Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

2. Un législateur dans la Révolution : principes et stratégies

Robespierre à la Convention le 8 thermidor : discours testament ou discours programme ?

Jacques Solé

Texte intégral

1Le dernier discours de Robespierre est d'interprétation difficile. On a peut-être trop insisté sur sa signification "testamentaire". Cette illusion rétrospective, renforcée par la mode actuelle de l'histoire culturelle, méconnaît tout ce que ce texte contient d'intention politicienne. Je voudrais en dégager les grandes lignes tout en montrant à quel point leur complexité se rattache parfaitement à l'orientation et à l'évolution suivies par Robespierre depuis au moins l'automne 1793. Je tenterai enfin d'expliquer pourquoi l'entreprise parlementaire robespierriste tomba, cette fois, complètement à plat.

  • 1 Sur cette crise révolutionnaire, l'ouvrage de référence est désormais celui de F. BRUNEL, Thermido (...)

2L'intervention de l'incorruptible, le 26 juillet 1794, à une tribune de la Convention nationale où il apparaissait après une absence de près d'un mois et demi, présente quatre caractéristiques principales. C'est d'abord le plaidoyer pro domo d'un persécuté. C'est surtout, ensuite, un effort, longuement argumenté, pour obtenir que les députés auxquels il s'adresse, et quels que soient les bancs sur lesquels ils siègent, proclament leur solidarité avec lui1.

3Ces deux premiers points sont accompagnés de deux autres qui devaient se révéler néfastes à l'auteur du discours. Il s'agit d'une part d'une extension considérable de ses accusations politiques, visant, ou à peu près, tous les aspects de l'action du gouvernement révolutionnaire. Ce réquisitoire, lié logiquement à la plaidoirie initiale, se concluait par l'expression d'un profond pessimisme sur les destinées de la Révolution.

4Il ne faut cependant pas s'y tromper. De tels accents ne sont pas ceux, désespérés, d'un vaincu prêt à la défaite mais bien d'un combattant politique entamant une nouvelle lutte. Les calomnies ou persécutions dont il se plaint et qui consistent, par exemple, à l'accuser de dictature en tentant d'emporter, avec lui, l'ensemble du gouvernement, sont ramenées à une classique manœuvre des contrerévolutionnaires. Il explique à ses collègues qu'il a tenté de s'en prémunir en ne participant pratiquement plus aux affaires de l'État depuis plusieurs semaines.

5Le Robespierre du 8 thermidor se présente ainsi, avant tout, comme un député comme les autres, insistant lourdement sur leurs qualités morales et la plénitude de leur autorité pour mieux s'en parer, en quelque sorte, au moment où il venait requérir leur arbitrage. Ce rappel de la supériorité absolue de la Convention, centre unique du pouvoir, était sans doute, depuis septembre 1792, un lieu commun de la rhétorique parlementaire et gouvernementale. Mais Robespierre notait ici qu'il avait servi à la liquidation récente des factions dont certaines, précisément, entendaient mutiler la représentation nationale.

6L'Incorruptible allait plus loin en assurant aux parlementaires qu'à ses yeux ils ne comportaient plus, dans leurs rangs, de criminels. Sa mansuétude était particulièrement grande envers les députés du côté droit auxquels il tendait ostensiblement la main, estimant qu'il n'existait plus, désormais, aucune différence de principes entre eux et la Montagne. Il prouvait ses bonnes intentions par le rappel de la protection constante qu'il accordait effectivement aux 73 parlementaires progirondins détenus sans jugement depuis le 3 octobre 1793.

7En attaquant Robespierre, on s'en prenait donc, selon lui, à toute la Convention, transformée en une sorte de parti unique qui était celui de l'intérêt national. Ce langage, qui se voulait rassurant, était malheureusement gâté par des contradictions manifestes. L'Incorruptible apprenait, par exemple, que des représentants du peuple l'avaient agressé lorsqu'il officiait, comme président de l'Assemblée, le jour de la Fête de l'Être Suprême. D'autres conspireraient contre le gouvernement.

8Sublime tout à l'heure, la Convention se trouvait maintenant remplie d'imposteurs. Elle ne serait sans doute à la hauteur d'une situation beaucoup plus difficile qu'il n'y paraissait qu'en s'en délivrant. Commencé sur un ton empreint d'une grande douceur à son égard, le discours du 8 thermidor se terminait par une âpre dénonciation des insuffisances de l'Assemblée. Ses membres ne savaient pas discerner clairement les criminels et les scélérats dont certains se rencontraient sûrement parmi ses rangs. Elle ne retrouverait vraiment son autorité qu'en s'épurant une fois de plus.

9Ce nettoyage parlementaire devait être complété par une réorientation des activités gouvernementales à laquelle il se trouvait étroitement associé dans l'esprit de Robespierre. L'Incorruptible révèle à des députés qui passaient leur temps, depuis des semaines, à acclamer les orateurs des grands comités, à quel point ceux-ci étaient devenus, consciemment ou non, les agents d'un ténébreux mystère d'iniquités.

10Foyer d'une propagande immorale et athée, entouré de commis intrigants ou douteux, le Comité de Sûreté Générale constituait moins, maintenant, en sa majorité, une arme qu'un frein pour le gouvernement. Elle le pervertissait même en complotant avec certains membres du Comité de Salut public. Renouvellement des bureaux, épuration des deux principaux Comités, restauration de l'autorité suprême de celui de Salut public assureraient l'indispensable nettoyage gouvernemental.

11Ce programme, d'une rare précision, se complétait d'une violente attaque contre le Comité des Finances, dirigé par Cambon, Mallarmé et Ramel auxquels la Convention avait toujours accordé sa confiance en la matière. Ils sont dénoncés, par Robespierre, comme des fripons ruinant le peuple par système. Ce réquisitoire s'étendait à l'ensemble d'une politique économique qui préparait la disette en renouvelant le pacte de famine. Il concernait aussi une diplomatie révolutionnaire abandonnée à des mains indignes.

12Parmi les remèdes, l'incorruptible indiquait surtout, en attendant les fameuses institutions qui assureraient le renouvellement social, le maintien d'une répression impitoyable envers les conspirateurs et les traîtres. En ces jours de Grande Terreur, où, à Paris, en vertu de la loi du 22 prairial voulue par lui, les têtes tombaient comme des ardoises, Robespierre se félicite toujours du vague du dispositif pénal qu'il a contribué à mettre en place. Deux jours avant sa mort, son programme demeure celui de l'énergie terroriste.

13Elle lui paraît, en effet, accordée à une situation politique incroyablement dangereuse. Des intrigants et des conspirateurs ne paralysent-ils pas le gouvernement dans la capitale ou aux armées ? Présentant, pour la dernière fois, une interprétation historique de la Révolution, l'incorruptible, profondément pessimiste, la voit enveloppée, même sous sa forme républicaine, de factions sans cesse renaissantes pour annihiler les gens de bien.

14Une fois de plus, la mécanique du discours de réaction défensive et de volonté punitive développe ici les noires images du complot des prisons et de celui de l'étranger. Elle fait de l'appel à l'indulgence le crime politique suprême et l'aveu, en soi, d'une conspiration. Pour sauver un gouvernement qui vient lui-même de sauver la patrie, il faut d'abord le délivrer des corrompus qui l'entourent, l'assiègent et le pénètrent.

  • 2 Ibid. Ce dernier point a été bien relevé par G. WALTER dans son Robespierre.

15Dû à un pessimiste actif, ce point de vue, qui évoque le spectre du despotisme militaire au moment où les armées françaises réoccupent, au bout de quinze mois, la Belgique, ne se limite pas au tombeau promis au juste devant la montée des traîtres et des pervers. Il compte non seulement sur l'espérance de l'immortalité mais sur le réveil des principes au milieu d'une telle pollution. Partisan de la sévérité envers les aristocrates, il ne s'indigne que devant la terreur dont on veut entourer leurs ennemis. Tranquille et fervent, son manichéisme politique n'aperçoit la vérité que dans son camp auquel il tente d'identifier à la fois les classes populaires et les députés bourgeois auxquels il s'adresse2.

16C'est là, évidemment, où le bât blesse et où réside la contradiction suprême de ce discours. Les adversaires qu'il désigne clairement, sur les bancs de la Montagne ou au gouvernement, siègent à gauche et c'est, semble-t-il, dans l'appui des parlementaires du centre et de la droite qu'il espère. Mais c'est pour mieux leur proposer, sous la forme d'une répression terroriste à outrance, la continuation et même l'aggravation de la politique révolutionnaire. Comment un stratège aussi habile a-t-il pu nourrir cette pensée ?

  • 3 Œuvres complètes, t. 10, p. 249, 319, 471, 474 ; 143, 199, 256, 268, 277, 291, 305, 371.

17Elle n'était pas, chez lui, nouvelle mais correspond au contraire tout-à-fait à la ligne qu'il suivait depuis au moins le printemps 1793. De même que la pose du martyr, le souci de préserver les susceptibilités de la fraction modérée de la Convention lui fut toujours cher. Il présenta à ces députés et aux Jacobins la liquidation des Hébertistes comme le fruit de cette préoccupation. Il annonça, le 19 pluviôse, qu'il n'y avait plus, à l'Assemblée, un Marais et une Montagne mais une seule "ligue commune"3.

  • 4 Ibid., p. 381, 386, 394, 398, 405, 415, 424, 427, 448, 457, 467, 485, 490, 492, 494.

18Il se scandalisa, un mois plus tard, que des terroristes parlent encore d'expulser de la Convention des députés de droite et identifia, à la mi-germinal, la liquidation de Danton au triomphe patriotique dû à l'immense majorité d'une Assemblée éclairée. Il se méfiait, le 18 floréal, de ceux qui voulaient la séparer du peuple en réclamant l'application de la Constitution. Plus encore que ses collègues du gouvernement, il manifesta le désir constant d'associer à ses démarches le sceau de la légitimité parlementaire et, le 24 prairial encore, devant des opposants montagnards, il affirmait, aux applaudissements du centre et de la droite, qu'il n'y avait plus que deux partis en France, les bons et les méchants, et qu'en ce sens tout député patriote était montagnard4.

19Le discours du 8 thermidor reprendra intégralement les deux aspects de cette tactique politique : accroître la Terreur, éventuellement contre la gauche, en s'appuyant sur le soutien des parlementaires de droite. Avant de le réaffirmer à la Convention, il entretiendra les Jacobins, en messidor, de la nécessité de la maintenir soudée au gouvernement et au peuple. Le 21, dans une intervention manifestement improvisée et dont il excusera le manque d'ordre, il s'appliquera à calmer les appréhensions des députés et à les supplier de conserver leur unité.

  • 5 Ibid., p. 501, 503, 519 ss, 525, 527 ss, 532 ss

20Cela ne l'empêchait naturellement pas de s'en prendre nommément à tel ou tel Montagnard, Dubois-Crancé ou Fouché par exemple. Mais c'était toujours au nom de l'autorité supérieure d'une Convention dont, absent des Comités depuis près d'un mois, il annonçait, le 26, qu'elle constituait, en fait, le vrai gouvernement. Sans la dissocier des Comités, il espérait surtout en elle, deux jours plus tard, pour conjurer le spectre d'une dictature militaire déjà évoqué par lui à cette date. C'était d'ailleurs le moment où, face aux menées aristocratiques, il apparaissait, aux yeux des militants révolutionnaires, sur la même ligne que son collègue Barère5.

  • 6 Ibid., p. 536, 539 ss.

21A la veille de la séance du 8, Robespierre, qui prépare son discours, est donc un député comme les autres, plein de respect pour l'Assemblée. Il pressent qu'elle contient des conjurés qui veulent la poignarder de l'intérieur mais l'estime pure en général. Il n'est pas difficile de deviner que, dans le cadre de cette curieuse dialectique, les conspirateurs siégent plutôt à gauche et les honnêtes gens à droite6.

  • 7 Ibid., p. 243, 263, 284, 313, 327, 377, 409, 411.

22Robespierre, cependant, proposa toujours aux seconds la politique la plus vigoureusement révolutionnaire. Il sonna l'alarme devant les traîtres et les tyrans. Les manœuvres des indulgents ne l'impressionnèrent jamais. Mais sa tactique parlementaire tortueuse ne le mit pas à l'abri de contradictions manifestes7.

23Le même homme qui, lors d'une de ses vigoureuses improvisations du 25 septembre 1793, avait opposé au Comité de Salut public les "serpents du Marais", se pencha sur eux avec tendresse neuf jours plus tard. Fort lié à Barère, il se tut lorsqu'on l'attaqua, aux Jacobins, en frimaire. Il est vrai qu'il traita, cinq jours plus tard, Danton de bon patriote. Le même mois, il expliqua que Cloots n'avait jamais été à la Montagne mais toujours au dessous ou au dessus. Lui-même occupait-il une position si différente ?

  • 8 Ibid., p. 119, 134 ss, 215, 225, 249, 257, 259, 339, 352, 384, 421, 437, 442, 506 ss, 512 ss.

24Partisan de l'exclusion des nobles des Jacobins, il s'appliquait à y conserver les prêtres. Sans illusions sur son parti, il notait, à la fin de nivôse, le grand nombre de traîtres qu'avait abrités la Montagne. Auteur, en pluviôse, d'un programme révolutionnaire utopique dont il faisait le but de son action et qu'il assimilait lui-même à une série de prodiges, il défendit, les mois suivants, à plusieurs reprises, la liberté du commerce. A deux jours de distance, à la fin de germinal, il célébrait la rigueur de la répression et en faisait exclure les acquéreurs de titres de noblesse sous l'Ancien Régime. Le 9 messidor, aux Jacobins, il affirmait à la fois qu'on voulait avilir la Convention et que c'étaient des Conventionnels qui le faisaient. Annonçant, quatre jours plus tard, qu'il s'expliquerait bientôt sur tout cela, il en profitait pour faire l'éloge public d'un gouvernement avec lequel il venait de rompre en secret8.

  • 9 A. P., t. 93, p. 532 ss.

25Ces complexités et cette relative obscurité tiennent, me semble-t-il, au choix stratégique opéré par Robespierre et déjà signalé : faire une politique de gauche, au besoin contre les représentants de cette tendance, en s'appuyant sur la droite. Il le développa, le 8 thermidor, en le durcissant par la généralisation de ses attaques contre les principaux comités de la Convention. Cette radicalisation causa sa perte. Lors du débat qui suivit son discours, devant des Montagnards fondamentalement hostiles mais divisés, car certains détestaient l'ensemble des membres du gouvernement, et une Plaine obstinément silencieuse, les interventions de Vadier, Cambon et Billaud amenèrent l'Assemblée à renvoyer l'examen des problèmes soulevés aux Comités. C'était un vote de confiance pour eux et un rejet implicite, après hésitations, des accusations de Robespierre. Provoquant inutilement ses adversaires de la Montagne et du gouvernement, il n'avait pas obtenu le soutien de la droite qui jugea sans doute inutile de s'engager dans une discussion gênante, observa avec intérêt les impressionnantes divisions des Montagnards et pour qui aussi, probablement, la fameuse formule de Cambon : "un seul homme paralyse la Convention, c'est Robespierre", représenta un trait de lumière. On pouvait penser, en effet, que, lui parti, ses successeurs, à gauche, ne pèseraient plus très lourd9.

  • 10 Ibid., p. 541 ss, 563 ss, 585 ss, 558 ss.

26La liquidation du lendemain répéta ce processus fait des hurlements de la Montagne et du silence complice de la droite devant des robespierristes transformés en conspirateurs. On sait que Saint-Just avait eu l'illusion de pouvoir empêcher ce déchaînement par un projet de discours moins habile que révélateur des contradictions gouvernementales du moment. L'ami de Robespierre y affirmait, à la fois, que les comités n'avaient plus aucune cohérence mais qu'ils n'étaient pas divisés. Cette tentative émouvante, et perdue d'avance, pour sauver un système condamné, est solidaire de celle de Robespierre jusque dans sa stratégie : faire appel à la Convention, contre des Montagnards, pour continuer la Terreur, en prétextant d'une conspiration. Le ton, seulement, diffère, dans l'expression plus sobre du pessimisme et l'aveu plus franc des divisions. Mais Saint-Just, comme Robespierre, a cru que des députés modérés lui donneraient raison, contre ses collègues du gouvernement, sans qu'il soit rien changé à l'orientation fondamentale de celui-ci10.

27C'est de cette incroyable prétention et des causes de son échec qu'il nous faut enfin chercher les racines. Je me contenterai d'insister sur deux points qui tiennent l'un à la personnalité de Robespierre telle qu'elle apparut dans le débat politique du temps, l'autre à l'équilibre de forces existant alors entre le gouvernement révolutionnaire et les parlementaires censés, en principe, le soutenir.

  • 11 L. JACOB, Robespierre vu par ses contemporains, Paris, A Colin, 1938, p. 200 ss, 136 ss.

28La principale arme de Robespierre résidait, au début de l'été 1794, dans son immense popularité. Elle offusquait certainement Billaud qui la jugea, plus tard, monstrueuse. À la veille de la liquidation de Danton, un député plus représentatif de l'honnête moyenne opportuniste des Conventionnels, le Landais Jean d'Yzèz, futur comte d'Arène, saluait au contraire, dans une correspondance privée, ce moment exceptionnel où l'incorruptible, nouveau Solon, maître de l'ordre et des délibérations, oracle de l'opinion, se trouvait en présence d'une occasion historique unique. Incapable de devenir un autre Cromwell, grâce aux républicains qui l'entouraient, il parviendrait sans doute à mettre un terme aux troubles révolutionnaires s'il possédait, pour y parvenir, "un bon plan". Mais, s'il ne savait que détruire, l'orage continuerait. Notre parlementaire voulait espérer dans l'amour de la liberté, de la vérité et de la justice dont avait toujours fait preuve l'incorruptible11.

  • 12 G. MICHON, Correspondance de Maximilien et Augustin Robespierre, Paris, F. Alcan, 1926, p. 263, 27 (...)
  • 13 DURAND-MAILLANE dans Mémoires sur les Assemblées parlementaires de la Révolution, éd. de Lescure, (...)

29Celui-ci reçut alors de nombreux témoignages de cet ordre de la part de députés montagnards (dont certains de ses futurs accusateurs) ou de détenus. Au moment de l'annonce de sa mort, des militants ou des représentants en mission ne voulurent croire, d'abord, à la réalité de sa trahison12. Depuis la chute de la Gironde, sa popularité était sans doute plus grande, à la Convention, à droite qu'à gauche. Un des chefs de la Plaine, l'avocat gallican provençal Durand-Maillane, l'atteste dans des Mémoires pourtant fort hostiles à Robespierre. D'octobre 1793 à juillet 1794, celui-ci reçut un flot de lettres de reconnaissance émanant des députés progirondins incarcérés. Il disposait encore, en son spiritualisme, de quoi impressionner favorablement des modérés très hostiles aux déchristianisateurs. Le 9 ventôse, Durand-Maillane lui adressa même une lettre fort respectueuse qui constituait un acte d'adhésion politique. De nombreux autres témoignages attestent qu'en ce premier semestre 1794 l'incorruptible pouvait penser compter sur le concours, face à ses compétiteurs douteux de cette "autre gauche" débraillée dont a parlé Patrice Higonnet, de révolutionnaires modérés, de formation chrétienne et tenant, comme lui, à la rigueur morale et à la correction de l'allure extérieure13.

  • 14 L. JACOB, op. cit., p. 163 ss, 172 ss ; A. P., t. 93, p. 511, 603, 611, 634 ss ; t. 94, p. 30 ss, (...)

30Une situation aussi exceptionnelle le fit vite taxer d'ambition. La question de la dictature avait toujours accompagné le cours de la Révolution. On en parla plus que jamais à la veille de thermidor, au sein de la Montagne et à propos de Robespierre. Ce fut, on le sait, un des grands thèmes des Thermidoriens, vainqueurs, à les en croire, d'un despote et d'un tyran, servi, comme toujours, par la Terreur. Cambon, plus sobrement, estima, huit jours après sa mort, que l'engouement pour Robespierre avait failli perdre la République. Il fallut, le 9 fructidor, toute la haine posthume de Fréron pour attribuer l'obsession de la mort, présente dans les discours de Robespierre, qui cherchait la sécurité dans les supplices, à la peur d'un juste châtiment, qu'on devinait au désordre de ses paroles14.

31Sans verser dans le romantisme, on doit certainement chercher une des causes de l'échec de l'initiative robespierriste de thermidor dans le sentiment de rejet dont l'incorruptible fut alors l'objet de la part de nombreux parlementaires. Comme d'autres adeptes de la stratégie de manipulation et d'intimidation, il avait pris, à droite, des acclamations contraintes pour une adhésion véritable. De nombreux députés modérés, violés par les conditions politiques de l'instauration de la Terreur, attendaient leur revanche. Ils discernèrent clairement, dans le programme robespierriste, l'accentuation de la répression et pensèrent sans doute qu'en se débarrassant d'abord de son auteur ils seraient bientôt délivrés de sa politique.

  • 15 DURAND-MAILLANE, loc. cit., p. 317, 374, 378, 395 ; L. JACOB, op. cit., p. 216 ss ; G. MICHON, op. (...)

32Un de leurs collègues, détenu depuis le 3 octobre 1793, avait écrit à l'incorruptible, le 19 prairial, pour lui suggérer d'associer à son triomphe personnel une amnistie générale, l'ouverture des prisons et la fin de la Terreur. Il voyait même, dans ces mesures, le comble de la Révolution. Enfermé, comme ses collègues du gouvernement ou de la Montagne, dans une logique délirante, Robespierre était incapable de comprendre un aussi sage conseil. Il lui préférait certainement la lecture des dénonciations de ses agents et pensait comme eux qu'il y avait des traîtres partout. Son ami Lebon, représentant en mission dans le Nord, était sûrement plus accordé à ses sentiments en lui recommandant, le 9 prairial, l'arrestation de tous les Français disposant d'un certain revenu et qui ne s'étaient pas montré constamment du bon parti depuis les débuts de la Révolution15.

  • 16 L. JACOB, op. cit., p. 181 ss, 184, 201.

33Révolutionnaire sincère et "dictateur" malgré lui, l'incorruptible apparut à ses collègues, même les mieux disposés envers lui, comme un personnage vaniteux, susceptible et défiant. Beaucoup interprétèrent son discours du 8 thermidor comme une manifestation d'hypertrophie du moi, de la part d'un simple député se mettant, à lui seul, au dessus du gouvernement, dont il faisait théoriquement partie, et même de la Révolution. Jean d'Yzèz, déjà indisposé par les accusations du Couthon aux Jacobins et le divorce intervenu entre Robespierre et le Comité, ne comprit pas mieux la charge publique de l'incorruptible contre ce dernier et le traitement injurieux infligé à Collot à la séance des Jacobins du soir. Ce député moyen et attentiste vota, sans états d'âme, l'arrestation d'un nouveau Solon devenu un nouveau Cromwell. Il estimait même, le 11 thermidor, que ce n'était pas, après tout, un grand événement et se rappelait surtout les risques personnels qu'il y avait courus comme tous ses collègues16.

34Anticipant le jugement de Georges Lefebvre, Durand-Maillane a estimé, dans ses Mémoires, que la rivalité de pouvoir au sein des Comités a entraîné, avec leur division et les querelles entre leurs membres et leurs suites, la perte de Robespierre. L'explication paraît en effet la plus probable et la chose fut aggravée par deux faiblesses politiques majeures de l'incorruptible, le caractère confus de sa stratégie et son isolement personnel.

  • 17 DURAND-MAILLANE, loc. cit., p. 326, 404 ; G. MICHON, op. cit., t. I, p. 306 ; L. JACOB, op. cit., (...)

35Le premier point a été noté par de nombreux députés qui n'ont jamais très bien compris où voulaient en venir des discours embrouillés. D'où la tentation, surtout après l'événement, de qualifier leur auteur de frénétique sans doute désintéressé ou de jongleur sans talent qui devait tout aux circonstances. Madame de Staël a bien relevé qu'en France l'obscurité, chère à Cromwell, ne payait pas et que, dès que Robespierre fut soupçonné de vues personnelles, il fut ébranlé. Témoin plus sûr, Baudot confirme l'impression de flou laissée par la rhétorique de l'incorruptible qui contrastait, par là, avec celle de Saint Just. Quant à Fouché, il aurait estimé, au lendemain de thermidor, que Robespierre, sans plan ni vues, ne savait où il allait et était donc incapable de diriger la Révolution17.

  • 18 Ibid., p. 171 ss, 151 ; A. P., t. 93, p. 534 ; on pourrait appliquer à Robespierre le jugement, fo (...)

36Fondé ou non, ce jugement compta certainement pour beaucoup dans l'opération de rejet intervenue le 8 thermidor et qui fut due à des députés avant tout inquiets et incertains de l'avenir politique de la France. L'isolement de Robespierre leur fut une occasion supplémentaire pour l'abattre. Baudot a relevé cette solitude de l'incorruptible dont la puissance tenait à des conditions exceptionnelles (la guerre, les défaites et leurs suites) et constituait une sorte de magie qui pouvait disparaître, avec elles, en un instant. Les dirigeants jacobins parlaient beaucoup des "institutions" ; mais, dès que la société française reprit une assiette "normale", ils s'évanouirent. Robespierre aggrava encore cet isolement par une misanthropie qu'il exprima avec pathétique lors du débat houleux et tendu du 8 thermidor au cours duquel il s'écria que, fier de sa farouche indépendance, il ne désirait l'amitié de personne. Des dizaines d'hommes, pourtant, surent alors mourir pour lui18.

37Son ultime combat politique pâtit, enfin, de se trouver en quelque sorte en porte-à-faux par rapport aux trois grandes réalités du moment : le gouvernement révolutionnaire et son destin, la Terreur et le problème de sa continuation, le précaire équilibre des forces au sein de la Convention.

  • 19 A. P., t. 93, p. 288, 317, 510 ss, 536 ; 78, 105, 216 ; t. 94, p. 445, 494, 514 ; t. 95, p. 267 ; (...)

38Au moment où Robespierre l'abandonne, le grand Comité de l'an II, auréolé de ses succès militaires, paraît au sommet de sa gloire. Son porte-parole habituel à l'Assemblée, Barère, s'y exprime comme un homme sûr de la confiance dont jouit le gouvernement et de la continuité de son action. Il le fera encore le 7 thermidor. Dans cette perspective, la crise, délibérément ouverte par l'incorruptible le lendemain, représenta une catastrophe. On essaya naturellement, après l'orage, de replâtrer l'unité politique apparente. Mais, dès le 11 thermidor au soir, lorsque les députés refusèrent de compléter le Comité comme le souhaitait Barère et chahutèrent le maladroit et imprudent Billaud, il était clair que les principaux vainqueurs de Robespierre n'en avaient plus pour longtemps. Leur dénonciateur remporterait au moins ce succès posthume. Par le dernier de ses discours, il avait été, en partie, le premier des Thermidoriens19.

  • 20 Ibid., p. 27 (cf. au t. 94 les p. 61 et 381), 161, 222 ss, 368 ss, 450 ss, 504 ss.

39Ceux-ci, en revanche, se hâtèrent de mettre un terme au système de Terreur auquel son nom avait été associé jusqu'à la fin. Ses collègues du gouvernement partageaient d'ailleurs ses convictions répressives. Barère défendait encore, le 21 messidor, Lebon dont on demandera bientôt le châtiment à la Convention. Vadier, cinq jours plus tard, sembla rappeler avec plaisir que la seule peine que pouvait prononcer le Tribunal révolutionnaire, depuis le 22 prairial, était celle de mort. En cette veille de thermidor, Barère s'exprime devant les députés comme Robespierre aux Jacobins. Il n'est pas plus tendre que lui pour les organisateurs de prétendus repas civiques, les comploteurs animés par l'étranger ou les conspirateurs des prisons. Le 7, lorsqu'un orateur du Club vint dénoncer, à l'Assemblée, ces sombres manœuvres, Collot le félicita chaudement20.

  • 21 Ibid., t. 94, p. 297, 358 ss, 432 ; t. 95, p. 287, 320, 411, 437, 494.

40Ce fut cette apologie mécanique de la Terreur, avec la langue de bois qui la soutenait, qui s'effondra d'un coup au lendemain du 9. Le 20, les révolutionnaires d'Argenteuil pouvaient se féliciter du report de la loi de prairial ; le lendemain, Fouquier-Tinville, détenu à son tour, vint laborieusement s'expliquer devant la Convention. Et tandis que des Montagnards s'indignaient de la joie nouvelle des aristocrates et des modérés, ou demandaient, comme Louchet, le promoteur de l'arrestation de l'incorruptible, le maintien de la Terreur à l'ordre du jour, l'immense majorité de l'Assemblée leur opposait le nouveau principe de la justice pour tous. Fructidor commença sous le signe du renouvellement complet des comités de surveillance, principaux architectes de la répression précédente, et les chefs d'une Plaine ressuscitée osaient s'en prendre publiquement aux représentants en mission les plus terroristes. Il ne restait plus aux hommes de gauche, que Robespierre avait contraints à l'abattre, qu'à évoquer la rhétorique qu'ils possédaient en commun et avait si bien fonctionné depuis 1793. Le 9 fructidor, Cambon expliqua ainsi que le gouvernement révolutionnaire n'avait pu agir qu'en suspendant la Déclaration des droits tandis qu'Amar se scandalisait d'une presse où les royalistes auraient droit à la parole. Ces justifications de l'ancien système paraissaient déjà dépassées, un mois seulement après la chute de celui qui en avait été le symbole21.

  • 22 Ibid., t. 93, p. 19, 396 ss, 446 ss ; t. 94, p. 199, 398 ss, 444 ; t. 95, p. 26, 389, 391, 443 ss.

41L'immense problème des détenus explique, en grande partie, ce changement. Les dizaines de milliers de suspects, leur arrestation, leur jugement, leur libération ou leur exécution ne doivent jamais être oubliés comme arrière-plan primordial des opérations de la République jacobine. Régime administratif de répression organisée, celle-ci eut de la peine à en organiser un fonctionnement bureaucratique convenable, sinon populaire. Robespierre, à sa façon, ne dit rien d'autre le 8 thermidor et Vadier lui-même reconnaissait souvent, devant la Convention, l'arbitraire du système auquel il présidait. Les séances de la Convention, qui s'ouvraient par le rappel salutaire du nombre des emprisonnés dans la capitale, étaient d'ailleurs encombrées par le règlement des indemnités dues aux détenus libérés. Leur multiplication nécessaire, qui vidait la loi des suspects de son sens en prétendant la respecter, devint, après la chute de l'incorruptible, une revendication toute-puissante. Barère et Vadier tentèrent vainement de s'y opposer. Le gouvernement, dans le cadre duquel ils avaient si longtemps collaboré avec le prétendu tyran déchu, apparaissait subitement comme un pouvoir oppressif qui humiliait des innocents. En rompant avec ses collègues, Robespierre avait ouvert la boite de Pandore de la mise en cause de la dictature montagnarde22.

  • 23 Ibid., t. 93, p. 39,55,91, 111, 136, 162, 168, 489,598,601 ; t. 94, p. 59 ; t. 95, p. 131.

42La logomachie, en provenance des départements, en maintint longtemps l'éloge stéréotypé qui l'opposait à la fange du Marais ou aux monstres de la Plaine. Cette sacralisation d'un parti dominant désormais irrémédiablement divisé retardait déjà, on le voit, sur les réalités parlementaires. Le 10 thermidor, la Convention se fit encore lire des litanies provinciales consacrées à la Sainte Guillotine. Et, de Tours à Uzès, les militants conservaient l'illusion, à la fin du mois, que l'admirable Montagne avait sauvé la République23.

43Il est vrai que c'est elle qu'on avait surtout entendu en ces jours décisifs. Dubois-Crancé, par exemple, avait été le premier à oser soutenir, le 7, que Robespierre pouvait se tromper ; deux jours plus tard, en plein drame, il confiait à l'Assemblée que Marat tenait l'incorruptible pour un coquin. Mais si les Montagnards occupèrent ainsi toute la scène de thermidor, il n'est pas sûr que la droite, silencieuse et attentive, n'y ait pas joué un rôle plus important. Elle exerçait une fonction essentielle d'arbitre puisque Robespierre, comme ses opposants, recherchaient tous son appui dans la lutte à mort qui les divisait.

44La Plaine ne choisit pas son camp par peur comme le prétend Durand-Maillane, mais par tactique. Plus proche, moralement, de l'incorruptible, elle sentit bien que son intérêt politique résidait dans sa chute, qui viderait immédiatement le gouvernement révolutionnaire de tout son prestige. Le compte rendu officiel de la séance du 9 thermidor, dû aux vainqueurs, est peu crédible et il n'y a aucune raison de douter de l'affirmation du député modéré des Bouches-du-Rhône selon lequel Robespierre, au milieu du tumulte, aurait demandé à la droite de l'aider à obtenir la parole. Dernière illusion d'une stratégie longtemps habile mais finalement désastreuse pour son auteur, qui crut toujours possible de contraindre une majorité de droite à approuver une politique de gauche, garantie par son autorité personnelle.

45Les députés modérés avaient une revanche à prendre contre une Terreur qui les avait bafoués et étouffés. Ils y procédèrent lentement mais systématiquement à partir de la liquidation des robespierristes. Le 4 fructidor, Durand-Maillane eut enfin le courage d'apparaître à la tribune pour réclamer la liberté des opinions et le droit de son parti à être écouté avec respect. Ses complices montagnards du mois précédent lui dirent des gentillesses mais Bourdon de l'Oise fut très ferme sur la question de leurs 73 collègues détenus depuis le 3 octobre précédent : on ne les jugerait pas mais ils ne seraient pas réintégrés. Ce parlementaire averti savait bien que leur retour, comme cela survint avant la fin de l'année, achèverait de déplacer vers la droite l'équilibre de la Convention. Et, malgré ses dires, en cette atmosphère de mise en cause de la Terreur, il apparaissait bien difficile d'empêcher un pareil événement.

  • 24 Ibid., t. 93, p. 505 ss. 593 ; DURAND-MAILLANE, loc. cit., p. 364, 404 ss, 410 ; A. P., t. 95, p.  (...)

46Cinq jours plus tard, un Montagnard en marche vers la droite, Fréron, célébra, à sa façon, la chute de Robespierre en estimant que l'Assemblée, divisée par le régicide de janvier 93, avait retrouvé son unité par le tyrannicide récemment survenu. C'était succomber aux prestiges d'un mythe politique auquel l'incorruptible avait lui-même abondamment sacrifié et qui ne vaut pas mieux que les autres24.

Notes

1 Sur cette crise révolutionnaire, l'ouvrage de référence est désormais celui de F. BRUNEL, Thermidor : La Chute de Robespierre, Editions Complexe, 1989. On consultera le discours de Robespierre au t. 10, Discours (5e partie), de l'édition de ses Œuvres complètes, p. 543-576.

2 Ibid. Ce dernier point a été bien relevé par G. WALTER dans son Robespierre.

3 Œuvres complètes, t. 10, p. 249, 319, 471, 474 ; 143, 199, 256, 268, 277, 291, 305, 371.

4 Ibid., p. 381, 386, 394, 398, 405, 415, 424, 427, 448, 457, 467, 485, 490, 492, 494.

5 Ibid., p. 501, 503, 519 ss, 525, 527 ss, 532 ss

6 Ibid., p. 536, 539 ss.

7 Ibid., p. 243, 263, 284, 313, 327, 377, 409, 411.

8 Ibid., p. 119, 134 ss, 215, 225, 249, 257, 259, 339, 352, 384, 421, 437, 442, 506 ss, 512 ss.

9 A. P., t. 93, p. 532 ss.

10 Ibid., p. 541 ss, 563 ss, 585 ss, 558 ss.

11 L. JACOB, Robespierre vu par ses contemporains, Paris, A Colin, 1938, p. 200 ss, 136 ss.

12 G. MICHON, Correspondance de Maximilien et Augustin Robespierre, Paris, F. Alcan, 1926, p. 263, 279, 286 ss, 296, 303, 309 ; Ibid., t. II, Nizet, 1941, p. 153 ; A. P., t. 94, p. 308 ss, 468.

13 DURAND-MAILLANE dans Mémoires sur les Assemblées parlementaires de la Révolution, éd. de Lescure, F. Didot, 1881, t. II, p. 358, 311, 368, 387 ; L. JACOB, op. cit., p. 130 ss ; G. MICHON, op. cit., t. I, p. 93, 206, 191, 211, 214 ss, 244, 284, 297, 299 ; 204, 238 ; 283 ; t. 11, p. 82 ; t. 1, p. 292 ss ; L. JACOB, op. cit., p. 124 ss, 134 ss, 138, 162 ; DURAND-MAILLANE, op. cit., p. 339.

14 L. JACOB, op. cit., p. 163 ss, 172 ss ; A. P., t. 93, p. 511, 603, 611, 634 ss ; t. 94, p. 30 ss, 81, 215 ; t. 95, p. 488 ss.

15 DURAND-MAILLANE, loc. cit., p. 317, 374, 378, 395 ; L. JACOB, op. cit., p. 216 ss ; G. MICHON, op. cit., t. 1, p. 247, 289, 294 ss, 310 ; t. 2, p. 84, 100, 109, 114 ss, 123, 141, 147, 152.

16 L. JACOB, op. cit., p. 181 ss, 184, 201.

17 DURAND-MAILLANE, loc. cit., p. 326, 404 ; G. MICHON, op. cit., t. I, p. 306 ; L. JACOB, op. cit., p. 214, 199 ss, 189, 191, 175, 172, 169.

18 Ibid., p. 171 ss, 151 ; A. P., t. 93, p. 534 ; on pourrait appliquer à Robespierre le jugement, fort rapide, qu'il portait sur la puissance anglaise le 28 Brumaire an II (Œuvres, loc. cit., p. 179) : “il est un terme aux prestiges qui soutiennent l'existence précaire d'une puissance artificielle”.

19 A. P., t. 93, p. 288, 317, 510 ss, 536 ; 78, 105, 216 ; t. 94, p. 445, 494, 514 ; t. 95, p. 267 ; t. 93 ; p. 647 ss.

20 Ibid., p. 27 (cf. au t. 94 les p. 61 et 381), 161, 222 ss, 368 ss, 450 ss, 504 ss.

21 Ibid., t. 94, p. 297, 358 ss, 432 ; t. 95, p. 287, 320, 411, 437, 494.

22 Ibid., t. 93, p. 19, 396 ss, 446 ss ; t. 94, p. 199, 398 ss, 444 ; t. 95, p. 26, 389, 391, 443 ss.

23 Ibid., t. 93, p. 39,55,91, 111, 136, 162, 168, 489,598,601 ; t. 94, p. 59 ; t. 95, p. 131.

24 Ibid., t. 93, p. 505 ss. 593 ; DURAND-MAILLANE, loc. cit., p. 364, 404 ss, 410 ; A. P., t. 95, p. 337 ss, 491.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

Auteur

Grenoble

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter