Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème II. Les choix économiques et sociaux : « force des choses », libéralismes, droit à l'existence

Les choix économiques et sociaux : préliminaires

Claude Mazauric

Texte intégral

1Dans les quelques mots d'introduction à la discussion de cet après-midi que j'ai la responsabilité d'amorcer, je manifesterai le souci de ne pas déflorer les propos des intervenants, mais j'essaierai de placer notre débat dans la présentation d'une sorte d'itinéraire en transformation des positions de Robespierre à l'égard de la question des droits. Je repartirai, en quelques mots, des discussions qui se poursuivent depuis hier, notamment à partir de l'exposé de Colin Lucas, en rappelant que comprendre la politique de Robespierre - j'entends ici politique au sens le plus général du terme - ne consiste pas à reconstituer le simple déroulement dans les affrontements du moment d'une "culture politique" préalable, qui se manifesterait comme le passage de l'idée préconçue dans les choses, mais qu'il s'agit de comprendre cette politique comme l'articulation fine, dialectique, entre un certain bagage conceptuel et une expérience, une prise de responsabilités dans la pratique. Ne voyons pas non plus la politique de Robespierre comme l'expression d'une doctrine ; l'image thermidorienne d'un Robespierre doctrinaire cherchant à faire passer un corps d'idées révélées dans une réalité qui les refuse est un topos à refuser entièrement ; à l'inverse la politique de Robespierre n'est pas simple mise à jour opportuniste d'un programme plus ou moins théorisé en fonction des sollicitations de l'événement ; voyons-y plutôt une réflexion tendue vers l'action et reposant sur la confrontation permanente d'une pensée avec une pratique, le produit d'une culture qui est celle non seulement de lui-même, mais aussi celle du pays et du temps dans lequel il se situe, dont il émane, confronté qu'il est à des échéances proprement inouïes.

2Alors, dans ce cadre, je voudrais dégager - c'est très schématique évidemment - trois moments chronologiques et structurels dans la façon dont Robespierre aborde la question des droits.

3Tout d'abord, je crois que l'avocat qu'est Robespierre à Arras, formé par ce qu'on a déjà dit, nourri de Rousseau, Montesquieu, des jusnaturalistes, etc. part de la conviction que la régénération de la société implique la reconnaissance des droits naturels, imprescriptibles, inaliénables de l'Homme. Dans la perspective rousseauiste qui est la sienne, le problème politique devient celui d'instituer en société l'équivalent sous la forme de droits civils de ce qu'étaient les droits naturels perdus dans l'histoire, avilis dans le despotisme. Donc réaliser un programme d'institution des droits civils : c'est à quoi il se consacre à Arras dès le début de 1789.

4Robespierre, en ce domaine, s'appuie sur son expérience d'avocat. Contrairement à la thèse de mon ami M. Gallo qui a écrit que Robespierre est un avocat frustré dans ces ambitions et qui n'a qu'une voie pour se réaliser, celle de la révolution, parce qu'il ne réussit pas dans sa région d'origine, Robespierre est un avocat qui a des causes : il en traite 145, tant auprès du Corps de ville que des États d'Artois ; il a 13 dossiers à régler dans le premier trimestre de 1789. Il a donc un avenir possible dans l'élite roturière comme avocat ; certes Arras est une petite ville de province, mais Robespierre n'est pas cet homme frustré et rejeté. Il s'engage donc, à partir de son expérience dans la bataille pour les droits civils.

5Les droits civils c'est cette grande bataille pour ce que Etienne Balibar appelle "l'éga-liberté", l'égalité comme garantie de la liberté de tous. C'est le premier élément de sa démarche et c'est l'essentiel ! C'est sur ce thème là qu'il prend la parole de manière brève, quoique souvent ridiculisée par plusieurs des grands orateurs de la Constituante, comme l'a rappelé ce matin E. Lemay, dans les premiers mois de la réunion de l'Assemblée. Mais il finit par imposer le respect de son point de vue.

6Très vite cependant se pose la question de savoir si la reconnaissance des droits civils, si "l'éga-liberté" est en soi un programme qui donne la garantie aux citoyens qu'ils ne seront pas seulement "agis" dans une société apparemment régénérée. C'est pourquoi la question se pose tout de suite des droits politiques et la première intervention de Robespierre sur ce thème survient le 22 octobre 1789, lorsqu'il proteste contre la distinction entre citoyens actifs et passifs, sans encore se prononcer sur les niveaux du cens. Pour lui, la question la plus importante devient la question des droits politiques comme condition de réalisation des droits civils auxquels désormais tout le monde fait référence car c'est le grand acquis de l'été 1789. Par droits politiques, il entend la participation à l'expression de la volonté générale, ou encore la capacité à exprimer sa présence de citoyen dans le corps souverain. Désormais la question de la démocratie politique et les problèmes de la représentation deviennent les préoccupations principales qui s'expriment dans de grands discours, celui de janvier 1790 de manière partielle, puis celui de 1791 : je ne reviens pas ici sur les problèmes de datation évoqués précédemment dans notre colloque. Cette adhésion à la démocratie deviendra, dans d'autres temps et dans un autre contexte, celui de la démocratie républicaine, mais l'on sait que Robespierre en 1791 est d'une prudence extrême sur la forme républicaine de l'État parce qu'il est surtout sensible à la réalité des droits reconnus et à la possibilité, en s'appuyant sur l'acquis, d'élargir le champ de la citoyenneté.

7La question essentielle que la droite de l'Assemblée - R. Barny nous l'a plusieurs fois rappelé - évoque constamment est l'incapacité du peuple à exercer les droits politiques, son infantilisme, son inconstance, son inculture, sa dépendance… les domestiques, les religieux, les femmes, les mineurs, les catégories de tous ceux qui sont dans l'incapacité d'être des hommes libres et à qui reconnaître des droits politiques égaux reviendrait à pervertir le mouvement vers la démocratie politique ; on sait tout cela ! La question était une question réelle : celle de l'aptitude du peuple a être le peuple souverain.

8Dès lors la question devient celle de la vertu. Ce faisant, Robespierre retrouve une vieille démarche puisqu'il pose cette question dès le début en un sens éthique, mais il la voit désormais comme une question politique. Cette vertu n'est pas qu'une qualité particulière des individus porteurs des droits, elle est produite simultanément par le statut que la société leur fait. Robespierre est nourri de la réflexion sur l'Emile. Si Emile est éduqué pour être un homme libre, ce n'est pas seulement parce qu'il vivra du sien car Emile est un compagnon, il touche un salaire ; ce qui le rend indépendant de son patron c'est qu'il en change souvent ; la dépendance à l'égard du patron c'est l'esclavage. C'est aussi parce qu'Emile est propriétaire de son métier, c'est-à-dire de la capacité à se libérer lui-même de la stricte dépendance en raison de sa qualification. Emile est possesseur d'une connaissance acquise, non dans les institutions de l'Ancien Régime, mais dans une éducation qui est capable de le promouvoir en tant qu'homme producteur de lui-même : un homme de l'homme.

9Pour Robespierre, dès 1791, la question la plus immédiate devient donc celle de la reconnaissance des droits sociaux qui permettront aux hommes d'être à la hauteur de leur qualité de citoyens et cette question se pose en termes de droits sociaux et économiques. Je passe rapidement sur ces choses connues. Fin 1791, arrive, d'une manière fondamentale, la question du "droit à l'existence" qui conditionne la capacité de la société à reconnaître la pleine vérité des droits politiques qu'implique la citoyenneté acquise en 1789. Droit à l'existence qui suppose non la suppression de la propriété privée car Robespierre adopte une position très pragmatique, mais le contrôle des échanges, celui du marché dans ce qui concerne d'abord le nécessaire (et ce qui est le superflu il le laisse à l'échange libre). Ce droit à l'existence doit conditionner l'organisation économique de la société. Robespierre exprime cela à plusieurs reprises dans de grands textes et notamment dans le projet de déclaration des droits d'avril 1793. Mais il serait insuffisant de s'en tenir là et ce serait voir encore Robespierre comme producteur d'abstractions.

10En fait, au Comité de Salut public, Robespierre rentre assez peu dans le détail des modalités d'organisation de son modèle économique. D'autres sont chargés de ce domaine. Mais il soulève deux problèmes complémentaires, le problème du prélèvement par l'État de l'impôt progressif, et d'autre part une question essentielle liée à la question économique qui est le droit à l'instruction. Il faut évoquer dans quelles conditions Robespierre avait proposé que Michel Lepelletier (de Saint-Fargeau) soit désigné rapporteur contre Condorcet d'un projet d'éducation qui fasse droit à la formation populaire et pas seulement à la formation des élites pour parler un langage contemporain, comment, après l'assassinat de M. Lepelletier, il est désespéré parce qu'il croît que ce rapport est perdu. Au mois de juillet, se promenant dans les Tuileries, il rencontre Félix, le frère de Michel qui lui apprend que ce rapport existe et que, lui, Félix doit en donner lecture aux Jacobins ; on sait comment par une filouterie gentille, Robespierre demande communication de ce rapport et comment il va en donner lecture en deux séances décisives à la Convention, faisant du droit à l'Instruction le complément nécessaire des réformes sociales par lesquelles se réalise le droit à l'existence comme condition nécessaire à la réalisation des droits politiques et civils du citoyen. Ainsi il y a, dans les cinq ans de Révolution, chez Robespierre, toute une évolution, qui me paraît très féconde, des droits civils aux droits politiques et des droits politiques aux droits sociaux, ceux de "la troisième génération" comme disent aujourd'hui les juristes.

11Ma conclusion se fera en deux mots. Est-ce que cette évolution lui est propre ? Pas du tout. M. Dorigny nous a montré des Girondins qui ont un itinéraire très comparable et beaucoup d'autres ont suivi un cheminement en Révolution, les conduisant à la découverte de la nécessité d'étayer la démocratie politique par une démocratie sociale. Ce sera ensuite une tarte à la crème de ceux qu'on appellera en 1848 les "démo. soc." et bien au-delà jusqu'en notre siècle. Cependant, cette évolution est extraordinaire chez Robespierre, parce qu'elle est constamment réfléchie, théorisée. Mais ce qui est une démarche très féconde, très assumée dans l'exercice de la responsabilité politique ne doit pas être tenue pour exceptionnelle : ce serait une erreur de s'enfermer dans le "robespierrisme" ! Ce qui est très original chez Robespierre, c'est qu'il opère un renversement fantastique : à la fin de sa trajectoire, c'est le droit à l'existence qui conditionne les droits politiques et civils, c'est-à-dire qu'il valorise dans le droit naturel le droit à l'existence comme condition de toutes les constructions politiques et du droit positif. Voilà l'originalité. Or ce choix est incompatible avec un compromis quelconque, je dirais un compromis "bourgeois", dans le sens de "marchandage", comme M. Vovelle emploie ce terme. C'est devenu une question de principe. C'est ce renversement qui me paraît essentiel, que G. Labica exprime très bien quand il dit, reprenant d'ailleurs une formule de Mathiez, que chez Robespierre, le peuple n'est pas le "peuple-nation", mais le "peuple-classe", la formule ayant un sens général et affirmant le catactère indissociable des questions politiques et sociales. Il faut voir aussi les limites de la démarche de Robespierre. A. Soboul parlait autrefois de "limite de classe" ; l'expression me paraît aujourd'hui une formule désuète : la pensée de Robespierre était une pensée en marche. Les limites ne sont pas dans le dispositif conceptuel qui paraît d'une cohérence remarquable et d'une grande vérité philosophique, ni dans la réalité qui serait en contradiction avec le caractère avancé de la pensée de Robespierre, la limite est tout simplement dans le fait que le peuple auquel s'adresse Robespierre n'est pas tout à fait un peuple réel. Son message est un message qui s'adresse au millénaire qui suit, qui ne peut pas être approprié par les bonnes gens du peuple dans les deux ou trois mois, ou les quelques années, d'un processus révolutionnaire tiré à hue et à dia, encore limité à la France. La démarche de Robespierre est une démarche philosophique fondamentale qui suppose que le peuple auquel on s'adresse soit à la hauteur du message qui s'exprime. C'est une question qui fait que le "robespierrisme" - i.e. ce qui nous reste de Maximilien - à mes yeux, est toujours une question présente.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter