Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

De la guerre, des peuples et des nations : préliminaires

Jean-Paul Bertaud

Texte intégral

1En 1792, la guerre n'est pas un accident ; elle est même un événement de longtemps annoncé ou pressenti. Dès 1789, la crainte d'une intervention étrangère est l'une des causes de la Grande Peur ; dans les deux années suivantes, la presse royaliste a constamment appelé de ses voeux la croisade des rois ; quant à la mobilisation générale des patriotes, elle commence dès la fuite du roi vers Montmédy. La guerre, et plus encore l'étranger, ne pouvaient ainsi qu'être au cœur des préoccupations et de la pensée de Robespierre, comme nous le rappellera Laurent Petit.

2Comme Marat et Camille Desmoulins, le député Robespierre a pourtant longtemps refusé le conflit avec l'Europe. Traditionnellement, l'on interprète cet engagement par ses craintes d'un triomphe de la contre-révolution ou de l'établissement d'une dictature militaire, qui pouvaient d'ailleurs paraître justifiées. L'on peut cependant se demander si ses idées n'étaient pas également inspirées de certains écrivains de la fin du XVIIIe siècle, comme Mably ; la communication de Marc Bélissa nous apportera sur ce point quelques éléments de réponse Mais la guerre, c'est aussi Robespierre face au salut public, face au sentiment national, face au peuple et aux nations comme nous le rappellera Jean-Louis Matharan.

3Bien sûr, Robespierre, qui ne fut jamais représentant en mission, ne s'imposa pas comme un spécialiste des questions militaires. Alan Forrest nous dira cependant qu'il ne faut pas sous-estimer ses compétences ; dès à présent l'on peut en effet rappeler que c'est Paris même qui compléta sa formation Dans les rues de la capitale, Robespierre côtoie ces soldats-citoyens qu'il présente comme des modèles, et pour qui il entend faire adopter de véritables mesures sociales ; c'est là que la question militaire rejoint les exigences de la "Régénération", et notre ami Alan Forrest, qui a récemment publié un ouvrage sur les soldats de l'an II, est le mieux à même d'évoquer ce sujet.

Auteur

Paris I - I.H.R.F.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter