Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre et la Corse

Jean Defranceschi

Texte intégral

  • 1 Voir la session Corsica and Corsicans during the Revolutionary Era (1755-1815) avec l'introduction (...)
  • 2 F. VENTURI, "Rivoluzione di Corsica", op. cit., p. 218.

1Robespierre n'avait que onze ans lorsque, le 9 mai 1769, les soldats du roi noyèrent la révolution corse dans le sang des martyrs de Ponte Nuovo1. De là à conclure que la première tentative démocratique de l'époque moderne n'eut aucune influence sur sa formation intellectuelle, il n'y a qu'un pas qu'il serait pour le moins imprudent de franchir. Certes dans les années qui suivirent, la révolution corse fut éclipsée par l'américaine. La preuve, s'il en fallait une, nous est fournie par Goethe qui, après avoir dans une première édition de son Die Mitschuldigen mis en scène un hôtelier portant des toasts au général Paoli et décidant d'appeler son auberge "Hôtel De Paoli", substitua dans les éditions suivantes les insurgés américains au chef corse2.

  • 3 J. DEFRANCESCHI, Bonaparte, 1769-93. La face cachée de Napoléon. A paraître.

2La révolution corse n'en fut pas oubliée pour autant. La preuve nous est également fournie par Goethe qui associait encore en 1806, les révolutions corse, américaine, genevoise et française. Cela peut surprendre des esprits déformés comme les nôtres par deux siècles ou presque de mythologie napoléonienne3, mais les faits sont là… D'autant que Robespierre était un lecteur assidu de Rousseau, de Voltaire et des encyclopédistes qui consacrèrent quelques très belles pages à la Corse, et qu'à ce titre, le jeune Maximilien ne pouvait ignorer ce qui s'était passé dans cette île méditerranéenne, entre 1729 et 1769.

3En tout cas, Robespierre fut (comme tous les constituants) confronté au problème corse, le jour même où les États généraux se changèrent en Assemblée nationale. Pour bien comprendre ce qui se passa alors, il est nécessaire d'avoir présent à l'esprit un fait que trop souvent on oublie : en 1789 la Corse n'était pas française. Conquise depuis vingt ans par l'armée royale, qui était intervenue en vue de mettre fin à l'exemple dangereux pour toutes les monarchies européennes qu'était la démocratie instaurée par Paoli, l'île restait une terre de conquête.

4Certes la Corse avait député aux États généraux, mais le problème demeurait entier pour deux raisons précises. La première tenait à l'Ancien Régime, c'est-à-dire au traité de 1768 par lequel la République de Gênes avait cédé ses droits sur la Corse à la monarchie française, et plus précisément à l'article 4 qui prévoyait la restitution de l'île, le jour où Gênes la demanderait et serait en mesure de payer les frais que la conquête et l'administration avaient coûtés. La seconde tenait à la Révolution, c'est-à-dire au droit du peuple corse que, face au monde, Paoli clamait depuis plus de vingt ans. Si bien que la question se posait : que faire de cette île ? Les uns (les partisans du droit de conquête) pensaient que dans une période de crise financière comme celle que la monarchie traversait, le meilleur parti pour la France était de restituer la Corse aux Génois et de se faire rembourser les sommes que la conquête et l'administration de l'île avaient coûtées depuis vingt ans. Les autres (Robespierre était du nombre) pensaient au contraire que l'Assemblée nationale ne pouvait pas déclarer les droits de l'homme, et dans le même temps, exécuter l'infâme traité par lequel un peuple était vendu comme un vil troupeau.

5Voilà pourquoi, dès le mois d'août 1789, le futur législateur, Barthélemy Arena (alors suppléant de Christophe Salicetti) fit le voyage de Londres pour contacter Pascal Paoli ; et comment ce dernier, qui depuis vingt ans refusait de négocier avec le Cabinet de Versailles aussi longtemps que l'armée royale occuperait le territoire national, changea son fusil d'épaule en envoyant à Paris deux plénipotentionnaires, Antoine Andrei (le futur conventionnel) et Antoine Gentile (le futur général qu'à l'effondrement du royaume anglo-corse, Bonaparte chargea de reprendre possession de son île natale) pour nouer des tractations secrètes avec les patriotes français.

  • 4 Moniteur Universel du 30 novembre 1789.

6D'autres que Robespierre occupèrent le devant de la scène : Volney, le promoteur du décret d'incorporation de l'île à l'Empire français, et Mirabeau, le promoteur du décret de rappel de tous les Corses qui "après avoir combattu pour la liberté, s'étaient expatriés par les faits et la suite de la conquête de leur île…"4.

7Mais le député d'Arras était au nombre des constituants qui votèrent le décret du 30 novembre 1789, avec beaucoup de légèreté d'ailleurs ; car enfin, pouvait-on déclarer l’île partie intégrante de l'Empire français sans déchirer le traité conclu avec la République de Gênes. La réponse était si évidente qu'à Paris personne n'osa publier la première partie du décret et que le Sénat ligure, qui suivait l'affaire, rappela les convenances en adressant une protestation solennelle contre le susdit décret. Ce fut pour Robespierre l'occasion d'intervenir à son tour dans le débat pour demander que la réclamation en question fût traitée "comme toutes les demandes absurdes" en décrétant "qu'il n'y avait pas lieu à délibérer".

  • 5 Il generale e supremo Consiglio di Stato del regno di Corsica, Corte 28 août 1768. Publié par N. T (...)
  • 6 Moniteur Universel du 23 janvier 1790.

8D'autres que lui occupèrent, une fois encore, le premier plan, notamment Barnave qui, reprenant à son compte les principes que Paoli avait énoncés dès le 28 août 17685, jeta les bases du droit des peuples : "Ce ne sont ni les traités, ni nos conquêtes qui doivent établir votre droit et le sort de la Corse ; c'est le vœu des habitants de cette île…"6

  • 7 Journal général de la Cour et de la ville, du jeudi 8 avril, no 8, article variétés.

9Il n'empêche, à partir de ce moment, l'intérêt de Robespierre pour la Corse est incontestable. On le vit bien lorsque le samedi 3 avril, Paoli arriva à Paris, et que, le lundi 5, la Société des Jacobins suspendit ses règlements pour l'accueillir dans son sein7. On le vit mieux encore lorsque le 26 du même mois, la députation de la Corse conduite par le général fut reçue aux Jacobins et que Robespierre prononça le discours de bienvenue :

  • 8 Oeuvres de Maximilien Robespierre - Discours. Edition préparée sous la direction de M. BOULOISEAU, (...)

"Messieurs. Le jour où la Société des amis de la constitution reçoit les députés du peuple corse, est pour elle un jour de fête. Déjà, Messieurs, elle vous avait exprimé ces sentiments, quand, pour admettre dans son sein M. Paoli, elle suspendit les règles ordinaires qu'elle s'est prescrites. C'est un hommage qu'elle a voulu rendre à la liberté, dans la personne de l'un de ses plus illustres défenseurs.
La liberté ! nous sommes donc aussi dignes de prononcer ce nom sacré ! hélas ! il fut un temps où nous allions l'opprimer, dans l'un de ses derniers asyles… mais non : ce crime fut celui du despotisme… Le peuple français l'a réparé. La France libre, et appelant les nations à la liberté ! quelle magnifique expiation pour la Corse conquise, et pour l'humanité offensée !
Généreux citoyens, vous avez défendu la liberté dans un temps où nous n'osions l'espérer encore. Vous avez souffert pour elle ; vous triomphez avec elle, et votre triomphe est le nôtre. Unissons-nous pour la conserver toujours ; et que ses lâches ennemis pâlissent d'effroi, à la vue de cette sainte confédération qui, d'une extrémité de l'Europe à l'autre, doit rallier sous ses étendards tous les amis de la raison, de l'humanité et de la vertu"8.

  • 9 Voir Le Giornale Pattriotico della Corsica du 12 juin 1790 et le Moniteur Universel du 29 octobre (...)

10Par la suite, il est vrai, le nom de Robespierre n'apparaît plus dans l'accueil triomphal que la France révolutionnaire fit au vaincu de Ponte Nuovo. D'autres plus en vue que lui, tel La Fayette, accaparèrent le vieux chef. D'autres encore, tels Buonarroti, Lameth… s'occupèrent de ses calomniateurs9.

  • 10 Journal l'Observateur marseillais, 11 juillet 1790, no XXXII, p. 125.
  • 11 Journal des départements méridionaux du samedi 16 mars 1793, no 162.

11Mais l'effacement de Robespierre ne doit pas faire illusion. Ses sentiments pour la Corse, "berceau de la liberté", et pour les Corses, "ses enfants chéris", étaient, à l'époque, ceux de tous les hommes de 89, de Mirabeau à Bonaparte, en passant par Danton, et finalement de tous les Français qui accueillirent le vaincu de Ponte Nuovo, partout où il passa, comme "le héros et le martyr de la liberté". C'est ainsi qu'à Tournon, le neveu du maréchal de Vaux (le conquérant de l'île) vint au nom des mânes de son oncle, lui demander pardon pour tout le mal qu'il avait fait à la Corse. A Marseille, la Société des Jacobins fit incruster dans ses murs un marbre où l'on pouvait lire : "L'an premier de la Liberté, le 8 de juillet, à cinq heures après-midi, Pascal Paoli honora l'assemblée patriotique de sa présence"10 ; et, comme si cela était insuffisant, elle fit suspendre son portrait au-dessus de la tribune où il demeura jusqu'au 13 mars 1793, date à laquelle il fut descendu pour être livré aux flammes11.

  • 12 Notes sur la Corse, s.d. précise, mais adressée au général Biron qui venait d'être nommé gouverneu (...)

12Il convient cependant de distinguer trois périodes. La première, qui commence avec le décret du 30 novembre, est celle où l'Assemblée nationale regardait la Corse avec les yeux de Chimène, c'est-à-dire l'époque où les insulaires pouvaient tout se permettre ou presque, si l'on en juge par les instructions envoyées par le ministre de l'Intérieur : "Je regarde comme très important d'inspirer une grande confiance dans nos intentions relatives à la liberté que les décrets de l'Assemblée nationale viennent de leur rendre ; car c'est de cette confiance surtout, que dépendront la sûreté de l'Isle et les moyens de la défendre. Il faut donc se mêler le moins possible de leur administration intérieure et de leurs querelles particulières"12

  • 13 A vrai dire nous n'avons trouvé aucun texte de loi relatif à cette mesure. Néanmoins l'habitude pr (...)

13Certes les Corses étaient, aux termes du décret, soumis à la même constitution que les autres Français, mais dans la réalité, les lois qui étaient promulguées en français à Paris, étaient envoyées en Corse où le Département les faisait traduire en Italien et promulguer à l'usage des insulaires13 ; ce qui lui laissait toute faculté d'en retarder l'application comme bon lui semblait, voire même de n'en tenir aucun compte. Une période qui prit fin le 15 novembre 1790, lorsque l'Assemblée nationale approuva sans faire la moindre restriction toutes les décisions prises (y compris les plus illégales) par l'Assemblée d'Orezza.

  • 14 Moniteur Universel du 21 novembre 1790, no 325.

14La deuxième débute avec cette séance de l'Assemblée nationale qui apporta beaucoup d'eau au moulin de ceux qui voulaient se défaire de la Corse. On le vit bien lorsque, quatre jours plus tard, l'abbé Charrier demanda l'annexion d'Avignon à la France en proposant la Corse comme monnaie d'échange14. Sa demande fut repoussée. Mais les amis de la Corse commencèrent à se montrer plus exigeants, et à demander aux insulaires une preuve non équivoque de leur attachement aux institutions. L'application de la Constitution civile du clergé leur en fournit l'occasion. La preuve de ce que nous avançons ne se trouve ni dans les procès-verbaux de l'Assemblée nationale ni dans les journaux de l'époque, mais dans les lettres que Salicetti (véritable courroie de transmission de l'Assemblée nationale) écrivait à Paoli. On y découvre que le vieux chef fut alors investi de la mission de faire appliquer dans l'île la Constitution civile du clergé, coûte que coûte. L'idée était la suivante. La Corse qui, depuis les origines, avait toujours fait partie des terres de l'Église et dont la fidélité au Saint-Siège n'avait jamais été mise en cause, au point qu'elle n'avait connu ni le gallicanisme, ni la Réforme, ni le Jansénisme, ni aucun autre mouvement de contestation jalonnant l'histoire de l'Église, devait donner l'exemple aux autres départements, et pourquoi pas, un avertissement à Rome.

15C'était plus facile à dire qu'à faire. Paoli s'y employa néanmoins, car la menace était à peine voilée. En cas de refus, laissait entendre Salicetti, nos amis pourraient se fatiguer de la possession de la Corse et se laisser convaincre par nos ennemis :

  • 15 Lettre de Salicetti à Paoli, 21 mai 1791, publiée par M. GENTILE, "Lettres diverses à Paoli (1759- (...)

"… Si cette élection s'est passée tranquillement comme je l'espère, je peux assurer votre Excellence qu'elle nous fera beaucoup d'honneur et sera regardée comme le plus bel hommage rendu à la Constitution. Autant cette élection nous ferait honneur, autant le moindre compromis avec l'évêque nous ferait du tort et même, je peux le dire, nous perdrait entièrement ; s'il n'a pas juré purement et simplement, il doit être remplacé. Il s'agit là d'un article tellement délicat, que l'Assemblée n'admet aucun compromis. Il serait bon que l'élection ait lieu malgré quelque inconvénient qui pourrait se produire, le moindre compromis serait notre ruine totale. Nos ennemis assurent ici que l'évêque ne sera pas nommé, nous verrons"15.

  • 16 Lettre du même au même, 28 mai 1791, Ibid.

16A cet effet, l'Assemblée nationale n'hésita pas à lui donner tous les pouvoirs qu'il fallait pour réussir : "Il faut s'attendre, mandait le constituant, à ce que l'on envoie d'ici des écrits incendiaires et à ce qu'ils tentent tout pour brouiller les cartes. Il serait souhaitable que pour deux mois, il y eut dans chaque district 150 hommes de gardes nationaux soldés, toujours prêts à marcher là où le besoin l'exigerait. On pourrait faire cela sans prendre aucune délibération par écrit"16.

  • 17 Lettre du même au même, 21 juin 1791, Ibid.
  • 18 Lettre du même au même, 22 juin 1791, Ibid.

17Et, lorsque dans les premiers jours de juin, le mécontentement provoqué par l'élection de l'évêque constitutionnel eut entraîné une insurrection populaire à Bastia, les "amis de la Corse" n'hésitèrent pas à l'investir d'un véritable pouvoir dictatorial : "Faites pendre, brûler ceux qui…"17 lui écrivait alors Salicetti, en ajoutant le jour suivant : "Je pense que l'Assemblée nommera Votre Excellence commissaire en Corse pour le rétablissement de l'ordre. En attendant, vous avez comme auparavant carte blanche. Toutes les formalités sont levées, s'il y a des séditieux dans l'intérieur qui veulent lever le ton, tombez leur dessus. Toutes les mesures sont bonnes…"18. Et par ailleurs : "Je crois que le Conseil des ministres pense à nommer votre Excellence commissaire en Corse. D'ici nous enverrons quelqu'un d'autre pour la pure forme…"

18Bien sûr, rien ne prouve que Robespierre était au nombre des députés qui se cachaient derrière Salicetti ; mais le contraire serait pour le moins surprenant.

  • 19 Moniteur Universel du 23 mai 1792, no 144.
  • 20 A. AULARD, La Société des Jacobins, Paris, 1889-97, t. IV, p. 77.

19La troisième et dernière période commence le 20 avril 1792. En effet la guerre conduisit très vite les Français à serrer les rangs et par là-même à considérer comme suspect tout étranger. Les Corses étaient, il faut bien le dire, du nombre. Aussi, dès le 21 mai, l'Assemblée nationale franchit un grand pas dans l'abandon de l'île en faisant passer le cordon douanier qui entourait le royaume entre la Corse et le continent19 ; et par voie de conséquence en déclarant que sur le plan économique la Corse ne faisait pas partie de la France. De là à conclure que ses habitants n'étaient pas français, il n'y avait qu'un pas vite franchi. On le vit bien lorsque le 6 juillet, une voix s'éleva aux Jacobins de Paris pour demander que le général Paoli fût mis à la tête d'une armée nationale, provoquant ainsi la réponse éclairante des autres : "Nous avons déjà beaucoup de généraux étrangers ; c'est pour ainsi dire insulter aux Français que de croire qu'il n'y en ait pas un parmi eux en état de commander"20.

  • 21 Voir notamment L. PETIT, "Robespierre et le discours sur l'étranger : buts et limites d'une modéli (...)
  • 22 Lettre de Paoli à Giampietri, 12 août 1792, publiée par PERELLI, dans le Bul. de la Soc. des Sc. H (...)
  • 23 Pour les détails, voir J. DEFRANCESCHI, La Corse française - 30 novembre 1789 - 15 juin 1794, Pari (...)

20Une question se pose malgré tout : Robespierre partageait-il les préjugés de l'immense majorité de ses contemporains ? La réponse ne peut être qu'affirmative, si l'on en juge par les précédentes communications21. Et pourtant les Français avaient tort de se méfier de leurs nouveaux concitoyens, comme le prouve le mot d'ordre que Paoli envoya à ses amis lors de la crise de l'été : "Dites et faites savoir de ma part que nous voulons vivre et mourir libres avec les Français"22. L'écrasante majorité des insulaires, il est vrai, étaient alors convaincus que la France était sur le point de les abandonner (le cas de Bonaparte qui rentra tranquillement chez lui, au moment où Brunswick marchait sur Paris, et que les Français couraient par milliers aux frontières pour arrêter l'envahisseur, est à cet égard des plus instructifs). Non sans raison d'ailleurs, comme le prouve la politique de la Convention qui ramena les lignes de défense de la République sur les côtes de la Méditerranée, c'est-à-dire en décidant d'abandonner la Corse à la première escadre qui semblerait la menacer. Et c'est, sans aucun doute, ce qu'elle aurait fait sans l'intervention de Salicetti23.

  • 24 Ce constat n'est pas nouveau. Un contemporain particulièrement hostile à Paoli l'a fait bien avant (...)
  • 25 Voir le discours sur l'influence de la calomnie à la Société des Amis de la Liberté et de l'Egalit (...)
  • 26 Voir note 23.

21Cela dit, rien à l'époque, et jusqu'à la mise hors la loi de Paoli et du Département (17 juillet 1793), ne distinguait Robespierre et ses amis d'un côté, de Paoli et ses amis de l'autre. Rien, hormis la violence que le vieux chef refusait d'introduire dans l'île24. Qu'on en juge ! Le premier dénonçait la calomnie25. Le second s'en plaignait à juste titre, comme le prouve le climat de suspicion qui s'instaura alors et qui conduisit la Convention à décider, le 1er février 1793, c'est-à-dire le jour même de la déclaration de guerre à l'Angleterre, l'envoi de trois commissaires investis de pouvoirs illimités26 pour mettre l'île en état de défense, disait-on, mais en réalité pour enquêter sur Paoli et ses amis.

  • 27 Voir le discours sur les dangers qui menacent la liberté à la Société des Amis… séance du 12 décem (...)
  • 28 Voir note 23.

22Robespierre dénonçait les intrigants27. Paoli - ou plutôt le Département de la Corse, car le général parlait peu - s'en plaignait, également à juste titre, si l'on en juge par la politique de reprise en mains de la Convention qui destitua Pascal Paoli et Pozzo di Borgo, sans même les avoirs entendus (2 avril 1793)28.

23Mais la preuve formelle de l'étroit parallélisme existant entre les deux partis nous est fournie plus encore par la suite de cette histoire. En effet, dans le temps où les Corses se levaient comme un seul homme contre l'inique décret (semaine du 18 au 25 avril) et, par milliers, couraient à Corte pour offrir au "père de la patrie" un rempart de leur personne, Robespierre justifiait leur réaction, sans le savoir, en se faisant, à la tribune de la Convention, l'apôtre de la résistance à l'oppression :

  • 29 Discours sur la Déclaration des Droits à la Société des Amis… séance du 22 avril 1793. Oeuvres com (...)

"… Je dis qu'il est parfaitement ridicule de définir les cas où il y a oppression. Il vous est impossible en quelque circonstance que ce soit, de dire quelle est ma sensibilité… (interrompu). Cela vous paraît ridicule, mais je vous maintiens que le législateur ne peut nullement déterminer les cas où le peuple soumis à ses lois peut les trouver mauvaises.
Je dis qu'il est impossible que le législateur entre dans ces détails, et lorsque je faisais une application particulière, vous deviez la faire générale, car c'était là son idée. Je dis qu'il est impossible à qui ce soit de définir les cas précisément dans lesquels la nation française se trouvera opprimée. Je dis que cela dépend de chaque individu. Je dis donc, que sous ce rapport, il n'est pas possible de donner au peuple un moyen légal de s'insurger, parce que cela dépend alors de sa sensibilité et de la connaissance parfaite de ses droits. En effet, citoyens, si vous voulez déterminer ce moyen, il est possible que celui que vous voulez lui donner soit précisément le moyen qui l'empêche de se lever. Vous voyez, vous tombez dans un cercle interminable, et qu'il est impossible de trouver un moyen légal puisqu'il serait lui-même un moyen d'asservir le peuple…"29.

  • 30 Voir note 23
  • 31 Voir extrait du P.V. de délibération du Conseil général du département de Corse, nommant Ferrandi (...)

24Et que dire de la suite ! Tandis que Paoli prêchait la concorde et demandait à ses concitoyens "de ne commettre aucun acte que les malins pourraient qualifier d'insurrectionnel" ; qu'il écrivait à la Convention pour y proposer de quitter la Corse si elle le jugeait utile : "… Si vous croyez, citoyens représentants, que pour la paix et la sûreté de ce pays et pour consolider la liberté et l'égalité en Corse, il est nécessaire que ma présence ne soit plus ici un motif de haine, de défiance ou de jalousie, parlez ; je m'éloignerai sans murmure de mon pays natal qui a honoré ma vie et mon nom…"30 ; tandis que le Département décidait l'envoi d'une députation extraordinaire à la Convention, "chargée, non de renouveler nos serments d'adhésion et d'union, les Corses ne jurent pas deux fois, mais de protester hautement contre la calomnie qui les a peints sous des couleurs si fausses ! La députation sera chargée d'invoquer la religion surprise de la Convention en l'éclairant, comme il est de notre devoir de le faire, et de celui des législateurs d'un peuple libre de nous entendre, sur l'injustice du décret du deux avril, qui flétrit également tous les Corses, en décrétant d'arrestation Paoli…"31, les commissaires de la Convention, - il faut lire Salicetti (l'interprète et le guide de la commission qu'il avait provoquée, comme disait Volney) - créaient l'irréparable en envoyant au Département un questionnaire, et, sans même attendre la réponse, en cassant l'administration élue pour lui substituer une administration nommée, ne laissaient par là d'autre choix au susdit Département que de se tourner vers le peuple souverain pour lui demander la marche à suivre.

25Enfin, tandis que les Corses répondaient nombreux à l'appel du Département, Robespierre s'en prenait aux députés corrompus, en termes d'une violence inégalée (à l'instant précis où trois mille patriotes représentant toutes les communautés de la Corse se réunissaient à Corte) :

  • 32 Discours pour une insurrection populaire contre les députés corrompus, à la Société des Amis… séan (...)

"… Je vous disais que le peuple doit se reposer sur sa force, mais quand le peuple est opprimé, quand il ne lui reste plus que lui-même, celui-là serait un lâche qui ne lui dirait pas de se lever. C'est quand toutes les lois sont violées, c'est quand le despotisme est à son comble, c'est quand on foule aux pieds la bonne foi et la pudeur, que le peuple doit s'insurger. Ce moment est arrivé : nos ennemis oppriment ouvertement les patriotes ; ils veulent, au nom de la loi, replonger le peuple dans la misère et l'esclavage. Je ne serai jamais l'ami de ces hommes corrompus, quelques trésors qu'ils m'offrent. J'aime mieux mourir avec les républicains, que de triompher avec ces scélérats. (Applaudi).
Je ne connais pour un peuple que deux manières d'exister, ou bien qu'il se gouverne lui-même, ou qu'il confie ce soin à des mandataires. Nous, députés républicains, nous voulons établir le gouvernement du peuple, par ses mandataires, avec la responsabilité ; c'est à ces principes que nous rapportons nos opinions, mais le plus souvent on ne veut pas nous entendre…
J'exhorte chaque citoyen à conserver le sentiment de ses droits. Je l'invite à compter sur sa force et sur celle de toute la Nation. J'invite le peuple à se mettre dans la Convention nationale en insurrection contre tous les députés corrompus. (Applaudi). Je déclare qu'ayant reçu du peuple le droit de défendre ses droits, je regarde comme mon oppresseur celui qui m'interrompt, ou qui me refuse la parole, et je déclare que moi seul je me mets en insurrection contre le président et contre tous les membres qui siègent dans la Convention. (Applaudi). Lorsqu'on affectera un mépris coupable pour les sans-culottes, je déclare que je me mets en insurrection contre les députés corrompus. J'invite tous les députés montagnards à se rallier et à combattre l'aristocratie, et je dis qu'il n'y a pour eux qu'une alternative, ou de résister de toute leur force, de tout leur pouvoir aux efforts de l'intérieur, ou de donner leur démission.
Il faut en même temps que le peuple français connaisse ses droits ; car les députés fidèles ne peuvent rien sans le peuple"32.

26Le parallélisme entre "Robespierrisme" et "Paolisme" ne fait plus aucun doute lorsqu'on met côte à côte :

271/ le discours que nous venons de voir ;

  • 33 Voir note 23.

282/ l'adresse de la Consulta à la Convention, c'est-à-dire les mesures prises par les mandataires du peuple corse pour ramener le calme, savoir : la destitution des trois envoyés de la Convention (art. I) ; la défense faite à toutes les autorités constituées et à tous les citoyens de leur obéir (art. II) ; le maintien dans ses fonctions de l'administration élue (art. IV) ; la cassation de l'administration nommée par les commissaires (art. V) ; la poursuite de "tous les complices et coopérateurs de la faction" (art. VI) ; la suspension du décret du 2 avril (art. X) ; le maintien de Pozzo di Borgo dans ses fonctions (art. XI) ; la défense de l'île assurée par le peuple corse lui-même, sous la conduite du général Paoli et de l'administration (art. XII) ; la révocation des pouvoirs des trois députés, Salicetti, Multedo et Casabianca, "qui avaient conspiré contre la liberté de leurs commettants" (art XIII)33 ;

293/ l'apologie de la résistance à l'oppression que Robespierre faisait aux Jacobins, le 29 mai, au moment même où les membres de la Consulta se séparaient en soumettant leurs décisions à l'approbation de la Convention (art. XIV) dans laquelle ils mettaient toute leur confiance :

  • 34 Discours sur la résistance à l'oppression, à la Société des Amis … séance du 29 mai 1793. Oeuvres (...)

"… La faction qui domine au sein de la Convention intimement liée aux généraux conspirateurs. Cette faction continuera de dominer. Le plan d'égorger les patriotes ne sera pas abandonné.
Tous les moyens de corruption et toute l'influence que donnent les richesses de la république sont entre les mains de la faction (bruit)… Je dis qu'un nouveau despotisme royal va s'élever sur les cadavres des patriotes. Je dis que les nouvelles, tantôt favorables, tantôt fâcheuses, suivant les circonstances, ne sont que des leurres pour nous emmener dans le précipice. On a trompé le peuple dans toutes les crises où il devait se lever pour reconquérir sa liberté et étouffer les conspirations. Le peuple a été trompé jusqu'ici ; il l'est encore, et la suite de cette erreur sera la mort de tous les patriotes. Ils bravent la mort, mais ils ne bravent pas l'infamie et la servitude de leur pays.
Je dis que, si le peuple ne se lève pas tout entier, la liberté est perdue et qu'il n'y a qu'un empirique détestable qui puisse lui dire qu'il lui reste un autre médecin que lui-même…
Je dis que si la Commune de Paris en particulier, à qui est confié spécialement le soin de défendre les intérêts de cette grande cité, ne suit point ce principe, que si elle n'appelle point à l'univers entier de la persécution dirigée contre la liberté par les plus vils conspirateurs, je dis que si la commune de Paris ne forme pas avec le peuple une étroite alliance, elle viole le premier de ses devoirs, et qu'elle dément la réputation de popularité dont elle a été investie jusqu'à ce jour. Je dis que, dans la crise où nous nous trouvons, la municipalité doit résister à l'oppression, et réclamer les droits de la justice contre la persécution des patriotes. Lorsqu'il est évident que la Patrie est menacée de quelques puissants dangers, le devoir des représentants du peuple est de mourir pour la liberté, ou de la faire triompher. Je suis incapable de prescrire au peuple les moyens de se sauver ; cela n'est pas donné à moi ; qui suis épuisé par quatre années de révolution, et par le spectacle accablant du triomphe de tout ce qu'il y a de plus vil et de plus corrompu. Ce n'est pas à moi d'indiquer ces mesures ; à moi qui suis consumé par une fièvre lente et encore plus, par une fièvre du patriotisme. J'ai dit ; il ne me reste plus d'autre devoir à remplir. (Applaudi)…"34

  • 35 Voir note 23.

30Pourtant, lorsque le 1er juillet la Convention rejeta, avant même de les avoir examinées, les doléances du peuple corse en annulant, sur un simple rapport de Buonarroti, tous les actes de la Consulta comme attentatoires à la souveraineté du peuple35 et pis encore, lorsque le 17 juillet la Convention décréta, sur le rapport de Salicetti cette fois, Paoli hors la loi et traître à la République, "qu'il y avait lieu à accusation "contre Pozzo di Borgo et tous les membres de l'administration", Robespierre ne leva pas le petit doigt pour empêcher ce déni de justice.

  • 36 Discours contre les dénonciations irréfléchies, à la Société des Amis… séance du 10 juillet 1793. (...)

31Pourquoi ? D'aucuns diront que Robespierre était beaucoup trop occupé pour s'arrêter à des choses secondaires, comme l'insurrection de la Corse, au printemps de 93. C'est possible ; mais nous voyons mal comment concilier cette manière de voir les choses avec son intervention du 10 juillet pour mettre la Convention en garde contre les accusations irréfléchies36.

32D'autres diront que l'île était loin et que Robespierre ne pouvait agir que d'après les rapports qui parvenaient à Paris. C'est impossible ; à moins d'oublier qu'il fut personnellement informé de la situation par les sociétés populaires et les députés extraordinaires de la Corse (reconnus par la Convention le 29 mai) qui lui écrivirent pour lui dénoncer les agissements de Buonarroti :

  • 37 Lettre de Constantini et Ferrandi au président de la Société des Amis de la liberté et de l'égalit (...)

"… Les maux affreux qui désolent notre Patrie et qui la déchirent, ne proviennent que de la malveillance et des manoeuvres scélérates des agents mercenaires des ennemis coalisés pour anéantir la République et ouvrir un tombeau à la liberté.
Permettez-nous de vous observer, Citoyen Président, qu'une société qui a si bien mérité de la patrie, n'a pas été assez en garde pour ne laisser glisser dans son sein des aristocrates et, ce qui est encore pis, des émissaires des despotes ; il est à croire que "Buonaroti" de Toscane, est un de cette classe. Vous lui avez accordé la parole, après bien des sollicitations de sa part : il s'est déchaîné contre Paoli et contre l'Administration supérieure des Corses, il a insisté sur la mesure de déclarer l'un et l'autre hors de la loi.
Ce n'est pas pour défendre ni Paoli, ni l'Administration, Citoyen Président, que nous nous adressons à vous ; les Sociétés populaires de Corse l'ont fait avant nous : elles ont regardé le décret du 2 avril contre ce général comme l'effet de la plus infâme des calomnies : le mouvement général produit en Corse par ce décret et toutes ses suites, on pourrait les regarder comme une résistance à l'oppression…"37

  • 38 Voir J. DEFRANCESCHI, La Corse française.., op. cit., plus particulièrement le chap. IV : l'expédi (...)

33Mais alors pourquoi ce mutisme ? La réponse est on ne peut plus claire : Robespierre savait que la République était dans une mauvaise passe, et que le moral des Français était au plus bas ; qu'il fallait, pour leur redonner confiance, leur expliquer que s'ils étaient vaincus sur le terrain, ce n'était pas parce qu’ils s'étaient mal battus, mais parce qu'ils avaient été trahis par les agents de l'étranger. Bref, Robespierre savait qu'il fallait des boucs émissaires et qu'à cet égard, Paoli et ses amis étaient les victimes expiatoires désignées pour permettre aux départements du midi dont les volontaires avaient fui, avant même d'avoir vu l'ennemi38, de se ressaisir. C'était, on le voit, le retour pur et simple à la raison d'état, la négation même des Droits de l'Hhomme qui étaient à la base de l'union de la Corse à la France. Aussi, lorsque le décret du 17 juillet fut connu dans l'île, les insulaires réagirent, une fois de plus comme un seul homme, en courant aux armes et sans même s'écarter des institutions républicaines : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs"(article 35 de la déclaration des Droits de l'homme).

  • 39 Outre la Corse française… déjà citée, voir D. CARRINGTON, Les Sources de l'histoire de la Corse au (...)

34La suite étant bien connue39, nous conclurons en posant simplement la question : celui qui, pour une raison ou pour une autre - peu importe laquelle - laisse condamner un homme, quel qu'il soit, pis encore tout un peuple - ou toute une population, le mot importe peu - en étant convaincu de son innocence, peut-il être tenu face à l'histoire pour incorruptible ?

Notes

1 Voir la session Corsica and Corsicans during the Revolutionary Era (1755-1815) avec l'introduction de T. HALLE, "Corsica and Its Worlds", et le comment de H. T. PARKER, "The Broken dream”, Proceedings of The Consortium on Revolutionary Europe, Athens, Georgia, U.S.A 1986, p. 48-96 ; Voir aussi F. VENTURI, "Rivoluzione di Corsica", dans Settecento Riformatore, Torino, 1987 et J. DEFRANCESCHI, articles "Corse" et "Pascal Paoli" dans le Dictionnaire Napoléon, Paris, 1987.

2 F. VENTURI, "Rivoluzione di Corsica", op. cit., p. 218.

3 J. DEFRANCESCHI, Bonaparte, 1769-93. La face cachée de Napoléon. A paraître.

4 Moniteur Universel du 30 novembre 1789.

5 Il generale e supremo Consiglio di Stato del regno di Corsica, Corte 28 août 1768. Publié par N. TOMMASEO, Lettere di Pasquale di Paoli, Firenze, 1846, p. 146.

6 Moniteur Universel du 23 janvier 1790.

7 Journal général de la Cour et de la ville, du jeudi 8 avril, no 8, article variétés.

8 Oeuvres de Maximilien Robespierre - Discours. Edition préparée sous la direction de M. BOULOISEAU, G. LEFEBVRE, J. DAUTRY et A. SOBOUL. Public. de la VIè section de l'Ecole des hautes Etudes (Sc. Eco et soc.) et la Société des etudes Robespierristes, 1950 à 1967.

9 Voir Le Giornale Pattriotico della Corsica du 12 juin 1790 et le Moniteur Universel du 29 octobre 1790.

10 Journal l'Observateur marseillais, 11 juillet 1790, no XXXII, p. 125.

11 Journal des départements méridionaux du samedi 16 mars 1793, no 162.

12 Notes sur la Corse, s.d. précise, mais adressée au général Biron qui venait d'être nommé gouverneur de la Corse, mai 1790. A.N. T 1527, no 15.

13 A vrai dire nous n'avons trouvé aucun texte de loi relatif à cette mesure. Néanmoins l'habitude prise au début de la Révolution demeura en vigueur jusqu'à l'insurrection de 1793, époque à laquelle la Convention décida que tous les actes constitutionnels seraient traduits en italien à Paris. Décret du 1er Juillet 1793, art. V, Moniteur Universel du 3 juillet, no 285.

14 Moniteur Universel du 21 novembre 1790, no 325.

15 Lettre de Salicetti à Paoli, 21 mai 1791, publiée par M. GENTILE, "Lettres diverses à Paoli (1759-1791)", dans le Bul. de la Soc. des Sciences Hist. et Nat. de la Corse, 1900.

16 Lettre du même au même, 28 mai 1791, Ibid.

17 Lettre du même au même, 21 juin 1791, Ibid.

18 Lettre du même au même, 22 juin 1791, Ibid.

19 Moniteur Universel du 23 mai 1792, no 144.

20 A. AULARD, La Société des Jacobins, Paris, 1889-97, t. IV, p. 77.

21 Voir notamment L. PETIT, "Robespierre et le discours sur l'étranger : buts et limites d'une modélisation des nationalités".

22 Lettre de Paoli à Giampietri, 12 août 1792, publiée par PERELLI, dans le Bul. de la Soc. des Sc. Hist. et Nat. de la Corse, Bastia, 1884, p. 364.

23 Pour les détails, voir J. DEFRANCESCHI, La Corse française - 30 novembre 1789 - 15 juin 1794, Paris, Société des Etudes Robespierristes, Bibl. d'histoire révolutionnaire, 1980.

24 Ce constat n'est pas nouveau. Un contemporain particulièrement hostile à Paoli l'a fait bien avant nous : "… el Governo in Corsica prese un certo aspetto (col nome di republicano) corne era in Francia sotto il Robespierre, colla differenza che non vi era sangue…" A. ROSSI, "Osservazioni Storiche sopra la Corsica", Osserv., VI, no 105.

25 Voir le discours sur l'influence de la calomnie à la Société des Amis de la Liberté et de l'Egalité, séance du 28 octobre 1792, Oeuvres complètes, Discours, t. 9, no 11, p. 44-62.

26 Voir note 23.

27 Voir le discours sur les dangers qui menacent la liberté à la Société des Amis… séance du 12 décembre 1792, Oeuvres complètes, Discours, t. 9, no 22, p. 154-160 et discours contre les intrigants, Ibid., séances des 6 et 13 mars 1793. Ibid., no 67, p. 295-297 et p. 320.

28 Voir note 23.

29 Discours sur la Déclaration des Droits à la Société des Amis… séance du 22 avril 1793. Oeuvres complètes, t. 9, no 102, p. 457 et 458.

30 Voir note 23

31 Voir extrait du P.V. de délibération du Conseil général du département de Corse, nommant Ferrandi et Constantini députés extraordinaires de la Corse à Paris, séance du 27 avril 1793. Publié par CONSTANTINI, Correspondance avec ses commettants, suivie des différentes adresses et pétitions présentées à la convention nationale, Paris, 3 septembre 1793.

32 Discours pour une insurrection populaire contre les députés corrompus, à la Société des Amis… séance du 26 mai 1793. Oeuvres complètes, Discours, t. 9, no 117, p. 526 et 527.

33 Voir note 23.

34 Discours sur la résistance à l'oppression, à la Société des Amis … séance du 29 mai 1793. Oeuvres complètes, Discours, t. 9, no 120, p. 536-538.

35 Voir note 23.

36 Discours contre les dénonciations irréfléchies, à la Société des Amis… séance du 10 juillet 1793. Oeuvres complètes, Discours, t. 9, no 154, p. 617-619.

37 Lettre de Constantini et Ferrandi au président de la Société des Amis de la liberté et de l'égalité, séance aux Jacobins, Paris, 16 juin 1793. Dans "Correspondance du citoyen Constantini", op. cit.

38 Voir J. DEFRANCESCHI, La Corse française.., op. cit., plus particulièrement le chap. IV : l'expédition de Sardaigne.

39 Outre la Corse française… déjà citée, voir D. CARRINGTON, Les Sources de l'histoire de la Corse au Public Record Office de Londres, Ajaccio, 1984 ; et le compte-rendu que nous avons fait de cet ouvrage dans les Annales historiques de la Révolution française, avril-juin 1985, p. 259 et 260 ; voir aussi J. DEFRANCESCHI et J.M.P. Mc ERLEAN, "The failure of the Anglo-Corsican Kingdom (1794-96)", International Congress on the History of the French Revolution, Georgetown University, Washington, U.S.A., (3-6 mai 1989) parue dans la Revue des Etudes Napoléoniennes, t. III, 1990, pp. 223-240.

Auteur

Directeur de recherche au C.N.R.S.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter