-M.), Nolibos (A.) [dir.], Histoire d’Arras, Éditions des Beffrois, Dunkerque, 1988, p. 77-95.

Bouiron, 2011 : BOUIRON (M.), « Perspectives », dans : Bouiron (M.), Paone (Fr.), Sillano (B.), Castrucci (C.), Scherrer (N.) [dir.], Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne, Centre Camille Jullian, Errance, Paris/Aix-en-Provence, 2011, p. 443-444.

Bouiron, Butaud, 2015 : Bouiron (M.), Butaud (G.), « Les fortifications des villes littorales de Provence et du comté de Nice », dans : Giaume (J.-M.), Delestre (X.) [dir.], Fortifications médiévales et modernes des villes méditerranéennes, Actes du colloque international d’archéologie (Nice, 14-16 novembre 2013), Bulletin du Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco : supplément 7, Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, Monaco, 2015, p. 17-34.

Calonne, 1899 (1976) : CALONNE (A. de), Histoire de la ville d’Amiens, Tome 1, Piteux frères, Amiens, 1899 (rééd. Marseille, Laffitte Reprints, 1976).

Carpi-Mailly, 1998 : Carpi-Mailly (O.), « Amiens au XVIe siècle : le destin d’une ville frontière », dans : Duménil (A.), Nivet (Ph.) [dir.], Picardie, terre de frontière, Actes du colloque d’Amiens (Amiens, 26 avril 1997), Encrage, Amiens, 1998, p. 53-72.

Carpi, 2015 : CARPI (O.), « Petra et praxis. La forme politique de la ville à Amiens au XVIe siècle », dans : Bourdin (St.), Paoli (M.), Reltgen-Tallon (A.) [dir.], La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, p. 91-110.

Catalo, Ginouvez, Guyonnet, Carry, 2009 : Catalo (J.), Ginouvez (O.), Guyonnet (Fr.), Carry (D.), « Les faubourgs médiévaux en question. L’exemple du Midi de la France », Archéopages, n° spécial Quartiers et faubourgs, 24 (2009), p. 22-45.

Chevalier, 1982 : CHEVALIER (B.), Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Aubier-Montaigne, Paris, 1982.

Contamine, 1980 : CONTAMINE (Ph.), La guerre au Moyen Âge, Presses universitaires de France, Paris, 1980.

Corbeau, 2002 : CORBEAU (R.), « Les remparts de Compiègne (xive-xve siècle) », Bulletin de la Société historique de Compiègne, 38 (2002), p. 47-72.

Crouy-Chanel, 2015 : CROUY-CHANEL (E. de), « Tours de la Haye, de Guyancourt et du Kay. Les « grosses tours » de la ville d’Amiens (1476-1490) », dans : Hamon (É.), Paris-Poulain (D.), Aycard (J.) [dir.], La Picardie flamboyante. Arts et reconstruction entre 1450 et 1550, Actes du colloque d’Amiens (Amiens, 21-23 novembre 2012), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, p. 87-102.

Derville, 1981 : DERVILLE (A.), « Le premier repli (1350-1550) », dans : Derville (A.) [dir.], Histoire de Saint-Omer, Presse universitaires de Lille, Lille, 1981, p. 73-106.

Derville, 1986 : DERVILLE (A.), « Seigneurs, bourgeois et paysans (900-1500) », dans : Derville (A.) [dir.], Histoire de Béthune et de Beuvry, Éditions des Beffrois, Dunkerque, 1986, p. 29-77.

Desportes, 1986 : DESPORTES (P.), « Une bonne ville dans la tourmente », dans : Hubscher (R.) [dir.], Histoire d’Amiens, Privat, Toulouse, 1986, p. 81-99.

Erlanger, 1980 (2004) : ERLANGER (Ph.), Charles Quint, Perrin, Paris, 1980 (rééd. 2004).

Escallier, 2006 : Escallier (R.), « Les frontières dans la ville, entre pratiques et représentations », Cahiers de la Méditerranée [en ligne], 73 (2006) http://cdlm.revues.org/1473 (consulté le 2 février 2017).

Favier, 2001 (2012) : FAVIER (J.), Louis XI, Fayard, Paris, 2001 (rééd. Paris, Tallandier, 2012).

Gemehl, 2001 : GEMEHL (D.), Amiens, 1-5 rue Carbonnelle, Document final de synthèse de sondage archéologique, Amiens, DRAC-SRA Picardie, Amiens, 2001.

Gouedard, 1970 : Gouedard (A.-M.), Les enceintes d’Amiens du xiie au xve siècle et la réunion de la ville et des faubourgs sous Louis XI, Mémoire de Maîtrise, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, 1970.

Guillerme, 1983 : GUILLERME (A.), Les temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin iiie-début xixe siècle, Champ vallon, Seyssel, 1983.

Henigfeld, Masquilier, 2008 : Henigfeld (Y.), Masquilier (A.), « Présentation du projet et de ses objectifs », dans : Henigfeld (Y.), Masquilier (A.) [dir.], Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle), Dijon, Société archéologique d’Alsace (Revue archéologique de l’Est, 26e supplément), 2008, p. 9-13.

Jaminon-Boinet, 2008 : JAMINON-BOINET (R.), Le comté de Ponthieu xiiie siècle-début xvie siècle. Une principauté territoriale entre France, Flandre et Angleterre, 2 volumes, Thèse de doctorat en histoire médiévale, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, 2008.

Lascour, 2011 : LASCOUR (V.), Amiens, Place Vadé, Document final de synthèse de diagnostic, DRAC-SRA Picardie, Amiens, 2011.

Lecuppre-Desjardin, 2016 : Lecuppre-Desjardin (É.), Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (xive-xve siècles), Belin, Paris, 2016.

Leguay, 2002 : LEGUAY (J.-P.), L’eau dans la ville au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2002.

Mesqui, 1991 : MESQUI (J.), Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, Tome 1 : Les organes de la défense, Picard, Paris, 1991.

Minois, 2008 : MINOIS (G.), La guerre de Cent Ans. Naissance de deux nations, Perrin, Paris, 2008.

Minois, 2015 : MINOIS (G.), Charles le Téméraire, Perrin, Paris, 2015.

Piermay, Reitel, Renard, Zander, 2002 : Piermay (J.-L.), Reitel (B.), Renard (J.-P.), Zander (P.), « Conclusions », dans : Reitel (B.), Zander (P.), Piermay (J.-L.), Renard (J.-P.) [coord.], Villes et Frontières, Anthropos, Paris, 2002, p. 241-250.

Platelle, Clauzel, 1989 (2008) : Platelle (H.), Clauzel (D.), Histoire des provinces françaises du Nord, Tome 2 : Des principautés à l’empire de Charles-Quint (900-1519), Dunkerque, Westhoek-Édition, 1989 (rééd. Arras, Artois Presses Université, 2008).

Potter, 1993 : POTTER (D.), War and government in the french provinces. Picardy, 1470-1560, Cambridge University Press, Cambridge, 1993.

Rapone, 2016 : RAPONE (Fr.), « Défendre la ville. Défendre le royaume. Les fortifications et l’évolution de l’artillerie », dans : Mahéo (N.), Millereux-Le Béchennec (J.) [dir.], Les fouilles archéologiques de la citadelle d’Amiens, Des Romains au Renzo Piano Building Workshop, Musée de Picardie, Amiens 2016, p. 42-47.

Rigaudière, 1993 : Rigaudière (A.), Gouverner la ville au Moyen Âge, Anthropos, Paris, 1993.

Salamagne, 2001 : SALAMAGNE (A.), Construire au Moyen Âge : les chantiers de fortification de Douai, Presse universitaire du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, 2001.

Salamagne, 2002 : SALAMAGNE (A.), Les villes fortes au Moyen Âge, J.-P. Gisserot, Paris, 2002.

Schnerb, 1999 : Schnerb (B.), « La politique des ducs de Bourgogne Philippe le Hardi et Jean Sans Peur en matière de fortifications urbaines (1363-1419) », dans : Blieck (G.), Contamine (Ph.), Faucherre (N.), Mesqui (J.) [éd.], Les enceintes urbaines (xiie-xvie siècle), Actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 26-31 octobre 1996), Paris, CTHS, 1999, p. 345-352.

Souriac, 1998 : SOURIAC (P.-J.), « Politique urbaine et engagement militaire. Toulouse et Amiens face à la proximité de la guerre au xvie siècle », dans : Duménil (A.), Nivet (Ph.) [dir.], Picardie, terre de frontière, Actes du colloque d’Amiens (Amiens, 26 avril 1997), Encrage, Amiens, 1998, p. 25-40.

Thierry, 1850 : THIERRY (A.), Recueil des monuments inédits de l’histoire du tiers état. Première série. Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d’arts et métiers des villes et communes de France. Région du Nord, Tome 1 : Les pièces relatives à l’histoire de la ville d’Amiens, depuis l’an 1057, date de la plus ancienne de ces pièces, jusqu’au XVe siècle, Firmin Didot, Paris, 1850.

Vaësen, 1895 : VAËSEN (J.), Lettres de Louis XI roi de France, Tome 5 : Lettres de Louis XI (1472-1475), Librairie Renouard, Paris, 1895.

Werlé, Koziol, Putelat, 2015 : Werlé (M.), Koziol (A.), Putelat (O.), « Vestiges du système défensif primitif (fin du xive siècle) du faubourg de la Krutenau à Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 58 (2015), p. 45-62.

Notes

1 Henigfeld, Masquilier, 2008 : p. 10-12, Bouiron, 2011 : p. 443 et Blary, 2013 : p. 346 et 380.

2 Béghin, 2016.

3 Potter, 1993 : p. 264-293 et Baudoux-Jung, 2005.

4 Selon le contexte de son évocation, la Picardie était tantôt considérée comme une « marche », tantôt comme une « frontière » (Lecuppre-Desjardin, 2016 : p. 267-268).

5 Archives municipales d’Amiens, CC 3, f°81r-129v, 1385-1386.

6 Archives municipales d’Amiens, BB 1, 1406-1410.

7 Le boulevard d’artillerie se présentait comme un « petit châtelet » dont la fonction principale était de protéger la porte devant laquelle il était placé contre toute attaque directe. En outre, il offrait un moyen de riposte grâce à sa plateforme de tir dont la localisation, en avant de l’enceinte, améliorait la capacité défensive (Mesqui, 1991 : p. 356-357).

8 Pour plus de détails, nous renvoyons à l’article de Francesca Rapone dans la présente publication et aux études déjà parues (Berthier, 2015 et Béghin, Berthier, 2016).

9 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 151.

10 Carpi-Mailly, 1998 : p. 53-54, Souriac, 1998 : p. 26 et 34-35, Piermay, Reitel, Renard, Zander, 2002 : p. 242-243 et Carpi, 2015 : p. 94 et 98.

11 Il s’agit de la guerre de Cent Ans (1337-1453), de la lutte entre Armagnacs et Bourguignons (1407-1435), puis des conflits franco-bourguignons et franco-habsbourgeois (1465-1550).

12 Contamine, 1980 : p. 22-26.

13 Archives départementales de la Somme, 4 G 1490, pièce n°1, 17 décembre 1341 ; Archives municipales d’Amiens, AA 8, f°35r-v, 17 décembre 1341 et AA 1, f°64r, 12 mai 1344.

14 Aujourd’hui Crécy-en-Ponthieu, au nord d’Abbeville (Somme).

15 Mesqui, 1991 : p. 84.

16 Thierry, 1850 : p. 527-528 et Calonne, 1899 (1976) : p. 271.

17 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 341-342 et 358-361.

18 Thierry, 1850 : p. 610-611.

19 Minois, 2008 : p. 242-251.

20 Archives municipales d’Amiens, EE 266, 28 juillet 1368 (copie du 14 janvier 1466, n. st.).

21 Il s’agit de menus travaux de maçonnerie et de réfection des voies et allées de la courtine sud-ouest de la cité, située en terre épiscopale (Archives départementales de la Somme, 3 G 216, pièce n°2, 8 juin 1372 ; 4 G 1244, pièce n°2, 14 avril 1373 (n. st.) ; 3 G 216, pièce n°3, 9 janvier 1378, n. st.).

22 En 1375, la ville obtint les privilèges exclusifs d’ouverture et de fermeture, d’entretien et de défense des fortifications situées dans les juridictions épiscopale et canoniale (Archives municipales d’Amiens, AA 2, f°32v-40v, 3 janvier 1375, n. st.).

23 Baudoux-Jung, 1998 : p. 187-188, Baudoux-Jung, 1999 : p. 292-294 et Baudoux-Jung, 2005 : p. 307-308.

24 Archives municipales d’Amiens, CC 4, f°121r, 1386-1387 ; CC 5, f°141v, 1388-1389 ; CC 6, f°148r, 1389-1390 ; CC 7, f°123v, 1391-1392 ; CC 8, f°91r, 1395-1396.

25 Il s’agit des portes des Arcs, de Gayant, Saint-Michel et Saint-Pierre (Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°24r, octobre 1412).

26 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°142v, 162r, 172v, 186r, 1415-1416.

27 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°23v, 29 octobre 1412 ; CC 15, f°148v-149v, 1413-1414 ; CC 15, f°149r-154r, 1413-1414 ; CC 16, f°181r-v, 222r et 235v, 1415-1416 ; BB 2, f°111r, 14 septembre 1417.

28 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°12v, 1415-1416.

29 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°144v, 1415-1416.

30 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°95v, 30 décembre 1416 ; CC 16, f°166r-v, 182v, 213v, 253r, 1415-1416.

31 Il fut ainsi rappelé à Amiens la nécessité de se fortifier, car étant le « chief du pays de Piccardie et sictuée en passage sur le cours de la riviere de Somme », celle-ci était « plus en frontiere que nulles des autres [bonnes villes du domaine royal] » (Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°13r, 20 janvier 1416, n. st.).

32 Thierry, 1850 : p. 68-69.

33 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°62r, 5 juillet 1415 ; CC 16, f°60v-62r, 1415-1416.

34 Minois, 2008 : p. 377-384.

35 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°155v, 10 février 1419 (n. st.).

36 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°158r, 17 février 1419 (n. st.).

37 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°159v, 27 février 1419 (n. st.).

38 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°160v, 19 mars 1419 (n. st.) ; f°173v, 31 mai 1419.

39 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°160r, 17 mars 1419 (n. st.) ; f°176v, 3 août 1419.

40 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 378-386.

41 Archives municipales d’Amiens, BB 4, f°66r-v, 1er mars 1435 (n. st.) ; f°163v, 15 mars 1437 (n. st.) ; f°195v, 3 février 1438 (n. st.) ; BB 5, f°10r, janvier 1439 (n. st.) ; f°10v, 24 janvier 1439 (n. st.).

42 Celle-ci s’intensifia dès 1437, ce qui incita immédiatement l’échevinage à renforcer le guet dans les faubourgs sud (Archives municipales d’Amiens, BB 4, f°163v, 15 mars 1437, n. st.).

43 Calonne, 1899 (1976) : p. 419-427 et Desportes, 1986 : p. 86-88.

44 Première action menée lors de la remise en état du système défensif d’un site fortifié, la restauration des fossés était une mesure que le roi de France et le duc de Bourgogne imposèrent à de nombreuses villes dans la décennie 1470 (Favier, 2001 (2012) : p. 353, Salamagne, 2002 : p. 81-82 et Jaminon-Boinet, 2008 : t. 2, p. 132-134).

45 Berthier, 2015 : p. 104 et Béghin, Berthier, 2016 : p. 300.

46 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 511-519.

47 Crouy-Chanel, 2015 : p. 87-92.

48 En 1502, l’échevinage chargea un groupe d’experts d’examiner l’enceinte de la ville et de déterminer lequel des boulevards de bois était prioritaire pour une reconstruction en maçonnerie (Archives municipales d’Amiens, BB 19, f°71r, 15 février 1502, n. st.). Cette enquête initie l’entreprise de transformation qui s’opéra dans le premier quart du xvie siècle.

49 Gemehl, 2001 : p. 10-11.

50 Erlanger, 1980 (2004) : p. 92-119.

51 Béghin, Berthier, 2016 : p. 300-301.

52 La trêve de Nice, qui mit fin à la huitième guerre d’Italie (1536-1538), apaisa les tensions générales entre François Ier et Charles Quint, alors que le traité de Crépy-en-Laonnois permit de relâcher la pression sur la frontière septentrionale du royaume de France, après que le souverain habsbourgeois a renoncé officiellement à sa suzeraineté sur les comtés de Flandre et d’Artois.

53 Selon l’article 27 de la seconde coutume d’Amiens, le maire et les échevins avaient la charge de l’entretien des fortifications et de ses fossés (Thierry, 1850 : p. 161).

54 Archives municipales d’Amiens, CC 3, f°107r-126r, 1385-1386.

55 Archives municipales d’Amiens, BB 11, f°6r, 24 avril 1471 ; f°8r, 29 avril 1471, et Vaësen, 1895 : p. 34 (lettre du 10 juin 1471).

56 Guillerme, 1983 : p. 133-134, Salamagne, 2001 : p. 76-78 et Leguay, 2002 : p. 433-437.

57 Archives municipales d’Amiens, BB 1, f°31r, 28 octobre 1408 ; BB 2, f°95v, 30 décembre 1416.

58 Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°213v, 1415-1416; CC 17, f°213r, 1418-1419.

59 Archives municipales d’Amiens, CC 25, f°171v, 1432-1433 ; CC 26, f°155r, 1433-1434 ; CC 38, f°138v, 1448-1449.

60 Appuis de la politique ducale, les villes intégrées aux Pays-Bas bourguignons reçurent de nombreux commandements les pressant de mener des campagnes de fortification pour lesquelles le duc accordait les aides et le soutien nécessaires (Platelle, Clauzel, 1989 (2008) : p. 206, Schnerb, 1999, p. 345-346 et Salamagne, 2002 : p. 206).

61 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°6r, 4 avril 1413, n. st. (porte des Ars) ; CC 16, f°166r-v, 1415-1416 (tours et portes de l’enceinte de la cité sans plus de précision) ; CC 19, f°212v et suiv., 1424-1425 (mur entre le pont Sire Jehan du Cange et la porte des Ars) ; CC 21, f°185r, 1426-1427 (porte Longuemaisière) ; CC 28, f°195v, 1435-1436 (porte de Paris) ; CC 32, f°188r et suiv., 1443-1444 (mur entre la porte Saint-Pierre et la tour Orgueilleuse) ; CC 32, f°192r, 1443-1444 (mur entre la tour et la portelette aux Fagots) ; BB 5, f°219v, 23 novembre 1444 (porte Saint-Firmin).

62 Archives municipales d’Amiens, CC 19, f°195r et suiv., 1424-1425 ; CC 21, f°186r-v, 1426-1427.

63 Cf. note 7.

64 Le stockage d’un boslevart de mairien à destination de la porte Longuemaisière est mentionné en 1415-1416 (Archives municipales d’Amiens, CC 16, f°144v, 1415-1416).

65 Apparu dans les Pays-Bas bourguignons vers 1400, cet ouvrage défensif est signalé à Lille et à Douai en 1414-1415, ou encore à Compiègne en 1423 (Blieck, 1999 : p. 306, Salamagne, 2001 : p. 29 et 85 et Corbeau, 2002 : p. 68-70).

66 Archives municipales d’Amiens, CC 40, f°110r, 1455-1456 ; CC 41, f°124v, 1456-1457 ; CC 50, f°142v, 1468-1469 ; BB 11, f°41r, 7 octobre 1471 ; BB 12, f°21r-v, 14 août 1475 ; CC 54, f°124r, 1475-1476.

67 Salamagne, 2001 : p. 40, 49-50 et 85, Salamagne, 2002 : p. 93 et Jaminon-Boinet, 2008 : t. 2, p. 132-134.

68 Mesqui, 1991 : p. 85 et 289-292 et Salamagne, 2002 : p. 73-74.

69 Crouy-Chanel, 2015.

70 Lascour, 2011 : p. 15-16.

71 Un second remparement a pu être observé contre la courtine de la porte Saint-Pierre, mais l’obligation d’un enregistrement très succinct des données de terrain ne permet pas de développer une réflexion sur cette structure (Gemehl, 2001 : p. 9 et 10).

72 Archives municipales d’Amiens, BB 12, f°23r, 11 septembre 1475.

73 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°14v, s. d. (1475) ; f°27r, s. d. (1475).

74 Mesqui, 1991 : p. 86-87 et 249-250, Salamagne, 2001 : p. 72-74 et Salamagne, 2002 : p. 88-92 et 93.

75 Archives municipales d’Amiens, BB 11, f°157r, 7 mars 1474 (n. st.) ; CC 91, f°60v-68r, 75r-85v, 1513-1514 ; CC 92, f°44v, 1514-1515 ; BB 22, f°128v, 12 mai 1524.

76 Archives municipales d’Amiens, BB 2, f°139r, 1er octobre 1419.

77 Mesure défensive aussi adoptée à Lille en 1411 (Blieck, 1999 : p. 300).

78 Des villes telles qu’Avignon, Strasbourg ou Valenciennes peuvent être citées (Salamagne, 2002 : p. 27-29, Catalo, Ginouvez, Guyonnet, Carry, 2009 : p. 36 et Werlé, Koziol, Putelat, 2015).

79 La présence de falaises au nord et de marais au sud avait déjà valu leur éviction de l’agrandissement du périmètre fortifié au xiie siècle.

80 Derville, 1981 : p. 75, Derville, 1986 : p. 46, Bougard, 1988 : p. 77-78 et Salamagne, 2002 : p. 54.

81 Desportes, 1986 : p. 82 et Gouedard, 1970 : p. 75.

82 Archives départementales de la Somme, 3 G 216, pièce n°1, 20 avril 1347 ; Archives municipales d’Amiens, AA 2, f°24r-25r, 20 avril 1347 ; f°26r-v, 18 juin 1347 ; Thierry, 1850 : p. 532-534.

83 Rigaudière, 1993 : p. 428 et Salamagne, 2002 : p. 51 et 54.

84 Cette pratique se généralisa tant dans les villes du Nord que du Sud après la défaite française de Poitiers en 1356 (Chevalier, 1982 : p. 179, Rigaudière, 1993 : p. 430-431, Salamagne, 2002 : p. 27 et Bouiron, Butaud, 2015 : p. 27).

85 Escallier, 2006.

86 Archives départementales de la Somme, 3 G 230, 3 janvier 1375 (n. st.) ; Archives municipales d’Amiens, AA 2, AA 2, f°32r-40v, 3 janvier 1375 (n. st.).

87 Archives municipales d’Amiens, AA 10, f°55r, 1426.

88 Archives municipales d’Amiens, AA 5, f°145r-148r, 2 au 15 février 1471 (n. st.) ; AA 12, f°54v-55v, 14 février 1471 ; f°56r-57r, 27 février 1471 (n. st.) ; Favier, 2001 (2012) : p. 623 et 625-628 et Minois, 2015 : p. 353-354.

89 Calonne, 1899 (1976) : p. 419-427.

90 Archives municipales d’Amiens, BB 11, f°7v, 29 avril 1471 (n. st.).

91 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°60v-61r, 11 mai 1471.

92 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°66v, 3 octobre 1471.

93 Archives municipales d’Amiens, AA 12, f°67r, 12 mars 1472 (n. st.).

94 Celle-ci pouvait aussi bien être provoquée par la mise en défense que par le percement d’une nouvelle voirie (Archives municipales d’Amiens, CC 115, f°25r-26v, 1528-1529).

95 La structure apparaît dans la documentation dès 1435 (Archives départementales de la Somme, 22 H 12, f°66v, 1435).

96 L’une est mentionnée par les textes tandis que l’autre est attestée par l’archéologie (Archives municipales d’Amiens, BB 16, f°81v-82r, 3 juin 1490 ; Binet, 2012 : p. 7-8).

97 L’un appartenait à la famille Le Mangnier (Archives municipales d’Amiens, FF 38, f°57r, 29 décembre 1514) et l’autre à l’abbaye Saint-Jean (Archives départementales de la Somme, 1 H 2, p. 589, 1er juin 1521, copie collationnée du 2 juin 1638).

98 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 611-618.

99 Béghin, 2016 : vol. 1, p. 575-581.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Amiens. Travaux de fortification (1341-1378)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 2. Amiens. Travaux de fortification (1380-1410)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. Amiens. Travaux de fortification (1412-1417)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 4. Amiens. Travaux de fortification (1419-1429)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5. Amiens. Travaux de fortification (1430-1453)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 6. Amiens. Travaux de fortification (1454-1470)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 7. Amiens. La porte Montrescu et ses boulevards
Crédits D’après Rapone, 2016 : p. 45
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-7.png
Fichier image/png, 155k
Titre Fig. 8. Amiens. Travaux de fortification (1471-1476)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 9. Amiens. Travaux de fortification (1477-1493)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 10. Amiens. Courtine de la rue Carbonnelle
Crédits D’après Gemehl, 2001
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 11. Amiens. Travaux de fortification (1501-1520)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 12. Amiens. Travaux de fortification (1521-1550)
Crédits DAO : M. Béghin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 13. Plan d’Amiens en 1640
Crédits Source : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8493259s
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 14. Amiens. Four de tuilier (caserne Dejean) : vue de l’aire de chauffe depuis le nord
Crédits D’après Binet, 2012 : p. 45
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-14.png
Fichier image/png, 432k
Titre Fig. 15. Amiens. Four de tuilier (caserne Dejean) : vue de la chambre et des couloirs des alandiers depuis le sud
Crédits D’après Binet, 2012 : p. 50
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1373/img-15.png
Fichier image/png, 408k

Auteur

Université de Picardie Jules Verne (Amiens)
Laboratoire Textes, Représentations, Archéologie, Autorité et Mémoires de l’Antiquité à la Renaissance (TrAme EA 4284)
mathieu.beghin.ma@gmail.com

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search