Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème II. Les choix économiques et sociaux : « force des choses », libéralismes, droit à l'existence

Synthèse des débats

Texte intégral

1Quelle rupture, et de quelle étendue, représentent les choix de Robespierre en ces matières ? Sans conteste la propriété doit rester selon lui, une institution centrale sous le nouveau règne de la loi. Et Jean Bart est amené à préciser toute la distance qui sépare, sur ce point, Robespierre et Dolivier.

2Il est plus difficile d'apprécier les correctifs que Robespierre veut apporter au fonctionnement libéral de l'économie, le "rééquilibrage du circuit économique" qu'il propose. Fl. Gauthier observe qu'en abolissant la loi martiale le 23 juin 1793 (donc pratiquement à l'inauguration de la Terreur), les Montagnards s'attaquent à la main (visible ? qu'on ne peut pas voir ?) qui entretient le droit indéfini de propriété. On discute sur les sources et références d'une telle critique de laissez-faire : Necker ? (J.Y Picquet), Mably ? (Fl. Gauthier). Mais aussi, suggère D. Margairaz, Turgot ou … A. Smith !

3Que penser surtout du droit à l'existence ? Simple reconnaissance d'un droit des pauvres à un minimum vital calculé au plus juste : du pain et les droits politiques ? C'est la question de N. Bossut. Que sont ces marchandises que Robespierre juge "chétives", ne justifiant pas qu'on s'insurge pour en jouir ? Le sucre, produit colonial de luxe ? Mais il est désormais entré dans la consommation populaire, au moins à Paris. Cl. Mazauric précise qu'il était d'abord question de savon et note que la définition de la consommation, telle qu'elle apparaît chez Robespierre, pouvait manquer de réalisme ou d'une mise à jour. Il faut la comparer à celle de Babeuf ou à ce qu'Helvetius dit du luxe, défini comme besoin de demain… Mais, insiste surtout Cl. Mazauric, les besoins dont parle Robespierre intègrent la jouissance du droit civique - J.-P. Hirsch rappelle que le peuple a aussi "la propriété du gouvernement" - et le droit à l'instruction publique.

4Sur ce dernier point, diverses interprétations sont avancées à partir du plan d'instruction de Le Peletier de Saint Fargeau que Robespierre a présenté après sa mort à la Convention : manipulation de texte ? (C. Coutelle), plan moins démocratique que celui de Condorcet ? (J. Y. Picquet) ou projet "d'école libératrice" corrigeant l'inégalité sociale par l'inégalité inverse du financement et des conditions d'accès ? (Cl. Mazauric).

5Réintroduite par D. Margairaz, la distinction entre court et long terme infirme la suite de la discussion. D'un côté Robespierre conçoit des ajustements qu'il juge urgents, obsédé, comme l'explique F. Hincker, par le risque d'un blocage de la circulation des marchandises ou de la monnaie. D'autres choix participent du projet de réduire les inégalités de la société, et pas seulement en décloisonnant l'espace (c'est le projet des libéraux) mais en jouant de la durée pour faire apparaître une autre société. Peut-être d'ailleurs cette projection de Robespierre dans un futur indéterminé explique-t-elle parfois son silence sur des questions de première importance : ainsi la limitation des fermes et, plus largement, la politique de l'exploitation, observent J.-P. Hirsch et J. Bart. Ces problèmes brûlants seraient évacués par un homme qui pense la généralisation de la propriété et se projette dans cette situation sans attendre son avènement.

6Pour autant Robespierre est loin d'ignorer les questions courantes de monnaie et de finance (discussion entre G. Gayot et F. Hincker). Mais, là encore, sa conception de l'impôt progressif procède-t-elle du souci d'améliorer les rentrées fiscales ? N'est-ce pas plutôt un des leviers de la transfraction sociale dans la longue durée ? Et dans cette seconde hypothèse, Robespierre échappe-t-il à une logique libérale, qui court de Condorcet à Joseph Caillaux, pour énoncer un projet véritablement égalitaire ?

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter