Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Salut public et sentiment national

Jean-Louis Matharan

Texte intégral

1Les six premiers mois de l'année 1793 ne sont pas, sans doute, une période inconnue dans l'histoire de la Révolution, mais ils n'en forment pas pour autant une phase particulière. Compris entre deux époques extrêmes de sens, les événements de cette période tendent à disparaître entre deux môles. D'une part, de l'insurrection du 10 août 1792 au procès et à l'exécution de Louis XVI, la guerre, les premières victoires de l'automne, la proclamation de la République et les travaux de la Convention rythment l'été et l'automne de 1792, d'autre part, de l'arrestation et de la proscription des Girondins à la déclaration de la Terreur en août 1793, la formation du Comité de Salut public, la mort de Marat inaugurent une nouvelle marche de la Révolution.

2Dans ce cadre, l'hiver et le printemps 1793 sont riches et denses de faits. Les troubles de subsistances en février et mars, la déclaration de guerre, les victoires et revers de mars, les débuts de l'affrontement en Vendée, l’exacerbation des oppositions entre Montagnards et Girondins, les lois renouvelées de répression politique et en particulier celles contre les étrangers puis les suspects, sont autant d'événements connus mais qui ont comme particularité d'être le plus souvent, sinon toujours, lus en fonction de l'ensemble précédent ou de l'ensemble suivant comme autant de sursauts dépassés, de conséquences secondes, ou de balbutiements peu audibles, de causes négligeables. C'est ainsi qu'ils sont oubliés ou rapidement mentionnés.

3Cette période apparaît pourtant comme particulière. Ses événements mettent en valeur et accentuent les choix essentiels, alimentent les débats de fond de la période révolutionnaire.

4Dans la maturation de la pensée politique de Robespierre, la richesse et la variété des faits de cet épisode nourrissent la radicalisation des thèmes, une dichotomie accrue entre des pôles anciens : la part de la liberté et de la contrainte, la part de l'homme et celle du citoyen, la force de la vertu, la part du public et du privé, le souci de l'universalisme ou du cosmopolitisme et celui de la défense de la France, d'un territoire, la part que l'on donne à l'action de l'ennemi intérieur, l'ennemi du dedans, à celle de l'ennemi extérieur, l'étranger, mais aussi en chacun la part de l'adversaire intime.

5Au printemps de 1793 quel est le poids respectif, dans les propos de Robespierre, des explications circonstancielles de celles de l'éphémère, et de celui du sens permanent ou de la pensée fondatrice ?

6Le discours de Robespierre marque sa volonté de reprendre l'offensive politique contre le ministère et les Girondins, mais aussi de rompre les risques d'un isolement à l'heure des mesures de mobilisation de l'effort commun justifiées par la guerre. Durant tout le printemps Robespierre développe une argumentation progressive destinée à mobiliser, à cimenter, à donner du sens aux événements perçus comme contradictoires, à définir les actes et les mobiles nécessaires.

7Cette argumentation est celle du Salut public, de la Patrie et de la Nation, de la volonté de penser un nouveau sentiment d'appartenance, d'inclusion dans le projet d'une autre politique. Robespierre définit essentiellement celle-ci comme la discrimination de l'ami et de l'ennemi, de la guerre et de la liberté.

8Le coeur de son argumentation est bien de fonder un pouvoir de souveraineté caractérisé par la double faculté de désigner l'ennemi et de le combattre.

9Cette période pendant laquelle la pensée de Robespierre mûrit est d'autant plus particulière que celui-ci n'a pas de pouvoir de décision, qu'il doit convaincre, qu'il veut rassembler, qu'il est en butte aux attaques des Girondins. Entre le mois de janvier et le mois de juillet 1793, Robespierre affine sa pensée et, s'il existe une part non dite ou encore non élaborée, il n'y a aucun élément contradictoire avec les thèmes développés en l'an II. C'est bien un moment de passage d'équilibre ou dans l'histoire de la Révolution et dans celle de l'influence de Robespierre. Il y développe et y défend son rôle de modèle, de référence avant de pratiquer l'exercice du pouvoir au sein du Comité de Salut Public. Les phases d'ardeur, durant lesquelles il déclare sa certitude de la victoire, alternent dans ses propos avec celles d'une mélancolie désabusée par lesquelles il annonce une défaite assurée si les mesures qu'il préconise ne sont pas adoptées.

10Étroitement liés dans sa pensée et dans ses discours, trois thèmes prédominent et, concourant à celui du Salut public, modèlent le sentiment national : ce sont ceux de la guerre, de l'ennemi, et de l'unité d'action.

La guerre

11Au début de l'année 1793, le discours sur la guerre avait été popularisé et marquait une réussite indéniable des Girondins, validée et amplifiée par la voix de Danton au mois de mars. La guerre était populaire, elle était là dans les faits et dans les esprits. Les positions antérieures de Robespierre, quelles qu'aient été leurs justifications, le plaçaient au printemps en porte à faux. De façon imparfaite, les décisions qui avaient été prises accablaient tous ceux qui tenaient ou avaient tenu un discours contre la guerre de mépris, d’irresponsabilité et de culpabilité. Robespierre se retrouvait censuré par les faits et les discours girondins. Le printemps 1793 est l'occasion pour lui de réajuster son discours, de reprendre et réorganiser la lecture des événements et de la réalité.

12Robespierre s'y emploie en plusieurs étapes qui lui permettent d'exposer sa conception du danger.

  • 1 Oeuvres complètes, t. 9, p. 270, 290, 352.
  • 2 Ibid., p. 302.

13Tout au long de la période, il prend le contre-pied des positions du ministère, mais aussi de l'opinion des députés, de l'avis des Jacobins et du sentiment des sections. Il ne s'agit pas pour lui de nier les faits, mais de remettre en cause la réalité des nouvelles qui proviennent du front, de les dédramatiser et de les interpréter. C'est pourquoi, de façon constante, Robespierre multiplie les propos par lesquels il tend progressivement à écarter les circonstances comme facteur déterminant des mesures à prendre et de la politique à suivre. Les rares fois où il évoque précisément les "circonstances présentes" ou "les circonstances graves" ou encore "les moments critiques" c'est pour qualifier les troubles intérieurs, l'action notamment des émigrés (25 février, 3 mars, 1er avril 1793)1. Au contraire, chaque fois que sont annoncés des revers ou des défaites devant les armées étrangères, Robespierre les relativise, et se montre systématiquement optimiste sur l'issue des armes. Ainsi le 8 mars alors que Delacroix vient de rendre compte de la gravité de la situation en Belgique, Robespierre souligne que "le moment d'un échec est celui qui présage un triomphe éclatant"2. Cette certitude de la victoire finale il l'affirme encore deux jours plus tard sur le même sujet et sans relâche durant la période.

  • 3 Ibid., p. 422, 436, 491,525.

14Bientôt c'est l'importance du danger qui est remise en cause : le 13 avril, il dénonce cette "vaine terreur", ces "dangers tant exagérés par Dumouriez et tous ses complices", le 15 avril "le prétexte des dangers extérieurs" et "des craintes indignes" des patriotes, le 8 mai, après l'annonce des progrès et le 26 mai il met en garde les Jacobins à ne pas "se livrer à de vaines terreurs", et leur reproche de s'être "alarmés à la nouvelle de la prise de Condé"3.

  • 4 Ibid., p. 309.
  • 5 Ibid., p. 360, 392, 487.

15Dans le même temps, il tend à démontrer qu'il existe une "organisation des nouvelles" et qu'elle est indissociable d'une organisation des défaites. Le 10 mars il s'inquiète à la Convention : "Vous verrez peut-être un système gradué vous donner tour à tour et des revers et des victoires pour vous épuiser à la longue, pour vous tenir endormis jusqu'à ce qu'on vous conduise lentement au bord du précipice"4. Le 3 avril : "Il est temps que cette comédie finisse. Ce n'est point par des nouvelles tantôt décourageantes, tantôt plus satisfaisantes, qu'on doit endormir la nation", le 10 avril il s'en prend aux "fausses nouvelles" qui avaient été données à la Convention par Dumouriez ; le 8 mai il développe le même soupçon à propos de la Vendée : "On nous a annoncé avec l'appareil de la terreur les progrès des insurgés dans les départements"5. Ce thème lui permet de soutenir celui de la collusion, et par là même celui du complot.

  • 6 Ibid., p. 269,279, 325,337, 343.
  • 7 Ibid., p. 247.

16Robespierre est convaincu que le vrai et le seul danger est intérieur. Pour faire partager cette conviction, il opère, par association et par glissement, un passage de l'ennemi extérieur à l'ennemi intérieur. Le 15 février il associe "la ligue des despotes" aux "ennemis de la République… dans l'intérieur" ; le 27 février, parlant contre Brissot, il demande aux Jacobins : "Prouvons qu'il y a une coalition criminelle entre les intrigants et les cabinets étrangers". Le 13 mars aux Jacobins, il dénonce "la conspiration de la faction : les continuateurs de la Fayette s'entendent avec (…) les émigrés et tous les cabinets de l'Europe." Le 27 mars, il enjoint aux députés" de faire un appel au peuple contre tous les ennemis de l'intérieur et de l'extérieur" et le soir même aux Jacobins il précise : "Comment pourrait-on concevoir que, tandis que le peuple verse son sang pour repousser les ennemis du dehors, il s'absteint de faire la guerre aux ennemis de l'intérieur"6. Le glissement est ainsi achevé au mois de mars, il faut faire la guerre, certes, mais le front extérieur est second. Le 29 mars Robespierre assure : "Nous sommes plus forts cent fois qu'il ne faut pour détruire nos ennemis extérieurs, s'ils n'avaient au milieu de nous de puissants alliés"7.

17La force de Robespierre a été de ne pas s'en tenir là mais de développer, autour de cet ensemble, une argumentation propre sur la nécessité de défendre le lien collectif, l'argumentation renouvelée du Salut public, et de définir un lien collectif de modèles et d'interdits, d'organiser et de justifier le devoir primordial de l'État nouveau de contrôler et d’ordonner. En cela, il poursuit une tâche déjà définie en janvier lors des débats qui précédèrent la mort du roi. Le 16 janvier il rappelait aux députés qu'ils étaient "envoyés pour cimenter la liberté publique par la condamnation du tyran" ; le 18 janvier parlant contre le sursis, il leur disait : "Vous êtes assemblés pour cimenter la liberté du peuple français et préparer celle du monde" ; enfin le 21, il les exhortait à l'union "fondée sur les principes" : "C'est à l'amour de la patrie, c'est aux principes de la liberté que je vous conjure de vous rallier."

18Progressivement, Robespierre réussit à identifier son discours comme étant celui que tiennent les seuls véritables défenseurs de la patrie. Il assimile, en les transformant, les valeurs guerrières, fait sien le vocabulaire du discours girondin sur la guerre extérieure en le détournant vers la guerre intérieure ; ce faisant il enferme l'ennemi sur le territoire de la République, il l'intériorise au sein de la Révolution. Robespierre appelle le peuple et la Nation à la loyauté à des thèmes idéaux ceux que lui-même définit, et, dans un même mouvement, à la haine et au rejet de ceux véhiculés par le ministère et les girondins.

  • 8 J. L. Matharan, Suspects et Suspicion à Paris 1792-1794, Thèse, 2 volumes, Université de Paris I, (...)

19Ce procédé n'est en rien nouveau, ni dans l'histoire de la Révolution ni dans celle, plus ancienne, des affrontements de pouvoir : hérité d'une pensée religieuse, il est l'un des éléments essentiels du système de suspicion8, d'une démonologie de l'adversaire.

  • 9 Oeuvres complètes, t. 9, p. 383.

20Il s'agit de donner aux actes de guerre, à la destruction de l'ennemi, une valeur extraordinaire et sacrée : l'importance de la victoire est capitale, il en va de la survie de la Révolution. C'est, en l'espèce, le sens du premier discours girondin que Robespierre avait combattu en 1791 et en 1792. En 1793, il en reprend les termes tout en leur assignant d'autres valeurs. Les victoires initiales et leur sens même sont la marque des vertus du peuple et de la Révolution. Les défaites sont le résultat de l'action de l'ennemi intérieur, du ministère et des Girondins. Pour convaincre de la justesse de son explication et entraîner l'adhésion à la politique qu'il propose, Robespierre replace régulièrement les événements dans le "temps long" : il fait le point à l'usage de ses auditeurs, propose une lecture globale de la Révolution, et fixe ainsi la mémoire. Médiateur du passé, il donne de la cohérence au présent : c'est le but du discours qu'il prononce le 10 avril à la Convention contre Brissot et les Girondins. Il rappelle comment "ce sont les chefs de cette faction qui, en 1791, prêtèrent à la cour le secours de leur fausse popularité, pour engager la Nation dans cette guerre provoquée par la perfidie, déclarée par l'intrigue et conduite par la trahison"9. La guerre a été imposée non pas par l'extérieur mais par la cour et les Girondins ; les défaites sont alors le résultat d'un complot destiné à rétablir la royauté et à rabaisser le peuple. C'est une guerre d'autodéfense que celui-ci doit mener contre l'ennemi intérieur. La guerre peut prendre alors une dimension mythique, libératrice et fondatrice, le Salut public. Elle est la reprise justifiée et la continuation des guerres précédentes, celles conduites par le peuple et la liberté contre l'oppression le 14 juillet 1789 et le 10 août 1792. Le discours sur la Constitution prononcé le 10 mai est l'occasion pour Robespierre de souligner cette continuité.

  • 10 Ibid., p. 333.

21Cette guerre enfin est créatrice. Elle fonde un "nous" collectif associant le peuple et les députés dans la défense de l'État et de la Patrie, le 27 mars Robespierre dénonce à la Convention les dangers que court la Révolution et propose aux députés une politique fondée sur l'appel au sentiment national : "Citoyens, l'énergie républicaine et les vertus peuvent seules sauver l'Etat"10. "L'énergie républicaine", "l'indignation généreuse, "l'énergie du peuple", "l'élan du patriotisme" : autant d'expressions par lesquelles Robespierre traduit ce sentiment, cet attachement de la Nation à la République.

  • 11 Analyse abordée par A. SOREL dans L'Europe et la Révolution Française, Paris, Plon, 1908, t. II.

22Dans ce détournement progressif du discours sur la guerre, Robespierre opère une synthèse entre l'héritage politique des guerres de religion, où les peuples se regroupent selon leurs convictions puis s'affrontent, et l'héritage politique des guerres civiles où chaque parti se proclame seul garant et représentant de l'État11. La désignation de l'ennemi devient un enjeu fondamental pour fonder dans les faits et dans les esprits autorité et pouvoir.

L'ennemi

23La volonté de désigner l'ennemi n'est évidemment pas l'apanage de Robespierre ni de cette période. Commune à tous les acteurs du processus révolutionnaire, elle est à l'œuvre dès l'été 1789, traverse et organise les groupes au sein des assemblées nationales, alimente la marche même de la Révolution.

24A printemps de 1793 cependant, si Robespierre travaille particulièrement la définition de l'ennemi - celle de son identité qu'il importe de connaître pour mieux le combattre-, il développe ses réflexions sur l'identification des amis de la Révolution, dresse les éléments symboliques qui doivent entraîner le désir et l'adhésion collective.

  • 12 Le Moniteur, réimpression, Paris, 1863-1870., t. XI, p. 763.
  • 13 Oeuvres complètes, t. 9, p. 303.

25Le 21 mars, la Convention adopte une loi sur les étrangers, sur le rapport de Jean Debry. Celui-ci, qui devait appartenir au Comité de Salut public dès sa formation, le 6 avril, s'exprime au nom du Comité diplomatique : il expose les mesures retenues pour établir les déclarations de résidence par les étrangers vivant en France puis, élargissant son propos initial, demande, au nom du Comité, que ces mesures soient appliquées aux ennemis de l'intérieur. Les qualificatifs qu'il emploie définissent un ennemi déshumanisé : les ennemis étrangers sont "des insectes destructeurs", ceux de l’intérieur "des reptiles impurs"12. Quelques jours auparavant, le 8 mars, Robespierre demandait que l'on purge les armées "de quelques traîtres qui seront écrasés comme des insectes par une grande Nation destinée à punir tous les tyrans du monde"13. Plus qu'une coïncidence, c'est la conviction affirmée que, sans liberté et sans droits proclamés, un peuple reste esclave et le jouet des tyrans. L'ennemi devient alors celui qui nous menace dans notre humanité en s'en prenant à la Révolution ; lui résister, le combattre c'est combattre pour les valeurs humanistes, celles du genre humain.

  • 14 Ibid., p. 436.
  • 15 Ibid., p. 455

26En même temps, ces images de l'autre ne renvoient pas à une véritable menace puisque l’autre, en l'occurrence, reste dépourvu d'une véritable altérité ; cela permet d'affirmer la certitude de la victoire finale et celle, tout aussi importante, que l'on peut convaincre et donc rallier des opposants. C'est ce projet que Robespierre défend le 15 avril en demandant que la Convention discute de la Déclaration des droits avant de discuter de la Constitution : il associe dans ce discours l'idée de bonheur (celui de la Nation et celui de toutes les nations), le refus du danger extérieur, l'évidence de la victoire, l'appel à fonder une identité nationale qui rassemble et qui attire14. Car l'identité nationale n'est pas un phénomène naturel : elle suppose une identification, peut-être des identifications qui la fondent. En cela elle se distingue des certitudes de groupes restreints dont la cohésion ne repose que dans le rejet et l'exclusion. Le projet de Robespierre n'est pas, celui tactique, d'une unité factice, il aspire à l'universel et rejette les identités tribales. Le 24 avril présentant son projet de "Déclaration des droits du peuple français", il rappelait "les devoirs de fraternité qui unissent tous les hommes et toutes les nations"15.

27L'usage et la représentation de l'adversaire sont des éléments déterminants dans la proposition d'une identité, mais ce sont des éléments complexes que l'on ne peut réduire à des réflexes d'exclusion. Le ciment collectif n'est pas forcément ou uniquement l'amalgame simple entre l'adversaire intérieur et l'ennemi extérieur : celui que l'on craint n'est pas tant l'étranger que celui dans la cité qui parait vivre selon vos propres lois et tend à introduire celles qui vous asserviraient.

  • 16 J. GODECHOT, "Nation, Patrie, Nationalisme et Patriotisme en France au XVIIIe siècle”, dans A. H. (...)
  • 17 Oeuvres complètes, t. 9, p. 404.
  • 18 Ibid., p. 415.
  • 19 Lettres à Ustéri du 30 avril 1763, citée dans J. GODECHOT, art. cit.
  • 20 Oeuvres complètes, t. 9, p. 487.
  • 21 J. J. ROUSSEAU, Économie Politique, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1964, t. III, p. 255.

28Robespierre veut être celui qui dévoile et qui nomme, qui lit le passé et guide dans le présent. La désignation de l'ennemi permet d'éclairer, de convaincre le peuple et de faire en même temps obstacle à l'ennemi qui veut tout à la fois détruire les libertés conquises et donner la main à l'invasion du territoire. Le 8 mars, à la nouvelle des revers en Belgique, il rappelait comment le peuple en septembre 1792 s'était levé, "le moment où le territoire français" avait été évacué. C'est à cette époque que Robespierre concilie la double référence commune aux révolutionnaires et qui troublait la réception des discours : celle de la nation et celle de la patrie16. Il identifie de façon progressive, d'une part les termes de Nation, de territoire et le nom France avec, d'autre part les termes de Patrie, de République et les expressions caractérisant la valeur universelle des bouleversements en cours, le 10 avril Robespierre dénonce les Girondins à la Convention : "Que n'aurais-je point à dire si je voulais parcourir, développer la manière dont cette guerre a été conduite depuis le commencement. Je veux vous observer seulement que loin d'avoir employé aucun moyen d'attacher à notre cause tous les peuples pour faire adopter l'esprit de notre Révolution, on a fait précisément en France et ailleurs tout ce qu'il fallait pour irriter les peuples contre nous"17. Cette identification permet de ramener les enjeux à un seul domaine, celui d'un choix politique : le sentiment d'appartenance devient le moyen de concilier France et Patrie, il faut rassembler, rallier le peuple. Le même jour, au soir, il intervient aux Jacobins sur le même sujet : "Rallions-nous, démasquons les traîtres et la patrie sera sauvée. Nous avons surpris nos ennemis en flagrant délit national"18. C'était reprendre et adapter la définition de l'esprit patriotique de Rousseau pour qui c'est "un esprit exclusif qui nous fait reconnaître comme ennemi tout autre que nos concitoyens"19. Reconnaître et désigner l'ennemi, le nommer c'est ce que fait Robespierre le 8 mai aux Jacobins : "Il n'est que deux classes d'hommes : les amis de la liberté et de l'aristocratie tyrannique. Voilà la division qui existe en France"20. Le terme de concitoyens désigne alors ceux qui partagent le même but, le même projet politique et civique, le parti "des hommes vertueux". Et c'est bien encore Rousseau qui demandait et répondait : "Voulons-nous que les peuples soient vertueux ? Commençons donc par leur faire aimer la Patrie : mais comment l'aimeront-ils, si la Patrie n'est rien de plus, pour eux, que pour les étrangers, et qu'elle ne leur accorde que ce qu'elle ne peut refuser à personne ?"21

29La vertu est alors cette force politique qui anime le mouvement patriotique et fonde le discours d'appartenance nationale. Elle est le ciment, le liant entre les citoyens. En fusionnant les deux notions, Robespierre tisse deux discours : celui du désir (en 1793 de l'égalité) et celui du réel. Il définit une idéologie nationale, utilisant les symboles et l'imaginaire qui permettent aux individus de projeter leurs aspirations, de se confondre avec les autres, de s'assembler. Il s'affirme ainsi capable d'organiser un monde, il est le médiateur, celui qui donne du sens, celui qui sait : il a l'autorité.

30La vertu devient l'outil spécifique de la politique telle que la conçoit Robespierre : il permet de désigner les actes et les mobiles qui distinguent l'ami de l'ennemi. C'est bien là la seule question fondamentale qui se pose. C'est à l'État d'incarner cette politique et de ne pas laisser des groupes ou des sociétés partielles s'en emparer. Sur ce point, dès 1789, il y a un accord fondamental entre toutes les forces qui s'expriment au sein des assemblées successives pour réserver au pouvoir central l'exercice et le contrôle de cette discrimination. C'est en dernier ressort la raison qui pousse Robespierre à poser de façon pressante au printemps 1793 le problème de l'unité d'action.

L'unité d'action

31Ce problème est posé de façon d'autant plus aigu que les forces politiques et sociales ont un sentiment d'urgence, la conscience d'une crise. Le problème de l'unité d'action est indissociable de la notion de situation exceptionnelle : car tout à la fois il emporte l'idée de volonté générale et le rapport de celle-ci avec l'autorité d'exécution, et le risque de dérive autoritaire de la décision.

32La situation exceptionnelle peut être définie de deux façons. Soit c'est une notion générale de la théorie de l'État et dans ce cas là on considère que le politique est par nature toujours en crise, soit on renvoie à la notion d'état de siège, d'urgence proclamée. La période envisagée répond aux deux acceptions, ce qui influe sur le système de pensée que développe Robespierre et dans lequel il fixe des notions en utilisant des images et des passions. La souveraineté étant définie comme l'exercice de la volonté générale, sa mise en pratique par l'État ne peut être réduite à un monopole de la coercition ou au contrôle de la force coactive, mais bien plus fondamentalement à un monopole de la décision. Dès lors, la situation exceptionnelle, le cas d'exception, doivent faire apparaître de façon évidente qui a l'autorité de l'État : cette certitude qui marquait le droit naturel au XVIIe siècle s'impose à nouveau à partir de 1792 en France. Pour Hobbes ou Pufendorf la souveraineté ne se divise pas dans son principe mais dans son objet elle s'exerce par différents moyens (c'est, par exemple, l'épée de guerre ou l'épée de justice de Hobbes) pour eux ces droits sont indivisibles car s'il y a partage l'État disparaît. Montesquieu ou Burlamaqui sont au contraire partisans du partage comme moyen d'assurer la liberté et le bonheur des citoyens. Rousseau reprend les thèmes de Hobbes et de Pufendorf et établit l'adéquation : souveraineté = volonté, donc son unité et son caractère indivisible. Il subordonne de façon stricte et permanente l'exécutif au contrôle perpétuel du souverain, "le peuple assemblé".

33L'unité de ce peuple souverain reste cependant formelle car elle ne possède pas le caractère imposant la décision. La conscience d'un sentiment d'appartenance doit permettre de pallier cette absence.

  • 22 Oeuvres complètes, t. 9, p. 537.
  • 23 Ibid., p. 311.

34C'est en ce sens que Robespierre organise son discours, c'est celui d'un homme d'État et son enjeu est décisif : établir une théorie de l'État en imposant sa propre définition de la situation exceptionnelle. Il commence par refuser celle utilisée par les Girondins et élaborée en 1791 par les modérés, et qui reposait sur l'invocation des circonstances. Le 29 mai, aux Jacobins, dans un discours dont le thème est la résistance à l'oppression, il précise : "Je dis que les nouvelles tantôt favorables, tantôt fâcheuses, suivant les circonstances, ne sont que des leurres pour nous amener dans le précipice. On a trompé le peuple dans toutes les crises où il devait se lever pour reconquérir sa liberté et étouffer les conspirations"22. Pour lui il s'agit bien d'une situation qui, définie selon des critères "extérieurs", créée par les armées étrangères et ceux qui leurs sont liés à l'intérieur, n'a donc pas de caractère national. Le 10 mars, il montre qu'il faut agir autrement et demande "qu'il y ait une unité d'action, une promptitude de surveillance et d'activité, telle que l'exigent les circonstances pressantes où nous sommes"23. Le 8 mai, il demande que les citoyens se rallient aux autorités car "les moments de crise exigent des mesures très actives".

  • 24 Ibid., p. 518, 549.
  • 25 Ibid., p. 469.
  • 26 Ibid., p. 308.

35Robespierre veut décider ce qu'est cette crise, il le fait sur des critères "internes", suivant la vision, les termes, les tensions qu'il a définis : "Je dis que les grandes vérités que j'énonce sont compatibles avec les moyens de salut public (…) Je suis dans le système le plus efficace et le plus énergique…" (le 13 mai aux Jacobins). Le 10 juin son intervention sur le projet d'acte constitutionnel montre que pour lui la Constitution répond en grande partie à cet objet car "elle présente les bases essentielles du bonheur public, (et) offre le dessein sublime et majestueux de la régénération française"24. Il veut être celui qui décide de la nature de l'intérêt public et de celle de l'État, le Salut public. Dans ce cas la distinction entre l'ennemi et le criminel, à la base de la théorie de la guerre, ne peut pas être maintenue et doit être suspendue : l'article XXXVII de sa Déclaration des droits prévoit que "ceux qui font la guerre à un peuple, pour arrêter le progrès de la liberté et anéantir les droits de l'homme, doivent être poursuivis par tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et comme des brigands rebelles"25. Dès le 10 mars définissant à la Convention les tâches à mener à bien, il estimait : "il faut principalement diriger d'une manière sûre nos mesures, il faut qu'il y ait un régulateur fidèle pour conduire à la fois nos affaires intérieures et extérieures"26. Pour être ce régulateur et pouvoir décider dans l'intérêt de l'État, Robespierre doit convaincre et amener différentes forces à l'appuyer, c'est-à-dire à partager son analyse. Il le fait avec constance et détermination, utilisant plusieurs registres, ceux de l'affection, de la fatigue et de la compassion, celui aussi du pathétique : durant tout le printemps, les expressions signifiant la fatigue, l'épuisement, tant physique que moral de celui qui se dresse seul, émaillent son discours. Plus que des attitudes, il faut y voir la marque de la nécessité de convaincre, la conviction de celui qui parle, la mise en évidence qu'il n'y a pas de différence entre le pouvoir de décision et le pouvoir d'opinion.

36Dans cette recherche des meilleurs principes qui doivent permettre la décision, Robespierre reste conscient de l'écueil formidable que celle-ci peut constituer pour la liberté et les droits de l'homme.

37Analysant de façon constante les dangers de pouvoir personnel, et ce dès l'été 1789, Robespierre n'a de cesse de préciser la doctrine du pouvoir souverain.

  • 27 Ibid, p. 563.
  • 28 Ibid., p. 512.

38Puisque, et parce que, la souveraineté est absolue, elle est, comme Jean Bodin l'a démontré, déliée des lois et repose sur la volonté d'un sujet législateur. Ceci peut entraîner un glissement vers le pouvoir personnel, vers une dérive autoritaire. Robespierre le rappelle le 15 juin dans la discussion de la Constitution : "Quel est l'écueil ordinaire de la liberté dans tous les pays ? C'est le trop grand ascendant que prend à la longue le Conseil exécutif qui, par cela même qu'il a entre ses mains toutes les forces de l'État et qu'il agit sans cesse, domine bientôt toutes les autorités"27. Pour échapper à ce danger ancré au cœur du droit politique républicain et qui est négateur de la démocratie, la surveillance du peuple et sa vertu sont les seuls garants. Contre l'abus de l'autorité : "Il faut que l'autorité exécutive soit placée dans des mains populaires et incorruptibles, dans la main des hommes purs, qui placent leur bonheur dans le bonheur général. Il faut que l'autorité publique soit populaire"28. Le martèlement constant par Robespierre de l'opposition entre la vertu du peuple et la "corruption" possible des magistrats, opposition qu'il avait inscrite dans l'article XIX de sa Déclaration des droits, reprend la démonstration de Rousseau pour qui la tromperie des législateurs et leur corruption abusent le peuple et rendent muette la volonté générale : cette accusation que Robespierre porte contre les Girondins est la plus grave : elle les assimile aux négateurs des Droits de l'homme.

39L'affirmation des nouveaux droits au printemps 1793 est l'occasion de repréciser l'idée républicaine, de substituer l'intérêt général aux intérêts factieux, de redéfinir la portée et les limites du pouvoir de décision, et par cela d'établir l'unité, de fonder le sentiment d'appartenance nationale. L'opposition de principe que cette période révèle est bien dans ces positions de fond. Les Girondins supposent que tous les hommes ont les mêmes volontés et possèdent par conséquent les mêmes droits politiques, fondé sur la notion d'humanité : c'est la base de la démocratie libérale. Robespierre, dans sa conception de la démocratie, suppose que seuls les hommes faisant partie du groupe des amis possèdent des droits équivalents. Le printemps 1793 est un moment privilégié dans la lutte entre ces deux notions, c'est l'enjeu du sens que l'on donne aux termes "amis" et "peuple". L'exercice du pouvoir par les Girondins introduit dans leur système d'explications, confusion et perplexité : comment défendre l'idée libérale que tout homme en tant qu'homme doit avoir les mêmes droits politiques et la nécessité de ne pas laisser des étrangers avoir part à la décision ? Comment une démocratie pourrait-elle ignorer le concept d'étranger et annoncer l'égalité de tous les hommes ? C'est le débat entre universalisme et senti-ment d'appartenance que recouvre alors l'emploi du mot de patriotisme. Robespierre montre, "éclaire", cette contradiction des Girondins entre les principes et la réalité, pour démontrer que ceux-ci ne sont pas patriotes. Les Girondins se défendent en se défaussant sur les circonstances imposées du dehors. Robespierre dément et veut prouver que c'est un choix : les Girondins organisent le désordre militaire et politique parce qu'ils ne veulent pas de l'ordre révolutionnaire, démocratique, de l'ordre "populaire", parce qu'ils sont attachés aux anciens préjugés. Dans l'idéologie libérale que prône les Girondins, la volonté populaire est dissoute dans le droit humanitaire ; Robespierre, au contraire, concilie les deux.

40Imbriqués dans la réalité, les trois thèmes de la guerre, de l'ennemi et de la situation exceptionnelle sont réfléchis, redéfinis et combinés par Robespierre durant les premiers mois de l'année 1793. Il s'agit de réorienter la marche de la Révolution et de retrouver le sens de l'intérêt général, de fonder la République en démocratie. En intervenant régulièrement sur le sens qu'il faut donner à la guerre, il vise plus à définir un lien collectif dynamique qu'à enflammer des passions temporaires ; en s'attachant à désigner les ennemis il cherche plus à rassembler autour d'une identité nationale spécifique qu'à exclure ; en approfondissant la souveraineté et l'autorité, il s'essaye à fonder et à accorder la liberté avec l'intérêt général.

41En considérant les événements pour ce qu'ils sont, les signes extérieurs de réalités plus complexes, et en refusant de laisser enfermer les décisions à prendre dans des alternatives superficielles, Robespierre montre ses capacités d'homme d'État : il utilise l'éphémère pour enraciner la République avec le sentiment national.

Notes

1 Oeuvres complètes, t. 9, p. 270, 290, 352.

2 Ibid., p. 302.

3 Ibid., p. 422, 436, 491,525.

4 Ibid., p. 309.

5 Ibid., p. 360, 392, 487.

6 Ibid., p. 269,279, 325,337, 343.

7 Ibid., p. 247.

8 J. L. Matharan, Suspects et Suspicion à Paris 1792-1794, Thèse, 2 volumes, Université de Paris I, 1985.

9 Oeuvres complètes, t. 9, p. 383.

10 Ibid., p. 333.

11 Analyse abordée par A. SOREL dans L'Europe et la Révolution Française, Paris, Plon, 1908, t. II.

12 Le Moniteur, réimpression, Paris, 1863-1870., t. XI, p. 763.

13 Oeuvres complètes, t. 9, p. 303.

14 Ibid., p. 436.

15 Ibid., p. 455

16 J. GODECHOT, "Nation, Patrie, Nationalisme et Patriotisme en France au XVIIIe siècle”, dans A. H. R. F., Paris, 1971, no 206.

17 Oeuvres complètes, t. 9, p. 404.

18 Ibid., p. 415.

19 Lettres à Ustéri du 30 avril 1763, citée dans J. GODECHOT, art. cit.

20 Oeuvres complètes, t. 9, p. 487.

21 J. J. ROUSSEAU, Économie Politique, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1964, t. III, p. 255.

22 Oeuvres complètes, t. 9, p. 537.

23 Ibid., p. 311.

24 Ibid., p. 518, 549.

25 Ibid., p. 469.

26 Ibid., p. 308.

27 Ibid, p. 563.

28 Ibid., p. 512.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

I.H.R.F. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter