Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

2. Un législateur dans la Révolution : principes et stratégies

Robespierre et Couthon : De la raison à l'Être suprême : deux itinéraires

Martine Braconnier

Texte intégral

1Dans son discours du 18 floréal an II (7 mai 1794) Sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains et sur les fêtes nationales, Robespierre déclarait :

"Rappeler les hommes au culte pur de l'Être suprême, c'est porter un coup mortel au fanatisme. Toutes les fictions disparaissent devant la Vérité, et toutes les folies tombent devant la Raison".

2Quelques semaines auparavant, dans une lettre adressée à ses concitoyens, le 1er mai 1794, Couthon écrivait :

  • 1 F. MÈGE, Documents inédits. Correspondance de Georges Couthon, député du Puy-de-Dôme à l’Assemblée (...)

"C'est la Vérité, la Raison et la Vertu que nous cherchons"1.

3Robespierre et Couthon furent toujours associés sur le plan idéologique, et notamment dans le domaine de la pensée religieuse, en l'an II, animés du même idéal : celui de la Vérité, de la Raison et de la Vertu. Rationalistes tous deux, ont-ils pour autant suivi le même itinéraire? L'adepte de Rousseau qu'était Robespierre, Rousseau qu'il estimait "digne du ministère de précepteur du genre humain", se faisait-il la même idée de la Raison que Couthon, plus éclectique, à l'esprit rousseauiste mais aussi voltairien? Des différences nous sont apparues relatives à l'année 1793; notre attention a été attirée - entre autres - par la divergence de position des deux membres du Comité de Salut public face aux manifestations de la Raison que furent la déchristianisation et certaines formes de laïcisation.

  • 2 Moniteur, t. XIX, no 66.

4Alors que venait de se dérouler la "fête de la Raison" le 10 novembre 1793, Robespierre donna un coup d'arrêt à la politique jugée anti-religieuse de certains membres de la Convention. Le 1er frimaire (21 novembre), il intervint à la Société des Jacobins afin de dénoncer la déchristianisation excessive à ses yeux2. Alors qu'il poursuivait sa lutte envers la contre-révolution. Robespierre écartait désormais le danger du fanatisme qui viendrait de l'Eglise :

"Est-il vrai encore que la principale cause de nos maux soit le fanatisme?" déclarait-il… "Le fanatisme! il expire; je pourrais même dire qu'il est mort" (…) "Vous craignez, dites-vous, les prêtres. Les prêtres craignent bien davantage les progrès de la lumière".

5Pour Robespierre, la Raison avait vaincu.

6Non seulement la chasse aux prêtres et la lutte contre les symboles du culte devenaient inutiles, anachroniques, voire dangereuses, mais l'heure était au ralliement du peuple pour consolider la République; ce ralliement excluait tout divorce d'avec la religion. Ainsi, Robespierre avait définitivement pris position contre la déchristianisation, du moins au cours de sa phase paroxysmique de fin 1793. Il ne cessa d'en dénoncer l'absurdité et les risques politiques.

  • 3 Ibid.

7D'une part, il se montrait hostile à l'iconoclasme envers les objets du culte3 :

"Que des citoyens, animés par un zèle pur viennent déposer sur l'autel de la patrie les monuments inutiles et pompeux de la superstition, pour les faire servir à son triomphe, la patrie et la raison sourient à ces offrandes".

  • 4 Ibid.

8Il se prononçait également contre les déprêtrisations Se méfiant des défroqués, il les qualifiait "d'ambitieux". Peu crédibles à ses yeux, "sous la peau nouvelle dont ils se sont revêtus", ils avaient, pour Robespierre, tout simplement troqué leurs fonctions ecclésiastiques "pour les échanger contre celles de municipaux, d'administrateurs, et même de présidents de sociétés populaires"4.

  • 5 Ibid.

9Les abjurations se voyaient assimilées à des "farces éternelles et ridicules"5. D'ailleurs, il considéra celle de l'évêque de Paris, Gobel, le 17 brumaire, comme une mascarade philosophique.

10Tandis que Robespierre dénonçait vigoureusement les actes déchristianisateurs, Couthon, quant à lui, participait au mouvement déchristia-nisateur qui gagnait le Puy-de-Dôme en brumaire et frimaire an II (novembre-décembre 1793). Après la reprise de la cité rebelle de Lyon le 9 novembre, les représentants du peuple Couthon et Maignet retournèrent dans leur département afin de lutter contre le fédéralisme auvergnat et de procéder, selon l'expression de Couthon, à une "cure révolutionnaire" (renouvellement des autorités constituées, mais surtout "défanatisation du département"). La "cure" dura 22 jours, du 5 au 27 novembre, associant défanatisation et anticléricalisme.

  • 6 B. M. U. Clermont-Ferrand, A 34934 (3).

11Ainsi, l'on entonna, à l'arrivée des représentants à Ambert, sur l'air de l'hymne de la liberté, un pamphlet irrévérencieux et sacrilège intitulé Litanies des saints convertis en monnaie6, Citons-en un court extrait :

"Pierre, Paul, Mathieu, Mathias, Juda,
Simon et vous Barthélémi,
Voyez à quelle épreuve rude
Les Français vous mettent aujourd'hui,
En se moquant de saint Remi,
Saint Philippe et vous frère Jacques,
Jean, de Jésus le bien-aimé,
Gros Thomas et vous cher André
Saints devant comme d'après Pâques,
Vos cris sont superflus,
Vous serez tous fondus;
Grands Saints (bis)
Dans le creuset
Tombez, c'est le décret.

***

Nous ne brûlerons plus de cierges
Devant l'autel de nos patrons,
Mais quand nous trouverons des vierges,
Oh, comme nous les chérirons!
Oh, comme nous les fêterons!
Nous n'aimerons que les vivantes;
Les vivantes nous aimerons,
Et nos neveux qui surviendront
Se les choisiront pour amantes.
Vos cris…

  • 7 A. D. Puy-de-Dôme, L 6375, séance du 29 brumaire an II.

12Le 20 brumaire (10 novembre), le Comité de Surveillance de la ville de Billom organisa une "mascarade" autour d'une relique très vénérée; Couthon sauta sur l'occasion et la confia aux lumières d'un officier de santé qui la désacralisa. Les prêtres furent taxés d'imposture et de charlatanisme7.

  • 8 Ibid., Fonds du district d’Ambert, no 29.

13Le 26 brumaire, la Société Populaire d'Issoire organisa un autodafé de 200 statues de saints. Deux jours plus tard, celle-ci faisait parvenir une adresse à la Convention, précisant : "La ville d'Issoire vient de se montrer républicaine en faisant brûler les soi-disant saints en présence du montagnard Couthon, représentant du peuple"8.

14Couthon accueillit également avec enthousiasme le mouvement abdicataire :

"… Presque tous les prêtres des environs (d'Issoire) viennent déposer sur le bureau leurs lettres de prêtrise et abdiquèrent leur qualité de prêtre pour prendre celle de sans-culotte",

  • 9 A. P., t. 80, p. 327.
  • 10 A. D. Puy-de-Dôme, L 2430.
  • 11 F. MÈGE, Le Puy-de-Dôme en 1793 et le Proconsulat de Couthon, Paris, 1879, annexe LXXV.

15annonçait-il dans une lettre au Comité de Surveillance d'Ambert, bien qu'exagérant9. Enfin, Couthon et Maignet achevèrent leur "cure" par la prise de deux arrêtés : celui du 24 brumaire (14 novembre) sur le "dépouillement des églises"10 et celui du 7 frimaire (27 novembre) ou "décret sur les funérailles"11. Ce dernier, singulièrement proche de celui pris par Fouché, bien que s'inscrivant, dans le long terme, dans la marche vers la séparation de l'Église et de l'État, correspondait à une politique à court terme, s'insérant dans le courant déchristianisateur. La confiscation de la cérémonie des funérailles des mains des prêtres relevait d'un geste audacieux et symbolique; elle attestait d'une attitude plus radicale, plus "anticléricale" que celle de Robespierre.

  • 12 A. P., t. 80, p. 642. Discours du 14 frimaire an II (4 décembre 1793).

16Un mois plus tard, de retour à Paris, Couthon dressait à la Convention un bilan de son action12 :

"… Nous y avons aussi remporté avec les armes de la raison et celles d'une croyance fondée sur la nature des choses, nous y avons aussi remporté une victoire complète sur le fanatisme et la religion, non pas de Dieu, mais des prêtres. Toutes les Églises ont été dépouillées de ces richesses superflues qui ne servaient qu'à entretenir l'orgueil des prêtres et l'erreur des peuples. Les idoles de pierre ont été brisées, celles de bois ont été brûlées; l'image de l'Éternel est seule restée dans le tableau de la nature".

  • 13 Œuvres complètes, Discours, t. 10, p. 230.

17Comment Robespierre accueillit-il les arrêtés de Couthon ainsi que le récit des "spectacles" auxquels ce dernier avait donné sa caution? Nulle remarque personnelle. Toutefois, à la séance des Jacobins du 28 novembre, il s'insurgea contre les "extravagances" antireligieuses des derniers mois, manipulation de l'étranger et de la contre-révolution13 :

"Parce que je me suis opposé au torrent d'extravagances imaginées par nos ennemis pour réveiller le fanatisme (…) on a prétendu pouvoir en conclure que j'étayais les prêtres",

18déclara-t-il au Comité de Salut public le 5 décembre 1793.

19Cependant, Robespierre tenta de mettre fin à la campagne déchristianisatrice par l'impulsion de la circulaire prise par le Comité de Salut public, le 4 nivôse (24 décembre), qui précisait :

  • 14 A. AULARD, Recueil des Actes du Comité de Salut public, t. 4, p. 630-633.

"… Sans doute le triomphe de la vérité sur le mensonge est certain; hâtons-le, mais ne le précipitons point"… "Lorsqu'il s'agit d'opinions religieuses, la violence aigrit sans convaincre. Peu d'hommes, dans le passage rapide de l'esclavage à la liberté, ont entièrement secoué le joug des préjugés" (…) "Surtout, citoyen collègue, mets beaucoup de scrupule dans le choix des agents que tu pourras employer; et encore sois très circonspect dans l'usage de cette mesure"14.

  • 15 A. N., F 7 4436.

20Pas plus que les actes déchristianisateurs, Robespierre ne soutint certains aspects de la laïcisation. Ainsi, il ne semble pas avoir été favorable au projet de nouveau calendrier de Romme et Fabre d'Églantine. Certes, il ne le déclara pas ouvertement et n'intervint pas lors de la proclamation du décret le 5 octobre 1793, mais, dans son "carnet" on peut lire, parmi les notes éparses qui y sont jetées : "Ajournement indéfini du décret sur le calendrier"15. Celui-ci constituait, en effet, le signal de la déchristianisation.

21Tout au contraire, l'ère de la Raison, l'éradication chrétienne se concrétisèrent, chez Couthon, par la laïcisation, en particulier la laïcisation du temps. Il adopta, à partir du 24 octobre 1793, le calendrier rédigé par son compatriote Gilbert Romme. Il substitua au temps sacré le temps laïque. Non content de suivre les décrets de l'Assemblée, il procéda à une reformulation systématique de la datation, des repères temporels. (Voir la Correspondance avec ses concitoyens). Les initiatives de Couthon précédèrent souvent celles du pouvoir et prirent parfois des formes originales. Citons trois exemples :

Numéro de la lettre

Datation + nouveau repère temporel

Symbole. Événement

Lettre CXXXII

Paris, le 10 août 1793, jour des obsèques de la tyrannie et du triomphe de la Liberté.

Commémoration de la proclamation de la Première République.

Lettre CXXXV

Lyon, le 11 octobre (1793), premier mois de la destruction des Muscadins.

Lyon tomba aux mains des Républicains et de Couthon le 9 octobre.

Lettre CXXXVI

Au Comité de Salut public, le 17 frimaire de l'an II de la République une et indivisible (7 déc. 1793).

Première lettre datée conformément au calendrier révolutionnaire.

22Par contre, aucune trace de datation républicaine dans les Lettres à ses commettons de Robespierre ni dans la Correspondance de Maximilien et Augustin. Robespierre, à notre connaissance, ne choisit pas de prénom révolutionnaire, à l'instar de Couthon, appelé Aristide à partir de novembre 1793.

23Cependant, cette divergence dans la pratique et face aux symboles n'éloigna pas les deux membres du Comité de Salut public. Ils ne furent jamais si proches qu'en 1794, ceci par le truchement du Culte de l'Être suprême fondé sur la lutte contre l'athéisme et sur l'apologie de la Vertu.

24Ainsi, le 6 avril (17 germinal), Couthon, au nom du Comité de Salut public, informa la Convention de la préparation de plusieurs rapports s'inscrivant dans un ensemble de "mesures générales sur l'épurement de la morale politique".

  • 16 Moniteur, t. XX, p. 151 (18 germinal an II - 7 avril 1794).
  • 17 F. MÈGE, op. cit.

25Parmi les cinq rapports prévus, l'un, annonça Couthon, "proposera un projet de fête décadaire à l'Éternel dont les Hébertistes n'ont pas ôté au peuple l'idée consolante"16. Enthousiaste, il écrivait à ses concitoyens, le 8 mai17 :

"Le rapport sur les fêtes nationales et décadaires dédiées à l'Être suprême fut fait hier par Robespierre, et applaudi avec transport. J'aurais bien désiré qu'il fût imprimé pour vous l'envoyer".

26Couthon adhéra donc pleinement au Culte de l'Être suprême. Comme l'a écrit Albert Mathiez :

  • 18 A. MATHIEZ, Études sur Robespierre, Éditions sociales, 1973, p. 179.

"Rallier les patriotes divisés autour d'une doctrine commune et autour du gouvernement, tel était l'objet primordial que s'était proposé Robespierre, simple organe en cela du Comité de Salut public et de la Convention elle-même. Les patriotes étaient divisés ou plutôt désorientés par la double exécution des Dantonistes et des Hébertistes, il fallait faire cesser leurs doutes, leurs hésitations, il fallait leur offrir un centre de ralliement. Comment? D'une part, en prouvant aux plus déterminés des déchristianisateurs que le règne des prêtres était passé et bien passé, que les fêtes nationales désormais organisées allaient remplacer définitivement les offices catholiques abolis; d'autre part, en faisant oublier aux citoyens, hier encore catholiques, leur ancienne religion par des fêtes qui l'emporteraient sur les cérémonies catholiques pour la magnificence esthétique comme pour la vertu morale"18.

27Le Culte de l'Être suprême, forme de déisme, reposait sur deux présupposés : la critique de l'athéisme et la Vertu comme condition de la République.

28L'athéisme constitue un danger, et ce, à deux titres, moral et politique. D'une part, il détruit cet idéal populaire essentiel qu'est la croyance en une divinité créatrice et consolante du monde. Dans le Rapport du 18 floréal, Robespierre affirmait :

"Toute institution, toute doctrine qui console et qui élève les âmes, doit être accueillie; rejetez toutes celles qui tendent à les dégrader et à les corrompre".

29Avec une parfaite symétrie, Couthon estimait que toute tentative de destruction de la croyance séculaire en un Dieu créateur du monde constituerait un traumatisme pour les consciences confortées par l'existence de la divinité :

  • 19 F. MÈGE, op. cit.

"C'est un besoin pour les âmes pures de reconnaître et d'adorer une intelligence suprême… idée consolante d'un Dieu".
(Lettre du 10 avril 1794)19.

30Robespierre et Couthon pensaient le monde et l'existence en termes de Création, et non en termes de néant.

31D'autre part, il faut pourfendre l'athéisme en tant qu'instrument politique de la contre-révolution :

"Vous ne voyez pas que continuellement on dit à l'univers et au peuple que la Convention et les Jacobins sont des assemblages d'athées, et que chaque jour on cherche à justifier cette calomnie",

  • 20 Œuvres complètes. Discours, t. 10., p. 261.

32déclarait Robespierre à la séance de la Société des Jacobins du 26 frimaire (16 décembre 1793)20. Couthon, lui aussi, associait athéisme et conspiration contre la République :

"Je pense comme Robespierre… L'athéisme était le seul moyen pour lequel les conspirateurs ont le plus compté pour la contre-révolution",

  • 21 A. AULARD, La Société des Jacobins, t. VI, p. 126.

33affirmait-il à la séance de la Société des Jacobins du 16 floréal (15 mai 1794)21.

34Le Culte de l'Être suprême est inconciliable avec l'athéisme car il rejette le néant :

"Il n'y a qu'un scélérat qui puisse embrasser le système du néant"

  • 22 F. MÈGE, op. cit.
  • 23 A. AULARD, op. cit., t. VI, p. 126.

35écrivait Couthon à ses concitoyens dans une lettre du 10 avril 179422. Inconciliable avec l'athéisme, aussi, parce que cette religion de la République, de la Liberté et de l'Égalité implique la Vertu, a pour finalité le règne de la Vertu; or, l'athéisme ignore la Vertu. Dans un discours à la Société des Jacobins du 16 floréal (15 mai 1794), Couthon opposait athéisme et morale23 :

"La Société (des Jacobins) doit vouer à l'exécration publique ceux qui voudraient établir l'athéisme, ceux qui ne pratiqueraient pas la vertu, et qui vivraient sans moralité".

36Or, l'instauration de la République suppose, de la part du Législateur, vertu privée et vertu publique :

"L'immoralité est la base du despotisme, comme la Vertu est l'essence de la République",

  • 24 Moniteur, t. XIX, p. 707, Discours à la Convention.

37proclamait Robespierre dans son rapport du 18 floréal. Il en allait de même pour Couthon qui, le 25 ventôse (15 mars 1794), donnait sa définition du gouvernement républicain au cours d'un débat concernant l'affaire de la Compagnie des Indes24 :

"Il est temps que la morale publique s'épure, que la justice et la vertu soient à l'ordre du jour. Les infâmes ont beau se masquer, ils seront découverts".

38En fait, République et Vertu entretiennent des rapports dialectiques, la première reposant sur la seconde tout en la fondant.

39Par le biais du culte de la Raison et du Culte de l'Être suprême, Robespierre et Couthon pensaient participer à l'expansion des Lumières et au combat contre l'obscurantisme et l'anti-républicanisme de la "religion des prêtres". Déchristianisateurs, ils tendaient vers une religion civique, porteuse de justice, de morale et de vertu. Ils furent amenés à dénoncer le "fanatisme", la "conspiration" de l'Église. Néanmoins, ils n'adoptèrent pas une stratégie politico-religieuse parfaitement identique. Député à la Convention et membre du Comité de Salut public, Couthon était également un homme de terrain, envoyé à plusieurs reprises dans les départements en tant que représentant en mission. La mission qu'il effectua à Lyon et dans le Puy-de-Dôme à l'automne 1793, destinée à écraser le fédéralisme, était vitale pour la République. Cette lutte anti-fédéraliste passait - entre autre - par l'abolition de tout ce qui pouvait subsister des manifestations du "fanatisme" religieux, des "hochets de la superstition". Aussi Couthon participa-t-il, en tant qu'acteur ou que spectateur, au mouvement déchristianisateur de brumaire-frimaire an II. Robespierre, lui, n'était pas homme de terrain. Confronté à la politique nationale, il ne se trouva pas en butte aux oppositions locales. Bien que convaincu de la nécessité de déchristianiser le pays, il s'attachait davantage à la conjoncture politique. Aussi considéra-t-il certaines des mesures déchristia-nisatrices de la fin de l'an II comme excessives, dangereuses, risquant de creuser un fossé entre le peuple et le gouvernement.

Notes

1 F. MÈGE, Documents inédits. Correspondance de Georges Couthon, député du Puy-de-Dôme à l’Assemblée législative et à la Convention nationale, 1791-1794. Paris, 1872.

2 Moniteur, t. XIX, no 66.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 B. M. U. Clermont-Ferrand, A 34934 (3).

7 A. D. Puy-de-Dôme, L 6375, séance du 29 brumaire an II.

8 Ibid., Fonds du district d’Ambert, no 29.

9 A. P., t. 80, p. 327.

10 A. D. Puy-de-Dôme, L 2430.

11 F. MÈGE, Le Puy-de-Dôme en 1793 et le Proconsulat de Couthon, Paris, 1879, annexe LXXV.

12 A. P., t. 80, p. 642. Discours du 14 frimaire an II (4 décembre 1793).

13 Œuvres complètes, Discours, t. 10, p. 230.

14 A. AULARD, Recueil des Actes du Comité de Salut public, t. 4, p. 630-633.

15 A. N., F 7 4436.

16 Moniteur, t. XX, p. 151 (18 germinal an II - 7 avril 1794).

17 F. MÈGE, op. cit.

18 A. MATHIEZ, Études sur Robespierre, Éditions sociales, 1973, p. 179.

19 F. MÈGE, op. cit.

20 Œuvres complètes. Discours, t. 10., p. 261.

21 A. AULARD, La Société des Jacobins, t. VI, p. 126.

22 F. MÈGE, op. cit.

23 A. AULARD, op. cit., t. VI, p. 126.

24 Moniteur, t. XIX, p. 707, Discours à la Convention.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter