Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre et le fait colonial dans l’historiographie

Francis Arzalier

Texte intégral

1L'historiographie a généralement occulté l'importance des questions coloniales dans le processus révolutionnaire, dans la pensée et la pratique des dirigeants de la Révolution, y compris de Robespierre.

2Cette contribution ne prétend pas évaluer la place des colonies dans ses convictions et ses actes, mais se propose plus modestement de mesurer le silence à ce sujet. Elle se propose aussi de tenter quelques explications.

3Robespierre a été un opposant à la colonisation esclavagiste parmi d'autres révolutionnaires, dont certains furent ses ennemis politiques, Girondins par exemple, et d'autres ses partisans. Son attitude en la matière n'a certes pas été exempte d'erreurs d'analyse, de contradictions liées à un souci de réalisme politique : mais faut-il rappeler que pratiquement tous les antiesclavagistes prévoyaient de longues étapes plutôt qu'une abolition hâtive pour ne pas ruiner l'économie française ? Ce n'est pas Robespierre, mais Boissy d'Anglas qui, en 1795, théorise le rétablissement de l'ordre français aux colonies, et Napoléon Bonaparte qui rétablit l'esclavage en 1801 [Cf. Bibliographie no 1].

4L'image de l'incorruptible et de ses dimensions coloniales est très différente de cette réalité dès l'historiographie du XIXe siècle.

L'historiographie savante ou vulgarisatrice du XIXe siècle

5Dès les lendemains de la Révolution, certains survivants s'entendent pour organiser le silence sur les conceptions de Robespierre vis à vis des colonies : L'Incorruptible se réduit aux dimensions de la Terreur gouvernementale et bureaucratique, à une pratique du pouvoir ; Tout ce qui relevait chez lui de l'idéologie altruiste est gommé [Cf. Bibliographie no 2, 3, 4]. Tout au long du XIXe siècle, l'historiographie contre-révolutionnaire, abondante et diverse, s'entend pour faire de Robespierre une sorte de visage glacé du mal révolutionnaire, générant le désordre et le massacre au nom de rêves pernicieux d'égalité sociale et politique.

6Dans cette image noire, les aspects coloniaux sont fort peu évoqués, sauf à l'état de désastre économique et politique, jamais au travers de l'esclavage et des exactions qu'il entraînait.

7En 1837, Thomas Carlyle publie la première histoire de la Révolution française de cette lignée [Cf. Bibliographie no6]. Il y évoque les désastres de la France, livrée aux factions, aux suspicions, aux persécutions, à la pénurie de pain et de sucre. L'incendie se répand aussi aux Antilles, "la plaine de Cap Français est en feu"… Robespierre est l'un des responsables de cette apocalypse, avec bien d'autres sectaires de l'égalitarisme, mais la spécificité coloniale du drame est ignorée.

8A partir de 1878, Hyppolite Taine renouvelle l'historiographie contrerévolutionnaire et lui donne un argumentaire très détaillé dans Les origines de la France contemporaine [Cf. Bibliographie no7].

9En quelques milliers de pages, on ne trouve pratiquement rien sur les questions coloniales. Robespierre est cité comme "le champion intransigeant des hommes de couleur" en 1791, mais il est surtout éreinté en de multiples occasions comme idéologue sectaire, terroriste étatique et fanatique.

10A l'occasion du centenaire de 1889, la tradition contre-révolutionnaire en historiographie est illustrée par un ouvrage de Mgr Freppel sur la Révolution [Cf. Bibliographie no8]. Il en fait "un des événements les plus funestes qui aient marqué dans l'histoire du genre humain". Mais rien dans cet événement n'a le moindre rapport avec les questions coloniales, ignorées, et Robespierre n'est que la concrétisation du pouvoir révolutionnaire dans ce qu'il a de plus néfaste.

11A la veille de la Première Guerre mondiale, l'Europe et la Révolution française s'insère dans ce courant historiographie contre-révolutionnaire [Cf. Bibliographie no 9].

12Robespierre devient un despote à courtes vues, terroriste, sectaire, délateur, qui ne règne que par la guillotine. Sorel ne lui reconnaît aucune capacité en politique extérieure et accomplit le tour de force de décrire le conflit franco-anglais en oubliant totalement sa dimension coloniale. A fortiori ignore-t-il tout rapport entre Robespierre et les colonies.

13Les historiens du XIXe siècle résolument favorables à la Révolution devraient a priori dessiner une autre image des rapports entre l'incorruptible et les Antilles : le parcours de leurs œuvres montre, dans une grande diversité, que la réponse est plus complexe.

14Dès 1824, Mignet s'inscrit dans ce courant "libéral" qui veut récupérer à l'encontre des ultras l'héritage de 1789 en répudiant ses excès [Cf. Bibliographie no 10]. Il conclut l'ouvrage en condamnant à la fois Napoléon, génie qui aimait trop la guerre, la Sainte Alliance, rétrograde, et Robespierre, réformateur exagéré "porteur" de qualités pour la tyrannie, "exploitant" "l'appui d'une secte immense et fanatique", et "le fanatisme de certaines théories sociales". Mais, selon Mignet, "on ne peut régir la France d'une manière durable qu'en satisfaisant le double besoin qui lui a fait entreprendre la Révolution : liberté politique réelle, bien-être matériel que produit le développement de la civilisation". Or dans ces centaines de pages sur la décennie révolutionnaire, l'auteur ignore totalement les questions coloniales ; le débat de 1791, l'abolition n'apparaissent même pas.

