Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

1. Entre Provinces et Paris, les enjeux locaux et la Révolution

Du parrainage d'un enfant du peuple aux conciliabules de Charenton : itinéraire d'une amitié chez Robespierre

Sabine Dupuy

Texte intégral

1Cette recherche va permettre d'extraire du creuset de l'anonymat quelques obscurs personnages, rattachés de près ou de loin à l'incorruptible et de cerner l'un de ces réseaux qui interviennent dans l'exercice du pouvoir révolutionnaire.

  • 1 A. N., F 7 4436 A, plaquette 4, no 130.

2En consultant la “liste des patriotes aiant des talens plus ou moins"1 établie par Robespierre, on s'étonne de voir figurer, aux côtés d'un Lebas ou d'un Fouché, quelques personnages - bouchers, limonadiers ou menuisiers - sans grande envergure intellectuelle et analphabètes pour certains. C'est qu'il ne s'agit pas ici de la constitution d'une élite républicaine, sélectionnée selon certains critères culturels et selon son aptitude à gouverner, mais du recrutement des forces vives de la Nation, mues par l'unique et sincère désir de servir une jeune et encore fragile République. A travers cette liste anodine dressée de la main de Robespierre, c'est le profond clivage entre Girondins et Montagnards qui s'exprime, les uns prônant la très sélective et très aristocratique "République des talents", les autres le très démocratique "critère du cœur républicain" dont l'incorruptible souligne l'importance dans son discours du 8 thermidor : "Je sens que partout où l'on rencontre un homme de bien, en quelque lieu qu'il soit assis, il faut lui tendre la main et le serrer contre son cœur".

  • 2 A. D. Eure, Évreux, 27.
  • 3 A. D., Hauts-de-Seine, 1 MI EC.

3Parmi les obscurs personnages choisis par l'incorruptible pour leurs vertus civiques, je présenterai un certain François-Pierre Deschamps, marchand mercier à Paris, promu agent de la Commission du commerce et des subsistances, puis aide de camp du général Hanriot. Nous assisterons à la naissance d'une amitié entre le conventionnel et le mercier, amitié vite élargie par le jeu des réseaux d'alliance et de clientèle qui se développèrent à partir de ce premier noyau de fraternité. François-Pierre Deschamps naquit à Réville, dans l'Eure, le 31 janvier 17652. Vingt et un ans plus tard, nous le retrouvons à Paris. En 1786, ayant épousé la fille d'un cordonnier de Fontenay-aux-Roses, Catherine Henri3, le jeune couple emménage rue de Béthisy dans le quartier Saint-Germain-l'Auxerrois où Deschamps tient une mercerie à l'enseigne du "Grand Mogol". Les circonstances de sa première rencontre avec Robespierre méritent d'être rapportées tant elles sont touchantes et traduisent le prestige et la popularité croissants dont jouissait alors l'incorruptible. Le 31 janvier 1792, Robespierre, alors grand accusateur public du Tribunal criminel du Département de Paris depuis la fin de la Constituante, reçut d'un porteur une lettre dont le contenu ne manque certainement ni de le flatter par son ton dithyrambique, ni de le toucher par l'émouvante requête qu'elle comportait :

  • 4 A. N., F 7 4435, plaquette 6, pièce 35.

"C'est un citoyen admirateur de vos vertus et de votre patriotisme, qui lui-même est et se fera toujours gloire d'être dans vos principes, qui prend la liberté de vous écrire et de vous prier, en cette qualité, de vouloir bien lui faire l'honneur de donner sur les fonts de baptême un nom si cher à la patrie qu'est le vôtre, et qui a défendu l'innocence avec tant d'énergie, à un innocent qui me va naître et que j'espère élever pour l'État, sous les auspices d'un parein qui a donné tant de preuves de sa capacité, de son patriotisme et enfin de toutes les vertus que l'on peut attendre du zèle et de la probité d'un législateur incorruptible et dont le nom est, et sera en vénération dans tous les siècles présents et futurs. J'ose espérer cette grâce du restaurateur de la liberté française et c'est la plus grande marque que puisse donner un ami de cette même liberté à son concitoyen de qui la reconnaissance égalera les sentiments de fraternité avec lesquels je suis très sincèrement, Monsieur, votre très humble serviteur et frère Deschamps, membre du Club des Cordeliers et Md. mercier soldat citoyen rue de Béthisy au grand Mogol"4.

  • 5 A. N., F 7 4775 48 - Vincent Antoine-Joseph - Taillandier à Fontenay-aux-Roses.

4Robespierre ne repoussa pas la requête de Deschamps et fut parrain de l'enfant. Comme c'était un garçon, il reçut le prénom de Maximilien-François. Ce jour-là, il fit connaissance avec la marraine du nouveau-né nommée Rosalie Vincent, jeune fille de Fontenay-aux-Roses liée par sa famille à la femme de Deschamps, native de cette même commune5. Durant la réaction thermidorienne, Rosalie et sa famille, convaincues de rapports avec le "dernier tyran", subirent l'interrogatoire de rigueur. L'une de ses sœurs s'expliqua sur les circonstances de ces liaisons et vint tout naturellement à parler du baptême :

  • 6 A N., F 7 4775 48 - idem.

"La connaissance de Deschamps nous vient de sa femme née à Fontenay-aux-Roses et il y a environ 28 mois que Deschamps a prié Robespierre de lui tenir son enfant sur les fonts de baptême, mais comme Robespierre ne voulait se charger d'aucune cérémonie, Deschamps pria ma sœur Rosalie de vouloir tenir son enfant sur les fonts de baptême avec Robespierre, lequel n'a osé refuser (…)"6

  • 7 Rapport Courtois, p. 84.

5Le noyau central Deschamps - Robespierre s'élargira progressivement par le jeu des liaisons et des alliances. D'obscurs personnages, délégués par Robespierre, peut-être occasionnellement chargés de missions de sa part, vont former un de ces réseaux de clientèle dont l'action modeste ne devrait cependant pas être sous-estimée. En février 1793, François-Pierre Deschamps, alors agent de la Commission du commerce et des subsistances, fut chargé de la fourniture des bas pour l'administration de l'habillement et de l'équipement de la République. Enrichi par cette fonction lucrative, il loua l'ancien hôtel seigneurial d'un fief dit "de l'Image" avec toutes ses dépendances, à Maisons-Alfort dans l'actuel Val-de-Marne où il établit sa femme et Rosalie Vincent, marraine de son dernier né. Durant la réaction thermidorienne, la société populaire de Maisons-Alfort adressa au Comité de sûreté générale un féroce libelle pour dénoncer de prétendues orgies auxquelles se seraient livrées Deschamps, Robespierre et leurs complices dans la maison de campagne de l'ex-marchand mercier. Cet écrit diffamatoire rapporte aussi que "Deschamps étoit chargé de missions importantes de la part de Robespierre son compère et son ami intime ; il avoit été à Orléans de sa part, et de son autorité il avoit fait arrêté beaucoup d'individus membres des autorités constituées (…) qu'il avoit envoyés à Paris pour être guillotinés"7.

6Bien que le but ici visé fût de toute évidence de perdre Deschamps en le convainquant de liaison avec le "dernier tyran" et en en exagérant l'intimité, on peut toutefois se rendre compte, à la lumière de quelques pièces d'archives, qu'il remplissait effectivement de temps à autre certaines fonctions spécifiques auprès de Robespierre, comme le rapporte par exemple la séance des Jacobins du 13 thermidor an II :

  • 8 F.A. AULARD, La société des jacobins, Paris, 1889-1897, t. 6, p. 302-303.

"Plusieurs citoyennes d'Orléans sont venues à Paris pour y réclamer la justice due à leurs époux, (…) victimes de quelques assassins répandus en cette commune. (…) Un membre instruit la Société que le scélérat qui est allé chercher à Orléans les infortunés citoyens, est Deschamps, infâme valet du moderne Catalina, et comme lui mis hors la loi"8.

7On retiendra encore le témoignage, non daté, d'un certain Jean Preslin, juré au Tribunal révolutionnaire, qui s'opposa à Deschamps lors de l'arrestation, injustifiée semblerait-il, d'un juge de paix à Livry en Seine-et-Oise dont il prit la défense :

  • 9 A. N., F 7 4774 82 - Preslin Jean - tailleur, juré au Tribunal révolutionnaire.

"Le membre du Comité révolutionnaire de l'Observatoire (…) fut l'un des commissaires, Deschamps fut l'autre. (…) Quel fut mon étonnement lorsque je vis l'un d'eux à cheval, c'était Deschamps précédant une force armée. Je marquai à Deschamps mon mécontentement et l'inutilité de cet appareil militaire. (…) A ces mots, il se retourna avec vivacité et me dit : si je conduis cette force, c'est que le Comité de Sûreté générale est instruit des propos tenus par les auteurs de ces troubles, au surplus retire-toi si tu veux, mais je rendrai compte au Comité de ton modérantisme plus propre à m'entraver qu'à m'aider. (…) Arrivé à Livry, Deschamps voulait faire arrêter beaucoup de monde, il en avait le pouvoir puisque l'ordre écrit et verbal était illimité. (…) Quatre cents personnes furent également arrêtées. (…) Si je n'ai pu les arracher à la fureur de Deschamps, j'ai la satisfaction intérieure (…) d'avoir empêché que ces personnes ne fussent traduites au Tribunal révolutionnaire en retardant l'envoi des pièces plusieurs fois réclamées par Lebas (…) et par Deschamps qui voulait, disait-il, les remettre à Fouquier-Tinville"9.

  • 10 A. N., F 7 4436 A, plaquette 8, pièce 327.

8Enfin, une commission du 1er messidor an II, émanant du Comité de Salut public et respectivement signée par Robespierre, Couthon et Barrère, chargea "le citoyen Deschamps (…) de se rendre sur le champ à Rouen, pour y arrêter Charles Ferquet [ ? peu lisible], sa sœur (…) et de les transférer à Paris sous bonne garde"10.

  • 11 A. N., W 79, Dossier no 7 - Pièce relative aux nommés Deschamps et Pilon.

9Je citerai en dernier lieu la déclaration d'un certain citoyen Quinion, agent national du district de Boulogne-sur-Mer, datée du 25 messidor an II, reproduisant une conversation qu'il eut avec Deschamps, chargé avec un collègue de "faire emplette dans ce district de 10 ou 12 mille paires de chaussettes de fil pour les élèves de l'École de Mars". "On parle des Jacobins. Je [le citoyen Quinion] lui dis que cette société marche toujours droit, que c'est là où Couthon, Robespierre, Collot d'Herbois vont parler avec la plus grande confiance contre ceux qui voudraient attaquer la conduite des membres des comités de Salut public et de Sûreté générale (…). Non, me dit Deschamps, ne crois pas que dans la société des Jacobins, il y ait tous patriotes de la bonne trempe, il y en a plus d'un encore qui ne sont que des êtres nuis, des liseurs de gazettes, des hommes peu capables de résister dans un moment critique au choc des factieux. (…) Remarquez que Pillon, collègue de Deschamps ne disait rien que des oui et des non. Tout à coup, j'entends ce dernier faire un éloge pompeux de Robespierre, que ce représentant était malheureux, que le Comité même avait un ennemi dans son sein. (…) Je l'invitai [Deschamps] alors à me donner ce membre du Comité. Hé bien, dit-il, c'est Carnot. C'est un foutu gueux qui reste la nuit au Comité pour être à portée d'ouvrir tous les paquets (…). Ho, il y en a bien d'autres, dit-il… Legendre est cerné. Tallien est un gueux, Bourdon de l'Oise ne vaut pas mieux"11.

  • 12 A. N., W 79, Dossier no7 - idem.

10Si le dessein de Robespierre fut ici de renforcer sa propagande par le biais d'une campagne de discrédit jeté sur certains de ses collègues du Comité de Salut public, utilisant ceux-ci comme faire-valoir, l'effet escompté, loin de se produire, aboutit même au résultat inverse. Quinion, heureux de pouvoir exercer à l'occasion son zèle révolutionnaire, s'empressa d'écrire audit Comité pour lui rendre compte de "(…) la conduite quelquefois irréfléchie (…) de certains commissaires qui se répandent dans les départements", il déclare : "Vous jugerez, Citoyens Représentants, quelle a du être ma position. Un individu que je ne connais pas, qui ne me connaît sans doute pas non plus, s'annonce comme initié dans les secrets du gouvernement et s'en vient les révéler dans la conversation !"12

11Quoi qu'il en soit, en dépit de ses maladresses, Deschamps figurait à la 64e place sur la "liste des patriotes aiant des talens plus ou moins", rang honorable sur les 108 noms relevés.

12Que Robespierre se lie à Deschamps par snobisme à rebours afin de palper tangiblement le cœur du peuple et de s'imprégner de cette jovialité si étrangère à sa nature et à son éducation demeure compréhensible. Mais on s'étonnera qu'il puisse placer une confiance aussi absolue en un simple boutiquier au patriotisme outrancier au point de l'investir des pleins pouvoirs. Au-delà de vagues raisons invoquées, comme le manque d'information, la négligence, la lassitude, l'opportunisme politique ou encore le sentimentalisme naturaliste à la mode de Jean-Jacques Rousseau, la fréquentation de cet entourage n'est pas le fruit d'un pur hasard. Il s'agirait bien au contraire d'un choix délibéré de Robespierre, selon ce que je serais tentée de nommer le "critère du cœur républicain". En ce cas, la grossièreté extérieure des individus importe moins que leur sincérité et leur ardeur républicaine. C'est tout à la fois un principe et une technique de recrutement qui se retrouvent dans l'élaboration d'un réseau de clientèle cerné dans l'espace restreint de la banlieue sud-est de Paris.

  • 13 A. N., F 7 4775 16 - Segas Pierre-Louis.

13Nous avons fait connaissance avec la famille Vincent à travers Rosalie, marraine de Maximilien Deschamps. En l'an II, les Vincent étaient établis à Fontenay-aux-Roses où Antoine-Joseph, chef d'une famille de quatre enfants, était taillandier. En 1790, François-Pierre Deschamps lia connaissance avec un certain Pierre-Louis Segas, perruquier à Fontenay-aux-Roses. En 1793, alors agent de la Commission du commerce et des subsistances, Deschamps l'employa comme commis pour la tenue de "la correspondance des fabriques de bas"13. C'est d'ailleurs par l'intermédiaire de Deschamps, devenu aide de camp, que Segas reconnaîtra, après thermidor, avoir connu Hanriot chez lequel il passait quelquefois prendre le cheval de son employeur. Sachons pour la petite histoire que ce même Hanriot aurait demandé la main de Rosalie Vincent qui l'aurait éconduit. Segas, pour sa part, connaissait Jean Preslin, tailleur, juré au Tribunal révolutionnaire et parrain d'un enfant du commis de Deschamps. Citons pour mémoire le passage de Preslin à Livry lors de l'arrestation arbitraire d'un juge de paix par Deschamps.

14À travers les lettres de dénonciation émanant des communes de Fontenay-aux-Roses et de Maisons-Alfort où Deschamps avait loué une maison de campagne, il est facile de reconstituer les maillons de cette chaîne d'informateurs que l'imaginaire thermidorien transforma en un réseau d'intrigants et d'espions à la solde du "monstre". Du cœur du réseau - entendez Robespierre - des maillons graduels et hiérarchisés conduisent à Hanriot, employant Deschamps, celui-ci employant Segas, ce dernier rassemblant à ses côtés quelques compatriotes de Fontenay-aux-Roses dénoncés au Comité de Salut public par cette même commune en ces termes :

  • 14 A. N., F 7 4627 - Buisson Thomas - membre du Comité révolutionnaire de Fontenay-aux-Roses.

"Thomas Buisson, Antoine Bonnejean et Antoine Droupy, membres du Comité de Surveillance de notre commune, (…) n'ont cessé de commettre les actes les plus arbitraires et les plus tyranniques ; (…) les liaisons, connivences et communications fréquentes et presque journalières de ces individus avec le nommé Segas fils, agent stipendié de Robespierre et espion patenté et titré de Hanriot et Deschamps son aide de camp, ne laissent aucun doute sur leur intelligence et leur complicité (…)"14.

  • 15 A. N., F 7 3056 - Buisson Thomas - membre du Comité révolutionnaire de Fontenay-aux-Roses.
  • 16 A. N., F 7 4627 6 - Buisson Thomas - idem; A. N., F 7 3056 - Buisson Thomas - idem.

15Antoine Droupy tenait à Fontenay une épicerie où se réunissaient régulièrement Vincent, père de Rosalie, Bonnejean et où venaient les rejoindre Deschamps et Segas lorsqu'ils passaient au village. Rosalie décrit l'atmosphère très joviale de ses réunions où "l'on prenait des rafraîchissements ; où l'on faisait de bonnes collations et où se mangeaient de copieuses matelotes". C'est aussi chez Vincent "que l'on allait lire les journaux et débiter les nouvelles"15. Un cultivateur de la commune rapporte que "toutes les fois que Deschamps ou Segas et souvent tous les deux ensemble arrivaient à Fontenay, ils se rendaient alternativement chez Droupy et chez Vincent ; que Antoine Bonnejean, membre du Comité y accourait aussitôt et que là ils tenaient leurs conciliabules (…). Vincent, Segas, Deschamps, Antoine Bonnejean se rendaient chez Droupy, où l'on faisait de copieux et amples déjeuners". Thomas Buisson qui, pour sa part, ne semble point s'être mêlé à ces agapes, entretenait cependant une étroite liaison avec Segas qui, d'après le témoignage d'un voisin, "ne manquait jamais de le visiter à toute sorte d'heure, et d'avoir avec lui de très longues conférences"16.

  • 17 A. N., F 7 4775 16 - Segas Pierre-Louis.

16Sans aller jusqu'à tenir tous ces individus pour des espions à la solde de Robespierre, suivant les délations thermidoriennes, il est probable qu'ils remplissaient auprès de lui le rôle d'informateurs, l'instruisant régulièrement de l'état des communes qui leur étaient familières ; Segas fut, par exemple, chargé de la surveillance "de la faction d'Hébert et tout ce qui s'est fait ensuite"17. Les relations sont entretenues par le jeu des invitations et visites réciproques et aussi par de petits cadeaux offerts. Selon Rosalie Vincent, Deschamps va souvent chez Robespierre, rue Saint-Honoré. Elle-même y alla deux fois, dont une fois pour dîner. Elle fit présent à Robespierre d'un pot de "cailler", c'est-à-dire de yaourt. A son tour, Segas se présente chez Maximilien pour lui porter un pot de confiture. Robespierre passe à Maisons-Alfort pour rendre visite à Deschamps malade.

  • 18 Le Moniteur, 6 septembre 1794.

17Il convient de connaître le sort de ces quelques personnages qui tremblèrent pour leur vie au lendemain du 9 thermidor. Vincent et sa famille, arrêtés le 21 thermidor, furent libérés dès le mois suivant ainsi que Segas. Quant à Buisson, Bonnejean et Droupy, nulle trace de procès-verbal d'interrogatoire ne fut retrouvée à leur sujet et ils retournèrent à un anonymat salutaire. Deschamps, quant à lui, fut reconnu criminel envers le pouvoir légitime de la Convention, contre lequel il s'était insurgé dans la nuit du 9 au 10 thermidor et il fut exécuté le 5 fructidor an II18.

  • 19 J.A. DULAURE, Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, depuis les premiers temps (...)
  • 20 A. CHENAL, Histoire de Maisons-Alfort et d’Alfortville depuis les temps les plus reculés jusqu’à n (...)
  • 21 Habitations des personnages les plus célèbres de France depuis 1790 jusqu’à nos jours, dessinées d (...)

18La recomposition de ce réseau confère-t-elle une quelconque crédibilité à la tradition vivace jusqu'à nos jours à Maisons-Alfort, selon laquelle Robespierre aurait séjourné dans cette commune ? Cette tradition est avalisée par l'historien Dulaure qui note : "Robespierre a possédé quelque temps une habitation à Maisons"19, puis par Amédée Chenal, maire de Maisons-Alfort à la fin du siècle dernier20. Enfin, une lithographie, extraite d'un recueil de gravures exécutées dans les années 1830, représente une maison villageoise avec, en légende, "Maximilien Robespierre à Maisons-Alfort"21. Il s'agit probablement de la ferme de Deschamps, hôte passager de l'incorruptible. Au nom trop insignifiant du réel locataire se serait vite substitué celui de Robespierre, dont les brefs séjours au village de Maisons auraient néanmoins marqué ses habitants d'une profonde empreinte.

  • 22 Souvenirs thermidoriens, Paris, 1844, 2 vol., t. 1, p. 167.

19Il ne serait pas exclu que Maisons-Alfort ait constitué pour Maximilien non pas un lieu de résidence fixe, mais plutôt un pied-à-terre offrant le double avantage de la quiétude champêtre, favorable au recueillement et à la réflexion, et de l'isolement, propice à la tenue de quelques réunions secrètes - ces fameux conciliabules si chers à l'imaginaire révolutionnaire. Faisant écho à l'opinion thermidorienne, prêtant à Robespierre une lâcheté sans mesure, Georges Duval, l'un des meneurs de la "jeunesse dorée" n'écrivit-il pas dans ses souvenirs : "Robespierre, aussi lâche que cruel, n'avait jamais su payer de sa personne ; parce qu'à l'approche de toutes les grandes crises révolutionnaires qu'il avait provoquées, il s'était toujours tenu à l'écart, attendant obscurément caché dans quelque coin reculé d'un faubourg ou d'un village aux environs de Paris, que les dieux en eussent décidé"22. L'imagerie thermidorienne du "chat-tigre" embusqué dans sa tanière, bien qu'outrée, se serait cependant peut-être inspirée d'un fait réel, par la suite déformé et interprété au goût du jour.

  • 23 A. N., F 7 4774 82 - Preslin Jean.

20La tradition, vivace à Maisons-Alfort, affirmant le séjour de Robespierre en cette commune en recoupe précisément une autre, plus largement diffusée car directement liée aux fameuses journées révolutionnaires du 31 mai et 2 juin 1793, à savoir, les Conciliabules de Charenton. Une lettre de dénonciation portée contre Jean Preslin, précédemment cité, fait état de ces conciliabules et en situe contre toute attente le déroulement dans la maison de Deschamps à Maisons-Alfort. On peut lire en effet : "Il n'est aucun bon citoyen parmi nous qui ne sache que Preslin a assisté aux conspirations nocturnes de Charenton dans la maison de son ami Déchams, où ces scélérats préparèrent la journée du 31 mai"23. La lettre est datée du 25 germinal an III et signée par un certain Caillou, dont l'identité n'a pu être précisée. Il se peut que Caillou, lié de près ou de loin à Preslin, ait entendu parler du village de Maisons où se serait rendu de temps à autre ce dernier, chez "son ami Déchams". Cette région du sud-est parisien ne lui étant pas nécessairement familière, le dénonciateur aurait très bien pu confondre Charenton et Maisons que l'administration locale nommait d'ailleurs Maisons-près-Charenton ou même Maisons-Charenton du nom du canton auquel le village était rattaché.

21Quoi qu'il en soit, mon objet n'est pas d'examiner la véracité de la dénonciation du citoyen Caillou ni le bien-fondé de ces Conciliabules souvent rangés au nombre des fables girondines, mais d'offrir une variante de ces derniers et un aboutissement à l'itinéraire amical de François-Pierre Deschamps et Maximilien Robespierre.

Notes

1 A. N., F 7 4436 A, plaquette 4, no 130.

2 A. D. Eure, Évreux, 27.

3 A. D., Hauts-de-Seine, 1 MI EC.

4 A. N., F 7 4435, plaquette 6, pièce 35.

5 A. N., F 7 4775 48 - Vincent Antoine-Joseph - Taillandier à Fontenay-aux-Roses.

6 A N., F 7 4775 48 - idem.

7 Rapport Courtois, p. 84.

8 F.A. AULARD, La société des jacobins, Paris, 1889-1897, t. 6, p. 302-303.

9 A. N., F 7 4774 82 - Preslin Jean - tailleur, juré au Tribunal révolutionnaire.

10 A. N., F 7 4436 A, plaquette 8, pièce 327.

11 A. N., W 79, Dossier no 7 - Pièce relative aux nommés Deschamps et Pilon.

12 A. N., W 79, Dossier no7 - idem.

13 A. N., F 7 4775 16 - Segas Pierre-Louis.

14 A. N., F 7 4627 - Buisson Thomas - membre du Comité révolutionnaire de Fontenay-aux-Roses.

15 A. N., F 7 3056 - Buisson Thomas - membre du Comité révolutionnaire de Fontenay-aux-Roses.

16 A. N., F 7 4627 6 - Buisson Thomas - idem; A. N., F 7 3056 - Buisson Thomas - idem.

17 A. N., F 7 4775 16 - Segas Pierre-Louis.

18 Le Moniteur, 6 septembre 1794.

19 J.A. DULAURE, Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, depuis les premiers temps historiques jusqu’à nos jours, Paris, 1825, 7 vol., t. 6, p. 177.

20 A. CHENAL, Histoire de Maisons-Alfort et d’Alfortville depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, 1898, p. 109.

21 Habitations des personnages les plus célèbres de France depuis 1790 jusqu’à nos jours, dessinées d’après nature par A. RÉGNIER et lithographie par CHAMPIN, vers 1832.

22 Souvenirs thermidoriens, Paris, 1844, 2 vol., t. 1, p. 167.

23 A. N., F 7 4774 82 - Preslin Jean.

Auteur

A.R.B.R.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter