Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

1. Entre Provinces et Paris, les enjeux locaux et la Révolution

Le mot Nation chez Robespierre

Annie Geffroy

Texte intégral

"On a défini cyniquement, mais non improprement, une 'nation' comme étant 'une société unie par une erreur commune quant à son origine, et par une aversion commune à l'égard de ses voisins". (Julian Huxley, Nous les Européens, Paris, Éd. de Minuit, 1947, p. 22 ; en anglais 1935)

  • 1 Probablement un humoriste anglais, mais lequel ? "erreur" était déjà dans la définition de Renan e (...)

1Je ne sais pas qui est le on invoqué par J. Huxley1, mais la formule cerne bien ce signifiant problématique qu'est le mot nation, incontestable vedette de la période révolutionnaire. Elle m'a donc servi de guide pour l'exploration d'un mot, d'un signifiant très sensible encore aujourd'hui (mais a-t-il jamais cessé de l'être ?). Je voudrais ébranler l'idée trop courante qu'en parlant, en écrivant, on dit ce qu'on veut et on sait ce qu'on dit. Ou celle, corollaire, que le discours n'est que le véhicule de la pensée de son auteur. Celle-ci existe bien sûr, mais étudier le discours n'est pas la même chose qu'étudier la pensée ! Mon objet est ici le mot nation, et je voudrais montrer que l'utilisation en discours d'un mot de la langue n'est jamais la simple application d'une définition.

  • 2 Les 12 premiers discours (codes 101 à 112), viennent de la base de données textuelles Frantext, co (...)

2Pour tenter de définir l'idéologie de Robespierre, j'ai constitué un corpus de 22 discours, échelonnés de 1789 à 1794. Ce corpus, enregistré sur support informatique2, est résumé dans le tableau 1.

Tableau 1 : Le thème national dans le corpus Robespierre (Robespierre, 22 discours, 1789-1794 dans Œuvres complètes)

Tableau 1 : Le thème national dans le corpus Robespierre (Robespierre, 22 discours, 1789-1794 dans Œuvres complètes)
  • 3 Logiciel de concordances écrit par Majid Sekhraoui. Hugues de Saint-Chef fit exécuter, vers 1240, (...)

3Le premier discours, VETO, contre le projet de veto royal (Œuvres complètes, t. 6, p. 86-95), est publié en septembre 1789. Il compte, en 105 phrases, 4325 occurrences (les mots du texte) de 1198 formes différentes (son vocabulaire, non-lemmatisé). Suivent, pendant la Constituante, trois discours, sur les biens communaux d'Artois, sur le rattachement d'Avignon à la France, contre le marc d'argent. Les 4 discours contre la guerre, (GER 1 à 4), sont prononcés au Club des Jacobins. À la Convention, Robespierre intervient notamment sur les subsistances, lors du procès de Louis XVI (ROI 1 et 2), sur le projet de constitution. En juillet 1793, il entre au Comité de salut public. Il rapporte, au nom de celui-ci, sur la politique extérieure et propose une “réponse au manifeste des rois ligués contre la République" (PEXT et RMAN, novembre et décembre 1793).Suivent les rapports sur les principes du gouvernement révolutionnaire (PGVR), sur les principes de morale politique (PMPO), sur les institutions religieuses et morales et les fêtes (IRMF), et l'allocution "au peuple réuni pour la fête de l'Être suprême". Entre ces textes, des discours ou projets de discours "contre les factions" (FAC 1 à 3). Son dernier discours, THER, est lu à la Convention puis aux Jacobins le 8 thermidor an II/26 juillet 1794. L'ensemble du corpus compte 136233 occurrences et fournit un vocabulaire de 10611 formes différentes. Parmi celles-ci, 7 sont formées sur un même radical : le substantif nation(s), l'adjectif avec ses 4 formes, le verbe nationaliser. Elles totalisent 449 occurrences. Pour les étudier de près, un instrument est nécessaire, et presque suffisant : le logiciel Saint-Chef3 découpe, trie, classe et ré-agence, selon différents critères, les mots du corpus entourés de leurs contextes. Avant de commenter quelques-uns des résultats (tableaux 2 à 4). survolons l'état du vocabulaire "national" vers 1780.

La famille morphologique de nation

4Et d'abord, pourquoi la famille morphologique ? Parce qu'elle comporte une séquence sonore unique, et c'est, que nous en soyons conscients ou non, la répétition, cette perception du même, qui organise la compréhension. Priorité donc au signifiant, pour nous ici le mot graphique. Le mot "est en relation", mais ne se confond ni avec le signifié (l'idée, le concept, le sens), ni avec la référence aux objets du monde éventuellement désignés par le mot. Il n'y a pas toujours parallélisme entre ces trois domaines.

5Pas de malentendu : de ce qu'un mot n'existe pas, je ne déduirai pas que l'idée ou la "chose" manque. Et, quand un mot existe, son sens peut parfaitement changer sans que le mot bouge, ne serait-ce que par le changement de l'environnement historique ! Les dictionnaires de langue nous renseignent sur ces mutations, non homothétiques, du signifiant et du signifié. Mais on peut parier que, si quelque chose bouge dans une famille de mots, c'est sûrement l'indice de changements de sens. Ainsi, l'apparition d'un néologisme de forme réagit sur tout le champ sémantique antérieur et attire l'attention sur des mutations du sens.

6Je commencerai donc par la question suivante : dans la famille morphologique de nation, quels changements observe-t-on autour des années 1780 ?

  • 4 Anti-national est plus récent, mais on le trouve depuis 1743. Le corpus Robespierre en présente 1 (...)

7La langue française connaît depuis longtemps (XIIIe siècle) le substantif nation, et l'adjectif national4. A partir de l'intronisation du syntagme "assemblée nationale" le 17 juin 1789, l'adjectif est mis à toutes les sauces et devient une véritable mode lexicale, saluée par les uns et dénoncée par les autres. Et on voit apparaître deux néologismes importants :

  • lèse-nation date, jusqu'à plus ample informé, du 22 juillet 17895. On le trouve presque uniquement dans l'expression "crime de lèse-nation", présente 4 fois dans le corpus Robespierre (les occurrences ont été regroupées sous nation dans le tableau 1. Ce néologisme est calqué sur lèse-majesté. Nation, dans ce syntagme, concurrence/remplace donc la majesté en question, la majesté royale, celle d'une personne. C'est au même processus de substitution paradigmatique qu'il faut faire référence pour comprendre les valeurs du fameux slogan "vive la nation". Entendu - mais était-ce la première fois ? - sur le parcours de Versailles à Paris le 17 juillet 1789, il rivalise avec "vive le roi"6.
  • nationaliser apparaît en 1792. Pas avant à ma connaissance, et c'est curieux. Dans le débat de 89-90 sur les biens du clergé le mot n'est pas prononcé, et pourtant c'est bien de leur nationalisation qu'il s'agit. On a dit "mis à la disposition de la nation" : le signifié est bien là, les signifiants synthétiques (verbe et substantif dérivé) n'y sont pas encore.
  • nationalité existe, mais n'a pas les emplois juridiques actuels. On parle des "nationaux" par opposition aux "étrangers", mais on dit "lettres de naturalité"7.

8Je terminerai le panorama lexical en mettant l'accent sur deux absences, deux mots "en attente" dans la langue française :

  • nationalisme apparaîtra en 1798, chez Barruel traduisant Weisthaupt. Une fort instructive polémique sur le nationalisme français a occupé une bonne place dans le débat historiographico-politique des années 70 ; j'y reviendrai en conclusion.
  • international émergera en 1802 dans une traduction de Bentham (1780) par Étienne Dumont. L'idée de relations "entre les nations" existe ; elle s'exprime notamment par ce syntagme prépositionnel, mais elle ne se condense, ne se lexicalise dans l'adjectif qu'après 1800.

9Voilà pour le maillage lexical, dont on appréciera le caractère lacunaire par rapport au réseau morpho-sémantique actuel.

  • 8 P. NORA, op. cit. en bibliographie, 1992, p. 339.

10Quant au terme central de nation, son sémantisme est étudié dans les deux dictionnaires du Bicentenaire. Malgré des perspectives différentes, J.-R. Suratteau dans le Dictionnaire historique…, et P. Nora dans le Dictionnaire critique… sont d'accord sur deux points : le sémantisme de nation change, et le mot est polysémique. Pour P. Nora, "la Révolution" a "coagulé les trois sens. Le sens social : un corps de citoyens égaux devant la loi ; le sens juridique : le pouvoir constituant par rapport au pouvoir constitué ; le sens historique : un collectif d'hommes unis par la continuité, un passé et un avenir"8.

11Les sens social et historique définissent une unité positive (égalité, continuité) ; le sens "juridique" (le terme ne me satisfait pas entièrement, mais je n'en ai pas d'autre à proposer) dessine une unité négative, par opposition à un pouvoir rival. Et l'unité négative, d'opposition, de refus, d'expulsion, n'est certes pas, sur quelque "dehors" qu'elle s'exerce, la moins solide.

12Ce survol fait, attachons-nous aux emplois du radical nation/ dans le corpus Robespierre.

Examen distributionnel des emplois

13Le tableau 1 répertorie les occurrences des mots comportant le radical nation/ dans le corpus. Mais ces mots ne sont compréhensibles qu'en discours. Quels sont donc les entourages qui orientent la lecture de nation ? Comment l'ensemble des contextes est-il structuré ?

1. National : une anomalie

14Ce n'est pas le substantif nation qui est le plus fréquent, mais l'adjectif dérivé. Et ses 225 occurrences se réduisent à 25 syntagmes nominaux qui font, dans tous les cas, référence à la France. Ils sont rassemblés dans le tableau 2.

Tableau 2 : l'adjectif national

Tableau 2 : l'adjectif national
  • 9 Notion dont l’importance est justement soulignée dans le sous-titre de J.-Y. GUIOMAR, 1974, L’idéo (...)

15De ce tableau ressort une évidence massive : ce qui est national, c'est avant tout la représentation sous ses divers noms : assemblée(s) (56 occurrences), Convention (86), représentation (28). Que pèse l'affirmation rousseauiste de Robespierre, souvent invoquée, sur la non représentabilité de la souveraineté, face à la réitération lexicale de l'existence concrète de la représentation9 ? Qui plus est, un des premiers énoncés du corpus postule, par le terme anciennes, la continuité, en France, de cette institution :

"Messieurs /…/ parcourez l'histoire, quels spectacles vous présente-telle ? Les nations /…/ devenues le jouet et la proie des monarques absolus /…/. Et nous qui sommes à peine échappés au même malheur, nous, dont la réunion actuelle est peut-être le plus éclatant témoignage des attentats du pouvoir ministériel, devant lequel nos anciennes assemblées nationales avaient disparu, à peine les avons-nous recouvrées que nous voulons les remettre encore sous sa tutelle. " (101, VETO, sept. 89, t. 6, p. 90)

16Cet énoncé pourrait figurer chez un Montesquieu ; il est unique chez Robespierre. Quelle leçon en tirer ? D'abord que Robespierre change, comme tout le monde. Fin 1789, il peut encore insister sur une continuité historique qui assimile la Constituante aux anciens États généraux, et énoncer une position qu'on retrouvera chez les auteurs les plus nostalgiques de la continuité monarchique. Ensuite, que des positions politiques fort différentes peuvent être véhiculées par des mots identiques : c'est même à cela qu'ils servent ! Ici, c'est l'adjectif anciennes qui oriente nationales vers le sens historique, tandis que l'opposition à pouvoir ministériel actualise, sur la même occurrence, le sens juridique, l'opposition entre législatif et exécutif. Comme quoi une statistique des unités minimales, certes nécessaire, n'est jamais une statistique du ou des sens.

17Ce principal thème - ou plutôt présupposé - de la représentation étant dégagé, avec ses 170 occurrences, que reste-t-il d'autre, dans notre corpus, qui soit "national" ? Un ensemble d'institutions : cour (il s'agit ici d'un tribunal) fête(s), garde(s), trésorerie, biens, volontaires. (23 occurrences). Notons la rareté des attributs économiques nationaux chez Robespierre. Le seul emploi du verbe nationaliser est fait à propos de religion :

"Il s'agit de considérer seulement l'athéisme comme national, et lié à un système de conspiration contre la république./…/ je ne sache pas qu'aucun législateur se soit jamais avisé de nationaliser l'athéisme. " (207, IRMF, mai 94, t. 10, p. 452-453).

  • 10 Il y a dans la séparation classique entre la pensée et les "ornements" du style une erreur que je (...)

18Concluons sur un dernier ensemble. Cinq substantifs (confiance, reconnaissance, vengeance, suicide, voeu) font de la nation un sujet anthropomorphe, susceptible de sentiments et d'actions humaines. On trouve ici, et elle ne nous lâchera plus, la personnaison qui me semble caractéristique de la préhistoire du politique, dans laquelle nous vivons encore à bien des égards. Je risque le néologisme de personnaison pour souligner que l'anthropomorphisme n'est pas un rajout, une image, une figure de style, mais qu'il est congénital au concept, et signale justement son caractère inabouti10.

2. Nation

19Passons maintenant au substantif singulier. Il compte 178 occurrences (auxquelles j'ai ajouté, dans le tableau 1, les 4 occurrences du composé lèse-nation). Est-ce beaucoup ? Oui… et non.

  • 11 Données extraites de la base Frantext. La brochure de Sieyès compte 24432 occurrences et 3341 form (...)

20Dans le corpus Robespierre, si l'on classe les substantifs selon les fréquences décroissantes, nation occupe le quinzième rang, devant France (139 occurrences) ou pays (56), mais derrière nous (1430), peuple (731) ou patrie (219). Par ailleurs, on peut relativiser ce constat en signalant que le texte canonique de la revendication nationale en 1789, Qu'est-ce que le Tiers Etat de Sieyès compte, dans un ensemble 6 fois plus court, 131 occurrences de nation11.

21Le mot figure dans tous les discours sauf trois (109, 206, 207), mais avec des sous-fréquences très variables. Un indice statistique de spécificité, tenant compte des différences de longueur entre les discours, permet de caractériser certaines fortes sous-fréquences comme excédentaires, d'où le signe + associé à 5 discours (101, 103, 104, 105, 111), et certaines faibles sous-fréquences comme déficitaires, d'où le signe - associé à 6 autres (109, 204, 205, 206, 207, 210). Si le mot nation est fréquent, il tend à se concentrer dans la période 89-93, et à se raréfier par la suite.

22De la fréquence, passons aux contextes. Un substantif de la langue ne peut figurer dans le discours que doté de prédéterminants, essentiellement les articles. Quels sont-ils dans notre corpus ? Le tri des concordances sur le mot précédant nation permet de les mettre en évidence. L'essentiel en est résumé dans le tableau 3.

Tableau 3 : L'entourage immédiat de nation

Tableau 3 : L'entourage immédiat de nation
  • 12 Voir D. SLATKA, "Le pape et le patron de café", Le Monde, 7 juin 1991, p. 23.

23Avec 153 occurrences, c'est l'article défini qui est, et de loin, le plus fréquent. Mais il n'est pas monosémique ! Il peut donner au substantif qu'il prend en charge trois sens : générique (il définit une classe), attributif (il extrait de cette classe un individu singulier mais quelconque) ou référentiel (il en extrait un individu singulier et particulier). C'est alors une "description définie", équivalant à un nom propre)12. De ces valeurs, c'est dans notre corpus la dernière qui domine. En effet, en dehors même des cas ou l'adjectif vient préciser les choses (nation française, 19 occ), la moitié des emplois a pour référence le cas français : la nation est, chez Robespierre, un "quasi nom propre" de la France.

24Du sens restreint ou "ancien" (ancien pour nous, pas pendant la Révolution) il reste cependant une trace avec les 2 occurrences de nation provençale. Etant donné la pré-supposition d'une volonté de type humain et unitaire, cette insertion du petit dans le grand (on dira de même au XIXe siècle petite et grande patrie) ne crée aucun problème sémantique.

25Le syntagme le plus fréquent du tableau 3 est le complément de nom de la nation (73 occurrences). Ce syntagme est, parfois, le strict équivalent de l'adjectif national. Le tableau 2 voit donc confirmer, alourdir certains de ses composants, surtout par la lexie représentants de la nation (13 occ). Mais ce simple fait de syntaxe qu'est la prépondérance de la préposition de nous dispense d'aller plus loin dans l'examen de l'argumentation. En effet, dans ces énoncés où la nation est complément de nom, elle est "protégée" discursivement, puisque le verbe porte sur le substantif recteur du complément, et pas sur le complément lui-même. Affirmations, négations, analyses porteront donc sur autre chose que sur nation. La réitération du signifiant va fort bien sans définition.

26On trouve cependant six occurrences du mot qui portent des énoncés définitoires explicites ; prenons-les dans l'ordre chronologique. La première, utilisant l'article indéfini à valeur conceptuelle, est aussi la première phrase du corpus :

"Tout homme a, par sa nature, la faculté de se gouverner par sa volonté ; les hommes réunis en un corps politique, c'est à dire, une nation, a par conséquent le même droit" (101, VETO, sept. 89, t. 6, p. 86).

27Nous retrouvons ici la nation-corps, vue comme un homme collectif. Et, phénomène bien connu des auteurs de dictionnaires, cette définition n'en est vraiment une que si "corps politique" a été lui-même défini auparavant. Ce qui n'est pas le cas. Elle s'accompagne en outre d'une vue du "corps" et de la "nature" humaine singulièrement simple, pour ne pas dire simpliste. Dans tous les textes du XVIIIe siècle que j'ai étudiés, on retrouve cette conception anthropomorphe de la nation. Il semble que personne ne mette en doute, à l'époque, ce qui n'est souvent pas même ressenti comme une comparaison. Que la nation soit un "homme collectif", c'est évident, comme il est évident qu'un homme se gouverne par sa volonté et agit selon son intérêt.

28L'année suivante, dans le débat sur Avignon, Robespierre repart de la même définition, en y ajoutant une équivalence lexicale ; une nation, c'est un peuple qui a choisi son gouvernement :

"Si une nation n'est qu'une société d'hommes réunis pour leur intérêt commun, sous des lois et sous un gouvernement communs /…/ qui pourra disputer à un peuple, quel qu'il soit, le pouvoir de changer à son gré et les lois et son gouvernement et, à plus forte raison, ceux à qui il a confié les fonctions de ce même gouvernement ?" (103, AVGN, nov. 90, t. 6, p. 588)

29De cette proposition découle la différence, et potentiellement l'opposition, entre nation et gouvernement, entre constituant et constitué, exécutif et législatif, que P. Nora appelle sens juridique. Ce qui fait une nation, c'est l'unité du peuple et non l'unicité, l'identité du roi :

"Deux peuples peuvent confier au même individu le soin de tenir les rênes de leur gouvernement, et rester cependant étrangers l'un à l'autre. C'est ainsi, pour me borner à un seul exemple, que l'Angleterre et le Hanovre reconnoissent le même prince, et ne sont pas la même nation. " (103, AVGN, nov. 1790, t. 6, p. 589)

  • 13 Sur la rivalité mimétique, voir les travaux de R. GIRARD, en particulier Des choses cachées depuis (...)

30C'est bien ce sens, le sens oppositif, qui est le plus fréquemment mobilisé. Dans plus de la moitié des occurrences, en effet, la nation (dans le passé, le présent ou l'avenir, sujette ou souveraine), s'oppose à son souverain ou ex-souverain. Définition par l'opposition, par le dehors, toujours la plus efficace. Ce que l'on ne souligne pas assez, c'est que cette opposition est de nature mimétique13 : éliminer, c'est forcément, d'une certaine façon, prendre la place de ce qu'on élimine, prendre certains au moins de ses attributs.

31En avril 1791, plaidant contre la loi électorale censitaire, Robespierre définit à nouveau la nation comme "société politique", mais dans le cadre français, et cette fois-ci en réaction à ceux qui ne veulent pas y inclure tous les Français :

"Tous les hommes nés et domiciliés en France sont membres de la société politique, qu'on appelle la nation française ; c'est-à-dire, citoyens français. " (104, MARG, avril 1791, t. 7, p. 162)

32Le on escamote quelque peu le problème, puisqu'il attribue à un locuteur anonyme mais supposé unanime une définition qui est justement l'objet du débat constitutionnel. En tous cas le passage par la citoyenneté confirme bien que tout cela concerne bien "les hommes" : les hommes et non les femmes.

33Enfin, dans son discours contre l'appel au peuple sur le sort de Louis XVI, Robespierre conteste une nouvelle fois le vocabulaire de l'adversaire :

"J'ai entendu déjà distinguer le peuple et la nation /…/ Pour moi, qui croyais ces mots synonymes, je me suis aperçu qu'on renouveloit l'antique distinction que j'ai entendu faire par une partie de l'Assemblée constituante ; et je sens qu'il faut entendre par le peuple, la nation, moins les ci-devant privilégiés et les honnêtes gens ; or, je conçois bien que tous les honnêtes gens, que tous les intrigans de la république, pourront bien se réunir en force, dans les assemblées primaires, abandonnées par la majorité de la nation, qu'on appelle ignoblement le peuple" (111, ROI2, décembre 92, t. 9, p. 189).

  • 14 Peuple comme partie (la plus nombreuse/la moins considérée) ou comme tout, peuple sociologique et (...)

34Avec cet énoncé sur le tout et les parties, on retrouve la vieille ambiguïté de peuple14, relancée par celle, à peine moins nouvelle, de nation. La "bonne" définition n'est pas dans ce cadre question de rationalité, mais de position politique. Entre deux définitions incompatibles, une décision politique tranche. C'est un tout autre domaine que celui de composantes sémantiques différentes, qui peuvent être mobilisées successivement ou en même temps par un même locuteur.

35A ce problème tout/partie se rattachent un certain nombre d'occurrences de nation, avec des verbes (comme diviser) marqués de dénégation, de refus ou de déploration par Robespierre comme par quasi tous ses contemporains. Les trois composantes distinguées par P. Nora ont en effet un sème commun, celui de l'unité interne ; donc tout constat de division interne porte atteinte à la validité de la pensée "nationale".

36Avec l'adjectif et le substantif singulier, Robespierre parle surtout de la France. En abordant les emplois de nations au pluriel, nous trouverons forcément des références au moins en partie nouvelles. Trouverons-nous un ou des sens différents ?

3. Nations

  • 15 Rapport, c’est à dire texte prononcé au nom du Comité de salut public. Si les mots sont toujours é (...)

37Ce n'est pas le "simple" pluriel du singulier. D'abord un constat de fréquence : nations est 4 fois moins utilisé que nation, et encore plus irrégulièrement réparti : 9 discours n'en présentent aucune occurrence, et les 3/4 de celles-ci sont concentrées dans deux discours : 10 dans l'intervention pour le rattachement d'Avignon à la France (novembre 1790), 19 dans le rapport15 sur la politique extérieure de la République (novembre 93). Le terme est statistiquement spécifique, et thématiquement spécialisé dans les interventions de politique étrangère.

38Les nations sont humaines aussi au pluriel. Elles ont haine, fers, etc.. Elles sont dotées de droits (5 occ.) d'intérêt(s) (3 occ.), mais une seule fois de représentants. Qu'on songe aux 180 cas où la nation apparaissait sous cet angle ! Nations ne fait pas l'objet d'une définition explicite, analytique. Mais la plupart des contextes l'opposent aux rois (princes, despotes, tyrans). Une seule fois, la définition implicite est d'ordre historique, et insiste sur une discontinuité :

"Qu'y a-t-il de commun entre ce qui est et ce qui fut ? Les nations civilisées ont succédé aux sauvages errans dans les déserts ; les moissons fertiles ont pris la place des forêts antiques qui couvraient le globe. " (207, IRMF, mai 1794, t. 10, p. 444)

39Je vois ici une épithète "de nature", une expression figée : il n'y a pas de nations civilisées opposées à d'autres qui ne le seraient pas : nations est le nom que prennent les ensembles humains quand ils se civilisent.

40 Nations est actualisé une seule fois par l'article indéfini, quand Robespierre, aux Jacobins, argumente contre le projet de guerre :

  • 16 L’énoncé suppose trois sens différents et mutuellement exclusifs à la guerre qui se prépare. Recon (...)

"Quelle est la guerre que nous pouvons prévoir ? Est-ce la guerre d'une nation contre d'autres nations, ou d'un roi contre d'autres rois ? Non. C'est la guerre des ennemis de la révolution française contre la révolution française. " (105, GER1, déc. 91, t. 8, p. 47)16

41La prédominance de l'article défini est quasi totale : les 14 occurrences, aux (= à+les) 5, des (= de +les) 21. Mais il ne s'agit pas des nations "en général", car le syntagme est précisé en contexte, notamment par des adjectifs postposés. Ils sont mis en évidence, dans le tableau 4, par le tri des contextes suivant le mot qui suit le pôle nations.

Tableau 4 : Une concordance de nations

Tableau 4 : Une concordance de nations

42Une fois écartés les 19 cas où nations est suivi d'une ponctuation (fin du tableau), on voit que les nations sont classées selon qu'elles sont amies (2 occ.) neutres (2), étrangères (4). Deux observation sur cet axe sémantique : il est franco-centrique ; il concerne les nations, et non leurs gouvernements. Cette distinction, qui fondait une bonne part des emplois du singulier, n'a guère ici de place. Robespierre enregistre l'état du monde, l'état diplomatique traditionnel. Il ne mélange pas affaires intérieures et étrangères. C'est sur ce qualificatif que je conclurai. Il est 4 fois accolé à nations, mais ce n'est pas son syntagme le plus fréquent. Robespierre dit en effet plus volontiers puissances étrangères (17 occurrences) ou pays étrangers (5) : les entités non françaises ont tendance à recevoir un autre nom que "nation".

43Il y a certes différence, pour tous les substantifs, politiques ou non, entre singulier et pluriel. Mais dans le cas de nation(s), j'y vois un signe discursif de la non-comparabilité, de l'exemplarité/différence d'une nation, par opposition aux autres. Robespierre ne met pas en scène d'égalité entre les nations : il faut qu'à la nation (française) s'opposent non d'autres nations, mais les rois. C'est dans ce chiasme, qui permet d'éviter le problème de la réciprocité des droits, que se marque à mon avis le caractère non-universel de l'idée de nation chez Robespierre. Les emplois empilés construisent non pas un concept mais un portrait, pour une part logique, pour une part non.

4. Nation/patrie

  • 17 Chacun fait appel à des mécanismes linguistiques et interprétatifs particuliers. Le nous est à mon (...)
  • 18 L’indice des spécificités par partie est encore grossier. Le problème du "temps lexical" peut être (...)

44Il m'est impossible ici aborder une analyse linguistique comparable pour les autres mots désignant des collectifs socio-politiques17. J'esquisserai seulement une comparaison. A la fin du tableau 1, j'ai repris la distribution du seul singulier nation, en la faisant suivre de celles de patrie et de France. Nation, en excédent ou banal de 101 à 203, est "en creux" (ce qui ne veut pas dire absent) dans les discours de 1794 ; c'est l'inverse pour patrie, alors que France ne participe d'aucun de ces deux mouvements diachroniques. Nation et patrie ne sont pas des quasi synonymes, mais des concurrents statistiques, des unités en distribution chronologiquement complémentaires18 : affaire non de sens, mais d'imposition, de répétition.

  • 19 Ce discours n’est pas nouveau. Il a été tenu depuis les années 1750 par les opposants à la monarch (...)

45Dans ce désignant singulier qui incarne un collectif, il y a d'abord, je crois, transfert d'image, et donc transfert de sacralité. L'existence de la nation est moins démontrée ou argumentée, qu'affirmée dans un discours polémique19. La nation robespierrienne est un janus. Face tournée vers l'intérieur (de la France) elle se définit et s'impose en s'opposant au roi. Face tournée vers l'extérieur, elle ne voit rien au monde qui lui ressemble. Dans ce cadre, elle ressent la guerre qu'elle mène comme défensive, et prend alors plutôt le nom de patrie.

46Par ces explorations formelles, j'ai essayé de mettre en évidence la variété et la complexité des rapports que le mot nation entretient avec ses contextes. On ne peut pas donner, je crois, le ou un sens à nation chez Robespierre. La lecture automatisée se révèle très différente de la lecture humaine, qui, en quête justement de sens, sélectionne certains énoncés seulement, et les traverse pour les paraphraser, les interpréter, les traduire. L'exploration quantitative et distributionnelle s'oppose à ces démarches "naturelles", non pour les interdire, mais justement pour les mettre en évidence.

Conclusion

  • 20 E. HOBSBAWM, op. cit. en bibliographie, 1992, p. 21.
  • 21 ZIMMERMANN, Vont Nationalstolz, Zurich, 1758, traduction française - anonyme-, Paris, 1769.

47Si je ne peux pas donner un sens au mot, je peux donner un nom à la vision du monde qui me semble construite par ces énoncés nationaux. Le francocentrisme de Robespierre est tout à fait compréhensible politiquement. Mais la différence de traitement entre la nation (française) et les autres ne l'est pas, sauf à penser que "la nation" n'est pas (encore ?) un vrai concept. C'est pourquoi, tous compt(ag)es faits, il me semble que Robespierre, comme tout le monde ou presque à son époque, a une position nationaliste. Est-il nécessaire de prendre le mot avec des pincettes ? Je veux bien parler, avec E. Hobsbawm, de "protonationalisme", ce qui ne change rien sur le fond : "Ce ne sont pas les nations qui font les États et le nationalisme, c'est l'inverse"20. Les choses étaient assez bien dites déjà dans un petit traité de 1758, intitulé De l'orgueil national21. Et ce langage d'époque présente en outre l'avantage de souligner l'anthropomorphisme des représentations du collectif par une bonne vieille qualification psychologique.

  • 22 Paris, Société des études robespierristes, 1973 pour l’intégralité des Actes de la journée.

48Le débat sur le caractère nationaliste ou non de la Révolution française est à peu près aussi vieux que la Révolution elle-même. Je résumerai un de ses derniers rebondissements. Lors du 13e Congrès International des sciences historiques (Moscou, 1970) eut lieu une journée sur le thème "Nationalisme et patriotisme en Europe pendant la Révolution française"22. La contribution de J. Godechot parut, dans les Annales Historiques de la Révolution Française, en 1971. Polémiquant avec "les historiens américains", et particulièrement avec B. C. Schafer, J. Godechot leur reproche de parler de nationalisme français pour la période révolutionnaire : "Il est anormal et illogique d'employer le mot nationalisme pour caractériser certains états d'esprit, certaines tendances du XVIIIe siècle, que les contemporains désignaient par d'autres mots" (A.H.R.F., 1971, p. 485). Une seule qualification convient, celle de patriotisme, dont le nationalisme constitue une déviation, et qui ne prend sa forme classique qu'après 1840. En 1973, J. Godechot maintient ses positions, nettement teintées d'autoritarisme terminologique. Mais, en 1975, il les nuance en reconnaissant que "la réalité devance parfois l'expression", et qu'on peut utiliser le mot nationalisme, mais "avec prudence" (AHRF, 1975, p. 333).

49Que conclure de ces péripéties linguistico-politico-historiographiques ? D'abord, qu'il est important de toujours citer exactement les textes, dans leur vocabulaire d'époque. Ensuite qu'il faut, et ce n'est pas toujours facile, élaborer un métalangage pour interpréter ces textes. Et pour ce faire on a justement tout intérêt à ne pas employer des "mots d'époque" !

50L'anachronisme est inévitable, et souhaitable quand il est un instrument de compréhension. Je dirai donc que dans les énoncés de Robespierre nation n'est pas un concept, mais une notion construite/pré construite par et dans des énonciations nationalistes.

  • 23 P. STOCKINGER, op. cit. en bibliographie, 1987, p. 24. L’exploration prend appui sur des énoncés t (...)
  • 24 Voir J.-Y. GUIOMAR, op. cit. en bibliographie, 1990.

51Dans son étude du raisonnement idéologique sur l'idée de nation, P. Stockinger distingue "un premier stade conceptuel appelé substantialiste, un deuxième stade conceptuel appelé opératoire ou formel, et un stade conceptuel intermédiaire, appelé préopératoire"23. Il me semble que les propos de Robespierre en sont à ce stade préopératoire ; autrement dit, situés encore "entre l'histoire et la raison"24.

  • 25 C’est pour moi la caractéristique des textes proprement philosophiques. Mais je ne suis pas philos (...)
  • 26 C’est parfois le cas, me semble-t’il, chez G. LABICA, op. cit. en bibliographie, 1990.

52Pour arriver au concept, tout ce qui relève du particulier doit être transcendé, dépassé25. Et c'est pourquoi il me semble dangereux de faire de Robespierre un philosophe qui aurait pour but d'élaborer, clarifier des concepts, un Rousseau appliqué, un précurseur/accompagnateur de Kant. On risque d'aboutir à une sorte d'apologétique, riposte inadéquate aux critiques portant sur la pensée/action de Robespierre comme agent d'un Etat26.

53Vu comme instrument et manifestation de la pensée, le discours politique est un inépuisable réservoir de citations alimentant l'histoire des idées, un texte infini sur lequel chaque lecteur réagit. Réaction d'accord ou de désaccord, souvent d'adhésion ou de rejet, c'est-à-dire matière à identification, investissement et contre-investissement, source toujours renouvelée de l'amour-haine politique.

  • 27 S. FREUD, op. cit. en bibliographie, 1917, p, 146.

54Mais, s'il est pris comme objet d'étude, matérialisé dans toute l'épaisseur de ses répétitions, de ses à peu près, de ses implicites, il présente un tout autre aspect et suscite une autre lecture. La non-coincidence entre signifiant et signifié, proposition fondatrice de la linguistique, amène au constat (triste, au départ), que le sujet parlant n'est pas le maître de son propre discours. Version linguistique de ce que Freud, en 1917, définissait comme la troisième défaite narcissique de l'humanité. Après l'humiliation cosmologique (Copernic), la biologique (Darwin), vient la psychologique (Freud et, ajouterai-je, Saussure) : "Le moi n'est pas maître dans sa propre maison"27 La nation, comme tous les autres désignants socio-politiques, est, avant ou plutôt qu'un concept, un objet de croyance, objet d'adhésion ou d'évidence, pré-construit qui nous construit, dans le malentendu.

  • 28 Ils fourmillent d’expressions provocantes et que je crois justes : "encabanement nationaliste" (Jo (...)

55Je n'ai pas invoqué l'étymologie, car elle sort du cadre synchronique de mon étude mais, comme la lettre volée dans le récit d'Edgar Poe, elle a toujours été là ! Et elle renvoie, pour nation comme pour patrie, à des racines de naissance et de parenté, par lesquelles la naissance sociale est assimilée à la naturelle. Je vois là la source pulsionnelle de l'extraordinaire "énergie" des deux termes, qui les promeut au rang de "maîtres-mots". Au fondement du politique il y a du mystère, du religieux, qui n'a pas à revenir puisqu'il n'est jamais parti… Les travaux de P. Legendre mettent en évidence cette dimension de la parenté symbolique, calquée/déplacée de l'individu à l'État, qui comme toute question d'origine doit rester non explicite mais source de tout le reste28.

56Le mot nation est un chaudron ou bouillent les contradictions les plus meurtrières : y sont dissoutes des pensées du passé - sacralité archaïque, animiste, des entités politiques. N'y sont présentes que tendanciellement les constructions rationnelles qui pourraient aboutir à une vision du monde où les collectivités quelles qu'elles soient, devenues conscientes d'elles-mêmes et du vide qui les fonde, auront un statut d'égalité.

57Si l'histoire veut intégrer le discours comme matériau, elle ne doit pas l'utiliser seulement comme fournisseur de citations. Elle doit prendre le langage dans toute sa matérialité : omniprésence de l'énonciation, leurres de l'argumentation, difficultés de la sémantique. Sinon, on réduit l'histoire à une histoire des idées (et qui plus est à une histoire intégralement consciente), on réduit le discours à l'expression dedialectisée des concepts qu'il contient. On appauvrit et l'histoire, et le discours.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

FREUD Sigmund, "Une difficulté de la psychanalyse", dans Essais de psychanalyse appliquée, Gallimard/Idées, 1976, p. 139-147 (en allemand, 1917).

GODECHOT Jacques, "Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle", A. H. R. F., 1971, p. 481-501 ; publication suivie de plusieurs notes et mises au point : no 214, 1973, p. 630 ; no 220, 1975, p. 329 ; no 248, 1982, p. 312-313.

GUIOMAR Jean-Yves, L'idéologie nationale, Paris, Champ Libre, 1974, 286 p.

GUIOMAR Jean-Yves, La nation entre l'histoire et la raison, Paris, La Découverte, 1990, 204 p. HOBSBAWM Eric, Nations et nationalismes depuis 1780. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1992, 250 p., index (Bibliothèque des histoires) (en anglais, 1990).

LABICA Georges, Robespierre. Une politique de la philosophie, Paris, PUF, 1990, 128 p.

NORA Pierre, "Nation", Dictionnaire critique de la Révolution française, 2e éd., Paris, Flammarion, 1992, p. 339-356(1ère éd. 1988).

ROBESPIERRE, Oeuvres complètes, tomes 6 à 10, Discours, Paris, PUF, 1950-1967.

STOCKINGER Peter, La nation. Essai d'une représentation conceptuelle du raisonnement idéologique, Actes sémiotiques, IX, 86, 1987, 42 p.

SURATTEAU Jean-René, "Nation/nationalité", Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 781-783.

Notes

1 Probablement un humoriste anglais, mais lequel ? "erreur" était déjà dans la définition de Renan en 1882, mais pour la suite ?

2 Les 12 premiers discours (codes 101 à 112), viennent de la base de données textuelles Frantext, constituée à l’Institut National de la Langue Française (INaLF, CNRS). Les 10 derniers (codes 201 à 210) ont été enregistrés au laboratoire de Saint-Cloud. S’ils ne constituent qu’une petite partie des interventions de Robespierre à la tribune (plus de 800 recensées), ils représentent la moitié de celles - une cinquantaine - pour lesquelles on dispose d’une édition en dehors des comptes rendus de presse.

3 Logiciel de concordances écrit par Majid Sekhraoui. Hugues de Saint-Chef fit exécuter, vers 1240, la première concordance de la Vulgate.

4 Anti-national est plus récent, mais on le trouve depuis 1743. Le corpus Robespierre en présente 1 occurrence ("parti anti-national", tableau 2).

5 Voir S. BIANCHI, "Lèse-nation", Dictionnaire historique de la Révolution française.

6 Voir G. GUSDORF, "Le cri de Valmy", dans Communications, no 45, 1987, p. 117-146.Mais le même slogan, crié à Paris, a-t-il le même sens que poussé aux frontières ? A mon avis non.

7 Voir, sur la nationalité et la naturalisation, E. LARGUÈCHE, L’injure à fleur de peau, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 61-91.

8 P. NORA, op. cit. en bibliographie, 1992, p. 339.

9 Notion dont l’importance est justement soulignée dans le sous-titre de J.-Y. GUIOMAR, 1974, L’idéologie nationale. Nation, représentation, propriété.

10 Il y a dans la séparation classique entre la pensée et les "ornements" du style une erreur que je crois profonde. Un discours ce n’est pas d’abord une pensée qui est ensuite mise en forme, c’est l’expression inextricable des deux éléments. Les formes informent/déforment la pensée. En réaction à cette séparation, je serais tentée de dire, avec B. Herzberg, non seulement que "la représentation naturalisée de la nation comme corps est une métaphore nationaliste" (Mots, 33, décembre 1992, p. 289), mais même que c’est "la" métaphore nationaliste.

11 Données extraites de la base Frantext. La brochure de Sieyès compte 24432 occurrences et 3341 formes. Le substantif le plus fréquent est tiers, 143 occurrences, juste avant nation, 131.

12 Voir D. SLATKA, "Le pape et le patron de café", Le Monde, 7 juin 1991, p. 23.

13 Sur la rivalité mimétique, voir les travaux de R. GIRARD, en particulier Des choses cachées depuis la fondation du monde, Paris, Grasset, 1978. Rivalité mimétique signifie opposition, en même temps qu’identification. Dans notre domaine, le peuple prend un des noms du roi, il est le souverain. Plus généralement, l’obsession d’unité qui caractérise la France en révolution me semble un mime de l’unité physique, corporelle.

14 Peuple comme partie (la plus nombreuse/la moins considérée) ou comme tout, peuple sociologique et peuple politique. Une ambigüité renvoie à une autre (Voir A. GEFFROY, "Le peuple selon Robespierre", Permanences de la révolution, La Brèche, 1989, p. 179-193).

15 Rapport, c’est à dire texte prononcé au nom du Comité de salut public. Si les mots sont toujours écrits par Robespierre, leur statut politique est différent : parole gouvernementale et non plus opinion d’un citoyen.

16 L’énoncé suppose trois sens différents et mutuellement exclusifs à la guerre qui se prépare. Reconnaître la validité linguistique de la tripartition qu’effectue Robespierre n’implique pas de reconnaître sa vérité politique. Je pense que la guerre qui eut lieu à partir d’avril 1792 avait ces trois sens, en même temps.

17 Chacun fait appel à des mécanismes linguistiques et interprétatifs particuliers. Le nous est à mon avis le prototype de ces désignants, origine de tout droit et non-droit (Voir Mots, 10, 1984, "Le nous politique").

18 L’indice des spécificités par partie est encore grossier. Le problème du "temps lexical" peut être abordé à l’aide d’outils plus élaborés (Voir la thèse d’A. SALEM, Paris-III, 1993, 2e partie, "Le temps lexical").

19 Ce discours n’est pas nouveau. Il a été tenu depuis les années 1750 par les opposants à la monarchie, notamment les parlements. Des intérêts sociaux différents, voire opposés, peuvent s’exprimer par un vocabulaire, des expressions, des argumentations identiques. Voir, parmi les ouvrages récents, K. M. BAKER, Au tribunal de l’opinion, Paris, Payot, 1993 (en anglais, 1990).

20 E. HOBSBAWM, op. cit. en bibliographie, 1992, p. 21.

21 ZIMMERMANN, Vont Nationalstolz, Zurich, 1758, traduction française - anonyme-, Paris, 1769.

22 Paris, Société des études robespierristes, 1973 pour l’intégralité des Actes de la journée.

23 P. STOCKINGER, op. cit. en bibliographie, 1987, p. 24. L’exploration prend appui sur des énoncés tirés notamment de la base Frantext.

24 Voir J.-Y. GUIOMAR, op. cit. en bibliographie, 1990.

25 C’est pour moi la caractéristique des textes proprement philosophiques. Mais je ne suis pas philosophe, et je succombe peut-être à une idéalisation, une illusion scientiste ? Vieux thème, bien mis en roman dans Le nom de la rose (U. ECO, Grasset, 1982, notamment p. 212 à propos d’Occam).

26 C’est parfois le cas, me semble-t’il, chez G. LABICA, op. cit. en bibliographie, 1990.

27 S. FREUD, op. cit. en bibliographie, 1917, p, 146.

28 Ils fourmillent d’expressions provocantes et que je crois justes : "encabanement nationaliste" (Jouir du pouvoir, Minuit, 1976, p. 35) ; "micmac sémantique des glossateurs" (introduction à E. KANTOROWICZ, Mourir pour la patrie, Paris, PUF, 1984, p. 20) ; "l’origine d’avant l’origine est une métaphore de l’irreprésentable - un vide symbolisé" (Les enfants du texte, Paris, Fayard, 1992, p. 29).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Le thème national dans le corpus Robespierre (Robespierre, 22 discours, 1789-1794 dans Œuvres complètes)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1274/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2 : l'adjectif national
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1274/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 3 : L'entourage immédiat de nation
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1274/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 4 : Une concordance de nations
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1274/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

Auteur

Laboratoire "Lexicométrie et textes politiques" ENS de Fontenay/Saint-Cloud et INaLF, CNRS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter