Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

III. Église et armée

Le recrutement des vicaires généraux dans les diocèses de la France de l'Est et des pays rhénans aux xvie, xviie et xviiie siècles

Louis Châtellier

Texte intégral

  • 1 Edouard FOURNIER, L'origine du vicaire général et des autres membres de la curie diocésaine, Paris, (...)
  • 2 Pour Strasbourg, René METZ, La monarchie française et la provision des bénéfices ecclésiastiques en (...)
  • 3 Marc LIENHARD, "La Réforme à Strasbourg", dans Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, éd. (...)
  • 4 Bernard ROUSSEL, "Les premières dissidences religieuses du XVIe siècle à Metz (Hiver 1523 - Eté 152 (...)
  • 5 René TAVENEAUX, "La vie religieuse au temps de la réforme catholique XVIe et XVIIe siècles", dans H (...)
  • 6 Bernard ARDURA, Nicolas Psaume (1518-1575), évêque et comte de Verdun, Paris, Ed. Cerf, 1990.
  • 7 Bernhard DUHR, S.J., Geschichte der Jesuiten in den Ländern deutscher Zunge, Freiburg und Regensbur (...)

1Le problème que nous nous proposons d'étudier peut apparaître fort limité. Il s'agit de savoir comment était désigné sous l'Ancien Régime le vicaire général, c'est-à-dire le représentant de l'évêque, celui qui exerce toute la juridiction épiscopale sous l'autorité du titulaire du siège comme le définit aujourd'hui encore le code de droit canonique1. Mais la région choisie n'est pas indifférente. Elle concerne les évêchés situés entre Rhin et Meuse, tous suffragants des métropoles de Trèves et de Mayence, soit le coeur de l’Église du Saint-Empire. Dans ces territoires s'appliquait, en certains cas jusqu'en 1806, le concordat germanique qui voulait que le chapitre cathédral fût en possession d'élire l'évêque, règle d'autant plus solidement en vigueur que se trouvaient dans les stalles de chanoines les représentants de la plus haute noblesse de l'Empire. Il était exigé, en effet, des candidats aux prébendes des cathédrales de Cologne et de Strasbourg seize quartiers de noblesse princière ou comtale tant du côté paternel que maternel2. Cette région aussi fut marquée par de grands affrontements religieux. Dès 1524 Strasbourg devint un haut lieu de la Réforme3. Metz fut touchée presque en même temps4. Le duc Antoine de Lorraine, qui prit dès 1523 des mesures contre la diffusion de la doctrine luthérienne et écrasa dans la plaine d'Alsace les bandes de paysans révoltés (1525) se conduisit déjà en prince de la Contre-Réforme5. Cette dernière se manifesta très tôt dans la région. L'évêque de Verdun, Nicolas Psaume (1548-1575), fut un des premiers prélats des pays de langue française à imposer l'application des décrets du concile de Trente dans son diocèse6. La mise en place de tout un réseau d'universités ou d'académies catholiques à Louvain, à Trèves, à Cologne, à Pont-à-Mousson, à Molsheim en Alsace et à Fribourg-en-Brisgau fut un élément capital du dispositif de lutte contre l'hérésie conçu principalement par les Jésuites7.

2Dans ces pays, la religion était peut-être plus qu'ailleurs étroitement mêlée aux problèmes politiques. Le roi de France, l'empereur et le roi d’Espagne - à cause des Pays-Bas et du Luxembourg - étaient ici en proche voisinage. Ils devaient tenir le plus grand compte des trois électeurs ecclésiastiques de Trèves, de Mayence et de Cologne - de ce dernier principalement depuis qu'il appartenait (1583) à la maison de Bavière - et des princes laïcs tels que le comte palatin du Rhin, les ducs de Clèves et de Juliers, le duc de Lorraine ou encore de la République de Strasbourg.

3Il est donc aisé de comprendre la difficulté posée par l'administration de ces diocèses. Au poids de la tradition se mêlaient toujours les intérêts de la politique et ceux de l’Eglise. Ce furent ces considérations variables suivant les époques et suivant les diocèses qui furent déterminantes dans le recrutement des vicaires généraux.

1. Les intérêts de l'évêché

  • 8 Louis CHÂTELLIER, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l'ancien diocèse de Strasbourg (...)
  • 9 Ibid., p. 50 ; pour l'évêché de Toul, Eugène MARTIN, Histoire des diocèses de Tout, de Nancy et de (...)
  • 10 Helvetia Sacra, fondée par R. HENGGELER, dirigée par A Bruckner, t. I, 1, Berne, Francke, 1972, pp. (...)
  • 11 Louis CHÂTELLIER, op. cit., pp. 88-96 (Strasbourg) ; F. PAULY, "Aus der Geschichte des Bistums Trie (...)
  • 12 Peter SCHMIDT, Das Collegium Germanicum in Rom und die Germaniker. Zur Funktion eines römischen Aus (...)
  • 13 Louis CHÂTELLIER, op. cit., p. 103.
  • 14 Ibid., p. 103.

4La première tâche de ces derniers était d'administrer, au spirituel, l'évêché. Celui-ci était bien différent du diocèse, circonscription où s'exerçait la juridiction purement spirituelle du prélat. C'était un ensemble de terres et de droits qui donnaient à celui qui en était investi le titre si envié de prince du Saint-Empire. Le prince-évêque néanmoins restait un usufruitier qui n’agissait, au temporel surtout, qu'en accord avec son chapitre cathédral, véritable puissance stable et permanente8. Aussi le grand vicaire eut-il, jusqu'au milieu du XVIIe siècle au moins, à solliciter l'investiture du chapitre ; souvenir du temps où cette fonction revenait de droit à l'un des membres de l'assemblée capitulaire revêtu de la dignité d'archidiacre9. A l’époque où commence cette étude il y avait longtemps, du moins près des sièges les plus illustres, que les chanoines ne considéraient plus les humbles charges pastorales comme compatibles avec leur rang et celui de leur lignage. La fonction fut alors dévolue à quelque représentant de ces familles bourgeoises ou de la petite noblesse employées pendant plusieurs générations au service du prince ou de son chapitre cathédral, comme conseillers, receveurs de seigneurie ou prévôts de village. Il est ainsi possible de connaître pour l'évêché de Bâle et l'électorat de Trèves en particulier les quelques familles qui ont servi sans discontinuer les princes-évêques dans les emplois civils et ecclésiastiques tout au long des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles10. Ce mode de désignation des vicaires généraux offrait plusieurs avantages. Celui de la fidélité en premier lieu ; et aussi de la compétence. Car on pouvait penser que des hommes dont les parents avaient occupé des postes de responsabilité pendant de longues années soit aux frontières de la principauté soit à proximité des régions protestantes avaient acquis une connaissance intime des problèmes spécifiques de l'administration épiscopale. Il convient de remarquer que la mise en application des décrets du concile de Trente concernant la formation du clergé et les conditions requises pour recevoir les saints ordres ne modifia nullement ce mode de recrutement. L'évêque ou son chapitre se portait souvent garant du titre clérical qu'il fallait produire désormais avant le sous-diaconat. Il recommandait parfois et entretenait de ses deniers les jeunes gens qu'il destinait aux grands emplois ecclésiastiques et qu'il envoyait à Rome acquérir la formation spécialement prévue pour les futurs titulaires des hautes fonctions de l’Église allemande11. Le Collegium Germanicum de Rome était, en effet, destiné depuis sa fondation en 1552 à préparer les futurs responsables de l’Église du Saint-Empire à accomplir leurs tâches. Dans un premier temps au moins, nobles et roturiers y furent envoyés indistinctement dans ce but12. La création des séminaires diocésains ne changea pas la situation puisque les places fondées par l'évêque - et donc gratuites - furent réservées par priorité aux enfants des familles attachées à son service. L'évêque de Strasbourg, François-Egon de Fürstenberg ordonnait en 1669, à son conseil ecclésiastique de recevoir à "l'alumnatus" de Molsheim le fils de son capitaine, prévôt de surcroît, d'un des gros villages de ses terres. Il ne s'expliquait pas, car cela lui paraissait naturel13.Trente ans plus tard, son frère, Guillaume-Egon de Fürstenberg, régla de la façon la plus claire l'attribution des places vacantes au nouveau séminaire de Strasbourg : que la préférence, écrivit-il, soit donnée aux sujets "des terres de l'évêché s'il s'en peut trouver qui soient en estat d'y estre receus"14 Ce qui était toujours vrai pour l'Alsace qui commençait pourtant, vers 1700, à être touchée par l'influence de l’Église gallicane l'était, à plus forte raison, pour les évêchés restés attachés à la tradition du monde germanique.

  • 15 D'après la notice de Wolfgang SEIBRICH dans Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches.... op. cit (...)
  • 16 Helvetia Sacra, pp. 233-234.

5Au XVIIIe siècle, à Bâle comme à Trèves, les principes du recrutement des vicaires généraux n'avaient pas varié. Jean-Nicolas de Hontheim, devenu célèbre par la suite sous le pseudonyme de Febronius, naquit à Trèves en 1701 d'une famille anoblie en 1622. Son père était receveur général du chapitre cathédral. Sa mère, née von Anethan, appartenait à une famille (anoblie en 1630) qui depuis plusieurs générations était attachée aux princes électeurs. Plusieurs de ses membres avaient été membres du conseil secret, l'un même chancelier. Elle était la petite nièce de l'ancien vicaire général et évêque suffragant, Jean-Henri von Anethan. La voie du jeune Jean-Nicolas était donc toute tracée. Tonsuré à douze ans, il fut pourvu, grâce à un autre parent von Anethan, d'un canonicat à Saint-Siméon de Trèves. Après des études de théologie et surtout de droit couronnées par un doctorat soutenu dans cette dernière ville, il accomplit son "Cavalierstour" qui le conduisit à Rome. De retour à Trèves, il fut ordonné en 1728 et presque aussitôt nommé assesseur à l'officialité puis chargé plus spécialement des affaires des doyennés wallons. Après un passage à l'université, il fut chargé en 1738 de Coblence et de sa région avec le titre de commissaire official. Dans cette ville de cour il se forma à la conduite des affaires temporelles et spirituelles d'un électorat ecclésiastique. La nomination aux fonctions de vicaire général et d'évêque suffragant (1748) fut la conclusion de ce stage et l'étape finale d'une carrière en tous points exemplaire15. Comparable fut celle de Jean-Baptiste Gobel, futur évêque constitutionnel de Paris pendant la Révolution française. Son père était aussi officier du chapitre cathédral (procureur fiscal) dans la petite ville alsacienne de Thann. Sa mère, Marie-Thérèse Haus, appartenait à une famille d'aubergistes, fermiers des terres épiscopales et "Schultheiss", c'est-à-dire prévôts, de Stein sur le Rhin, près de Theinfelden, à l'extrémité orientale de l'évêché. Elle était surtout la petite nièce de deux vicaires généraux et évêques suffragants, Jean-Christophe et Jean-Baptiste Haus respectivement en fonctions de 1705 à 1725 et de 1729 à 1745. Tout comme Hontheim, Gobel fut chanoine de collégiale dès son plus jeune âge (à Moutier Grand Val). De 1745 à 1750, il fut étudiant au Collegium Germanicum de Rome. Ordonné prêtre dès son retour, il entra très vite dans l'administration épiscopale. Official et provicaire en 1756, il fut promu vicaire général en 1763 puis évêque suffragant en 177216

6Ces deux exemples de personnages qui marquèrent, à des titres divers, l'histoire de l’Église de la fin du XVIIIe siècle révèlent que ce type de recrutement n'aboutissait pas forcément à la mise en place d'administrateurs routiniers dont l'horizon était borné par les limites de leur petite principauté. On peut, au contraire, s'interroger sur le poids de l'expérience vécue au quotidien par ces prélats dans l'élaboration d'une doctrine sur les rapports entre l’Église et l’État. Celle-là aurait-elle pris une forme aussi nette dans le De Statu Ecclesiae (1763) de Febronius si celui-ci n'avait pas connu dès l'enfance et passé sa vie à diriger une antique institution dont le caractère dominant était justement l'intime union entre le politique et le religieux ? La constitution civile du clergé avait-elle de quoi, du moins en ses débuts, effrayer un Gobel qui était accoutumé à considérer le prince comme le suprême détenteur du pouvoir temporel et spirituel ?

2. Les intérêts des grandes puissances

  • 17 Eugène MARTIN, op. cit., vol. I et II : Henri TRIBOUT DE MOREMDERT, Histoire du diocèse de Metz, Pa (...)

7Il faut bien admettre, toutefois, qu'à la fin du XVIIIe siècle, cette situation qui vient d'être décrite n'était plus présente, dans la région étudiée, que sous une forme résiduelle. La cause est à chercher dans la stratégie adoptée par les puissances riveraines depuis le milieu du XVIe siècle en vue de la formation de grands États souverains, ce que les historiens allemands nomment le "Frühabsolutismus". Or, dans ce processus, les terres ecclésiastiques et, en premier lieu, les évêchés furent très recherchés et tinrent une place importante. Les séquestres opérés par les princes protestants au temps de la Réforme et au début du XVIIe siècle ne furent pas seuls. Dans le camp adverse, des pratiques tout à fait semblables furent le fait de ceux qui se présentaient comme les soutiens les plus résolus de la Contre-Réforme. La maison de Lorraine en fut un bon exemple. Lorsque le cardinal Jean de Lorraine était à la tête des trois évêchés de Metz (1505-1550), de Toul et de Verdun soit en personne soit par clients interposés, c'était bien une façon d'imposer, en l'étendant, l'autorité des ducs. Lorsque dans la période suivante, le cardinal Charles de Lorraine-Guise (mort en 1574) joignit aux trois évêchés lorrains administrés, sous son contrôle, par des hommes de confiance, la considérable Église de Reims il révéla fort bien l'étendue des ambitions de sa maison. A l'extrême fin du siècle, la présence d'un autre cardinal de Lorraine à Metz et à Strasbourg laissait apparaître une orientation nouvelle de la politique du duché et un glissement de ses centres d'intérêt en direction du Nord et de l'Est17.

  • 18 Philippe André GRANDIDIER, op. cit., p. 11.
  • 19 Ibid., pp. 11-12.
  • 20 Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., p. 113.
  • 21 Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France, XXVIII Etats allemands, vol. III, (...)
  • 22 Isabelle BONNOT, Hérétique ou Saint ? Henri Arnauld évêque janséniste d'Angers, Paris, Nouvelles Ed (...)
  • 23 Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., p. 119.
  • 24 Sur eux notices de Louis CHÂTELLIER, dans Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches..., op. cit., (...)

8Au XVIIe siècle cependant, les États de moyenne grandeur connurent des difficultés surtout lorsque - ce qui était le cas de la Lorraine - ils se trouvaient pris entre de grandes puissances. La région située entre Rhin et Meuse devint alors, plus que jamais, un enjeu d'importance dans la rivalité qui opposait les rois de France aux Habsbourg. Le successeur de Charles de Lorraine sur le siège de Strasbourg fut l'archiduc Léopold (1607-1625) petit-fils de l'empereur Ferdinand Ier et frère du futur empereur Ferdinand II18 lequel était le père du successeur de Léopold, Léopold-Guillaume (1625-1662) qui était aussi gouverneur des Pays-Bas espagnols19. Au même moment la couronne de France qui s'était contentée d'une occupation militaire dans les trois villes de Metz, Toul et Verdun s'avisa d'y placer des évêques à sa dévotion. En 1612 - donc moins de cinq ans après l'élection à Strasbourg d'un archiduc - un bâtard du roi Henri IV, Henri de Bourbon-Verneuil devint évêque de Metz20. Dans les années 1630 alors qu'un axe Bruxelles - Strasbourg était en train de se mettre en place grâce à la personne de l'archiduc Léopold-Guillaume, la diplomatie française visait à le démanteler en gagnant à sa cause l'électeur de Trèves Philippe-Christophe von Sötern. La nomination du cardinal de Richelieu au décanat du chapitre cathédral pouvait apparaître comme la première étape vers la coadjutorerie de l'archevêché (1633)21. En même temps, la monarchie poursuivait son investissement méthodique des évêchés de la Lorraine. En 1637 le représentant d'une grande famille de robe française, Henri Arnauld, obtint du roi un brevet de nomination pour le siège de Toul22. En 1652, le cardinal de Mazarin fut choisi pour Metz23. Dans l'un comme dans l'autre cas les élections capitulaires ne furent pas confirmées par le pape. Il n'empêche qu'il y avait là l'expression d'une volonté politique bien affirmée. Après les traités de Wesphalie, il est vrai, la situation se trouva compliquée par les ambitions d'un troisième partenaire, la Bavière, que la France et l'Autriche avaient tout intérêt à ménager. Bien implantés à Cologne depuis la fin du XVIe siècle, les Wittelsbach cherchaient à renforcer leurs positions dans toute la région rhénane et mosellane. N'ayant pu obtenir le Bas-Palatinat, ils orientaient leurs efforts vers les territoires ecclésiastiques les plus prestigieux de la région : les évêchés de Liège, Metz et Strasbourg, les abbayes de Stavelot et de Malmédy. Ils espéraient obtenir satisfaction grâce à leurs clients nombreux dans les chapitres de la région et surtout à leurs agents très actifs, les frères de Fürstenberg, qui servaient également le roi de France et, de plus en plus, leurs propres intérêts. Ils furent d'abord élus successivement à Metz, sans obtenir l'investiture pontificale. A Strasbourg enfin, grâce à l'autorité de Louis XIV, ils devinrent princes-évêques (François-Egon de 1662 à 1682 et Guillaume-Egon de 1683 à 1704)24. A la fin du XVIIe siècle, il était clair que la France avait réussi à imposer des évêques de son choix à Metz, Toul et Verdun et même à Strasbourg (dont l'évêque restait pourtant prince du Saint-Empire). Trèves et Bâle, par contre, étaient plus rattachées que jamais à l’Église germanique.

  • 25 Médard BARTH, "Der Strassburger Weihbishof Paul Graf Aldringen (1627-1644)", dans Archiv fur Elsäss (...)
  • 26 Wolfgang SEIBRICH, dans Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches.... op. cit., pp. 191-192.

9Cette rivalité des grandes puissances pour le contrôle des évêchés rhénans et mosellans ne fut pas sans conséquences sur leur situation intérieure et le choix de leurs administrateurs. La nomination de François de Rosières comme vicaire général de l'évêque de Toul, Pierre du Châtelet (1565-1580), fut en réalité l'oeuvre du duc Charles III de Lorraine lui-même. Celui-ci trouvait tout naturel de placer auprès d'un prélat qui était un de ses hommes de confiance, un officier de la couronne (François de Rosières était maître des requêtes et conseiller d’État) qui servirait avec zèle les intérêts de son prince. Les Habsbourg n'agissaient pas autrement et leurs choix prenaient quelquefois une signification politique pleine d'enseignements. Lorsque l'archiduc Léopold-Guillaume devint évêque de Strasbourg il appela auprès de lui pour devenir son grand vicaire et son évêque suffragant, Paul d'Aldringen, le frère du célèbre Jean d'Aldringen, un des généraux de l'empereur Ferdinand II25. Au plus fort de la guerre de Trente ans (1627), cette désignation ne dut pas passer inaperçue dans la République de Strasbourg luthérienne. Elle annonçait que la reconquête catholique énergique n'aurait peut-être pas lieu seulement en Bohême ou en Palatinat mais qu'elle pouvait fort bien se produire dans la Basse-Alsace protestante. A Trèves la mort de l'électeur Philippe Christophe von Sötern (1652) qui avait autrefois demandé la protection du roi de France fut accompagnée d'une transformation complète dans l'administration de son évêché. Le vicaire général choisi par l'électeur Karl Kasp von Leyen, Jean Holler, se recommandait surtout par sa très grande fidélité aux Habsbourg, à l'archiduc Léopold-Guillaume, en particulier, dont il avait été le chargé d'affaires à Rome pendant de longues années26.

  • 27 Jean Baptiste PELT, Etudes sur la cathédrale de Metz. Textes extraits principalement des registres (...)
  • 28 Louis CHÂTELLIER, dans Die Bishöfe des Heiligen Römischen Reiches…, op. cit., p. 254.
  • 29 Ibid., pp. 361-362.

10L'installation d'évêques français ou favorables aux intérêts français dans la région entraîna des bouleversements comparables, peut-être plus importants, dans la direction des affaires diocésaines. Dès 1638 un agent du cardinal de Richelieu, Claude de Bruillard de Coursant obtint l'abbaye Saint-Symphorien de Metz en commende. Il entra au chapitre cathédral de la même ville et fut élevé à la première dignité, celle de princier. Enfin, en 1652, il fut choisi par l'évêque nommé, le cardinal Mazarin, comme vicaire général et il entra la même année au Parlement de Metz comme conseiller. Cette double affectation, comme celle de François de Rosières autrefois à Toul (cf. supra) montre bien quelle était sa véritable mission. C'est sans doute la conscience de celle-ci qui faisait prétendre à l'ancien protégé de Richelieu qu'il était "vicaire général seul et irrévocable" ; formule à tout le moins surprenante du strict point de vue du droit canonique, mais compréhensible si Bruillard de Coursant se considérait comme le représentant du roi dans l'évêché27. A Strasbourg, après l'acte de capitulation de la ville en 1681, la volonté royale se manifesta avec plus de force encore. Le vicaire général, Lambert a Laër fut expulsé de Strasbourg avec interdiction d'exercer ses fonctions sur ordre de Louvois le 24 avril 168528. Or, il s'agissait d'un des proches de Guillaume-Egon de Fürstenberg qui était considéré dans tout l'Empire comme un agent de Louis XIV. Mais il est probable que ces garanties très appréciées au temps de la Ligue du Rhin paraissaient bien insuffisantes à l'époque des Réunions et de la trêve de Ratisbonne. La cour de Versailles avait besoin désormais d'hommes à elle dans tous les postes de responsabilité en Alsace et, plus particulièrement, auprès de l'évêque à qui il s'agissait constamment de rappeler les volontés du roi et, en l'absence du prélat, de les exécuter avec exactitude. Aussi, ce fut un ecclésiastique très bien en cour, Martin de Ratabon, qui fut choisi par le tout-puissant ministre pour remplacer Lambert a Laër. Fils d'un ancien intendant des bâtiments du roi qui avait été l'une des victimes de Colbert, devenu l'un des protégés de la puissante famille ministérielle des Phélypeaux, beau-frère de Louis Verjus comte de Crécy ministre plénipotentiaire de France auprès de la diète de Ratisbonne, Ratabon avait tout ce qu'il fallait pour remplir, selon les voeux de la cour, la délicate mission qui lui avait été assignée dans ce diocèse de la frontière29.

  • 30 Pour l'Alsace, voir René METZ, op. cit., pp. 239-283.

11Il s'agissait, il est vrai, d'un cas extrême à une époque de grande activité diplomatique et de préparatifs intenses, à l'intérieur du royaume en vue de la révocation de l'édit de Nantes. Néanmoins l'habitude se prit, à compter des années 1680, de n'admettre comme grands vicaires dans les évêchés de Metz, Toul, Verdun et Strasbourg que des ecclésiastiques nés sujets du roi. Le Parlement de Metz et le Conseil souverain de Colmar furent chargés d'y veiller et de procéder aux enquêtes nécessaires30.

  • 31 Louis CHÂTELLIER, Tradition chrétienne et renouveau catholique..., op. cit., pp. 244-249.
  • 32 René TAVENEAUX, Le jansénisme en Lorraine, 1640-1789, Paris, Vrin, 1960, pp. 99-105.

12On aurait tort, cependant, de penser que les intérêts des grandes puissances fussent forcément en opposition avec ceux de la Religion. Ratabon fut le premier à réaliser dans le diocèse de Strasbourg une visite pastorale approfondie, paroisse après paroisse, selon les directives qui avaient été formulées par les pères du concile de Trente31. Cinquante ans plus tôt, Martin Meurisse évêque suffragant à Metz (1628-1644) qui avait été désigné par la cour pour suppléer le titulaire du siège, Henri de Bourbon-Verneuil, toujours absent, avait surtout pour tâche de préparer la pénétration de l'influence française dans la région. Il fit beaucoup plus en visitant avec ardeur le diocèse, en organisant des missions, en prêchant et en tenant des synodes. Pendant les années les plus sombres de la guerre de Trente ans, il intéressa au sort de la Lorraine Vincent de Paul qui organisa pour lui venir en aide une véritable campagne de solidarité32.

3. Les intérêts de l’Église

  • 33 Ibid., pp. 170-174 ; Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., p. 119.
  • 34 Eugène MARTIN, op. cit., vol. II, p. 236.
  • 35 René METZ, op. cit., pp. 310-322.

13Avec le temps, toutefois, les grandes puissances laissèrent l’Église administrer ce qui lui revenait de droit. D'ailleurs, toutes les précautions furent prises pour éviter ce qui aurait pu porter ombrage à la puissance souveraine. En 1668, la monarchie française obtint de la papauté l'extension aux trois évêchés de Metz, Toul et Verdun du concordat de Bologne de 1516. En Lorraine donc, comme en France, la nomination aux bénéfices majeurs revint au roi. Celui-ci usa sans tarder de son droit. A Verdun, sur le siège occupé jusqu'en 1661 par un membre de la famille de Lorraine (François de Lorraine-Chaligny), il plaça un ecclésiastique français, Armand de Mouchy d'Hocquincourt (1667). Georges d'Aubusson de la Feuillade à Metz (1669) remplaça Guillaume-Egon de Fürstenberg33 A Toul où Louis XIII avait eu tant de mal à faire reconnaître par le pape les prélats qu'il avait choisis, Louis XIV obtint d'Alexandre VII, en 1655, la confirmation d'André du Saussay, premier d'une suite ininterrompue d'évêques nommés par le roi34. Cette stratégie eut son couronnement en 1701 quand la diplomatie royale obtint du Grand-Chapitre de Strasbourg - qui avait conservé son droit d'élire le prince-évêque - le choix d'un membre d'une illustre famille de la noblesse française, Armand-Gaston de Rohan-Soubise, comme coadjuteur de Guillaume-Egon de Fürstenberg35. Les Rohan devaient occuper pendant un siècle le siège de Strasbourg.

  • 36 DieBischöfe des Heiligen Rômischen Reiches..., op. cit., pp. 430-446.

14Avec des méthodes entièrement différentes la cour de Vienne ne resta pas inactive. Grâce à la consolidation du "parti" impérial qui existait dans tous les chapitres du Saint-Empire, elle parvint à faire élire, en particulier près des frontières, des évêques qui lui étaient entièrement acquis. Un bon exemple est constitué par la famille de Schönborn dont des représentants occupaient presque simultanément entre 1700 et 1740 les sièges de Trèves, Mayence, Spire, Worms, Constance formant ainsi face aux désirs d'expansion de la France une véritable barrière de gardiens fidèles des libertés germaniques et des traditions de l’Église allemande36.

  • 37 Augustin CALMET (Dom), Bibliothèque lorraine, Nancy, 1751, col. 553-554 ; Eugène MARTIN, op. cit., (...)
  • 38 . Louis CHÂTELLIER, in Die Bischöfe des Heiligen Römischen.... op. cit., pp. 33-34

15Dès lors, les souverains qui étaient désormais sûrs des évêques, ne se préoccupèrent plus de leurs subordonnés. Ceux-là les prirent souvent parmi les ecclésiastiques de la curie épiscopale qui se recommandaient par une longue expérience du diocèse. Ainsi s'explique la durée de fonction de Claude de l'Aigle à Toul sous les épiscopats successifs de Jacques de Fieux, Henri de Thiard de Bissy, François Blouet de Camilly et Scipion Begon (de 1680 à 1733) ou de Jean-François Riccius à Strasbourg de 1714 à 175637. A partir de la fin du XVIIe siècle de nouveaux critères de recrutement furent souvent pris en compte. Le passage par le séminaire de Saint-Sulpice à Paris et une recommandation de son puissant supérieur, Monsieur Tronson, étaient des garanties dont les évêques français tenaient le plus grand compte. Ce furent elles, sans doute, qui conduisirent le normand François Blouet de Camilly à Strasbourg (1694-1705)38 Dans le Saint-Empire, il y avait longtemps déjà que le Collegium Germanicum de Rome bénéficiait d'un prestige équivalent. Il arrivait aussi que de jeunes abbés se fissent remarquer en des occasions où leurs talents de diplomates ou d'administrateurs paraissaient au grand jour. Telles étaient les Assemblées du clergé de France. Mais deux modes de recrutement - qui ne s'excluaient pas d'ailleurs - s'imposaient dans l’Église du XVIIIe siècle.

  • 39 Eugène MARTIN, op. cit., vol. II, pp. 568-569.
  • 40 Bernard de BRYE, Un évêque d'Ancien Régime à l'épreuve de la Révolution. Le cardinal A.L.H. de la F (...)
  • 41 Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., pp. 124-166.

16Les personnages revêtus de quelque autorité avaient toujours eu leurs familiers : parents plus ou moins éloignés, jeunes gens dont ils avaient remarqué les compétences ou, tout simplement, qui leur avaient été recommandés. Comment se fait-il qu'au XVIIIe siècle les évêques, même de médiocres diocèses, éprouvèrent le besoin de s'entourer de tant d'abbés et de chapelains domestiques dont plusieurs se trouvaient décorés du titre de vicaire général sans en exercer les fonctions ? Etait-ce une manifestation de l'épiscopalisme par la reprise du modèle romain ? Lorsque Monseigneur Drouas de Boussey fut promu sur le siège de Toul en 1754 il s'empressa de nommer trois vicaires généraux dont deux (son frère et un prêtre irlandais) venaient de Sens où ils avaient été comme lui des protégés de Monseigneur Languet de Gergy. Le troisième, l'abbé de Théré, neveu du chancelier de la Galaizière lui fut imposé sur place par les nécessités de la politique39. A l'extrême fin du siècle, l'évêque du nouveau diocèse de Nancy, Monseigneur de la Fare, nomma huit vicaires généraux dès son arrivée dans sa ville épiscopale (1788)40. Son voisin, à Metz, Louis Joseph de Montmorency-Laval en avait dix, la plupart très jeunes, d'excellente noblesse, en attente d'évêchés41. Cette situation n'était pas pour faciliter les relations des évêques avec leur clergé paroissial surtout - comme cela se produisait souvent - s'il était de grande valeur. L'abbé Grégoire, confiné dans la cure minuscule d'Embermesnil, près de Lunéville, trouvait certainement dans cette situation pénible matière à d'amples réflexions.

  • 42 René TAVENEAUX, op. cit., pp. 169-192,207-236.
  • 43 Ibid., pp. 176-191,255 ; Dam Augustin CALMET, op. cit.
  • 44 Louis CHÂTELLIER, in Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches.... op. cit., pp. 536-537.
  • 45 Wolfgang SEIBRICH, ibid., pp. 71-72, 192-195.

17Le second mode de recrutement qui fut très répandu dans la première moitié du XVIIIe siècle, reposait sur ce qu'on pourrait appeler les critères idéologiques. En effet, les évêques qui tinrent une place importante dans le débat qui agita toute l’Église de France à propos de la bulle Unigenitus eurent recours à de véritables équipes de collaborateurs qui les aidèrent dans la préparation de leurs mandements ou de leurs ouvrages. Ce fut le cas de Thiart de Bissy à Toul et du cardinal de Rohan à Strasbourg pour le "parti constitutionnaire", de Mouchy d'Hocquincourt et d'Hippolyte de Béthune à Verdun et de Charles du Cambout de Coislin à Metz pour le groupe adverse, de sympathie janséniste et que l’on appelait quelquefois le "tiers parti"42. Ces conseillers jansénistes ou proromains ont été parfois appelés par les évêques de leur propre volonté. Mais ce choix leur fut peut-être proposé par des confrères ou amis plus fortement intégrés dans ce qu'on a nommé le réseau janséniste auquel répondait très vraisemblablement une organisation clandestine adverse. Les vicaires généraux Louis Habel à Verdun, Joseph Séron et Pierre Brayer à Metz représentèrent parfaitement cette influence jansénisante43. Jean Vivant qui avait été placé auprès du cardinal de Noailles pour le pousser à l'acceptation de la Bulle acheva sa carrière comme vicaire général et suffragant du cardinal de Rohan à Strasbourg44 A la différence des petits abbés poudrés qui entouraient Monseigneur de Montmorency-Laval ces docteurs en Sorbonne eurent une influence durable sur les diocèses où ils officièrent. Les catéchismes publiés par leurs soins à Verdun et à Metz contribuèrent à former des générations de fidèles et à faire pénétrer dans le public des idées et des comportements jansénistes. A Strasbourg, au contraire, les ecclésiastiques attirés par le cardinal de Rohan agissant en plein accord avec les Jésuites contribuèrent à faire du diocèse un véritable centre "ultramontain" avant la lettre. Aussi, lorsque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle se propagèrent les idées issues des Lumières, Strasbourg fut un des lieux où se prépara la riposte. Signe révélateur : la disgrâce de Nicolas de Hontheim à Trêves fut préparée par un réseau en grande partie strasbourgeois et ce fut un strasbourgeois, Jean-Marie Cuchot d'Herbain qui devint vicaire général et évêque suffragant (1778) avec pour mission de s'opposer en tout au "fébronianisme"45.

18Il n'est donc pas sûr, du moins en ce qui concerne la région étudiée, que l’Eglise ait beaucoup gagné à cette liberté de recrutement de son haut personnel administratif qui lui avait été abandonnée par les souverains. Car cela se fit au profit des clans familiaux ou des groupes de pression idéologiques avec pour conséquence la montée des oppositions et des tensions à l'intérieur des diocèses.

19Ainsi, les évêques de la région située entre Meuse et Rhin pratiquèrent-ils constamment certaines formes de clientélismes du XVIe au XVIIIe siècle. Mais ils ne s'y prirent pas toujours de la même façon. En deux siècles, on passa des serviteurs attitrés du prince-évêque à ceux du roi ou de l'empereur pour finir par les favoris passagers de grands nobles étrangers au pays. Ils ne procédèrent pas non plus partout de la même façon. Alors que dans les évêchés du Saint-Empire, malgré les bouleversements temporaires occasionnés par la guerre de Trente ans et les guerres de Louis XIV, les structures traditionnelles se maintenaient solidement au long de la période étudiée, les trois évêchés de Lorraine se transformaient peu à peu selon le modèle de l’Église gallicane et l'Alsace affirmait son originalité conforme à sa position intermédiaire. Ces changements ne furent peut-être pas sans conséquences sur l'évolution de la vie religieuse dans la région. Si celle-ci ne fut pas trop affaiblie dans le Saint-Empire et en Alsace après les grandes tribulations de la fin du XVIIIe siècle et du début du siècle suivant (Joséphisme, Révolution française, sécularisation), il n'en fut pas de même dans les évêchés lorrains liés plus fortement au destin de l’Église de France. Les transformations nombreuses et brutales survenues dans leur administration depuis le début du XVIIe siècle n'ont-elles pas contribué à les rendre plus fragiles ?

Notes

1 Edouard FOURNIER, L'origine du vicaire général et des autres membres de la curie diocésaine, Paris, Sém. des missions étrangères, 1940, pp. 286-287.

2 Pour Strasbourg, René METZ, La monarchie française et la provision des bénéfices ecclésiastiques en Alsace, Paris - Strasbourg, Le Roux, 1947, pp. 65-73 et 164-171.

3 Marc LIENHARD, "La Réforme à Strasbourg", dans Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, éd. Georges LIVET et Francis RAPP, Strasbourg, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, 1980-1982, vol. II, pp. 367-540.

4 Bernard ROUSSEL, "Les premières dissidences religieuses du XVIe siècle à Metz (Hiver 1523 - Eté 1525)", dans Les réformes en Lorraine (1520-1620), éd. Louis CHÂTELLIER, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1986, pp. 11-45.

5 René TAVENEAUX, "La vie religieuse au temps de la réforme catholique XVIe et XVIIe siècles", dans Histoire de Nancy, éd. René TAVENEAUX, Toulouse, Privat, 1978, pp. 191-231.

6 Bernard ARDURA, Nicolas Psaume (1518-1575), évêque et comte de Verdun, Paris, Ed. Cerf, 1990.

7 Bernhard DUHR, S.J., Geschichte der Jesuiten in den Ländern deutscher Zunge, Freiburg und Regensburg, 1907-1928 ; Pierre DELATTRE, S.J., Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien-Wetteren. 1949-1956, 5 vol. 

8 Louis CHÂTELLIER, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l'ancien diocèse de Strasbourg (1650-1770). Paris, Ophrys, 1981, pp. 49-59.

9 Ibid., p. 50 ; pour l'évêché de Toul, Eugène MARTIN, Histoire des diocèses de Tout, de Nancy et de Saint-Dié, Nancy, 1901, t. II, p. 317.

10 Helvetia Sacra, fondée par R. HENGGELER, dirigée par A Bruckner, t. I, 1, Berne, Francke, 1972, pp. 230-265 (Bâle) ; Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches 1648 bis 1803, dirigée par Erwin GATZ, Berlin, Duncker und Humblot, 1990 (Trèves) ; Germania Sacra. Dos Erzbistum Trier, dirigée par Franz Josef HEYEN, Berlin-New York, De Gruyter, 1972, t. I, (Trêves).

11 Louis CHÂTELLIER, op. cit., pp. 88-96 (Strasbourg) ; F. PAULY, "Aus der Geschichte des Bistums Trier (1511-1876)" dans Veröffentlichungen des Bistumsarchivs Trier, 1973, t. XXTV (Trèves).

12 Peter SCHMIDT, Das Collegium Germanicum in Rom und die Germaniker. Zur Funktion eines römischen Ausländerseminars (1552-1914), Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, Tübingen, Niermeyer, 1984, t. LVI

13 Louis CHÂTELLIER, op. cit., p. 103.

14 Ibid., p. 103.

15 D'après la notice de Wolfgang SEIBRICH dans Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches.... op. cit., pp. 192-195.

16 Helvetia Sacra, pp. 233-234.

17 Eugène MARTIN, op. cit., vol. I et II : Henri TRIBOUT DE MOREMDERT, Histoire du diocèse de Metz, Paris, Letouzey ey Ané, 1970, pp. 111-118 ; Philippe André GRANDIDIER, Alsatia sacra ou Statistique ecclésiastique et religieuse de l'Alsace avant la Révolution, Nouvelles oeuvres inédites, Colmar, 1897, t. III, p. 11 ; Michel PERNOT, "La maison de Lorraine dans l'Eglise de l'Empire(XVIe-XVIIIe siècles)", dans Les Habsbourg et la Lorraine, éd. J.P. BLED, E. FAUCHER, René TAVERNEAUX, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1988, pp. 67-80.

18 Philippe André GRANDIDIER, op. cit., p. 11.

19 Ibid., pp. 11-12.

20 Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., p. 113.

21 Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France, XXVIII Etats allemands, vol. III, l'électorat de Trêves, éd. Georges LIVET, Paris, CNRS, 1966, p. lxxxiii.

22 Isabelle BONNOT, Hérétique ou Saint ? Henri Arnauld évêque janséniste d'Angers, Paris, Nouvelles Editions latines, 1984, pp. 93-101.

23 Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., p. 119.

24 Sur eux notices de Louis CHÂTELLIER, dans Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches..., op. cit., pp. 138-143.

25 Médard BARTH, "Der Strassburger Weihbishof Paul Graf Aldringen (1627-1644)", dans Archiv fur Elsässische Kirchengeschichte, 1932, pp. 363-374.

26 Wolfgang SEIBRICH, dans Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches.... op. cit., pp. 191-192.

27 Jean Baptiste PELT, Etudes sur la cathédrale de Metz. Textes extraits principalement des registres capitulaires (1210-1790), Metz, Imp. Lorraine, 1930, p. 382

28 Louis CHÂTELLIER, dans Die Bishöfe des Heiligen Römischen Reiches…, op. cit., p. 254.

29 Ibid., pp. 361-362.

30 Pour l'Alsace, voir René METZ, op. cit., pp. 239-283.

31 Louis CHÂTELLIER, Tradition chrétienne et renouveau catholique..., op. cit., pp. 244-249.

32 René TAVENEAUX, Le jansénisme en Lorraine, 1640-1789, Paris, Vrin, 1960, pp. 99-105.

33 Ibid., pp. 170-174 ; Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., p. 119.

34 Eugène MARTIN, op. cit., vol. II, p. 236.

35 René METZ, op. cit., pp. 310-322.

36 DieBischöfe des Heiligen Rômischen Reiches..., op. cit., pp. 430-446.

37 Augustin CALMET (Dom), Bibliothèque lorraine, Nancy, 1751, col. 553-554 ; Eugène MARTIN, op. cit., vol. II, pp. 287-291 (de l'Aigle) ; Louis CHÂTELLIER in Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches..., op. cit., pp. 374-375 (Riccius).

38 . Louis CHÂTELLIER, in Die Bischöfe des Heiligen Römischen.... op. cit., pp. 33-34

39 Eugène MARTIN, op. cit., vol. II, pp. 568-569.

40 Bernard de BRYE, Un évêque d'Ancien Régime à l'épreuve de la Révolution. Le cardinal A.L.H. de la Fare (1752-1829), Paris, Publ. de la Sorbonne, 1985, pp. 197-201.

41 Henri TRIBOUT DE MOREMBERT, op. cit., pp. 124-166.

42 René TAVENEAUX, op. cit., pp. 169-192,207-236.

43 Ibid., pp. 176-191,255 ; Dam Augustin CALMET, op. cit.

44 Louis CHÂTELLIER, in Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches.... op. cit., pp. 536-537.

45 Wolfgang SEIBRICH, ibid., pp. 71-72, 192-195.

Auteur

Université de Nancy II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter