Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Synthèse des débats

Texte intégral

Droit des gens, droit des peuples, Robespierre et les principes

1Le problème des origines de la pensée politique de Robespierre semble assez délicat et impossible à définir par une simple référence à la philosophie des Lumières et au droit des gens. La philosophie des Lumières n'est pas une, mais diverse (R. Grevet). Tous les philosophes du XVIIIe siècle ne se sont pas intéressés au droit des gens et il est évident aussi que Robespierre s'inspire davantage de Mably que de Voltaire (M. Belissa).

2La notion de droit des gens telle qu'elle est présentée dans certaines communications pose également quelques problèmes. Ainsi, faire du droit des gens un véritable droit des nations peut sembler ambigu, notamment dans les pays d'État où le mot "nation" a encore une acception particulière au XVIIIe siècle (R. Grevet). En ce sens, la notion de droit des États serait plus adaptée aux pratiques du XVIIIe siècle.

3Selon M. Belissa, Robespierre s'inspire essentiellement du droit des gens de Mably qui est profondément différent du premier jusnaturalisme moderne et notamment de celui de Grotius et de Pufendorf. Le droit des gens n'est pas seulement le droit entre les États mais aussi le droit entre les hommes, indépendamment de la société civile à laquelle ils appartiennent. Selon Fl. Gauthier, c'est ce droit des gens qui a permis de concevoir une citoyenneté universelle dès avant l'époque révolutionnaire.

4Au printemps 1789, Robespierre ne défend pas encore le droit des gens de Mably. C'est au cours de l'année 1790, à l'occasion de l'accueil de Paoli au club des Jacobins de Paris et de l'affaire de la baie de Nootka, qu'il s'en montre l'un des adeptes; c'est également à cette époque que l'Assemblée constituante définit son droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Constamment opposé à la guerre de conquête, Robespierre est resté jusqu'au bout fidèle à cette notion.

Robespierre, les colonies et l'esclavage

5La question des idées de Robespierre sur l'esclavage est encore discutée. Le député s'est en effet peu exprimé sur le sujet et les historiens ont plus souvent étudié ses silences que ses prises de position. Selon J.-C. Halpern, à l'époque de l'Assemblée constituante, Robespierre est réticent à une libération immédiate des esclaves car ceux-ci apparaissent comme "avilis" par l'esclavage; en 1792, la guerre de même que l'alliance entre Toussaint Louverture et les Espagnols le renforcent dans ses positions. Fl. Gauthier en revanche insiste sur l'idée que le conventionnel prit à deux reprises position contre l'esclavage: le 24 avril 1793, son projet de déclaration des droits de l'homme en contient une dénonciation; Robespierre est également présent à la Société des Amis de la Liberté et de l'Egalité, le 3 juin 1793, lorsqu'à la demande de la Société des Gens de couleur de Paris, les membres présents prêtent serment de rendre libres les esclaves des colonies.

Robespierre et l'étranger

6De semblables doutes subsistent sur la question des rapports de Robespierre avec l'étranger. Les Autrichiens, les Prussiens, les Anglais, représentent un seul et même ennemi; la définition de celui-ci renvoie à l'opposition révolutionnaire-contre-révolutionnaire que l'on n'applique pas seulement à l'intérieur d'un même pays mais aussi entre nations (S. Wahnich).

7Dans cette lutte contre l'étranger, l'Angleterre occupe une place à part d'autant plus que, économiquement et culturellement, elle jouait un rôle important. Pour Robespierre, le but est de supprimer toute référence à l'Angleterre et d'en faire un contre-modèle. Cette anglophobie n'est pas étrangère à son origine provinciale; en Flandre et en Artois, le traité de commerce de 1786 a marqué les esprits pour plus d'un siècle et a renforcé une anglophobie déjà présente avant cette date (B. Ménager). L. Petit précise du reste que sur les côtes du Pas-de-Calais, l'attitude des populations est plutôt anglophile, ce qui explique l'hostilité de Robespierre à ces régions.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter