Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

1. Entre Provinces et Paris, les enjeux locaux et la Révolution

Robespierre et les lumières

Roger Barny

Full text

1La Révolution est fille des Lumières. Cette thèse n'est plus guère mise en doute aujourd'hui que par quelques adversaires obstinés des deux à la fois.

2Robespierre en est un bon exemple. Il cite moins systématiquement que d'autres les grands auteurs du siècle. Mais il sait en tirer parti avec intelligence. Sa culture est vaste et variée : celle d'un juriste, excellent élève des Jésuites.

3Au plan philosophique et moral, le fond de cette culture est le droit naturel, modifié et rectifié par l'expérience de la Révolution. L'Histoire informée par le droit naturel, certes, mais cela implique que celui-ci soit vraiment mis à l'épreuve du réel. Robespierre excelle dans l'analyse des situations concrètes. Il n'y parvient que par la mise en œuvre de toutes les composantes des Lumières : le retour à Montesquieu et à la pensée sociologique naissante s'impose parfois, non sans complexité.

4Au centre pourtant, le droit naturel sensible, tel qu'il a été élaboré par J.-J. Rousseau, contre le droit naturel étroitement rationaliste, mais en marge de celui-ci.

5On connaît la Dédicace aux mânes de J.-J. Rousseau, écrite en 1789, lors de l'élection de Robespierre aux Etats généraux :

  • 1 Œuvres complètes, t. 1, p. 1.

"Je me dois à moi-même, je devrai bientôt à mes concitoyens, compte de mes pensées et de mes actes (…) Je veux suivre ta trace vénérée. Heureux si dans la périlleuse carrière qui s'ouvre devant nous, je reste fidèle aux inspirations que j'ai puisées dans tes écrits"1.

6On retrouve la même invocation en 1792, dans le Défenseur de la Constitution. Après avoir condamné la panthéonisation de Mirabeau, Robespierre poursuit :

  • 2 Ibid., t. 4, p. 122-123.

"Ô toi, ami sublime et vrai de l'humanité, toi que persécutèrent l'envie, l'intrigue et le despotisme, immortel Jean-Jacques ; c'est à toi que cet honneur était dû"2.

  • 3 Ibid., t. 3, Correspondance, p. 101.

7Non seulement Robespierre considère J.-J. Rousseau comme son inspirateur, mais il tend à s'identifier à celui-ci. Démarche que ne tarderont pas à franchir certains de ses partisans, tels ce Callier, dans une lettre de prairial an II : "Lecointre cherche à prouver que Robespierre n'a pas toujours été en accord avec lui-même. Les ennemis de Jean-Jacques Rousseau avaient fait de même et étaient parvenus à calomnier le premier apôtre des droits de l'homme"3.

  • 4 Ibid., t. 1, p. 44, 45.

8L'œuvre politico-théorique de Rousseau est en effet souvent visible dans les analyses de Robespierre. De ce point de vue, il y a eu évolution. Avant 1789, le jeune avocat utilisait encore un lexique politique conformiste : dans le Discours sur les peines infamantes, les termes "prince" et "souverain" conservent leur sens traditionnel : le souverain, c'est encore le monarque4.

9Mais à partir de 1789, l'influence, sans s'exhiber, devient évidente ; Robespierre met en œuvre les concepts fondamentaux de la théorie de Rousseau.

1. Volonté générale et souveraineté du peuple

  • 5 Ibid., t. 6, p. 375 (25 mai 1790).

"Le Roi est le commis et le délégué de la Nation… (Par ce mot) je n'ai voulu entendre que la charge sublime d'exécuter la volonté générale…"5

10En 1793, Robespierre revient avec force sur l'ensemble de la théorie de la souveraineté, inspirée du Contrat social. Tout son discours sur la Constitution serait à citer. Il se donne à résoudre un double problème, extrapolation de celui que pose Rousseau au début de son traité : "Donner au gouvernement la force nécessaire pour que les citoyens respectent toujours les citoyens, et faire en sorte que le gouvernement ne puisse les violer lui-même".

  • 6 Ibid., t. 6, p. 341, 364 ; t. 7, p. 37, 77, 139, 172, 496, etc.
  • 7 Ibid., t. 7, p. 115 (9 mars 1991).
  • 8 Il aurait pu citer ici le ch. VII, liv.4, le ch. I, liv. 2, le ch. XI, liv. 3.

11Dans cette recherche, Robespierre retrouve les principes essentiels du Contrat social. En premier lieu, l'opposition de la souveraineté et du gouvernement : "Parcourez l'histoire, vous verrez partout le gouvernement dévorer la souveraineté (…) Il est institué pour faire respecter la volonté générale ; mais les hommes qui gouvernent ont une volonté particulière, et toute volonté cherche à dominer". D'où la nécessité de tenir fermement en lisière le pouvoir exécutif. Robespierre ressasse cette thèse tout au long de sa carrière, de 89 au 9 thermidor6. Le fondement en est le principe, issu lui aussi du Contrat social, de la primauté du législatif : "Le corps législatif seul (non le roi) a la mission d'exprimer la volonté générale… C'est le corps législatif, composé de citoyens envoyés de toutes les parties du royaume, qui est l'intermédiaire dont la nation se sert pour diriger l'action du gouvernement"7. Robespierre retrouve ici la problématique du Contrat, qui fait du gouvernement un corps intermédiaire entre le souverain et l'État, sans juger utile de citer le traité de Rousseau, comme tant d'autres le font à tout propos8.

12Il cite pourtant une fois Rousseau, au moment de la révision de la Constitution dans un sens modérantiste, par une majorité en proie à la peur sociale. C'est que cette référence était alors topique : la Constituante venait de voter l'érection d'une statue à Rousseau, et elle s'acharnait à défigurer sa doctrine.

  • 9 Œuvres complètes, t. 7, p. 613, (10 août 1791).

"Permettez-moi de vous citer l'autorité d'un homme dont vous adoptez les principes, puisque vous lui avez décerné une statue à cause de ceux-ci. Jean-Jacques Rousseau a dit que le pouvoir législatif constituait l'essence de la souveraineté, parce qu'il était la volonté générale… C'est dans ce sens qu'il affirme que lorsqu'une nation délègue ses pouvoirs à ses représentants, elle n'est plus libre, elle n'existe plus"9.

2. La doctrine de la représentation

13Pour Robespierre, comme pour les autres patriotes, il n'est pas question de suivre Rousseau dans sa condamnation du régime représentatif. Mais le Contrat social lui fournit l'argument de fond pour dénoncer ce qu'il appelle la représentation absolue, c'est-à-dire la délégation de pouvoir par le Peuple à ses députés. En ce sens, ceux-ci sont, comme l'exige Rousseau, ses commissaires, non ses représentants. C'est dans cette perspective que Robespierre combat la réélection des Constituants à la nouvelle Assemblée :

  • 10 Ibid., t. 7, p. 386 (fin mai 1791).

"Ceux qui me représentent, ceux dont la volonté est censée la mienne, ne sauraient être trop rapprochés de moi, trop identifiés avec moi, sinon la loi, loin d'être la volonté générale, ne sera plus que l'expression des caprices ou des intérêts particuliers de quelques ambitieux ; les représentants, ligués avec le Ministère et la Cour, deviendront des souverains et bientôt des oppresseurs"10.

  • 11 Ibid., t. 9, p. 504-505 (10 mai 1793).
  • 12 Ibid., t. 9, p. 509 (16 juin 93).
  • 13 Ibid., t. 10, p. 353.

14Il précise, dans son discours de 93 sur la Constitution : "Un peuple dont les mandataires ne doivent compte à personne de leur gestion, n'a point de constitution. Si c'est là le sens du gouvernement représentatif, j'avoue que j'adopte les anathèmes prononcés contre lui par J.-J. Rousseau"11. Il intervient à nouveau en juin, pour préciser le caractère de la représentation : "le mot de représentant ne peut être appliqué à aucun mandataire du peuple, parce que la volonté ne se représente pas (…) Les lois n'ont le caractère de lois que lorsque le peuple les a formellement acceptées… Dans aucun cas la volonté souveraine ne se représente, elle est présumée"12. Il répète encore, dans son grand discours de février 94 sur les principes de politique intérieure qui doivent guider la Convention : "La démocratie est un état où le peuple souverain, guidé par des lois qui sont son ouvrage, fait lui-même tout ce qu'il peut bien faire, et par des délégués tout ce qu'il ne peut faire lui-même"13. C'est la formule la plus compréhensive, empruntée à l'Esprit des lois, dans un domaine où Rousseau doit d'ailleurs beaucoup à Montesquieu.

  • 14 Voici, sauf oubli, l’ensemble des références importantes, Œuvres complètes, t. 6, p. 77-78, 87-88, (...)
  • 15 Ibid., t. 6, p. 89 (sept 89).

15Si l'on prend en compte toute l'œuvre de Robespierre, il y a pourtant davantage d'interventions pour défendre les pouvoirs des mandataires du Peuple, attaqués par la droite, que pour en exiger la nécessaire limitation14. Paradoxe doctrinal ? Peut-être. Mais surtout réalisme politique : la Révolution a été déclenchée par une Assemblée de représentants. Contre la droite, qui discute le pouvoir de cette Assemblée, objectant qu'elle ne doit pas dépasser la demande des cahiers, il arrive même à Robespierre de reprendre l'argument de Sieyès "Vous êtes des représentants, et non de simples porteurs de vote"15.

  • 16 Ibid., t. 8, p. 89, 90 (2 janvier 1792, Jacobins).

16Au-delà de la doctrine politique, plus profondément, Robespierre ne cesse de montrer qu'il adhère à l'anthropologie de Rousseau : en ce qui concerne le concept - sentiment de Peuple qui implique la même attitude que Jean-Jacques à l'égard des pauvres et des riches : "Le peuple est bon". C'est à la fois, comme chez Jean-Jacques, une évidence du cœur, et une sorte de principe ontologique ; d'autant que chez Robespierre, une telle certitude correspond à un constat : le peuple seul (des artisans et des laboureurs) a fait la Révolution, et peut la mener à bon terme : "Apprenez que je ne suis point le défenseur du peuple, jamais je n'ai prétendu à ce titre fastueux : je suis du peuple, je ne veut être que cela (…) Le peuple veut le bien, parce que le bien public est son intérêt… Il sent plus vivement et voit mieux tout ce qui tient aux premiers principes de la justice et de l'humanité"16 Robespierre précise d'ailleurs, le même jour : "Personne ne nous a donné une plus juste idée du peuple que Rousseau, parce que personne ne l'a plus aimé". Sur cette base, la sympathie pour les pauvres et le mépris du riche oisif et égoïste s'expriment souvent. L'hostilité aux riches est confortée par la tradition chrétienne :

  • 17 Ibid., t. 1, p. 499 (16 juin 90).

"Si les riches peuvent faire du bien, ils le veulent rarement : l'abondance et les plaisirs qui les environnent les rendent inaccessibles au sentiment des misères humaines, et leurs besoins et leurs passions, croissant toujours avec leurs richesses, ils deviennent pauvres au sein de l'opulence"17.

3. Écrit en marge de l'Emile !

17Quant à la défense du pauvre, elle a pour fonction d'assurer à celui-ci l'égalité politique réelle. Ainsi dans le grand discours contre le Marc d'argent :

  • 18 Ibid., t. 7, p. 166 (avril 1791).

"Croyez vous qu'une vie dure et laborieuse enfante plus de vices que la mollesse et le luxe et l'ambition ? Et avez-vous moins de confiance dans la probité de nos artisans et de nos laboureurs, que dans celle des traitants, des courtisans, de ceux que vous appelez grands seigneurs ? (…) Je veux venger ceux que vous nommez le peuple de ces calomnies. Êtes-vous donc faits pour l'apprécier, et pour connaître les hommes, vous qui ne les avez jugés que d'après les idées absurdes du despotisme et de l'orgueil féodal, vous qui avez dégradé la plus grande partie du genre humain par les mots de canaille et de populace (…).
Pour moi, j'atteste qu'il n'y a rien d'aussi bon que le peuple, toutes les fois qu'il n'est pas irrité par l'excès de l'oppression (…) Le peuple ne demande que le nécessaire, il ne veut que justice et tranquillité. Les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir, tout dominer (…), ils sont les fléaux du peuple. L'intérêt du peuple est l'intérêt général, celui des riches est l'intérêt particulier"18.

  • 19 Le Babillard du Palais Royal, no 61, p. 142 (août 1791).
  • 20 Œuvres complètes, t. 9, p. 475 (15 avril 93).

18Une telle vision de l'homme repose sur la mythologie, commune à tous les hommes des Lumières, de l'État de Nature. Chez Robespierre, il s'agit du système tel qu'il a été réélaboré par Rousseau, des Discours à l'Émile : "M. de Robespierre considère le plus souvent les droits de l'homme dans l'état de nature que ceux du citoyen dans la société", affirme un adversaire19. Ce qui n'est pas vrai au pied de la lettre. S'il allègue souvent l'état de nature contre la dérive droitière des Constituants, Robespierre pose en effet le principe dans sa complexité contradictoire : "Nous devons à la Nation une constitution fondée sur les droits imprescriptibles de l'homme, l'homme dans l'état de nature et dans l'état de société"20. Et l'on retrouve, à la suite, les concepts du pacte social, de volonté générale, et toute la doctrine de la souveraineté.

19Le recours fréquent à certaines formules témoigne enfin de la familiarité de Robespierre avec Rousseau. Formules qui, par leur prégnance stylistique, sont devenues en quelque sorte emblématiques, car elles désignent, si elles ne les constituent pas, des nœuds conceptuels mal élaborés, parce que trop riches. D'abord la fameuse formule du Palatin de Posnanie : "Mieux vaut une liberté orageuse qu'un esclavage servile". C'est aussi la notion de crise régénératrice, dont il faut saisir l'occasion, car elle ne peut survenir qu'une fois.

  • 21 Ibid., t. 7, p. 572, 573 (14 juillet 1791).

20Tel détail de l'argumentation de Rousseau marque à la fois la culture rousseauiste de Robespierre, et son indépendance à l'égard de celui qu'il admire sans le considérer comme un prophète, ou comme un maître dont il faut suivre les moindres indications. Ainsi, quand la droite de l'Assemblée affirme, selon Rousseau, que l'objet d'une loi doit être général, Robespierre fait une sèche mise au point : "On se perd dans des généralités : et parce que Rousseau a avancé qu'une loi ne pouvait porter que sur un objet général, on en a conclu qu'il fallait écarter de sa disposition tout ce qu'il y a de particulier. Mais où trouver quelque chose qui soit absolument général ? N'est-ce pas alors qu'une chose est la plus générale qu'elle devient sujette à un plus grand nombre d'exceptions ? Car renfermant dans ses conséquences une multitude d'objets qu'elle ne peut saisir sous toutes les faces, elle laisse comme autant d'exceptions les faits qu'elle n'embrasse pas. L'idée générale, loin d'exclure celle d'exception, la suppose au contraire. On se sert du mot absolu quand on veut écarter l'idée de toute distinction. Ce principe établi, dira-t-on que l'exception faite à une loi ne peut pas elle-même faire l'objet d'une loi ? Ce ne sont là que des mots. De quelque nom qu'on l'appelle, elle sera toujours générale dans ses effets"21. Robespierre dénonce encore "les grands écarts où peut donner l'esprit humain lorsqu'au lieu de composer ses principes généraux des observations particulières qu'il a faites, il veut soumettre les objets particuliers aux généralités". Il n'est pas rare que Robespierre rappelle ainsi son sens du concret, et sa méfiance des généralités trop vagues, même si elles prétendent s'autoriser de Rousseau.

21Parmi les démocrates, Robespierre est l'un des plus prudents, car il est persuadé qu'aucun modèle ne suffit à conduire la Révolution. Dans ce travail de recherche et d'invention permanente, il lui arrive de s'appuyer sur d'autres maîtres que Rousseau. C'est ici que la leçon de Montesquieu devient opératoire. Certes, de nombreuses réminiscences de l'Esprit des lois émaillent le Contrat social. Mais Robespierre en avait une connaissance directe, qui s'exhibe dans certaines œuvres de jeunesse, tel le Discours sur les peines infamantes.

22D'abord, un principe de méthode : "Il est vain de vouloir expliquer en détail toutes les raisons particulières qui auraient pu influer sur (une opinion). Il faut se borner à l'examen des causes générales". Puis, de proche en proche, les principales thèses de Montesquieu : la nature du gouvernement, son principe, la doctrine de l'honneur féodal et monarchique, dont Robespierre perçoit très bien la composante satirique, qui échappait à beaucoup de contemporains, l'éloge du gouvernement anglais. La conclusion même est dans l'esprit de Montesquieu. "Ce n'est point par des lois expresses qu'il faut combattre (un préjugé), l'autorité n'a point de prise sur l'opinion. De réels moyens, loin de détruire (le préjugé), ne feraient peut-être que le fortifier, car il a sa source dans l'honneur qui, loin de céder à la force, n'obéit qu'à ses propres lois".

  • 22 Ibid., t. 7, p. 634 (15 août 1791).
  • 23 Ibid., t. 7, p. 376-377.

23L'influence de Montesquieu ne s'efface pas après 89, lorsque celle de Rousseau devient dominante, malgré la réputation détestable de celui-là chez la quasi-totalité de patriotes : premier auteur aristocrate. Robespierre n'en croit certes rien, bien qu'il ne se soit jamais exprimé sur la question, contrairement à Marat, par exemple. C'est d'ailleurs sous la plume de Marat qu'on trouve l'étrange assimilation de Robespierre à Montesquieu ! (Ami du peuple, no 210). C'est que l'Ami du peuple prête à Robespierre la conception de la séparation des pouvoirs développée dans l'Esprit des lois. A tort sans doute, il ne se demande jamais si elle ne vient pas plutôt du Contrat. Il lui suffit que les dispositifs inventés par Montesquieu soient efficaces, tant contre le despotisme de l'exécutif, que contre celui de l'Assemblée. Il arrive en effet à Robespierre de défendre la division des pouvoirs d'une façon assez générale pour paraître se référer à l'Esprit des lois. Ainsi, au cours du débat sur la révision constitutionnelle : "Un des principes de la Constitution est la séparation des pouvoirs. Tout ce qui tend à les confondre anéantit l'esprit public et affaiblit les bases de la liberté"22. Mais il y a diverses façons de comprendre le principe. Il n'est pas indifférent que la justification vienne de l'Esprit des lois (il vaut mieux alors parler de balance ou d'équilibre des pouvoirs) ou du Contrat, ce qui implique l'unité de volonté, conception exclusivement patriote. C'est le plus souvent de ce côté que se range Robespierre. Ainsi à propos de l'organisation d'un tribunal de cassation. "Le pouvoir législatif est faible ou nul et toute sa force passe au judiciaire, dès qu'il n'a pas en lui-même le droit et les moyens de repousser les atteintes que lui porte ce dernier ; les lois deviendraient des vaines formules dont l'autorité dépendrait des juges ou du corps chargé de revoir les jugements. Qu'on ne dise pas ici que je confonds les pouvoirs, en réunissant dans les mêmes mains le législatif et le judiciaire… Ceux qui doivent surveiller les tribunaux et les ramener aux principes de la législation ne sont pas une partie du pouvoir judiciaire, leurs fonctions sont une dépendance nécessaire de la puissance législative23.

  • 24 Courrier de Provence, VIII, 399.

24Certains, tel Mirabeau, invoquaient d'ailleurs ici la division des pouvoirs selon Montesquieu24. Robespierre ne juge pas pour autant opportun de s'en prendre à celui-ci. Et il continue à puiser dans l'Esprit des lois, dès qu'il est possible de le lire dans le sens de la Révolution. Ainsi des implications critiques de la doctrine de l'honneur : "L'honneur, séparé de la probité et de la conscience, n'est qu'une idée vaine et féodale, par laquelle on veut suppléer aux vertus et aux principes de la morale. Elle tend à perpétuer les préjugés gothiques incompatibles avec les principes des nations libres". Robespierre se réfère encore, explicitement cette fois, à Montesquieu, en faveur de l'impôt progressif :

  • 25 Œuvres complètes, t. 7, p. 56, 57 (3 fév. 1791).

"On n'a pas même décrété le principe proposé vingt fois que l'impôt serait réparti en raison des fortunes, comme à Athènes où Montesquieu ne trouvait rien d'admirable comme cette institution, qui faisait, disait-il, que les richesses y étaient à charge aussi bien que la pauvreté"25.

  • 26 Ibid., t. 5, p. 170 (28 déc. 1792).

25Surtout, l'expression "la nature des choses", plus souvent encore "la nature de la chose", qui revient sans cesse à la bouche de Robespierre, témoigne de sa volonté de traiter les objets de la société de la façon la plus objective et scientifique possible, selon la leçon de Montesquieu. Lui, "l'homme des principes", n'oublie jamais, quand il en vient à l'analyse concrète, d'examiner les circonstances dans lesquelles tel principe doit s'appliquer, et il oppose volontiers principes et circonstances. Ainsi dans ses discours sur la non-réélection, ou contre la guerre, ou sur les parents du roi détrôné : "Ces sortes de questions dépendent de tant de circonstances particulières, qu'il est impossible de les ramener à des règles générales. Il est difficile d'argumenter avec justesse de ce que fit le peuple de Rome sur la motion de Brutus à ce que la Convention nationale de France doit faire sur la motion de Louvet"26.

26Autrement dit, toute situation historique est particulière : il faut, à chaque pas, inventer une réponse nouvelle.

  • 27 Ibid., t. 5, p. 117 (7 déc. 1792).

27Quand Robespierre s'oppose à la suppression du budget des cultes, ce sont encore les pages du Contrat consacrées au Peuple et issues de l'Esprit des lois, qui sont sollicitées : "Commencez par fixer vos regards sur les dispositions générales du peuple que vous avez à instituer. Si vous les bornez à l'horizon qui vous entoure, peut-être croirez-vous pouvoir tout faire ; mais si vous embrassez la nation entière, vous reconnaîtrez des bornes à votre pouvoir"27. Le principe qu'il convient de suivre ici est tout à fait dans l'esprit de Montesquieu : "Le législateur peut aider la raison, mais il ne peut la suppléer". Robespierre, comme Marat, a compris que la méthode de Montesquieu était loin de faire de lui un auteur aristocratique, au contraire : il s'agit de dégager les lois immanentes de la société, et de l'histoire : on ne saurait mener une Révolution, et prétendre les ignorer, fût-ce au bénéfice du droit naturel.

28Robespierre poursuit :

"Si vous pénétrez sous le toit du laboureur ou de l'artisan, vous connaîtrez des bornes à votre puissance morale. Pour moi, sous le rapport des préjugés religieux, notre situation me paraît heureuse et l'opinion publique très avancée. L'empire de la superstition est presque détruit. Déjà le flambeau de la philosophie a chassé tous les redoutables ou ridicules fantômes que l'ambition de prêtres et la politique des rois nous avaient ordonné d'adorer au nom du ciel, et il ne reste plus guère dans les esprits que ces dogmes imposants qui prêtent un appui aux idées morales, et la doctrine touchante et sublime de la vertu et de légalité que le fils de Marie enseigna jadis à ses citoyens. Législateurs, vous pouvez hâter cette époque par des lois générales et une constitution libre qui éclaire les esprits (…), mais non par un décret de circonstance. Si le peuple est dégagé de la plupart des préjugés superstitieux, il n'est point disposé à regarder la religion comme une institution indifférente".

29En cela aussi, Robespierre est peuple. Son attachement au théisme, et même à la religion de l'Évangile, le distingue de beaucoup de ses amis, ou adversaires politiques (Girondins surtout). C'est aussi le principe de la distinction qu'il établit entre les bons et les mauvais philosophes du siècle des Lumières.

30La religion de Robespierre enfin reste proche de celle de Jean-Jacques, non sans différences : le texte ci-dessus suffit presque à les marquer. Mais c'est au cours de la dernière période qu'il exhibe le mieux sa dette en ce domaine, en même temps que ce qui est propre à son expérience de militant révolutionnaire. Il a toujours une approche politique de la religion. Dès le début, il se bat contre l'Église, devenue, en tant qu'institution, le principal ennemi idéologique. Les principes de son attitude ne varient guère :

  • 1/ Le peuple, premier acteur de la Révolution, croit en Dieu, mais il est en train de se libérer de la superstition (cf. ci-dessus). Même thème dans le grand texte de l'an II "sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains". Après avoir soutenu qu'il faut préserver la croyance en Dieu, Robespierre prévoit une objection : ne risque-t-on pas de "réveiller le fanatisme et donner avantage à l'aristocratie" ? La réponse, négative, est une invective passionnée contre les prêtres : "À force de défigurer l'Être Suprême, ils l'ont anéanti, autant qu'il était en eux ; ils en ont fait tantôt un globe de feu, tantôt un homme (l'Évangile même confondu avec les autres mensonges !), tantôt un roi. Ils l'ont créé à leur image, jaloux, capricieux, avide, implacable"28.
  • 2/ Robespierre s'efforce de privilégier la fonction politique de la croyance. C'est que l'ennemi fait de la religion un pur instrument de contre-révolution, il faut donc lui répliquer sur ce terrain : "(Les traîtres) ont utilisé le fanatisme avec un art nouveau. On a cru parfois qu'ils voulaient le détruire : ils ne voulaient que repousser par les préjugés religieux ceux qui étaient attirés à notre Révolution par les principes de la morale et du bien public". Fanatisme athée et fanatisme religieux ont donc la même fonction. La preuve ?
  • 29 Ibid., t. 10, p. 173 (7 nov. 1793).

"Dumouriez, dans la Belgique, excitait nos volontaires à dépouiller les églises, et à jouer avec les saints d'argent, et il publiait en même temps des manifestes dignes du pontife de Rome, vouant les Français à l'horreur du genre humain"29.

31Le thème du complot domine la dernière période, complot dont le moyen essentiel est la manipulation de la conscience religieuse des peuples.

  • 30 Ibid., t. 10, p. 235-236 (15 frimaire an II, 5 déc. 93).

"Nos ennemis travaillent à rallumer la guerre civile par la philosophie (…) Tandis qu'ils attaquaient ouvertement tous les cultes et encourageaient secrètement le fanatisme, ils armaient contre nous les prêtres de toutes les nations, opposaient l'empire des opinions religieuses à l'ascendant naturel de nos principes moraux et politiques et les manifestes de tous les gouvernements nous dénonçaient comme un peuple d'athées"30.

  • 31 Ibid., t. 10, p. 198 (11 oct. 93).

32La "philosophie", réduite ici à la critique religieuse, peut donc prendre deux visages opposés : instrument de désorganisation contre-révolutionnaire, elle est en elle-même excellente : elle répand la lumière parmi le peuple. C'est que le sentiment religieux a lui aussi un double aspect : la superstition égare le peuple, mais la religion épurée assure l'unité du corps social, et doit favoriser la Révolution. C'est, pour Robespierre, une évidence intime : "l'Être suprême qui nous a fait secouer le joug des tyrans favorisera les armes qu'il a mises entre nos mains"31.

  • 32 Moniteur, 26 mai 92, p. 499, et Contrat, édit. J.-L. LECUELLE, liv. IV. IV, 217-219.

33Le thème de la religion civile est au centre de la réflexion des révolutionnaires. Preuve de l'importance à la fois du problème, et de la référence rousseauiste, le chapitre du Contrat fait l'objet d'un débat à la Législative, le 24 mai 1792, au sujet de mesures à prendre contre les prêtres réfractaires. On proposait l'obligation du serment civique, mesure qui fut jugée tout à fait inopérante. Larivière intervint dans la discussion pour lire "un article du Contrat social où [se trouvait] la solution entière à la question". Il lut deux pages du fameux chapitre 8, livre IV, depuis "le droit que le pacte social donne au souverain sur ses sujets ne passe pas les bornes de l'utilité publique" jusqu'à "quiconque ose dire hors de l'Église point de salut sera chassé de l'État"32.

34Si Robespierre ne semble pas avoir commenté cette séance, le thème de la religion civile se profile pourtant dans plus d'un texte :

  • 33 Œuvres complètes, t. 5, p. 118 (8 déc. 92).

"[Rappelez]-vous avec quelle sagesse les grands législateurs de l'Antiquité, ceux qui fondèrent l'empire de mœurs, surent manier les ressorts cachés du cœur humain ; avec quel art, ménageant la faiblesse ou les préjugés des contemporains, ils firent sanctionner par le ciel l'ouvrage de leur génie"33.

35Robespierre est proche ici d'un passage du Contrat, "Du législateur". Mais la différence des perspectives saute aux yeux. Rousseau souligne le caractère utopique de son propos ("Il faudrait des Dieux pour donner des lois aux hommes") : c'est que la situation ne comporte nulle part en Europe la possibilité de mettre en œuvre les "principes du droit politique", alors que toute l'énergie de Robespierre y est employée. Les considérations qui tournent autour de la figure du législateur, sorte de Deus ex machina, ne sont donc d'aucun intérêt pour lui : il se borne à rappeler la fonction politique de la religion, nécessaire pour consolider l'état social.

36On peut maintenant définir son credo : religion épurée, réduite à l'Être suprême. Il prend souvent ses distances à l'égard des "préjugés religieux" du peuple, mais s'identifie à celui-ci quand il écrit :

  • 34 Ibid., t. 10, p. 229.

"Quel peuple rendit jamais un culte aussi pur que le nôtre au grand Être, sous les auspices duquel nous avons proclamé les principes de toute société humaine"34.

37C'était le point de vue de beaucoup de philosophes, dont Voltaire.

  • 35 Ibid., t. 5, p. 120.

38Mais Robespierre est plutôt en consonance avec la religion sensible du Vicaire savoyard. Un autre trait renvoie à Rousseau : la religion de Robespierre est le fondement nécessaire de la morale, l'athéisme étant considéré comme un corollaire de la malfaisance de l'aristocratie. Phénoménologie de l'expérience religieuse importante, certes, mais l'attitude de Robespierre est en fait plus complexe. Le balancement de tel texte ne doit pas être ignoré, même s'il n'institue pas une vraie symétrie : "Soit, écrit Robespierre, que le peuple croit par absence de lumières, soit qu'il recherche une consolation dans la morale de Jésus. Soit que le riche critique la religion parce qu'il est plus instruit, soit qu'il la rejette parce qu'il est corrompu"35.

39Bien des modalisations du discours montrent que Robespierre est très attaché, intellectuellement, à la philosophie. Jamais la moindre connotation péjorative dans l'emploi du mot. Et la philosophie, c'est, au moins en partie, la critique du préjugé religieux. Le Vicaire s'employait déjà certes, à la critique des religions révélées. Mais Jean-Jacques ne songerait pas, après la rupture avec Diderot, à se définir comme un philosophe. Nuance capitale : l'expérience historique, et les exigences du combat d'idées, conduisent Robespierre à revendiquer la tradition des Lumières dans son ensemble.

40L'essentiel reste toutefois le primat de la morale, qui s'affirme dans le culte de l'Être Suprême. On en vient ici à la religion civile proprement dite. Robespierre a le souci de promouvoir l'éducation publique, et le ressort essentiel de l'esprit public c'est la religion civile :

  • 36 Ibid., t. 10, p. 458 et 461.

"Attachons la morale à des bases éternelles et sacrées, inspirons à l'homme ce respect religieux pour l'homme, ce sentiment profond de ses devoirs, seule garantie du bonheur social (…) Malheur à qui cherche à étouffer par de désolantes doctrines cet instinct moral du peuple"36.

41Réminiscence significative des Rêveries, car la fin du texte est élaborée en marge du chapitre de la "religion civile" et de la conception rousseauiste des fêtes nationales, "institution qui [constitue] une part essentielle de l'éducation nationale". Perspective, on l'a vu qui n'est pas propre à Robespierre : tout ce qui touche au culte de l'Être Suprême, est l'objet d'une élaboration collective, surtout ce qui concerne les fêtes nationales où Robespierre se borne à reprendre le projet de Mathieu, député de l'Oise.

42Lorsque Robespierre se réfère explicitement à Jean-Jacques, c'est aussi l'occasion de préciser son propre rapport aux Lumières :

  • 1/ Peu de choses sur les défenseurs de l'orthodoxie religieuse et politique : procès jugé. Il s'agit de tout ce qu'impliquent les termes fanatisme et superstition.
  • 2/ Beaucoup d'attention portée aux Encyclopédistes et à la Philosophie. Les deux termes ne sont pas synonymes. Robespierre se pose, on l'a vu, comme un philosophe, luttant contre les préjugés, notamment religieux. Ainsi quand il prête ce langage à ceux qui manipulent les déchristianiseurs "Attaquons le culte catholique, là où la philosophie éclaire le peuple"37.
  • 38 Ibid., t. 10, p. 240 (12 déc. 93).
  • 39 Ibid., t. 10, p. 229.

43Il va même plus loin. Au milieu d'un réquisitoire contre la déchristianisation, intervient une étonnante concession. "Ce mouvement contre le culte, mûri par le temps et la raison, eût pu devenir excellent"38. Sur le fond, Robespierre admet donc la déchristianisation, car l'ennemi idéologique principal reste le fanatisme, soutien de l'Ancien Régime. Il n'en condamne que les formes violentes, le viol des consciences. Le même jour, il met dans la bouche de la Convention une formule encore plus compréhensive : "La morale était dans les livres de philosophes, nous l'avons mise dans le gouvernement des nations"39.

44C'est donc l'ensemble de la tradition des Lumières qu'il revendique ici, dans son aspect positif, moral et politique.

  • 40 Ibid., t. 10, p. 361 (5 fév. 94).

45Par contre, il traite sévèrement les "Encyclopédistes" : philosophes dévoyés, qui prônent l'athéisme. Il se dresse ici contre le matérialisme : "Les Français condamnent les extravagances du philosophisme, comme les folies de la superstition et les crimes du fanatisme". Pour lui, le philosophisme est donc la caricature et l'antithèse politique de la philosophie. "Prêcher l'athéisme, précise-t-il, n'est qu'une manière d'absoudre l'athéisme et d'accuser la philosophie"40.

46Les Encyclopédistes sont donc toujours distingués des vrais philosophes. On connaît le vif incident de séance qui opposa Robespierre à Guadet, aux Jacobins, lorsqu'il invoqua la Providence dans un projet d'adresse. Sommé de se justifier, il le fit en termes nets, mais plus pondérés que ne le suggèrent beaucoup de récits de l'épisode. Robespierre n'oublie pas, en effet, les deux aspects contradictoires du problème. Il note d'abord que les principes de base sont communs à son adversaire et à lui-même, et affirme :

  • 41 Ibid., t. 8, p. 233.

"J'abhorre autant que quiconque toutes les sectes impies qui se sont répandues pour favoriser l'ambition et le fanatisme en se couvrant du pouvoir de la Divinité, mais je suis bien loin de confondre celle-ci avec les imbéciles dont le despotisme s'est armé. Je soutiens, moi, ces éternels principes dont s'étaie la faiblesse humaine pour parvenir à la vertu"41.

47Caractère mesuré, donc, de cette mise au point. Robespierre n'oublie pas l'alliance despotisme - superstition et continue à revendiquer sur ce point l'héritage de la philosophie. Et s'il insiste sur le caractère nocif du matérialisme athée, c'est que l'Encyclopédie demeure vivante et active en l'an II. C'est, paradoxalement, le Girondin Condorcet, ami de Guadet et de Brissot, et fils spirituel de Voltaire :

  • 42 Ibid., t. 4, p. 36-37.

"La Révolution a rapetissé bien des grands hommes de l'Ancien Régime ; si les Académiciens et les Géomètres que M. Brisssot nous propose pour modèles ont ridiculisé et combattu les prêtres, ils n'ont pas moins courtisé les grands, et on sait avec quel acharnement ils ont persécuté la vertu et le génie de la liberté dans la personne de Jean-Jacques, dont j'aperçois ici l'image, de ce vrai philosophe qui, seul entre les hommes célèbres de ce temps-là, mérita ces honneurs publics"42.

48Ou encore :

  • 43 Ibid., t. 4, p. 68.

"Jean-Jacques lui-même a été persécuté avec acharnement par tous les intrigants hypocrites de son temps, les Diderot, les d'Alembert, les Voltaire même (…) et vous aussi Condorcet, n'étiez-vous pas membre de cette confédération philosophique qui dénonçait à l'opinion l'auteur du Contrat social comme un fou orgueilleux et même un vil hypocrite et qui armait contre lui la puissance des Grands et la vengeance des Ministres"43.

49Les Encyclopédistes gardent donc, aux yeux de Robespierre le mérite d'avoir combattu l'Église. Mais il ne leur pardonne pas leurs compromissions avec les Grands et le Pouvoir : tous sont mis dans le même sac, les d'Alembert, Diderot, Voltaire, Helvétius, Condorcet, contre le seul Jean-Jacques.

50On retrouve la même problématique dans le texte de floréal an II, "sur le rapport des idées religieuses et morales avec les principes républicains", souvent cité, véritable testament philosophique de Robespierre : il y reprend et souligne tous les thèmes ci-dessus dégagés, de 89 à 94, pour y donner une force sans précédent à l'antithèse encyclopédistes versus Jean-Jacques, seul vrai philosophe. Sur bien des points, son diagnostic est conforme aux événements. Les liens entre les philosophes et le pouvoir sont aujourd'hui bien connus. Il est exact que beaucoup d'hommes de Lettres passèrent à la contre-révolution : dès le début l'académicien Marmontel, l'académicien Suard ; l'académicien La Harpe, d'abord patriote, n'allait pas tarder à rejoindre lui aussi les ultras de l'aristocratie. Notons pourtant que Robespierre s'efforce encore, à deux reprises, de gommer la condamnation des encyclopédistes : toujours le réflexe politique d'affaiblir ce qui risque de diviser les patriotes.

  • 44 Ibid., t. 8, p. 190 (10 fév. 1792).
  • 45 Ibid., t. 7, p. 143 (19 mars 1791).

51Surtout, la condamnation d'Helvétius (sans appel, mais tardive) tend à masquer le fait que Robespierre n'hésite pas à citer élogieusement, contre l'ennemi principal, les matérialistes les plus notoires. Helvétius lui-même, d'abord : "L'expérience prouve, comme le dit Helvétius, que le caractère et l'esprit des peuples changent avec la forme de leur gouvernement"44. Surtout, plus surprenant encore, Robespierre recommande la diffusion massive d'une brochure, dont le mérite est certes d'être anticléricale, mais qui est aussi violemment antireligieuse : "Laissez les calotins imprimer les brefs du pape, leurs excommunications, leurs contes de peau d'âne. Faites imprimer à cent mille exemplaires une petite brochure qui vient de paraître, intitulée Éloge de Jésus"45. Le titre exact de cet ouvrage anonyme est Éloge non funèbre de Jésus et du christianisme. Le propos explicite de l'auteur est de combattre l'agitation contre-révolutionnaire à prétexte religieux. Mais il s'en prend à la religion même. L'épigraphe, tiré de Delisle de Sales est très explicite : "Toutes les religions sont appuyées sur des préjugés que leur antiquité seule rend respectables. Il faut détruire les préjugés : il faut empêcher la foi de nuire si l'on ne peut l'empêcher d'avilir". Il s'agit donc, en fait de détruire toute croyance religieuse. Ouvrage de critique biblique, et de justification parodique de la foi chrétienne, dont de larges extraits viennent de Boulanger, d'Holbach, Mirabaud. Robespierre n'hésite donc pas, à l'occasion, à s'appuyer sur les matérialistes les plus affirmés. Il est bien l'héritier des Lumières dans leur ensemble, si contradictoire que soit cet héritage.

52On a sans doute remarqué par ailleurs qu'une modélisation du discours semblait, bizarrement, nuancer son hostilité à Voltaire ("même Voltaire" a persécuté Jean-Jacques). Pourquoi cette relative mansuétude à l'égard du pire ennemi de Rousseau ? Peut-être parce qu'il lut, lui aussi, un adversaire du matérialisme ? Mais surtout, les écrits du jeune Robespierre témoignent de son admiration pour l'écrivain, en particulier l'auteur dramatique.

  • 46 Ami du Roi, 21 janvier 1791, 2.
  • 47 Œuvres complètes, t. 5, p. 110, "Réponse à Jérôme Pétion", 30 nov. 92.
  • 48 On a reconnu, à la fin, une réminiscence de la Lettre à d’Alembert sur les spectacles, éd. VARLOOT (...)
  • 49 Œuvres complètes, t. 8, p. 105 (10 janv. 1792).
  • 50 Ibid., t. 6, p. 169 (16 déc. 1789).
  • 51 Ibid., t. 8, p. 179.

53C'est le dernier aspect de sa filiation aux Lumières. L'œuvre de jeunesse montre en Robespierre un analyste attentif du théâtre, partisan des formes modernes (le drame bourgeois), lecteur probable de Beaumarchais (Essai sur le genre dramatique sérieux), voire de Diderot. Dans l'œuvre politique, on trouve des traces de cette culture : allusions au théâtre contemporain, mais surtout aux classiques, Voltaire (Brutus) et surtout Molière, (le Misanthrope). Robespierre fut parfois comparé à Alceste, et il se plaît lui-même à jouer de cette comparaison. Sous la plume de Royou, "l'Ami du Roi", ce n'est bien entendu pas un compliment : "C'est dans son cerveau malade seul que se broient les noires couleurs avec lesquelles il peint les personnages qu'il met sur la scène"46. Mais c'est à Petion que Robespierre trouve opportun de répondre : "Comme on sait qu'aux yeux des hommes légers, les raidis-les sont plus choquants que les vices, vous avez tracé le portrait d'un homme ombrageux, morose, atrabilaire. Ceux qui vous inspiraient sentaient d'instinct que la seule ressource de l'intrigue était de peindre d'avance à l'opinion publique ceux qui pourraient les démasquer comme des êtres défiants, exagérés, prêts à dénoncer légèrement, des gens à noires visions, voyant partout des chimères, des précipices, des complots, des monstres"47. Et Robespierre réplique en faisant de Petion un Philinte : "Je suis garant que loin d'être maussade, mélancolique, vous êtes l'homme dont le sang circule le plus doucement, dont le cœur est le moins agité par le spectacle des perfidies humaines, dont la philosophie supporte le plus patiemment la misère d'autrui". C'est tout justement le Philinte de Rousseau48, car celui-ci, dégageant le caractère du personnage, en fait explicitement un modéré. Tel sera bien le Philinte de l'époque révolutionnaire, qu'il soit revu par Fabre d'Églantine, ou qu'il devienne instrument de satire dans la bouche des patriotes le plus résolus. Brissot, six mois plus tard, se verra traité de la même façon, avec, en prime, une allusion évidente à Jean-Jacques Rousseau qui en est l'antithèse : "En demeurant attaché aux principes qui peuvent sauver la patrie, on s'expose aux attaques de tous les sages, de tous les modérés, de tous ces mortels privilégiés qui savent concilier la vérité avec le mensonge, la liberté avec la tyrannie, le vice ou la vertu (…) Ne troublons donc pas la quiétude de ces heureux patriotes, mais arborons la devise du palatin de Posnanie : "Je préfère les orages de la liberté aux repos de l'esclavage"49. Cette citation du "vertueux palatin", donnée par Rousseau dans sa forme latine, liv. III, chap. 4 du Contrat social, est devenue une sorte de signe emblématique du patriotisme. Ce n'est pas dire que Robespierre reprenne, tels quels, les arguments de Rousseau contre les spectacles dans la Lettre à d'Alembert. Il est loin d'être l'ennemi du théâtre, il partage le goût pour celui-ci de l'homme des Lumières moyen. Il défend, bien entendu, les droits des comédiens. À ce propos, il développe des idées tout à fait classiques sur la fonction du théâtre : "Je crois [les comédiens] propres à inspirer des sentiments patriotiques. Il est à espérer que dès que la morale aura été épurée, nos auteurs de théâtre s'efforceront d'écrire en citoyens philosophes (…) Le théâtre deviendra l'école des mœurs"50. Le 10 février 92, Robespierre rappelle avec force cette fonction politique du théâtre "Pourquoi nos théâtres, qui doivent avoir tant d'influence sur l'esprit public, sont-ils encore si peu dignes de notre Révolution ? Pourquoi la voix de la volupté n'y suspend-elle ses accents que pour faire entendre celle de la flatterie et de la servitude ? (…) Ne pouvez-vous pas du moins ordonner qu'à certains jours les chefs d'œuvres dramatiques qui peignent les charmes de la liberté, tels que Brutus, Guillaume Tell, Gracchus, seront joués de temps en temps au profit des victimes du despotisme ? Ne pouvez-vous pas décerner des récompenses aux auteurs qui auront, au jugement du peuple, donné les pièces qui peindront le mieux les grandes actions des héros de la patrie ?"51.

54Ordonner, récompenser : ainsi s'annonce la politique dirigiste implacable du Comité de Salut public.

55Les goûts esthétiques de Robespierre (Voltaire, Lemierre, M.-J. Chénier), ceux du temps, n'ont certes pas été sanctionnés par la postérité. Mais il s'agissait, à ses yeux, surtout de morale. Sa culture théâtrale était d'ailleurs plus vaste. C'est ainsi qu'il cite non seulement les classiques (Molière, le Misanthrope, Tartuffe, les Fourberies de Scapin), mais telle farce, aujourd'hui oubliée, Jérôme Pointu, de Lenoir, qui fut jouée trente-neuf fois de 1789 à 1792. Quand avait-il eu le temps de la voir ?

  • 52 Il faudrait montrer comment la Révolution dépasse, sur certains points, les idées des Lumières : e (...)

56En définitive, dans tous les domaines, politique, esthétique, social, Robespierre reste avant tout un moraliste, avec les vertus et les limites de cette perspective (illusion pédagogique). En cela aussi, il apparaît pour l'essentiel comme un homme des Lumières, malgré quelques avancées en marge de Montesquieu. Celles-ci semblent être le fruit de son expérience de dirigeant révolutionnaire : le sens de l'Histoire, c'est-à-dire du mouvement des choses, d'une causalité multiple et complexe52. Surtout, peut-être, Robespierre manifeste le souci de développer (voire de "construire") l'unité des Lumières, sans exclure, malgré la difficulté de la tâche, aucune composante, afin d'assurer la victoire sur la contre-révolution dans le combat d'idées.

Notes

1 Œuvres complètes, t. 1, p. 1.

2 Ibid., t. 4, p. 122-123.

3 Ibid., t. 3, Correspondance, p. 101.

4 Ibid., t. 1, p. 44, 45.

5 Ibid., t. 6, p. 375 (25 mai 1790).

6 Ibid., t. 6, p. 341, 364 ; t. 7, p. 37, 77, 139, 172, 496, etc.

7 Ibid., t. 7, p. 115 (9 mars 1991).

8 Il aurait pu citer ici le ch. VII, liv.4, le ch. I, liv. 2, le ch. XI, liv. 3.

9 Œuvres complètes, t. 7, p. 613, (10 août 1791).

10 Ibid., t. 7, p. 386 (fin mai 1791).

11 Ibid., t. 9, p. 504-505 (10 mai 1793).

12 Ibid., t. 9, p. 509 (16 juin 93).

13 Ibid., t. 10, p. 353.

14 Voici, sauf oubli, l’ensemble des références importantes, Œuvres complètes, t. 6, p. 77-78, 87-88, 88-89, 90-91, 430-31 ; t. 7, p. 113, 124, 328-29, 386, 390-91 ; t. 8, p. 497, 504, 569 ; t. 9, p. 150, 193 ; t. 10, p. 353 ; t. 5, p. 17,51, 128, 169, 191.

15 Ibid., t. 6, p. 89 (sept 89).

16 Ibid., t. 8, p. 89, 90 (2 janvier 1792, Jacobins).

17 Ibid., t. 1, p. 499 (16 juin 90).

18 Ibid., t. 7, p. 166 (avril 1791).

19 Le Babillard du Palais Royal, no 61, p. 142 (août 1791).

20 Œuvres complètes, t. 9, p. 475 (15 avril 93).

21 Ibid., t. 7, p. 572, 573 (14 juillet 1791).

22 Ibid., t. 7, p. 634 (15 août 1791).

23 Ibid., t. 7, p. 376-377.

24 Courrier de Provence, VIII, 399.

25 Œuvres complètes, t. 7, p. 56, 57 (3 fév. 1791).

26 Ibid., t. 5, p. 170 (28 déc. 1792).

27 Ibid., t. 5, p. 117 (7 déc. 1792).

28 Ibid., t. 10, p. 457.

29 Ibid., t. 10, p. 173 (7 nov. 1793).

30 Ibid., t. 10, p. 235-236 (15 frimaire an II, 5 déc. 93).

31 Ibid., t. 10, p. 198 (11 oct. 93).

32 Moniteur, 26 mai 92, p. 499, et Contrat, édit. J.-L. LECUELLE, liv. IV. IV, 217-219.

33 Œuvres complètes, t. 5, p. 118 (8 déc. 92).

34 Ibid., t. 10, p. 229.

35 Ibid., t. 5, p. 120.

36 Ibid., t. 10, p. 458 et 461.

37 Ibid., t. 10, p. 235 (5 déc. 93).

38 Ibid., t. 10, p. 240 (12 déc. 93).

39 Ibid., t. 10, p. 229.

40 Ibid., t. 10, p. 361 (5 fév. 94).

41 Ibid., t. 8, p. 233.

42 Ibid., t. 4, p. 36-37.

43 Ibid., t. 4, p. 68.

44 Ibid., t. 8, p. 190 (10 fév. 1792).

45 Ibid., t. 7, p. 143 (19 mars 1791).

46 Ami du Roi, 21 janvier 1791, 2.

47 Œuvres complètes, t. 5, p. 110, "Réponse à Jérôme Pétion", 30 nov. 92.

48 On a reconnu, à la fin, une réminiscence de la Lettre à d’Alembert sur les spectacles, éd. VARLOOT, Folio, 1987, p. 187.

49 Œuvres complètes, t. 8, p. 105 (10 janv. 1792).

50 Ibid., t. 6, p. 169 (16 déc. 1789).

51 Ibid., t. 8, p. 179.

52 Il faudrait montrer comment la Révolution dépasse, sur certains points, les idées des Lumières : en ce qui concerne, par exemple, les pièges et la réversibilité fréquente du signifiant, Robespierre offre des analyses très lucides. Ainsi cette remarque : "Ce qui m’effraye aujourd’hui, c’est que nos ennemis parlent le même langage que nous".

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1269/img-1.jpg
File image/jpeg, 464k

Author

Besançon

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Terms of use: http://www.openedition.org/6540