Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Entre Moyen Âge et Modernité : les embrasures de bouches à feu du château de Montcavrel, aux remparts de Montreuil et dans la motte de Guînes

Between the Middle Ages and the Early Modern Period : the gun-fire embrasures in the castle of Montcavrel, the ramparts of Montreuil and the fortified mound of Guînes

Jean-Claude Routier

Résumé

Cette étude porte sur l’adaptation des fortifications à l’artillerie à feu du xve au xvie siècle, avec en fil rouge, les types de bouches à feu observés sur des sites très différents fouillés par l’auteur : le château de Montcavrel, les remparts bastionnés de Montreuil et la motte castrale de Guînes, dans le Pas-de-Calais. À la mise en place, dans la seconde moitié du xve siècle, de la meurtrière à fente simple percée d’emblée ou après coup d’un orifice pour petit canon, succède un dispositif plus élaboré de meurtrières à double ébrasement pour armes d’épaule et tir de pièces à canon, dit « embrasures à la française ». Cette évolution est marquée, sous le règne de François Ier, à Montreuil, par quelques bouches à feu à lucarne externe très évasée pour donner un rayon d’action plus large au canon. Plusieurs de ces ouvertures sont parties intégrantes de la maçonnerie nouvelle du xvie siècle et d’autres réutilisent des percements plus anciens comme les archères des tours ouest de l’enceinte de Philippe Auguste du xiiie siècle. Dans le remaniement des fortifications au xviie siècle, certaines canonnières seront murées et inopérantes, d’autres garderont leur fonction originelle, sans que la place forte ait eu à se défendre. La nécessité de répondre aux attaques de l’artillerie a concerné non seulement les villes fortifiées, mais également les lieux déjà pourvus d’organes militaires à la base, tels les châteaux, manoirs et maisons fortes d’Artois et du Boulonnais.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Dans la région, plusieurs châteaux sont transformés dont le château d’Olhain (Pas-de-Calais) qui es (...)

1Dans les guerres d’Artois et du Boulonnais qui voient s’opposer Français, Anglais, Bourguignons et Espagnols pendant les xve et xvie siècles, l’adaptation des fortifications aux exigences de la guerre impose de nouveaux dispositifs de défense face à l’essor de l’artillerie. Ce phénomène touche d’abord les châteaux durant le xve siècle1 avant de s’étendre aux remparts urbains au début du xvie siècle. Le château de Montcavrel, les remparts de Montreuil et la motte dite « de la Tour de l’Horloge » à Guînes illustrent à merveille cette mutation militaire irréversible (fig. 1).

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés dans le texte

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés dans le texte

DAO : Jean-Claude Routier

2. Le château de Montcavrel

  • 2 Thobois, 1901.

2Situé à 7 km au nord de la ville de Montreuil, dans la vallée de la Bimoise, le château de Montcavrel décrit une vaste enceinte ovale à deux cours remontant au xiie siècle (fig. 2). Il a appartenu successivement à trois lignées : les seigneurs de Montcavrel jusqu’en 1415, la famille de Monchy jusqu’en 1690, et, enfin, celle des Mailly jusqu’à la Révolution2.

Fig. 2. Montcavrel. Plan général du château (2000e)

Fig. 2. Montcavrel. Plan général du château (2000e)

DAO : Jean-Claude Routier

  • 3 C’est lui qui fit reconstruire l’église de Montcavrel, édifice réalisé à partir de 1464 dans le plu (...)

3La haute-cour de la forteresse est reconstruite dans la seconde moitié du xve siècle, sous le seigneur Aymon de Monchy (1431-1473)3; cette partie fait encore l’objet de modifications ou d’améliorations au xvie siècle pour répondre aux progrès de l’artillerie et de la poliorcétique. Le château doit faire face à plusieurs attaques dès le dernier quart du xve siècle : siège de 1477 entre Français et Bourguignons, puis guerres anglo-espagnoles à partir de 1521, avec l’attaque du château en 1544. En 1554, le roi de France Henri II s’appuie sur cette forteresse pour organiser la défense du secteur. Elle est remaniée sous Antoine de Monchy (1569-1587), qui la transforme en ferme, et sous Jean IV de Monchy jusqu’en 1638 pendant la guerre de Trente Ans contre les Impériaux.

4Plusieurs ouvrages de fortification témoignent d’une adaptation à l’artillerie : la poterne, la courtine et la grosse tour du secteur nord, toutes équipées d’un même type d’archère canonnière, ainsi qu’une plus petite tour côté sud, dotée de trois embrasures de tir à la française (fig. 3).

Fig. 3. Montcavrel. Plan de la haute cour du château (1000e)

Fig. 3. Montcavrel. Plan de la haute cour du château (1000e)

DAO : Jean-Claude Routier

2. 1. La poterne nord

  • 4 Mesqui, 1993 : p. 309 et suiv.

5C’est un bâtiment en craie rectangulaire de 15 m de longueur sur 6 m de largeur. La partie antérieure de l’ouvrage est restée d’allure très médiévale d’après certaines caractéristiques architecturales. L’entrée est surmontée d’un arc en grès ogival et défendue latéralement par une archère à niche assez spacieuse pour abriter un tireur debout. Son plan est trapézoïdal avec 1 m de largeur d’ouverture, 0,60 m de largeur de fond et une profondeur de 1,40 m jusqu’à la fente extérieure ; sa hauteur est de 1,60 m. Le seuil de la niche n’est placé qu’à 20 ou 30 cm du sol actuel. La ligne de tir est étroite et cruciforme à mi-hauteur pour favoriser le trait d’arbalète, tandis que la base de l’archère montre un orifice ovale pour la bouche d’un petit canon, voire le tir d’arquebuse. Ce type de niche peut être daté du milieu ou de la seconde moitié du xve siècle4 (fig. 4, 5a et 5b).

Fig. 4. Montcavrel. Plan de la poterne avec sa meurtrière à niche

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 5a. Montcavrel. Photographie de la meurtrière à niche dans la poterne

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 5b. Montcavrel. Fente extérieure de la meurtrière à niche

Cliché : Jean-Claude Routier

2. 2. La tour nord et sa courtine adjacente

  • 5 Ubregts, Doperé, 1998 : p. 148, note 26.
  • 6 Thobois 1901, p. 71.

6Cette tour nord, avec un diamètre de 7 m, présente à l’extérieur trois fentes de meurtrières verticales étroites à encadrement de grès, chacune dotée dans le tiers inférieur d’un orifice circulaire (de 10 à 20 cm) pour des bouches à feu de petit calibre (fig. 6 et 7). À l’intérieur, les embrasures couvrent équitablement tout le périmètre de la tour ; elles sont de plan triangulaire : 0,80 m de largeur à l’ouverture pour 1 m de hauteur et 1,60 m d’épaisseur ou de profondeur. L’angle formé par les flancs en calcaire reste donc étroit, ne laissant place qu’à une pièce de type serpentine ou couleuvrine posée à l’horizontale sur un affût à faible hauteur. Le percement circulaire pour l’artillerie paraît d’origine et non fait après coup comme dans certains châteaux adaptés à l’artillerie5. L’archère orientale fut murée ultérieurement, tandis que les deux autres furent munies de deux barres verticales (fig. 8). En 1477, le château, sous domination bourguignonne, paraît avoir opposé une énergique résistance à une attaque du roi de France Louis XI cherchant à récupérer le territoire. L’artillerie du roi a cependant eu raison de la résistance du château de Montcavrel, sans doute moins bien équipé de ce point de vue que l’armée royale6.

Fig. 6. Montcavrel. Plan de la courtine et de la tour nord

Fig. 6. Montcavrel. Plan de la courtine et de la tour nord

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 7. Montcavrel. Photographie de la meurtrière externe de la tour nord

Fig. 7. Montcavrel. Photographie de la meurtrière externe de la tour nord

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 8. Montcavrel. Photographie de la meurtrière interne de la tour nord

Fig. 8. Montcavrel. Photographie de la meurtrière interne de la tour nord

Cliché : Jean-Claude Routier

7Le mur de courtine lié à la tour précédente semble faire partie de la même campagne de construction que la grosse tour nord (supra fig. 6). Il mesure 12 m de long pour 1,50 m de large et présente côté externe deux fentes de tir médiévales (xve siècle) en grès espacées de 5 m, percées chacune à la base d’un orifice circulaire (20 cm de diamètre) pour y placer un petit canon. Les flancs d’embrasure sont en briques cuites au bois surmontées d’un linteau de grès ou de craie. Les pièces d’artillerie devaient être posées sur un affût mis à au moins 1 m du sol (fig. 9 et 10).

Fig. 9. Montcavrel. Photographie de la meurtrière externe de la courtine

Fig. 9. Montcavrel. Photographie de la meurtrière externe de la courtine

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 10. Montcavrel. Photographie de la meurtrière interne de la courtine

Fig. 10. Montcavrel. Photographie de la meurtrière interne de la courtine

Cliché : Jean-Claude Routier

2. 3. La tour sud

  • 7 Mesqui, 1993 : p. 317-318.

8Cette tour a un plan en fer à cheval avec un diamètre de 4 à 5 m ; la base extérieure est construite en grès et en silex alternés ; la partie haute est en craie taillée sur un lit de briques médian ; le revêtement intérieur est constitué pour l’essentiel de briques modernes. L’enveloppe de la tour comprend trois meurtrières presque homogènes à fente étroite pour le tir au mousquet et à l’arquebuse par un tireur debout ou penché, car elles sont situées à 1,20 m du sol originel de la tour (fig. 11 à 13). Les trois ouvertures sont évasées vers l’intérieur, mais également ébrasées à l’extérieur. Les profils en X diffèrent sensiblement ; la meurtrière du flanc est présente une fente plus large (14 cm) et un profil en X régulier ; la meurtrière frontale au sud est plus ouverte en entonnoir dissymétrique ; celle du flanc ouest est étroite et désaxée en plan. La fente de visée centrale varie de 5 à 14 cm (fig. 14 et 15). Ce type d’ouverture à ébrasement externe « à la française » connaît un développement avec la reconquête du territoire sous le règne de Louis XI, à partir de 14707. Néanmoins, le style particulier des ouvertures de la tour sud du château permet de les dater plus tardivement, probablement des deux premières décennies du xvie siècle, si on les compare à un dispositif similaire observé dans l’une des tours de l’enceinte médiévale basse de Montreuil.

Fig. 11. Montcavrel. Plan de la tour sud et de ses « embrasures à la française »

Fig. 11. Montcavrel. Plan de la tour sud et de ses « embrasures à la française »

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 12. Montcavrel. Photographie de l’intérieur de la tour sud

Fig. 12. Montcavrel. Photographie de l’intérieur de la tour sud

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 13. Montcavrel. Restitution en élévation du poste de tir en tour sud

Fig. 13. Montcavrel. Restitution en élévation du poste de tir en tour sud

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 14. Montcavrel. Photographie intérieure de la meurtrière est de la tour sud

Fig. 14. Montcavrel. Photographie intérieure de la meurtrière est de la tour sud

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 15. Montcavrel. Photographie extérieure de la meurtrière sud de la tour sud

Fig. 15. Montcavrel. Photographie extérieure de la meurtrière sud de la tour sud

Cliché : Jean-Claude Routier

3. Les remparts de Montreuil

  • 8 Il n’est question ici que de la tour P (voir plan dans Faucherre, 1993), mais d’autres ouvrages de (...)

9Dans la région, Montreuil est la ville fortifiée de premier ordre entre le Moyen Âge et l’époque moderne. Après le siège par les Impériaux en 1537, la ville se dote d’une nouvelle ligne de fortification de type bastionné, tout en conservant son enceinte médiévale, renforcée par endroits de bouches à feu : plusieurs seront par la suite murées, car devenues inopérantes, tandis que d’autres demeureront actives (fig. 16). Ces améliorations concernent les fronts est, sud et ouest, à savoir les trois côtés exposés de la cité. Dès le début du xvie siècle, l’enceinte basse dite « de la Garenne », à l’est, reçut des ouvrages de renforcement dont une tour en éperon équipée d’embrasures de tir « à la française »8.

Fig. 16. Plan de Montreuil en 1640 avec emplacement des embrasures

Fig. 16. Plan de Montreuil en 1640 avec emplacement des embrasures

DAO : Jean-Claude Routier

3. 1. La tour en éperon de l’enceinte de la Garenne

  • 9 Faucherre, 1993 : plan tour P, description p. 47-49.

10Cette tour pentagonale (P) est bâtie en craie sur une base de grès et de silex et présente quatre ouvertures de tir en X. La lucarne extérieure est rectangulaire et moins évasée que les embrasements internes en entonnoir pour faciliter la manœuvre latérale du canon (1,20 m de largeur maximale). Elles sont conçues pour des armes d’épaule et un tireur à genoux. Dans chaque flanc, est logée, un peu plus haut, une fente de tir pour arbalète, recoupée en son centre par un orifice circulaire pour arquebuse. Les caractéristiques architecturales de la tour, comme le voûtement des portes, permettent de dater l’ouvrage des années 15209 (fig. 17 à 19).

Fig. 17. Montreuil. Plan de la tour pentagonale P

Fig. 17. Montreuil. Plan de la tour pentagonale P

d’après Faucherre, 1993

Fig. 18. Montreuil. Photographie intérieure des embrasures dans la tour pentagonale P

Fig. 18. Montreuil. Photographie intérieure des embrasures dans la tour pentagonale P

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 19. Montreuil. Photographie extérieure des lucarnes de la tour pentagonale P

Fig. 19. Montreuil. Photographie extérieure des lucarnes de la tour pentagonale P

Cliché : Jean-Claude Routier

3. 2. La canonnière dans le rempart médiéval sud

11Avec le développement de la canonnière « à la française » à double ébrasement interne et externe, l’évasement extérieur augmente pour permettre l’usage d’armes plus maniables et un plus ample balayage de tir. Ce type d’organe a été observé dans une portion du rempart sud dit « de Saint-Justin » à Montreuil. C’est l’élargissement en 2011 d’un accès privé à travers le talus d’escarpe du rempart de briques et grès du xvie siècle (1630) qui a permis de mettre au jour un tronçon de l’enceinte médiévale intégrant une bouche à feu à embrasures dans sa maçonnerie.

  • 10 Assemblages fréquents de grès et silex en damier ou en quinconce dans les soubassements de nombreus (...)

12La découverte se situe entre la tour dite « de Saint-Justin », datée du milieu xiiie siècle (1250), et la porte du même nom supprimée au xixe siècle (1873-1876) (fig. 20). Le bouleversement du terrain a révélé, sur un peu plus de 15 m de longueur, les assises de fondations de craie régulières en gradins – à l’origine enterrées – du rempart du xiiie siècle, sur lequel s’appuie en partie un soubassement agencé de blocs de grès et de silex taillés daté du xve siècle et fréquent dans la région à cette période10. La canonnière est située à la base du rempart médiéval et devait surveiller le fossé ; la fenêtre de tir est rectangulaire et mesure 1 m de large sur 0,60 m de haut pour un peu plus d’1 m de profondeur. L’encadrement et les joues d’embrasures sont en grès ; le toit forme un dégradé de trois linteaux de grès. L’intérieur de plan triangulaire se resserre jusqu’à un orifice fermé par une pierre d’environ 25 cm de côté mise après abandon de la structure (fig. 21 à 23).

Fig. 20. Montreuil. Photographie du rempart sud dit de Saint-Justin

Fig. 20. Montreuil. Photographie du rempart sud dit de Saint-Justin

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 21. Montreuil. Plan et coupe du rempart de Saint-Justin

Fig. 21. Montreuil. Plan et coupe du rempart de Saint-Justin

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 22. Montreuil. Photographie externe de l’embrasure du rempart sud

Fig. 22. Montreuil. Photographie externe de l’embrasure du rempart sud

Cliché : Jean-Claude Routier)

Fig. 23. Montreuil. Photographie intérieure de l’embrasure du rempart sud

Fig. 23. Montreuil. Photographie intérieure de l’embrasure du rempart sud

Cliché : Jean-Claude Routier

  • 11 Faucherre, 1993 : notes 18 et 19, p. 14. Au château d’Arques-la-Bataille (Seine-Maritime), des trav (...)
  • 12 Faucherre, 1989 : p. 14 et Mesqui, 1993 : p. 317.

13On ignore tout de la partie arrière de cette bouche à feu, l’espace étant occupé par un grand réservoir construit à la fin du xixe siècle (1895). Sa présence s’explique par la nécessité de renforcer le front sud exposé de plain-pied face à l’ennemi, surtout après le siège de Montreuil en 1537. Il est possible que la canonnière soit antérieure à la date du siège, d’après les travaux que François Ier fit entreprendre après une tentative de siège anglo-impérial en 1522 ; les textes indiquent une dépense de 4 000 livres pour cette année-là et la présence de dix-sept canonniers sur le chantier ; les travaux se poursuivirent jusqu’en 1534, sans être sûr qu’il s’agisse bien du secteur de Saint-Justin11. Cependant, la nécessitée accrue de ces organes défensifs sous le contrôle de la monarchie royale peut constituer un argument en faveur d’une datation haute, peut-être dès le début du xvie siècle12. Le fait qu’elle n’ait pas été rebouchée de maçonnerie jusqu’à son recouvrement final par le talus d’escarpe du rempart du xviie siècle indique que cette canonnière put encore être opérante jusqu’à l’époque moderne.

3. 3. La tour Saint-Justin

  • 13 Faucherre, 1993 : plan et coupe p. 61.

14La tour Saint-Justin toute proche, à l’origine totalement construite en grès, semble avoir subi le siège de 1537, car sa partie frontale fut en grande partie refaite en appareil de grès et briques en damier (fig. 24). Bien insérées dans le parement de grès médiéval, deux canonnières à lucarne rectangulaire (0,60 m × 0,40 m) paraissent antérieures à la réparation post-siège. Diamétralement opposées et à une hauteur de 3,50 m du sol, celle à l’est reprend le sommet d’une archère primitive de la tour du xiiie siècle ; celle à l’ouest paraît condamnée par une maçonnerie en briques (fig. 25a et 25b). Situées au deuxième niveau de la tour qui fut totalement remblayé au xviie siècle pour les besoins de la fortification moderne, on n’en connaît pas les dispositions intérieures. On y accédait par un escalier partant du premier niveau qui est une salle de plan octogonal à trois archères datées vers 1250, voûtée sur croisée d’ogives et dans un état de conservation alarmant aujourd’hui13.

Fig. 24. Montreuil. Vue générale de la tour Saint-Justin

Fig. 24. Montreuil. Vue générale de la tour Saint-Justin

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 25a. Montreuil. Photographie de la lucarne (canonnière) est de la tour Saint-Justin

Fig. 25a. Montreuil. Photographie de la lucarne (canonnière) est de la tour Saint-Justin

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 25b. Montreuil. Photographie de la lucarne (canonnière) ouest de la tour Saint-Justin

Fig. 25b. Montreuil. Photographie de la lucarne (canonnière) ouest de la tour Saint-Justin

Cliché : Jean-Claude Routier

15Avec la canonnière trouvée dans le rempart, ce sont les seuls organes défensifs du secteur jusqu’à l’instauration du grand ouvrage à cornes et ses demi-bastions « en as de pic » par l’ingénieur Errard de Bar-le-Duc à la fin du xvie siècle, fortification censée protéger l’avant-place sud, exposée de plain-pied à l’ennemi de ce côté.

3. 4. Autres canonnières des remparts

  • 14 Puissance démontrée plus tard avec les sièges d’Hesdin et surtout de Thérouanne en 1553 (Martens, 2 (...)

16À partir du siège de 1537 et jusqu’en 1549-1550, Montreuil se protège derrière une puissante enceinte bastionnée édifiée sur les hauteurs est et nord de la colline ; la citadelle est, quant à elle, construite à partir de 1567 pour faire face à la puissance de feu de l’artillerie de Charles Quint14. Le périmètre fortifié de la ville haute est défendu ici ou là par plusieurs bouches à feu, dont certaines sont restées opérationnelles, tandis que d’autres ont été occultées au xviie siècle, suite aux remaniements des remparts (supra plan fig. 16).

17Sur le front est, une bouche à feu de fort calibre, du xvie siècle probablement, fut murée et son accès condamné au profit d’une poterne aménagée au xviie siècle (fig. 26). Sur le front ouest, l’encadrement d’une canonnière (?) défendant l’ancienne porte d’Attin a été bouchée avec la construction d’un cavalier de terre et de briques au xviie siècle (fig. 27). Près de la tour de la reine Berthe, une large ouverture rectangulaire (canonnière ?) disparaît au raccord de deux réfections de murs, sans doute jugée inutile après la construction des bastions de la citadelle (fig. 28).

Fig. 26. Montreuil. Photographie de la canonnière murée du front est

Fig. 26. Montreuil. Photographie de la canonnière murée du front est

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 27. Montreuil. Photographie d’une ancienne ouverture murée au pied du cavalier d’Attin

Fig. 27. Montreuil. Photographie d’une ancienne ouverture murée au pied du cavalier d’Attin

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 28. Montreuil. Photographie d’une ancienne ouverture murée dans l’emprise de la citadelle

Fig. 28. Montreuil. Photographie d’une ancienne ouverture murée dans l’emprise de la citadelle

Cliché : Jean-Claude Routier

18D’autres canonnières sont restées bien visibles. Sur le front ouest de la Madelaine, exposé aux tirs ennemis installés sur les hauteurs du village de Sorrus, une des cinq tours du xiiie siècle fut équipée de deux canonnières à ébrasements pratiquées au sommet des archères médiévales dénaturées (tour E). Leur lucarne est rectangulaire et l’embrasure intérieure est évasée en trapèze (fig. 29a). Dans le flanc ouest du bastion sud de la Citadelle, édifié à la fin du xvie siècle, deux grandes canonnières jumelées évasées qui défendaient la porte dite « de secours » sont toujours visibles. Leur largeur est comprise entre 1,20 m et 1,60 m, la hauteur est d’1 m et leur profondeur en tronc de cône dépasse 2 m d’épaisseur ; elles sont incluses dans une grande casemate voûtée « en anse de panier » avec évent pour les fumées (fig. 29b).

Fig. 29a. Montreuil. Canonnière pratiquée dans une archère médiévale de la tour E du front ouest

Fig. 29a. Montreuil. Canonnière pratiquée dans une archère médiévale de la tour E du front ouest

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 29b. Montreuil. Canonnières dans le flanc ouest du bastion 4 de la Citadelle

Fig. 29b. Montreuil. Canonnières dans le flanc ouest du bastion 4 de la Citadelle

Cliché : Jean-Claude Routier

3. 5. La tour des Potiers

  • 15 Faucherre, 1993 : p. 66.

19Au sud-ouest, la tour dite « des Potiers », d’origine médiévale, remaniée à l’époque moderne, est restée en élévation jusqu’en 1896, avant son écroulement partiel à la fin du xixe siècle (fig. 30a et 30b). La taille de deux portes en briques, pratiquées au rez-de-chaussée de cette tour dénaturée, rappelle de possibles canonnières, actives au xvie siècle, puis délaissées après le comblement du premier niveau de la tour, lorsque celle-ci fut réduite à un simple organe de communication avec le flanc gauche du bastion de Bouillon agrandi et rehaussé de briques au xviie siècle (1636) par l’ingénieur Antoine de Ville (fig. 31 et 32). Le « vidage » des remblais du rez-de-chaussée de cette tour, réalisé sans contrôle archéologique en 2006 lors de sa restauration, nous prive d’informations quant à ses fonctions et mutations entre les xvie et xviie siècles (fig. 33). Si l’on tient compte des caractéristiques architecturales internes – arcs surbaissés des portes des deux niveaux, profil des redents de voûtes de l’escalier les reliant – la tour des Potiers est datée des années 1520, comme la tour pentagonale de l’enceinte basse de la Garenne15 (supra).

Fig. 30a. Montreuil. Vue ancienne de la tour dite des Potiers

Fig. 30a. Montreuil. Vue ancienne de la tour dite des Potiers

Document anonyme

Fig. 30b. Montreuil. Vue de la tour des Potiers restaurée en 2006

Fig. 30b. Montreuil. Vue de la tour des Potiers restaurée en 2006

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 31. Montreuil. Localisation de la tour des Potiers dans le bastion de Bouillon

Fig. 31. Montreuil. Localisation de la tour des Potiers dans le bastion de Bouillon

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 32. Montreuil. Plan des deux niveaux dans la tour des Potiers

Fig. 32. Montreuil. Plan des deux niveaux dans la tour des Potiers

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 33. Montreuil. Photographie intérieure du rez-de-chaussée de la tour des Potiers

Fig. 33. Montreuil. Photographie intérieure du rez-de-chaussée de la tour des Potiers

Cliché : Jean-Claude Routier)

4. La motte de la Tour de l’Horloge à Guînes

  • 16 Godefroy-Ménilglaise, 1855, Locoge, Gohier 1987 : p. 149-150 et Lefranc, Perreau, 2005 : p. 157-159
  • 17 Routier, Segers, 1993 et Routier, Mangeon, 1999.

20Le centre-ville de Guînes comporte une grande motte d’origine féodale inscrite au titre des monuments historiques. Citée dans la chronique du curé Lambert d’Ardres16, cette motte, dont l’origine remonte au xe siècle, a fait l’objet d’un sondage à son sommet en 1993 et d’une reconnaissance stratigraphique sur l’un de ses flancs en 199817 (fig. 34a à 34c).

Fig. 34a. Cliché aérien de la motte de Guînes

Fig. 34a. Cliché aérien de la motte de Guînes

Collection Jean-Claude Routier

Fig. 34b. Guînes. Plan topographique de la motte

Fig. 34b. Guînes. Plan topographique de la motte

Collection Jean-Claude Routier

Fig. 34c. Plan de Guînes en 1772

Fig. 34c. Plan de Guînes en 1772

Collection Jean-Claude Routier

21Le creusement d’une tranchée, en haut de la motte, pour installer un système d’éclairage autour de la Tour de l’Horloge (1863) a favorisé la découverte de fondations et entraîné l’ouverture, en 1993, d’un sondage archéologique. Sur plus de 10 m de longueur, a été mis au jour un mur fait de pierres de taille en craie, large de plus d’1 m et dont le tracé polygonal comptait six pans, longs de 2 à 4 m : quatre d’entre eux étaient munis d’une ouverture à large ébrasement externe. L’hypothèse d’interprétation pour ces vestiges est celle d’une tour forte, pourquoi pas le donjon édifié sous l’occupation anglaise à la fin du premier tiers du xvie siècle (fig. 35).

Fig. 35. Guînes. Plan des vestiges du sondage de 1993

Fig. 35. Guînes. Plan des vestiges du sondage de 1993

DAO : Jean-Claude Routier

22Le sondage, localisé à l’ouest de la tranchée, et creusé jusqu’à une profondeur de 3 m, a permis de dégager complètement l’une de ces ouvertures et d’en obtenir les dimensions : large de 1 m, elle est pratiquée dans le mur d’enveloppe en moellons de craie, épais de 1,60 m et conservé sur 2 m de hauteur. Le profil en X de la fenêtre est irrégulier, avec un profond évasement externe, faible à l’intérieur. À l’arrière, un second mur en blocs de craie ménage une galerie de circulation entre les deux maçonneries (fig. 36 et 37). La stratigraphie montre des stades de remblaiement alternés par deux sols de circulation différents (fig. 38).

Fig. 36. Guînes. Détail du plan des maçonneries avec localisation des coupes

Fig. 36. Guînes. Détail du plan des maçonneries avec localisation des coupes

DAO : Jean-Claude Routier

Fig. 37. Guînes. Photographie générale du sondage profond avec l’ouverture à ébrasements

Fig. 37. Guînes. Photographie générale du sondage profond avec l’ouverture à ébrasements

Cliché : Jean-Claude Routier

Fig. 38. Guînes. Coupe nord-sud du sondage profond sur la motte

Fig. 38. Guînes. Coupe nord-sud du sondage profond sur la motte

DAO : Jean-Claude Routier

23Un premier sol de circulation (sol A) scelle un apport de remblais (voir fig. 38 : couches 8-9-10) contenant des céramiques datées du xvie siècle par la typologie (formes de marmites, pots, tèles et grès) (fig. 39). Ce niveau, placé entre 50 et 60 cm en dessous de l’embrasure de tir, suppose un système d’affût pour la mise en place de pièces d’artillerie.

Fig. 39. Guînes. Planche céramique du xvie siècle

Fig. 39. Guînes. Planche céramique du xvie siècle

DAO : Jean-Claude Routier

24Un deuxième sol de circulation (sol B), bien horizontal, prend place au-dessus de deux couches de remblais (voir fig. 38 : couches 6-7) renfermant des céramiques à pâte rouge de la première moitié du xviie siècle (profils de tèles, écuelles glaçurées dont une décorée à la corne d’un motif animalier et bandes spiralées) (fig. 40). À ce niveau, l’usage du canon se fait en contact direct avec l’ouverture de la bouche à feu ébrasée.

Fig. 40. Guînes. Planche céramique du xviie siècle

Fig. 40. Guînes. Planche céramique du xviie siècle

DAO : Jean-Claude Routier

25Une fois privée de son rôle militaire, la tour désaffectée est probablement dérasée, ce qui explique l’accumulation de craie compacte et de blocs sur le pourtour extérieur de l’édifice (voir fig. 38 : couches 11 à 14). La fenêtre est neutralisée par un blocage de maçonnerie à sa base et prolongée par un remblaiement interne (voir fig. 38 : couches 4-5). Au xviiie siècle, l’intérieur de la construction est définitivement comblé (voir fig. 38 : couches 1-2-3) pour la construction de la Tour de l’Horloge en 1863.

  • 18 Quinchon-Adam, 2010 : p. 31, fig. 2 et note 23.
  • 19 Une vue cavalière de la ville et de la forteresse de Guînes peut illustrer cette reconquête : il s’ (...)

26Les vestiges découverts et le matériel céramique en stratigraphie montrent que nous sommes en présence d’une construction de plan polygonal construite au xvie siècle et utilisée jusqu’au xviie siècle par les Capitaines de la Cuve, si l’on en juge par une vue de Guînes de Joachim Duviert en 161118, montrant une plate-forme d’artillerie maçonnée au sommet de la motte (fig. 41). L’intérêt est de savoir si les vestiges découverts font partie d’un ouvrage bâti sous la domination anglaise de Guînes jusqu’en 1558 ou sont une réalisation post-reconquête française de la ville par François de Guise. Les documents anciens apportent quelques éclaircissements à ce sujet19.

Fig. 41. Vue de Guînes en 1611 par Joachim Duviert

Fig. 41. Vue de Guînes en 1611 par Joachim Duviert

Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes, VA-62 (2)-FOL, extrait de Quinchon-Adam, 2010

  • 20 Tailliar, Courtois, 1856 : plan situé à la fin de l’ouvrage.

27En 1856, dans leur édition du Livre des usaiges et anciennes coustumes de la conté de Guysnes, Eugène Tailliar et Aimé Courtois ont publié un plan des fortifications de Guînes à la fin du xve siècle20, plan recopié d’après un plan original du xvie siècle conservé à la tour de Londres (fig. 42).

Fig. 42. Plan des fortifications de Guînes à la fin du xve siècle

Fig. 42. Plan des fortifications de Guînes à la fin du xve siècle

Extrait de Tailliar, Courtois, 1856

  • 21 Shelby, 1969 : plates XV, XVI et XVII.

28Il existe en effet plusieurs plans anglais faisant état des fortifications de Guînes projetées par Henri VIII entre 1536 et 1541 : ils sont repris dans une publication de Lon R. Shelby à propos de trois bastions d’angle en forme de trèfle envisagés par l’architecte du roi John Rogers pour renforcer la ville21. L’un d’eux montre bien les trois bastions d’angle, ainsi qu’une grosse tour globalement circulaire placée sur une motte élevée, comparable à celle conservée de nos jours (fig. 43).

Fig. 43. Plan anglais des fortifications de Guînes en 1538

Fig. 43. Plan anglais des fortifications de Guînes en 1538

Extrait de Shelby, 1969

29Des différents châteaux de la côte anglaise, bâtis sous le règne d’Henri VIII et mentionnés par Lon R. Shelby, comme Hull, Walmer, Sandgate ou Sandown, l’un d’eux trouve son parallèle avec Guînes : il s’agit de Hurst Castle dans le Hampshire, château achevé en 1544, avec un donjon polygonal (dodécagonal) enveloppé dans un bastion triangulaire polylobé (fig. 44).

Fig. 44. Plan du donjon anglais de Hurst Castle en 1544

Fig. 44. Plan du donjon anglais de Hurst Castle en 1544

Extrait de Shelby, 1969

30Le problème est d’estimer s’il existe ou non un lien d’influence entre les vestiges fragmentaires de Guînes et cette belle forteresse outre-Manche. L’absence de recherches archéologiques de terrain à Guînes nous empêche d’établir un lien raisonnable entre les deux places fortes.

5. Conclusion

  • 22 Seydoux, 1979 : p. 249-251.

31C’est à partir du milieu du xve siècle que l’efficacité croissante de l’artillerie à feu contraint l’architecture militaire à accélérer son évolution. Tours et courtines de châteaux s’équipent de bouches à feu conçues d’emblée pour répondre aux canons français ou espagnols (Rambures, Olhain, Fressin). Sous François Ier, le processus s’intensifie avec des dispositifs spécifiques comme les ouvertures de tir à double ébrasement datées vers 1520 au château de Montcavrel et dans la tour P pentagonale du rempart de la Garenne à Montreuil. Ce profil de tour en éperon se voit aussi à Nampont-Saint-Martin (Somme) dans les deux tours d’entrée du château, toutes deux munies d’embrasures à la française comme l’est également la grosse tour circulaire du site. C’est à la fin du xve siècle ou dans la première moitié du siècle suivant que les tours de Nampont auraient été adaptées à l’artillerie pour renforcer les défenses de ce poste avancé, tout proche de la frontière entre Picardie et Ponthieu22. À ce titre, les châteaux de Nampont et de Montcavrel reflètent parfaitement le besoin, pour ces sites d’aspect très médiéval, de se doter au plus vite d’organes défensifs modernes pour répondre efficacement à d’éventuels assaillants.

32À Montreuil, le passage à l’artillerie est marqué au cours du xvie siècle par les bouches à feu à lucarne évasée donnant un rayon d’action plus large au canon. Plusieurs ouvertures font partie intégrante de la maçonnerie, et certaines, réutilisant des percements plus anciens comme les archères des tours de l’enceinte ouest de Philippe Auguste, montrent toujours cette relation indéfectible entre architecture médiévale et fortification nouvelle. Dans le rempart neuf édifié après 1537 et les bastions de la citadelle construite à partir de 1567, ces bouches à feu augmentent en taille pour le gros calibre. Dans le remaniement des fortifications par Antoine de Ville et Vauban au xviie siècle, des canonnières seront occultées, d’autres resteront fonctionnelles sans que la place forte de Montreuil n’ait eu besoin de se défendre à l’époque. Quant à Guînes, les documents iconographiques et les données de fouilles indiquent que l’ouvrage maçonné pentagonal couronné d’ouvertures ébrasées était encore opérationnel dans la seconde moitié du xvie siècle, ainsi qu’au xviie siècle.

33Les trois exemples décrits montrent que la nécessité de répondre aux attaques d’artillerie a porté sur des sites très différents, villes fortifiées comme châteaux, manoirs et maisons fortes d’Artois et du Boulonnais.

Bibliographie

Depauw, Dury, 1998 : DEPAUW (Cl.), DURY (Chr.), « L’artillerie de la ville de Tournai en 1521 », dans : Salamagne (A.), Le Jan (R.) [dir.], Le château médiéval et la guerre dans l’Europe du Nord-Ouest. Mutations et adaptations, Actes du colloque de Valenciennes (1er au 3 juin 1995), Revue du Nord, hors-série, 1998, p. 155-172.

Faucherre, 1989 : FAUCHERRE (N.), Places fortes, bastion du pouvoir, Édition Rempart, Paris, 1989.

Faucherre, 1993 : FAUCHERRE (N.), Montreuil, ville fortifiée, Association des conservateurs de musée du Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1993.

Godefroy-Ménilglaise, 1855 : GODEFROY-MÉNILGLAISE (D.-Ch.), Chronique de Guînes et d’Ardres, par Lambert, curé d’Ardre (918–1203), Jules Renouard et Cie, Paris, 1855.

Langeuin, 2002 : LANGEUIN (P.), « Les campagnes de construction du château d’Arques-la-Bataille (XIe-XVe siècles) », Bulletin Monumental, volume 160, n° 4, 2002, p. 345-378.

Lefranc, Perreau, 2005 : LEFRANC (G.), PERREAU (Fr.), Mottes castrales et sites fortifiés médiévaux du Pas-de-Calais, Mémoires de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, Tome 26, Arras, 2005 (notice sur la motte de Guînes, p. 157-159).

Locoge, Gohier, 1987 : LOCOGE (P.), GOHIER (J.-M.), Fichier-atlas des sites et espaces protégés de la région Nord/Pas-de-Calais, SC n° 3, DRAE, Lille, 1987 (fiche Guînes, p. 149-150).

Martens, 2011 : MARTENS (P.), « La puissance de l’artillerie de Charles Quint au milieu du XVIe siècle : le siège de Thérouanne en 1553 », dans : Prouteau (N.), Crouy-Chanel (E. de), Faucherre (N.) [dir.], Artillerie et Fortification 1200-1600, Archéologie et Culture, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 119-142.

Mesqui, 1993 : MESQUI (J.), Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, Volume 2 : La résidence et les éléments d’architecture, Grands manuels, Picard éditeur, Paris, 1993.

Quinchon-Adam, 2010 : QUINCHON-ADAM (L.), « Recherches sur les vues de villes du Pas-de-Calais gravées aux XVIe et XVIIe siècles », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 28 (2010), p. 27-53.

Routier, 1986 : ROUTIER (J.-Cl.), Le château de Montcavrel : étude historique, archéologique et monumentale, Mémoire de Maîtrise inédit, Université Charles de Gaulle – Lille III, Villeneuve d’Ascq, 1986.

Routier, 1991 : ROUTIER (J.-Cl.), Le château de Montcavrel. Étude historique, archéologique et monumentale, Comité d’Histoire du Haut-Pays, Études et documents, Tome 4, 1991.

Routier, 2016 : ROUTIER (J.-Cl.), Le donjon du château de Mont-Cavrel, Plaquette d’étude inédite, 2016.

Routier, Mangeon, 1999 : ROUTIER (J.-Cl.), MANGEON (G.), Motte de la Tour de l’Horloge, Rapport de diagnostic archéologique, AFAN Nord-Picardie, Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1999.

Routier, Segers, 1993 : ROUTIER (J.-Cl.), SEGERS (B.), La Motte de la Cuve à Guînes (Motte de la Tour de l’Horloge), Rapport de sondage, Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1993.

Seydoux, 1979 : SEYDOUX (Ph.), Forteresses médiévales du Nord de la France, Éditions de la Morande, Paris, 1979.

Shelby 1969 : SHELBY (L. R.), « Guines Castle and the Development of English Bastioned Fortifications », Château-Gaillard, 3 (1969), p. 199-147.

Tailliar, Courtois, 1856 : TAILLIAR (E.), COURTOIS (A.), Le livre des usaiges et anciennes coustumes de la conté de Guysnes, Société des Antiquaires de la Morinie, Saint-Omer, 1856.

Thiébaut, 1986 : THIÉBAUT (J.), Guide des châteaux de France. Pas-de-Calais (62), Hermé, Paris, 1986 (notice sur Guînes, p. 105-109).

Thobois, 1901 : THOBOIS (J., abbé), Le château et les seigneurs de Mont-Cavrel, Commission départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1901.

Ubregts, Doperé, 1998 : UBREGTS (W.), DOPERÉ (Fr.), « Adaptation d’un château médiéval aux armes à feu : le cas de Corroy-le-Château en 1477-1478 », dans : Salamagne (A.), Le Jan (R.) [dir.], Le château médiéval et la guerre dans l’Europe du Nord-Ouest. Mutations et adaptations, Actes du colloque de Valenciennes (1er au 3 juin 1995), Revue du Nord, hors-série, 1998, p. 143-154.

Notes

1 Dans la région, plusieurs châteaux sont transformés dont le château d’Olhain (Pas-de-Calais) qui est équipé d’organes d’artillerie (canonnières) dès la première moitié du xve siècle, avec un inventaire de pièces pour l’année 1445 (Seydoux, 1979 : p. 93-103). Pour le château de Saint-Pol (Pas-de-Calais), il est mentionné en 1470-1471 la présence de treize couleuvrines emmanchées sur des affûts de bois et deux grosses serpentines munies d’une hausse à manivelle (Seydoux, 1979 : p. 105).

2 Thobois, 1901.

3 C’est lui qui fit reconstruire l’église de Montcavrel, édifice réalisé à partir de 1464 dans le plus pur style gothique flamboyant.

4 Mesqui, 1993 : p. 309 et suiv.

5 Ubregts, Doperé, 1998 : p. 148, note 26.

6 Thobois 1901, p. 71.

7 Mesqui, 1993 : p. 317-318.

8 Il n’est question ici que de la tour P (voir plan dans Faucherre, 1993), mais d’autres ouvrages de cette enceinte basse ont dû comporter des ouvertures pour canonnières comme il est supposé pour la tour Marcadé (tour Q du plan général dans Faucherre, 1993 : indication p. 49).

9 Faucherre, 1993 : plan tour P, description p. 47-49.

10 Assemblages fréquents de grès et silex en damier ou en quinconce dans les soubassements de nombreuses églises locales et aussi dans les parties basses des tours, courtines et donjon du château de Montcavrel (Routier, 1991 : pl. XIV et Routier, 2016).

11 Faucherre, 1993 : notes 18 et 19, p. 14. Au château d’Arques-la-Bataille (Seine-Maritime), des travaux d’artillerie (exécutions de canonnières) sont attestés pour l’année 1522 (Langeuin, 2002 : p. 366).

12 Faucherre, 1989 : p. 14 et Mesqui, 1993 : p. 317.

13 Faucherre, 1993 : plan et coupe p. 61.

14 Puissance démontrée plus tard avec les sièges d’Hesdin et surtout de Thérouanne en 1553 (Martens, 2011 : p. 119-142).

15 Faucherre, 1993 : p. 66.

16 Godefroy-Ménilglaise, 1855, Locoge, Gohier 1987 : p. 149-150 et Lefranc, Perreau, 2005 : p. 157-159.

17 Routier, Segers, 1993 et Routier, Mangeon, 1999.

18 Quinchon-Adam, 2010 : p. 31, fig. 2 et note 23.

19 Une vue cavalière de la ville et de la forteresse de Guînes peut illustrer cette reconquête : il s’agit d’une gravure d’après un dessin de Nicolas de Nicolay, datée de la deuxième moitié du xvie siècle (Thiébaut, 1986 : p. 107).

20 Tailliar, Courtois, 1856 : plan situé à la fin de l’ouvrage.

21 Shelby, 1969 : plates XV, XVI et XVII.

22 Seydoux, 1979 : p. 249-251.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des sites mentionnés dans le texte
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 2. Montcavrel. Plan général du château (2000e)
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3. Montcavrel. Plan de la haute cour du château (1000e)
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 6. Montcavrel. Plan de la courtine et de la tour nord
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 7. Montcavrel. Photographie de la meurtrière externe de la tour nord
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 8. Montcavrel. Photographie de la meurtrière interne de la tour nord
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 9. Montcavrel. Photographie de la meurtrière externe de la courtine
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 10. Montcavrel. Photographie de la meurtrière interne de la courtine
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 11. Montcavrel. Plan de la tour sud et de ses « embrasures à la française »
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 12. Montcavrel. Photographie de l’intérieur de la tour sud
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 13. Montcavrel. Restitution en élévation du poste de tir en tour sud
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 14. Montcavrel. Photographie intérieure de la meurtrière est de la tour sud
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 15. Montcavrel. Photographie extérieure de la meurtrière sud de la tour sud
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 16. Plan de Montreuil en 1640 avec emplacement des embrasures
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 17. Montreuil. Plan de la tour pentagonale P
Crédits d’après Faucherre, 1993
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 18. Montreuil. Photographie intérieure des embrasures dans la tour pentagonale P
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 19. Montreuil. Photographie extérieure des lucarnes de la tour pentagonale P
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 20. Montreuil. Photographie du rempart sud dit de Saint-Justin
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 21. Montreuil. Plan et coupe du rempart de Saint-Justin
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 22. Montreuil. Photographie externe de l’embrasure du rempart sud
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 23. Montreuil. Photographie intérieure de l’embrasure du rempart sud
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 24. Montreuil. Vue générale de la tour Saint-Justin
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 25a. Montreuil. Photographie de la lucarne (canonnière) est de la tour Saint-Justin
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 25b. Montreuil. Photographie de la lucarne (canonnière) ouest de la tour Saint-Justin
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 26. Montreuil. Photographie de la canonnière murée du front est
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 27. Montreuil. Photographie d’une ancienne ouverture murée au pied du cavalier d’Attin
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 28. Montreuil. Photographie d’une ancienne ouverture murée dans l’emprise de la citadelle
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 29a. Montreuil. Canonnière pratiquée dans une archère médiévale de la tour E du front ouest
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 29b. Montreuil. Canonnières dans le flanc ouest du bastion 4 de la Citadelle
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 30a. Montreuil. Vue ancienne de la tour dite des Potiers
Crédits Document anonyme
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 30b. Montreuil. Vue de la tour des Potiers restaurée en 2006
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 31. Montreuil. Localisation de la tour des Potiers dans le bastion de Bouillon
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 32. Montreuil. Plan des deux niveaux dans la tour des Potiers
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 33. Montreuil. Photographie intérieure du rez-de-chaussée de la tour des Potiers
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 34a. Cliché aérien de la motte de Guînes
Crédits Collection Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 34b. Guînes. Plan topographique de la motte
Crédits Collection Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 34c. Plan de Guînes en 1772
Crédits Collection Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 35. Guînes. Plan des vestiges du sondage de 1993
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 36. Guînes. Détail du plan des maçonneries avec localisation des coupes
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 37. Guînes. Photographie générale du sondage profond avec l’ouverture à ébrasements
Crédits Cliché : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 38. Guînes. Coupe nord-sud du sondage profond sur la motte
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 39. Guînes. Planche céramique du xvie siècle
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 40. Guînes. Planche céramique du xviie siècle
Crédits DAO : Jean-Claude Routier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 41. Vue de Guînes en 1611 par Joachim Duviert
Crédits Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes, VA-62 (2)-FOL, extrait de Quinchon-Adam, 2010
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 42. Plan des fortifications de Guînes à la fin du xve siècle
Crédits Extrait de Tailliar, Courtois, 1856
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 43. Plan anglais des fortifications de Guînes en 1538
Crédits Extrait de Shelby, 1969
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 44. Plan du donjon anglais de Hurst Castle en 1544
Crédits Extrait de Shelby, 1969
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1344/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search