Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Le château d’Eaucourt-sur-Somme

Présentation d’une recherche en cours

Castle Eaucourt-sur-Somme: presentation of a research in progress

Sandrine Mouny

Résumé

Vers la fin du xiie siècle, le château d’Eaucourt-sur-Somme (Somme) est édifié sur la rive droite de la Somme. Il s’agit d’un bel exemple d’une maison forte bâtie en marge du village et installée en fond de vallée, dans un lieu facilement inondable, assurant ainsi une défense naturelle. Implantée dans le comté de Ponthieu, cette résidence sert de point de contrôle de l’axe de franchissement et des flux commerciaux de l’artère fluviale. Ce site encore méconnu fait l’objet d’un programme de recherche depuis 2015. Cette contribution est une présentation des diverses approches déjà entreprises sur le site, ainsi que des premières découvertes. Les résultats des deux campagnes de fouille révèlent la rémanence d’un beau potentiel et annoncent une suite très prometteuse. La finalité de cette étude est d’acquérir suffisamment de connaissances pour entrevoir la mise en place d’un programme de réhabilitation du site, mettant l’accent sur la valorisation et la préservation des vestiges.

Texte intégral

1. Lancement d’un programme de recherche

  • 1 Par exemple, dans la Somme : Boves, Toutencourt, Lucheux, etc.

1Depuis une vingtaine d’années, plusieurs membres chercheurs, historiens et archéologues, regroupés au sein du laboratoire trame de l’Université de Picardie Jules Verne (EA 4284), mènent des programmes pluridisciplinaires sur des résidences fortifiées de la région1.

  • 2 Axe 1 : Espace, pouvoir et société.

2Le site castral d’Eaucourt-sur-Somme est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du xiie siècle, sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223), par les seigneurs de La Ferté-les-Saint-Riquier (Somme). Depuis 1983, des bénévoles de l’Association de Restauration du Château d’Eaucourt (ARChE) assurent, en plus des travaux d’entretien, la mise en valeur du lieu par des animations ludiques et éducatives. Souhaitant renforcer l’attractivité du site en créant un espace culturel de qualité, tout en préservant l’intérêt patrimonial de l’édifice, les membres de cette association ont sollicité, en 2014, les compétences de spécialistes de l’université d’Amiens pour lancer une étude approfondie sur le château. Bien évidemment, notre concours a été motivé par une problématique scientifique extrêmement riche, qui s’inscrit dans les thématiques2 du centre de recherche trame.

  • 3 Lors de la 5e édition du Rendez-vous du Fleuve les 6 et 7 septembre 2014.

3L’émergence de ce nouveau projet a aussi été encouragée par une action départementale3 du Conseil général de la Somme avec l’intégration du château d’Eaucourt dans le réseau des sites exceptionnels du grand projet Vallée de la Somme ayant pour thématique : l’archéologie.

4Après avoir présenté le dossier d’étude scientifique auprès du Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, la dynamique a été impulsée avec l’autorisation préfectorale donnant le droit d’effectuer des sondages archéologiques sur les « Aires du château » d’Eaucourt.

2. Présentation du site d’étude

5Localisé à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site prend place à l’extrémité méridionale du village d’Eaucourt-sur-Somme. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, dans une zone marécageuse sur la rive droite de l’artère fluviale de la Somme (fig. 1).

Fig. 1. Les « Aires du château » d’Eaucourt

Fig. 1. Les « Aires du château » d’Eaucourt

Cliché : A. Bron, 2010

2. 1. Bref aperçu historique

6Cette résidence fortifiée apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son apparition est surtout à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux sur l’artère fluviale et son point de franchissement. Son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire d’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville.

7Au Moyen Âge, cette domus castri se révèle être le chef-lieu d’un domaine rural assez modeste, partageant le terroir avec de puissantes seigneuries, ecclésiastique (l’abbaye cistercienne d’Épagne) et laïques (forteresses de Pont-Rémy et de Mareuil).

8Cette place forte a sans cesse changé de mains : initialement propriété de familles régionales (de Roye, puis Châtillon-Saint-Pol), le site est occupé pendant la guerre de Cent Ans par les Anglo-Bourguignons, puis repris de multiples fois par des seigneurs locaux. Après cette période tumultueuse, la forteresse connaît quelques moments de répits avant de subir des péripéties pendant les guerres de Religion (1562-1598) et jusqu’à la Ligue, où ce lieu est alors transformé en un arsenal servant à loger des soldats. Par la suite et jusqu’au xviiie siècle, cette propriété est tenue par une succession de notables : les mayeurs d’Abbeville. Cependant, à défaut d’y résider, ces derniers doivent entretenir le gros-œuvre des bâtiments. À la fin du xviiie siècle, le château est vendu à Marie-Thérèse Gaillard, veuve de Pierre-Jacques-Philippe Tillette, seigneur de Mautort. Ses successeurs délaissent peu à peu le site qui, dans ses derniers temps d’occupation, avait été transformé en ferme.

9Des lithographies et des sources littéraires d’érudits locaux nous livrent des représentations et des descriptions du site tel qu’il était à la fin du xviiie siècle (fig. 2). Après la Révolution, cet endroit est exploité comme carrière.

Fig. 2. Vue du pont du village d’Eaucourt-sur-Somme et ruines du château (1795)

Fig. 2. Vue du pont du village d’Eaucourt-sur-Somme et ruines du château (1795)

M. de Saint-Amand, Bibliothèque municipale d’Abbeville, C37, M17

2. 2. État actuel du site

10Il subsiste aujourd’hui les vestiges d’un espace castral (fig. 3) qui sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par l’arrêté du 18 mai 1926.

Fig. 3. Les vestiges du château d’Eaucourt-sur-Somme

Fig. 3. Les vestiges du château d’Eaucourt-sur-Somme

Cliché : S. Mouny, 2015

  • 4 Celle de gauche est démolie au-dessus du rez-de-chaussée, tandis que celle de droite est conservée (...)

11Le site se compose actuellement d’une terrasse de plan rectangulaire, sur laquelle demeurent les ruines d’un châtelet d’entrée du xve siècle. Placée en avant-garde, cette porte fortifiée est composée de deux tours circulaires4. S’ajoutent les vestiges d’une tour de guet, pourvue d’un escalier à vis, et d’un vestibule de refuge, carré et voûté d’une croisée d’ogives.

12Entre les deux tours de façade, il existait un pont-levis qui prolongeait un pont dormant, permettant de franchir le fossé.

13Cette plateforme est défendue par des douves, alimentées par un petit canal relié à la Somme, et est entourée d’une enceinte en pierre, dont quelques vestiges subsistent au sud-est.

14Ces vestiges architecturaux constituent de rares témoignages de l’évolution rapide face aux progrès de l’armement et de l’adaptation d’un site en plein conflit médiéval, celui de la guerre de Cent Ans.

3. Le programme de recherche

3. 1. Enjeux scientifiques

15Après avoir porté sur les châteaux et les lieux de résidences de la haute aristocratie, ce programme de recherche va permettre de se pencher sur une petite seigneurie rurale de l’Abbevillois, tenue par une aristocratie chevaleresque.

16En exploitant conjointement toutes les sources disponibles et en utilisant plusieurs disciplines fondamentales, nos interventions ont pour objectif d’acquérir de nouvelles connaissances du site. L’étude archéologique portera essentiellement sur la physionomie de cette résidence au travers de son organisation spatiale. L’enjeu est d’ordre monumental : à quoi ressemble le château à diverses périodes ? L’analyse architecturale des élévations va permettre de cerner l’impact sur la structuration du site, d’en déterminer les fonctions (militaires et/ou civiles) et de connaître les évolutions dans un contexte guerrier et face au progrès de la poliorcétique.

17L’approche historique reposera sur une interprétation du rôle joué par cette résidence et de ses interactions avec son environnement (peuplement et terroir).

18Enfin, les études de mobiliers archéologiques vont permettre d’aborder le cadre de vie des occupants et les échanges économiques.

19L’intervention scientifique, certes primordiale, n’est qu’un aspect de la démarche de ce programme d’étude. D’autres objectifs se sont développés autour d’un double intérêt, pédagogique et culturel, qui sont des vecteurs à part entière d’un dynamisme touristique et local.

3. 2. Enjeux pédagogiques

20Ce programme de recherche a été élaboré dans le but de constituer un chantier-école ouvert aux bénévoles. Ce volet demande une réelle implication pédagogique. Depuis 2015, l’équipe d’intervention se compose de lycéens, d’étudiants et de passionnés, initiés ou novices, tous encadrés par des archéologues expérimentés. L’objectif est d’associer pleinement les participants à toutes les étapes de la démarche archéologique (élaboration d’une problématique, description et analyse des données…). Les activités proposées sont destinées à l’assimilation de toutes les techniques de terrain (fouille, prélèvement…) et de relevés (dessin, plan, coupe) jusqu’au travail de post-fouille (DAO, inventaire, traitement du mobilier…). Lors de cet apprentissage, les participants apprennent les gestes de base et les méthodes d’enregistrement. Les interventions sur le terrain et en laboratoire leur apportent ainsi une expérience pratique et une formation professionnalisante (fig. 4).

Fig. 4. Apprentissage aux techniques de fouille et aux relevés sur le chantier d’Eaucourt-sur-Somme

Fig. 4. Apprentissage aux techniques de fouille et aux relevés sur le chantier d’Eaucourt-sur-Somme

Cliché : S. Mouny, 2015

21Enfin, les opérations scientifiques viennent apporter une assistance technique à la commune et à l’association, en leur fournissant des informations nécessaires afin de mieux appréhender leur patrimoine pour le préserver.

3. 3. Enjeux culturels

22Au travers de ce programme de recherche, il y a un désir de promouvoir le patrimoine local, de le sauvegarder et de restituer les résultats auprès du public.

23L’ouverture quotidienne du chantier archéologique est une caractéristique originale. La fouille, qui constitue une animation scientifique, renforce l’attractivité du site en donnant aux visiteurs l’envie de revenir les années suivantes pour constater les découvertes et l’avancement du chantier (fig. 5).

Fig. 5. Visite du chantier archéologique d’Eaucourt-sur-Somme

Fig. 5. Visite du chantier archéologique d’Eaucourt-sur-Somme

Cliché : D. Maupin, 2015

24Par ailleurs, la fouille contribue à valoriser le site en mettant au jour de nouveaux vestiges. Ce programme archéologique s’intègre dans un projet plus vaste de réhabilitation progressive du site. Notre souhait est de préserver un maximum d’éléments construits et de permettre à la municipalité et à l’association de consolider les structures nouvellement découvertes en suivant les recommandations des spécialistes et sous la validation des architectes des Monuments Historiques.

4. Les investigations en 2015

25Face à une documentation lacunaire, la première démarche a été la reconnaissance du terrain. Le point de départ du programme d’investigation a donc commencé par la réalisation d’une étude microtopographique du site et de ses abords.

4. 1. Relevé du relief du site et repérage des structures

26En février 2015, une campagne de levée, de courte durée, a été entreprise sur les « Aires du château ». La superficie couverte a été de 5 ha. Le résultat est l’élaboration d’un plan qui apporte les premiers éléments d’interprétation du site fortifié (fig. 6).

Fig. 6.  Plan topographique et localisation des zones de fouille du château d’Eaucourt-sur-Somme

Fig. 6.  Plan topographique et localisation des zones de fouille du château d’Eaucourt-sur-Somme

27Les traces matérielles relevées révèlent une forteresse de plan quadrangulaire, de 50 m de côté du nord au sud et de 65 m de côté d’est en ouest, correspondant à une surface d’environ 3250 m2. Cette plateforme est moyennement surélevée. La hauteur de l’escarpe est approximativement de 2 m et la contrescarpe est parfaitement visible du côté nord-ouest. L’ensemble est fossoyé par des douves en eau alimentées par un ruisseau relié à la Somme. L’évasement du fossé atteint, dans certains endroits, les 30 m de large. La haute-cour est défendue par une enceinte en pierres, encore apparente, en partie, au sud-est. Les profils de dénivellations montrent également que cet édifice dispose d’une cour centrale et d’un corps de logis, formant un L, adossé aux courtines sud-est et sud-ouest et faisant face à la porte fortifiée. Ce châtelet d’entrée, placé en avant-garde, est l’organe de défense encore visible. L’accès à la haute-cour se fait par un pont-levis.

  • 5 Sources iconographiques (Collection Maqueron et Delignières de Saint-Amand, Bibliothèque municipale (...)

28Ces données, associées aux représentations du xviiie siècle5, confirment que ce site fortifié est bien dans la mouvance des constructions philipiennes. Cet ensemble castral dispose de tous les éléments constitutifs d’une résidence gothique. Les documents lithographiques font figurer une enceinte flanquée d’une tour à chaque angle et, selon les sources littéraires, le lieu affiche une image de force qui repose sur des équipements défensifs, tels que des mâchicoulis et des créneaux.

29Cette première interprétation de terrain a permis d’orienter les recherches archéologiques.

4. 2. Le sondage archéologique

30Une autre opération a été programmée en 2015 pour évaluer le potentiel archéologique, avant d’engager une intervention de longue haleine. Les objectifs étaient de déterminer l’ampleur des dépôts, d’estimer l’intérêt des vestiges et de connaître leur état de conservation. Il a été choisi de commencer à sonder le sous-sol sur le flanc sud-est de la plateforme, le long de la courtine, à l’emplacement présumé d’un éventuel grand bâtiment. La superficie de prescription étant limitée à 50 m2, cette campagne de fouille s’est opérée sur deux tranchées d’exploration (S1 et S2). Dès les travaux de décapage, divers murs arasés ont fait leur apparition (fig. 7).

Fig. 7. Eaucourt-sur-Somme. Château. Sondage 1 en cours de fouille

Fig. 7. Eaucourt-sur-Somme. Château. Sondage 1 en cours de fouille

Cliché : D. Maupin, 2015

31L’intervention en Secteur 1 a été marquée par la découverte d’une élégante et imposante tour de flanquement, mise au jour dans sa moitié (fig. 8). Son accès se situe au nord et donne sur la cour intérieure. La constitution de sa face externe se singularise sur trois assises par un réseau de carrés réguliers composés de plusieurs blocs de silex soigneusement taillés et des moellons de grès, s’alternant horizontalement et verticalement (fig. 9). Cette composition mixte est dite « en damier ». Sur cet assemblage sophistiqué, repose une assise de pierres calcaires, moulurées et taillées à la ripe, constituant un cordon intermédiaire avec une construction supérieure réalisée en briques. Ce bel appareillage se place du côté de la cour centrale. De profil circulaire, la face interne de la tour est composée également de briques. Le volume intérieur tient dans un diamètre de 3,10 m et les murs ont une épaisseur moyenne de 75 cm.

Fig. 8. Eaucourt-sur-Somme. Château. Vue de la tour d’escalier, découverte dans sa moitié

Fig. 8. Eaucourt-sur-Somme. Château. Vue de la tour d’escalier, découverte dans sa moitié

Cliché : S. Mouny, 2015

Fig. 9. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le parement en damier de la tour

Fig. 9. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le parement en damier de la tour

Cliché : P.-E. Lenfant, 2015

32La richesse esthétique de cette structure réside dans l’utilisation et l’association de ces différents matériaux. Cette combinaison de techniques mises en œuvre ressemble au style des constructions du littoral (Pays de Calais et de Picardie maritimes et Pays de Caux). Cette caractéristique architecturale est typique des xvie xviie siècles.

33L’ensemble de la tour était ceinturé par un remblai massif d’environ 1 m d’épaisseur, contenant d’innombrables déchets de matériaux de construction (briques, tuiles, pierres sculptées et blocs de silex taillés). Tous ces éléments proviennent de la destruction par abandon de cette bâtisse. Le dégagement et la fouille de ce comblement de démolition ont fait apparaître, sous la composition en damier, une seconde construction massive de pierres parementées, laissant ainsi entrevoir deux états de fonctionnement de cette tour. Cette maçonnerie d’un appareillage régulier, placée en ressaut et en degré adouci, correspond à un niveau d’arasement d’une plus ancienne tour, de forme circulaire, servant de semelle de fondation à la construction en damier, plus récente.

34D’apparence somptueuse et dépourvue d’organe défensif, la fonction de cette tour est typiquement résidentielle. Elle abritait un escalier à vis, perceptible par des encoches laissées sur la face interne. Cet escalier permettait de desservir au moins un étage d’un grand bâtiment, dont deux pièces ont également été mises au jour, au niveau du second secteur (S2).

35La fouille du Secteur 2, situé le long de la courtine sud-est, a mis en évidence, sous un profond niveau d’abandon, composé principalement de plusieurs éboulis, plusieurs états d’occupation d’un bâtiment léger (fig. 10).

Fig. 10. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le sondage 2 en cours de fouille

Fig. 10. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le sondage 2 en cours de fouille

Cliché : S. Mouny, 2015

36La plus ancienne installation était matérialisée par des cloisons, avec une pièce disposant d’un sol dallé, encore partiellement conservé, et réalisé avec des briques de récupération. Les lambeaux de sol associés évoquent un secteur d’habitation. Un des remblais de ces aménagements contenait une monnaie de Louis XIV (un Liard de France de 1657), ce qui semble indiquer une première occupation dans la moitié du xviie siècle.

37La seconde occupation (la plus récente) est décelable par des épandages cendreux et charbonneux témoignant de la présence de foyers probablement à vocation domestique. Certes faiblement représentés, les témoins d’activités recueillis dans ces couches sont liés à des fonctions agricoles. Il s’agit principalement de fers à cheval (fig. 11).

Fig. 11. Eaucourt-sur-Somme. Château. Pièces du bâtiment résidentiel

Fig. 11. Eaucourt-sur-Somme. Château. Pièces du bâtiment résidentiel

Cliché : S. Mouny, 2015

38Sous-jacents à ces phases d’occupation, deux pans de mur perpendiculaires et deux niveaux associés sont apparus. Ces structures, qui délimitent deux pièces d’un bâtiment résidentiel, constituent la découverte majeure effectuée dans ce secteur. Les deux maçonneries de 1,05 m d’épaisseur, certes fortement arasées, sont parfaitement appareillées avec des blocs de pierres calcaires taillées. Les strates réparties de chaque côté du mur de direction est-ouest se présentent comme des zones de rejet domestique. Elles sont riches en mobilier, parmi lequel se trouvent majoritairement des restes alimentaires (principalement du bœuf, du porc et des caprinés, mais aussi de la volaille et du poisson) et de la vaisselle culinaire (marmites glaçurées tripodes, pichets, gobelets en grès). Selon l’analyse de la céramique, l’ensemble de ces contextes correspond à une fourchette chronologique allant de l’extrême fin du xve siècle jusqu’au milieu du xvie siècle. La fouille de ces niveaux a laissé place à un sol de craie pilée et damée, présentant des creusements liés à des aménagements.

39Les opérations d’évaluation de 2015 ont répondu aux objectifs fixés. La campagne de sondages archéologiques a mis en évidence une stratigraphie importante et montrent le potentiel du sous-sol, laissant aussi présager la conservation de la plupart des niveaux médiévaux. Ces découvertes admirables, relevant d’un double intérêt commun, scientifique et patrimonial, ont aussi annoncé la continuité de ces recherches sur le long terme.

5. Les opérations archéologiques de 2016

40En 2016, la fouille s’est poursuivie afin de confirmer les résultats de la précédente campagne. Les interventions effectuées lors de cette campagne ont été menées sur deux fronts : un sondage de reconnaissance au niveau du châtelet et la poursuite de la fouille sur le flanc sud-est de la plateforme, le long de la courtine.

5. 1. Exploration autour du châtelet

  • 6 L’institut Jean-Paul II de Denain (Nord).

41Conçue comme un stage d’initiation aux techniques de fouille et de relevé et à la sauvegarde du patrimoine, une courte campagne de sondage a mobilisé sept lycéens d’un établissement professionnel6 pendant 5 jours en mai (fig. 12).

Fig. 12. Eaucourt-sur-Somme. Château. La fouille de la tour de guet

Fig. 12. Eaucourt-sur-Somme. Château. La fouille de la tour de guet

Cliché : S. Mouny, 2016

42La zone de fouille s’est concentrée sur le flanc droit du châtelet, d’une part au niveau des vestiges de la tour de guet et d’autre part au pied de la tour droite de façade (fig. 13).

Fig. 13. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le flanc droit du châtelet d’entrée en fin de fouille

Fig. 13. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le flanc droit du châtelet d’entrée en fin de fouille

Cliché : L. Humblot, 2016

43Ce choix d’intervention a été guidé par une volonté de valoriser et d’agir sur les structures se trouvant encore en élévation, afin d’entrevoir rapidement des actions de sauvegarde. Par ailleurs, il y avait la nécessité de déterminer les configurations exactes de l’ouvrage fortifié, sur l’aile partiellement conservée.

44Le couvert végétal dissimulait légèrement l’arasement des maçonneries de la tour de guet et de la tour sud de façade. Dans l’angle sud-est du châtelet, au pied de la structure construite, la couche d’humus recouvrait une couche de démolition, caractérisée par un conglomérat de matériaux de construction liés par un mortier compact. Le dégagement de ce pan effondré a fait apparaître un niveau de circulation très organique qui, malgré sa finesse, contenait un demi-franc de 1577 (une monnaie royale française d’Henri III). La fouille s’est terminée sur un sol de craie damée.

  • 7 Bibliothèque municipale d’Abbeville, C37, M23.

45La découverte majeure de cette campagne réside dans la mise au jour des soubassements maçonnés de la tour de guet. Cette structure abritait un escalier à vis, encore perceptible par la présence de deux marches. Si le parement interne est circulaire, la base en extérieur forme un angle droit (fig. 14). Le plan qui s’en dégage vient alors contredire une figure extraite de l’ouvrage La Picardie historique et monumentale7 : cette figure, qui représente l’angle sud du donjon par une forme arrondie en saillie, doit être désormais considérée comme erronée (fig. 15).

Fig. 14. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les vestiges de la tour de guet

Fig. 14. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les vestiges de la tour de guet

Cliché : L. Humblot, 2016

Fig. 15. . Eaucourt-sur-Somme. Château. Plan du donjon

Fig. 15. . Eaucourt-sur-Somme. Château. Plan du donjon

Bibliothèque municipale d’Abbeville, C37, M23

46Le sondage mené au niveau de la tour circulaire droite en façade a permis de mettre en évidence l’emprise totale de cette structure. La base du parement externe est composé de moellons en grès ; toutefois, des briques ont aussi été utilisées à certains endroits. Ceci indique des réparations (fig. 16).

Fig. 16. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les vestiges de la tour de façade du châtelet

Fig. 16. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les vestiges de la tour de façade du châtelet

Cliché : L. Humblot, 2016

47À l’intérieur de cette tour, sous un niveau de fonctionnement, il a été découvert l’entrée d’une salle basse. Cette pièce souterraine, de forme quadrangulaire, dispose d’une voûte en berceau et ses parois sont totalement parementées de gros blocs calcaires, d’un calibrage régulier. La salle est partiellement comblée (environ deux tiers de son volume). Le côté occidental est pourvu d’un évent d’aération ou de ventilation. Très ascendant, il peut aussi servir d’éclairage. Sur la face opposée, un collecteur rempli d’eau vient prolonger un conduit vertical. Intégré dans le blocage interne de la maçonnerie de cette tour, ce canal rectangulaire bien appareillé correspond probablement à l’écoulement de latrines, placées à l’étage (fig. 17).

Fig. 17. Eaucourt-sur-Somme. Château. La salle basse voûtée de la tour de façade

Fig. 17. Eaucourt-sur-Somme. Château. La salle basse voûtée de la tour de façade

Cliché : S. Mouny, 2016

5. 2. La continuité de la fouille sur l’aile sud-est de la plateforme

48En août 2016, la campagne a été consacrée à l’élargissement de la tranchée d’exploration ouverte en 2015. La finalité de cette extension était de découvrir la tour d’escalier dans son intégralité, de comprendre son agencement et de connaître l’organisation spatiale des diverses structures attenantes.

  • 8 Dépendance ou pièce de service.
  • 9 Visible de la cour intérieure.

49L’opération de décapage de la couche végétale a dévoilé le plan complet de la tour (fig. 18). Le sommet arasé de sa maçonnerie révèle une structure à cinq segments rectilignes qui l’apparentent à un polygone. On y accède par une entrée large de 1,5 m. Elle est placée hors d’œuvre dans l’angle droit formé par deux corps de bâtiment : la façade occidentale d’une vaste résidence et le parement méridional d’un espace domestique8. Ces murs de 75 cm d’épaisseur présentent un parement externe en damier, offrant ainsi un soubassement9 de même composition architecturale que la tour.

Fig. 18. Eaucourt-sur-Somme. Château. La tour de flanquement du bâtiment résidentiel

Fig. 18. Eaucourt-sur-Somme. Château. La tour de flanquement du bâtiment résidentiel

Cliché : S. Charrier, 2016

50La fouille du remblai massif de destruction a permis de déceler une structure semi-close, intégrée dans la maçonnerie de la tour. Il s’agit d’un puits d’environ 1 m de diamètre. La partie inférieure de son parement interne présente la particularité d’être édifiée également à l’aide de moellons de grès et de blocs de silex taillé, disposés en alternance. Cet emploi ne lui confère pas une qualité esthétique, puisque cette combinaison est à peine visible, d’autant qu’un enduit hydraulique couvre les parois afin d’assurer l’étanchéité. L’emploi de ces matériaux répond à des raisons économiques, afin d’utiliser au maximum des ressources matérielles locales. Des assises de briques viennent ensuite surmonter cet appareillage mixte (fig. 19). Sur sa hauteur, une ouverture a été aménagée donnant sur une pièce disposant d’un niveau de deux sols dallés partiellement préservés. Le mieux conservé est le pavage façonné en grosses dalles de calcaire dure, de dimensions irrégulières et fortement brisées. Presque tous les carreaux ont une surface rougie et parfois noircie. De mauvaise conservation, l’autre sol se manifeste par des pavés en grès, venant encadrer le seuil du puits. Cet espace pourrait correspondre à une cuisine (fig. 20).

Fig. 19. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le puits intégré à la maçonnerie de la tour d’escalier

Fig. 19. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le puits intégré à la maçonnerie de la tour d’escalier

Cliché : S. Mouny, 2016

Fig. 20. Eaucourt-sur-Somme. Château. La salle pavée

Fig. 20. Eaucourt-sur-Somme. Château. La salle pavée

Cliché : S. Mouny, 2016

51L’autre découverte majeure de cette campagne est la mise au jour des vestiges d’une grande salle d’apparat du bâtiment résidentiel. Le dégagement de plusieurs couches d’abandon et de destruction a fait émerger l’arasement de trois murs délimitant ainsi la pièce. Sa largeur est estimée à 4,70 m. Les niveaux associés sont très charbonneux et sont les témoins d’un dernier état de fonctionnement de cet espace de vie. Les couches très organiques ont livré de nombreux fragments de céramique et une monnaie de la seconde moitié du xviie siècle. Tous ces dépôts reposent sur un lambeau de sol de craie, calciné et fortement durci à certains endroits, laissant entrevoir une phase d’incendie. Par ailleurs, cette salle est équipée dans l’angle est d’un grand foyer circonscrit par un encadrement constitué par un alignement de moellons en grès et par une rangée de pierres calcaires appareillés (fig. 21).

Fig. 21. Eaucourt-sur-Somme. Château. La grande salle du bâtiment résidentiel

Fig. 21. Eaucourt-sur-Somme. Château. La grande salle du bâtiment résidentiel

Cliché : S. Charrier, 2016

  • 10 Seydoux, 2003.
  • 11 À Fransu, à Ribeaucourt, à Buigny-Saint-Maclou et à Nolette (Noyelles-sur-Mer), dans la Somme.

52À l’extérieur de cet espace résidentiel, la fouille sur le flanc nord a été marquée par la découverte d’un conglomérat de matériaux de construction. Après un nettoyage minutieux, l’agencement de ces blocs encore liés par un mortier compact atteste qu’il s’agit certainement d’un pan de mur effondré (fig. 22). Cette paroi de construction mixte, associant plusieurs assises de briques alternant avec un bandeau horizontal de pierres de taille, restitue l’apparence du mur pignon de cette habitation. Les façades ainsi parementées s’apparentent aux demeures de type gentilhommière10 bien connues11 dès le premier quart du xviie siècle.

Fig. 22. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le pan du mur effondré en cours de fouille

Fig. 22. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le pan du mur effondré en cours de fouille

Cliché : S. Mouny, 2016

53Par ailleurs, parallèlement à la façade occidentale de ce grand bâtiment résidentiel, une structure maçonnée, préservée sur une seule assise, prend la forme d’un solin édifié avec des pierres calcaires et des blocs équarris en silex. Disposant également et ponctuellement de gros parements calcaires, pouvant servir de support à des piliers, cette demeure pouvait être agrémentée d’une galerie couverte. L’espace entre les deux maçonneries, large de 1,20 m, délimite une sorte de couloir extérieur, avec des restes ténus de sol, qui se termine par un petit escalier en pierre de deux marches. Ce portique est directement fondé sur un remblai de terre aplani, riche en mobilier de la première moitié du xvie siècle (fig. 23).

Fig. 23. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les traces d’un niveau de circulation horizontal devant le bâtiment résidentiel

Fig. 23. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les traces d’un niveau de circulation horizontal devant le bâtiment résidentiel

Cliché : S. Mouny, 2016

6. Conclusion

54Le château d’Eaucourt, place forte longtemps méconnue, dispose d’un potentiel archéologique prometteur (fig. 24). L’année 2015 a vu la mise en place de véritables opérations de terrain. Les deux premières campagnes de fouille ont mis en évidence les vestiges d’une résidence de courtoisie. Ce lieu affiche une fonction civile avec l’existence d’une élégante tour d’escalier intérieure, desservant l’étage d’un grand bâtiment. Les qualités esthétiques de sa construction résident dans l’utilisation de matériaux composites et leur association en damier, induisant une bichromie (fig. 25). Cette volonté d’ornementation fait disparaître le caractère militaire du site et reflète un symbole de pouvoir et de privilège d’un certain milieu social. Son architecture permet de dater cet ensemble entre la seconde moitié du xvie siècle et le début du xviie siècle. Les diverses phases d’occupation suivantes définissent un corps de château partiellement réaménagé en logement, qui évolue progressivement vers une vocation utilitaire de type agricole.

Fig. 24. Eaucourt-sur-Somme. Château. Plan des structures découvertes en 2015 et 2016

Fig. 24. Eaucourt-sur-Somme. Château. Plan des structures découvertes en 2015 et 2016

Fig. 25. Eaucourt-sur-Somme. Château. L’élégante tour d’escalier dans sa globalité

Fig. 25. Eaucourt-sur-Somme. Château. L’élégante tour d’escalier dans sa globalité

Cliché : S. Mouny, 2016

55Le programme de recherche mené depuis 2015 sur le château d’Eaucourt répond à des enjeux d’études scientifiques et à des démarches d’actions pédagogiques et de valorisation auprès du public. Il s’intègre aussi dans un projet plus vaste de réhabilitation progressive du site. Avec le concours de divers services patrimoniaux de la DRAC Hauts-de-France (SRA, CRMH et UDAP), des perspectives de préservation et de conservation par des restaurations sont mises à l’examen de spécialistes du bâti ancien.

Bibliographie

Belleval, 1870 : Belleval (R.), Les fiefs et les seigneuries du Ponthieu et de Vimeu. Essai sur leur transmission depuis l’an 1000 jusqu’en 1789, Dumoulin, Paris, 1870.

Mouny, 2016 : MOUNY (S.), Le château d’Eaucourt-sur-Somme, Rapport de la campagne de sondages archéologiques 2015, 2 volumes, Service régional de l’Archéologie Picardie, Amiens, 2016.

Mouny, 2017 : MOUNY (S.), Le château d’Eaucourt-sur-Somme, Rapport de la campagne de fouilles archéologiques 2016, 2 volumes, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, Amiens, 2017.

Prarond, 1861 : Prarond (Er.), Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux et fermes, Première partie : Abbeville (communes rurales de deux cantons) et Hallencourt, Dumoulin, Paris, 1861.

Seydoux, 2003 : SEYDOUX (Ph.), Gentilhommières en Picardie, Ponthieu et Vimeu, Éditions de la Morande, Paris, 2003.

Notes

1 Par exemple, dans la Somme : Boves, Toutencourt, Lucheux, etc.

2 Axe 1 : Espace, pouvoir et société.

3 Lors de la 5e édition du Rendez-vous du Fleuve les 6 et 7 septembre 2014.

4 Celle de gauche est démolie au-dessus du rez-de-chaussée, tandis que celle de droite est conservée sur une moitié de sa circonférence.

5 Sources iconographiques (Collection Maqueron et Delignières de Saint-Amand, Bibliothèque municipale d’Abbeville, carton 37, ab. M15 à ab. M39) et littéraires (descriptions dans Belleval, 1870 et Prarond, 1861).

6 L’institut Jean-Paul II de Denain (Nord).

7 Bibliothèque municipale d’Abbeville, C37, M23.

8 Dépendance ou pièce de service.

9 Visible de la cour intérieure.

10 Seydoux, 2003.

11 À Fransu, à Ribeaucourt, à Buigny-Saint-Maclou et à Nolette (Noyelles-sur-Mer), dans la Somme.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les « Aires du château » d’Eaucourt
Crédits Cliché : A. Bron, 2010
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 2. Vue du pont du village d’Eaucourt-sur-Somme et ruines du château (1795)
Crédits M. de Saint-Amand, Bibliothèque municipale d’Abbeville, C37, M17
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3. Les vestiges du château d’Eaucourt-sur-Somme
Crédits Cliché : S. Mouny, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 4. Apprentissage aux techniques de fouille et aux relevés sur le chantier d’Eaucourt-sur-Somme
Crédits Cliché : S. Mouny, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 5. Visite du chantier archéologique d’Eaucourt-sur-Somme
Crédits Cliché : D. Maupin, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6.  Plan topographique et localisation des zones de fouille du château d’Eaucourt-sur-Somme
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7. Eaucourt-sur-Somme. Château. Sondage 1 en cours de fouille
Crédits Cliché : D. Maupin, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 8. Eaucourt-sur-Somme. Château. Vue de la tour d’escalier, découverte dans sa moitié
Crédits Cliché : S. Mouny, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 9. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le parement en damier de la tour
Crédits Cliché : P.-E. Lenfant, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 10. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le sondage 2 en cours de fouille
Crédits Cliché : S. Mouny, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 11. Eaucourt-sur-Somme. Château. Pièces du bâtiment résidentiel
Crédits Cliché : S. Mouny, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 12. Eaucourt-sur-Somme. Château. La fouille de la tour de guet
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 13. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le flanc droit du châtelet d’entrée en fin de fouille
Crédits Cliché : L. Humblot, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 14. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les vestiges de la tour de guet
Crédits Cliché : L. Humblot, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 15. . Eaucourt-sur-Somme. Château. Plan du donjon
Crédits Bibliothèque municipale d’Abbeville, C37, M23
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 16. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les vestiges de la tour de façade du châtelet
Crédits Cliché : L. Humblot, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 17. Eaucourt-sur-Somme. Château. La salle basse voûtée de la tour de façade
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 18. Eaucourt-sur-Somme. Château. La tour de flanquement du bâtiment résidentiel
Crédits Cliché : S. Charrier, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 19. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le puits intégré à la maçonnerie de la tour d’escalier
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 20. Eaucourt-sur-Somme. Château. La salle pavée
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 21. Eaucourt-sur-Somme. Château. La grande salle du bâtiment résidentiel
Crédits Cliché : S. Charrier, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 22. Eaucourt-sur-Somme. Château. Le pan du mur effondré en cours de fouille
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 23. Eaucourt-sur-Somme. Château. Les traces d’un niveau de circulation horizontal devant le bâtiment résidentiel
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 24. Eaucourt-sur-Somme. Château. Plan des structures découvertes en 2015 et 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 25. Eaucourt-sur-Somme. Château. L’élégante tour d’escalier dans sa globalité
Crédits Cliché : S. Mouny, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1362/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

Université de Picardie Jules Verne (Amiens)
Laboratoire Textes, Représentations, Archéologie, Autorité et Mémoires de l’Antiquité à la Renaissance (TRAME – EA 4284)
sandrine.mouny@u-picardie.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search