15Villaumé, en 1832, raconte avec enthousiasme "l'immortelle et bienfaisante révolution" [Cf. Bibliographie no 11]. Dans cette optique, il souligne la grandeur de ses idéaux, l'altruisme émancipateur des révolutionnaires à l'opposé des injustices de l'Ancien Régime : les questions coloniales servent, succinctement, d'illustration, par le biais du débat de 1791, même si les soulèvements, l'abolition sont ignorés :

16"Parmi les iniquités qui déshonoraient le régime monarchique et aristocratique… au premier rang l'esclavage des nègres dans les colonies… la philosophie du XVIIIe siècle avait montré toute l'atrocité de l'esclavage aux Antilles… Avant 89, il s'était déjà formé à Paris des sociétés d'Amis des Noirs… Les nègres trouvèrent dans l'Assemblée des défenseurs à la tête desquels étaient Grégoire, Rewbell, Robespierre et Dupont de Nemours".

17L'Incorruptible est donc cité, parmi d'autres, comme anti esclavagiste, et son rôle minoré à ce sujet. C'est Dupont de Nemours qui se voit attribuer la paternité de l'affirmation : "S'il fallait sacrifier l'intérêt ou la justice, il vaudrait mieux sacrifier les colonies qu'un principe". La raison en est simple : si Villaumé est partisan convaincu de la Révolution, il inaugure la longue lignée de ceux qui répugnent à approuver Robespierre et ses excès. Il parle à son sujet "d'honnêteté", de "fanatisme", "d'ambition vaniteuse", pense que "Robespierre méritait la mort pour avoir sacrifié les patriotes les plus énergiques… même si son supplice fut funeste à la République".

18L'orléaniste Thiers [Cf Bibliographie no 12] développe une vision plus "modérée" encore de la période révolutionnaire : les aspects coloniaux sont presque absents. En préface aux Mémoires de Grégoire [Cf. Bibliographie no 3] qu'il public en 1840, Hyppolite Carnot, fils et héritier politique du conventionnel, reprend les mêmes visions : un Grégoire humaniste menant le combat dès avant 1789 contre l'oppression aux colonies, avec l'appui des "Amis des Noirs", parmi lesquels il range Robespierre, en second rôle épisodique.

19La grande œuvre de Michelet, hormis ses qualités littéraires, réutilise l'image positive d'une période de formidables progrès de l'homme et de la société malgré des excès condamnables [Cf. Bibliographie no13]. Cela se traduit en critiques acerbes de Robespierre, figure épique des errements de la Révolution. Mais au 9 thermidor, la Révolution meurt avec lui. Des milliers de pages portent sur Robespierre et les débats politiques, mais à peu près aucune sur les questions coloniales, et seuls deux paragraphes s'arrêtent sur le débat de 1791 : Lameth et Barnave sont cités pas Robespierre… Le mutisme est identique dans l'œuvre essentielle de Tocqueville [Cf. Bibliographie no14].

20En fait, les aspects coloniaux de la période révolutionnaire sont ignorés ou minorés dans la quasi-totalité de l'historiographie "républicaine", y compris dans celle influencée par le radicalisme, courant dominant du républicanisme fin de siècle.

21Le grand Album du Centenaire de la Révolution est édité par la municipalité radicale de Paris en 1889 [Cf. Bibliographie no 15]. Dans ce catalogue des grands hommes et des grands événements de la Révolution, le débat colonial de 1791 a droit à une allusion d'une ligne, rappelant la phrase de Robespierre à Barnave : "Périssent les colonies, si elles doivent nous coûter notre gloire, notre bonheur, notre liberté". La révolte des noirs à Saint-Domingue est une "longue série d'horreurs, de massacres successifs". Parmi les personnages dont la biographie est résumée, Leclerc et Toussaint, qui "voulut jouer au dictateur … ses partisans se détachèrent de lui…". Parmi les cent trente grands événements analysés, ni l'indépendance d'Haïti, ni l'abolition de ventôse n'ont place.

22La notice biographique de Maximilien cite "un discours sur l'abolition de la peine de mort assez remarqué à la Constituante", en 1793, l'invention de la fête de l'Être suprême, le 9 thermidor, et rien d'autre.

23Charles Seignobos fut l'un des fleurons de cette école érudite qui sut mettre au point le respect scientifique des sources : son Histoire de la civilisation contemporaine parue en 1905 [Cf Bibliographie no 16] est cependant révélatrice. Il y brosse un portrait convaincant du progrès des sociétés du XVIIIe siècle à l'aube du XXe, illustre par le déroulement de l'histoire le credo scientiste de la IIIe République. Dans ce descriptif de plus de 400 pages, dont 53 sur la Révolution française," "qui a introduit en Europe le régime démocratique", il est frappant de constater la faiblesse des passages consacrés aux questions coloniales durant la Révolution et l'Empire :

24"La Constituante avait déclaré libres tous les nègres des colonies françaises, sans même vouloir accorder d'indemnités aux propriétaires. Les nègres se soulevèrent et ceux d'Haïti massacrèrent les planteurs blancs"… (p. 319). "Napoléon voulait refaire à la France un empire colonial ; il avait reconquis sur les nègres révoltés depuis 1793 la grande île d'Haïti" (p. 156). Seignobos est pour le moins mieux informé quand il décrit et valorise les conquêtes africaines de la IIIe République, ou dénonce les socialismes en expansion. Dans cette sous-estimation évidente de la première colonisation et la première décolonisation française, il devient inutile d'espérer lire une image, même déformée, des rapports entre Robespierre et les colonies.

25Il est vrai qu'alors se répand massivement l'idéologie coloniale, apte à justifier la conquête en cours du deuxième grand empire français. Parmi bien d'autres, un ouvrage des plus sérieux sur L'Afrique Noire, son histoire, sa géographie, ses peuples [Cf. Bibliographie no 17], publié en 1911 par le capitaine Meynier, nous livre un élément d'explication en quelques phrases : "La Révolution française, faite au nom de principes parmi lesquels la liberté de la personne humaine et la solidarité figuraient au premier rang, s'éleva dès le premier jour contre l'esclavage - l'émancipation des esclaves suivit de près la déclaration des Droits de l'homme… les chefs de la Révolution proclamèrent tous les hommes égaux et citoyens les captifs de la veille… l'illusion était généreuse - elle ne fut pas moins néfaste…"

26L'héritage républicain, est, certes, revendiqué, mais certains des messages émancipateurs de la Révolution sont-ils sans danger en ces temps de conquête exotique ?

27Il existe cependant au XIXe siècle une historiographie "républicaine" plus attentive au débat colonial du XVIIIe siècle mais très minoritaire. Elle se limite pour l'essentiel aux auteurs d'inspiration socialiste, qui refusent à la fois le conservatisme social et l'expansionnisme de certains héritiers de 1789, orléanistes, bonapartistes ou radicaux fin de siècle.

28Dès 1851, Esquiros dans son Histoire des Montagnards [Cf. Bibliographie no 18] valorise les idéaux démocratiques de l'an II et pronostique pour l'avenir que "la démocratie renaîtra tôt ou tard de leurs cendres". Dans cette lecture "jacobine" de la Révolution, Robespierre combattant de la démocratie, est à l'avant-garde de la lutte pour l'émancipation aux colonies, dès le débat de 1791 : "Jamais il ne se montra plus dépouillé de l'égoïsme des intérêts", dit Esquiros, qui lui fait dire : "Il vaudrait mieux sacrifier les colonies qu'un principe, dès le moment où vous avez prononcé le mot esclave, vous avez prononcé votre déshonneur".

29Cette même exigence morale amène la Montagne et Robespierre à proclamer l'abolition de 1794.

30Dans ce domaine aussi, l'Histoire socialiste… de Jaurès [Cf. Bibliographie no19] est pionnière. Dès le premier volume, des dizaines de pages analysent avec soin la richesse des ports coloniaux, le trafic triangulaire et son influence aux Antilles et dans la société française. Les responsabilités des colons, le rôle à l'Assemblée de leurs partisans lors des débats, sont présentés avec beaucoup de pertinence. Pour Jaurès, dès la Constituante, ils peuvent faire de Saint-Domingue une "Vendée bourgeoise, capitaliste et esclavagiste". Jaurès est précurseur en ce sens qu'il donne toute sa place au débat de 1791, mais analyse aussi les réticences des révolutionnaires à étendre les droits de l'homme proclamés aux Noirs des Antilles. Parmi les protagonistes cités, Condorcet, Brissot, Mirabeau ("Amis des Noirs"), Barnave, Lameth (pour les colons) et Robespierre, actif défenseur des Noirs : mais il "faiblissait lui-même devant le problème de l'esclavage", regrette Jaurès.

L'historiographie du XXe siècle

31L'historiographie du XXe siècle, après la Première Guerre mondiale, révèle à peu près les mêmes contradictions, les mêmes silences : la société française, certes, a changé, mais le poids des réalités coloniales est tout aussi prégnant qu'avant 1914 : l'empire français est le second du monde jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, l'idéologie coloniale est largement majoritaire, l'ébranlement des sujétions coloniales et des mentalités ne vient qu'après 1950. Durant la IIIe République et son héritière la IVe, après la césure vichyste, l'historiographie se diversifie en courants multiples, perméables et mouvants, et toute typologie est sujette à caution. Il faut cependant tenter, par une approche différenciée, de faire ressortir les similitudes et les différences quant aux questions coloniales et à leur rapport avec Robespierre. L'historiographie certainement la plus abondante, en dehors de tout jugement de valeur, relève du républicanisme modéré d'inspiration radicale.

32Née à l'Université, avec Aulard, elle parvient au public sous la forme vulgarisée d'ouvrages historiques destinés à un lectorat cultivé, essentiellement bourgeois, ou mieux encore, par le biais de manuels d'histoire à l'usage des pratiquants de l'école obligatoire ou du lycée. Du premier groupe, relève une Histoire de la civilisation contemporaine de 1789 à 1912 de A. Rambaud, en 1926 [Cf Bibliographie no 20]. La seule aventure coloniale évoquée, en sept pages, est celle du deuxième empire français, à partir de la IIIe République ; aucune allusion aux colonies du XVIIIe siècle ne vient troubler le récit d'une révolution lisse, gommée de ses aspérités et de ses contradictions. Dans le corpus étudié de NEUF manuels scolaires d'histoire de 1905 à 1929, en usage de l'école élémentaire au lycée, on peut relever plusieurs constantes : la période révolutionnaire est largement étudiée, et son bilan global présenté comme positif ; ses "abus" sont stigmatisés et Robespierre qui les incarne est le plus souvent très sévèrement jugé : "froid, ambitieux" [Cf. Bibliographie no 22] ; "eût le tort de pousser trop souvent aux mesures de terreur" [Cf Bibliographie no 23] ; "soigné, hypocrite et ambitieux" [Cf. Bibliographie no 28] ; le plus féroce à son égard se réfère à Aulard : pour Malet il est "orgueilleux, inquisiteur du Moyen Age, haineux, avec quelque chose du félin dans ce masque à la mâchoire carrée, aux lèvres serrées" [Cf. Bibliographie no 24], "orgueilleux et fanatique" [Cf. Bibliographie no 25].

33Tous ces ouvrages, républicains au sens officiel du terme, pratiquent une commune ignorance des rapports entre la Révolution et les questions coloniales : aucun d'entre eux ne signale ni le débat de 1791 ni l'abolition, pas plus que le soulèvement des esclaves en plusieurs centaines de pages sur la Révolution.

34Un manuel scolaire de 1936 nous introduit au courant historiographique contre-révolutionnaire [Cf. Bibliographie no 30]. Rédigé pour des lycéens par des auteurs qui se réfèrent à Sorel et Lenôtre contre Mathiez, ils pourfendent Robespierre, "dictateur, niveleur, haineux, sectaire" et le bilan des Conventionnels : l'abolition de l'esclavage est ignorée, autant que dans les précédents.

35Ce mutisme est d'ailleurs constant dans cette historiographie de l'entre deux guerres, inspirée de Maurras et de l'Action française. Ainsi le pamphlet de Léon Daudet rédigé à l'occasion du cent cinquantenaire de la Révolution [Cf. Bibliographie no 31], consacre des dizaines de pages à Robespierre, coupable de rêveries égalitaires et de crimes de sang, mais ignore absolument le problème colonial de la fin du XVIIIe siècle.

36L'origine de cette réticence du côté républicain comme du côté monarchiste tient à la commune acception de l'idéologie colonialiste. L'illustration nous en est donnée par les travaux de Georges Hardy, le premier à avoir traité des conceptions coloniales de Robespierre en 1920 [Cf. Bibliographie no 32]. Selon lui Maximilien, opposant de principe à l'esclavage et à la traite, mais réticent à l'abolition de pluviôse, initiative de Danton, jugée par lui prématurée, aurait avant tout cherché à conserver à la France ses colonies menacées. Cette thèse, née dès 1920, est développée, amplifiée par Hardy, vingt-trois ans plus tard, dans son Histoire de la Colonisation française [Cf. Bibliographie no 33]. Selon Hardy, le discours de Robespierre, lors du débat de 1791, démontre que son "périssent les colonies" a été déformé, qu'il était en fait anti-esclavagiste, mais pas du tout anticolonialiste : "Il serait légitime de sacrifier les colonies si elles devaient servir uniquement à la satisfaction de quelques bas intérêts, si l'on devait renoncer à voir en elles un instrument d'expansion nationale et de progrès humain … la politique coloniale de Robespierre n'a rien à voir avec cette interprétation de mauvaise foi". Toujours selon Hardy, Robespierre, à la Convention, résiste aux projets de Brissot, trop simplistes à son avis et dangereux pour l'ordre public. Il reste un partisan convaincu de l'amélioration du sort des Noirs et d'une suppression graduelle de l'esclavage, mais il devine qu'une abolition radicale mettra les colonies à feu et à sang. On lit, par exemple, dans ses notes contre les Dantonistes, des reproches à Danton et Delacroix d'avoir voulu céder les colonies françaises aux Américains. C'est Danton, avec Delacroix et Levasseur qui ont fait décréter l'abolition. Ce vote, acquis par surprise, provoquera de graves troubles aux colonies.

37Les ouvrages de Hardy sont intéressants à deux titres : d'abord parce qu'ils ont jusqu'à aujourd'hui servi de référence sur la question, même si leur utilisation des sources est discutable. Enfin, parce qu'ils montrent sans fard les présupposés idéologiques de l'analyse de Hardy. Tenant de l'idéologie coloniale, celui-ci, au prix d'un retournement sémantique étonnant, approuve Robespierre, parce qu'il aurait été colonialiste ! On comprend mieux dès lors le silence maussade sur le sujet des auteurs précédemment cités. Malgré leurs profondes divergences idéologiques et politiques, tous ont en commun un respect de l'ordre social et de l'ordre colonial qui les amène à rejeter certains des messages subversifs de la Révolution et de Robespierre en particulier. L'approche historiographique de l'incorruptible n'est pas neutre : même quand elle se veut scientifique elle ne peut se départir d'une forte charge idéologique. Il en est de même des problèmes coloniaux dans un pays qui fut plusieurs siècles durant, l'une des grandes puissances impériales planétaires.

38La prégnance de l'idéologie coloniale est si forte en France avant 1939 que même les auteurs républicains qui se réfèrent au marxisme abordent les sujets coloniaux avec une grande prudence, même quand leurs convictions politiques les poussent à se proclamer robespierristes. Albert Mathiez, en quatre volumes sur la Révolution [Cf Bibliographie no 34] ne fait pas allusion au débat colonial de 1791, sauf pour dire que Lameth reprochait à Brissot "d'avoir provoqué par ses campagnes anti-esclavagistes la révolte des îles et le pillage des plantations".

39Robespierre, personnage central du récit de la Révolution, n'est jamais cité comme orateur sur les colonies et l'abolition est passée sous silence. Georges Lefebvre lui-même, en 1930 [Cf. Bibliographie no 35], consacre quelques pages aux colonies de 1789 et à l'ébranlement des empires coloniaux durant la Révolution, mais si soixante-huit pages parlent de Robespierre dans l'ouvrage, aucune ne touche son action vis à vis des questions coloniales ni en 1791, ni en 1794.

40La fin de la Deuxième Guerre mondiale bouleverse le monde et la France, mais aussi les mentalités et l'idéologie, et par contrecoup, l'historiographie. Le marxisme influence peu ou prou une part importante des chercheurs universitaires, les déchirements de la décolonisation accentuent les clivages et les courants anticolonialistes deviennent beaucoup plus influents.

41C'est très logiquement, Aimé Césaire, un intellectuel anticolonialiste militant, qui en 1961, montre pour la première fois à quel point l'historiographie de la Révolution a occulté la question coloniale. Se penchant sur "le cas Robespierre", Césaire décrit le combat de l'incorruptible en 1791, et émet à propos de ses silences de 1794 une série d'hypothèses fort pertinentes [Cf. Bibliographie no 32].

42Même incomplète, la réflexion de Césaire était fort nécessaire, si l'on en croit la lecture des ouvrages les plus divers des décennies 50 à 80. La persistance du silence sur les questions coloniales dans l'ensemble de l'historiographie d'inspiration conservatrice et par là-même anti-robespierriste ne peut nous étonner.

43F. Furet et D. Richet dans leur lecture "révisionniste" de 1965 [Cf. Bibliographie no 37], signalent à peine l'abolition de 1794, consacrent quelques lignes au débat de 1791, et font à cette occasion de Robespierre un antiraciste partisan du maintien de l'esclavage : "Robespierre se contenta de demander que le mot esclave ne soit pas prononcé, ce qui revenait à maintenir l'institution", et "dans une intervention lucide, prouva que le racisme à l'égard des mulâtres aurait pour effet de les jeter dans les bras des esclaves". [Cf. Bibliographie no 37]. Dans l'historiographie "libérale" des années 80, dont Florin Aftalion (L'économie de la Révolution française) est le porte-drapeau [Cf. Bibliographie no 38], Robespierre, corsetant l'économie comme il tyrannise la société, devient la figure emblématique du totalitarisme en 1794. Pas un mot sur les colonies…

44Dans la même optique "libérale", J. Solé en 1988 [Cf. Bibliographie no 39] pourfend la "paranoïa terroriste" de Robespierre. Dans l'index détaillé ne figurent ni "esclavage", ni "colonies", mais "commerce maritime", en fait colonial, caractérisé par sa prospérité cassée par le soulèvement des esclaves en 1791, "formidable insurrection qui aboutit, douze ans plus tard, à la création de la République d'Haïti". Rien sur l'abolition de pluviôse : la Révolution n'a eu aucun effet libératoire…

45La plupart des histoires de la colonisation ne sont pas en reste pour gommer l'aspect subversif des faits et gestes coloniaux de la Révolution dans une période marquée par les traumatismes de la décolonisation. En 1970, A. Teulières, dans un ouvrage sur L'Outre-mer français [Cf. Bibliographie no 40], consacre plus de vingt pages à l'histoire de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, cite Toussaint et Sonthonax comme responsables de l'émancipation, Napoléon comme père de l'expédition ratée de reconquête, mais ignore totalement le débat de 1791, le décret de la Convention et a fortiori, le rôle de Robespierre.

46Les représentations ne sont guère différentes dans cette historiographie née à l'Université, destinée aux étudiants et au grand public, qui se veut neutre, et cherche à se démarquer de choix idéologiques trop évidents. Les Histoires de France éditées de 1984 à 1987 par Goubert, Tulard, Carpentier-Lebrun ignorent les questions coloniales, les débats de 1791 et de 1794, et le rôle de Robespierre à ce sujet [Cf. Bibliographie no 41, 42 et 43]. Seul Tulard signale l'abolition de 1794, et Goubert se contente d'une allusion au fait que "l'Angleterre guigne les riches Antilles" [Cf. Bibliographie no 41]. Dans le Dictionnaire de la Révolution de 1987 [Cf. Bibliographie no 38], Tulard consacre une page en tout, aux colonies, cite comme protagonistes du débat de 1791, Barnave, Brissot, Vergniaud, Guadet, pas Robespierre…

47Le constat est identique au travers de l'analyse de trente-cinq manuels scolaires d'histoire, de 1948 à 1987, dont dix pour classes de lycée, seize pour classes de collèges et neuf d'écoles élémentaires. Le nombre de pages consacrées à la Révolution est très divers, mais même quand elles forment une masse importante, le silence à propos des questions coloniales durant cette période est étourdissant : vingt-deux, soit près des deux tiers, ignorent totalement le problème ; peu y font allusion en une ou quelques lignes, pour signaler le débat de 1791 (4 sur 35), l'abolition de 1794 (9 sur 35), et trois seulement le soulèvement des esclaves, Toussaint ou l'Indépendance d'Haïti. Un seul [Cf. Bibliographie no 54] fait un lien entre Robespierre et ces problèmes par une phrase : "L'esclavage est maintenu aux colonies malgré les protestations de Mirabeau, Robespierre et l'abbé Grégoire". Un autre [Cf. Bibliographie no 55] va jusqu'à un bilan succinct et approximatif de sept lignes dont l'incorruptible est absent, parle de "transformation incomplète, dans les mondes lointains où la Révolution a tardé à abolir l'esclavage, par le décret du 4 février 1794 qui n'a d'ailleurs pas été appliqué. Mais c'est un grand espoir qui naît, et on voit apparaître à Saint-Domingue, sous la direction du Noir Toussaint Louverture, un état indigène indépendant".

48L'historiographie clairement Robespierriste, parce que porteuse d'idéologies progressistes ou anticolonialistes, devrait a priori, réserver un traitement contraire à la relation entre révolution et colonies : la réalité n'est pas si évidente. Certes, l'incorruptible est valorisé et ses prises de position en matière d'esclavage et de colonies sont citées comme exemple des dimensions morales et altruistes du personnage. Mais c'est en quelques lignes tout au plus, sans recherches particulières sur la question, avec parfois même des erreurs, avec en tout cas une évidente sous-estimation des problèmes coloniaux dans la France de 1789 à 1799. Dans le corpus retenu de quatorze ouvrages [Cf. Bibliographie no 80 à 93], savants ou vulgarisateurs, biographies de Robespierre ou études sur la Révolution, huit parlent du débat de 1791, dix de l'abolition de 1794 ; six indiquent le rôle de Robespierre dans les débats coloniaux et trois vont même jusqu'à lui attribuer la paternité de l'abolition de pluviôse an II. Mais les passages ayant trait aux colonies se limitent pour onze d'entre eux à quelques lignes. L'ouvrage de Gaston Bonheur, véritable anthologie des "mythes républicains" de 1789-94 ne dit rien sur ces questions en plus de quatre cents pages, et cite Schoelcher comme "seul héros de l'abolition de l'esclavage" [Cf Bibliographie no 85]. R. Dubois, dans sa Révolution racontée aux enfants [Cf. Bibliographie no 92] aborde le sujet avec une méconnaissance révélatrice : après trois pages enthousiastes sur Robespierre qui "prend à chaque occasion position contre l'esclavage ou l'inégalité raciale et sociale", on ne trouve rien d'autre dans tout l'ouvrage sur les questions coloniales, ni le débat de 1791, ni l'abolition de 1794.

49Seule la Révolution, images et récit de Michel Vovelle en 1986 [Cf Bibliographie no 91] consacre un chapitre entier très étoffé à "la France d'au-delà des mers et le problème colonial" et explique l'action de Maximilien pour l'abolition.

50Il reste que de 1945 à 1989, même l'historiographie "robespierriste" sous-estime ou néglige les dimensions coloniales de la Révolution. On les verra enfin réapparaître à leur juste place à partir du bicentenaire grâce aux travaux de chercheurs comme Dorigny, Bénot, Halphern, Gainot, Gauthier, dans des ouvrages parus ou à paraître [Cf. Bibliographie no 94, 95, 96].

51Est-ce à dire que le problème est résolu, que le long silence des historiens et des vulgarisateurs sur une des dimensions les plus subversives de la Révolution et de Robespierre est fini, qu'est enfin venu le temps des recherches scientifiques sur le sujet, sans les fausses pudeurs du passé ? Ne nous illusionnons pas. De longues périodes s'écoulent avant qu'une avancée de la recherche se traduise par un acquis de l'historiographie auprès du grand public. Les freinages idéologiques jouent encore, et continuent de produire les mêmes effets. Dans la réédition de 1992 du Dictionnaire critique de la Révolution dirigée par F. Furet [Cf. Bibliographie no 97], Patrice Gueniffey fait en vingt-quatre pages une analyse quasi psychanalytique, nourrie d'actes et de discours de Maximilien : aucune allusion à la dimension coloniale, rien sur le débat de 1791. Tout se limite au jeu politique, conçu exclusivement comme une lutte pour le pouvoir.

52Le constat est pire encore si l'on regarde la récente production d'Histoires de la colonisation française, qui, toutes ou presque, nient la dimension émancipatrice de la pensée robespierriste. Pour R. et M. Cornevin [Cf. Bibliographie no 98] en 1990, Maximilien "défenseur des mulâtres" en 1791, exprime le "consensus sur le nécessaire maintien de l'esclavage aux colonies", …"pensée profonde de toute l'Assemblée à la veille de l'insurrection des esclaves de Saint-Domingue". Quant à l'abolition, fort dommageable au demeurant, elle se fait malgré lui : "C'est Sonthonax qui a déclenché cette catastrophe … Les proclamations de Polverel et Sonthonax … n'éveillent aucune réaction parmi les hommes politiques trop occupés par les problèmes de la métropole, sinon une condamnation par Robespierre et son clan, appuyée par le seul argument que les deux commissaires sont des amis de Brissot, guillotiné le 31 octobre 1793".

53Pour J. Tarrade, en 1991 [Cf. Bibliographie no 99], l'attitude de Robespierre vis à vis des questions coloniales s'explique uniquement par sa tactique politique : les colonies sont vues par lui comme des foyers de contre-révolution et le scandale financier de la Compagnie des Indes lui permet d'éliminer Danton et Desmoulins, amis de Fabre.

54P. Pluchon, en 1992, donne à Robespierre sa place dans le débat colonial, mais insiste avant tout sur l'ambiguïté de ses positions et cherche à tout instant à le faire apparaître en défenseur du statut colonial ; et les révolutionnaires en hypocrites esclavagistes et colonialistes.

55L'angle d'attaque a donc changé à l'encontre de Robespierre, les clivages idéologiques de l'historiographie persistent.

56On pourrait conclure, s’il fallait une preuve supplémentaire de la persistance dans l'historiographie à l'usage du grand public de l'image noire de Maximilien, par quelques extraits d'un best-seller des librairies françaises au cours des années 1990 à 1993 Caraïbes, de James Michemer [Cf. Bibliographie no 100], histoire romancée des Antilles, récit de "dix siècles d'aventures", parsemé des poncifs du genre, imprégné d'esprit colonial et de sentiments contrerévolutionnaires. Victor Hugues est le démon du mal que la Révolution française amène au premier plan. Robespierre l'envoie aux îles et dit de lui : "Le barbier coupe les têtes aussi bien que les cheveux, j'aimerais en avoir une douzaine comme lui du côté de Lyon et de Nantes".

57Certes, nous sommes loin ici des débats scientifiques. Mais il est à craindre que l'image de l'incorruptible soit encore fréquemment plus proche pour la majorité des Français de ces élucubrations répandues à des centaines de milliers d'exemplaires que de publications universitaires au tirage souvent confidentiel.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

1. DUDWELL LEE MONTAGUE - Haïti and the United States 1714-1938. Duke University, Durham, 1940 ; THOMAS OTT - The Haïtian Revolution 1789-1804. University of Tennessee, Knoxville, 1973.

2. LAS CASES - Mémorial de Sainte-Hélène.

3. Mémoires de l'abbé GRÉGOIRE publiées par H. CARNOT à Paris.

4. Mémoires de LEVASSEUR. Paris, 1929.

5. C. de REMUSAT - L'habitation de Saint-Domingue écrite en 1824 à Paris.

6. T. CARLYLE - The French Revolution. 1837.

7. H. TAINE - Les origines de la France contemporaine. La Révolution. Paris, 1878-1884.

8. Mgr FREPPEL - La Révolution française. Paris, 1889.

9. A. SOREL - L'Europe et la Révolution française. La guerre aux rois 1792-93. Paris, Plon, 1913.

10. F.A.M. MIGNET-Histoire de la Révolution française. Paris, 1824.

11. VILLAUME - Histoire de la Révolution française.

12. A. THIERS - Histoire de la Révolution française. Paris, 1832 ; Paris, 1836.

13. J. MICHELET-Histoire de la Révolution française. Paris, 1847.

14. A. de TOCQUEVILLE - L'Ancien régime et la Révolution. Paris, 1856.

15. Album du Centenaire. Grands hommes et grands faits de la Révolution française. Paris, 14 juillet 1889.

16. C. SEIGNOBOS - Histoire de la civilisation contemporaine. Paris, Masson, 1905.

17. Capitaine MEYNIER - L'Afrique Noire. Paris, Flammarion, 1911.

18. ESQUIROS - Histoire des Montagnards. 1851.

19. J. JAURÈS - Histoire socialiste de la Révolution française. 1900.

20. A. RAMBAUD - Histoire de la civilisation contemporaine 1789-1912. Paris, Colin, 1926 (7 pages sur les colonies et le Second Empire).

21. Manuel scolaire d'Histoire : Cours supérieur. Blanchot-Belin, 1905.

22. Manuel scolaire d'Histoire : Cours supérieur. Ducoudray, Hachette. 1910.

23. Manuel scolaire d'Histoire : Cours moyen. Brossolette, Delegrave, 1920.

24. Manuel scolaire d'Histoire : 1ère de Lycée. A. Malet, Hachette, 1920.

25. Manuel scolaire d'Histoire : Classes de Lycée, Malet et Isaac, série inaugurée en 1923.

26. Manuel scolaire d'Histoire : Classes de Lycée, Textes pour l'histoire de la Révolution, Dechappe, Delagrave, 1924.

27. Manuel scolaire d'Histoire : Brevet élémentaire, Segond, Hatier, 1926.

28. Manuel scolaire d'Histoire : Cours moyen, Pomot, Besseige, P.U.F., 1928.

29. Manuel scolaire d'Histoire : Cours moyen, Gauthier, Deschamps, Hachette, 1929.

30. Manuel scolaire d'Histoire : 1ère de Lycée, Aimon, Guiroud, De Gigord, 1936.

31. L. DAUDET - Deux idoles sanguinaires, la Révolution et son fils Bonaparte. Paris, Albin Michel, 1939.

32. G. HARDY - "Robespierre et la question noire" dans Annales Révolutionnaires, 1920.

33. G. HARDY - Histoire de la colonisation française. Larose, 1943.

34. A. MATHIEZ - La Révolution française. Paris, 1922.

35. G. LEFEBVRE - La Révolution française. 1930-1938.

36. A. CÉSAIRE, T. LOUVERTURE - "La Révolution française et le problème colonial" dans Présence africaine, 1961.

37. F. FURET, D. RICHET - La Révolution française. Hachette, 1965.

38. F. AFTALION - L'économie de la Révolution française. Hachette, 1937.

39. J. SOLÉ - La Révolution en questions. Seuil, 1988.

40. A. TEULIÈRES - L'Outre-mer français. Berger-Levrault, 1970.

4L P. GOUBERT-Histoire de France. Fayard, 1985.

42. J. TULARD - Histoire de France, tome 5. Fayard, 1985.

43. CARPENTIER-LEBRUN - Histoire de France. Seuil, 1987.

44. FAYARD, FIERRO, TULARD - Dictionnaire de la Révolution. Laffont, 1987

45. Manuels scolaires d'histoire :1ère, Huby, éd. Delegrave, 1948.

46. Manuels scolaires d'histoire : Cours moyen, Bonifacio Maréchal, éd. Hachette, 1957.

47. Manuels scolaires d'histoire : Cours moyen, Personne, etc…, éd. Colin, 1957.

48. Manuels scolaires d'histoire : Cours moyen, Vincent, Pradel, éd. soc. Univ., 1958.

49. Manuels scolaires d'histoire : Cours moyen, Planché, éd. Lavauzelle, 1961.

50. Manuels scolaires d'histoire : Terminales, Audrin Dechappe, éd. Lavauzelle, 1961.

51. Manuels scolaires d'histoire : Terminales, Grimal, éd. Nathan, 1964.

52. Manuels scolaires d'histoire : Terminales, Chaulanges, éd. Delegravre, 1966.

53. Manuels scolaires d'histoire : Terminales, Planche, éd. Lavauzelle, 1966.

54. Manuels scolaires d'histoire : 3e, Girard, etc…, éd. Bordas, 1966.

55. Manuels scolaires d'histoire : 3e, Coquerelle Genet, éd. Hatier, 1966.

56. Manuels scolaires d'histoire : 3e, Isaac, éd. Hatier, 1966.

57. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Girard, etc…, éd. Bordas, 1968.

58. Manuels scolaires d'histoire : 3e, François, éd. Bordas, 1971.

59. Manuels scolaires d'histoire : 3e, Milza, etc…, éd. Nathan, 1971.

60. Manuels scolaires d'histoire : Cours élémentaire, Chaulanges, éd. Delegrave, 1975.

61. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Blanc, etc…, éd. Larousse, 1979.

62. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Pernet, etc…, éd. Colin/Hachette, 1979.

63. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Brière, etc…, éd. Istra, 1979.

64. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Brignon, etc…, éd. Hatier, 1983.

65. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Gregh, etc…, éd. Hachette, 1985.

66. Manuels scolaires d'histoire : Cours moyen, Nembrini, etc…, éd. Hachette, 1985.

67. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Franck, éd. Belin, 1987 à 1989.

68. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Quetel, éd. Bordas, 1987 à 1989.

69. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Gregh, éd. Hachette, 1987 à 1989.

70. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Bernstein, éd. Hatier, 1987 à 1989.

71. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Wagret, éd. Istra, 1987 à 1989.

72. Manuels scolaires d'histoire : Seconde, Marseille, éd. Nathan, 1987 à 1989.

73. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Krafou, etc…, éd. Belin, 1987 à 1989.

74. Manuels scolaires d'histoire : 4e, éd. Bordas, 1987 à 1989.

75. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Laurou, etc…, éd. Hachette, 1987 à 1989.

76. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Roche, éd. Magnard, 1987 à 1989.

77. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Brignon, éd. Hatier, 1987 à 1989.

78. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Chambon, éd. Istra, 1987 à 1989.

79. Manuels scolaires d'histoire : 4e, Bély, éd. Nathan, 1987 à 1989.

80. G. MARTIN - L'abolition de l'esclavage. P.U.F., 1951.

81. J. GODECHOT, Les institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, P.U.F., 1951.

82. J. MASSIN - Robespierre. Club français du livre, 1956.

83. M. BOULOISEAU - Robespierre. P.U.F., 1957.

84. A. SOBOUL - Précis d'histoire de la Révolution. Editions sociales, 1962.

85. G. BONHEUR - La République nous appelle. Laffont, 1965.

86. Discours et rapports de Robespierre. Introduction de M. BOULOISEAU. 10/18, 1965.

87. M. GALLO - Robespierre. Perrin, 1968.

88. Préface de A. SOBOUL au "89" de Lefebvre. Editions sociales, 1970.

89. J.C. FRÈRE - La Victoire ou la mort. Flammarion, 1983.

90. J. ELLENSTEIN - Histoire mondiale des socialistes. Colin, 1984.

91. M. VOVELLE - La Révolution française. Images et récits. Messidor, 1986.

92. R. DUBOIS - 1789, la Révolution racontée aux enfants. Ed. Ouvrières, 1987.

93. G. DUBY - Histoire de France. (chapitre sur la Révolution de M. VOVELLE). Larousse, 1987.

94. Série "Le Monde de la Révolution française", no 6 et autres, articles de Dorigny, Halphern, etc…

95. Y. BÉNOT - La Révolution française et la fin des colonies. La Découverte, 1988.

96. F. GAUTHIER - "La Révolution française et le problème colonial, le cas Robespierre" dans Annales H.R.F., avril/juin 1992, no 288.

97. F. FURET - M. OZOUF-Dictionnaire critique de la Révolution française. Flammarion, 1988-1992.

98. R. et M. CORNEVIN - France et Français d'Outre-Mer. Tallandier, 1990.

99. J. MEYER, J. TARRAD, etc… - Histoire de la France coloniale. vol. 1. A. Colin, 1991.

100. J. A. MICHENER - Caraïbes. New York, 1989 (Traduction française). Presses de la Cité, 1990.

Auteur

Chercheur I.H.R.F. -I.U.F.M. de Picardie

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter