Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

2. Un législateur dans la Révolution : principes et stratégies

Synthèse des débats

Texte intégral

1 Au cours des trois demi-journées consacrées à l'itinéraire de Robespierre, les débats ont laissé apparaître des interrogations récurrentes ; nous avons donc préféré proposer une synthèse qui, ne tenant pas compte du cheminement des communications et des interventions, regroupe questions et interprétations en cinq thèmes principaux.

Du local au national : Robespierre et les niveaux de la politique

2Plusieurs participants ont émis des réserves sur la problématique du local et du national. N'y a-t-il pas un biais problématique à rapprocher "une espèce de concret", le local et un concept, le national ? interroge A. Jollet. Pour sa part, L. Jaume considère que le problème de l'itinéraire de Robespierre ne se pose nullement dans les termes du rapport du local au national car les attendus constitutionnels eux-mêmes, en 1791 par exemple, excluent que le député puisse être représentant de son département ; donc la véritable question à laquelle se trouve confronté Robespierre est celle de la compatibilité entre la souveraineté nationale et le contrôle des représentants par les sections populaires. M. Bélissa, quant à lui, insiste sur le fait que défendant les droits de sa province Robespierre défend les "droits de tous les Français car, comme le soulignait Mably, les privilèges sont ce qui reste des anciennes libertés confisquées". L'intervenant ajoute : "Robespierre ne défend pas le local, il défend les Droits".

3En fait, les débats révèlent deux approches divergentes de la politique à l'époque révolutionnaire ; l'une, qui sous-tend cette remise en cause de la problématique du local et du national, privilégie l'analyse du projet politique du Législateur ; l'autre envisage davantage la dialectique entre le projet et l'action, celle-ci impliquant différents pôles de la politique tant au niveau local que national et selon des figures dont R. Dupuy a suggéré la variété. F. Wartelle développe cette autre manière d'appréhender l'itinéraire de Robespierre en se référant à l'obligation où se sont toujours trouvés les gouvernements de la France contemporaine d'appuyer leur légitimité et leur respect du "pacte républicain" sur un recrutement des ministres respectueux des équilibres provinciaux. Il formule plusieurs questions sur ce thème : y aurait-il donc un pacte non écrit qui lierait la survie de la République et l'unité de la Nation à l'intégration du personnel politique local dans les organes de gouvernement ? Comment s'opère la mutation de l'homme politique local en homme d'État ? Constate-t-on, dès l'Ancien Régime, un cursus obligé du responsable des affaires publiques de la province vers Paris ? Le refus de Robespierre de voir renouveler les constituants dans la Législative manifeste-t-il une condamnation politique ou une volonté de recomposition de la représentation nationale visant à susciter la naissance d'une nouvelle élite d'origine provinciale et rompant avec des clientélismes de représentations ? Comment s'articule le lien maintenu entre les personnels politiques parisiens et les personnels provinciaux ? A l'appui de ces questions, F. Wartelle invoque l'abondance de la correspondance des députés avec les amis de leur région d'origine et le va-et-vient continuel entre les cercles politiques provinciaux et les groupes de pression ancrés sur Paris. Il souligne encore la nécessité où se trouve "l'homme d'État" de sauvegarder les relais locaux de son action politique. Il suggère enfin que Robespierre lui-même, après avoir un temps considéré que tout citoyen vertueux était digne d'occuper des fonctions locales en tout lieu, revient en 1793 à une pratique qui favorise l'envoi de représentants en mission ayant une bonne connaissance du secteur qui leur est confié.

4 H. Leuwers confirme l'existence d'attitudes différentes : Merlin de Douai se sent un devoir moral à l'égard de ses commettants, intègre des perspectives électoralistes à son action et ne dissocie pas intérêts nationaux et locaux ; pour Robespierre, les commettants se confondent précocement avec l'ensemble des citoyens français. P. Viola discerne dans cette différenciation deux visions de la Politique en Révolution ; Merlin fait partie de ceux qui "reconstruisent le tissu de la Politique en élaborant une politique" alors que Robespierre constatant "l'effondrement de la Politique, du lien du concret, notamment du local" recherche "une voie autre qui marche vers l'utopie" et rejette par exemple la transformation des élus en hommes d'état.

5 J. P. Jessenne s'interroge sur la pertinence d'une analyse qui tendrait à opposer trop nettement des députés "arrondissementiers" (D. Ligou a suggéré ce parallèle avec les notables du XIXe siècle) et des défenseurs des droits et des principes sur le seul terrain national. L'évolution des relations de Robespierre avec le Pas-de-Calais montre que sur ce point aussi les rapports de forces politiques concrets et les combats pour les principes sont intimement mêlés. La cassure avec le département d'origine tient à la fois à la marginalisation par rapport aux systèmes de pouvoirs locaux, au report sur l'action par les sociétés politiques, notamment parce que dans celles-ci Robespierre dispose de relais fidèles, et au glissement progressif vers l'appui sur le club des Jacobins et plus largement les sans-culottes parisiens.

6En citant une correspondance inédite d'Augustin Robespierre à son frère, découverte dans les archives communales de Moscou, Cl. Mazauric atteste la force de ces considérations : "Nous avons fait un choix horrible [aux élections municipales de 1790] ; Les Blanquart, les Liborel, les Beauval, tous trois opposants à la souscription des biens ecclésiastiques […]. Notre canton est divisé en six sections et l'on ne voit point de recensement général. Le peuple n'est point venu parce qu'il n'avait point connaissance de la liste des citoyens actifs […]. Nous ne savons plus à quels saints nous recommander dans l'embarras où tu nous laisses. Il serait bien à désirer que tu nous envoies de quoi faire honneur à nos affaires […]. Autrement, il me faut déserter Arras" (Lettre du 24 mars 1790). J. Guilhaumou souligne que les relations entretenues par Robespierre avec les Jacobins marseillais, ressortent de la même logique associant stratégie d'appui sur les forces avec lesquelles il est le plus en sympathie et combat pour les droits de l'homme.

7En fait, n'est-ce pas là un des traits majeurs de l'itinéraire de Robespierre que de ne jamais séparer la lutte pour le pouvoir et l'engagement au nom d'un idéal ? Le colloque ne pouvait pas laisser de côté la question des références et de l'élaboration de cet idéal.

Les sources des conceptions et de la démarche politiques de Robespierre

8Ce thème a en fait donné lieu à deux types d'interrogations : quels furent les principaux inspirateurs de Robespierre ? Est-il possible d'isoler un moment où s'est cristallisée une originalité robespierriste ?

9L'échange de vues entre N. Robisco et Cl. Mazauric sur la date de rédaction de La dédicace participe de la recherche de ces moments clefs de l'itinéraire de Robespierre : alors que N. Robisco situe cette rédaction dans les premiers mois de 1790, Cl. Mazauric avance l'hypothèse d'une écriture en mai-juin 1789, au temps de l'installation à Paris et de la découverte de la Politique dans un nouveau contexte ; il voit dans cette initiative, prise alors que la plupart des députés se consacrent à des lettres à leurs commettants, un signe de la conception de la représentation nationale que se forge Robespierre.

10 B. Decriem ou M. Becker discernent dans la fidélité sans faille de Robespierre aux principes qu'il énonce alors une originalité fondamentale par rapport à la plupart des constituants. E. Lemay confirme les particularités du positionnement de Robespierre parmi ceux-ci : selon elle, il apparaît très tôt comme "le plus révolutionnaire", comme "la voix dissonante" mais aussi comme un député poussé à une critique acerbe par l'isolement. R. Dupuy prolonge cette analyse en affinant la dialectique entre émergence des idées et pratique politique ; il suggère que l'anonymat relatif où s'est trouvé Robespierre aux débuts de la Constituante a sans doute favorisé chez lui la recherche d'une existence politique établie sur d'autres bases que celles sur lesquelles s'appuyaient la plupart des députés. La différenciation entre la légitimité populaire et la représentation nationale, puis la prise de distance avec la Constituante, sévèrement dénoncée en 1792, participent de cette logique.

11 P. Viola, faisant référence aux travaux de T. Tackett, élargit cette analyse en mettant en évidence la banalité des écrits de Robespierre en 1788-89 dans le flot des écrits patriotes de son temps ; le bagage idéologique est largement commun aux participants à la campagne pour les Etats généraux et Robespierre évolue même plutôt tardivement ; en effet, quand il s'adresse à la "nation artésienne", les jeunes juristes bretons en sont déjà à la liquidation de la référence à la "nation bretonne". Donc, la voie robespierriste se crée plus tard, au-delà de la réunion des Etats généraux, dans l'effondrement de la Politique comme gestion du possible et dans la recherche d'une voie radicalement nouvelle et utopique. Robespierre est moins le "produit" d'une pensée politique que celui d'une radicalisation qui s'opère dans la lutte politique elle-même, notamment au milieu des représentants des provinces qui se retrouvent à l'Assemblée.

12 O. Coquard quant à lui appelle à distinguer d'une part la construction dans l'opinion publique de l'image d'un Robespierre apôtre de la Révolution et incarnation de la pureté révolutionnaire, d'autre part la pratique politique de Robespierre lui-même. S'il est possible de situer la fixation de cette image dans la presse patriote en 1789, il est vain de chercher une sorte de conversion de Robespierre à une conception politique définitivement établie. Sa pratique n'évolue-t-elle pas sans cesse ?

13La mise en évidence de l'interaction complexe entre principes et action ne rend pas pour autant illégitime la recherche des sources fondamentales auxquelles Robespierre puise son inspiration.

14En écho à l'analyse de R. Barny sur le fait que Robespierre puise ses références dans les divers courants des Lumières et qu'il considère Rousseau comme un maître mais non comme un prophète qu'il faut suivre en tous points, J. Solé souligne l'influence fondamentale du spiritualisme chez Robespierre ; il insiste sur les implications politiques de ce spiritualisme qui le distinguera des Girondins et le rapprochera de nombreux parlementaires, notamment de droite, très éloignés des positions "matérialistes et anticléricales". R. Barny partage ce point de vue tout en insistant sur le caractère original du spiritualisme de Robespierre "qui n'est ni tout à fait celui de Rousseau ni celui de Guillemin. D. Ligou ajoute que le milieu protestant dans lequel a baigné Rousseau crée une distance irréductible avec la religion de Robespierre. Dans le même ordre d'idées, G. Deregnaucourt met en exergue l'influence probable des héritages culturels dans les engagements jacobins sur les affaires religieuses et il interroge : dans quelle mesure la cléricalisation tridentine, la force du discours enseignant d'une Église septentrionale qui accepte le compromis avec la religion populaire, l'attachement au culte des saints ne favorisent-ils pas la modération de Robespierre à l'égard du culte catholique et son hostilité à la déchristianisation ?

15Au plan institutionnel, G. Gayot constate que Robespierre est hanté par le centre du pouvoir, qu'il refuse son existence tout en sachant qu'il s'y trouve propulsé ; l'observation justifie donc qu'on s'interroge sur la lecture de Montesquieu par Robespierre : l'interprète-t-il selon le schéma de la séparation des pouvoirs ou en termes de répartition des pouvoirs conformément aux distinctions proposées par Althusser ? R. Barny relève la prédominance chez Robespierre de la conception rousseauiste de l'unité fondamentale des pouvoirs ; il remarque que Robespierre n'emploie jamais la notion d'équilibre des pouvoirs qui incarne pour lui l'Ancien Régime, alors que la séparation des pouvoirs est révolutionnaire. L. Jaume ajoute que si Robespierre avait adhéré à la conception de la séparation des pouvoirs énoncée par Montesquieu, il eût admis, en septembre 1789, l'intervention du roi dans le domaine législatif ; en fait, Robespierre se réfère le plus explicitement à la séparation des pouvoirs comme garantie contre le despotisme au printemps 1793, dans les débats constitutionnels qui l'opposent aux Girondins ; mais cette référence est largement dictée par l'opportunité politique ; fondamentalement domine chez Robespierre une pensée de la centralité législative.

16Ces interventions conduisent au débat sur la spécificité du rôle de Robespierre dans les luttes politiques et face à l'exercice du gouvernement.

Discours, action politique et exercice du gouvernement : la singularité de Robespierre

17 R. Dupuy soumet une hypothèse qui peut éclairer la position charnière que Robespierre occupe entre peuple souverain et législateur : ne cherche-t-il pas à incarner "une politique morale populaire" qui imprègne les milieux sans-culottes notamment parisiens et constitue le pendant politique de "l'économie morale populaire" ?

18 G. Gayot, quant à lui, caractérise le rôle éminent joué par Robespierre dans la Révolution par le fait que " dès que sa pensée s'exprime, elle se traduit en acte, elle fait l'histoire".

19C. Lucas discerne dans ce lien entre discours et action une capacité " à faire de la théorie légitimante après coup". L. Jaume précise cette lecture en évoquant un "discours structurant symboliquement". Il entend par là non un discours qui serait cause de l'événement mais qui, en se référant à de grands repères symboliques - Liberté, Égalité, Citoyenneté… - et en s'adaptant avec "souplesse", sait désigner les enjeux fondamentaux dans les luttes politiques réelles, qui anticipe sur les crises qui vont survenir et qui se situe donc au cœur du rapport entre démocratie et Révolution. C. Lucas tout en étant d'accord avec cette analyse s'interroge sur la signification de la souplesse du discours : est-elle imprécision ? Est-elle capacité à changer d'avis ? Est-elle cohérence ou incohérence ?

20 A. Geffroy apporte un élément de réponse en signalant que le contenu du discours est inséparable de sa forme et donc du contexte dans lequel il est énoncé. Le discours robespierriste est avant tout un discours d'avocat se coulant dans une rhétorique d'Assemblée qui exige l'accumulation d'arguments parfois contradictoires. O. Le Cour Grandmaison dit sa réserve par rapport au thème du discours d'opportunité sur un point fondamental : l'introduction de la vertu dans la définition de la citoyenneté qui ressort selon l'intervenant d'une élaboration théorique et dépasse la simple rhétorique d'Assemblée face à des adversaires.

21 Cl. Mazauric quant à lui considère ce discours comme un discours inscrit dans le temps politique de la Révolution française et se transformant en fonction des événements. Il juge excessif le terme de "suiveur", mais il relève que, sur les grandes questions, Robespierre se détermine toujours parmi les derniers, dans un souci de mettre l'analyse au service de la prise en charge des situations et de la maîtrise des rapports de forces. Cette attitude se vérifie face à l'exercice des responsabilités gouvernementales.

22L'opposition au ministère brissotin du printemps 1792 évoquée par D. Ligou constitue à cet égard un test significatif dans la mesure où elle relève d'une logique complexe.

23 Cl. Mazauric rappelle que la déclaration de guerre devient alors un élément essentiel du contexte : elle est une défaite politique pour Robespierre qui s'y est opposé, mais elle est aussi une victoire paradoxale dans la mesure où il avait annoncé qu'en cas de guerre, il faudrait en assumer les risques humains, matériels et politiques (césarisme, embrigadement des citoyens…). Les critiques de Robespierre contre le gouvernement brissotin dans ce contexte demeurent sélectives ; elles épargnent les "bons patriotes", mais elles visent directement d'une part ceux qui sont prêts à la collusion avec La Fayette considéré alors par Robespierre comme le pire danger, d'autre part ceux qui l'accusent de menacer la Révolution en s'opposant à la guerre. En fait, c'est à ce moment que se forge l'avance stratégique de Robespierre dans les luttes politiques de 1792, une avance largement due au fait qu'il n'a pas sous-estimé les conséquences de l'entrée en guerre. D. Ligou ajoute qu'effectivement la cible principale de Robespierre est en fait Roland.

24A ce sujet, M. Dorigny souligne que Robespierre reproche avant tout à Roland d'avoir créé le Bureau de l'Esprit Public, c'est-à-dire une officine de formation de l'opinion, diffusant des journaux (La Sentinelle de Louvet créée début mai…) et des imprimés divers. Au-delà de cette opposition tactique importante, il ne semble pas qu'il y ait eu débat aux Jacobins sur le principe de la participation de certains patriotes au ministère formé par le roi mais considéré comme une application logique de la Constitution.

25 Fl. Gauthier déplace l'analyse ; elle considère que le combat de Robespierre est avant tout dirigé contre le despotisme, c'est-à-dire un pouvoir exécutif fort. Il convient donc, selon elle, de resituer la question de son attitude à l'égard du gouvernement brissotin dans la perspective de son attachement à une hiérarchisation des pouvoirs qui permette d'établir la suprématie du pouvoir législatif, lui-même issu de la Révolution des droits de l'homme et du citoyen. Ainsi se trouve posé une autre question récurrente, celle de la primauté de la référence aux droits de l'homme dans l'engagement politique de Robespierre.

Le législateur et les droits de l'homme : originalité fondamentale ou contradiction majeure ?

26Faisant écho à la communication de R. Monnier sur les relations entre Robespierre et la Commune de Paris, J. Guilhaumou met en exergue la continuité, à ses yeux fondamentale, d'une démarche avant tout dictée par l'exigence de se comporter en Législateur du droit naturel. Cette exigence imprime sa marque à l'action robespierriste aussi bien aux différents moments de son itinéraire personnel que dans les diverses sphères de son action politique (Commune de Paris, club des Jacobins, Assemblées…). Elle justifie la nécessité d'approfondir la réflexion sur la question de l'éphorat inscrite dans la longue durée des interrogations sur la démocratie, des philosophes de l'Antiquité à Fichte et à Marx.

  • 1 Le texte écrit ne nous a malheureusement pas été transmis ; pour la compréhension de cette synthès (...)

27Dans son intervention consacrée à la lutte de Robespierre contre le suffrage censitaire en 1790, O. Le Cour Grandmaison décèle plutôt chez Robespierre deux logiques argumentaires contradictoires1. La première s'appuie sur la dénonciation du suffrage censitaire qui viole les droits naturels et mutile la Liberté et l'Égalité en écartant les citoyens passifs de la participation aux affaires publiques, en instaurant "l'aristocratie des riches" ; cette dénonciation conduit Robespierre à tenter de faire valoir, dans une Assemblée constituante majoritairement hostile, le principe "un homme, une voix". Mais, dans un second temps, relève O. Le Cour Grandmaison, Robespierre dénonce dans le suffrage censitaire non seulement une iniquité, mais un facteur de corruption de la Nation puisque "cette législation donne au citoyen cette étonnante leçon : sois riche à quelque prix que ce soit ou tu ne seras rien". Ainsi Robespierre développe une approche éthique des prérogatives civiques qui érige la vertu en précondition à l'usage correct des droits civiques dans la mesure où elle se définit, à l'opposé de l'égoïsme, par une attitude où l'individu renonce à lui-même pour faire prévaloir l'intérêt du corps social (mépris des richesses, amour de la simplicité, etc). Ainsi Robespierre aboutit, pour des raisons inverses de celles invoquées par ses adversaires, à une vision de la société partagée entre bons et mauvais citoyens ; ce faisant, il ouvre une logique de l'exclusion qui s'avérera de plus en plus contraire aux droits naturels au fur et à mesure que s'affirmera le "versant vertueux" de cette conception. Cette affirmation sera sensible dans le discours d'août 1791 contre le marc d'argent ou dans l'intervention à l'Assemblée électorale de Paris, en septembre 1792, au cours de laquelle Robespierre demandera l'exclusion des participants ayant assisté à des clubs anti-civiques. La citoyenneté tend ainsi, conclut l'auteur, à ne plus constituer un droit mais un octroi conditionné par l'attitude des acteurs et leur conformité à l'orthodoxie du moment.

28En réponse à cette analyse, Fl. Gauthier ne discerne pas dans la conception robespierriste de la citoyenneté deux logiques contradictoires mais une dialectique entre raison et passion. La référence au droit naturel relève selon elle d'une logique de la raison, la mise en œuvre de la vertu s'attache à la logique des passions. A la démarche d'établissement d'un suffrage censitaire permettant à "l'aristocratie des riches" de faire prévaloir sa cupidité, Robespierre oppose l'amour de l'égalité et de la justice.

29 R. Barny introduit une autre dimension en se référant à l'attachement de Robespierre pour une conception de la volonté générale fondée sur la manifestation de toutes les volontés individuelles et au contraire contrariée par l'existence des factions qui empêchent l'expression de la volonté générale. La distinction, établie sur la vertu, entre bons et mauvais citoyens serait donc seconde. Mais O. Le Cour Grandmaison conteste cette interprétation : la vertu est, à ses yeux, décisive dans la construction de la démocratie chez Rousseau dont Robespierre s'éloigne dans la mesure où le philosophe considère que les droits politiques sont inaliénables, quelles que soient les circonstances, ce qui ôte au législateur toute légitimité à y porter atteinte, alors que l'incorruptible, amené à affirmer le primat de la vertu, relègue les droits au second plan.

30Ce débat conduit aux interrogations fondamentales sur la Terreur.

Robespierre et la Terreur

31 Cl. Mazauric souligne, après C. Lucas, qu'elle s'inscrit effectivement dans le "désespoir tragique" qui saisit Robespierre face au décalage entre sa représentation idéologique du peuple souverain et le peuple "réel" dans son inconstance politique qu'illustrent les relations avec les citoyens artésiens notamment.

32Ce désespoir s'inscrit dans le cadre de la "révolution permanente" qu'évoque O. Coquard à propos de Marat, non au sens de luttes de classes mais de conflit permanent, dans la société et à l'intérieur de chaque individu, entre le progrès et les freins à celui-ci, entre la corruption et la vertu.

33Celle-ci occupe une place centrale dans la problématique de la Terreur comme l'attestent les multiples questions ou hypothèses formulées. La Terreur n'est-elle pas la preuve de l'absence de vertu chez ceux que l'on élimine (L. Jaume) ? La Terreur ne constitue-t-elle pas le moyen mis en œuvre pour combler l'écart entre le peuple en action et le peuple idéalement vertueux, garant d'une société transparente (C. Lucas) ? En fait ces questions seront reprises dans la table ronde.

34Elles renvoient à deux interrogations fondamentales sur l'historicité de la Terreur et sur sa fin. R. Dupuy suggère de resituer l'analyse de la Terreur dans une réflexion sur les phénomènes récurrents de violence collective et sur la transformation de celle-ci en violence terroriste. P. Viola propose la même approche dans une perspective davantage centrée sur la période révolutionnaire, elle-même scandée par "plusieurs terreurs", de la Terreur rituelle de juillet 1789 au cours de laquelle Foulon et son gendre sont mis à mort par les Parisiens jusqu'au massacre avignonnais de la Glacière, etc. Mais, pour P. Viola, ces terreurs ne sont pas assimilables à la "Terreur jacobine" à l'élaboration de laquelle Robespierre a contribué pour apporter une réponse politique aux terreurs spontanées qui se multipliaient dans un contexte de guerre civile. Sous diverses formulations et dans une perspective proche, plusieurs intervenants appellent à ne pas isoler la prise de parole et le combat pour les principes de la dynamique des événements révolutionnaires ; ils insistent sur le fait que, si le contexte n'explique pas à lui seul la Terreur, l'action et le discours politiques qui la sous-tendent sont quand même largement dictés par "la réalité du gouvernement des hommes et les contraintes de la politique quotidienne" (J. Solé), que les convergences politiques, entre Marat et Robespierre par exemple, s'opèrent pour une large part négativement sur la base d'un accord quant à l'existence "d'ennemis de la patrie" dans un contexte très particulier (O. Coquard, J.P. Gross). Par contre, O. Le Cour Grandmaison, affirme que Robespierre a théorisé la Terreur non comme réponse circonstancielle à une situation donnée, mais comme "point de passage obligé pour exterminer les méchants et permettre le triomphe des bons, […] pour consolider la République" ; cette démarche aboutit, selon l'intervenant, à exclure tout débat démocratique, à concevoir la politique sur le modèle guerrier de la lutte à mort et à limiter la citoyenneté au respect des principes que Robespierre lui-même prétend incarner.

35A propos de la loi de prairial, constatant que des thèses d'inspirations très éloignées peuvent converger vers une interprétation selon laquelle la Terreur est inhérente à la Révolution, L. Jaume souligne qu'il est abusif d'assimiler la Terreur à Robespierre dans la mesure où celle-ci prend sa source dans les clubs, notamment aux Jacobins de Paris après la fête du 10 août 1793 et à l'initiative de Royer, relayé par Danton et Hébert. C'est cette revendication que la Convention reprend, le 5 septembre 1793, en mettant la Terreur à l'ordre du jour. Mais à ce moment Robespierre et quelques autres Montagnards pensent que la Terreur peut être l'affaire du peuple qui s'épurerait lui-même, la loi de prairial n'étant qu'une lointaine conséquence de ce processus. Dans un ordre d'idées complémentaire, M. Biard souligne que des procédures similaires ont d'abord été pratiquées en province, à Lyon notamment.

36Le problème de la transformation de ce processus en loi révolutionnaire reste toutefois posé et avec lui une question essentielle : une fois engagée, la Terreur n'est-elle pas par définition illimitée (L. Jaume, C. Lucas) ?

37Cette question invite finalement à s'interroger sur la signification du 9 Thermidor et de la chute de Robespierre. En écho à l'intervention de J. Solé, Cl. Mazauric suggère que Robespierre prend alors conscience de la contradiction entre la représentation politique de la Révolution incarnée dans les Jacobins et la Convention. Le discours du 8 thermidor mêle donc la prise de conscience de cette impossible transparence et l'espoir d'encore infléchir le cours des choses, grâce aux Jacobins justement. Mais, ajoute J. Solé, rejoignant une analyse proposée auparavant par L. Jaume, ce discours amène beaucoup de députés à percevoir le caractère illimité de la Terreur, dont Robespierre apparaît à ce moment comme le maître d'œuvre ; dès lors, pour ces députés, l'élimination de l'incorruptible semble la seule solution, ce qui explique le basculement brutal de la Convention dès que la "boîte de Pandore" de la dénonciation du tyran est ouverte.

38Notons qu'à cette hypothèse, C. Lucas avait opposé une objection qu'étayent les travaux de F. Brunei : les initiateurs de la chute de Robespierre, Billaud-Varenne, Barère sont partisans de la poursuite de la Terreur ; ce dont les conventionnels prennent conscience serait-ce, comme le suggère C. Lucas, l'impossibilité illimitée de fonder une nouvelle société sur la transparence et la vertu ?

Notes

1 Le texte écrit ne nous a malheureusement pas été transmis ; pour la compréhension de cette synthèse des débats, nous introduisons un très bref résumé de la communication.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter