Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre et le discours sur l’étranger : buts et limites d’une modélisation des nationalités

Laurent Petit

Texte intégral

  • 1 A. MATHIEZ, La Révolution et les étrangers : cosmopolitisme et défense nationale, Paris, 1918, 190 (...)

1Dès les prémices de la Révolution, l'étranger est présent sur le devant comme dans les coulisses de la scène politique. Après être devenu le bras du complot aristocratique qui induit la Grande Peur, c'est sous la forme du "féroce soldat" qu'il revient dévaster les campagnes françaises. Il n'en continue pas moins son oeuvre de sape, ourdissant des complots et fomentant des troubles. Comme pour brouiller le tableau, les réfugiés politiques et ceux qu'Albert Mathiez a appelés les "pèlerins de la liberté"1 invitent à envisager leur place dans la Grande Nation. Présent sur tous les fronts, l'allochtone l'est ipso facto dans le discours révolutionnaire où il n'apparaît pas en marge mais bel et bien comme un des éléments constitutifs dont l'importance va croissante de 1789 à l'an II.

2Dans ce débat sur l'étranger et les étrangers, Robespierre fut le plus souvent dépeint comme le pourfendeur infatigable des conspirations tramées par les cabinets européens, et comme le dénonciateur des allochtones présents sur le territoire national. L'interprétation de son discours comme xénophobe peut alors apparaître fondée. Tenter d'appréhender la volonté qui préside à son élaboration et en marquer les originalités, c'est visiter les images robespierristes sur les différents peuples, c'est comprendre la partition entre étrangers de l'intérieur et peuples de l'étranger, c'est enfin déterminer les enjeux du complot dans cette interprétation du monde.

1. Le partage des peuples, une construction de longue durée

3La vision des différentes nations chez Robespierre est évidemment modelée par le comportement des allogènes face aux événements politiques, mais c'est sur un substrat de présupposés que celle-ci s’élabore.

  • 2 Oeuvres complètes, t. 6, Discours, 1ère partie, 1789-1790. Intervention du 23 décembre 1789 : le d (...)
  • 3 A. P., t. 79, p. 404. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).
  • 4 Oeuvres complètes, t. 10, Discours, 5e partie, 27 juillet 1793 - 27 juillet 1794, p. 243. Interven (...)
  • 5 Ibid., t. 8, Discours, 2e partie, octobre 1791-septembre 1792, p. 36. Intervention sur la guerre a (...)

4Il s'agit d'abord de préjugés hérités du siècle des Lumières. Ainsi, le 23 décembre 1789, Robespierre constate-t-il les vices de Juifs même s'il trouve qu'on dit à leur égard "des choses infiniment exagérées"2. Comme tant d'autres, il fait sienne la théorie des climats. "La Russie est impérieusement déterminée par la nature même des choses", dit-il, c'est une contrée marquée par "la férocité des sauvages"3, tout comme au "fond des déserts de l'Autriche (…) des hommes (sont) accoutumés à vivre dans le sang et le carnage"4. Au déterminisme géographique s'ajoute parfois le déterminisme linguistique. Voilà ceux qui ne parlent pas le français, non seulement difficilement accessibles aux lumières de la Raison5 mais également suspects de dissimuler de coupables desseins derrière l'inintelligibilité de leur vocable. C'est le barbarophonos grec ressuscité au cœur d'une Europe éclairée qui parle français.

  • 6 A. D. Pas-de-Calais, 2 Mi 501 B1. Cahier de doléances de la corporation des cordonniers mineurs d' (...)
  • 7 Oeuvres complètes, t. 6, p. 109. Intervention du 8 octobre 1789. Sur une lettre de deux anglais.
  • 8 Oeuvres complètes, t. 8, p. 168. Intervention du 10 février 1792. Sur les moyens de sauver la Patr (...)

5Les topiques pré-révolutionnaires largement centrés sur la Grande-Bretagne se font également jour. Dans le cahier de doléances des savetiers d'Arras que Robespierre rédige, l'article 2 est une critique directe du traité de commerce signé avec l'Angleterre en 1786, "fléau commun à toute la France" qui "peut ôter les subsistances (à) une multitude de citoyens pauvres"6. La supériorité industrielle et commerciale de la "nation rivale"7 et son corrélatif, la disette monétaire, sont dénoncés8.

  • 9 A. RUFER et J. SURATTEAU, "Robespierre, la Suisse et les Suisses", dans Actes du colloque Robespie (...)
  • 10 Le terme hollandais est employé comme synonyme de toute l'ancienne République des Provinces-Uhies.
  • 11 Nous suivons ici la distinction faite entre Révolution batave et Révolution néerlandaise établie p (...)
  • 12 Il est bon de rappeler que Robespierre ne quitta jamais le territoire français et que ses seuls vo (...)

6Homme de son siècle, il est également un homme du terroir, Artésien en l'occurrence. C'est là, qu'en 1785, il rencontre les officiers du régiment de Salis-Samade au sein de l'Académie des Rosati. Il fait l'éloge du régime grison, signe de ses relations d'amitié avec la Suisse, quatre ans avant son élection aux États généraux9. L'Artois est ceinturé de provinces d'où parviennent, déformés par l'éloignement, les échos des groupements britanniques de Boulogne-sur-Mer et Dunkerque, des embarquements et débarquements de Calais ainsi que du tout jeune "refuge" hollandais10 de Saint-Omer où se sont majoritairement regroupés, avec la bénédiction du roi de France, les insurgés malheureux de la Révolution néerlandaise de 178711. Robespierre est donc un homme de la frontière, mais d'une frontière lointaine, plus imaginée que vécue12, ce qui implique inévitablement une perception trouble des étrangers qui vivent au delà.

  • 13 Le 18 août 1789, à l'annonce de la prise de la Bastille, les Liégeois se portent tumultueusement a (...)
  • 14 Oeuvres complètes, t. 8, p. 36. Intervention aux Jacobins. Sur la guerre. 11 décembre 1791.
  • 15 Ibid., t. 4, Les Journaux. Le défenseur de la Constitution, no 1, 17 mai 1792, p. 16. Article et o (...)
  • 16 Ibid., t. 9, Discours, 4ème partie, septembre 1792 - 27 juillet 1793, p. 344. Intervention sur le (...)
  • 17 A. P., t. 79, p. 401. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).
  • 18 Oeuvres complètes, t. 9, p. 283. Sur l'exclusion des étrangers de la représentation nationale et d (...)

7A l'aune de son expérience, il va juger les différents groupes allogènes. Les Liégeois, tout d'abord, obtiennent son soutien enthousiaste. Pour Robespierre, la Révolution liégeoise est une révolution populaire qui s'affranchit de l'aristocratie ecclésiastique. Non seulement celle-ci s'inspire de l'exemple français (le 18 août est le pendant du 14 juillet)13 mais elle se tourne rapidement vers la Constituante, preuve de la similarité des deux phénomènes révolutionnaires. Une grande partie des discours est parsemée de termes flatteurs pour les Mosans. Dès décembre 1791, ceux-ci "se confondent" avec les Français14, l'année suivante, c'est leur "ardeur" qui est soulignée15. En 1793, Robespierre parle des "braves Liégeois, nos fidèles alliés devenus nos frères "16. Dans son Rapport sur la situation politique de la République17, leur inscription au martyrologue républicain les fait entrer dans un processus d'héroïsation. Non contents de mourir sous le coup des baïonnettes, ils "servent avec honneur les fonctions publiques"18. Soutien enthousiaste, avons-nous dit, mais également soutien indéfectible : le 18 germinal an II (7 avril 1794), il appuie aux Jacobins le Liégeois Fyon, seul général étranger à conquérir sa confiance.

  • 19 Ibid., t. 8, p. 312. 9 mai 1791. Sur le droit de pétition.
  • 20 Voir à ce sujet, Ph. GUIGNET, "Le cheminement incertain d'une incompréhension : Camille Desmoulins (...)
  • 21 En novembre et décembre 1789, toute une série de secousses insurrectionnelles chassent les troupes (...)
  • 22 Oeuvres complètes, t. 8, p. 83-84, 2 janvier 1792, sur la guerre. On y lit "il y a un siècle entre (...)
  • 23 Ibid., t. 9, p. 363, 3 avril 1793 (soir). Sur les complices de Dumouriez et Ibid., t. 9, p. 391, 1 (...)
  • 24 Voir notamment les discours du 11 décembre 1791 et 20 avril 1792.
  • 25 Oeuvres complètes, t. 8, p. 389. 9 juillet 1792. Sur les dangers de la patrie.

8Les Brabançons subissent, eux, la double pénalité de s'être révoltés contre Joseph II, monarque éclairé qui "écoutait les plaintes de ses sujets"19, et d'avoir trahi - bien involontairement - les espoirs placés en eux par les révolutionnaires français20. Le 2 janvier 1792, Robespierre montre aux Jacobins que la "Révolution statiste"21 ne tient pas la comparaison avec la France : les Brabançons ont un siècle de retard, ils sont guidés par le fanatisme et ne savent s'en remettre qu'à l'aristocratie22. Il dénonce au début 1793 ces mêmes Brabançons pour leurs liens avec Dumouriez et les Girondins23. Mais parallèlement, Robespierre leur accorde le bénéfice d'une révolution, leur reconnaît le droit de bénéficier d'une aide armée24, puisque le "peuple brabançon veut être libre"25. Ces quelques aspects positifs viennent surtout de l'amalgame fait avec les Liégeois et du transfert d'aura dont ils bénéficient par ce biais. Néanmoins, ces contradictions trahissent les hésitations de l'incorruptible face à une révolution à plusieurs temps et aux multiples courants.

  • 26 Ibid.., t. 9, p. 334. Sur le choix des Généraux et pour l'expulsion des Bourbons.
  • 27 Lettre de Van Miest à Robespierre (Londres, 26 juin 1791) dans Papiers inédits trouvés chez Robesp (...)

9Ce qui est sûr, c'est le lien fort qui unit Robespierre aux réfugiés belges que trahissent les allusions aux communautés de Givet et de Lille26, la demande d'un secours qu'il fait pour un patriote brabançon qui lui a confié son dossier ou encore la lettre d'un vonckiste27. En fait, on peut dire que sa vision des Brabançons est globalement positive, même s'il leur est toujours demandé de faire la preuve de leur attachement patriotique.

  • 28 "Pourquoi les patriotes bataves, qui ont de l'argent et des moyens chez eux, ne font-ils pas leur (...)
  • 29 Sur les différents clubs bataves (notamment à Saint-Omer), on se reportera à S. SCHAMA, Patriots a (...)
  • 30 Oeuvres complètes, t. 5, Les journaux. Lettre à ses commettans, 2e série, no 5, 5 février 1793, p. (...)
  • 31 Ibid., t. 9, p. 386. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins.
  • 32 Ibid., t. 10, p. 156. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissance (...)
  • 33 Ibid.., t. 5, Les journaux. Lettre à ses commettons, 2e série, no 5, 5 février 1793, p. 272. Ibid.(...)

10Les Bataves peuvent être considérés comme le contre-exemple des Liégeois. Robespierre connaît le rassemblement de Saint-Omer et la situation financière souvent privilégiée de ses membres soutenus par les aides de la Couronne. Au début de 1792, les Bataves sont assimilés aux Brabançons et peuvent à ce titre espérer une aide militaire française. Dès la fin de l'année, la guerre venue, Robespierre se rend compte que les Bataves attendent trop de l'action française et ne font que peu de choses pour voir triompher leurs principes en Hollande. Témoin en est la très sèche réponse qui est faite à l'une de leur députation au club des Jacobins28. Leur cote chute encore de par leurs liens plus qu'étroits avec Dumouriez puis les factions extrémistes29. En 1793, leur chute programmée est accomplie ; le 5 février, on dénonce leur "culte de l'or"30 ; le 10 avril il faut conquérir "l'argent et la flotte de Hollande"31 ; le 16 octobre, "les Bataves ne sont (plus) qu'un instrument passif entre les mains des tyrans conjurés"32. Le conventionnel doute même de l'activisme de ceux qu'il qualifia autrefois de gueux33.

11Après ce panorama de l'Europe du Nord-Ouest, voyons ce qui conduit Robespierre à ne considérer les Suisses et les Américains que comme de nécessaires alliés.

  • 34 A. P., t. 79, p. 402. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).
  • 35 Ibid..Sur les actions du Comité Helvétique, voir : A. MEAUTIS, Le club helvétique de Paris, Neufch (...)
  • 36 Oeuvres complètes, t. 8, p. 353. 13 mai 1792. Sur le renouvellement des traités avec les Cantons s (...)
  • 37 A. P., cf. supra note 35.

12On a déjà dit l'amitié naturelle qui liait Robespierre à la patrie de Guillaume Tell et de Jean-Jacques Rousseau. Pendant sa magistrature, il parle peu des Suisses. Sa volonté rectrice est de tout faire pour éviter de heurter les Cantons car ils sont d'un intérêt vital pour la défense du territoire (ils couvrent 50 km de frontière). C'est pourquoi, dans son rapport du 27 brumaire (17 novembre 1793), il leur donne un billet blanc trouvant leurs avis "justes en général"34. C'est la même politique qui le conduit à condamner fermement les actions du Comité Helvétique de Paris, tant en France que dans la Confédération, et à attaquer personnellement ses membres35. Robespierre reste critique et plaint les Helvètes "mal gouvernés" par des aristocrates, prenant ici plus précisément l'exemple Bernois36. Néanmoins, "en général", les descendants de Guillaume Tell forment "un peuple que les Français libres peuvent estimer"37.

  • 38 Cette attitude est critiquée par Robespierre dans le no 3 du défenseur de la Constitution du 31 ma (...)
  • 39 Ainsi, Cambon, le 1er août 1793, propose d'excepter les Américains de l'arrestation, Barère fait d (...)
  • 40 J. GODECHOT, "Robespierre et l'Amérique" dans A. H. R. F., octobre-décembre 1976, p. 637-652.
  • 41 Oeuvres complètes, t. 8. 18 décembre 1791. Sur la guerre.
  • 42 Ibid., t. 5, p. 17. Lettre à ses Commettans, 1ère série, no 1. "Qui voudrait échanger les sublimes (...)
  • 43 A. P., Ibid., p. 402.

13Le comportement à l'égard des Américains démarque Robespierre des autres conventionnels. Pour les Girondins, on sait à quel point les États-Unis constituent un modèle38 ; pour les Montagnards, c'est encore le regard positif qui l'emporte39. Robespierre ne fut jamais suspect de sympathie envers la jeune Nation. Selon Jacques Godechot40, le brouhaha qui couvre son intervention le 10 juillet 1790 portant sur la pétition de deux Américains, vise à empêcher le constituant d'exprimer ses réticences - connues - face à l'enthousiasme de l'Assemblée. Comme rien ne permet d'étayer ou d'infirmer cette hypothèse, on peut au moins en accepter l'augure. Ce qui est certain, c'est que, dès le 18 décembre 1791, il met en doute la valeur de la victoire américaine41, lui fait le reproche d'être le deuxième refuge de l'aristocratie après Londres, refuge qui se transforme naturellement en base de repli pour les Girondins. Dans ses écrits, il critique la dérive ploutocratique et monarchique du gouvernement américain42. Lorsqu'il évoque les relations extérieures, il leur reproche non seulement de ne pas assister la France comme le traité de Versailles les y lie mais de rester fidèle au souvenir d'un roi libérateur, alors que c'est le peuple qui a foulé la terre de Yorktown. Il termine en montrant que si la France ne continue pas à se pencher sur le berceau des U.S.A., c'est dans les fers préparés par l'Angleterre qu'ils termineront leur marche au gigantisme43. Robespierre entend garder des alliés qui doivent aider la République pour préserver leur propre liberté.

  • 44 Chez les autres, les variations observées ne sont que les multiples facettes d'un thème central ; (...)
  • 45 S. WAHNICH, "L'étranger dans la lutte des factions. Usage d'un mot dans une crise politique (5 niv (...)

14Si le cas anglais est original pour plusieurs raisons, c'est d'abord parce qu'il est le seul dans lequel on peut déceler une évolution sensible de point de vue chez Robespierre44. C'est aussi dans la vision de l'Angleterre que Robespierre joue véritablement le rôle de leader dans l'élaboration d'une image rectrice promise à une diffusion massive. Sophie Wahnich a bien montré que l'évolution du discours envers l'Angleterre s'articulait autour de la trilogie confiance / défiance / condamnation45. Robespierre est, lui, en avance d'un temps sur ce glissement, allant de la suspicion à la mise au ban, en passant par la condamnation. Fort de cette anticipation, c'est lui qui surpasse l'apparente contradiction peuple - gouvernement qui gêne tant de révolutionnaires, celle-ci conditionnant bien-sûr le binôme responsabilité - irresponsabilité.

  • 46 Oeuvres complètes, t. 6, p. 167. 23 décembre 1789. Il n'excepte pas d'actes "contraires à l'histoi (...)

15Dans ce premier acte de l'étude de la vision anglaise, nous évoquerons son cheminement jusqu'au moment où celle-ci sort du cadre habituel de la modélisation, c'est-à-dire à l'automne 1793. Robespierre accorde à l'Histoire le rôle de tribunal des hommes et des choix du passé46. Si on connaît la manie des orateurs de la Révolution à user de références antiques - manie à laquelle Robespierre sacrifie largement - on sait moins à quel point l'histoire du royaume anglais a concurrencé les hauts-faits des habitants des rivages de l’Egée ou des collines de Rome. Il faut noter que ces exemples historiques britanniques prennent presque toujours une connotation négative, soit par leur valeur intrinsèque, soit par comparaison avec les vertus prêtées au peuple athénien. De l'histoire britannique, Robespierre tire des archétypes sombres qu'il va développer et qui seront promis à un bel avenir, devenant de véritables ressorts mythiques de la rhétorique politique.

  • 47 Ibid., t. 8, p. 378 et suivantes. 18 juin 1792. Intervention au club des Jacobins contre Lafayette
  • 48 "L'ex-révérend Chabot a traité M. La Fayette de conspirateur, de Cromwell", commentaire du Journal (...)

16L'exemple le plus saisissant est celui de Cromwell. Employé pour la première fois en 1791 en association avec César, il s'extirpe bien vite de l'ombre consulaire et c'est le spectre du Lord protecteur qui va écraser La Fayette. C'est dans le discours du 18 juin 1792 que l'usage du référentiel Cromwell apparaît proliférant, encerclant jusqu'à l'identification l'ex-héros des deux mondes47. La juxtaposition faite par Robespierre passe dans l'usage courant sous la forme d'une identification parfaite entre les deux individus. C'est sous cette forme que Chabot l'utilise huit jours plus tard48. Le signe le plus éclatant du succès durable -et donc de son efficacité - c'est son emploi pour qualifier le vaincu de Thermidor dans la journée même du 9.

  • 49 Développé notamment dans le no 6 du Défenseur de la Constitution du 22 juin 1792 (cf Oeuvres compl (...)
  • 50 Oeuvres complètes, t. 9, p. 46. 28 octobre 1792. Intervention aux Jacobins. Sur l'influence de la (...)
  • 51 Ibid., t. 9, p. 123. 3 décembre 1792. Sur le jugement de Louis XVI. "Nous nous sommes laissé indui (...)

17Si Cromwell par son succès semble occuper à lui seul l'espace discursif robespierriste, il n'en est pourtant rien. Monk49 et Warwick50 viennent ensuite au palmarès des exemples anglais les plus cités. Ainsi, les deux voies potentielles, la Restauration et le Commonwealth (la République aristocratique) sont-elles là mises à bas. Même la décapitation de Charles Ier ne peut être appelée en comparaison dans le jugement de Louis XVI51 : toute la primauté de l'histoire anglaise sur la française est niée en tant qu'exemple pour la France, établissant s'il en était encore besoin la partition définitive entre la Révolution française, enfantant la Liberté, et les Révolutions anglaises, génératrices des pâles libertés britanniques.

  • 52 On pense notamment à Marat après la fusillade du Champ de Mars.
  • 53 Oeuvres complètes., t. 9, p. 366. 3 avril 1793 (soir). Sur les complices de Dumouriez.
  • 54 Ibid., p. 365. "Un aventurier espagnol, chassé du Pérou, employé ensuite par Pitt, donné ensuite à (...)
  • 55 "Ce qui a frappé les observateurs, c'est de voir ce docteur anglais (Priestley) s'étendre particul (...)

18Cette série de mauvais exemples trouve son aboutissement dans l'Angleterre du temps, terre de fourvoiement. Si Londres fut la capitale du Refuge pour les huguenots contraints à l'exil, puis pour les patriotes chassés par le nouveau Cromwell52, elle s'est muée en terre d'exode pour les émigrés. Ainsi, "les Anglais sont justement suspectés d'être coalisés avec (les) ennemis intérieurs"53, "la plus grande faction" (comprenez les Brissotins) tisse et renoue des liens avec le gouvernement des bords de la Tamise : Miranda est un général vendu54, Priestley fait l'éloge de la Gironde dans les mêmes termes que les libellistes entretenus par Roland55, révélant les ponts occultes jetés par dessus la Manche.

  • 56 "Ce système convient au gouvernement anglais, il convient à Pitt, l'âme de toute cette ligue". Cf.(...)
  • 57 Voici quelques-uns des qualificatifs que l'on peut trouver dans le no 6 de la Lettre à ses Commett (...)
  • 58 A. P., op.cit., p. 400.

19Avec la chute de la faction brissotine, l'Angleterre doit glisser tout entière dans le complot et la conspiration dont le moteur est l'argent. Cette propension de Londres à être le centre des intrigues et de la conspiration est déjà dénoncée dans le troisième numéro de la Lettre à ses commettans de janvier 1793. C'est le pays aristocratique par excellence depuis lequel Pitt dirige la ligue56 ; Pitt ce "génie malfaisant", immoral, trop peu philosophe et rétrograde57 qui réserve "son talent pour de grandes perfidies"58.

  • 59 Oeuvres complètes, t. 9, p. 499-500. Sur la constitution.

20Le 10 mai 1793, alors qu'on discute de la constitution dont doit se doter le pays, Robespierre va au-delà des vices des dirigeants et se livre à une critique en règle des institutions gouvernementales britanniques. Le pouvoir du monarque y est resté intact, l'or y a tout corrompu, tout cela concourant à créer "une sorte de gouvernement monstrueux". De l'exemple prôné par les Girondins, Robespierre fait un pays où sont exaltées de fausses vertus publiques, où l'on vénère un fantôme de liberté alors qu'y règnent la corruption et le trafic des Droits de l'homme59.

21Voilà donc Robespierre iconoclaste d'un système encore largement reconnu tandis que beaucoup sont encore sous le coup de la lutte fratricide France-Royaume-Uni, ne se résolvant à faire porter la responsabilité sur le "système anglais" qu'à contre-cœur.

  • 60 Oeuvres complètes, t. 9, p. 364. "Les prussiens et les émigrés ainsi ensevelis (après Valmy) assur (...)
  • 61 Ibid., t. 10, p 242. 22 frimaire an II (12 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre Anacha (...)

22Les ennemis de toujours, eux, n'ont pas autant retenu l'attention de Robespierre car justement aucun travail didactique n'est nécessaire à leur égard. Le Prussien est très peu présent dans le discours, il est le surnuméraire dans les énumérations des peuples (il joue, là, le même rôle que l'Italien). Sinon, il est le plus souvent le compagnon de l'émigré60 ou l'homme de cabinet. Dans tous les cas, c'est sa fourberie qui est mis en exergue61.

  • 62 Le qualificatif de "l'Autrichienne" pour désigner Marie-Antoinette n'est qu'un des révélateurs du (...)
  • 63 Oeuvres complètes, t. 10, p. 43. 29 juillet 1793. Pour l'arrestation des déserteurs autrichiens qu (...)
  • 64 Ibid., t. 10, p. 243. Intervention aux Jacobins contre toute mesure d'indulgence envers l'ennemi i (...)

23Le cas de l'Autrichien est encore plus simple et sa vision répond à une image présente en amont même du XVIIIe siècle62. L'Autrichien devient la personnification de la "soldatesque étrangère", c'est un "féroce satellite des tyrans"63. Son terrible portrait est d'ailleurs brossé le 19 frimaire an II (9 décembre 1793)64. Il y apparaît comme un tigre avide de carnage qui préfigure le uhlan, tenant la baïonnette homicide qui perce le flanc des défenseurs de la Patrie, commettant des exactions sans nom (il brûle les femmes et les enfants).

24On constate donc que Robespierre véhicule certaines images des peuples alors qu'il en élabore d'autres. Ainsi, il soutient les Belges, se méfie des Bataves, ne porte pas ombrage aux nécessaires alliés de la Patrie assiégée. Son activité maîtresse porte sur l'étude du cas anglais, balisant négativement toutes les références potentielles alors qu'il s'insère simplement dans le discours sur les belligérants actifs autrichiens et prussiens. Ces décalages tiennent au potentiel de mobilisation qu'entretient une image avec ce que nous appellerons l'opinion publique. Son rôle de "sentinelle du peuple" le conduit ici à clarifier certaines images alors que d'autres lui apparaissent suffisamment intelligibles. C'est à ce souci constant de mobilisation dont l'image est un des vecteurs, que répond sa partition entre ennemi de l'intérieur et peuples de l'étranger.

2. Les étrangers de l'intérieur et les peuples de l'étranger

  • 65 C'est dans ce discours que transparaît le plus la hantise du grand complot aristocratique. Moniteu (...)
  • 66 Saint-Just, "Rapport sur une conjuration qui doit anéantir la liberté et la représentation nationa (...)

25Cette distinction participe au manichéisme jacobin en établissant une ligne de partage entre la sphère des bons et celle des méchants. Cette séparation est une résultante de la lutte de l'aristocratie contre les peuples, définie par Robespierre en juillet 1790 dans son discours sur les troubles d'Avignon65. Il s'agit par là de rendre la Révolution intelligible en instaurant une frontière entre la positivité révolutionnaire et tout ce qui est contre-révolutionnaire, c'est-à-dire "insulaire"66, étranger au milieu des républicains.

  • 67 Sur patriotisme et nationalisme, on se référera à : Actes du colloque Patriotisme et Nationalisme (...)
  • 68 Oeuvres complètes, t. 10, p. 43. 29 juillet 1793. Pour l'arrestation des déserteurs étrangers qui (...)
  • 69 Ibid. et Oeuvres complètes, t. 8, p. 95. Sur la guerre. "Je suis fort édifié de voir un officier a (...)
  • 70 Ibid., t. 9, p. 393. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins. "…les étrangers, les sujets d (...)

26L'étranger en France est identifié comme un élément perturbateur, puis dangereux. Qu'est-ce qui invite donc Robespierre à identifier cet étranger comme un ennemi potentiel ? On peut d'abord dégager des causes "théoriques". Le cosmopolitisme, pensée d'une élite pour une élite, n'est pas un principe rousseauiste. A ce titre, c'est le patriotisme qui est une véritable valeur révolutionnaire. Pour preuve, c'est le peuple patriote qui combat l'état-major cosmopolite de la coalition67. C'est ce qui conditionne la distinction sémantique entre patriotes (la charge est positive) et réfugiés (charge négative) étrangers. Si ce patriotisme est inhérent au peuple, il ne peut être concédé automatiquement aux étrangers qui s'en réclament. C'est ainsi que le 29 juillet 1793, Robespierre demande "la méfiance envers le patriotisme du premier venu"68 qui est en l'occurrence un déserteur autrichien. L'étranger, en tant que sujet donc satellite, des tyrans, peut difficilement se muer en défenseur de la liberté69. La distinction est très vite établie entre les "sujets des despotes"70 qui entérinent leur qualité d'esclave en envahissant le territoire de la liberté, défendu par des hommes libres.

  • 71 Cf. supra note 69.
  • 72 Oeuvres complètes, t. 10, p. 249. 22 frimaire an II (12 décembre 1793). Intervention aux Jacobins (...)
  • 73 Pour Robespierre, il existe un parti des factions et un parti de la République Cf. Oeuvres complèt (...)

27C'est ensuite la "longue habitude"71, l'expérience de la Révolution en marche, qui renforce la prévention naturelle contre les allochtones. Avec la chute des Girondins, la coalition se rend compte que l'action des députés au grand jour est inefficace et que la lutte qui continue ne peut plus se fonder que sur les alliés naturels : les étrangers résidant en France. Robespierre en veut pour preuve les généraux aventuriers liés à Brissot (Dillon, Kilmaire, Miranda) ou le député Thomas Paine. L'autre député étranger est d'abord girondin puis hébertiste car "jamais Cloots ne fut de la Montagne"72, le parti de la République73. L'étranger est d'abord potentiellement dangereux, il l'est ensuite empiriquement et devient de fait l'agent de la faction.

  • 74 A. P., t. 76, p. 138. Séance du 16 octobre 1793.
  • 75 Oeuvres complètes, t. 10, p. 348. 29 mars 1793. Intervention aux Jacobins sur les dangers de la Pa (...)
  • 76 Ibid., t. 10, p. 155. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissance (...)
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid., t. 10, p. 200. 1er frimaire an II (21 novembre 1793). Intervention aux Jacobins pour la lib (...)

28Le second temps consiste à mettre en application ces signes extérieurs de suspicion et à dénoncer les factieux. Car un étranger appartient forcément à une faction et la plus dangereuse est celle de l’étranger74. Ces "scélérats ligués avec les cabinets étrangers"75 sont de "tous les pays" et à ce titre, "il faut les frapper tous"76. Le crime est cosmopolite comme le cosmopolitisme est un crime77. Le 1er frimaire an II (21 novembre 1793), on note le cheminement vers le mal que suivent les étrangers : ils sont d'abord valets et satellites des tyrans, puis complices et agents de l'étranger, devenant ainsi des intrigants, de vils scélérats, qui constituent une horde criminelle78.

29A la condamnation tripolaire du despotisme, de l'argent et de l'aristocratie vient se greffer l'athéisme, sans doute le pire pour Robespierre car c'est à l'extérieur que ses répercussions sont les plus dangereuses. On assiste parallèlement à un glissement au sein de la faction, des étrangers à "ceux de l'étranger", celle-ci se vidant progressivement de ses étrangers génériques pour se remplir d'étrangers conceptualisés. Cela annonce l'émergence de Français stipendiés se présentant comme les fédérateurs de ces différents courants allogènes.

  • 79 Ibid., t. 10, p. 381. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins.
  • 80 Le 31 mai 1792, dans le no 3 du Défenseur de la Constitution, on peut lire à propos de la séance p (...)
  • 81 Ibid., t. 10, p. 570. 8 thermidor an II (26 juillet 1794). Contre les factions nouvelles et les dé (...)
  • 82 C'est l'accusation qu'on porte par exemple envers Pereyra qui organise dans le nord de la France l (...)

30Les lieux de forfaiture de ces étrangers de l'intérieur sont doubles. C'est d'abord Paris où siège la Convention, lieu de "l'impulsion révolutionnaire". L'ensemble des "scélérats et des assassins de l'Europe"79 s'y rassemble depuis longtemps80. En fait, cette horde de criminels est formée de déserteurs (notamment autrichiens), des prisonniers ennemis (on voit réapparaître la conspiration des prisons, épigone du complot) et des contre-révolutionnaires en général81. Tous ces faux patriotes dédaignent les fonctions publiques, donc le service de la Patrie mais affectionnent tout particulièrement les clubs et les sociétés populaires, lieux d'influence qu'ils tentent de transformer en lieu de décision parallèle à la Convention82, crime de lèse-Nation.

  • 83 Oeuvres complètes, t. 10, p. 332-342. 27 mars 1793. Sur le choix des généraux et pour l'expulsion (...)
  • 84 Ibid., t. 9, p. 346. 29 mars 1793. Intervention aux Jacobins sur les dangers de la Patrie et pour (...)
  • 85 Ibid., t. 10, p. 56.7 août 1793. Intervention aux Jacobins contre les agitateurs suspects. "Il (le (...)
  • 86 Prenons l'exemple du Boulonnais et du Calaisis. En décembre 1792, Mrs Tumpenny est accusée de fair (...)
  • 87 Oeuvres complètes, t. 10, p. 144. 9 octobre 1793. Pour l'arrestation des Anglais et la saisie de l (...)

31Leur second lieu d'action, ce sont les départements maritimes qui sont en quelque sorte "contaminés"83 par l'eau qui baigne les côtes anglaises. On pense bien-sûr à la Vendée, mais la Bretagne appelle les Anglais84, Toulon l'a déjà fait, alors que les villes maritimes pavoisent aux couleurs de la Monarchie. Tandis que les départements frontières se hérissent de défenseurs de la Patrie qui luttent contre l'ennemi, les départements maritimes pactisent avec ce même ennemi plantant un poignard dans le dos de leurs frères en armes. L'affaire du portefeuille trouvé sur les remparts de Lille prouve de façon (un peu trop) éclatante que les "guinées de Pitt" coulent à flot dans ces nids d'espions85 créant ou augmentant les troubles. Ces ports de mer étaient prédisposés à la traîtrise, les colonies -notamment britanniques- ayant déjà largement gangrené les lieux. Leur caractère interlope n'était plus à prouver : seules quelques critiques superficielles s'étaient élevées contre le traité de 1786 c'est par là que l'évasion du numéraire s'opérait, c'est là que nombre d'émigrés ont embarqué, c'est enfin là qu'on demande de poursuivre la contrebande avec Albion86. Les liens commerciaux avec l'Angleterre ont enrichi les marchands de cette nation alors qu'il faut "asseoir sur leur ruine la prospérité de la République française"87.

  • 88 Ibid.., t. 9, p. 343. 27 mars 1793. Intervention aux Jacobins pour purger Paris de tous les traîtr (...)
  • 89 A. P., t. 76, p. 652. 16 octobre 1793.
  • 90 A. P., t. 76, Séance des 9 et 16 octobre 1793.
  • 91 Oeuvres complètes, t. 10, p. 155. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants d (...)
  • 92 Sur ce pragmatisme qui entre en jeu avec les principes, voir le no 5, 2e série de la Lettre à ses (...)
  • 93 Décret du 27 brumaire an II (17 novembre 1794), article 1er.
  • 94 . Oeuvres complètes, t. 9, p. 343. 27 mars 1793. Intervention aux Jacobins pour purger Paris de tou (...)
  • 95 Oeuvres complètes, t. 10, p. 409. 1er germinal an II (21 mars 1794). Intervention aux Jacobins con (...)
  • 96 Ibid., t. 10, p. 243. 19 frimaire an II (9 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre toute (...)
  • 97 A. P., t. 82, p. 302.
  • 98 Oeuvres complètes, t. 10, p. 290. 6 nivôse an II (26 décembre 1793). Intervention aux Jacobins sur (...)

32Cet étranger, une fois identifié, on peut, on doit le combattre. Cette lutte contre l'étranger est capitale, ce qui la rend omniprésente dans le combat sectionnaire, fer de lance du patriotisme88. Selon le principe que "la République n'admet de distinction entre ses ennemis que lorsqu'elle y est déterminée par son intérêt"89, Robespierre s'oppose aux exceptions institutionnalisées présentées par Chabot et à la généralisation demandée par Duquesnoy et Duhem90. Il faut, selon lui, établir de grands principes qui conduisent à une application générale de la loi, les quelques étrangers philosophes ne s'en formalisant pas91 et, à partir de là, agir avec pragmatisme, c'est-à-dire en ayant toutes les informations qui permettent de vérifier le bon vouloir des étrangers92. Une fois ce classement effectué, "la République se doit d'être terrible envers ses ennemis"93, d'où la violence des termes usités : alors qu'il faut "bannir les traîtres", il faut "exterminer les étrangers"94. C'est à une expression pure de la Terreur qu'on assiste. Il faut créer l'effroi, pour décourager les éventuels complices des factieux, pour désarmer les coalisés95. Il va jusqu'à remettre en cause implicitement le traitement des prisonniers de guerre autrichiens96 et, le 5 nivôse (25 décembre), il lance un véritable appel au meurtre, déclarant : "Ils (les étrangers) nous environnent de leurs espions, nous le savons, nous le voyons, et ils vivent !"97. Le lendemain, il réaffirme le but des patriotes : "écraser les factions, les étrangers, les modérés…"98. La Terreur rhétorique rejoint la Terreur en action car l'étranger, en vérifiant sa potentialité dangereuse autorise une lutte tous azimuts.

  • 99 A. P., t. 79, p. 406. Article 1er : "La Convention nationale déclare, au nom du peuple français, q (...)
  • 100 Je renverrai le lecteur aux actes du colloque Région - Nation - Europe : unité et diversité des pr (...)
  • 101 Oeuvres complètes, t. 8, p. 82. 2 janvier 1792. Sur la guerre.
  • 102 Ibid., t. 10, p. 348. 30 pluviôse an II (30 janvier 1794). Intervention aux Jacobins sur la diffic (...)
  • 103 C'est notamment l'exemple des Belges, trompés par leur aristocratie - Van der Noot et consorts-pui (...)
  • 104 Ces patriotes ont la clairvoyance nécessaire qui leur permet d'ouvrir les yeux de leurs frères. Il (...)

33Cette violence contraste avec l'attitude prônée envers les peuples de l'Europe. Là encore, la base de son action repose sur la déclaration du 27 brumaire99. Le principe de lutte révolutionnaire est celui de l'aristocratie contre les peuples ; des vices contre la vertu incarnée dans le genre humain, union de tous les peuples, le souverain universel. Il ne s'agit pas ici de revenir sur ce grand classique robespierriste parfaitement étudié par ailleurs100. Dans cet espace et chez chaque nation, deux entités s'affrontent : le peuple et l'étranger au milieu du peuple, l'aristocratie conceptualisée. Celle-ci est formée par les tyrans, les nobles, les clercs rétrogrades et les faux patriotes, réfugiés à Paris. Ainsi, purgée de ses mauvais éléments envers qui la République est terrible, "l'union des amis de la liberté"101 peut tout à loisir bénéficier de l'hospitalité, de l'aide, de l'exemplarité françaises. La ligne de partage dont nous parlions plus haut ne peut scinder le peuple qui est un, indivisible et bon102. Les peuples constitutifs du genre humain aspirent naturellement à la liberté et ils ne peuvent aliéner cette liberté de leur plein gré mais seulement contraints par la force des despotes ou trompés par la perfidie, elle aussi naturelle, des tyrans103. Les contradictions du discours de Robespierre ne sont ainsi qu'apparentes. Cette approche donne accès à une grille de lecture de sa politique extérieure et de son comportement envers les allogènes de l'intérieur. Les patriotes étrangers ne sont pas de faux prophètes mais la partie la plus éclairée du peuple qui lutte contre ceux qui trompent leurs frères104. Les étrangers de l'intérieur sont eux des aristocrates ; sinon ils feraient ou auraient tenté de faire la Révolution chez eux. Les tyrans se sont coalisés autant pour combattre le mauvais exemple français que pour combattre et berner leur propre peuple. A la lumière de cette grille, on peut réinvestir les différentes images des peuples développées dans la première partie et mettre mieux en exergue la modélisation des nationalités.

34Pour autant, en tant qu'homme d'État, Robespierre n'est pas un tenant de la République universelle dont Paris serait le chef-lieu. Cette République est une utopie et sa poursuite est dangereuse car "impolitique" selon l'aveu même de l'incorruptible. Déjà Rousseau mettait en garde contre une République dépassant le cadre urbain. Que dire alors des concessions à faire par le peuple souverain dans le cadre planétaire - ou tout au moins européen - ! Si le genre humain est souverain de la terre, il forme un tout dans l'idéal mais reste pluriel. Robespierre respecte toujours les identités nationales et les patries des autres, l'unité se faisant dans l'aspiration commune à la liberté et à la vertu.

  • 105 Oeuvres complètes, t. 6, p. 436. 26 juin 1790. Sur l'admission d'une députation d'Avignon. "Ne ser (...)
  • 106 Lettre à ses Commettans, 2e série, no 4, 30 janvier 1793. Oeuvres complètes, t. 5, p. 244.
  • 107 Lettre à ses Commettans, no 3, 25 janvier 1793. "Les Français libres ont donné le premier exemple (...)
  • 108 Lettre à ses Commettans, no 5, 5 février 1793 (Cf. Oeuvres complètes, t. 5, p. 265).
  • 109 Oeuvres complètes, t. 10, p. 155. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants d (...)
  • 110 Ibid., t. 9, p. 133. 27 mars 1793. Sur le choix des généraux et pour l'expulsion des Bourbons. "Le (...)
  • 111 A. P., t. 79, p. 401. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).
  • 112 Oeuvres complètes, t. 9, p. 46. Sur l'influence de la calomnie sur la Révolution. "La calomnie éle (...)

35C'est dans cette quête fédérale que la France doit jouer son rôle d'exemple du monde. La France est en effet considérée comme le peuple de la liberté, comme l'incarnation de la vertu. Dès le 16 juin 1790, Robespierre la place au centre des vertus théologales. La France se fait accueillante, hospitalière, bienfaisante et généreuse105, elle est la "providence du genre humain"106. C'est le premier exemple au monde d'accession à la liberté107, le seul peuple libre108. La France ne se présente cependant pas comme un professeur pour les peuples les moins éclairés mais en tant que paradis révolutionnaire109 ; elle doit s'efforcer de porter haut ses couleurs. Il est de ce fait interdit aux Français et aux représentants du peuple, plus qu'à tout autre, de fauter et de ternir ainsi cette image. D'où l'importance du regard porté par les autres peuples sur la France110 et son corollaire qu'est la volonté des étrangers de salir cette image, de rendre la France hideuse111 et de présenter ces habitants comme des cannibales112.

  • 113 Ibid, t. 10, p. 344. 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). Intervention aux Jacobins sur les moyens (...)
  • 114 Lettre de N.S.J. Patterson (Paterson) à Robespierre (Boulogne-sur-Mer, 4 pluviôse an II) dans Papi (...)
  • 115 Oeuvres complètes., t. 9, p. 393. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins. Robespierre pren (...)

36La France n'est pas un modèle qu'il faut absolument copier mais un exemple dont chaque peuple peut s'inspirer librement. Ainsi, le 11 pluviôse an II (30 janvier 1794), c'est le peuple anglais qui doit choisir sa forme de gouvernement et les Français n'ont pas à la leur "jeter à la figure" comme ils l'ont fait jusque-là113. En ceci, il suit les récrimination que lui fait Paterson, un Anglais emprisonné à Boulogne-sur-Mer et qui lui écrit sur la forme que prend le débat aux Jacobins après la "mise à l'ordre du jour des crimes du gouvernement anglais" (18 nivôse an II - 7 janvier 1794). Celui-ci lui écrit le 4 pluviôse an II (23 janvier 1794) pour lui dire qu'il approuve l'ordre du jour mais pas le traitement du problème. Il regrette les épithètes qu'on accorde aux Anglais, "obstacles fatals au progrès de la vérité" ; il ajoute : "Tu sais bien que tout peuple est essentiellement bon et que ce n'est pas la calomnie qui l'éclairera"114. Le discours ne modèle pas la réalité mais les réalités influent sur le discours. Pour permettre ce libre choix, la France se présente comme la garante de l'univers, garante sans laquelle la tyrannie fondrait à nouveau sur des peuples hier encore libres (on pense aux Américains et aux Suisses). C'est au moyen de ses armées, de ses victoires, conditions de son offre de Paix au monde (18 floréal an II), que la France peut offrir sa garantie. Ceci implique la poursuite d'une guerre totale où la "conquête" n'est pas monnaie d'échange115 mais affranchissement des peuples.

37Ainsi, la partition se propose de rendre intelligible le monde en révolution et de répondre aux contradictions posées par l'incompatibilité entre le "traitement" du problème étranger en France et les aspirations universelles des la Révolution. En replaçant tous ces éléments dans la grande lutte de "l'aristocratie contre les peuples", Robespierre en fait un catalyseur d'énergie, tout en présentant au monde (notamment par le discours du 18 floréal) une France, certes élue, mais aussi exemplaire et généreuse, une France de ralliement.

3. Le Complot de l'étranger et l'Or anglais

38On a parlé de lutte des images, de déclaration de paix au monde et de lutte contre les étrangers, mais point encore de complot ou de conspiration. Quelles places leur sont faites dans le modèle discursif robespierriste ?

  • 116 Voir A. MATHIEZ, La conspiration de l'étranger, Paris, 1918, p. 2-3 et "La chute des factions" dan (...)

39Le complot de l'étranger a des origines très lointaines, bien plus lointaines que la dénonciation par Fabre d'Églantine d'une "conspiration de l'étranger" en octobre 1793116 au Comité de Salut public, ne le laisse supposer. Il est en fait la résultante d'un ensemble de peurs sociales et politiques de l'Ancien Régime. À ce titre, il se situe dans la lignée du Pacte de famine et de la Grande Peur.

  • 117 Oeuvres complètes, t. 9, p. 348. Intervention aux Jacobins sur les dangers de la Patrie et pour de (...)
  • 118 Cette trilogie est citée le 27 mars, le 10 avril 1793, les 1er frimaire, 5 nivôse, 11 pluviôse, 25 (...)
  • 119 Oeuvres complètes, t. 10, p. 448. 18 floréal an II (7 mai 1794). Rapport sur les idées religieuses (...)
  • 120 G. LEFEBVRE, La Grande Peur, Paris, 1988 (rééd.), 272 p.

40L'originalité robespierriste est d'avoir lancé le complot dans cette voie, lui donnant ainsi une légitimité historique et une profondeur de champ qui fondent les trames les plus noires. Il établit la filiation directe avec la Grande Peur avec un vocabulaire approprié. Parlant de l'approche "du feu de la sédition"117 par exemple, il rappelle souvent la sainte trinité du complot : étranger / aristocrate / brigand118 et énonce solennellement la collusion entre l'aristocratie et l'étranger dans son discours du 18 floréal119. Cette filiation permet à Robespierre d'utiliser ce "ressort mythique"120 pour une mobilisation optimale, en obtenant une réception maximale du phénomène de peur collective.

  • 121 Oeuvres complètes, t. 8, p. 296. 23 avril 1792. Contre La Fayette et les intrigants.
  • 122 Voir A. P., t. 86, p. 126 et suiv.
  • 123 Voir Saint-Just, "Rapport et décret sur les détentions et sur les moyens les plus propres à faire (...)
  • 124 Joseph Lebon avait intercepté à Calais une malle anglaise pleine de poignards destinés à armer les (...)

41Robespierre crée de longue haleine les conditions favorables à l'éclosion du complot et fait de l'étranger la toile de fond de tous les dangers de la Patrie sans jamais désigner de façon précise les véritables fauteurs de troubles. Il décrit ainsi sa technique pour dénoncer puis abattre les factions : "Il faut que les semences jetées aujourd'hui germent : il faut que quand le coup sera frappé, il soit décisif (…). Je voudrais que la France entière l'entende ; et c'en est fait de tous les intrigants"121. Une fois le terreau prêt à recevoir la semence, le rôle de Robespierre se borne, non pas à être l'initiateur, mais le guide d'un processus mis en branle. Ce sont Saint-Just et Barère qui donneront le plus de consistance à ce complot (affaire du portefeuille de Lille du 4 août 1793, rapport et décret sur les manoeuvres des ennemis du bien public du 16 ventôse pour Barère122 et rapports des 8, 23 ventôse et 26 germinal pour Saint-Just)123. Néanmoins, Robespierre ne dédaigne pas mettre la main à la pâte : c'est ainsi qu'il accorde crédit jusqu'au 8 thermidor aux "poignards anglais" de Joseph Lebon124.

  • 125 Oeuvres complètes, t. 10, p. 198. 1er frimaire an II (21 novembre 1793). Intervention aux Jacobins (...)
  • 126 Il s'agit de la médiation directe et indirecte, des moyens économiques, de la dénaturation du lieu (...)

42S'il laisse à d'autres le soin de vérifier par l'exemple ses prévisions, c'est lui qui, inlassablement, quasiment dans chaque discours à partir de l'été 1793, démonte et explique les engrenages du complot, ses moyens d'action et ses buts. Ces derniers sont multiples. Restaurer la monarchie, établir le duc d'York sur le trône de Louis XVI et pour cela "avilir, s'il était possible, la Nation française, déshonorer les représentants (sic) qu'elle a choisis et persuader aux peuples que les fondateurs de la République n'ont rien qui les distingue des valets de la tyrannie"125. On voit, ici, les thèmes qui touchent Robespierre par rapport à ceux que développe Saint-Just dans son discours du 23 ventôse an II126. Les vecteurs du complot sont eux aussi pluriels mais s'articulent autour de trois grands piliers : l'intrigue, la calomnie, la lutte contre les cultes.

  • 127 Oeuvres complètes, t. 10, p. 409. 1er germinal an II (21 mars 1794). Intervention aux Jacobins con (...)
  • 128 Par exemple, Ibid., 16 mars 1794.
  • 129 Ibid., t. 10, p. 259. 26 frimaire an II (16 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre l'exc (...)
  • 130 Livret de Robespierre, A. N., F 74436. "Que dis-je ! les fripons ne sont-ils pas une espèce d'aris (...)
  • 131 Oeuvres complètes, t. 10, p. 380. 26 ventôse an II (16 mars 1794). Pour que soit revu le rapport d (...)
  • 132 Ibid., t. 10, p. 235. 15 frimaire an II (5 décembre 1793. Sur les manœuvres des agents de l'étrang (...)
  • 133 Oeuvres complètes, t. 10, p. 312 et 314. 19 nivôse an II (8 janvier 1794). Intervention aux Jacobi (...)

43Le moteur de toute faction, c'est l'argent127 et précisément l'or de Pitt128, d'où la propension naturelle de l'incorruptible à dénoncer tous azimuts ceux qui touchent à la finance, désignés sous le terme de banquiers, "amis des étrangers" ou des despotes129. Etranger / aristocratie / milieux d'argent, voilà une nouvelle trilogie dénoncée130. Cet argent, tant décrié, permet tout et peut même prétendre acheter "les législateurs les plus incorruptibles" jusqu'à ce que la Convention ressemble au Parlement131. Il permet bien-entendu à ces étrangers de financer leurs opérations directes de subversion mais il permet aussi de marchander les généraux (on pense à Dumouriez) ou les ports (Toulon). Mais il sert surtout à financer la calomnie par le biais des journalistes, ces "écrivains mercenaires". Pour la faction, leur action est essentielle ; pour la République, leurs morsures sont mortelles. Enfin, c'est l'encouragement au fanatisme et l'attaque contre les cultes qui motivent les dernières dépenses, permettant ainsi de diviser les patriotes132. Cette dernière facette est l'illustration claire de la nouvelle forme bicéphale de la faction de l'étranger133, l'une prêche le modérantisme, l'autre l'exagération.

  • 134 Oeuvres complètes, t. 10, p. 405. Fin ventôse an II ? Discours non prononcé sur les factions.
  • 135 G. WALTER, La conjuration du 9 thermidor, Paris, Gallimard, 1974, p. 8.

44En réaction, Robespierre fait éclore le "système étranger"134 qui permet une explication systématique et qui valide la lutte contre les boucs émissaires qu'il suffit de dénoncer pour abattre. Par là, la création de factions "qui, tel le phénix renaissant de ses cendres, ne cessaient de se succéder" (G. Waltero135, est instaurée par l'incorruptible.

45Pour le fin rhéteur qu'il est, la manipulation des différentes facettes, buts, actions, apparences du complot représente un formidable levier politique. C'est une arme redoutable dans la lutte des factions, qui permet un amalgame facile (les procès) et une mise en accusation non moins aisée dénonçant chaque parti comme étant "de l'étranger", peignant leurs leaders sous les traits de "fédérateurs" qui veulent profiter du pouvoir occulte des étrangers et trahissent ainsi la cause de la Révolution à de basses fins personnelles.

  • 136 Oeuvres complètes, t. 10, p. 571. 8 thermidor an II (26 juillet 1794. Contre les factions nouvelle (...)

46Le second objectif est d'avoir valeur opératoire dans la mobilisation des masses. En effet, le gouvernement se charge de mettre hors d'état de nuire les ennemis de l'intérieur mais il faut nécessairement abattre ceux du dehors. De plus, l’appel à des hantises, comme celle de la volonté anglaise de brûler les récoltes136, permet de galvaniser les énergies en les ancrant dans une attitude combattante à l'égard des étrangers.

  • 137 Oeuvres complètes, t. 8, p. 352. 13 mai 1792. Sur le renouvellement des traités avec les cantons s (...)

47Enfin, l'étranger devient le repoussoir du bon citoyen. Car, si Robespierre sait "que les citoyens valent mieux que les étrangers"137, il comprend qu'il est toujours difficile de créer un modèle parfait dont il faut se rapprocher. Il est, par contre, plus facile de décrire ce qu'il ne faut pas faire, ce qu'il ne faut pas être. L'étranger devient le moule en négatif du citoyen français. On n'impose ainsi aucune limite à l'amélioration puisqu'on s'éloigne indéfiniment de l'image maudite de l'étranger. Par conséquent, le civisme devient norme d'exclusion puisque pour inverser les termes d'une phrase de J. R. Suratteau, la notion de (bon) citoyen français évolue dès que se précise a contrario celle de (mauvais) étranger. La conceptualisation et la modélisation sont poussées jusqu'à leur terme.

  • 138 Ibid., t. 10, p. 248. 22 frimaire an II (12 décembre 1793). "Pouvons-nous regarder comme patriote (...)
  • 139 Ibid., p. 250. "par une conséquence infaillible, le parti étranger domine au milieu des Jacobins".

48Dans ce cadre général, la "conspiration de l'étranger" - celle de Fabre d'Eglantine - apparaît bel et bien comme un épiphénomène, tout au moins dans le cadre robespierriste. En effet, le discours du 5 nivôse qui ouvre "officiellement" la "lutte des factions", point d'orgue habituel de la conspiration, est celui qui pour Maximilien, referme justement le dossier ; un dossier bien peu épais puisque uniquement constitué de trois interventions. Elle permet - seulement - à Robespierre de précipiter la chute d'un personnage détesté, c'est-à-dire de Cloots. En effet, dès 1790, Robespierre montre se réticence face à l'universalisme proclamé par le Prussien, notamment lors de la députation des citoyens de l'univers. Cloots est à lui seul un condensé de la faction ; c'est un baron allemand (aristocrate), un banquier (lié à l'argent), "jamais il ne fut de la Montagne", jamais il ne fut un patriote mais un cosmopolite. Comme pour faire éclater sa fourberie toute prussienne138, c'est lui qui est président du Club des Jacobins, lors des discussions sur les lois contre les étrangers139.

  • 140 A. P., t. 83, p. 302. Séance du 5 nivôse an II (25 décembre 1793).
  • 141 Cloots est pris ici comme le catalyseur de tous les défauts de la faction mais les attaques visent (...)
  • 142 A. P., t. 91, p. 41. Séance du 7 prairial an II.
  • 143 Il y revient d'ailleurs avec plus de force et de netteté le 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). " (...)
  • 144 Oeuvres complètes, t. 10, p. 447. 18 floréal an II (7 mai 1794). Dans ce discours, les mécanismes (...)
  • 145 Ibid., t. 10, p. 156. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissance (...)

49La conspiration donne également à Robespierre l'occasion de montrer qu'elle fonctionne selon le principe des vases communicants. En effet, les "scélérats étrangers vomis sur la France" purgent le pays de la coalition, affaiblissent le gouvernement de l'un, renforcent l'efficacité de l'autre140. Si un Prussien141 représente la partie immergée de l'iceberg, c'est au-delà des côtes anglaises qu'il faut trouver le courant profond qui meut la faction. La date qui domine cette seconde phase des relations Robespierre - Angleterre est celle du 7 prairial an II (26 mai 1794). En ce jour, sur le rapport de Barère, la Convention décide qu'il ne sera plus fait de prisonniers anglais ou hanovriens142, c'est la Terreur militaire qui est mise à l'ordre du jour. Ce décret, dont le retentissement à l'étranger est important, peut être considéré comme l'œuvre de Robespierre. En effet, à l'été 1793, il en était resté à la condamnation des gouvernants et du régime anglais. Dès l'automne 1793, on observe un cheminement plus rapide et plus catégorique de l'Angleterre vers la personnification du mal absolu. Dans ses prises de positions des 9 et 16 octobre, lors des débats sur l'arrestation et la confiscation des biens des sujets des rois coalisés, Robespierre passe à l'offensive en grand. Peuples français et anglais sont antinomiques ; le premier est un peuple d'agriculteurs, dont la prospérité est indéracinable, tandis que le second n'est qu'un fragile pays de marchands143. C'est cet esprit mercantile qui a donné à l'argent une valeur morale dans ce pays. Par l'or qu'ils apportent au Trésor anglais, les commerçants sont aussi dangereux que le gouvernement, ils sont le moteur et l'inspirateur de celui-ci, le but de ce dernier n'étant que de favoriser le commerce : la boucle est bouclée144. La ruine de ces Anglais sera le gage de la prospérité française. Il ne s'agit plus punir ceux qui détiennent le pouvoir politique mais ceux qui détiennent le vrai pouvoir, celui de l'économie et quand "on punit les maîtres pourquoi ferait-on grâce aux valets"145 ?

  • 146 Ibid., t. 10, p. 145. 9 octobre 1793. Pour l'arrestation des Anglais et la saisie de leurs biens.
  • 147 Ibid., t. 10, p. 154. 16 octobre 1793.
  • 148 Ibid., t. 10, p. 155.
  • 149 Les parlementaires ou les Jacobins souvent remis dans le "droit chemin " par Robespierre se feront (...)
  • 150 A. P., t. 76, p. 652. 16 octobre 1793. "D'abord, je ne vois pour mon compte, aucune raison de rega (...)

50Il balaie les scrupules des parlementaires. Quelle compassion doit-on éprouver pour "ces barbares qui vous font la guerre" et "assassinent un fondateur de la République"146 ? La distinction peuple - gouvernement est engloutie dans les derniers restes "d'anglophilie-réflexe" : "Je ne connais point ce prétendu orgueil naturel qu'on leur suppose, je ne vois au contraire, en eux, que des hommes chargés de chaînes plus honteuses que celles des autres peuples et surtout plus difficiles à briser"147. On tente de lui opposer la philanthropie des Anglais, mais Robespierre "n'y voit pas si légèrement", il se "méfie indistinctement de tous ces étrangers dont le visage est couvert du masque du patriotisme (…), ils sont les perfides artisans de nos maux")148 Ainsi, le dualisme idiot peuple - gouvernement est dépassé par Robespierre dans la réticence générale149 : pas d'excuse pour les Anglais, on ne leur a laissé que trop de temps ; pas d'exception ou de mesure particulière envers eux, ils ne sont, ni plus ni moins dangereux que les autres étrangers150.

  • 151 A. P., t. 79, p. 403.
  • 152 Oeuvres complètes, t. 10, p. 232. 15 frimaire an II (5 décembre 1793). Réponse au manifeste des ro (...)
  • 153 Supra note 150.
  • 154 Oeuvres complètes, t. 10, p. 345. 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). Sur les moyens de dénoncer (...)
  • 155 Oeuvres complètes, t. 10, p. 348-349. 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). Intervention aux Jacobi (...)

51Une fois ce trop ancien cordon ombilical coupé, Robespierre va pousser l'Angleterre tout entière au ban de l'humanité. Dans son discours du 27 brumaire, Pitt va jusqu'à perdre son autonomie, devenant, oh surprise !, le pantin de la Grande Catherine151. Il traite le gouvernement avec ironie ("sublime Parlement de Grande-Bretagne, citez-nous vos héros"), insulte le peuple anglais ("insolent et vil")152. L'Angleterre est forcément ennemie de la République vertueuse puisqu'elle est mère de tous les vices. Témoin en est son histoire qui seule peut receler un exemple de crime tel que celui de Gênes153. Peut-être le peuple Anglais fera-t-il une révolution mais il ne la fera que s'il y est contraint par la France154. Le 11 pluviôse an II, c'est l'estocade : plus qu'un discours, c'est une exhortation au combat et à la haine, c'est une excommunication révolutionnaire que Robespierre prononce devant les Jacobins. "Qu'est-ce que cette anglophilie (…), je n'aime pas les anglais moi !" Il récite ensuite le nouveau credo républicain : "En qualité de Français, de représentant du peuple, je déclare que je hais le peuple anglais. Je déclare que j'augmenterai, autant qu'il sera en moi, la haine de mes compatriotes contre lui. Que m'importe ce qu'il en pense, je n'espère qu'en nos soldats et la haine profonde qu'ont les Français pour ce peuple. Je ne m'intéresse au peuple anglais qu'en qualité d'homme, jusqu'alors je lui voue une haine implacable". Il psalmodie sans cesse sur ce thème concluant : "Je réitère ma profession de foi, je détesterai de toute mon âme le peuple anglais tant qu'il sera asservi honteusement sous des despotes. Devenant libre, il aura peut-être droit à mon admiration"155. Londres est un nid de corruption à détruire, la nouvelle Carthage doit disparaître.

  • 156 Cette proclamation adressée par le duc d'York à ses soldats était la réponse au décret du 7 prairi (...)
  • 157 Oeuvres complètes, t. 10, p. 409-500. 3 messidor an II (21 juin 1794). Sur la proclamation du duc (...)

52Le décret du 7 prairial est la mise en forme légale des aspirations robespierristes, c'est la haine mise en application sur les champs de bataille. Témoin de la paternité - au moins spirituelle - du décret, c'est que l'incorruptible se réserve le droit de répondre personnellement le 3 messidor (21 juin) à la proclamation du duc d'York156. Il y démontre l'incompatibilité totale entre la France et l'Angleterre au point "qu'il faut de la distance entre les soldats libres et les esclaves de la tyrannie" de peur que la corruption intrinsèque des Britanniques ne souille les patriotes157. La seule échappatoire est l'extermination physique et morale de l'Angleterre. Le 8 thermidor, Robespierre revient sur cette excommunication pour déplorer son inapplication, preuve de l'importance salvatrice qu'il lui confère.

  • 158 Ibid.. "L'Angleterre est un méprisable météore qui disparaît devant l'astre républicain".

53Ainsi, c'est de l'éradication du mal anglais que pourra rayonner l'astre républicain, le complot, ses avatars et ses serviteurs disparaissant avec le méprisable météore158.

54Ce discours riche et complexe apparaît comme un vrai discours de Salut public puisqu'il vise à abattre les factions du dedans et à annihiler l'obstacle extérieur au progrès humain, c'est-à-dire l'Angleterre. C'est dans ce cadre que s'exprime la violence verbale de l'incorruptible destinée à électriser un auditoire qui, encore englué dans ses références du XVIIIe siècle, admet difficilement le jusqu'auboutisme d'une lutte totale.

55Si on peut - et on doit - parler d'exclusion politique des étrangers en l'an II, notamment sous l'impulsion de Robespierre, on ne peut parler de xénophobie. Si, en tant que représentant du peuple, il appelle à la haine civique des étrangers dans le cadre de la Terreur - haine qui s'éteint envers ceux qui brisent leurs fers -, il montre son intérêt vivace pour les peuples en tant qu'homme, en invitant, dans son grande discours sur l'Être suprême, le genre humain "à un banquet fraternel et sacré".

Notes

1 A. MATHIEZ, La Révolution et les étrangers : cosmopolitisme et défense nationale, Paris, 1918, 190 p.

2 Oeuvres complètes, t. 6, Discours, 1ère partie, 1789-1790. Intervention du 23 décembre 1789 : le droit de vote des Juifs, p. 167.

3 A. P., t. 79, p. 404. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).

4 Oeuvres complètes, t. 10, Discours, 5e partie, 27 juillet 1793 - 27 juillet 1794, p. 243. Intervention aux Jacobins le 19 frimaire an II (9 décembre 1793).

5 Ibid., t. 8, Discours, 2e partie, octobre 1791-septembre 1792, p. 36. Intervention sur la guerre aux Jacobins le 11 décembre 1791. Robespierre insiste sur l'impossibilité de communication entre les Français et les peuples d'Outre-Rhin.

6 A. D. Pas-de-Calais, 2 Mi 501 B1. Cahier de doléances de la corporation des cordonniers mineurs d'Arras. f° 2 et 3.

7 Oeuvres complètes, t. 6, p. 109. Intervention du 8 octobre 1789. Sur une lettre de deux anglais.

8 Oeuvres complètes, t. 8, p. 168. Intervention du 10 février 1792. Sur les moyens de sauver la Patrie.

9 A. RUFER et J. SURATTEAU, "Robespierre, la Suisse et les Suisses", dans Actes du colloque Robespierre, XIIe congrès international des sciences historiques (Vienne, 3 septembre 1965), Paris, Société des études robespierristes, 1967, p. 68-69.

10 Le terme hollandais est employé comme synonyme de toute l'ancienne République des Provinces-Uhies.

11 Nous suivons ici la distinction faite entre Révolution batave et Révolution néerlandaise établie par J. ROSENDAAL et W. PRIFHOFF dans "La Révolution régénérée : nouvelles approches et nouvelles images de la Révolution néerlandaise" dans L'image de la Révolution française, Congrès mondial pour le bicentenaire de la Révolution (Sorbonne, 6-12 juillet 1989), Pergamon Press, 1989, volume I, p. 554, note no 1.

12 Il est bon de rappeler que Robespierre ne quitta jamais le territoire français et que ses seuls voyages se firent entre l'Artois et Paris.

13 Le 18 août 1789, à l'annonce de la prise de la Bastille, les Liégeois se portent tumultueusement au château de Seraing où réside le prince-évêque et le ramènent dans la ville. Il fuit rapidement et ne rentre q'une fois l'ordre rétabli par les troupes autrichiennes. Ce sont alors les révolutionnaires qui se réfugient en France.

14 Oeuvres complètes, t. 8, p. 36. Intervention aux Jacobins. Sur la guerre. 11 décembre 1791.

15 Ibid., t. 4, Les Journaux. Le défenseur de la Constitution, no 1, 17 mai 1792, p. 16. Article et observations sur les moyens de faire utilement la guerre.

16 Ibid., t. 9, Discours, 4ème partie, septembre 1792 - 27 juillet 1793, p. 344. Intervention sur le choix des généraux et l'expulsion des Bourbon et ibid., 27 mars 1793 et ibid., p. 388, 10 avril 1793, Contre Brissot et les Girondins.

17 A. P., t. 79, p. 401. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).

18 Oeuvres complètes, t. 9, p. 283. Sur l'exclusion des étrangers de la représentation nationale et des fonctions publiques. 5 nivôse an II (25 décembre 1793).

19 Ibid., t. 8, p. 312. 9 mai 1791. Sur le droit de pétition.

20 Voir à ce sujet, Ph. GUIGNET, "Le cheminement incertain d'une incompréhension : Camille Desmoulins et le peuple belge en révolution (1789-1790)" dans Revue du Nord, 1984, t. LXVI, no 261-262, p. 543-556.

21 En novembre et décembre 1789, toute une série de secousses insurrectionnelles chassent les troupes des pays Autrichiens (sauf au Luxembourg). En janvier 1790, la République des Etats Belges est proclamée mais deux partis, vonckistes ("démocrates") et "statistes ("conservateurs"), s'affrontent. Les statistes conduits par Van der Noot l'emportent et contraignent les "démocrates” conduit par Vonck à l'exil en France. Le pouvoir autrichien est restauré en juillet après une reconquête militaire.

22 Oeuvres complètes, t. 8, p. 83-84, 2 janvier 1792, sur la guerre. On y lit "il y a un siècle entre les Pays-Bas autrichiens et nous" ou encore "les Brabançons sont condamnés par l'empire de la superstition et de l'habitude à passer par l'aristocratie pour arriver à la liberté".

23 Ibid., t. 9, p. 363, 3 avril 1793 (soir). Sur les complices de Dumouriez et Ibid., t. 9, p. 391, 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins. Robespierre y parle notamment des "Belges armés contre (les Français)".

24 Voir notamment les discours du 11 décembre 1791 et 20 avril 1792.

25 Oeuvres complètes, t. 8, p. 389. 9 juillet 1792. Sur les dangers de la patrie.

26 Ibid.., t. 9, p. 334. Sur le choix des Généraux et pour l'expulsion des Bourbons.

27 Lettre de Van Miest à Robespierre (Londres, 26 juin 1791) dans Papiers inédits trouvés chez Robespierre, Saint-Just, Payan, etc., supprimés ou omis par Courtois, t. II, Paris, Baudoin, 1828, p. 171-174.

28 "Pourquoi les patriotes bataves, qui ont de l'argent et des moyens chez eux, ne font-ils pas leur révolution eux-mêmes ? Ou pourquoi n'offrent-t-ils pas cent millions à la Nation française pour lui donner les moyens de l'effectuer. Quels sont les garants que le peuple batave est prêt ou veut même s'insurger", J. MAAK, "Robespierre et le Gouvernement révolutionnaire vus par les contemporains hollandais" in Actes du colloque Robespierre, op.cit. p. 84. Cette intervention du 24 décembre 1792, tirée des 's Rijks Geschiedkundige Publicatiën, t. I, p. 81, no 3, est occultée dans les Oeuvres complètes où l'introduction par Cloots de la députation batave n'est présentée que comme une pétition sur la Hollande (cf Oeuvres complètes, t. 9, p. 179. Intervention sur l'invasion de la Hollande).

29 Sur les différents clubs bataves (notamment à Saint-Omer), on se reportera à S. SCHAMA, Patriots and liberators, Revolution in the Netherlands, 1780-1813, 2e partie, chap. 2, The exiles, 1788-1793, p. 143 et suivantes ; M. LANCELIN, "Les Hollandais de Saint-Omer et la formation de la société populaire des Sans-Culottes hollandais" dans Les Pays-Bas français, 1989, p. 53-81.

30 Oeuvres complètes, t. 5, Les journaux. Lettre à ses commettans, 2e série, no 5, 5 février 1793, p. 272. "Nous y (en Hollande) rencontrons l'aristocratie des richesses, le culte de l'or et l'esprit mercantile".

31 Ibid., t. 9, p. 386. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins.

32 Ibid., t. 10, p. 156. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissances en guerre de la République.

33 Ibid.., t. 5, Les journaux. Lettre à ses commettons, 2e série, no 5, 5 février 1793, p. 272. Ibid. "Il n'est même pas prouvé que les sans-culottes bataves soient aussi avancés dans la connaissance de leurs droits et aussi jaloux de les exercer, que ceux de Paris et de la France entière".

34 A. P., t. 79, p. 402. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).

35 Ibid..Sur les actions du Comité Helvétique, voir : A. MEAUTIS, Le club helvétique de Paris, Neufchatel, 1969, 300 p. et A MATHIEZ, op.cit..

36 Oeuvres complètes, t. 8, p. 353. 13 mai 1792. Sur le renouvellement des traités avec les Cantons suisses.

37 A. P., cf. supra note 35.

38 Cette attitude est critiquée par Robespierre dans le no 3 du défenseur de la Constitution du 31 mai 1792 (cf. Oeuvres complètes, t. 4, p. 84) : "Je me borne à rechercher si les malheurs d'Europe vous ont si vivement occupés que les infortunes américaines".

39 Ainsi, Cambon, le 1er août 1793, propose d'excepter les Américains de l'arrestation, Barère fait de même.

40 J. GODECHOT, "Robespierre et l'Amérique" dans A. H. R. F., octobre-décembre 1976, p. 637-652.

41 Oeuvres complètes, t. 8. 18 décembre 1791. Sur la guerre.

42 Ibid., t. 5, p. 17. Lettre à ses Commettans, 1ère série, no 1. "Qui voudrait échanger les sublimes institutions du peuple français, contre la Constitution de ces États-Unis d'Amérique qui, fondés sur l'aristocratie des richesses déclinent déjà, par une pente irrésistible, vers le despotisme monarchique".

43 A. P., Ibid., p. 402.

44 Chez les autres, les variations observées ne sont que les multiples facettes d'un thème central ; facettes changeantes car placées sous un éclairage circonstanciel lui aussi mouvant.

45 S. WAHNICH, "L'étranger dans la lutte des factions. Usage d'un mot dans une crise politique (5 nivôse an II - 9 thermidor an II", dans Mots, no 16, 1988, p. 111-130 ; "La notion d'étranger en l'an II : les constructions d'un dialogue Paris-province dans les Archives Parlementaires" dans A. H. R. F., no 282, 1990, p. 380-403.

46 Oeuvres complètes, t. 6, p. 167. 23 décembre 1789. Il n'excepte pas d'actes "contraires à l'histoire".

47 Ibid., t. 8, p. 378 et suivantes. 18 juin 1792. Intervention au club des Jacobins contre Lafayette.

48 "L'ex-révérend Chabot a traité M. La Fayette de conspirateur, de Cromwell", commentaire du Journal du peuple, no 152, 28 juin 1792.

49 Développé notamment dans le no 6 du Défenseur de la Constitution du 22 juin 1792 (cf Oeuvres complètes, t. 4, p. 139). Monk (1608-1670) fut le lieutenant de Cromwell, puis rétablit Charles II sur le trône.

50 Oeuvres complètes, t. 9, p. 46. 28 octobre 1792. Intervention aux Jacobins. Sur l'influence de la calomnie sur la Révolution française. Le comte de Warwick (1428-1471) était surnommé le "faiseur de roi" après la guerre de Cent Ans.

51 Ibid., t. 9, p. 123. 3 décembre 1792. Sur le jugement de Louis XVI. "Nous nous sommes laissé induire en erreur par des exemples étrangers qui n'ont rien de commun avec nous. Que Cromwell ait fait juger Charles Ier par un tribunal dont il disposait ; qu'EIisabeth ait fait condamner Marie d'Ecosse de la même manière, il est naturel que des tyrans qui immolent leurs pareils, non au peuple, mais à leur ambition, cherchent à tromper l'opinion du vulgaire par des formes illusoires".

52 On pense notamment à Marat après la fusillade du Champ de Mars.

53 Oeuvres complètes., t. 9, p. 366. 3 avril 1793 (soir). Sur les complices de Dumouriez.

54 Ibid., p. 365. "Un aventurier espagnol, chassé du Pérou, employé ensuite par Pitt, donné ensuite à la France par Pitt, à la recommandation de Brissot".

55 "Ce qui a frappé les observateurs, c'est de voir ce docteur anglais (Priestley) s'étendre particulièrement sur les louanges du ministre Rolland qu'il invite à conserver sa place, et parler de Rolland et des factieux, comme les journaux et les affiches de Rolland lui-même", Lettre à ses Commettans, 1ère série, no 3, 30 octobre 1792, Tableau des opérations de la Convention nationale, (cf. Oeuvres complètes, t. 5, p. 48).

56 "Ce système convient au gouvernement anglais, il convient à Pitt, l'âme de toute cette ligue". Cf. Oeuvres complètes, t. 9, p. 377. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins.

57 Voici quelques-uns des qualificatifs que l'on peut trouver dans le no 6 de la Lettre à ses Commettans, 1ère série, 15-20 février 1793. Sur une pétition sur les subsistances (cf. Oeuvres complètes, t. 5, p. 284-285).

58 A. P., op.cit., p. 400.

59 Oeuvres complètes, t. 9, p. 499-500. Sur la constitution.

60 Oeuvres complètes, t. 9, p. 364. "Les prussiens et les émigrés ainsi ensevelis (après Valmy) assuraient à jamais le succès de la Révolution française".

61 Ibid., t. 10, p 242. 22 frimaire an II (12 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre Anacharsis Cloots.

62 Le qualificatif de "l'Autrichienne" pour désigner Marie-Antoinette n'est qu'un des révélateurs du sentiment anti-autrichien de l'opinion.

63 Oeuvres complètes, t. 10, p. 43. 29 juillet 1793. Pour l'arrestation des déserteurs autrichiens qui sont à Paris.

64 Ibid., t. 10, p. 243. Intervention aux Jacobins contre toute mesure d'indulgence envers l'ennemi intérieur ou extérieur.

65 C'est dans ce discours que transparaît le plus la hantise du grand complot aristocratique. Moniteur universel, no 193, p. 793 et suivantes.

66 Saint-Just, "Rapport sur une conjuration qui doit anéantir la liberté et la représentation nationale", 23 ventôse an II (13 mars 1794), A. P., t. 86, p. 234 et suivantes.

67 Sur patriotisme et nationalisme, on se référera à : Actes du colloque Patriotisme et Nationalisme en Europe à l'époque de la Révolution et de Napoléon, XIIIe congrès des sciences historiques (Moscou, 19 août 1970), Paris, 1973, 222 p. ; J. GODECHOT, "Nation, Patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle" dans A. H. R. F., no 206, 1971, p. 481-501 ; J. R. SURATTEAU, "Cosmopolitisme et patriotisme au siècle des Lumières" dans Transactions of the fifth international Congress of Enlightment, Oxford, 1981, p. 411-440.

68 Oeuvres complètes, t. 10, p. 43. 29 juillet 1793. Pour l'arrestation des déserteurs étrangers qui sont à Paris.

69 Ibid. et Oeuvres complètes, t. 8, p. 95. Sur la guerre. "Je suis fort édifié de voir un officier autrichien et 300 de ses camarades accourir sous les drapeaux de la liberté et venger la raison, la justice, des efforts des tyrans coalisés contre nous".

70 Ibid., t. 9, p. 393. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins. "…les étrangers, les sujets des despotes, nos ennemis…"

71 Cf. supra note 69.

72 Oeuvres complètes, t. 10, p. 249. 22 frimaire an II (12 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre Anacharsis Cloots. "Citoyens, regardez-vous comme un patriote un étranger qui veut être plus démocrate que les Français et qu'on voit tantôt au Marais tantôt au-dessus de la Montagne ? Car jamais Cloots ne fut de la Montagne ; il fut toujours au-dessous ou au-dessus. Jamais, il ne fut le défenseur du peuple français mais celui du genre humain".

73 Pour Robespierre, il existe un parti des factions et un parti de la République Cf. Oeuvres complètes, t. 10, p. 230 ; 15 frimaire an II (5 décembre 1793) ; Réponse au manifeste des rois ligués contre la République ; "Tous les hommes raisonnables et magnanimes sont du parti de la République ; tous les êtres perfides et corrompus sont de la faction de vos tyrans".

74 A. P., t. 76, p. 138. Séance du 16 octobre 1793.

75 Oeuvres complètes, t. 10, p. 348. 29 mars 1793. Intervention aux Jacobins sur les dangers de la Patrie et pour des mesures vigoureuses.

76 Ibid., t. 10, p. 155. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissances en guerre avec la République.

77 Ibid.

78 Ibid., t. 10, p. 200. 1er frimaire an II (21 novembre 1793). Intervention aux Jacobins pour la liberté des cultes.

79 Ibid., t. 10, p. 381. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins.

80 Le 31 mai 1792, dans le no 3 du Défenseur de la Constitution, on peut lire à propos de la séance permanente de l'Assemblée législative du 28 : "des rassemblements de conspirateurs étrangers et français, que l'on avoit laissés grossir depuis plus d'un an…" (Oeuvres complètes, t. 4, p. 99)

81 Ibid., t. 10, p. 570. 8 thermidor an II (26 juillet 1794). Contre les factions nouvelles et les députés corrompus. "On ne renvoie pas les déserteurs, les prisonniers ennemis, les contre-révolutionnaires de toute espèce qui se rassemblent à Paris".

82 C'est l'accusation qu'on porte par exemple envers Pereyra qui organise dans le nord de la France la fédération des sociétés populaires au sein du Comité Central des Sociétés Populaires.

83 Oeuvres complètes, t. 10, p. 332-342. 27 mars 1793. Sur le choix des généraux et pour l'expulsion des Bourbons.

84 Ibid., t. 9, p. 346. 29 mars 1793. Intervention aux Jacobins sur les dangers de la Patrie et pour des mesures vigoureuses. "La cocarde blanche flotte dans nos villes maritimes. Dans les départements de la ci-devant Bretagne, on ne parle que d'appeler les Anglais, que les équinoxes seuls retiennent". Robespierre fit allusion à la ville de Marquise à qui Billaud Varenne et Niou avaient demandé de pavoiser après la reprise de Marseille. Ceux-ci avaient alors, le plus naturellement du monde, orné leur ville de blanc comme en 1783.

85 Ibid., t. 10, p. 56.7 août 1793. Intervention aux Jacobins contre les agitateurs suspects. "Il (le portefeuille) prouve que la cabinet de Saint-James, qui a des agents dans toute la République, et spécialement dans tous les ports de mer, a la plus grande part dans tous ces complots". On trouvera le texte et la traduction des documents de ce portefeuille dans la troisième annexe de la séance parlementaire du 4 août 1793 (cf. A. P., t. 70, p. 244-249).

86 Prenons l'exemple du Boulonnais et du Calaisis. En décembre 1792, Mrs Tumpenny est accusée de faire circuler de faux assignats de 300 livres. L'affaire est rapidement prise en main par Clavière qui la déclare "délicate et importante pour la République (A. M. de Boulogne-sur-Mer, F supplément boîte no 2). Un couple d'aubergiste de Boulogne est transféré à Paris pour de nombreuses affaires dont la collusion avec Jacob Pereyra. On note également de nombreuses expéditions d'or et d'argent (A. D. Pas-de-Calais, 2 L 5/101). Pour d'autres cas, qui "remontent" quasiment tous à Paris, on consultera L. PETIT, Les étrangers dans une société provinciale : Boulonnais et Calaisis (1780-1820), Lille, mémoire de maîtrise, 1991, p. 192 et suivantes.

87 Oeuvres complètes, t. 10, p. 144. 9 octobre 1793. Pour l'arrestation des Anglais et la saisie de leurs biens.

88 Ibid.., t. 9, p. 343. 27 mars 1793. Intervention aux Jacobins pour purger Paris de tous les traîtres. "Je vous demande que toutes les sections soient invitées à s'occuper sans cesse des moyens de bannir tous les traîtres que les puissances étrangères soudoyent à Paris, pour seconder leurs projets liberticides". Il est intéressant de comparer les comptes-rendus du Journal des débats (reproduits ici) et du Courrier universel (Oeuvres complètes., t. 9, p. 344).

89 A. P., t. 76, p. 652. 16 octobre 1793.

90 A. P., t. 76, Séance des 9 et 16 octobre 1793.

91 Oeuvres complètes, t. 10, p. 155. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissances en guerre contre la République.

92 Sur ce pragmatisme qui entre en jeu avec les principes, voir le no 5, 2e série de la Lettre à ses Commettans, 5 février 1793, Examen de la situation après la déclaration de guerre à l'Angleterre (cf. Oeuvres complètes, t. 5, p. 265 et suivantes).

93 Décret du 27 brumaire an II (17 novembre 1794), article 1er.

94 . Oeuvres complètes, t. 9, p. 343. 27 mars 1793. Intervention aux Jacobins pour purger Paris de tous les traîtres. Compte-rendu du Courrier universel.

95 Oeuvres complètes, t. 10, p. 409. 1er germinal an II (21 mars 1794). Intervention aux Jacobins contre l'impression d'un discours de Tallien : "J'affirme au contraire que jamais ils (les aristocrates et les modérés) n'ont été si consternés, tant leurs espérances étaient attachées à l'existence du parti de l'étranger (…). Je dis que la punition de Proly coûtera des millions aux aristocrates et aux étrangers, parce que après cet exemple, il faudra que Pitt paie au centuple les espions qu'il voudra entretenir parmi nous".

96 Ibid., t. 10, p. 243. 19 frimaire an II (9 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre toute mesure d'indulgence, contre l'ennemi intérieur ou extérieur. "… Nos barbares ennemis, dont nous traitons les prisonniers avec tant de douceur…"

97 A. P., t. 82, p. 302.

98 Oeuvres complètes, t. 10, p. 290. 6 nivôse an II (26 décembre 1793). Intervention aux Jacobins sur une adresse de la section de Quinze-Vingt.

99 A. P., t. 79, p. 406. Article 1er : "La Convention nationale déclare, au nom du peuple français, que la résolution constante de la République française est de se montrer terrible envers ses ennemis, généreuse envers ses alliés, juste envers tous les peuples".

100 Je renverrai le lecteur aux actes du colloque Région - Nation - Europe : unité et diversité des processus sociaux et culturels de la Révolution française (Besançon, 25-27 novembre 1987), Paris, Belles-Lettes, 1989.

101 Oeuvres complètes, t. 8, p. 82. 2 janvier 1792. Sur la guerre.

102 Ibid., t. 10, p. 348. 30 pluviôse an II (30 janvier 1794). Intervention aux Jacobins sur la difficulté de séparer le peuple britannique de son gouvernement.

103 C'est notamment l'exemple des Belges, trompés par leur aristocratie - Van der Noot et consorts-puis par Dumouriez, qui est exploité par Robespierre.

104 Ces patriotes ont la clairvoyance nécessaire qui leur permet d'ouvrir les yeux de leurs frères. Il ne s'agit chez Robespierre en aucun cas d'une élite, d'une aristocratie de la liberté, d'une "avant-garde révolutionnaire".

105 Oeuvres complètes, t. 6, p. 436. 26 juin 1790. Sur l'admission d'une députation d'Avignon. "Ne serions-nous hospitaliers qu'envers les peuples dont la population suppose une grande force ? Ah ! Qu'est devenue notre morale bienfaisante, qu'est devenue la générosité françoise ?"

106 Lettre à ses Commettans, 2e série, no 4, 30 janvier 1793. Oeuvres complètes, t. 5, p. 244.

107 Lettre à ses Commettans, no 3, 25 janvier 1793. "Les Français libres ont donné le premier exemple au monde". Cf. Oeuvres complètes., t. 5, p. 228.

108 Lettre à ses Commettans, no 5, 5 février 1793 (Cf. Oeuvres complètes, t. 5, p. 265).

109 Oeuvres complètes, t. 10, p. 155. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissances en guerre contre la République "la liberté (…) les conduira avec tous les Français au bonheur de la liberté et de l'égalité".

110 Ibid., t. 9, p. 133. 27 mars 1793. Sur le choix des généraux et pour l'expulsion des Bourbons. "Les amis éclairés de l'humanité qui nous observent…".

111 A. P., t. 79, p. 401. Séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).

112 Oeuvres complètes, t. 9, p. 46. Sur l'influence de la calomnie sur la Révolution. "La calomnie éleva une barrière entre la Révolution et les autres peuples de l'Europe en leur montrant la nation française comme une horde de cannibales".

113 Ibid, t. 10, p. 344. 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). Intervention aux Jacobins sur les moyens de dénoncer les crimes du gouvernement anglais. "Il fallait que le peuple (anglais) pût prendre lui seul dans notre Constitution ce qui lui convient, on a pris une mauvaise marche en lui présentant et en lui jetant, pour ainsi dire, à la figure".

114 Lettre de N.S.J. Patterson (Paterson) à Robespierre (Boulogne-sur-Mer, 4 pluviôse an II) dans Papiers inédits, op. cit., note 25, t. II, p. 175-178. La lettre doit parvenir à Robespierre le 6 ou 7 pluviôse. Il est remarquable de voir la mise au point qui est faite par Robespierre dans le débat dans des termes proches de ceux de Paterson, ce qui montre, d'après nous, sa volonté d'agir en pragmatique.

115 Oeuvres complètes., t. 9, p. 393. 10 avril 1793. Contre Brissot et les Girondins. Robespierre prend là, à plusieurs reprises, le cas de la Belgique.

116 Voir A. MATHIEZ, La conspiration de l'étranger, Paris, 1918, p. 2-3 et "La chute des factions" dans A.H.R.F., 1927, p. 135-148.

117 Oeuvres complètes, t. 9, p. 348. Intervention aux Jacobins sur les dangers de la Patrie et pour des mesures vigoureuses. "(Les maux) viennent des corps administratifs, du gouvernement et des scélérats qui se liguent avec les cabinets de Londres ou de Berlin pour leur livrer nos frontières, et qui entretiennent dans nos départements le feu de la sédition, qui s'approche de nous et qui va nous embraser, si nous ne nous hâtons pas de l'éteindre.

118 Cette trilogie est citée le 27 mars, le 10 avril 1793, les 1er frimaire, 5 nivôse, 11 pluviôse, 25 ventôse, 18 floréal et 8 thermidor an II.

119 Oeuvres complètes, t. 10, p. 448. 18 floréal an II (7 mai 1794). Rapport sur les idées religieuses et morales, sur les fêtes décadaires. "Quand l'énergie républicaine eut confondu ce lâche système et fondé la démocratie, l'aristocratie et l'étranger formèrent le plan de tout outrer et de tout corrompre".

120 G. LEFEBVRE, La Grande Peur, Paris, 1988 (rééd.), 272 p.

121 Oeuvres complètes, t. 8, p. 296. 23 avril 1792. Contre La Fayette et les intrigants.

122 Voir A. P., t. 86, p. 126 et suiv.

123 Voir Saint-Just, "Rapport et décret sur les détentions et sur les moyens les plus propres à faire rendre justices aux patriotes, et à assurer la punition des coupables", 8 ventôse an II (26 février 1794) dans A. P., t. 85, p. 513 et suiv. ; "Rapport sur une conjuration qui doit anéantir la liberté et la représentation nationale", 23 ventôse an II (23 mars 1794) dans A. P., t. 76, p. 234 et suiv. ; "Rapport sur la police générale", 26 germinal an II (15 avril 1794) dans A. P., p. 613 et suiv.

124 Joseph Lebon avait intercepté à Calais une malle anglaise pleine de poignards destinés à armer les comploteurs. Il s'agissait en fait de couteaux d'une service de table.

125 Oeuvres complètes, t. 10, p. 198. 1er frimaire an II (21 novembre 1793). Intervention aux Jacobins pour la liberté des cultes.

126 Il s'agit de la médiation directe et indirecte, des moyens économiques, de la dénaturation du lieu de l'expression du politique, de la fabrication de faux lieux de politique, de la dénaturation des principes moraux, de dénaturer le peuple en tant que peuple pour renverser la République. Pour plus de précision, voir S. WAHNICH, art.cit., tableau 3, p. 123.

127 Oeuvres complètes, t. 10, p. 409. 1er germinal an II (21 mars 1794). Intervention aux Jacobins contre l'impression d'un discours de Tallien. "Il n'est pas de faction qui puisse exister sans l'appui (financier) de la tyrannie".

128 Par exemple, Ibid., 16 mars 1794.

129 Ibid., t. 10, p. 259. 26 frimaire an II (16 décembre 1793). Intervention aux Jacobins contre l'exclusion systématique des prêtres. "J'ai demandé qu'on chassât les banquiers, parce qu'il existe entre ces hommes et ceux de l'étranger des relations".

130 Livret de Robespierre, A. N., F 74436. "Que dis-je ! les fripons ne sont-ils pas une espèce d'aristocratie ? Tout aristocrate est corrompu, et tout homme corrompu est aristocrate".

131 Oeuvres complètes, t. 10, p. 380. 26 ventôse an II (16 mars 1794). Pour que soit revu le rapport d'Amar sur la conspiration de l'étranger. "Savez-vous quelle différence il y a entre eux (les collègues de Pitt) et les représentants du peuple français ? C'est que cet illustre parlement est entièrement corrompu et que nous ne comptons dans la Convention nationale que quelques individus atteints de corruption".

132 Ibid., t. 10, p. 235. 15 frimaire an II (5 décembre 1793. Sur les manœuvres des agents de l'étranger et pour la liberté des cultes. "Ce qui appartient aux puissances étrangères : (c'est) de chercher à réveiller le fanatisme dans des lieux où il avoit cherché son dernier asyle ; c'est d'armer l'homme (…) qui est attaché à un culte (…) contre un autre ami de la liberté…".

133 Oeuvres complètes, t. 10, p. 312 et 314. 19 nivôse an II (8 janvier 1794). Intervention aux Jacobins, contre Camille Desmoulins, Fabre d'Églantine et la faction de l'étranger. "…Parti de l'étranger qui cause tous les maux dont nous sommes victimes, qui dicte la plus grande partie des erreurs, des exagérations dont nous sommes environnés" et plus loin : "Vous distinguez les étrangers cherchant, par le moyen de certains fripons, à ressusciter le girondisme".

134 Oeuvres complètes, t. 10, p. 405. Fin ventôse an II ? Discours non prononcé sur les factions.

135 G. WALTER, La conjuration du 9 thermidor, Paris, Gallimard, 1974, p. 8.

136 Oeuvres complètes, t. 10, p. 571. 8 thermidor an II (26 juillet 1794. Contre les factions nouvelles et les députés corrompus. "On se rapelle tous les crimes prodigués pour réaliser le pacte de famine enfanté par le génie infernal de l'Angleterre (…). Ce système était l'ouvrage de l'étranger". Ou Ibid., t. 5, p. 284, Lettre à ses Commettans, 2e série, no 6, 15-20 février 1793. "Quel doux spectacle pour cet ennemi de l'humanité (Pitt) et pour ses complices, que d'affamer le peuple".

137 Oeuvres complètes, t. 8, p. 352. 13 mai 1792. Sur le renouvellement des traités avec les cantons suisses.

138 Ibid., t. 10, p. 248. 22 frimaire an II (12 décembre 1793). "Pouvons-nous regarder comme patriote un baron allemand ? Pouvons-nous croire républicain un homme qui ne vit qu'avec les banquiers contrerévolutionnaires de la France ? (…) Il vous assure qu'il a cessé de les voir, mais c'est encore là une fourberie de Prussien".

139 Ibid., p. 250. "par une conséquence infaillible, le parti étranger domine au milieu des Jacobins".

140 A. P., t. 83, p. 302. Séance du 5 nivôse an II (25 décembre 1793).

141 Cloots est pris ici comme le catalyseur de tous les défauts de la faction mais les attaques visent aussi Proly, Desfieux et Pereyra.

142 A. P., t. 91, p. 41. Séance du 7 prairial an II.

143 Il y revient d'ailleurs avec plus de force et de netteté le 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). "Nous verrons si un peuple de marchands vaut un peuple d'agriculteurs, nous verrons si quelques vaissaux valent nos terres fertiles" (Oeuvres complètes, t. 10, p. 349).

144 Oeuvres complètes, t. 10, p. 447. 18 floréal an II (7 mai 1794). Dans ce discours, les mécanismes liant commerce et gouvernement anglais sont particulièrement bien explicités.

145 Ibid., t. 10, p. 156. 16 octobre 1793. Pour l'arrestation de tous les ressortissants des puissances en guerre avec la République.

146 Ibid., t. 10, p. 145. 9 octobre 1793. Pour l'arrestation des Anglais et la saisie de leurs biens.

147 Ibid., t. 10, p. 154. 16 octobre 1793.

148 Ibid., t. 10, p. 155.

149 Les parlementaires ou les Jacobins souvent remis dans le "droit chemin " par Robespierre se feront à cette idée. Cependant dans les adresses à la Convention, la non-responsabilité du peuple anglais est encore largement admise.

150 A. P., t. 76, p. 652. 16 octobre 1793. "D'abord, je ne vois pour mon compte, aucune raison de regarder les Anglais plus dangereux pour nous que pour nos ennemis".

151 A. P., t. 79, p. 403.

152 Oeuvres complètes, t. 10, p. 232. 15 frimaire an II (5 décembre 1793). Réponse au manifeste des rois ligués contre la République.

153 Supra note 150.

154 Oeuvres complètes, t. 10, p. 345. 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). Sur les moyens de dénoncer les crimes du gouvernement anglais. "Il ne suit pas de là que le peuple anglais ne fera pas une révolution ; il la fera, parce qu'il est opprimé ; parce qu'il est ruiné. Ce seront vos vaisseaux qui feront cette Révolution…".

155 Oeuvres complètes, t. 10, p. 348-349. 11 pluviôse an II (30 janvier 1794). Intervention aux Jacobins sur les difficultés de séparer le peuple anglais de son gouvernement.

156 Cette proclamation adressée par le duc d'York à ses soldats était la réponse au décret du 7 prairial. Il oppose à la barbarie française la mansuétude anglaise.

157 Oeuvres complètes, t. 10, p. 409-500. 3 messidor an II (21 juin 1794). Sur la proclamation du duc d'York concernant le décret relatif aux prisonniers de guerre anglais. "Qu'y-a-t-il de commun entre la liberté et le despotisme, entre le crime et la vertu ? (…) qu'un esclave transige avec un esclave, un tyran avec un tyran cela se conçoit encore ; mais un homme libre composer avec un tyran ou son satellite, le courage avec la lâcheté, la vertu avec la crime, c'est ce qui ne se conçoit pas, c'est ce qui est impossible. Son Altesse (le duc) fait une comparaison entre la France et l'Angleterre. Que signifie ce parallèle ? Qu'a de commun le cœur mort d'un esclave avec celui qui est embrasé du feu sacré de la liberté ? On veut rapprocher le Français et l'Anglais dans les champs de bataille pour corrompre la vertu républicaine : il faut de la distance entre les soldats de la liberté et les esclaves de la tyrannie".

158 Ibid.. "L'Angleterre est un méprisable météore qui disparaît devant l'astre républicain".

Auteur

C.H.R.N. - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter