Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

2. Un législateur dans la Révolution : principes et stratégies

Robespierre et la commune de Paris

Raymonde Monnier

Texte intégral

  • 1 Robespierre à la Convention, le 8 thermidor (Œuvres complètes, t. 10, p. 572).

Dans la carrière où nous sommes, s'arrêter avant le terme, c'est périr, et nous avons honteusement rétrogradé 1

  • 2 Robespierre qui n’a pas fait partie de la commune insurrectionnelle, siège à l’assemblée des commi (...)
  • 3 J. JAURES, Histoire socialiste de la Révolution française, t. 3, chap. 1.
  • 4 Sur les 24 députés de Paris, 16 avaient fait partie de la Commune du 10 août: Robespierre, Collot- (...)

1Avant d'être l'élu de Paris à la Convention, Robespierre a été un des commissaires de la section de la Place-Vendôme au conseil général de la Commune du 10 août2. Est-il utile de dire qu'il fut, dans les premières semaines de son existence, un des membres les plus en vue de cette assemblée révolutionnaire ? Sans être, comme le dit Jaurès, "le véritable maire de Paris"3 (à la place de Pétion qui prend alors ses distances), Robespierre est incontestablement un des principaux porte-parole de la Commune, dont les premiers chefs sont comme lui les grandes figures du parti républicain démocratique, Billaud-Varenne, Léonard Bourdon, Marie-Joseph Chénier, François Robert, Tallien, etc. Cette élite élue à la Convention en septembre, laisse le champ libre à la Commune à une deuxième génération de chefs révolutionnaires, les chefs Cordeliers4.

2A travers les missions dont il fut chargé, puis comme député, Robespierre fut l'avocat de la Commune contre les attaques des Girondins et dans ses conflits avec le ministre Roland. Si nous nous proposons d'évoquer les circonstances de ces luttes et d'exposer les arguments développés par Robespierre à propos du rôle de la Commune de Paris, c'est moins pour revenir sur des conflits déjà passablement connus que pour montrer comment la défense de la Commune s'intègre dans le projet révolutionnaire du Législateur. Il convient de voir dans quelle mesure une institution qui incarne la capacité révolutionnaire du Peuple peut être salutaire à la fondation de la République et à la conservation de la Liberté. La question rejoint le problème fondamental d'un programme démocratique républicain qui comprend la résistance à l'oppression et le droit à l'insurrection.

Les conséquences de l'insurrection

3Dès son entrée au Conseil général le 13 août, Robespierre devient le porte-parole de la Commune dans le premier conflit qui l'oppose à l'Assemblée jusqu'à la fin du mois, celui de sa légitimité. En se faisant l'avocat des représentants des sections, contre les décrets de l'Assemblée législative visant à rétablir la hiérarchie des pouvoirs, par la nomination d'un nouveau Directoire du département (décret du 12 août), puis à renouveler purement et simplement la Commune du 10 août (décrets du 30 août), Robespierre développe sa conception de la souveraineté populaire et du rôle des avant-gardes en Révolution.

  • 5 Œuvres complètes, t. 8, Discours, 3e partie, p. 449-457, Adresse des représentants de la Commune d (...)
  • 6 Ibid., p. 311 (27 avril 1792, aux Jacobins).

4Tout d'abord qu'en est-il de l'assertion de dictature de la Commune, développée par les Girondins et reprise par les historiens même ceux qui sont les plus attentifs aux développements de la révolution parisienne ? Braesch lui-même ne parle-t-il pas de dictature de la Commune dans les quinze premiers jours de son existence (chap. IV) ? Dans l'adresse des représentants de la Commune à leurs concitoyens, qu'il avait été chargé de rédiger et qu'il présente au Conseil général le 1er septembre, Robespierre justifie ainsi leur action : "De tous les mandataires du peuple, eux seuls ont été peuple, sous tous les rapports", entendons que tout ce qu'il ont fait depuis le 10 août n'a été que mettre en œuvre la volonté du peuple, sanctionner des vœux déjà exprimés5. C'est au peuple seul qu'il faut attribuer la gloire de ce qu'ils ont fait. La formule "eux seuls ont été peuple" est à rapprocher d'un autre énoncé de Robespierre, dans une justification de sa conduite politique personnelle : "Je ne suis ni le courtisan, ni le modérateur, ni le tribun, ni le défenseur du peuple ; je suis peuple moi-même !"6 Le mot peuple est pris au sens politique de peuple souverain, communauté des citoyens unie par une même volonté.

5Cette justification après coup des actes de la Commune depuis le 10 août, si elle peut prêter à contestation pour l'ensemble du pays - et c'est là - dessus que s'appuient les arguments de la Gironde - ne pose guère de problème en ce qui concerne Paris. En effet la Commune et l'Assemblée législative avaient-elles fait autre chose qu'exaucer les vœux déjà exprimés avant l'insurrection par les sections, qui n'avaient pas attendu pour les formuler dans leurs arrêtés et leurs pétitions l'invitation faite par Robespierre aux Jacobins le 10 août ? La déchéance de Louis XVI, la convocation d'une Convention nationale, le suffrage "universel" étaient les éléments de base du programme de salut public élaboré en liaison avec les Jacobins et les Cordeliers.

  • 7 Sur le mouvement d’opinion à Paris au printemps 1791, voir notre article “Paris au printemps 1791. (...)
  • 8 Le 11 juillet, Robespierre invitait dans une adresse les fédérés à venger le sang répandu l’année (...)

6Il y a de ce point de vue une correspondance frappante entre le mouvement d'opinion qui précède à Paris l'insurrection du 10 août et celui qui s'était développé un an plus tôt au moment de la fuite du roi7. Le parallèle est fait par les acteurs eux-mêmes. Les premières armes sont identiques, campagne de pétitions, appel aux départements, pour rétablir l'harmonie perdue entre volonté générale et volonté de tous, dans l'espoir de régler pacifiquement la question constitutionnelle. Dans les deux cas la crise ne se dénoue que par la force, mais au 10 août l'initiative de la violence a changé de camp : l'insurrection répond à la loi martiale du 17 juillet, la violence libératrice à la violence despotique8.

7Quant au Conseil général, qui tenait ses séances publiques et délibérait sous l'œil du peuple, on ne peut contester qu'il soit après le 10 août l'émanation des sections, qui de toutes façons se réservaient le droit de rappeler leurs commissaires. L'étude minutieuse de F. Braesch a montré comment le personnel révolutionnaire de la Commune émerge des réunions ponctuelles du comité central des sections réuni avant le 10 août à l'hôtel de Ville pour la rédaction des pétitions. Au regard de la Législative, qui n'avait pas su prendre les mesures nécessaires, la Commune du 10 août pouvait même passer jusqu'à la réunion d'une Convention comme le seul pouvoir légitime, l'émanation du peuple souverain.

8Les pouvoirs exceptionnels de ses délégués trouvent leur justification dans l'insurrection, dont Anthoine développe la théorie aux Jacobins le 12 août : "Le peuple, voyant qu'il avait été trompé par l'Assemblée constituante, voyant que l'Assemblée législative ne pouvait pas le sauver, est rentré dans tous ses droits, il a repris l'exercice de sa souveraineté qu'on lui avait enlevé, et qu'il n'eût jamais repris s'il n'eût déchiré sa constitution (…).

  • 9 A. AULARD, La société des Jacobins. Recueil de documents pour l’histoire du club des Jacobins de P (...)

9La souveraineté une fois reprise par le peuple, il ne reste plus aucune autorité que celle des assemblées primaires ; l'Assemblée nationale elle-même ne continue à exercer quelque autorité qu'à raison de la confiance que lui accorde le peuple, qui a senti la nécessité de conserver un point de ralliement, et qui en cela a prouvé combien sa judiciaire était bonne"9.

  • 10 Œuvres complètes, t. 8. La députation, conduite par Robespierre, se présenta à la Législative le 2 (...)

10Les considérants de l'arrêté du Conseil général du 21 août, pour demander que "le nouveau département soit converti purement et simplement en commission des contributions", qui est de la main de Robespierre, s'appuient sur les mêmes arguments : "Le conseil général, considérant que pour assurer le salut public et la liberté, il a besoin de tous les pouvoirs que le peuple lui a délégués au moment où il a été forcé de reprendre l'exercice de ses droits ; considérant que la formation actuelle d'un nouveau département tend à élever une autorité rivale à celle du peuple même (…) ; considérant que l'ouvrage de notre nouvelle régénération ne peut être terminé que par ceux même qui l'ont commencé (…)… arrête"10.

Les Parisiens missionnaires de la Révolution

  • 11 Ibid, p. 400.
  • 12 Ibid., p. 427.

11Même si la présence des fédérés dans la bataille du 10 août était un gage du caractère national de l'insurrection populaire, nul ne sous-estimait le danger pour la capitale de s'isoler des départements. Tout fut mis en œuvre, à l'Assemblée comme à la Commune ? pour éviter le cloisonnement de l'espace national. Dès le 16 juillet, aux Jacobins, Robespierre avait souligné la nécessité d'une communication réciproque entre Paris et les départements, par l'intermédiaire des fédérés : "Il faut que tous les bons citoyens regardent les fédérés comme des frères, des amis, des libérateurs (…) Il faut ensuite que tous les fédérés écrivent dans leurs départements, qu'ils dépeignent vivement les dangers réels de la patrie et la nécessité de se réunir tous à sa voix"11. Au soir du 10 août il renouvelle sa proposition aux Jacobins, démontrant "combien il serait imprudent au peuple de mettre bas les armes avant d'avoir assuré sa liberté. La commune, ajoute-t-il, doit prendre comme mesure importante celle d'envoyer des commissaires dans les quatre-vingt-trois départements pour leur exposer notre vraie situation ; les fédérés doivent commencer, en écrivant chacun dans leurs départements respectifs"12.

  • 13 Moniteur, IV, 392, 5 septembre 1792.

12Plus que d'une mission d'information et de surveillance, au demeurant nécessaire, les commissaires envoyés par l'Assemblée, par le pouvoir exécutif et la Commune dans les départements et aux armées étaient porteurs d'une véritable mission politique. Avec les sectionnaires, la Commune se fait la messagère de la Révolution démocratique auprès des citoyens et des administrations de province. Il s'agissait de mettre le pays à l'unisson, de lui communiquer l'esprit révolutionnaire qui avait animé les Parisiens et les fédérés au 10 août. Les contemporains traduisent le mouvement par la métaphore de l'énergie électrique, Robespierre lui-même quand il défend contre Louvet les "missionnaires de la révolution" travestis en "incendiaires, en ennemis de l'ordre public" : "Quelle idée s'est-on donc formée de la dernière révolution ?(…) Ne fallait-il pas anéantir dans toute la France le parti des tyrans, et communiquer à toute la France cette commotion salutaire qui venait d'électriser Paris"13 ?

  • 14 L’action des envoyés de la Commune dans les départements sera dans les mois qui suivent le cheval (...)
  • 15 Nous développons ces aspects du "fédéralisme parisien" dans une communication au colloque Les Fédé (...)
  • 16 F. BRAESCH, op. cit., p. 973 et suivantes.

13Je n'insiste pas sur cette controverse qui est bien connue14. Il faut remarquer que l'action de la Commune et des sections en 1792 s'inscrit dans le droit fil des pratiques caractéristiques du fédéralisme radical parisien. La communication réciproque, la correspondance active entre les municipalités, par un double mouvement d'élargissement de l'espace public révolutionnaire et de fusion au centre, était un des éléments des projets radicaux de 179115. Cette tendance des sections et de la Commune à entretenir une communication directe avec les municipalités et les sociétés de province suscita très vite l'hostilité de la Convention. L'adresse des sections du 19 octobre, contre le projet de garde départementale, en est un exemple16.

  • 17 Moniteur, XIV, 253, séance du 19 octobre 1792. Le Mercure Universel, 22 octobre.

14Elle oppose de façon significative les Girondins, qui défendent la centralité de la loi, à la Commune et aux partisans de la souveraineté de l'opinion. En effet, si l'adresse des sections aggrava les tensions politiques à la fin d'octobre 1792, c'est moins par son contenu et son style plus qu'irrévérencieux pour la Convention, que parce que la Commune en avait arrêté l'impression et l'envoi en province. Le préambule de l'adresse avait causé il est vrai quelque émotion à l'Assemblée : "On vous a proposé de vous mettre au niveau des tyrans, en vous environnant d'une garde isolée…"17. Mais ce que les Girondins dénoncèrent avec force quelques jours plus tard, c'est la décision du Conseil général d'envoyer l'adresse à ses frais aux départements, aux municipalités et aux sociétés populaires, avec la réponse de son président Chaumette.

  • 18 Moniteur, XIV, 295, séance du 25 octobre 1792.

15Celui-ci, tout en recommandant l'obéissance aux lois, proposait de s'en remettre au tribunal de l'opinion : "Si les délégués du souverain refusent de nous entendre, l'oreille du souverain nous est ouverte ; adressons-nous au maître, il est toujours accessible, il est toujours essentiellement juste ; il prononcera entre ces délégués et une partie intégrante de lui-même ; il nous jugera". Les Girondins dénoncèrent cet appel à l'opinion comme subversif des principes d'unité et d'indivisibilité de la République, comme une tentative "de s'élever contre le point central" (Buzot) ; la Convention cassa l'arrêté de la Commune, qui n'avait fait pourtant que suivre une pratique assez courante alors, et sur une mesure qui n'était encore qu'à l'état de projet. C'est ce qu'objecta Jeanbon Saint-André dans la discussion, en disant que ces envois avaient "toujours été envisagés comme une correspondance fraternelle", et en plaidant pour "la libre circulation des principes et des opinions"18. L'affaire ne fit que souder un peu plus étroitement la Commune et les sections. Mais cette controverse posait déjà clairement le problème du fédéralisme radical.

Insurrection légitime/illégitime

  • 19 Œuvres complètes, t. 8, p. 418 (discours aux Jacobins, le 29 Juillet 1792).

16La légitimité de l'insurrection et de ses prolongements s'inscrit dans la nécessité de la lutte de la liberté contre le despotisme. "A notre sort, dit Robespierre aux Jacobins quelques jours avant le 10 août, est attaché celui de toutes les nations ; et nous avons à lutter contre toutes les puissances physiques et morales qui les ont opprimées jusqu'à ce moment ; nous avons à lutter contre les traîtres nombreux et redoutables qui vivent au milieu de nous et contre nous-mêmes. Il faut que le peuple français soutienne le poids du monde, et qu'il dompte, en même temps, tous les monstres qui le désolent. Il faut qu'il soit, parmi les peuples, ce que Hercule fut parmi les héros"19.

  • 20 Moniteur, XIV, 392, séance du 5 novembre 1792.

17La Révolution populaire a une visée de libération universelle ; c'est le mouvement irrésistible d'un grand peuple opprimé. On connaît le passage fameux de son discours du 5 novembre à la Convention : "Qui peut marquer, après coup, le point précis où devaient se briser les flots de l'insurrection populaire ? Car, s'il est vrai qu'une grande nation ne peut s'élever par un mouvement simultané, et que la tyrannie ne peut être frappée que par la portion de citoyens qui est plus près d'elle, comment ceux-ci oseront-ils l'attaquer, si après la victoire ils peuvent devenir responsables de la durée ou de la violence de la tourmente politique qui a sauvé la patrie ? Ils doivent être regardés comme fondés de procuration tacite pour la société entière". "Les Français, amis de la liberté, réunis à Paris au mois d'août dernier, ont agi à ce titre au nom de tous les départements : il faut les approuver ou les désavouer tout à fait"20. Ces arguments sont avancés dans le cadre de la lutte qui oppose Roland et les Girondins à la Commune puis à travers elle à la députation parisienne à la Convention. Les interventions de Robespierre sont autant de réponses aux attaques de Roland, de Brissot ou de Louvet. Mais on ne peut les considérer pour autant comme de simples positions de stratégie politique ; Robespierre appuie toujours ses défenses sur des principes qu'il développe ailleurs et dans d'autres circonstances. La défense du rôle de la Commune s'inscrit dans sa théorie de la Révolution et de la République.

Les rapports du souverain avec ses représentants

  • 21 Moniteur, XIII, 253, séance du 12 août 1792. Œuvres complètes, t. 8, p. 429-430. Sur la propositio (...)
  • 22 A. AULARD, op. cit., t. IV, p. 193; Œuvres complètes, t. 8, p. 428.

18Quand, deux jours après l'insurrection du 10 août, Robespierre est à l'Assemblée le porte-parole de la députation de la Commune contre le rétablissement du Département, il justifie cette demande par la nécessité de supprimer tout intermédiaire entre le peuple et ses représentants : "Après le grand acte par lequel le peuple souverain vient de reconquérir la liberté et vous-mêmes, il ne peut plus exister d'intermédiaire entre le peuple et vous (…) C'est en établissant des autorités contradictoires qu'on a perdu la liberté, ce n'est que par l'union, la communication directe des représentants avec le peuple qu'on pourra la maintenir (…) Daignez nous conserver les moyens de sauver la liberté (…)"21. C'est dans le même esprit qu'il invitait les citoyens au soir du 10 août à "engager leurs sections à faire connaître à l'Assemblée nationale le véritable vœu du peuple, et pour le connaître, de former et d'entretenir des relations avec les sociétés populaires, d'admettre dans leurs assemblées tous les citoyens, sans distinction"22. Sur ces points, les principes de Robespierre ne varieront guère ; sa conception de l'opinion et du lien direct qui doit unir le peuple aux législateurs donne à Paris une fonction cardinale dans la défense de la Liberté.

  • 23 Ibid., t. 9, p. 457-458, p. 468. Robespierre marque ainsi ses distances avec le projet de Condorce (...)

19Comme le droit de résistance à l'oppression, inscrit dans la Déclaration des droits de 1789, celui d'insurrection est reconnu comme légitime après le 10 août, par référence au droit naturel. L'article 31 de la Déclaration des droits proposée par Robespierre, pose comme principe qu'"assujettir à des formes légales la résistance à l'oppression, est le dernier raffinement de la tyrannie". Il donne ses arguments lors de la discussion sur la nouvelle déclaration, le 22 avril 1793 : s'il doit y avoir un moyen de réclamer contre telle ou telle loi, il ne peut y avoir en revanche de moyen légal de résister à l'oppression, parce "qu'il est impossible à qui que ce soit de définir les cas précisément dans lesquels la nation française se trouvera opprimée (…) Il n'est pas possible de donner au peuple un moyen légal de s'insurger, parce que cela dépend alors de sa sensibilité et de la connaissance parfaite de ses droits. En effet, citoyens, si vous voulez lui déterminer ce moyen, il est possible que celui que vous voulez lui donner soit précisément un moyen qui l'empêche de se lever"23.

  • 24 D’après l’analyse de M. PERTUE sur “Les projets constitutionnels de 1793”, au colloque de Paris I,(...)
  • 25 Voir P. CATALANO, Tribunato e resistenza, Torino, 1971.
  • 26 J.G. FICHTE, Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science, éd. fran (...)

20Comment alors garantir la liberté contre les usurpations des gouvernants ? L'équilibre des pouvoirs ne compte plus de partisans dans les projets constitutionnels de 179324. L'institution du tribunat ou de l'éphorat, à l'image de ceux des Républiques de l'antiquité, demeurait une référence pour les démocrates. L'idée avait été développée par les philosophes, Rousseau, Montesquieu, Mably25. Elle est avancée dans certains projets républicains, par exemple dans celui de La Vicomterie dès 1790 ; elle est reprise par Bonneville en l'an IV, tandis que Fichte en donne une version plus élaborée dans la première partie du Naturrechts, parue en Allemagne la même année26. Chez tous ces penseurs l'institution est investie, avec des nuances, d'une fonction démocratique.

  • 27 Du Peuple et des rois, par LA VICOMTERIE, Paris, 1790, in 8°, XX, 132 p. (B.N., Lb39 4285).
  • 28 Ibid., p. 25-27. Moniteur, XXII, 193-196, discours prononcé le 17 vendémiaire an III. Essai sur la (...)

21La Vicomterie, qui publie dès septembre 1790, une brochure républicaine Du Peuple et des rois, fait de l'éphorat une puissance conservatrice des droits des citoyens : ces "magistrats intermédiaires" qui ne peuvent rien exécuter mais tout empêcher rendraient selon lui, avec le tribunal des censeurs, tout abus impossible. La garantie de la fidélité du tribun reposerait sur la peine qu'il encourt au cas où il faillirait à sa tâche, donc moins sur la vertu de l'éphore que sur l'intelligence de ses intérêts. "Lorsque la voix du peuple, bien exprimée dans un acte authentique, se fera entendre, que le tribun averti réclame en son nom, ou que la loi menace, fasse tomber sa tête"27. Le système de la morale calculée est un thème sur lequel La Vicomterie revient en l'an III, dans un discours à la Convention28.

  • 29 Le Vieux Tribun, p. 363, 374-375. Voir R. MONNIER, "Nicolas de Bonneville tribun du peuple", Langa (...)

22Bonneville, qui avait exalté en 1791 le rôle médiateur de l'opinion publique, ébranlé par la violence populaire, revient en l'an V à l'idée d'un censorat national. C'est une magistrature de résistance qui contrôle le pouvoir, et joue aussi le rôle de "déclarateur de l'opinion publique"29. L'éphorat, préconisé par Fichte à la même époque, est en dépit de son nom plus proche du tribunat romain que de l'éphorat de Sparte ; il a aussi une fonction médiatrice entre le peuple et les gouvernants. Il a la puissance d'empêcher l'oppression, par la convocation des assemblées populaires, qui décident souverainement. Le système repose moins sur la vertu que sur le développement dans le peuple d'une volonté de liberté et d'une intelligence de ses droits. Issu directement du peuple, il n'est pas organisé seulement pour maintenir la volonté populaire mais plutôt pour conserver le principe révolutionnaire.

  • 30 Fondement du droit naturel, p. 194-197. Voir A. RENAUT, Le système du droit. Philosophie et droit (...)

23Avec l'hypothèse de la défaillance des éphores, Fichte élabore une théorie de l'insurrection ; dans ce cas, c'est l'éphore naturel qui appelle le peuple à se soulever30.

  • 31 Œuvres complètes, t. 9, p. 495-510.

24Dans son grand discours sur la Constitution, le 10 mai 1793 à la Convention, Robespierre pose bien comme premier objet de toute constitution "de défendre la liberté publique et individuelle contre le gouvernement lui-même"31. Mais il ne se déclare pas pour autant partisan du tribunat : "Je n'aime point que le peuple romain se retire sur le Mont-Sacré, pour demander des protecteurs à un sénat despotique et à des patriciens insolents ; je veux qu'il reste dans Rome et qu'il en chasse tous ses tyrans (…) Il n'y a qu'un seul tribun du peuple que je puisse avouer, c'est le peuple lui-même. C'est à chaque section de la République française que je renvoie la puissance tribunitienne ; et il est facile de l'organiser d'une manière également éloignée des tempêtes de la démocratie absolue, de la perfide tranquillité du despotisme représentatif."

  • 32 L’article 34 de la déclaration des droits de Robespierre porte que "le peuple a le droit de connaî (...)

25Pour Robespierre, "c'est dans la vertu et dans la souveraineté du peuple qu'il faut chercher un préservatif contre les vices et le despotisme du gouvernement". Son projet de Constitution intègre la censure des lois par les assemblées primaires et celle des représentants en fin de législature. Mais il insiste surtout sur la responsabilité morale des Législateurs qui doit reposer sur la publicité la plus étendue possible de leurs délibérations et de leurs actes32. D'où un long développement sur l'édifice qui doit abriter le corps législatif, édifice majestueux qui doit être accessible à douze mille spectateurs. La Constitution doit aussi pourvoir "à ce que la législature réside au sein d'une immense population, et délibère sous les yeux d'une multitude de citoyens infinie".

  • 33 L’arrêté signé de Robespierre, président, est publié dans Œuvres complètes, t. 8, p. 443-444 (voir (...)
  • 34 Œuvres complètes, t. 8, p. 308-309.

26La présence physique du peuple, dans une relation de proximité, renforce le lien établi avec le législateur par le suffrage direct. Dès le 1er août 1792, Robespierre avait proposé la convocation d'une convention nationale, élue directement par les assemblées primaires. Et c'est à son initiative que la section de la Place-Vendôme, puis le Conseil général avaient adopté le 27 août le mode d'élection des députés à la Convention : pour pallier les inconvénients du suffrage à deux degrés, les électeurs devaient voter à haute voix, et en présence du public dans la salle des Jacobins33. La tâche du législateur est de maintenir l'union des esprits et des cœurs, tout entiers tournés vers la réalisation de la liberté. Voici comment Robespierre justifie, dans un discours aux Jacobins le 27 avril 1792, son rôle à la Constituante : "J'ai regardé comme un succès de faire retentir la voix de la vérité, lors même que j'étois sûr de la voir repoussée ; portant toujours mes regard au-delà de l'étroite enceinte du sanctuaire de la Législation, quand j'adressais la parole au Corps représentatif, mon but était surtout de me faire entendre de la Nation et de l'humanité ; je voulais réveiller sans cesse dans le cœur des Citoyens ce sentiment de la dignité de l'homme et ces principes éternels qui défendent les droits des peuples contre les erreurs ou contre les caprices du Législateur même"34. Issu du peuple en droite ligne, le législateur doit chercher à préserver la transparence et l'union, c'est aussi la fonction des institutions républicaines.

27Le droit de réclamation reconnu à tous entretient cette relation directe, à travers les pétitions et les adresses qui affluent à l'Assemblée, centre de ralliement par excellence. Mais en ce qui concerne le droit de résistance en cas d'abus de pouvoir, en l'absence de toute médiation reconnue et "s'il est vrai qu'une grande nation ne peut s'élever par un mouvement simultané", l'insurrection légitime ne peut être le fait que d'un grand peuple éclairé investi de la puissance tribunitienne, un peuple qui "a la connaissance parfaite de ses droits". C'est le peuple de Paris qui assume la violence libératrice, car "la tyrannie ne peut être frappée que par la portion de citoyens qui est le plus près d'elle". Toute autre résistance est condamnée comme insurrection partielle et assimilée à la contre-révolution.

L'éphore naturel

  • 35 Le 8 mai à la Convention, puis aux Jacobins, Robespierre demande des mesures de salut public pour (...)
  • 36 Moniteur, XVI, 156, 199.
  • 37 Œuvres complètes, t. 9, p. 492 (discours aux Jacobins).

28Peut-on dire cependant que les soulèvements populaires à Paris s'exercent sans médiation ? L'insurrection des 31 mai-2 juin peut passer pour un modèle insurrection réussie sans effusion de sang, elle consacre l'image de Paris comme capitale de la Révolution, comme "citadelle de la Liberté"35. La résistance démocratique s'exprime d'abord par des pétitions ; celle des sections présentée le 15 avril, qui dénonce 22 députés girondins, est improuvée le 20 par la Convention36. Robespierre, qui demande depuis la crise de mars les mesures de salut public qu'exige la situation intérieure, et qui veut préserver l'autorité de la Convention, plaide le 8 mai, à l'Assemblée puis aux Jacobins, pour une action concertée de toutes les forces révolutionnaires, en s'appuyant sur les sans-culottes : "N'oubliez pas que votre destinée est dans vos mains, vous devez sauver Paris et l'humanité"37.

  • 38 Ibid., p. 521-523.

29Tandis que les deux partis se mobilisent à Paris et dans les départements, les Girondins croient tenir, avec la création de la Commission extraordinaire des Douze, les moyens de vaincre les autorités parisiennes unies à la Montagne ; elle ne fera que précipiter leur chute. Les dénonciations publiques se succèdent à Paris contre la faction girondine : Marat et les Cordeliers dès le 19 mai, puis Robespierre qui déclare aux Jacobins le 24 : "On veut détruire Paris, n'en doutez pas (…) Une conspiration est généralement connue et personne n'en peut nier l'existence. Celle-là a pour chefs tous les membres corrompus de la Convention (…) Je déclare que je combattrai jusqu'à la mort les agents de cette horrible conspiration"38.

  • 39 Ibid., p. 526 (le 26 mai aux Jacobins). Voir aussi, le 29 mai: "Je dis qu’un nouveau despotisme ro (...)

30Deux jours plus tard aux Jacobins, c'est l'appel à la résistance : "Je vous disais que le peuple doit se reposer sur sa force, mais quand le peuple est opprimé, quand il ne lui reste plus que lui-même, celui-là serait un lâche qui ne lui dirait pas de se lever. C'est quand toutes les lois sont violées, c'est quand le despotisme est à son comble, c'est quand on foule aux pieds la bonne foi et la pudeur, que le peuple doit s'insurger. Ce moment est arrivé : nos ennemis oppriment ouvertement les patriotes ; ils veulent, au nom de la loi, replonger le peuple dans la misère et l'esclavage. Je ne serai jamais l'ami de ces homme corrompus…" Le 29 aux Jacobins, Robespierre invite à nouveau le peuple à se lever et la Commune à s'unir au peuple pour résister à l'oppression39.

  • 40 Un jacobin comme Hassenfratz, porte-parole de la Commune et des sections, symbolise l’union du peu (...)
  • 41 M. SLAVIN, The making of an insurrection. Parisian sections and the Gironde, Harvard U.P. Cambridg (...)

31La médiation de la Commune fut décisive dans les journées des 31 mai-2 juin et ne fut pas sans influence sur les suites de l'insurrection. On sait comment le comité insurrectionnel des sections, présidé par Varlet puis par Dobsent, fut élargi le 31 à un comité exécutif de 25 membres, par l'adjonction de commissaires de la Commune et du Département40. Au grand dam des Enragés, les Jacobins ont gardé l'initiative et la direction politique du mouvement qui ne peut dépasser le but fixé par les dirigeants montagnards, imposer à la Convention le décret d'arrestation contre les Girondins dénoncés41.

  • 42 FICHTE, Fondement du droit naturel, op. cit., p. 194.

32Le rôle de Robespierre en mai 1793 - mais on pourrait prendre d'autres exemples - fait naturellement penser au "supplément d'éphorat" envisagé par Fichte, dans le fondement du droit naturel, en cas de défaillance des éphores, des médiateurs qui possèdent l'interdit d'État. Fichte conçoit alors un appel au soulèvement par des "éphores naturels" : ceux-ci dénoncent publiquement l'oppression et appellent le peuple à résister. C'est à "l'éphore de juger si le peuple est suffisamment éveillé à la liberté" : car si la communauté ne se soulève pas, l'éphore est désavoué et puni comme rebelle. C'est que l'oppression n'existe pas ou n'est pas suffisamment perceptible, ou bien "que le peuple ne s'est pas encore éveillé à la volonté de liberté et à l'intelligence de ses droits" et qu'on n'aurait pas dû l'engager à se soulever. Si au contraire leur exhortation au soulèvement est suivie, ils deviennent "par leur courage et leur vertu les sauveurs de la nation" : "leur volonté est, par la volonté déclarée après coups de la communauté, confirmée comme étant la vraie volonté commune"42.

  • 43 Ibid., p. 194.

33Robespierre, grâce à son prestige personnel et à l'autorité morale et politique qu'il exerçait tant à la Convention qu'aux Jacobins, occupait une position charnière dans la Révolution, incarnant tout à la fois la légitimité du système représentatif et le principe de la souveraineté populaire. Inépuisable orateur, il avait le pouvoir d'agir sur les deux registres, pour maintenir l'esprit révolutionnaire dont il était l'interprète. Image du médiateur suprême à l'Assemblée comme aux Jacobins, il est au plein sens du terme l'élu du peuple, l'éphore : "Celui sur lequel se tournent le regard et la confiance du peuple, qui précisément dans l'intérêt de ce choix sublime, remarquera toujours ceux des siens qui sont probes et grands"43.

  • 44 Œuvres complètes, t. 10, p. 476 (le 7 prairial à la Convention).

34Conscient des difficultés qu'engendre le contrôle du pouvoir par l'éphorat, où tout le dispositif repose sur la vertu des éphores, Fichte a tenté de les dépasser avec la théorie de l'éphorat naturel. Les révolutionnaires français s'étaient heurtés aux mêmes difficultés, de Sieyès à Robespierre, sans les résoudre. Contre ceux qui veulent terminer la Révolution, Robespierre incarne jusqu'au bout le principe de la révolution permanente. On ne peut dire pourtant qu'il n'ait pas été conscient des dangers du gouvernement révolutionnaire. Il le dit dans son discours du 7 prairial : "Si la France était gouvernée pendant quelques mois par une législature corrompue, la liberté serait perdue"44. L'obsession de l'unité révolutionnaire avait engendré la fusion des volontés ; la sauvegarde de la liberté ne reposait plus que sur la vertu du législateur philosophe.

  • 45 J. GUILHAUMOU, “La formation d’un mot d’ordre: “Plaçons la Terreur à l’ordre du jour (13 juillet - (...)
  • 46 BUCHEZ et ROUX, Histoire parlementaire de la Révolution française, Paris, 1834-1838, t. XXIX, p. 2 (...)
  • 47 Fragments sur les Institutions républicaines, éd. Soboul, 1952, p. 52.

35Toute médiation disparaît après le 9 thermidor et l'insurrection manquée de la Commune. La "rupture de germinal" avait ouvert la brèche avec la condamnation des magistrats Cordeliers. Le procureur de la Commune et son substitut Hébert étaient depuis le début de 1793 les principaux porte-parole du mouvement révolutionnaire parisien. Leur position stratégique à la Commune et dans les clubs leur donnait une fonction médiatrice entre les sans-culottes et l'assemblée. Qu'on pense au rôle de Chaumette et d'Hébert dans les journées des 4 et 5 septembre ; c'est en s'appuyant sur le mouvement populaire qu'ils font adopter par l'Assemblée les grandes mesures de salut public, notamment l'établissement de l'armée révolutionnaire45. La veille, à la Maison commune, prenant la parole après Chaumette, Hébert avait proposé que le peuple se porte en masse à la Convention, "qu'il l'entoure comme il a fait au 10 août, au 2 septembre et au 31 mai, et qu'il n'abandonne pas ce poste, jusqu'à ce que la représentation nationale ait adopté les moyens qui sont propres pour nous sauver"46. Les magistrats de la Commune, Chaumette surtout, incarnaient la révolution populaire et la résistance démocratique. Après germinal "il ne reste que des bonnets rouges portés par l'intrigue", dira Saint Just47.

  • 48 B. BACZKO, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, 1989.

36Après thermidor, le lieu qui avait servi de point de ralliement depuis le début de la Révolution, mais surtout depuis le 10 août, était vide. C'est à la Maison commune que les sections envoyaient leurs commissaires pour rédiger les pétitions, élaborer un programme, préparer un mouvement révolutionnaire en liaison avec les Jacobins. Robespierre et la Commune incarnaient l'esprit de la Révolution. Mais comme tuer un homme n'est pas tuer un principe, il fallait pour que la dérévolution s'accomplisse, un travail de déconstruction symbolique, en chargeant les magistrats de la Commune de toutes les marques de la barbarie et Robespierre de tous les attributs du despotisme48.

Notes

1 Robespierre à la Convention, le 8 thermidor (Œuvres complètes, t. 10, p. 572).

2 Robespierre qui n’a pas fait partie de la commune insurrectionnelle, siège à l’assemblée des commissaires des sections à partir du 12. Pour tout ce qui concerne l’histoire de la Commune du 10 août, nous renvoyons au livre de F. BRAESCH, La Commune du 10 août 1792, Paris, 1911.

3 J. JAURES, Histoire socialiste de la Révolution française, t. 3, chap. 1.

4 Sur les 24 députés de Paris, 16 avaient fait partie de la Commune du 10 août: Robespierre, Collot-d’Herbois, Robert, Fabre d’Eglantine en avaient été les membres les plus éminents; le corps et le bureau municipal, le parquet et le département de police se trouvaient dégarnis par l’élection de Manuel, Billaud-Varenne, Marat, Raffron du Trouillet, Panis, Sergent, Osselin, Boucher Saint-Sauveur et Thomas. D’autres membres de la Commune lurent élus par les départements: son secrétaire-greffier, Tallien (Seine-et-Oise), Léonard Bourdon (Loiret), Louvet (Loiret), Pétion (Eure-et-Loir), d’autres comme suppléants par le département de Paris: Lulier, Pache, Jean Rousseau.

5 Œuvres complètes, t. 8, Discours, 3e partie, p. 449-457, Adresse des représentants de la Commune de Paris à leurs concitoyens (Conseil général, 1er septembre 1792).

6 Ibid., p. 311 (27 avril 1792, aux Jacobins).

7 Sur le mouvement d’opinion à Paris au printemps 1791, voir notre article “Paris au printemps 1791. Les sociétés fraternelles et le problème de la souveraineté”, A. H. R. F., 1992, no 1.

8 Le 11 juillet, Robespierre invitait dans une adresse les fédérés à venger le sang répandu l’année précédente au Champ de Mars (Œuvres complètes, t. 8, p. 394.)

9 A. AULARD, La société des Jacobins. Recueil de documents pour l’histoire du club des Jacobins de Paris, Paris, 1889-1897, t. IV, p. 196.

10 Œuvres complètes, t. 8. La députation, conduite par Robespierre, se présenta à la Législative le 22 août au soir (Moniteur, XIII, 509). Les nouveaux administrateurs vinrent eux-mêmes à la Commune abjurer le nom de Département, et dire qu’ils n’accepteraient aucun titre que celui de commission des contributions.

11 Ibid, p. 400.

12 Ibid., p. 427.

13 Moniteur, IV, 392, 5 septembre 1792.

14 L’action des envoyés de la Commune dans les départements sera dans les mois qui suivent le cheval de bataille des Girondins. Ces missions, parallèles à celles du pouvoir exécutif et qui dans la majorité des cas avaient son accord, semblaient à tous nécessaires pour ne pas couper Paris des départements. Les attaques de Roland mettaient ses propres commissaires en difficulté; il n’approuvait d’ailleurs pas toujours leur action, quand ils faisaient preuve de trop d’indépendance (Voir par exemple la correspondance de Bonneville et Loyseau, lors de leur mission à Rouen, publiée par P. CARON, La Révolution française, 1932).

15 Nous développons ces aspects du "fédéralisme parisien" dans une communication au colloque Les Fédéralismes (Université de Provence, septembre 1993).

16 F. BRAESCH, op. cit., p. 973 et suivantes.

17 Moniteur, XIV, 253, séance du 19 octobre 1792. Le Mercure Universel, 22 octobre.

18 Moniteur, XIV, 295, séance du 25 octobre 1792.

19 Œuvres complètes, t. 8, p. 418 (discours aux Jacobins, le 29 Juillet 1792).

20 Moniteur, XIV, 392, séance du 5 novembre 1792.

21 Moniteur, XIII, 253, séance du 12 août 1792. Œuvres complètes, t. 8, p. 429-430. Sur la proposition de Delacroix, l’Assemblée décida que le contrôle du Département sur les actes de la Commune ne s’exercerait qu’en matière de contributions, séquestres des biens des émigrés, domaines nationaux et autres objets d’administration générale. Voir aussi à ce sujet la discussion du 22 août (Moniteur, XIII, 509).

22 A. AULARD, op. cit., t. IV, p. 193; Œuvres complètes, t. 8, p. 428.

23 Ibid., t. 9, p. 457-458, p. 468. Robespierre marque ainsi ses distances avec le projet de Condorcet. Rousseau, dans ce domaine s’était montré prudent. Il reconnaissait la légitimité de la rupture: “Il n’y a dans l’État aucune loi fondamentale qui ne se puisse révoquer, non pas même le pacte social; car si tous les citoyens s’assembloient pour rompre ce pacte d’un commun accord, on ne peut douter qu’il ne fût légitimement rompu.” Mais il remarquait que ces changements sont toujours dangereux: “Il est vrai qu’on ne saurait, en pareil cas, observer avec trop de soin toutes les formalités requises pour distinguer un acte régulier et légitime d’un tumulte séditieux, et la volonté de tout un peuple des clameurs d’une faction” (Du Contrat social, Livre III, chap. XVIII).

24 D’après l’analyse de M. PERTUE sur “Les projets constitutionnels de 1793”, au colloque de Paris I, Révolution et République. L’exception française (septembre 1992).

25 Voir P. CATALANO, Tribunato e resistenza, Torino, 1971.

26 J.G. FICHTE, Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science, éd. française présentée par A. Renaut, Paris, PUF, 1984.

27 Du Peuple et des rois, par LA VICOMTERIE, Paris, 1790, in 8°, XX, 132 p. (B.N., Lb39 4285).

28 Ibid., p. 25-27. Moniteur, XXII, 193-196, discours prononcé le 17 vendémiaire an III. Essai sur la morale calculée, Paris, Imp. nat., an III, in 8°, 11 p. (B.N., Le 38 985). Pour La Vicomterie, le ressort de la vertu des citoyens reposerait sur leur intérêt bien compris.

29 Le Vieux Tribun, p. 363, 374-375. Voir R. MONNIER, "Nicolas de Bonneville tribun du peuple", Langages de la Révolution française. 1770-1815, Colloque de Saint-Cloud, septembre 1991.

30 Fondement du droit naturel, p. 194-197. Voir A. RENAUT, Le système du droit. Philosophie et droit dans la pensée de Fichte, Paris, 1986, p. 398-401.

31 Œuvres complètes, t. 9, p. 495-510.

32 L’article 34 de la déclaration des droits de Robespierre porte que "le peuple a le droit de connaître toutes les opérations de ses mandataires; ils doivent lui rendre un compte fidèle de leur gestion, et subir son jugement avec respect.

33 L’arrêté signé de Robespierre, président, est publié dans Œuvres complètes, t. 8, p. 443-444 (voir aussi p. 424, son intervention le 1er août aux Jacobins). Les sections s’étaient prononcées contre les corps électoraux, mais elles durent se résoudre à désigner des électeurs, car les assemblées primaires étaient trop proches pour pouvoir faire adopter le suffrage direct.

34 Œuvres complètes, t. 8, p. 308-309.

35 Le 8 mai à la Convention, puis aux Jacobins, Robespierre demande des mesures de salut public pour mettre Paris en défense: “Nous avons à combattre la guerre extérieure et intérieure. La guerre civile est entretenue par les ennemis de l’intérieur. L’armée de la Vendée, l’armée de la Bretagne, et l’armée de Coblentz sont dirigées contre Paris, cette citadelle de la liberté. Peuple de Paris, les tyrans s’arment contre vous, parce que vous êtes la portion la plus estimable de l’humanité…” (Œuvres complètes, t. 9, p. 488). Sur le rôle de Paris, voir R. MONNIER, “L’image de Paris de 1789 à 1794: Paris capitale de la Révolution”, L’image de la Révolution française, Pergamon Press, 1989, I, p. 73-82.

36 Moniteur, XVI, 156, 199.

37 Œuvres complètes, t. 9, p. 492 (discours aux Jacobins).

38 Ibid., p. 521-523.

39 Ibid., p. 526 (le 26 mai aux Jacobins). Voir aussi, le 29 mai: "Je dis qu’un nouveau despotisme royal va s’élever sur les cadavres des patriotes (…) Je dis que, si le peuple ne se lève pas tout entier, la liberté est perdue (…) Je dis que si la Commune de Paris ne forme pas avec le peuple une étroite alliance, elle viole le premier de ses devoirs (…) Je dis que, dans la crise où nous nous trouvons, la municipalité doit résister à l’oppression (…) Lorsqu’il est évident que la patrie est menacée du plus puissant des dangers, le devoir des représentants du peuple est de mourir pour la liberté ou de la faire triompher." (Ibid., pp. 537-538).

40 Un jacobin comme Hassenfratz, porte-parole de la Commune et des sections, symbolise l’union du peuple et des autorités constituées. Membre de la Commune et du comité central révolutionnaire, il est à la tête de la députation du 1er juin à la Convention: "La journée du 31 mai, dit-il, ne verra pas répandre de sang, parce que le peuple et les autorités constituées sont réunis de sentiments." (Moniteur, XVI, 544).

41 M. SLAVIN, The making of an insurrection. Parisian sections and the Gironde, Harvard U.P. Cambridge, London, 1986.

42 FICHTE, Fondement du droit naturel, op. cit., p. 194.

43 Ibid., p. 194.

44 Œuvres complètes, t. 10, p. 476 (le 7 prairial à la Convention).

45 J. GUILHAUMOU, “La formation d’un mot d’ordre: “Plaçons la Terreur à l’ordre du jour (13 juillet - 5 septembre 1793)”, Bulletin du centre d’analyse du discours de Lille III, Lille, P.U.L., 1981.

46 BUCHEZ et ROUX, Histoire parlementaire de la Révolution française, Paris, 1834-1838, t. XXIX, p. 28.

47 Fragments sur les Institutions républicaines, éd. Soboul, 1952, p. 52.

48 B. BACZKO, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, 1989.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

Auteur

I.H.R.F. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter